FULL

TEXT



français

14484390 matching pages

Results 1-100

http://chateau-le-sauvage.com
  Gîtes, chambres d'hôtes, salle de réceptions, espaces détente, sauna, SPA... - Chateau le Sauvage Accueil Gîtes Ferme Auberge Salle de Réception Produits Fermiers Tarif Langue [Change] français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français ... Accueil Gîtes Ferme Auberge Salle de Réception Produits Fermiers Tarif Langue [Change] français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français CACHE

Gîtes, chambres d'hôtes, salle de réceptions, espaces détente, sauna, SPA... - Chateau le Sauvage Accueil Gîtes Ferme Auberge Salle de Réception Produits Fermiers Tarif Langue [Change] français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français français Hébergement Gîtes, chambres d'hôtes, salle de réceptions, espaces détente, sauna, SPA... Histoire du Chateau Et si, l'espace d'une soirée, d'un week-end ou de quelques jours passés dans le centre de la France, vous veniez vous ressourcer en laissant le quotidien à la grille du château? Dans le château datant de 1592, vous pourrez choisir l'une des quatre chambres pour vous y reposer. Suite... Réservation Cliquez ici pour la réservation... Accès 13 km du centre de Vichy • 15 km de Lapalisse • 30 km de Moulins • 40 km du PAL • RN7 à 5 km • Autoroute sortie Ganna Suite... Tarif Gîtes, chambres d'hôtes ... Contact Château du Sauvage 03150 CRECHY Tél. 04 70 48 95 64 Fax 04 70 48 95 64 Courriel: info@chateau-le-sauvage.com Accueil Gîtes Ferme Auberge Salle de Réception Produits Fermiers Tarif Château le Sauvage © 2012 Solution ERGONIST with Commercial Template



https://commons.wikimedia.org/wiki/Strasbourg
  Strasbourg - Strossburi - Straßburg - Wikimedia Commons Strasbourg - Strossburi - Straßburg From Wikimedia Commons, the free media repository (Redirected from Strasbourg ) Jump to: navigation , search Français : Strasbourg est la capitale de l' Alsace . Alemannisch: Strossburi isch d'Hauptstadt vum Elsass , Frànkrich . Deutsch: Straßburg ist die Hauptstadt des Elsass , Frankreich . Brezhoneg: Strasbourg ... , search Français : Strasbourg est la capitale de l' Alsace . Alemannisch: Strossburi isch d'Hauptstadt ... Plans de ville 21 Vues panaoramiques 22 Trafic 23 Cartes Emblèmes [ edit ] Français : Blason de ... of Strasbourg Français : Blason de Strasbourg sur un vitrail ancien Français : Ancienne Bannière de la ville Deutsch: Alte Straßburger Stadtbanner Français : grandes armes de Strasbourg English: The greater coat of arms of Strasbourg Deutsch: Straßburger Stadtwappen Français : Blason de Strasbourg sous le CACHE

Strasbourg - Strossburi - Straßburg - Wikimedia Commons Strasbourg - Strossburi - Straßburg From Wikimedia Commons, the free media repository (Redirected from Strasbourg ) Jump to: navigation , search Français : Strasbourg est la capitale de l' Alsace . Alemannisch: Strossburi isch d'Hauptstadt vum Elsass , Frànkrich . Deutsch: Straßburg ist die Hauptstadt des Elsass , Frankreich . Brezhoneg: Strasbourg (alamaneg: Straßburg) eo kêr-benn Elzas , Republik Frañs . Čeština: Štrasburk (francouzsky: Strasbourg, německy: Straßburg, alsasky: Strossburi) je hlavní město Alsaska ve Francii . English: Strasbourg (German: Straßburg, Alsatian: Strossburi) is the capital of Alsace , France . Esperanto: Strasburgo (france Strasbourg, alzace: Strossburi) estas la ĉefurbo de la regiono Alzaco en Francio . Español: Estrasburgo (francés: Strasbourg, alsaciano: Strossburi) es la capital de la Alsacia , Francia . Galego: Estrasburgo é a capital de Alsacia , Francia . Italiano: Strasburgo (francese: Strasbourg, italiano: Strasburgo) è il capoluogo dell' Alsazia , Francia . Nederlands: Straatsburg (frans: Strasbourg, duits: Straßburg) is de hoofdstad van de Elzas , Frankrijk . Norsk bokmål: Strasbourg (tysk: Straßburg, alsatian: Strossburi) er hovedstaden i Alsace , Frankrike . Contents 1 Emblèmes 2 Vues générales 3 Cathédrale Notre-Dame 4 Églises 5 Orgues 6 Centre historique 7 XVIII e et XIX e siècles 8 Art Nouveau à Strasbourg 9 Monuments et statues 10 Portes et portails 11 Balcons 12 Institutions européennes 13 Parcs et jardins 14 Musées 15 Écoles 16 Université 17 Tram 18 Places 19 Canaux 20 Plans de ville 21 Vues panaoramiques 22 Trafic 23 Cartes Emblèmes [ edit ] Français : Blason de Strasbourg Deutsch: Straßburger Stadtwappen Alemannisch: Strosburjer Wappe English: Coat of arms of Strasbourg Français : Blason de Strasbourg sur un vitrail ancien Français : Ancienne Bannière de la ville Deutsch: Alte Straßburger Stadtbanner Français : grandes armes de Strasbourg English: The greater coat of arms of Strasbourg Deutsch: Straßburger Stadtwappen Français : Blason de Strasbourg sous le Ier empire English: Blazoning arms of Strasbourg during the first French Empire Deutsch: Straßburger Stadtwappen während das Erstes Kaiserreich Français : Logo de la ville Strasbourg depuis 2010 Français : Voir aussi bannière de Strasbourg Vues générales [ edit ] Deutsch: Blicke auf die Stadtlandschaft English: Views on the cityscape Français : Vue sur Strasbourg depuis la tour ESCA Français : Vue sur Strasbourg et les Ponts-Couverts Français : Vue sur la Place Kléber Français : Vue sur la Cathédrale et le Temple-Neuf Français : Vue de la Cathédrale sur la Place Gutenberg, rue de la Division-Leclerc et St-Thomas Français : Vue de la Cathédrale vers les quartiers ouest et les Vosges Français : Vue de la Cathédrale vers St-Thomas et l'Hôpital civil Français : Vue de la Cathédrale sur la place du Corbeau, le quai St-Nicolas et vers le Centre administratif Français : Vue de la Cathédrale sur le Palais Rohan, vers l'Esplanade Français : Vue de la Cathédrale vers St-Paul Français : Vue de la Cathédrale sur St-Paul Français : Vue de la Cathédrale sur le Séminaire et le lycée Fustel Français : Vue de la Cathédrale vers St-Paul et les institutions européennes Français : Vue de la Cathédrale vers l'Opéra, l'Hôtel du Préfet et le Wacken Français : Vue du Parlement européen vers la Cathédrale Français : Vue du Parlement européen vers St-Paul et ARTE Français : Vue du Parlement européen vers le Wacken Cathédrale Notre-Dame [ edit ] Main gallery: Cathédrale Notre-Dame de Strasbourg . Deutsch: Liebfrauenmüster English: Our Lady's Cathedral Nederlands: Onze Lieve Vrouwkathedraal Français : Notre-Dame, façade occidentale Deutsch: Münster, Westfassade Deutsch: Turm des Straßburger Münsters Westside, detail Front of the cathedral Portail central de la façade Détail du Portail Saint-Laurent Deutsch: Detail am südlichen Seitenschiff English: Detail on the south side English: Detail of the South transept Portails sud Français : Détails du Jugement de Solomon Deutsch: Seitenschiff des Straßburger Münsters English: Windows of the Cathedral Deutsch: Innenansicht Deutsch: Innenansicht Français : Pilier des anges Français : Horloge astronomique Français : Tapisserie dans la nef Français : Rosace English: Rose window Deutsch: Rosette Français : Chaire English: Pulpit Deutsch: Kanzel Français : Fonts baptismaux English: Baptismal fonts Deutsch: Taufbecken Français : Mont des Oliviers Français : Dormition de la Vierge (romane) Français : Dormition de la Vierge (gothique) Français : Vitrail gothique Français : Détail d'un vitrail gothique : Lucifer Églises [ edit ] Deutsch: Kirche English: Churches Nederlands: Kerken Français : Église Saint-Thomas Français : Intérieur de Saint-Thomas Français : Église Saint Pierre-le-Jeune-protestant Français : Nef de Saint-Pierre-le-Jeune protestant Français : Cloître de Saint-Pierre-le-Jeune-protestant Français : Église Saint-Pierre-le-Vieux catholique Français : Intérieur de Saint-Pierre-le-Vieux catholique Français : Église Saint-Pierre-le-Vieux protestant Français : Intérieur de Saint-Pierre-le-Vieux protestant Français : Église Saint-Pierre-le-Jeune catholique Français : Intérieur de Saint-Pierre-le-Jeune catholique Français : Église Saint-Guillaume Français : Intérieur de Saint-Guillaume Français : Église Sainte-Aurélie Français : Intérieur de Sainte-Aurélie Français : Église Saint-Paul Français : Intérieur de Saint-Paul Français : Église Saint-Maurice Français : Intérieur de Saint-Maurice Français : Église Sainte-Madeleine Français : Intérieur de Sainte-Madeleine Français : Église Saint-Sauveur Français : Intérieur de Saint-Sauveur Français : Temple neuf Français : Intérieur du Temple neuf Français : Église Saint-Joseph Français : Intérieur de Saint-Joseph Français : Église Saint-Arbogast Français : Intérieur de Saint-Arbogast Français : Église réformée, rue du Bouclier Français : Intérieur de l'église réformée, rue du Bouclier Français : Église Saint-Jean Français : Intérieur de Saint-Jean Français : Église Saint-Louis (Finkwiller) Français : Intérieur de Saint-Louis (Finkwiller) Français : Église des Dominicains Français : Intérieur de l'église des Dominicains Français : Chapelle de la Toussaint Français : Intérieur de la chapelle de la Toussaint Français : Chapelle du Diaconat Français : Intérieur de la chapelle du Diaconat Français : Église Saint-Aloyse Français : Intérieur de l'église Saint-Aloyse Français : Église Saint-Léon Français : Intérieur de Saint-Léon Français : Église protestante de la Robertsau Français : Intérieur de l'église protestante de la Robertsau Français : Église Saint-Nicolas Français : Église méthodiste de Sion Français : Intérieur de l'église méthodiste de Sion Français : Église catholique de l'hôpital civil Français : Intérieur de l'église catholique de l'hôpital civil Français : Église Saint-Florent Français : Église Saint-Louis de la citadelle (détruite) Français : Église Saint-Louis de la Robertsau Orgues [ edit ] Deutsch: Orgeln English: Pipe organs Español: Órganos Русский: Органы 中文: 器官 Français : Cathédrale - nef Français : Cathédrale - chœur Français : Église Saint-Thomas - tribune Français : Église Saint-Thomas - chœur Français : Église Saint-Paul - tribune Français : Église Saint-Paul - chœur Français : Église Saint-Pierre-le-Jeune protestant Français : Église Saint-Pierre-le-Jeune catholique Français : Église Saint-Guillaume Français : Église Saint-Pierre-le-Vieux protestant Français : Église Saint-Pierre-le-Vieux catholique Français : Église Sainte-Aurélie Français : Église Sainte-Madeleine - nef Français : Église Sainte-Madeleine - chapelle latérale Français : Église Saint-Sauveur Français : Temple Neuf Français : Église Saint-Arbogast Français : Église réformée du Bouclier Français : Église Saint-Joseph Français : Église Saint-Jean Français : Église Saint-Louis (Finkwiller) Français : Église Saint-Maurice Français : Église Saint-Aloyse Français : Église des Dominicains Français : Chapelle de la Toussaint Français : Chapelle des Diaconesses Français : Église protestante de Neudorf Français : Église Saint-Léon Français : Église catholique de l'hôpital civil Français : Église protestante de La Robertsau Français : Palais des Fêtes Centre historique [ edit ] Deutsch: Altstadt English: Historical quarter Français : Place du marché aux cochons de lait Deutsch: Spanferkelmarkt Français : Place des tripiers Français : Place de la Cathédrale Français : Place de l'hôpital Français : Place du marché Gayot Français : Place Gutenberg Français : Chambre de commerce et d'industrie, Place Gutenberg Français : Les bâtiments de l'ENA et le Musée d'Art Moderne Deutsch: Museum für Moderne Kunst English: Museum of modern art Français : Vue du pont St.Martin Deutsch: Blick von der Martinsbrücke English: View from St.Martin's bridge Français : Les ponts couverts Deutsch: Gedeckte Brücken English: Covered Bridges Français : Les ponts couverts Deutsch: Gedeckte Brücken English: Covered Bridges Français : Le Quai des Bateliers Français : Le Quai des Bateliers Français : Le Quai Saint-Nicolas Français : Le Quai Saint-Nicolas Français : Le Quai Saint-Nicolas, la nuit Français : Le Quai Kléber, la nuit Français : La cathédrale vue du quai des bateliers Français : Ancienne douane Français : L'Ancienne Douane Français : Jardinet du Musée de l'Oeuvre Notre-Dame Français : Colombages dans la Grand'Rue Français : Facades de la Petite France Français : Colombages dans la Petite France Français : La maison des tanneurs Français : Petite France Deutsch: Gerberviertel English: Tanners' quarter Nederlands: Looierswijk Français : Petite France Deutsch: Gerberviertel English: Tanners' quarter Nederlands: Looierswijk Français : Petite France Deutsch: Gerberviertel English: Tanners' quarter Nederlands: Looierswijk Français : La Cour du Corbeau Français : Maison Kammerzell Deutsch: Kammerzellhaus Français : Maison Kammerzell Deutsch: Kammerzellhaus Français : Maison, Place des Tripiers Français : Ancienne pharmacie du Cerf, à présent relais culturel municipal Français : Maison natale de Jean Arp Deutsch: Geburtshaus von Hans Arp Français : Maison Lauth Français : Chapelle protestante gothique de l'hôpital civil Français : Tour-porte médiévale de l'hôpital civil Français : Le barrage Vauban, la nuit Français : Maison, 27, quai des Bateliers XVIII e et XIX e siècles [ edit ] Français : Opéra national du Rhin Français : Opéra national du Rhin Français : Palais Rohan Français : Palais Rohan Français : Palais Rohan Français : Grille du Palais Rohan Français : Aubette Français : Siège du Port autonome (ancien Hôtel d'Andlau) Français : Hôtel du préfet Français : Hôtel de ville - façade côté Place Broglie Français : Hôtel de ville au crépuscule - façade côté Place Broglie Français : Hôtel de ville - façade sur cour Français : Hôtel du gouverneur militaire Français : Archevêché Français : Ancien hôtel Hammerer, dit Cour des Couples Français : Ancien tribunal administratif Français : Immeuble, 8, Quai des bateliers Français : Chateau de Pourtalès Français : Palais du Rhin Français : Palais du Rhin Français : Palais Universitaire Français : Palais Universitaire Français : Bibliothèque nationale et universitaire Français : Bibliothèque nationale et universitaire Français : Préfecture d'Alsace et du Bas-Rhin Français : Observatoire Français : La Poste Français : Siège de Radio France Bleu Alsace Français : Petites boucheries Français : Immeuble 37, avenue des Vosges et 26, rue du Général de Castelnau Français : Immeuble, 21 avenue de la Liberté Français : Immeuble, 9 quai Koch Français : Actuel consulat de Russie, Place Brant Art Nouveau à Strasbourg [ edit ] Main gallery: Art Nouveau à Strasbourg . Français : Villa Schutzenberger Français : Villa Schutzenberger ( détail) Français : Villa Brechja Français : Tour d'angle du Palais des Fêtes Français : Façade du Palais des Fêtes Français : Immeuble, 1, rue Sellénick Français : Maison dite Maison égyptienne, 10 rue du général Rapp Français : Balcon du 22, rue Sleidan Français : Balcon du 22, rue du général de Castelnau Français : Façade du 2, rue Édouard Teutsch Français : Partie supérieure du 56, allée de la Robertsau Monuments et statues [ edit ] Deutsch: Denkmäler und Statuen English: Monuments and statues Français : Sarcophage d'Adeloch Français : Monument sépulcral des comtes Philippe et Ulrich de Werd Français : Effigie de Louis V de Lichtenberg Français : Transi de Nicolas Roeder Français : Dalle funéraire du colonel Frédéric Louis Kanofski von Langendorf Français : Monument funéraire de Maurice de Saxe Français : Stèle de Christophe-Guillaume Koch.jpg Français : Statue de Jean-Baptiste Kléber Français : Statue de François Christophe Kellermann Français : Statue de Johannes Gutenberg Français : Monument à Louis Charles Antoine Desaix Français : Monument à Johann Wolfgang von Goethe Français : Statue du préfet Lezay-Marnésia Français : Buste de Victor Nessler Français : Statue de Jeanne d'Arc Deutsch: Der Meiselocker Français : L'appâteur de mésanges Français : Guerre franco-prussienne et siège de Strasbourg ( 1870 ) Français : La Marseillaise Portes et portails [ edit ] Deutsch: Türen und Tore English: Doors and gates Español: Puertas y portones Italiano: Porte e cancelli 日本語: ドアおよびゲート Português: Portas e portões Русский: Двери и ворота 中文: 門和大門 Français : Cathédrale Notre-Dame Français : Cathédrale Notre-Dame Français : Cathédrale Notre-Dame Français : Cathédrale Notre-Dame Français : Cathédrale Notre-Dame Français : Église Saint-Sauveur Français : Église Saint-Sauveur Français : Église Saint-Pierre-le-jeune protestant Français : Église Saint-Pierre-le-jeune protestant Français : Église Saint-Florent Français : Église Saint-Florent Français : Église Saint-Joseph Français : Église Saint-Paul de Koenigshoffen Français : Chapelle du Diaconat Français : Ancienne ferme, 13 rue Martin Bucer Français : Porte médiévale, Impasse de la Bière Français : Cour de Rathsamhausen Français : Musée de l'Œuvre Notre-Dame Français : Maison, 10 rue Mercière Français : Palais Rohan Français : Palais Rohan Français : Palais Rohan Français : Ancien cloître de l'église Saint-Jean Français : Hôtel particulier, 8 quai Saint-Nicolas Français : Hôtel particulier, 27 rue des Juifs Français : Maison de Cagliostro Français : Maison 'Aux trois chasse-mouches' Hôtel particulier, 6 rue du Coq} Français : Maison, 7 rue de l'Épine Français : Hôtel particulier, 9 rue de l'Épine Français : Hôtel particulier, 11 rue de l'Épine Français : Hôtel particulier, 11 rue de l'Épine Français : Maison, 3 rue de l'Épine Français : Maison, 3 rue de l'Épine Français : Maison, 17 rue des Charpentiers Français : Maison, 27 quai des Bateliers Français : Maison, 6 rue de l'Arbre Vert Français : Maison, 20 rue des Veaux Français : Maison, 5 rue des Bouchers Français : Immeuble, 11 rue des Juifs Français : Immeuble, 16 rue Gutenberg Français : Immeuble, 9 quai Koch Français : Immeuble, 103 Grand Rue Français : Lycée international des Pontonniers Français : Hôpital civil Français : Hôpital civil Français : Collège de la Robertsau Français : Maison Lauth Français : Portail de l'ancien hôtel de Rathsamhausen Français : Hôtel de ville Français : Hôtel de ville Français : Hôtel du gouverneur militaire Français : Hôtel du préfet Français : Hôtel du préfet Français : Archevêché Français : Ancien hôpital militaire Français : Ancien haras national Français : Ancien haras national Français : Porte cochère de la Fondation de l'Œuvre Notre-Dame Français : Hôtel particulier, 4 quai de Paris Français : Hôtel particulier, 4 quai de Paris Français : Palais du Rhin Français : Hôtel des impôts Français : Préfecture Français : Préfecture Français : Ancienne caisse d'épargne, 9 Place Saint-Thomas Français : La Poste, 4 avenue de la Marseillaise Français : Kleine Metzig ou Petites boucheries Français : Immeuble, 19 place de Bordeaux Français : Immeuble, 7 rue Sainte-Madeleine Français : 15 rue Mélanie Français : Bâtiment, 22 rue de l'Université Français : Immeuble, 36 rue de l'Université Français : Immeuble, 19 Rue de l'ail Français : Immeuble, 120 Grand'Rue Français : Immeuble, 19 Rue Sainte-Barbe Français : Immeuble, 1 quai Saint-Thomas Français : Immeuble, 16 rue Sleidan Français : Hôtel particulier, 22 rue Sleidan Français : Hôtel particulier, 22 rue Sleidan Français : Villa, 4 rue Erckmann-Chatrian Français : Villa, 24 rue Twinger Français : Villa, 10 rue des Arquebusiers Français : Villa, 64 allée de la Robertsau Villa, 76 allée de la Robertsau}} Français : Immeuble, 18 Quai Saint-Nicolas Français : Immeuble, 75 Grand Rue Français : Bains municipaux, Boulevard de la Victoire Français : Anciens bains municipaux, 5 rue des Renards Français : École Camille Claus Français : École Saint-Thomas Français : Lycée Jean Geiler Français : Immeuble, 46 avenue des Vosges Français : Immeuble, 47-49 rue des Grandes-Arcades Français : Immeuble, 1 rue du Dôme Français : Immeuble, 1 place Broglie Français : Immeuble, 14 rue du général Gouraud Français : Immeuble, 8 place de Haguenau Français : Immeuble, 10 rue Schweighaeuser Français : Immeuble, 38 rue Oberlin Français : Immeuble, 23 rue Oberlin Français : Immeuble, 22 rue Oberlin Français : Immeuble, 22 rue Oberlin Français : Immeuble, 15 rue de Wissembourg Français : Immeuble, 3 rue Sellénick Français : Immeuble, 1 rue Sellénick Français : Immeuble, 12 rue du Maréchal Foch Balcons [ edit ] العربية: شرفات Deutsch: Balkons English: balconies Español: balcones עברית: מרפסות Italiano: balconi 日本語: バルコニー Português: varandas Русский: балконы 中文: 陽台 Français : 7, Place Saint-Étienne Français : 4, place du Marché aux Poissons Français : 8, rue des Hallebardes Français : 3, rue du Bouclier Français : 8, Quai des Bateliers Français : 34, Quai des Bateliers Français : 40, Quai des Bateliers Français : 11, rue des Juifs Français : 20, rue des Serruriers Français : 7, rue du Dôme Français : 5, rue des Bouchers Français : 79, Grand Rue Français : 126, Grand Rue Français : 7, quai Saint-Nicolas Français : 4, quai de Paris Français : 3, quai Saint-Thomas Français : 4, rue des Bouchers Français : 13, quai Saint-Nicolas Français : 14, quai Saint-Nicolas Français : 15, rue du Faubourg-de-Saverne Français : 46, avenue des Vosges Français : Hôtel de ville Français : Palais des Fêtes Français : Palais du Rhin Français : Préfecture Français : Théâtre national de Strasbourg Français : Villa Brejcha Français : VillaSchutzenberger Français : 22, rue du Général de Castelnau Français : 16, rue Sleidan Français : 22, rue Sleidan Français : 2, rue Saint-Arbogast Français : 38, rue Oberlin Français : 10, rue Schweighaeuser Institutions européennes [ edit ] Deutsch: Europäische Einrichtungen English: European institutions Nederlands: Europese Instellingen Français : Parlement Européen Deutsch: Europäisches Parlament English: European Parliament Français : Parlement Européen Deutsch: Europäisches Parlament English: European Parliament Français : Conseil de l'Europe Deutsch: Europarat English: Council of Europe Français : Conseil de l'Europe Deutsch: Europarat English: Council of Europe Français : Conseil de l'Europe Deutsch: Europarat English: Council of Europe English: European Court of Human Rights Français : Pharmacopée européenne Deutsch: Europäische Direktion für die Qualität von Medikamenten English: European Directorate for the Quality of Medicines Parcs et jardins [ edit ] Deutsch: Parks und Grünanlagen English: Parks and public gardens Français : Le Jardin des deux Rives (prise aérienne d'Ouest en Est) Français : La passerelle du jardin des deux rives Français : Le Parc de l'Orangerie Français : Pavillon Joséphine dans le Parc de l'Orangerie Français : Place de la République Français : Place de la République Français : Jardin botanique Français : Jardin botanique Français : Parc du Contades Français : Parc du Contades Français : Parc de la Citadelle Français : Parc de la Citadelle Français : Parc de Pourtalès Français : Parc de Pourtalès Musées [ edit ] Deutsch: Museen English: Museums Español: Museos Français : Musée de l'Oeuvre Notre-Dame Français : Musée historique Français : Musée alsacien Français : Musées du palais Rohan: archéologique, des arts décoratifs et des Beaux-Arts Français : Musée zoologique Français : Musée Tomi Ungerer / Centre international de l'illustration Français : Le Vaisseau Français : Musée de sismologie et de magnétisme terrestre Français : Musée de minéralogie Écoles [ edit ] Deutsch: Schulen English: Schools Español: Escuelas Svenska: Skolor Français : Lycée Fustel de Coulanges Français : Lycée international des Pontonniers Français : Lycée professionnel Jean-Frédéric Oberlin Français : Lycée Charles Frey Français : Lycée Foch Français : École supérieure des Arts décoratifs Français : École Sainte-Madeleine Français : École Saint-Thomas Français : École Schoepflin Français : Gymnase Jean Sturm Français : Lycée Jean Geiler Français : Collège de la Robertsau Université [ edit ] Français : Hôpital Civil Français : Faculté de matématique et informatique Français : Faculté de Droit Français : Faculté des sciences économiques et de gestion Tram [ edit ] Français : Tramway Deutsch: Straßenbahn English: Tram Français : Tramway Deutsch: Straßenbahn English: Tram Français : Quartier Esplanade Places [ edit ] Français : Place de la Cathédrale Français : Place Kléber Français : Place Kléber, la nuit Français : Place de la République Canaux [ edit ] Deutsch: Kanäle English: Canals Nederlands: Kanalen Français : Siège d'ARTE Français : Canal du Rhone au Rhin, bassin d'Austerlitz Français : Canal du Rhone au Rhin, quai des Alpes Plans de ville [ edit ] Français : – de l'évolution des remparts à un ville moderne Deutsch: Stadtpläne – vom schrittweisen Ausbau der Befestigungsanlagen zu einer modernen Stadt English: City maps – from the development of the fortifications to a modern city Nederlands: Plattegronden – van vergroting van de fortificaties tot een moderne stad Hogenberg 1572 Merian 1643 Les héritiers d'Homann 1734 avant/before 1800 Meyers Konversationslexikon 1888 Vues panaoramiques [ edit ] Deutsch: Panoramen English: Panoramic views Nederlands: Panoramas 1493 1644 1870 2014 Trafic [ edit ] Deutsch: Verkehr English: Traffic Nederlands: Verkeer Français : Principaux axes routiers Deutsch: Hauptstraßen English: Main roads Trams Cartes [ edit ] Deutsch: Karten English: Maps Nederlands: Plattegronden Français : Strasbourg en Alsace Deutsch: Straßburg im Elsass English: Strasbourg and the Alsace Français : Strasbourg et ses environs internationaux Deutsch: Straßburg und europäische Umgebung English: Strasbourg and its multinational context Français : Strasbourg en Europe Deutsch: Straßburg und europäische Umgebung English: Strasbourg and its multinational context Retrieved from ' https://commons.wikimedia.org/w/index.php?title=Strasbourg_-_Strossburi_-_Straßburg&oldid=268990719 ' Categories : Strasbourg Gallery pages of populated places in France Navigation menu Personal tools English Not logged in Talk Contributions Create account Log in Namespaces Gallery Discussion Variants Views View Edit History More Search Navigate Main page Welcome Community portal Village pump Help center Participate Upload file Recent changes Latest files Random file Contact us Print/export Create a book Download as PDF Printable version In other projects Wikimedia Commons Wikipedia Wikivoyage Tools What links here Related changes Special pages Permanent link Page information Wikidata item Cite this page In Wikipedia Afrikaans Alemannisch አማርኛ Ænglisc العربية Asturianu Azərbaycanca تۆرکجه Boarisch Беларуская Беларуская (тарашкевіца)‎ Български བོད་ཡིག Brezhoneg Bosanski Català Нохчийн Cebuano کوردی Corsu Čeština Kaszëbsczi Чӑвашла Cymraeg Dansk Deutsch Dolnoserbski Ελληνικά Emiliàn e rumagnòl English Esperanto Español Eesti Euskara Estremeñu فارسی Suomi Français Arpetan Frysk Gaeilge Galego ગુજરાતી Hausa 客家語/Hak-kâ-ngî עברית हिन्दी Hrvatski Hornjoserbsce Kreyòl ayisyen Magyar Հայերեն Interlingua Bahasa Indonesia Interlingue Ido Íslenska Italiano 日本語 Basa Jawa ქართული Taqbaylit Kalaallisut 한국어 Kurdî Kernowek Latina Ladino Lëtzebuergesch Limburgs Lingála Lietuvių Latviešu Македонски മലയാളം Монгол मराठी Bahasa Melayu Malti مازِرونی Nāhuatl Napulitano Plattdüütsch Nederlands Norsk nynorsk Norsk Occitan Ирон ਪੰਜਾਬੀ Pälzisch Polski Piemontèis پنجابی Ποντιακά Português Runa Simi Română Armãneashti Русский Sardu Sicilianu Scots Srpskohrvatski / српскохрватски Simple English Slovenčina Slovenščina Shqip Српски / srpski Seeltersk Svenska Kiswahili Ślůnski தமிழ் ไทย Tagalog Türkçe Татарча/tatarça Twi ئۇيغۇرچە / Uyghurche Українська اردو Oʻzbekcha/ўзбекча Vèneto Vepsän kel’ Tiếng Việt West-Vlams Volapük Winaray 吴语 მარგალური ייִדיש 中文 Bân-lâm-gú 粵語 Edit links This page was last edited on 24 November 2017, at 15:48. Text is available under the Creative Commons Attribution-ShareAlike License . additional terms may apply. By using this site, you agree to the Terms of Use and Privacy Policy. Privacy policy About Wikimedia Commons Disclaimers Developers Cookie statement Mobile view



https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9volution_de_Mai
  Révolution de Mai — Wikipédia Révolution de Mai Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Aller à : navigation , rechercher Révolution de Mai La Revolución de Mayo par Francisco Fortuny . Date 18 mai 1810 – 25 mai 1810 Lieu Buenos Aires ( vice-royauté du Río de la Plata ) Résultat Fin de la vice-royauté du Río de la Plata et de la domination espagnole . Création des Provinces-Unies du Río de ... Français. Une petite société secrète, composée de politiciens criollos tels que Manuel Belgrano et Juan ... donne raison au révérent évêque en renonçant à résister aux Français et en se soumettant, selon les ... de la métropole si celle-ci se sauve des Français, qui sera indépendante si l’Espagne reste ... Français [ 158 ] : quand il faisait allusion à ses ennemis, il les appelait royalistes ou Goths , jamais ... de Napoléon, n’eurent à affronter de la part des Français aucune attaque militaire active . elles CACHE

Révolution de Mai — Wikipédia Révolution de Mai Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Aller à : navigation , rechercher Révolution de Mai La Revolución de Mayo par Francisco Fortuny . Date 18 mai 1810 – 25 mai 1810 Lieu Buenos Aires ( vice-royauté du Río de la Plata ) Résultat Fin de la vice-royauté du Río de la Plata et de la domination espagnole . Création des Provinces-Unies du Río de la Plata et instauration de la Première Junte Chronologie 22 mai 1810 Cabildo ouvert dans le cabildo de Buenos Aires 24 mai 1810 Formation d’un gouvernement autonome, la Première Junte . désignation de Cornelio Saavedra comme son président 25 mai 1810 Destitution du vice-roi Baltasar Hidalgo de Cisneros modifier La révolution de Mai (en espagnol Revolución de Mayo ) est une série d'événements s’échelonnant sur une semaine, qui eurent lieu du 18 au 25 mai 1810 à Buenos Aires . Cette ville était alors la capitale de la vice-royauté du Río de la Plata , colonie faisant partie de l’ Empire espagnol et comprenant le territoire des actuels États d’ Argentine , de Bolivie , du Paraguay et de l’ Uruguay . Lesdits événements, qui sont commémorés en Argentine sous le nom de Semaine de Mai (en esp. Semana de Mayo ), conduisirent à l’éviction du dernier vice-roi Baltasar Hidalgo de Cisneros et à l’établissement, le 25 mai, d’un gouvernement local, appelé Première Junte (esp. Primera Junta ). La révolution de Mai était une conséquence directe de la guerre d’indépendance espagnole , qui s’était déroulée au cours des deux années précédentes. En 1808 , le roi d’Espagne , Ferdinand VII , abdiqua en faveur de Napoléon Bonaparte , qui fit don du trône à son frère Joseph . Une Junte suprême centrale mena la résistance contre le gouvernement de Joseph et l’occupation française de l’Espagne, mais finit, après avoir subi une série de revers, par perdre la moitié nord du pays. Le 1 er février 1810, les troupes françaises s’emparèrent de Séville et étendirent leur domination sur une majeure partie de l’ Andalousie . La Junte suprême dut se replier sur Cadix et se dissoudre pour faire place au Conseil de Régence d'Espagne et des Indes . Par des journaux , en provenance d’Espagne et du reste de l’ Europe , apportés par des navires britanniques , la nouvelle de ces événements parvint finalement à Buenos Aires le 18 mai . Afin de préserver le statu quo politique, le vice-roi Cisneros tenta d’occulter cette nouvelle, mais un groupe d’ avocats criollo et de hauts militaires réussit à obtenir que fût organisé le 22 mai un cabildo ouvert (esp. cabildo abierto ), réunion extraordinaire des notables de la ville, en vue de décider de l’avenir de la vice-royauté. Les participants à cette réunion se refusèrent à reconnaître le Conseil de Régence espagnol et résolurent de constituer une junte destinée à gouverner à la place de Cisneros, attendu que le gouvernement qui l’avait nommé vice-roi avait cessé d’exister. Dans une tentative de perpétuer l'ordre social établi, c’est d’abord Cisneros lui-même qui fut désigné président de la junte par le Cabildo . cependant, à la suite de la forte agitation que cette désignation provoqua parmi le peuple, Cisneros démissionna le 25 mai. La Première Junte nouvellement instituée invita d’autres villes de la vice-royauté à envoyer des délégués afin que ceux-ci se joignissent à la Junte de Buenos Aires . cela eut cependant pour effet de déclencher une guerre entre les régions acceptant l'aboutissement des événements de Buenos Aires, et celles récusant cet aboutissement. La révolution de Mai est considérée comme le point de départ de la guerre d’indépendance de l’Argentine , quoique aucune déclaration formelle d’indépendance n’eût été faite à ce moment-là, et que la Première Junte continuât de gouverner au nom du roi déposé Ferdinand VII. En outre, compte tenu que des événements semblables eurent lieu également dans nombre d’autres villes de l’ Amérique du Sud espagnole lorsqu’y fut parvenue la nouvelle de la dissolution de la Junte suprême centrale , la révolution de Mai est considérée comme un des points de départ de toutes les guerres d'indépendance en Amérique du Sud . Les historiens discutent aujourd’hui sur le propos de savoir si les révolutionnaires étaient réellement loyaux envers la couronne d’Espagne ou si la déclaration de fidélité au roi n’était qu’un subterfuge nécessaire destiné à dissimuler le véritable objectif ― réaliser l’indépendance ― à une population non encore prête à accepter un changement aussi radical. Une déclaration formelle d’indépendance de l’Argentine ne fut finalement prononcée que lors du congrès de Tucumán le 9 juillet 1816 . Sommaire 1 Causes 1.1 Causes extérieures 1.2 Causes intérieures 2 Prélude 2.1 Le gouvernement de Liniers 2.2 Le gouvernement de Cisneros 3 Déroulement de la Semaine de Mai 3.1 Vendredi 18 mai et samedi 19 mai 3.2 Dimanche 20 mai 3.3 Lundi 21 mai 3.4 Mardi 22 mai 3.5 Mercredi 23 mai 3.6 Jeudi 24 mai 3.7 Vendredi 25 mai 4 La version du vice-roi Cisneros 5 Composition de la Première Junte 6 Événements subséquents 6.1 Conséquences 7 Perspectives historiques 7.1 Intentions des révolutionnaires 8 Postérité 8.1 Hommages et commémorations 8.2 La révolution de Mai dans la culture argentine 9 Références 10 Bibliographie Causes [ modifier | modifier le code ] Causes extérieures [ modifier | modifier le code ] Le couronnement de Joseph Bonaparte eut pour effet de mettre en doute la légitimité de l’autorité vice-royale. Après que les États-Unis eurent en 1776 proclamé leur indépendance d’avec la Grande-Bretagne , les criollos à leur tour étaient portés à penser qu'une révolution pour obtenir l’indépendance vis-à-vis de l’Espagne était un objectif réalisable [ 1 ] . De 1775 à 1783 en effet, les Treize colonies déclenchèrent la Révolution américaine , puis menèrent une guerre d’indépendance contre leur puissance de tutelle. De plus, le fait que l’Espagne fut venue en aide aux colonies nord-américaines dans leur lutte contre la Grande-Bretagne avait mis à mal l’argument selon lequel mettre fin à l’allégeance à la métropole devait être considéré comme un crime [ 2 ] . D’autre part, les idéaux de la Révolution française de 1789 s’étaient, par le processus dit de la Révolution atlantique , propagés au-delà de l’ Atlantique . La Révolution française mit un terme à des siècles de monarchie et aboutit au renversement, puis à l’exécution du roi Louis XVI et de la reine Marie Antoinette , et à la suppression des privilèges de la noblesse . La mise en cause du concept de monarchie de droit divin , par l’effet conjugué des idées de la Révolution française, en particulier la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen , de certaine phrase de la déclaration d’indépendance américaine, affirmant que tous les hommes ont été créés égaux, et même de certaines prises de position de l’Église espagnole [ 3 ] , permit l’instauration d’un régime républicain en France et aux États-Unis en lieu et place des monarchies, et aussi l’avènement de monarchies constitutionnelles , comme en Grande-Bretagne [ 4 ] . La déclaration d'indépendance des États-Unis suscita des mouvements similaires dans les colonies espagnoles d’Amérique du Sud. Cependant, la diffusion de telles idées était interdite dans les territoires espagnols, de même que la mise en vente et la détention non autorisée des livres qui les exposaient. Ces proscriptions furent édictées après que l'Espagne eut déclaré la guerre à la France à la suite de l’exécution de Louis XVI, et maintenues ensuite nonobstant le traité de paix de 1796 . Tous les efforts pour les garder à distance ne purent empêcher les nouvelles des événements de 1789 et les publications révolutionnaires de se répandre en Espagne. De nombreux criollos de l’époque des Lumières firent connaissance avec les ouvrages d’auteurs critiques lors de leurs études universitaires, que ce soit en Europe ou à l’ université de Chuquisaca dans le Haut-Pérou [ 5 ] . Des livres en provenance des États-Unis parvenaient dans les colonies espagnoles par Caracas , en raison de la proximité de cette ville avec les États-Unis et les Indes occidentales anglaises [ 6 ] . La révolution industrielle , engagée d’abord en Grande-Bretagne, rendue possible par l’utilisation des chemins de fer et de la machine à vapeur , entraîna une augmentation spectaculaire des capacités de production britanniques [ 7 ] et détermina le besoin de nouveaux marchés pour écouler les produits. La tâche de trouver des débouchés était devenue particulièrement difficile en raison des guerres napoléoniennes , où s’affrontaient la France et la Grande-Bretagne, et en particulier du blocus continental , imposé par Napoléon , qui interdisait à la Grande-Bretagne d'avoir des échanges commerciaux avec aucun pays européen. La Grande-Bretagne avait donc besoin de pouvoir commercer avec les colonies espagnoles [ 8 ] , mais en était empêché par l'obligation qu’avaient ces colonies de ne commercer qu’avec leur métropole [ 9 ] . Pour atteindre leurs objectifs économiques, la Grande-Bretagne entreprit initialement d’ envahir militairement le Río de la Plata aux fins de conquérir les villes-clef de l’Amérique espagnole. Après l’échec de cette tentative, les Britanniques choisirent de miser sur les volontés hispano-américaines d’émancipation vis-à-vis de l’Espagne [ 9 ] . La soulèvement d'Aranjuez ( 1808 ) conduisit à l’abdication du roi d’Espagne Charles IV en faveur de son fils Ferdinand VII [ 10 ] . Charles IV sollicita Napoléon de le restaurer sur le trône, mais, au lieu de cela, Napoléon couronna son propre frère Joseph Bonaparte comme le nouveau roi d’Espagne [ 10 ] , événement connu sous le nom d’ abdication de Bayonne . Le couronnement de Joseph, rencontrant une forte résistance en Espagne, déclencha la guerre d’indépendance espagnole , tandis que la Junte de Séville prit le pouvoir au nom du roi absent. L’Espagne, qui jusque-là avait été une alliée sûre de la France contre la Grande-Bretagne, fit à présent alliance avec la Grande-Bretagne contre la France. La Junte de Séville néanmoins fut finalement vaincue, et remplacée par un Conseil de Régence siégeant à Cadix [ 11 ] . Causes intérieures [ modifier | modifier le code ] Le couronnement de l’infante Charlotte Joachime fut envisagé pendant un temps comme solution de rechange à la révolution. L’Espagne interdisait à ses possessions américaines de commercer avec d’autres pays ou avec des colonies étrangères, et s’imposait elle-même comme seul pays acheteur et fournisseur pour les échanges internationaux. Cette situation était préjudiciable à la Vice-royauté , attendu que l’économie espagnole n’avait pas la capacité d’absorber toutes les marchandises provenant des colonies [ 12 ] , et provoquait des pénuries économiques et la récession. Les voies commerciales espagnoles privilégiaient les ports de Mexico et de Lima , au détriment de Buenos Aires . cette politique de la métropole s’explique par la présence de la piraterie , qui obligeait à faire accompagner d’une forte escorte militaire les navires de commerce, et par le fait que Buenos Aires en contrepartie ne détenait pas de ressources en or ou argent , ni ne disposait de populations indigènes établies desquelles obtenir des matières premières ou susceptibles d’être soumises au système de l’ encomienda , ce qui rendait les convois de navires à destination de Buenos Aires beaucoup moins rentables que ceux à destination de Mexico ou Lima [ 13 ] . Il en résulta que la ville se fournissait par la contrebande en produits qu’on ne pouvait obtenir légalement. Cette activité contrebandière, laquelle était, quoique illégale, tolérée comme un moindre mal par la plupart des autorités locales, égalait à l’occasion en volume le commerce légal avec l’Espagne [ 14 ] . Deux factions antagonistes se faisaient face : les hacendados , propriétaires de haciendas (grands domaines agricoles), souhaitaient le libre-échange afin de pouvoir vendre leurs productions outre-mer, alors que les marchands, qui, à l’inverse, profitaient du prix élevé des produits importés en contrebande, s’opposaient au libre-échange, de peur de voir les prix baisser [ 15 ] . La monarchie espagnole nommait ses propres candidats à la plupart des fonctions politiques de la Vice-royauté, généralement en donnant la préférence à des Espagnols d’Europe [ 16 ] . Dans la plupart des cas, les personnes ainsi désignées n’avaient qu’une faible connaissance des questions locales ou s’y montraient peu intéressées. Il en résulta une rivalité croissante entre criollos , gens de souche européenne mais nés en Amérique, et péninsulaires , Espagnols nés en Europe. La plupart des criollos estimaient que les péninsulaires bénéficiaient d’avantages immérités et d’un traitement préférentiel en politique et dans la société. Le bas clergé avait un sentiment semblable à l’endroit des échelons supérieurs de la hiérarchie religieuse [ 17 ] . Les événements, certes, se succédaient à un rythme plus lent que dans le mouvement indépendantiste aux États-Unis. Cela s’explique en partie par le fait que la totalité du système scolaire en Amérique espagnole était encore aux mains du clergé . aussi la population tendait-elle à avoir les mêmes idées conservatrices et à suivre les mêmes coutumes que celles en vigueur en Espagne [ 18 ] . Buenos Aires et Montevideo réussirent par deux fois à résister victorieusement à une invasion britannique du Río de la Plata. En 1806 , un petit corps d’armée britannique, commandé par William Carr Beresford , s’empara de Buenos Aires pour une brève période . la ville fut libérée par l’armée montévidéenne sous le commandement de Jacques de Liniers [ 19 ] . L’année suivante, un corps d’armée plus important s’empara à nouveau de Montevideo, mais fut submergé par les forces de Buenos Aires et dut capituler et restituer Montevideo à la vice-royauté [ 19 ] . Aucun secours ne vint d’Espagne lors de ces deux invasions. Les préparatifs de défense précédant la deuxième invasion comportaient aussi la formation de milices criollos , nonobstant leur interdiction [ 20 ] . L’armée criollo la plus importante était le premier régiment d’infanterie , ou régiment de Patriciens (esp. Regimiento de Patricios ), commandé par Cornelio Saavedra . Ces faits donnèrent aux criollos un pouvoir militaire et une influence politique qu’ils n’avaient pas auparavant . en outre, la victoire ayant été obtenue sans aucune aide de l’Espagne, la confiance des criollos dans leurs capacités d’indépendance en sortit grandie [ 21 ] . En 1808 , la famille royale portugaise , ayant échappé à l’invasion du Portugal par Bonaparte, quitta l’Europe pour s’établir au Brésil. Charlotte Joachime , sœur de Ferdinand VII, était l’épouse d’un prince portugais. Comme elle avait pu ainsi se soustraire à la capture de la famille royale espagnole, elle tenta de prendre la tête, en tant que régente, des vice-royautés espagnoles. Ce projet politique, connu sous le nom de charlottisme , fut conçu dans le but d’empêcher une invasion des Amériques par les Français. Une petite société secrète, composée de politiciens criollos tels que Manuel Belgrano et Juan José Castelli , et de militaires comme Antonio Beruti et Hipólito Vieytes , soutenait ce projet. Ils y voyaient la possibilité de créer un gouvernement local appelé à remplacer la tutelle européenne, c'est-à-dire de franchir un premier pas potentiel en direction d’une déclaration d’indépendance [ 22 ] . S’opposaient au projet le vice-roi Liniers, la plupart des péninsulaires, et des criollos comme Mariano Moreno , Juan José Paso , et Cornelio Saavedra , qui soupçonnaient que ce projet cachât des ambitions expansionnistes portugaises dans la région [ 23 ] . Charlotte Joachime elle-même rejeta finalement le projet, car les porteurs de celui-ci se proposaient de la mettre à la tête d’une monarchie constitutionnelle , alors qu'elle entendait régner sous un régime de monarchie absolue . elle dénonça au vice-roi les motivations révolutionnaires contenues dans les lettres d’appui qui lui avaient été envoyées. Sans autre appui important, les prétentions de Charlotte s’évanouirent, même si, après la révolution encore, certains maintinrent l’idée de son couronnement comme stratégie dilatoire. Mais déjà, l’infante elle-même désapprouvait totalement le tour qu’avaient pris les événements. Dans une lettre à José Manuel Goyeneche , elle écrivit : « Dans ces circonstances, je crois de mon devoir de te requérir et de te charger d’employer tous tes efforts à aller dès que possible à Buenos Aires . et finis-en une fois pour toutes avec ces perfides révolutionnaires, avec les mêmes exécutions que tu as pratiquées dans la ville de La Paz. » La Grande-Bretagne, solidement ancrée dans l’Empire portugais, s’opposait également au projet : elle voulait empêcher que l’Espagne n'éclatât en une multitude de royaumes, et jugeait Charlotte Joachime incapable de faire barrage aux séparatismes [ 24 ] . Prélude [ modifier | modifier le code ] En 1810 , les opinions divergentes des différents secteurs de la société quant à la voie à suivre dans la vice-royauté tendaient à se rejoindre dans une attitude expectative. Une situation analogue s’était produite un siècle auparavant, lors de la guerre de Succession d’Espagne opposant les Habsbourg et les Bourbons , lorsque, pendant quinze ans, les colonies espagnoles ne surent pas qui reconnaître comme leur légitime souverain. À cette occasion, dès que Philippe V se fut installé sur le trône d’Espagne, les fonctionnaires des colonies le reconnurent, et tout reprit son cours normal. Il est probable qu’en 1810, beaucoup, en particulier parmi les Espagnols, croyaient qu’il suffirait de constituer une junte de gouvernement, puis attendre que la normalité revînt en Espagne [ 25 ] . Le gouvernement de Liniers [ modifier | modifier le code ] Jacques de Liniers régna en tant que vice-roi de 1807 à 1809. Buenos Aires une fois reconquise après les invasions britanniques du Río de la Plata en 1806, la population ne pouvait accepter que Rafael de Sobremonte , à qui elle reprochait de s’être enfui à Córdoba avec le trésor public alors que la bataille faisait rage encore, fût maintenu vice-roi. Il existait certes une loi, promulguée par Pedro de Cevallos , requérant que le trésor fût placé en lieu sûr en cas d’attaque étrangère, néanmoins Sobremonte était perçu comme un poltron par la population [ 26 ] . La Real Audiencia de Buenos Aires ne lui permit pas de retourner à Buenos Aires et nomma Santiago de Liniers, acclamé comme un héros populaire, vice-roi par intérim . C’était là, fait sans précédent, la première fois qu’un vice-roi espagnol était déstitué par un organe de gouvernement local, et non par le roi d’Espagne lui-même [ 27 ] . Cette nomination fut néanmoins ratifiée ultérieurement par le roi Charles IV [ 28 ] . Liniers entreprit d’armer l’ensemble de la population de Buenos Aires, y compris les criollos et les esclaves, et sut refouler une deuxième tentative britannique d’invasion en 1807 . Le gouvernement de Liniers avait la faveur des criollos , mais non des péninsulaires, tels que le négociant Martín de Álzaga ou le gouverneur de Montevideo, Francisco Javier de Elío [ 29 ] . Ce dernier requit des autorités espagnoles de désigner un nouveau vice-roi . à la suite de l’éclatement de la guerre d’indépendance espagnole , il mit sur pied à Montevideo une junte chargée de passer au crible tous les ordres en provenance de Buenos Aires, et qui se réservait le droit d’ignorer ces ordres, sans toutefois nier ouvertement l’autorité du vice-roi ou déclarer Montevideo indépendant [ 30 ] . Martín de Álzaga lança une rébellion, dite Asonada de Álzaga , afin d’écarter Liniers. Le premier janvier 1809 , un cabildo ouvert ― réunion extraordinaire de citoyens tenue dans le cabildo (conseil municipal) local ― présidé par Álzaga, exigea la démission de Liniers et nomma une junte au nom de Ferdinand VII . la milice espagnole et un groupe de gens convoqués par le conseil s'étaient rassemblés pour appuyer la rébellion. Certains criollos , en particulier Mariano Moreno , soutinrent la mutinerie, y voyant un moyen de réaliser l'indépendance, mais ils étaient en petit nombre [ 31 ] . D’autres soupçonnaient Álzaga de vouloir écarter le vice-roi afin de se soustraire à son autorité politique, tout en se proposant de maintenir inchangées les disparités sociales entre criollos et péninsulaires [ 32 ] . L’émeute fut promptement brisée après que les milices criollos menées par Cornelio Saavedra eurent cerné la place et dispersé les insurgés. La mutinerie ratée eut pour résultat que les milices rebelles, c'est-à-dire toutes les milices péninsulaires, furent désarmées, et que le pouvoir des criollos fut corrélativement augmenté. La rivalité entre criollos et péninsulaires s’exacerba. Les meneurs du complot, à l’exception de Moreno, furent envoyés en exil à Carmen de Patagones . Javier de Elío les en libéra et leur accorda l’asile politique à Montevideo [ 33 ] . Le gouvernement de Cisneros [ modifier | modifier le code ] Baltasar Hidalgo de Cisneros , dernier vice-roi ayant gouverné à Buenos Aires. La Junte de Séville remplaça Liniers par l’officier de marine Baltasar Hidalgo de Cisneros , ancien combattant de la bataille de Trafalgar , pour mettre fin à l’agitation politique dans le Río de la Plata. Il arriva à Montevideo en juin 1809 pour la passation de pouvoir. Manuel Belgrano proposa que Liniers résistât, au motif qu’il avait été confirmé dans le rôle de vice-roi par l’autorité du roi d’Espagne, alors qu’une telle légitimité faisait défaut à Cisneros [ 34 ] . Quoique les milices criollos fussent disposées à soutenir Liniers contre Cisneros [ 35 ] , Liniers remit sans résistance le pouvoir entre les mains de Cisneros. Javier de Elío accepta l’autorité du nouveau vice-roi et dissolut la Junte de Montevideo. Cisneros réarma les milices péninsulaires démantelées, et gracia les partis responsables de la mutinerie [ 36 ] . Álzaga en revanche ne fut pas libéré, mais sa sentence commuée en assignation à résidence [ 37 ] . Dans le Haut-Pérou, les événements d’Espagne faisaient également l'objet de préoccupations et la légitimité des autorités locales y était aussi mise en cause. Le 25 mai 1809, à la suite d'une révolution à Chuquisaca , le gouverneur Ramón García de León y Pizarro (es) fut déposé et remplacé par Juan Antonio Álvarez de Arenales [ 38 ] . Le 16 juillet , dans la ville de La Paz , un deuxième mouvement révolutionnaire, dirigé par le colonel Pedro Domingo Murillo , démit le gouverneur et élut une junte, la dénommée Junta Tuitiva de los Derechos del Pueblo (litt. Junte Gardienne des Droits du Peuple ) [ 39 ] . Une réaction vive des autorités espagnoles permit de défaire ces rébellions. Une armée de 1 000 hommes envoyée de Buenos Aires ne rencontra aucune résistance à Chuquisaca, s’empara de la ville, et déstitua la Junte [ 40 ] . Murillo tenta de défendre La Paz , mais ses 800 hommes étaient complètement surpassés en nombre par les plus de 5 000 hommes envoyés de Lima [ 41 ] . Il fut décapité par la suite, en même temps que d’autres meneurs, et leurs têtes furent exhibées en guise de dissuasion [ 42 ] . Ces mesures contrastaient fortement avec la grâce dont avaient bénéficié Martín de Álzaga et d’autres après une brève période d’emprisonnement, ce qui eut pour effet d’exacerber encore le ressentiment des criollos envers les péninsulaires [ 43 ] . Juan José Castelli assistait aux délibérations à l’université Saint-François-Xavier, au moment où Bernardo de Monteagudo conçut le Syllogisme de Chuquisaca , qui servit de justification légale à l’autonomie, et qu’il formula ainsi : « Doit-on suivre le destin de l’Espagne ou résister en Amérique ? Les Indes sont une possession personnelle du roi d’Espagne . le roi est empêché de régner . en conséquence, les Indes doivent se gouverner elles-mêmes. » Ce raisonnement détermina l’attitude adoptée par Castelli lors de la Semaine de Mai [ 44 ] . Le 25 novembre 1809, Cisneros institua la Cour de Surveillance politique ( Juzgado de Vigilancia Política ), chargée de poursuivre les francisés ( afrancesados ) et les indépendantistes [ 45 ] . Cependant, il rejeta la proposition de l’économe José María Romero de bannir un certain nombre de personnes considérées dangereuses pour le régime espagnol, comme Saavedra, Paso, Chiclana , Vieytes, Balcarce, Castelli, Larrea, Guido , Viamonte, Moreno et Sáenz [ 46 ] . Il mit en garde de ne pas propager de nouvelles pouvant être considérées comme subversives. Les criollos étaient conscients que n’importe quel prétexte pouvait suffire à provoquer l’éclatement d’une révolution. En avril 1810 , Cornelio Saavedra prononça sa célèbre phrase devant ses amis : « Ce n’est pas l’heure encore, laissez le temps aux figues de mûrir, et alors nous les mangerons » [ 47 ] , signifiant par là qu’il n’appuierait aucune action irréfléchie contre le vice-roi, mais qu’il attendait quelque moment stratégiquement favorable, tel qu’un avantage décisif remporté par les forces napoléoniennes dans leur guerre contre l'Espagne [ 48 ] . Déroulement de la Semaine de Mai [ modifier | modifier le code ] Claude Victor-Perrin , commandant des troupes françaises qui prirent Séville lors de la guerre d'indépendance espagnole . Les historiens définissent la Semaine de Mai comme l’intervalle de temps situé entre la confirmation de la chute de la Junte de Séville le 18 mai, et la destitution de Cisneros et l’instauration de la Première Junte le 25 mai [ 49 ] . Le 14 mai 1810, la goélette de guerre britannique HMS Mistletoe , en provenance de Gibraltar , aborda à Buenos Aires, porteuse de journaux européens rapportant la dissolution de la Junte de Séville au mois de janvier précédent. La ville de Séville avait été envahie par les troupes françaises, qui occupaient déjà une majeure partie de la péninsule Ibérique . Après que le roi Ferdinand VII eut été déposé par les abdications dites de Bayonne, la Junte était l’un des derniers bastions du pouvoir de la couronne espagnole. Le 17 , des nouvelles concordantes venues de Montevideo, apportées le 13 par la frégate britannique HMS John Paris , parvinrent à Buenos Aires . s’y ajoutait l’information que quelques-uns des anciens membres de la Junte s’étaient réfugiés sur l’ île de León à Cadix, pour y établir une Junte. Un Conseil de régence d’Espagne et des Indes fut constitué, mais aucun des deux vaisseaux ne transmit cette nouvelle. Au contraire de la Junte de Séville, perçue comme réceptive aux idées nouvelles, le Conseil de Régence de Cadix ne fut pas considéré comme le prolongement de la résistance espagnole, mais comme une tentative de restaurer l’absolutisme en Espagne. Les patriotes sud-américains craignaient autant une restauration absolutiste qu’une victoire française complète dans la péninsule Ibérique [ 50 ] . Cisneros tenta d’occulter les nouvelles en contrôlant les vaisseaux britanniques et en faisant saisir tout journal qui arrivait, mais un exemplaire parvint néanmoins entre les mains de Manuel Belgrano et de son cousin Juan José Castelli [ 51 ] . Ils répandirent la nouvelle chez les autres patriotes et mirent en cause la légitimité du vice-roi, celui-ci ayant été nommé par la Junte déchue [ 51 ] . La nouvelle parvint également aux oreilles de Cornelio Saavedra, commandant du régiment de Patriciens. Saavedra, qui, à des occasions antérieures, avait déconseillé de prendre des mesures à l’encontre du vice-roi, et considérait que du point de vue stratégique, le moment idéal pour mettre en œuvre le projet révolutionnaire serait l'instant où les forces napoléoniennes auraient obtenu un avantage décisif dans leur guerre contre l’Espagne, conclut à présent que l’heure idéale était venue de tenter des actions contre Cisneros [ 52 ] . Martín Rodríguez proposa de renverser le vice-roi par la force, mais Castelli et Saavedra rejetèrent cette idée et proposèrent la tenue d’un cabildo ouvert [ 53 ] . Vendredi 18 mai et samedi 19 mai [ modifier | modifier le code ] Quelque effort qu’eût fait le vice-roi Cisneros pour occulter la nouvelle de la défaite espagnole, la rumeur s’était propagée à travers tout Buenos Aires. La population était inquiète, une grande activité régnait dans les casernes et sur la Plaza , et la plupart des magasins avaient fermé leurs portes [ 54 ] . Le Café des Catalans ( Café de los Catalanes ) et la Fonda de Naciones , lieux de réunion habituels des criollos , devinrent des enceintes de discussions politiques et les lieux de proclamations radicales . Francisco José Planes y clama que Cisneros devait être pendu sur la Plaza Mayor en représailles de l’exécution des chefs de l’infortunée révolution de La Paz [ 55 ] . Ceux qui avaient sympathisé avec le gouvernement absolutiste furent houspillés, mais les bagarres furent de peu de conséquence, car nul n'était autorisé à se saisir des fusils ou des sabres dans les casernes [ 56 ] . Le vice-roi, à l’effet d'apaiser les criollos , donna sa propre version des événements par la voie d’une proclamation. Bien que connaissant la nouvelle [ 57 ] , il se borna à relever que la situation dans la péninsule Ibérique était délicate, sans confirmer la chute de la Junte. Requérant de faire allégeance au roi Ferdinand VII, il proposa de créer un corps de gouvernement qui dirigerait au nom de Ferdinand VII, conjointement avec le vice-roi du Pérou José Fernando de Abascal y Sousa , le gouverneur de Potosí Francisco de Paula Sanz et le président de l’ Audiencia royale de Charcas Vicente Nieto [ 58 ] . La proclamation comportait le passage suivant : « En Amérique espagnole, le trône des Rois catholiques se maintiendra, eût-il succombé dans la péninsule. (...) L’autorité supérieure ne prendra une quelconque décision qui n'ait été préalablement convenue conjointement avec toutes les représentations de la capitale, auxquelles se seront jointes postérieurement celles des provinces de son ressort, pendant qu’entre-temps s'établisse, en accord avec les autres vice-royautés, une représentation de la souveraineté du seigneur Ferdinand VII [ 59 ] » . Sur ces entrefaites cependant, l’agitation populaire ne cessait de croître. Ne se laissant pas berner par le communiqué du vice-roi, quelques criollos tenaient au domicile de Nicolás Rodríguez Peña et d’ Hipólito Vieytes des réunions secrètes, où ils désignèrent une commission représentative, composée de Juan José Castelli et de Martín Rodríguez, à l’effet de requérir que Cisneros convînt d’un cabildo ouvert pour décider de l’avenir de la vice-royauté. Dans la nuit du 19 mai , les discussions se poursuivaient au domicile de Rodríguez Peña. Saavedra, appelé par Viamonte, rejoignit la réunion. Il y avait des chefs militaires, tels que Rodríguez, Ocampo, Balcarce et Díaz Vélez . et des chefs civils, comme Castelli, Vieytes, Alberti et Paso. Ils convinrent que Belgrano et Saavedra se mettraient en rapport avec l’ alcade Juan José de Lezica , et Castelli avec le procureur Julián de Leiva , pour solliciter leur appui. Ils réclameraient que le vice-roi permît la tenue d’un cabildo ouvert , à défaut de quoi, ajoutèrent-ils, le peuple et les troupes criollos marcheraient sur la Plaza Mayor , pour forcer par tous les moyens utiles le vice-roi à démissionner, et le remplacer ensuite par un gouvernement de patriotes [ 60 ] . Saavedra fit à Lezica la remarque que lui-même (Saavedra) était soupçonné d’être un traître potentiel pour avoir prôné à plusieurs reprises de procéder par démarches prudentes et mesurées ― remarque destinée en réalité à presser Lezica à mettre en branle le système légal pour permettre au peuple de s’exprimer, sous peine de risquer une rébellion de grande ampleur [ 61 ] . Lezica demanda de la patience et du temps pour convaincre le vice-roi, et pria de réserver en ultime recours la tenue d’une manifestation massive, argumentant que si le vice-roi était déposé de cette manière, cela équivaudrait à une rébellion, et transformerait les révolutionnaires en criminels [ 62 ] . Manuel Belgrano fixa le lundi prochain comme dernier délai pour agréer le cabildo ouvert . ensuite il passerait à l’action directe [ 63 ] . Ultérieurement, au cours de la Révolution, Leiva devait intervenir comme médiateur, agissant à la fois comme confident de Cisneros et comme négociateur de confiance pour les révolutionnaires plus modérés [ 64 ] . Dimanche 20 mai [ modifier | modifier le code ] Juan José Castelli sollicitant un cabildo ouvert auprès de Baltasar Hidalgo de Cisneros . Lezica ayant fait part à Cisneros de la requête, le vice-roi consulta Leyva, qui se déclara favorable à la tenue d’un cabildo ouvert . Avant de prendre sa décision, le vice-roi ordonna aux chefs militaires de se rendre au fort à sept heures du soir. Des rumeurs se répandirent selon lesquelles il s’agissait d’un guet-apens destiné à les capturer et à se rendre maître des casernes. Pour prévenir ce risque, les chefs militaires prirent d’abord le commandement des grenadiers qui gardaient le fort et s’assurèrent les clefs de tous les accès de celui-ci pendant l’audience chez le vice-roi [ 65 ] . Après que Cisneros leur eut, selon ce qu’il rapporta lui-même dans ses Mémoires , rappelé les serments de fidélité répétés par lesquels ils s’étaient engagés à défendre l’autorité et à maintenir l’ordre public, qu’il les eut exhortés de mettre en pratique leur fidélité à Sa Majesté et à la patrie, et qu’il eut à cet effet réclamé des renforts militaires, le colonel Cornelio Saavedra, chef du régiment de Patriciens, répliqua, au nom de tous les régiments créoles, en comparant la situation internationale actuelle avec celle prévalant au moment de la mutinerie d’Álzaga , un an auparavant, et en soulignant que l'Espagne était à présent presque totalement sous la domination napoléonienne . il remarqua que les provinces espagnoles non encore vaincues étaient très exiguës en comparaison des Amériques et rejeta les prétentions de souveraineté de celles-là sur celles-ci. Il conclut que les armées locales ne souhaitaient pas suivre le destin de l’Espagne, mais au contraire suivre leur propre voie. Enfin, il fit observer que la Junte de Séville, qui avait nommé vice-roi Cisneros, avait cessé d’exister, en raison de quoi il déniait à Cisneros toute légitimité comme vice-roi, et refusait de lui apporter la protection des troupes sous son commandement [ 66 ] . À minuit, au domicile de Rodríguez Peña, eut lieu une réunion où les dirigeants discutaient des événements de la journée écoulée. Castelli et Martín Rodríguez furent dépêchés vers le fort pour une entrevue avec Cisneros. Terrada, commandant des grenadiers d’infanterie, dont la caserne se trouvait sous les fenêtres de Cisneros, les rejoignit, sa présence étant propre à empêcher le vice-roi de faire appel à une aide militaire pour faire prisonniers ses visiteurs [ 67 ] . Les gardes les ayant laissé passer sans les annoncer, ils trouvèrent Cisneros occupé à jouer aux cartes avec le brigadier Quintana, le procureur Caspe et l'aide de camp Coicolea. Castelli et Rodríguez réitérèrent leur requête d’un cabildo ouvert , ce à quoi Cisneros réagit avec colère, estimant leur requête outrageante. Rodríguez, l'interrompant, lui enjoignit de donner une réponse définitive [ 68 ] . À l’issue de brefs conciliabules avec Caspe, Cisneros finit, de mauvaise grâce, par donner son consentement [ 69 ] . Le cabildo ouvert aurait lieu le 22 mai . Ce même soir, il y avait dans la ville une représentation théâtrale sur le thème de la tyrannie , intitulée Rome sauvée , et à laquelle assistaient nombre de révolutionnaires. L’acteur principal était Morante, dans le rôle de Cicéron . Le commissaire de police requit Morante de feindre une maladie et de ne pas apparaître sur scène, de sorte que la pièce pût être remplacée par Misanthropie et Repentance du poète allemand August von Kotzebue . Des rumeurs de censure policière se propagèrent promptement . Morante dédaigna l'injonction et joua la pièce comme prévu. Au quatrième acte, Morante prononça une allocution patriotique, où il fut question de la Rome antique menacée par les Gaulois et de la nécessité d’une direction forte pour résister au danger [ 70 ] . Cela eut l’effet d’exalter les esprits révolutionnaires, et provoqua une frénétique ovation. Juan José Paso se dressa, criant ¡Viva Buenos Aires libre! , et une petite rixe s’ensuivit [ 70 ] . La représentation terminée, les révolutionnaires retournèrent au domicile de Peña. Ils firent part du résultat de la dernière entrevue, mais doutaient que Cisneros tiendrait parole. Ils organisèrent une manifestation pour le jour suivant pour assurer que le cabildo ouvert eût bien lieu comme décidé [ 70 ] . Lundi 21 mai [ modifier | modifier le code ] Billet d'invitation au cabildo ouvert du 22 mai. Les préparatifs du cabildo ouvert , commencés à trois heures de l’après-midi, furent interrompus par l’arrivée de 600 hommes armés, groupés sous l'appellation de Légion infernale , qui entreprirent d’occuper la place de la Victoire ( Plaza de la Victoria , l'actuelle Plaza de Mayo ) et réclamaient haut et fort la tenue d’un cabildo ouvert et la démission du vice-roi Cisneros. Ils brandissaient un portrait de Ferdinand VII et les revers de leur veste étaient ornés d’un ruban blanc symbolisant l’unité criollo -espagnole. Les meneurs des agitateurs ( chisperos ) étaient Domingo French , le facteur de la ville, et Antonio Beruti , employé du Trésor. Des rumeurs circulaient selon lesquelles Cisneros avait été tué et Saavedra s’apprêtait à prendre la direction du gouvernement [ 71 ] . Saavedra, qui se trouvait au même moment à la caserne, était embarrassé par cette manifestation. S’il estimait que la violence devait être stoppée et que des mesures radicales telles que la mise à mort de Cisneros devaient être évitées, il pensait en même temps que les troupes se mutineraient si les manifestations étaient réprimées [ 72 ] . Les gens amassés sur la place ne croyaient pas que Cisneros autoriserait le cabildo ouvert le jour suivant. Comme Leiva quittait le Cabildo , Belgrano, au nom de la foule, exigea une réponse définitive . Leiva déclara que tout se passerait comme prévu, mais qu’il fallait du temps pour préparer le Cabildo . Leiva requit Belgrano d’aider le Cabildo dans les préparatifs, son intervention pouvant en effet être interprétée par la foule comme la garantie que leurs exigences ne seraient pas ignorées. La foule se retira alors de la salle principale, mais resta sur la place. Belgrano contesta la liste des invités, où ne figuraient que les citoyens les plus fortunés, jugeant que si les pauvres étaient mis à l’écart, les troubles sociaux ne cesseraient pas. Les membres du Cabildo tentèrent de le convaincre de donner son appui, mais il s’en alla. Le départ de Belgrano, sans qu’il eût donné d’explications sur ce qui s’était passé, mit la foule en rage, et le peuple redoutait une trahison. La revendication d’un cabildo ouvert fut remplacée par l’exigence de la démission immédiate de Cisneros. Cependant, après l’intervention de Saavedra, assurant que les revendications de la Légion infernale bénéficieraient de son appui militaire, le peuple finit par se calmer et se dispersa [ 73 ] . Des invitations furent distribuées à 450 fonctionnaires et citoyens de haut rang de la capitale. La liste des participants avait été établie par le Cabildo, qui voulait s’assurer du résultat en ayant soin de choisir les personnes les plus susceptibles de soutenir le vice-roi. Les révolutionnaires firent pièce à cette manœuvre par un stratagème à eux : Agustín Donado, à qui l’on avait confié la tâche d’imprimer les invitations, en imprima près de 600 au lieu des 450 commandés, et distribua le surplus entre les criollos [ 74 ] . Tout au long de la soirée, Castelli, Rodríguez, French et Beruti parcoururent toutes les casernes pour haranguer les troupes et les préparer pour le lendemain [ 75 ] . Le carton d’invitation était ainsi conçu : L’Excellentissime Cabildo vous convoque pour que vous daigniez assister, demain le 22 courant, à neuf heures, sans insigne aucun, et en qualité d’habitant, au cabildo ouvert que, en accord avec l’Excellentissime Seigneur Vice-Roi, il a consenti à organiser . il y aura lieu de produire le présent faire-part aux troupes qui garderont les avenues de cette place, pour qu'il vous soit permis de passer librement . Mardi 22 mai [ modifier | modifier le code ] Le cabildo ouvert du 22 mai 1810 à Buenos Aires, d'après un tableau de Pedro Subercaseaux . Ce cabildo ouvert fut organisé pour débattre de la légitimité du vice-roi et de l'opportunité d'un gouvernement local autonome qui viendrait le remplacer. Selon les relevés officiels, 251 seulement des 450 invités assistèrent au cabildo ouvert [ 76 ] . French et Beruti, à la tête de 600 hommes armés de coutelas, de fusils et de carabines de chasse, contrôlaient l’accès à la place, pour assurer que le cabildo ouvert eût une majorité de criollos. Tous les notables, religieux et civils, étaient présents, ainsi que les chefs de milices et de nombreux résidents de premier rang. La seule absence notable était celle de Martín de Álzaga, toujours en résidence surveillée. Les troupes, encasernées, étaient en état d’alerte, prêtes à passer à l’action en cas de commotion [ 77 ] . Le négociant José Ignacio de Rezabal, qui assista au cabildo ouvert , exprima dans une missive adressée au prêtre Julián S. de Agüero ses doutes sur cette façon de procéder, précisant que ces doutes étaient partagés par d’autres gens proches de lui . il craignait en effet que le parti qui l’emporterait dans le cabildo ouvert , quel qu’il fût, ne se vengeât contre les autres, comme la mutinerie d’Álzaga en avait été un récent précédent [ 78 ] . Il estimait que le cabildo ouvert serait dénué de légitimité si, à cause de la susmentionnée manipulation de la liste d’invités, les criollos étaient admis à y participer en surnombre [ 79 ] . La séance, avec ses diverses phases ― lecture de la proclamation, débats et votes ―, dura du matin jusqu’à minuit. Le vote n’était pas à bulletin secret : les voix étaient demandées une à une, puis consignées dans les minutes du débat. Le thème principal des discussions était la légitimité du gouvernement et l’autorité du vice-roi. Le principe de Rétroversion de la souveraineté des peuples (esp. Retroversión de la soberanía de los pueblos ), lieu commun de la scolastique espagnole et de la philosophie rationaliste , stipulait qu’en l’absence de monarque légitime le pouvoir devait retourner au peuple, et légitimait donc la formation d’un nouveau gouvernement . toutefois, il n’existait aucun précédent où ce principe avait été appliqué [ 80 ] . La question de la validité de ce principe divisait l’assemblée en deux groupes principaux : l’un, qui rejetait ce principe, arguait qu’il n’y avait pas lieu de changer l’état de choses actuel et soutenait Cisneros dans sa fonction de vice-roi . l’autre, qui appelait au changement, considérait qu’il convenait d’établir une junte de gouvernement, similaire à celles mises sur pied en Espagne, destinée à remplacer le vice-roi. Un troisième groupe, enfin, plus modéré, défendait une position médiane [ 81 ] . Les partisans du changement ne reconnaissaient pas l’autorité du Conseil de Régence, soulignant que les colonies américaines n’avaient pas été consultées lors de sa formation. La question de la rivalité entre criollos et péninsulaires ne fut qu'effleurée au cours des débats . ceux favorables au maintien en place du vice-roi estimaient que le vœu des péninsulaires devait prévaloir sur celui des criollos. Un des orateurs de la première position était l’évêque de Buenos Aires, Benito Lué y Riega , chef de l’église locale. Lué y Riega fit valoir que : « Non seulement il n’y a point lieu d’innover avec le vice-roi, mais encore, quand bien même il n’y aurait plus aucune partie de l’Espagne qui ne fût subjuguée, les Espagnols qui se trouvent en Amérique doivent reprendre et exercer le gouvernement de celle-ci, ce gouvernement ne pouvant incomber aux fils du pays que s'il ne s’y trouvait plus aucun Espagnol. Dût-il ne rester qu’un seul membre de la Junte de Séville et qu'il accostât nos plages, nous devrions le recevoir comme le Souverain [ 82 ] . » Juan José Castelli était le principal orateur en faveur des révolutionnaires. Son allocution reposait sur deux idées centrales : la déchéance du gouvernement légitime — il releva que la Junte de Séville était dissoute et n’était pas habilitée à désigner une Régence — et le principe de rétroversion de souveraineté [ 83 ] . Il prit la parole après Riega, affirmant que c’était au peuple américain de prendre en main son propre gouvernement en attendant que Ferdinand VII fût en mesure de retourner sur le trône. « Nul n’a pu réputer criminels ni la nation entière, ni les individus qui ont exprimé ouvertement leurs opinions politiques. Si le droit de conquête appartient, par origine, au pays conquérant, il serait juste que l’Espagne donne raison au révérent évêque en renonçant à résister aux Français et en se soumettant, selon les mêmes principes que ceux en vertu desquels il est prétendu que les Américains se soumettent aux hameaux de Pontevedra. La raison et la règle doivent être égales pour tous. Ici, il n’y a ni conquis ni conquérants, il n’y a ici que des Espagnols. Les Espagnols d’Espagne ont perdu leur terre. Les Espagnols d’Amérique essayent de sauver la leur. Que ceux d’Espagne s’entendent là-bas comme ils le peuvent et qu’ils ne se préoccupent pas : nous, Américains, savons ce que nous voulons et où nous allons. Aussi, je propose que l’on vote : qu’à l’autorité du vice-roi en soit subrogée une autre, qui dépendra de la métropole si celle-ci se sauve des Français, qui sera indépendante si l’Espagne reste subjuguée [ 84 ] » Pascual Ruiz Huidobro argumenta que si l’autorité qui avait nommé Cisneros était caduque, celui-ci n’avait plus sa place dans le gouvernement. Il estimait que le Cabildo devait prendre la direction des affaires, étant donné qu’il était le représentant du peuple. Se rallièrent à son vote Melchor Fernández, Juan León Ferragut, Joaquín Grigera, et d’autres [ 85 ] . Cornelio Saavedra , élu à la majorité des suffrages lors du cabildo ouvert , devint le premier président des Provinces-Unies du Río de la Plata . L’avocat Manuel Genaro Villota , représentant des Espagnols conservateurs, déclara que la ville de Buenos Aires n’avait pas le droit de décider unilatéralement de la légitimité du vice-roi ou du Conseil de Régence, sans en conférer aussi avec les autres villes de la Vice-royauté. Il argua que pareille action briserait l’unité du pays, établissant autant de souverainetés que le pays compte de villes. Ce point de vue, qui équivalait à repousser à plus tard quelque action que ce fût, était une habile manœuvre dilatoire visant à maintenir Cisneros au pouvoir [ 86 ] . Juan José Paso reconnut le bien-fondé de son premier point, mais argumenta que la situation en Europe et la possibilité que les forces napoléoniennes vinssent à conquérir les colonies américaines exigeait une résolution urgente [ 87 ] . Il excipa alors du droit d’aînesse de Buenos Aires, qui habiliterait cette ville à prendre l’initiative et à procéder aux changements jugés nécessaires et appropriés, certes sous la condition expresse que les autres villes en fussent avisées et invitées le plus tôt possible à émettre des remarques [ 88 ] . La figure rhétorique de la sœur aînée ( hermana mayor ), comparable au principe de negotiorum gestio [ 89 ] , est un concept postulant une analogie entre les rapports de Buenos Aires avec les autres villes de la vice-royauté et la relation filiale [ 90 ] . Le prêtre Juan Nepomuceno Solá proposa alors que le commandement provisoire fût confié au Cabildo, en attendant la constitution d’une junte de gouvernement composée de représentants de toutes les populations de la Vice-royauté. Sa motion fut soutenue par Manuel Alberti , Azcuénaga , Escalada, Cosme Mariano Argerich , Juan Pedro Aguirre , et par d’autres [ 91 ] . Cornelio Saavedra suggéra pour sa part que le gouvernement fût délégué au Cabildo jusqu’à la formation d’une junte de gouvernement dans les modalités et la forme que le Cabildo jugerait appropriées. Il utilisa l’expression « (...) et il n’est point douteux que c’est le peuple qui fait l’autorité ou le commandement. » [ 76 ] . Au moment du vote, la position de Castelli s’était accordée avec celle de Saavedra [ 92 ] . Manuel Belgrano se tenait debout près d’une fenêtre, de sorte à pouvoir, au cas où les choses prendraient un mauvais tour, donner le signal en agitant un linge blanc. Les gens rassemblés sur la place eussent alors forcé le passage jusque dans le Cabildo. Cependant, aucun problème sérieux ne survint, et ce plan d’urgence n’eut pas à être mis en œuvre [ 93 ] . L’historien Vicente Fidel López , fils de Vicente López y Planes , révéla que son père, présent à l’événement, vit que Mariano Moreno était devenu inquiet vers la fin, en dépit de la majorité acquise. Moreno confia à Planes que le Cabildo était sur le point de le trahir. Mercredi 23 mai [ modifier | modifier le code ] Les débats se poursuivirent toute la journée, et les voix ne furent comptées que fort tard dans la soirée. Les exposés faits, les participants avaient à voter soit pour le maintien au pouvoir du vice-roi, seul ou en association, soit pour sa destitution. Les idées exposées cristallisèrent en un petit nombre de propositions, désignées par le nom de leur principal défenseur, et les gens votèrent ensuite en faveur d’une d’entre elles. De ce vote, qui dura longtemps, il résulta, à une large majorité de 155 voix contre 69, que le vice-roi devait être destitué. La proposition de Manuel José Reyes, qui estimait qu’il n’y avait aucune raison de déposer le vice-roi, et qu’il suffisait de désigner une junte dirigée par Cisneros, obtint une trentaine de voix. Trente autres voix appuyaient également Cisneros, mais en rejetant tout changement au système politique en vigueur. Un petit groupe enfin appuyait la proposition de Martín José de Choteco, qui soutenait également Cisneros [ 94 ] . Les voix contre Cisneros étaient elles aussi réparties en plusieurs propositions différentes. Beaucoup de celles-ci tenaient que les nouvelles autorités appelées à se substituer au vice-roi devaient être élues par le Cabildo. Pascual Ruiz Huidobro vota en faveur d’une phase intérimaire au cours de laquelle le Cabildo dirigerait et s’emploierait à désigner un nouveau gouvernement, mais cette proposition ne mettait pas en avant la souveraineté populaire, ni n’évoquait la mise sur pied d’une junte. Cette proposition eut la faveur de trente-cinq membres, dont du reste une grande partie voyaient en Huidobro le meilleur candidat à la tête du nouveau gouvernement qui serait constitué si la proposition l’eût emporté [ 95 ] . Juan Nepomuceno Solá vota pour la proposition portant que le Cabildo devait gouverner dans l’intérim, tout en s’efforçant entre-temps de constituer une junte composée de députés de toutes les provinces de la vice-royauté. Cette proposition obtint près de vingt voix. Cornelio Saavedra eut le plus grand nombre de voix, et le reste des voix se répartissait sur diverses propositions obtenant chacune peu de voix. Le 23 mai à l’aube, le Cabildo publia un document annonçant que le vice-roi mettrait fin à son mandat. L’autorité supérieure serait transférée temporairement au Cabildo, jusqu’à la désignation d’une junte de gouvernement [ 96 ] . Des avis, annonçant la création imminente d’une junte et reproduisant l'appel lancé aux provinces pour qu'elles envoyassent des représentants à Buenos Aires, furent placardés en différents points de la ville. D’autres avis appelaient le public à s’abstenir de tenter des actions contraires à l’ordre public [ 97 ] . Jeudi 24 mai [ modifier | modifier le code ] Le Cabildo entreprit, en application des résultats du cabildo ouvert , de former la nouvelle junte chargée de gouverner jusqu’à l’arrivée des représentants des autres villes. Leyva fit en sorte que le ci-devant vice-roi Cisneros fût désigné président de la junte et commandant en chef des forces armées. Furent aussi élus, outre Cisneros, les quatre autres membres suivants : les criollos Cornelio Saavedra et Juan José Castelli, et les péninsulaires Juan Nepomuceno Solá et José Santos Inchaurregui [ 98 ] . Les points de vue divergent quant aux motifs de cette décision. Un code constitutionnel de treize articles, propre à réguler l’action de la junte, avait été rédigé par Leyva : la junte n’était pas habilitée à exercer le pouvoir judiciaire, lequel était réservé à la Audiencia royale de Buenos Aires . Cisneros ne pouvait pas agir sans l'appui des autres membres de la junte . le Cabildo avait pouvoir de révoquer ceux qui négligeaient d’accomplir leur devoir . l’assentiment du Cabildo était requis pour lever de nouveaux impôts . et enfin, la junte devait décréter une amnistie générale pour ceux qui avaient exprimé leur opinion lors du cabildo ouvert , et appeler les autres villes à dépêcher des députés. Les commandants des forces armées, y compris Saavedra et Pedro Andrés García, acquiescèrent à ce code. La junte prêta serment dans l’après-midi [ 99 ] . La nouvelle prit les révolutionnaires au dépourvu. Ils ne savaient pas avec certitude ce qu’il y avait à faire dans l’immédiat, et craignaient de subir la même répression que celle qui s’était abattue sur les révolutionnaires de Chuquisaca et de La Paz. Moreno abjura toute relation avec les autres et se claquemura dans sa maison [ 100 ] . Une réunion eut lieu au domicile de Rodríguez Peña. Certains étaient d’avis que le Cabildo n’avait pu ourdir un tel complot sans la bénédiction de Saavedra, et que Castelli devait démissionner de la junte. Tagle rejeta cette proposition : il pensait que Saavedra avait pu accepter par faiblesse ou par naïveté, et que Castelli devait donc rester afin de contrebalancer l’influence qu’avaient les autres sur Saavedra [ 101 ] . Entre-temps, la place avait été envahie par une foule emmenée par French et Beruti. Le maintien au pouvoir de Cisneros, fût-ce même dans une fonction autre que celle de vice-roi, était ressentie comme une injure à la volonté du cabildo ouvert . Le colonel Martín Rodriguez expliqua que si ses soldats recevaient l’ordre de soutenir Cisneros, cela signifierait que l’ordre leur serait donné de faire feu sur la population . la plupart des soldats alors se révolteraient, car ils partageaient le souhait de voir le vice-roi quitter le pouvoir [ 102 ] . Ce même soir, Castelli et Saavedra informèrent Cisneros de leur intention de démissionner de la Junte nouvellement formée, faisant valoir que la population était au bord d’une révolution violente et qu’elle écarterait Cisneros par la force s’il ne démissionnait pas lui aussi. Ils soulignèrent qu’ils étaient impuissants à stopper cela ― Castelli, à contenir ses amis, Saavedra, à empêcher le Régiment de Patriciens de se mutiner [ 103 ] . Cisneros souhaitait attendre jusqu’au lendemain, mais ils lui représentèrent que l’heure n’était plus aux ajournements, de sorte qu’il finit par accepter de démissionner. Il rédigea sa lettre de démission et la fit parvenir au Cabildo, qui devait en délibérer le jour suivant. Chiclana, se sentant encouragé après que Saavedra eut démissionné, se mit à solliciter des signatures pour un manifeste de la volonté du peuple. Quant à Moreno, il se refusait à tout autre engagement, mais Castelli et Peña étaient confiants qu'il finirait par vouloir les rejoindre si les événements se déroulaient comme ils l’escomptaient [ 104 ] . Vendredi 25 mai [ modifier | modifier le code ] Le matin du 25 mai, malgré le mauvais temps, une foule nombreuse, rejointe par la milice commandée par Domingo French et Antonio Beruti, se rassembla sur la Plaza de la Victoria. Tous réclamaient la révocation de la junte élue le jour précédent, la démission définitive de Cisneros, et la composition d’une nouvelle junte dont ce dernier fût exclu. L’historien Bartolomé Mitre rapporte que French et Beruti distribuèrent des rubans bleu et blanc, semblables à la cocarde argentine moderne, aux personnes présentes. Plus tard, d’autres historiens mirent cela en doute, sans exclure toutefois que les révolutionnaires eussent utilisé quelque marque distinctive pour permettre leur identification [ 105 ] . La rumeur courut qu’il se pouvait que le Cabildo rejetât la démission de Cisneros [ 106 ] . La résolution officielle tardant à être rendue publique, la foule commença à remuer, clamant « le peuple veut savoir de quoi il s’agit ! ». Le Cabildo se réunit à 9 heures du matin et refusa effectivement la démission de Cisneros, estimant que la foule n’avait aucun droit légitime à influencer une décision prise et déjà exécutée par le Cabildo. Il considérait que l’agitation populaire devait être réprimée par la force, et, attendu que la Junte détenait maintenant le pouvoir, tenait les membres de celle-ci pour comptables de tout changement qui serait apporté à la politique décidée [ 107 ] . Afin de faire exécuter ces ordres, ils mandèrent les commandants en chef, mais ceux-ci n’y donnèrent aucune suite. Beaucoup d’entre eux, Saavedra inclus, n’apparurent point . mais même ceux qui parurent alors annoncèrent ne pas vouloir endosser l’ordre du gouvernement, arguant que les commandants seraient à coup sûr désobéis s’ils ordonnaient aux troupes de réprimer les manifestants. L’agitation de la foule s’accrut, et le cabildo fut pris d’assaut. Leiva et Lezica requirent que quelqu’un habilité à agir en porte-parole du peuple voulût les rejoindre à l’intérieur de la salle et exposer les vœux du peuple. Beruti, Chiclana, French et Grela furent admis à passer. Leiva tenta de dissuader Pancho Planes de se joindre à eux [ 108 ] , mais il pénétra lui aussi dans la salle [ 109 ] . Le Cabildo argumenta que Buenos Aires n’avait pas le droit de démanteler le système politique de la vice-royauté sans en discuter d’abord avec les autres provinces . French et Chiclana rétorquèrent que la convocation d’un Congrès était d’ores et déjà décidée [ 110 ] . Le Cabildo convoqua les commandants afin d’aviser avec eux. Ainsi que cela avait déjà été fait plusieurs fois dans les derniers jours, Romero représenta au Cabildo que les soldats se mutineraient s’ils étaient forcés de combattre la foule sur ordre de Cisneros. Le Cabildo toutefois ne voulut point en démordre, jusqu’à ce que le bruit de la manifestation eut pénétré dans la salle, faisant craindre que les manifestants pussent envahir le bâtiment et les atteindre. Martín Rodríguez déclara que la seule manière de calmer les manifestants était d’accepter la démission de Cisneros. Leiva cette fois fut d’accord et en convainquit les autres membres, et la multitude reflua alors vers la place. Rodríguez se dirigea vers la maison d’Azcuénaga pour y rencontrer les autres révolutionnaires et planifier les dernières étapes de la révolution. La manifestation envahit derechef le Cabildo, poussant cette fois jusqu’à la salle de délibération. Beruti prit la parole au nom du peuple, exigeant que la nouvelle junte fût élue par le peuple, et non par le Cabildo [ 111 ] . Il laissa entendre que, outre les 400 personnes déjà rassemblées, les casernes étaient remplies de gens qui leur étaient loyaux et qui, si besoin était, prendraient le commandement. Le Cabildo répliqua en requérant que leurs revendications fussent formulées par écrit. Au terme d’un long intervalle, un document contenant 411 signatures fut remis au Cabildo [ 112 ] . Ce document, qui a pu être conservé, proposait une nouvelle composition de la junte de gouvernement, et un corps expéditionnaire de 500 hommes pour assister les provinces . y figurent la plupart des chefs militaires et nombre de résidents notables, en plus d'une grande quantité de signatures illisibles. French et Beruti le signèrent, en précisant « pour moi et pour six cents autres » [ 113 ] . Les historiens ne s’accordent pas cependant sur la paternité du contenu de ce document. Sur ces entrefaites, le temps s’était amélioré, et le soleil perça à travers les nuages, illuminant le ciel. Les gens amassés sur la place y virent un bon présage pour la révolution. Le Soleil de Mai , un des emblèmes de l’Argentine et de l’Uruguay, allait être créé quelques années plus tard en référence à ce phénomène [ 112 ] . Le Cabildo accepta le document et se rendit au balcon pour le soumettre directement au peuple pour ratification. Mais, à cause de l’heure tardive et de la météo, le nombre de gens présents sur la place s’était amenuisé. Leiva ridiculisa la prétention des représentants restants à parler au nom du peuple, ce qui mit à rude épreuve la patience des rares personnes encore sur la place sous la pluie. Beruti, refusant tout nouvel atermoiement, menaça d’appeler le peuple aux armes [ 114 ] . Devant la perspective d'une montée de violence, l’on fit donner lecture de la requête du peuple, laquelle fut immédiatement ratifiée par l'assistance. Les règles régissant la Junte étaient grosso modo les mêmes que celles édictées la veille, mais complétées par la stipulation que le Cabildo contrôlerait l’activité des membres de la Junte et qu’en cas de poste devenu vacant, la Junte était elle-même habilitée à pourvoir aux remplacements [ 115 ] . Saavedra s’adressa à la foule, puis se rendit au Fort, sous les salves d’artillerie et les sonneries de cloches. Entre-temps, Cisneros dépêcha José Melchor Lavin à Córdoba pour prévenir Santiago de Liniers de ce qui venait de se passer à Buenos Aires, et demanda une intervention militaire contre la Junte. La version du vice-roi Cisneros [ modifier | modifier le code ] Le vice-roi destitué Cisneros livra sa version des faits de la Semaine de Mai dans une missive adressée au roi Ferdinand VII, portant la date du 22 juin 1810 : « J’avais ordonné que pour cet acte l’on postât une compagnie dans chaque rue débouchant sur la place, de sorte à ne permettre d’accéder à celle-ci, ni de monter dans les Maisons Capitulaires, à nulle personne qui ne fût de celles citées . mais la troupe et les officiers étaient du parti . ils faisaient ce que leurs commandants leur avaient préalablement et secrètement dit de faire, c'est-à-dire que ceux-là leur dirent ce que la faction leur avait ordonné de dire : ils refusaient le passage vers la place aux habitants honorables et l'accordaient à ceux de la confabulation . quelques officiers avaient un exemplaire des innombrables convocations et avec celles-ci ils introduisaient dans les bâtiments de l'hôtel de ville des sujets non cités par le Cabildo, ou dont ils savaient la partialité, ou parce qu’ils les gagnaient avec de l’argent, de sorte que, dans une ville de plus de trois mille citoyens de distinction et de nom, seuls deux cents de ceux-ci furent présents, mais de nombreux épiciers, quelques artisans, d’autres fils de famille et les plus ignorants, dépourvus de la moindre notion pour discuter d’une question de la plus grande gravité [ 116 ] . » Composition de la Première Junte [ modifier | modifier le code ] Le gouvernement issu du cabildo ouvert , qu’il est d’usage de désigner par Première Junte ( Primera Junta ), était composé comme suit : Président Cornelio Saavedra Membres D r Manuel Alberti Col. Miguel de Azcuénaga D r Manuel Belgrano D r Juan José Castelli Domingo Matheu Juan Larrea Secrétaires D r Juan José Paso D r Mariano Moreno Événements subséquents [ modifier | modifier le code ] De la révolution de Mai surgira la Première Junte , premier gouvernement autonome du Río de la Plata. Ni le Conseil de Régence, ni les membres de l'Audiencia royale de Buenos Aires, ni la population espagnole d’origine européenne ne crurent en la sincérité de la déclaration de loyauté envers le roi captif Ferdinand VII, et ce n’est que de mauvaise grâce qu’ils se résignèrent à la nouvelle situation. L’Audiencia jura en secret fidélité au Conseil de Régence et expédia des circulaires aux autres villes de la Vice-royauté, les exhortant à ne pas reconnaître le nouveau gouvernement. Pour mettre un terme à ces manœuvres, la Junte convoqua l’ensemble des membres de l’Audiencia, ainsi que l’évêque Lué y Riega et le ci-devant vice-roi Cisneros, pour les embarquer ensuite, sous le prétexte que leurs vies fussent en danger, sur le navire britannique Dart . Consigne fut donnée par Larrea au capitaine Mark Brigut de ne faire escale dans aucun port américain et de les transporter tous vers les îles Canaries . Cette opération accomplie avec succès, une nouvelle Audiencia fut nommée, entièrement composée de criollos loyaux à la révolution [ 117 ] . À l’exception de la ville de Córdoba, toutes les villes sur le territoire actuel de l’Argentine appuyèrent la Première Junte. Les villes du Haut-Pérou (actuelle Bolivie) cependant ne prirent pas position ouvertement, en raison sans doute du précédent des récentes révolutions de Chuquisaca et de La Paz et de leur dénouement. Asuncion rejeta la Junte et prêta serment de fidélité au Conseil de Régence. La bande Orientale , sous Francisco Javier de Elío , demeura un bastion royaliste, de même que le Chili [ 118 ] . À Córdoba, l’ancien vice-roi Jacques de Liniers se mit à la tête d’une contre-révolution et déclencha ainsi la première campagne militaire qu’eut à mener le nouveau gouvernement indépendant. En dépit de la stature de Liniers et de son prestige de héros populaire, que lui avait valu son rôle lors des invasions anglaises, la population de Córdoba se rallia à la révolution. Les désertions et actes de sabotage qui s’ensuivirent ayant sensiblement entamé la puissance des troupes contre-révolutionnaires [ 119 ] , le soulèvement de Liniers fut promptement écrasé par les forces sous le commandement de Francisco Ortiz de Ocampo . Toutefois, Ocampo refusa ensuite de fusiller Liniers qu’il avait capturé, eu égard au fait que celui-ci avait combattu à ses côtés contre les Anglais . c’est Juan José Castelli qui dut se charger de l’exécution telle qu’ordonnée par la Junte. La rébellion de Córdoba réprimée, l’on entreprit d’envoyer des expéditions militaires vers d’autres villes de l’intérieur, en exigeant qu’elles appuyassent la Première Junte et lui envoyassent des députés pour les représenter [ 120 ] . Le service militaire fut exigé de presque toutes les familles, pauvres comme riches . cependant, la plupart des familles patriciennes decidèrent d’envoyer leurs esclaves à l’armée au lieu de leurs propres fils ― c’est là sans doute une des raisons de la diminution de la population noire en Argentine. Portrait apocryphe de Mariano Moreno , membre influent de la Première Junte . Montevideo, mieux outillée pour résister à une attaque de Buenos Aires, et poussée en outre par la rivalité historique entre ces deux villes, fit résolument opposition à la Première Junte . le Conseil de Régence la proclama nouvelle capitale de la Vice-royauté, et nomma Francisco Javier de Elío comme nouveau vice-roi. Des villes plus périphériques, situées dans la bande Orientale, soutinrent, à l’encontre de la volonté de Montevideo, la Junte de Buenos Aires . elles étaient conduites par José Gervasio Artigas , qui mit le siège devant Montevideo. Les royalistes montévidéens furent définitivement battus par Carlos María de Alvear [ 121 ] . La Capitainerie générale du Chili connut un processus politique analogue à celui de la révolution de Mai, et, après avoir à son tour élu une junte de gouvernement en septembre, entra dans la courte période connue sous le nom de Patria Vieja . Ladite junte fut cependant vaincue en 1814 lors de la bataille de Rancagua , et la consécutive reconquête du Chili en fit à nouveau un bastion loyaliste. La Cordillère des Andes dressait une barrière efficace entre révolutionnaires et royalistes chiliens, raison pour laquelle il n’y eut pas d’affrontements armés au Chili avant 1817, date où l’ Armée des Andes sous le commandement de José de San Martín franchit la cordillère et infligea une défaite définitive aux royalistes chiliens [ 122 ] . La Première Junte s’augmenta des députés envoyés par les provinces et intégrés en son sein, et fut alors rebaptisée Junta Grande . Elle fut dissoute peu après la défaite patriote de juin 1811 à la bataille de Huaqui , pour laisser la place à deux triumvirats successifs, qui exercèrent le pouvoir exécutif sur les Provinces Unies de l’Amérique du Sud . En 1814, le second triumvirat fut remplacé par le gouvernement du Directeur suprême des Provinces Unies du Río de la Plata [ 123 ] . Entre-temps, Martín Miguel de Güemes réussissait à contenir à Salta les armées royalistes dépêchées par le Pérou , tandis que San Martín faisait mouvement, par voie de mer, vers le bastion royaliste de Lima , lors d’une campagne conjointe chilienne et argentine. Le théâtre des indépendances se déplaçait ainsi peu à peu vers le nord du continent sud-américain [ 124 ] . En Argentine même, l’évolution politique dériva vers une longue guerre civile . Conséquences [ modifier | modifier le code ] D’après l’ouvrage Breve historia de los Argentinos de l’historien Félix Luna , une des conséquences politiques les plus importantes de la révolution de Mai fut le changement de paradigme dans la relation entre population et gouvernants. Jusque-là avait prévalu le concept de bien commun : cependant que l’autorité royale restait pleinement respectée, si une instruction émanant de la cour d’Espagne était jugée préjudiciable au bien commun de la population locale, elle n’était suivie qu’à moitié ou tout simplement dédaignée [ 16 ] . Avec la révolution, le concept de bien commun fut supplanté par le concept de souveraineté populaire , tel que l’avaient théorisé Moreno, Castelli et Monteagudo, parmi d’autres. L’idée tenait qu’en l’absence d’autorité légitime, le peuple avait le droit de désigner lui-même ses propres dirigeants. Au fil du temps, la souveraineté populaire devait céder le pas à la doctrine de la règle majoritaire. Cette maturation des idées fut lente et progressive, et prit de longues décennies à cristalliser en des systèmes électoraux et politiques stables, mais déboucha finalement sur l’adoption du système républicain comme forme de gouvernement pour l’Argentine [ 125 ] . Domingo Faustino Sarmiento exprima des points de vue similaires dans son Facundo , en relevant que les villes étaient plus réceptives aux idées républicaines, alors que les zones rurales leur étaient plus réfractaires, ce qui permettait au phénomène des caudillos de se développer dans les provinces [ 126 ] . Une autre conséquence de la révolution de Mai fut, toujours selon Félix Luna, la désintégration des territoires appartenant autrefois à la Vice-royauté du Río de la Plata en plusieurs unités distinctes. La plupart des villes et des provinces avaient des populations, des économies, des mentalités, des contextes et des intérêts différents. Jusqu’alors, toutes ces populations étaient maintenues ensemble par l’autorité du gouvernement espagnol, mais après la disparition de celle-ci, les habitants de Montevideo, du Paraguay et du Haut-Pérou commencèrent à s’éloigner de Buenos Aires. La durée d’existence de la Vice-royauté du Río de la Plata, de 38 ans à peine, avait été insuffisante pour permettre à un conscience patriotique de se forger et pour créer dans l’ensemble de la population un sentiment d’appartenance à une même communauté [ 127 ] . Il manquait au nouveau pays un concept établi d’identité nationale propre à unir la population sous une commune idée de l’État [ 128 ] . Juan Bautista Alberdi décèle dans la Révolution de Mai une des manifestations précoces de la lutte de pouvoir entre la ville de Buenos Aires et les provinces de l’intérieur — un des antagonismes centraux à l’œuvre dans les guerres civiles argentines. Alberdi écrivit dans son ouvrage Escritos póstumos : « La révolution de Mai 1810 à Buenos Aires, dont le dessein était d'obtenir l'indépendance de l'Argentine d’avec l’Espagne, eut également pour effet d’émanciper de l’Argentine la province de Buenos Aires, ou plutôt, d’imposer l’autorité de cette province à la nation tout entière émancipée de l’Espagne. Ce jour-là, si la tutelle espagnole s’acheva sur les provinces argentines, celle de Buenos Aires fut instaurée [ 129 ] . » D'autre part, la vie culturelle dans le Río de la Plata connut après la révolution de Mai une floraison sans précédent, en particulier par la quantité de nouvelles publications de toute sorte. En effet, en regard de l’unique journal autorisé auparavant, la révolution laissa libre carrière à la presse , permettant l’émergence d’une profusion de titres tels que La Lira Argentina , la Gazeta de Buenos Aires , El Correo de Comercio , Mártir o Libre , El Censor de la Revolución , El Independiente et El Grito del Sud . Le même vent de liberté bénéficia à la création littéraire et fit surgir des poètes révolutionnaires, dont Bartolomé Hidalgo , Vicente López y Planes et Esteban de Luca [ 130 ] . Perspectives historiques [ modifier | modifier le code ] L’ historiographie de la révolution de Mai n’a, quant aux faits eux-mêmes, que peu de sujets d’incertitude, et n’a pas non plus à déplorer la perte de nombreux détails. La plupart des informations ont été recueillies et adéquatement consignées pendant les événements, puis mises à la disposition du public par la Première Junte en guise de propagande patriotique. Il en résulte que les diverses visions historiques de l’événement diffèrent les unes des autres non pas par la description des faits eux-mêmes, mais par l’interprétation que chacune de ces visions entend donner de la signification, des causes et des conséquences des événements. Du reste, la version moderne des faits ne s’écarte pas sensiblement de la version contemporaine [ 131 ] . Bartolomé Mitre , auteur d’une des premières interprétations historiques de la révolution de Mai. Les premiers à écrire sur la Révolution furent ses protagonistes. Cependant, les mémoires , biographies et carnets qu’ils firent paraître poursuivaient des buts autres qu’historiographiques . il s’agissait notamment d’exposer les raisons de leurs actions, de blanchir leur image publique, ou de manifester leur soutien ou leur rejet des figures et des idées de l’époque [ 132 ] . Par exemple, Manuel Moreno rédigea une biographie de son frère Mariano destinée à servir en Europe de matériel de propagande en faveur de la Révolution [ 133 ] , et Cornelio Saavedra écrivit son autobiographie à un moment où son personnage était fortement mis en cause, afin de se justifier auprès de ses fils [ 134 ] . La première école historiographique importante qui se soit consacrée à l'histoire de l'Argentine et à son interprétation fut fondée par des auteurs romantiques des années 1830, notamment Bartolomé Mitre [ 135 ] . Mitre voyait la révolution de Mai comme une expression emblématique de l’ égalitarisme politique : un conflit entre les libertés modernes et l’oppression, incarnée en l’espèce par la monarchie espagnole, et la tentative d’établir une organisation nationale s’appuyant sur des principes constitutionnels, par opposition à l'autorité charismatique des caudillos [ 136 ] . La vision de ces auteurs romantiques eut valeur canonique jusqu’à la fin du XIX e siècle, c'est-à-dire jusqu’au moment où, encouragés par la proximité du centenaire de la Révolution, les auteurs recherchaient des perspectives nouvelles. Ces auteurs divergeaient quant au poids à accorder aux différentes causes de la révolution de Mai ou quant à savoir de qui l’intervention dans les événements de mai fut la plus décisive [ 137 ] , mais sans que l’on vînt à remettre en question les principales thèses de Mitre, à savoir que la Révolution était à considérer comme l’acte de naissance de l’Argentine moderne [ 138 ] et comme un événement inéluctable [ 139 ] . Ils introduisirent, comme autre élément-clef, l’idée d’une participation populaire [ 140 ] . Dans la première moitié du XX e siècle, des auteurs de tendance libérale s’évertuèrent à élaborer et à faire adopter une vision historique définitive et incontestable . Ricardo Levene et l’ Academia Nacional de la Historia , principaux exposants de cette entreprise, reprirent toutefois à leur compte la plupart des perspectives développées par Mitre [ 141 ] . Les auteurs de gauche, de leur côté, mirent en avant leur vision révisionniste , accentuant les aspects nationalistes et anti-impérialistes . ils tendaient à minimiser l’antagonisme entre criollos et péninsulaires , et à expliquer les événements sous l’angle d’un conflit entre pensée des Lumières et absolutisme [ 142 ] . cependant, c’est sur d’autres périodes historiques que portait la majeure partie de leurs travaux [ 143 ] . La révolution de Mai ne fut pas le résultat des actions d’un seul parti politique, au projet clair et bien défini, mais de la convergence de plusieurs secteurs sociaux aux intérêts variés. Il s’ensuit une pluralité de perspectives différentes, parfois contradictoires, selon que les historiens ont privilégié tel ou tel aspect de l’événement [ 144 ] . Mitre et le parti des négociants se servirent de La Representación de los Hacendados , opuscule rédigé par Mariano Moreno, pour affirmer que la révolution de Mai voulait le libre-échange et l'intégration économique avec l’Europe [ 145 ] . Les révisionnistes de droite mettent l’accent sur Saavedra et les coutumes sociales de cette époque pour décrire la révolution dans une optique conservatrice [ 146 ] . et les révisionnistes de gauche mettent en avant les effigies de Moreno, de Castelli et des agitateurs ( chisperos ) emmenés par French et Beruti pour présenter Mai comme une révolution radicale [ 147 ] . Intentions des révolutionnaires [ modifier | modifier le code ] La révolution de Mai fit profession de loyauté à Ferdinand VII d’Espagne . Le gouvernement formé le 25 mai se déclara loyal au roi espagnol destitué Ferdinand VII , mais les historiens ne s’accordent pas sur le point de savoir si cette loyauté était ou non sincère. Depuis Mitre, beaucoup d’historiens pensent que cette loyauté professée n’était qu’un leurre politique, destiné à masquer une volonté d’autonomie [ 148 ] , [ 149 ] , [ 150 ] . La Première Junte ne jura pas fidélité au Conseil de Régence d’Espagne et des Indes, organisme émanant pourtant de la monarchie espagnole et toujours en activité, tandis que la possibilité que Napoléon fût vaincu et que Ferdinand montât à nouveau sur le trône (ce qui advint finalement le 11 décembre 1813, avec la signature du traité de Valençay ) paraissait alors — en 1810 — éloignée et improbable [ 48 ] . La manœuvre consistant à prétendre que l’autorité monarchique était toujours respectée et qu’aucune révolution n’avait eu lieu, visait à se donner du temps pour consolider la position de la cause patriotique et à éviter les réactions qu’une révolution ouvertement assumée eût été susceptible de provoquer. Cette ruse est connue sous la dénomination de Masque de Ferdinand VII , et fut maintenue par la Première Junte , par la Grande Junte , puis par les premier et second triumvirats . L’ Assemblée de l'an XIII ( Asamblea del Año XIII , 1813), pourtant convoquée pour proclamer l’indépendance, s’en abstint en raison de divers conflits politiques entre ses membres. Toutefois, elle décida de supprimer la mention de Ferdinand VII dans les documents officiels. Les Directeurs Suprêmes , quant à eux, envisagèrent d’autres options, telles que de négocier avec l’Espagne ou de se transformer en protectorat britannique, jusqu’à ce qu’intervint enfin la Déclaration d’indépendance de l’Argentine de 1816. Pour la Grande-Bretagne, le changement de régime fut bénéfique, dans la mesure où les échanges avec les villes du sous-continent furent facilités, sans plus être entravés par le monopole séculaire que l’Espagne maintenait sur ses colonies [ 151 ] . Toutefois, la Grande-Bretagne, pour qui la priorité était alors la guerre en Europe contre la France, devait se garder de donner l’impression de soutenir les mouvements indépendantistes en Amérique et avait soin d’éviter que les efforts militaires de l’Espagne eussent à se déployer sur deux fronts différents. En conséquence, les Britanniques faisaient pression pour que des revendications d’indépendance ne fussent pas ouvertement formulées. Ces pressions étaient exercées par le biais de Lord Strangford , ambassadeur de Grande-Bretagne à la cour de Rio de Janeiro, qui manifesta son appui à la Junte, mais y mit cependant la condition que «...toujours la conduite de cette Capitale soit conséquente et qu’elle se maintienne sous le nom du Seigneur Ferdinand VII et de ses successeurs légitimes. » [ 152 ] Plus tard, les conflits entre Buenos Aires, Montevideo et Artigas donnèrent lieu, sur le front britannique, à des conflits internes, entre Strangford et le régent portugais Jean VI de Portugal [ 152 ] . Après Juan Bautista Alberdi , des historiens ultérieurs comme Norberto Galasso [ 153 ] , Luis Romero et José Carlos Chiaramonte [ 154 ] ont mis en doute l’interprétation de Mitre, et en ont proposé une autre. Alberdi pensait que « la révolution argentine (était) un chapitre de la révolution hispano-américaine, qui elle-même en est un de l’espagnole, et celle-ci, à son tour, de la révolution européenne. » [ 155 ] Ils ne la considéraient plus comme un conflit entre indépendantisme et colonialisme, mais entre idées libérales nouvelles et absolutisme. L’intention des révolutionnaires n’était pas de couper les liens avec l'Espagne, mais de redessiner la relation avec celle-ci. De ce point de vue, la révolution de Mai serait donc plutôt de la nature d’une guerre civile [ 156 ] . Certains éléments tendent à accréditer cette thèse, notamment l’inclusion dans la Junte de Larrea, Matheu et Belgrano, et, plus tard, l’apparition de José de San Martín . Larrea et Matheu en effet étaient Espagnols, Belgrano avait étudié pendant de longues années en Espagne [ 157 ] , et San Martín, enfin, avait passé la majeure partie de sa vie adulte à faire la guerre en Espagne contre les Français [ 158 ] : quand il faisait allusion à ses ennemis, il les appelait royalistes ou Goths , jamais Espagnols [ 159 ] . Selon ces historiens, la révolution espagnole contre l’absolutisme vint se greffer sur la guerre d’indépendance espagnole . Charles IV était vu comme un roi au pouvoir absolu, et Ferdinand VII, en regard de son père, pouvait donner la fausse impression à beaucoup d’Espagnols qu’il sympathisait avec les idées nouvelles des Lumières [ 160 ] . Ainsi, les révolutions déclenchées dans les Amériques au nom de Ferdinand VII (comme la révolution de Mai, la Révolution de Chuquisaca, ou la révolution chilienne) auraient-elles, selon cette théorie, visé à remplacer le pouvoir absolu par un régime inspiré des idées nouvelles. Bien que l’Espagne fût en guerre avec la France, les idéaux de la Révolution française, tels que condensés dans sa devise, étaient néanmoins tenus en honneur par les progressistes espagnols [ 161 ] . Ces révolutions, quoique se proclamant elles-mêmes ennemies de Napoléon, n’eurent à affronter de la part des Français aucune attaque militaire active . elles donnèrent lieu au contraire à des affrontements entre combattants espagnols pour le maintien de l’ordre ancien ou pour l’avènement d’un ordre nouveau. Cette situation devait changer avec la défaite définitive de Napoléon et le retour sur le trône de Ferdinand VII, celui-ci s’employant en effet à restaurer l’absolutisme et à persécuter en Espagne les tenants des nouvelles idées libérales. Pour la population d'Amérique du Sud, continuer de faire partie de l’Empire espagnol, fût-ce dans une relation nouvelle avec la métropole, avait cessé d’être une option envisageable : les seules possibilités qui s’offraient désormais étaient soit le retour à l’absolutisme, soit l’indépendance [ 162 ] . Postérité [ modifier | modifier le code ] La pyramide de Mai , monument commémoratif se dressant sur la place de Mai à Buenos Aires. Le 25 mai, date de la constitution du premier gouvernement patriote, est commémoré chaque année comme un événement patriotique en Argentine, avec le statut de fête nationale, reconnu par la loi 21.329. Il s’agit d’un jour férié inamovible , c'est-à-dire tombant toujours exactement le 25 mai, indépendamment du jour de la semaine [ 163 ] . Si la date du 25 mai fut proclamée date patriotique en 1813, la déclaration d’indépendance de l’Argentine, survenue le 9 juillet 1816, a fourni une fête nationale alternative. Durant la guerre civile argentine, le choix de la fête nationale opposait Buenos Aires et les provinces, la date du 25 mai renvoyant en effet à Buenos Aires et celle du 9 juillet se rapportant au pays dans son ensemble [ 164 ] . Ainsi Bernardino Rivadavia , appartenant au parti unitaire , supprima-t-il la célébration du 9 juillet, tandis que le fédéraliste Juan Manuel de Rosas la réinstitua, sans pour autant renoncer au 25 mai. En 1880, avec la fédéralisation de Buenos Aires , la connotation locale disparut et la révolution de Mai prit la signification de naissance de la nation argentine [ 164 ] . Hommages et commémorations [ modifier | modifier le code ] Le centenaire et le bicentenaire de la révolution de Mai furent célébrés respectivement en 1910 et 2010. Pour honorer l’événement, le nom, la date, de même qu’une image générique du Cabildo de Buenos Aires, ont été, sous diverses variantes, mis à contribution. Les cas les plus notoires sont l’ avenue de Mai (en espagnol Avenida de Mayo ) et la place de Mai ( Plaza de Mayo ) à Buenos Aires, toutes deux à proximité du Cabildo. Une pyramide de Mai ( Pirámide de Mayo ) fut érigée sur cette dernière un an après la révolution, et reconstruite en sa forme actuelle en 1856. Plusieurs villes, subdivisions administratives, lieux publics et entités géographiques en Argentine ont été baptisés Veinticinco de Mayo (Vingt-cinq mai). Des départements portant ce nom se rencontrent dans les provinces de Chaco , Misiones , San Juan , Río Negro et Buenos Aires , cette dernière comprenant par ailleurs une ville dénommée Veinticinco de Mayo . Les villes de Rosario ( Santa Fe ), Junín (Buenos Aires) et de Resistencia (Chaco) possèdent une place de ce nom. L’ Île du Roi-George , objet de revendications de souveraineté de la part de l’Argentine, de la Grande-Bretagne et du Chili, en tant que partie intégrante resp. de l’ Antarctique argentine , du Territoire antarctique britannique et du Territoire antarctique chilien , est nommée par l’Argentine Isla 25 de Mayo [ 165 ] . Les pièces de monnaie de 25 centavos portent l'effigie commémorative du Cabildo [ 166 ] , et celles de 5 centavos sont ornées d’une représentation du Soleil de Mai ( Sol de Mayo ) [ 167 ] . Une image du Cabildo, sous l’aspect qu’il présentait pendant la Révolution, se trouvait reproduite sur l’envers des billets de 5 pesos de l’ancien Peso Moneda Nacional . La révolution de Mai dans la culture argentine [ modifier | modifier le code ] En raison du statut de date patriote du 25 mai, la révolution de Mai fait chaque année en Argentine l’objet de nombreux articles dans des revues de jeunesse, p.ex. dans Billiken , ainsi que d’évocations dans les manuels scolaires de l’enseignement primaire. Ces publications ont tendance à omettre certains aspects de l’événement historique qui, par leur violence ou portée politique, pourraient sembler inappropriés aux mineurs d’âge, aspects tels que le taux élevé de détention d’armes de la population à cette époque (séquelle des préparatifs contre la deuxième invasion anglaise) ou que la lutte des classes entre criollos et Espagnols péninsulaires. La révolution est au contraire dépeinte comme un événement exempt de violence, destiné à survenir inévitablement d’une manière ou d’une autre, et l’accent est mis sur des aspects secondaires, tels que le temps qu’il faisait ce 25 mai, s’il pleuvait ou non, ou si l’usage de parapluies était largement répandu ou limité à une minorité [ 168 ] . Le président Arturo Frondizi lors d’une manifestation pour le 150 e anniversaire de la révolution de Mai. Le centenaire de la Révolution fit naître un grand nombre d’œuvres d'art ayant l’événement pour sujet et de représentations imagées de celui-ci. Le peintre chilien Pedro Subercaseaux réalisa, sur sollicitation d' Adolfo Carranza , de nombreux tableaux sur le sujet, notamment le Cabildo ouvert du 22 mai 1810 , Mariano Moreno écrivant à sa table de travail , l’Embrassade de Maipú entre San Martín et Bernardo O'Higgins , et la Première Exécution de l’hymne national argentin le 11 mai 1813 . Beaucoup de ces œuvres devaient plus tard s'élever au rang d'images canoniques [ 169 ] . Le centenaire est également à l’origine d’un précoce film muet intitulé La Revolución de Mayo , tourné en 1909 par Mario Gallo , et dont la première eut lieu en 1910. Ce film fut le premier film de fiction argentin réalisé avec des acteurs professionnels [ 170 ] . Parmi les chansons inspirées des événements de Mai, sont à signaler en particulier : le Candombe de 1810 . El Sol del 25 , sur des paroles de Domingo Lombardi et James Rocca, interprété par le chanteur de tangos Carlos Gardel . Salve Patria , d'Eugenio Cárdenas et de Guillermo Barbieri . Gavota de Mayo , composé par Peter Berruti, sur une musique folklorique. Le roman d’ Andrés Rivera , La Revolución es un Sueño Eterno (litt. la Révolution est un songe éternel ), paru en 1987, apporte, par le biais de la fiction littéraire, une analyse particulière de la révolution de Mai. Le récit est constitué des carnets imaginaires de Juan José Castelli, qui fut jugé pour sa conduite dans la désastreuse première campagne du Haut-Pérou. À travers le compte rendu imaginaire fait par un Castelli mortellement malade, Rivera critique l’histoire officielle et la nature de la Révolution [ 171 ] . Le bicentenaire de 2010 fut moins fécond en œuvres traitant de la révolution que ne l’avait été le centenaire. Il parut toutefois un grand nombre d’ouvrages touchant de près à l’événement, tels que 1810 de Felipe Pigna , Enigmas de la historia argentina de Diego Valenzuela, Hombres de Mayo de Ricardo de Titto, et Historias de corceles y de acero de Daniel Balmaceda [ 172 ] . Références [ modifier | modifier le code ] ↑ Moses, p. 36-37 ↑ Moses, p. 35 . ↑ Abad de Santillán, p. 387 . espagnol : Francisco Suárez sostenía que el poder, la autoridad, no pasa de Dios al gobernante, sino por intermedio del pueblo [...]. si esos gobernantes no cumplen su función de gerentes del bien común se transforman en tiranos, los pueblos tienen derecho a resistir la opresión. [...] Proponía, pues, la doctrina del origen democrático del poder français : Francisco Suárez soutenait que le pouvoir, l’autorité, ne passe pas de Dieu au gouvernant, si ce n’est par l’intermédiaire du peuple [...] . si ces gouvernants ne remplissent pas leur fonction de gérants du bien commun, ils se transforment en tyrans, et le peuple a le droit de résister à leur oppression. [...] Il proposait donc la doctrine de l’origine démocratique du pouvoir. ↑ Brownson, p. 86 . ↑ Moses, p. 29 ↑ Moses, p. 34 . ↑ Mantoux, p. 25 . ↑ Heckscher, p. 243 . ↑ a et b Kaufmann, p. 8 . ↑ a et b Fremont-Barnes, p. 29 . ↑ Shumway, p. 19 . ↑ Luna, Independencia... , p. 28 . espagnol : España había demostrado que económicamente no podía ejercer el papel de una metrópoli porque no tenía capacidad para abastecer a sus dominios de las mercaderías necesarias ni podía absorber los productos primarios que aquéllos producían: sólo una forzada política comercial lograba mantener la hegemonía de los comerciantes de Cádiz. français : L’Espagne avait démontré qu’elle n’était pas en mesure économiquement de jouer le rôle de métropole, car elle n’avait les capacités ni d’approvisionner ses possessions en marchandises nécessaires, ni d’absorber les matières premières que celles-ci produisaient : seule une politique commerciale contraignante réussissait à maintenir l’hégémonie des marchands de Cadix. ↑ Shumway, p. 8-9 ↑ Abad de Santillán, p. 391 . espagnol : Los ingleses tuvieron en las colonias españolas, a pesar del monopolio comercial metropoletano, fuertes intereses: el comercio ilícito se aproximaba en su monto casi al valor del autorizado por España. el contrabando se convirtió en un medio importante de vida para los propios colonos y también para los gobernantes encargados de reprimirlo. français : Les Anglais avaient dans les colonies espagnoles, en dépit du monopole commercial métropolitain, des intérêts importants : le commerce illicite avait un montant total proche de la valeur de celui autorisé par l’Espagne . la contrebande devint un important moyen de subsistance pour les colons eux-mêmes, et aussi pour les gouvernants chargés de la réprimer. ↑ Shumway, p. 15 . ↑ a et b Shumway, p. 3 . ↑ Abad de Santillán, p. 391 . espagnol : ...la aparición de un sector criollo que aguantaba el predominio de los españoles nativos en las funciones públicas, sentimiento que se extendía también al bajo clero. français : ...l’apparition d’une fraction criollo de la population, qui endurait la prédominance des Espagnols de naissance dans la fonction publique, sentiment qui s’étendait aussi au bas clergé. ↑ Moses, p. 4 . ↑ a et b Shumway, p. 17 . ↑ Abad de Santillán, p. 376 . espagnol : El blanco estaba obligado a servir en la milicia personalmente, [...] eran los únicos que podían llevar armas y hacer uso de ellas. el privilegio fue superado en los momentos de gran apremio en que era preciso contar con mayores contingentes para la defensa français : Le blanc était obligé de servir dans la milice personnellement, (…) ils étaient les seuls à pouvoir porter une arme et à en faire usage . le privilège fut levé dans les moments de grande urgence, où il était nécessaire de prévoir des contingents plus importants pour la défense. ↑ Luna, Independencia... , p. 28 . espagnol : El pacto con España estaba gravemente vulnerado en el Río de la Plata a partir de las Invasiones Inglesas: la metrópoli no había podido defender a sus colonias del ataque externo y habían sido los habitantes de Buenos Aires y de la Banda Oriental los que rechazaron el intento británico. français : Le pacte avec l’Espagne se trouvait gravement entamé dans le Río de la Plata depuis les invasions anglaises : la métropole n’avait pas été en mesure de défendre ses colonies contre l’attaque extérieure, et c’étaient les habitants de Buenos Aires et de la bande Orientale qui repoussèrent la tentative britannique. ↑ Luna, Independencia... , p. 20 . espagnol : Para unos, la solución de aceptar a Carlota Joaquina como heredera de Carlos IV era una aceptable fórmula de transición hacia una independencia ordenada. Para otros, una simple fachada que era conveniente usar hasta tanto madurasen las condiciones para una ruptura con España. Aunque también se pensaba que proporcionaba los elementos para preservar la fidelidad al rey cautivo. Pour les uns, la solution d’accepter Charlotte Joachime comme héritière de Charles IV était une formule de transition acceptable en vue d’une indépendance ordonnée. Pour d’autres, c’était une simple façade qu’il était commode d’utiliser jusqu’à ce que les conditions eussent suffisamment mûri pour permettre une rupture avec l’Espagne. Cependant, l’idée existait également que cela constituait le moyen de préserver la fidélité au roi captif. ↑ Luna, Independencia... , p. 20 . espagnol : El carlotismo estaba pues cargado de ambigüedades y equívocos, los que, a la larga, terminaron por debilitarlo como proyecto alternativo. Se sospechaba que tras su formulación se ocultaban apenas el brazo expansionista de Portugal o las apetencias británicas. Le charlottisme en effet était chargé d’ambiguïtés et de malentendus, qui à la longue finirent par l’affaiblir en tant que projet politique de rechange. L’on suspectait que derrière cette proposition se cachait difficilement le bras expansionniste du Portugal ou les appétences britanniques. ↑ Kaufmann, p. 58 . ↑ Félix Luna, Breve historia de los argentinos , Planeta Argentina, 1997 , 272 p. , « La etapa colonial / Las Invasiones Inglesas » ↑ Luna, Breve... , p. 52 . espagnol : Sobremonte, en efecto aparece como un timorato a los ojos de los porteños por acatar instrucciones que databan de la época de Cevallos, según las cuales, si había un ataque exterior, el primer deber del virrey era asegurar los fondos reales y el dinero de los particulares y escapar, poniéndolos a buen recaudo. Lo hizo, y quedó ante la historia como un cobarde français : Sobremonte en effet apparaît aux yeux des Portègnes comme un timoré pour s’être tenu à des instructions datant de l’époque de Cevallos, aux termes desquelles le premier devoir du vice-roi était, si une attaque étrangère survenait, de mettre en sûreté les fonds royaux et les avoirs privés et de s’échapper, en ayant soin de les mettre à l’abri. C’est ce qu’il fit, et resta marqué de poltron devant l’histoire. ↑ Luna, Breve... , p. 52 . espagnol : Este es un precedente fundamental: el pueblo de Buenos Aires derroca al virrey, algo nunca visto en el imperio español. français : C’était un précédent fondamental : le peuple de Buenos Aires renverse le vice-roi, chose jamais vue dans l’empire espagnol. ↑ Luna, ...Santiago de Liniers , p. 120 espagnol : Pronto llegaron los reconocimientos: en primer lugar el del Rey Carlos IV. Liniers obtuvo el ascenso a brigadier, [...] y finalmente el cargo efectivo de virrey. Les reconnaissances arrivèrent promptement : en premier lieu, celle du roi Charles IV. Liniers fut promu brigadier, [...] et obtint finalement la charge effective de vice-roi. ↑ Luna, ...Santiago de Liniers , p. 128 . espagnol : En esto tuvieron mucha responsabilidad los miembros del sector español monopolista, del que Álzaga formaba parte. Ese grupo tenía también mucha fuerza en Montevideo, pues sus miembros pugnaban, desde hacía tiempo, por desembarazarse de la tutela de Buenos Aires. Poco les costó poner a Elío de su parte. français : Au sein de celui-ci, les membres de la faction espagnole monopoliste, dont faisait partie Álzaga, avaient beaucoup de responsabilité. Ce groupe était puissant également à Montevideo, ses membres cherchant en effet depuis un certain temps à s’affranchir de la tutelle de Buenos Aires. Il leur en avait coûté peu de mettre Elío de leur côté. ↑ Javier de Elío, cité par Mitre, p. 251-252 . espagnol : 'La Junta se erige con el laudable, católico y religioso designio de conservar incólumnes e intactos los derechos del rey natural don Fernando VII [...] y que será al fin una Junta que obrará en todo con acuerdo de la capital' français : « La Junte est constituée avec le louable, catholique et religieux dessein de garder intacts et indemnes les droits du roi naturel don Ferdinand VII [...] et qu’elle sera finalement une Junte qui œuvrera en tout avec l’accord de la capitale ». ↑ Luna, ...Juan José Castelli , p. 55 . espagnol : Algunos criollos, como Mariano Moreno, depositan su esperanza en la asonada alzaguista. Pero el 'partido de la independencia' considera que, en la disyuntiva entre Álzaga y Liniers, el más peligroso para sus planes es el jefe del Cabildo. français : Quelques criollos, comme Mariano Moreno, placent leur espoir dans l'émeute alzaguiste. Mais le parti de l’indépendance considère que dans l’alternative entre Álzaga et Liniers, le plus dangereux pour leurs projets est le chef du cabildo. ↑ Luna, ...Juan José Castelli , p. 55 . espagnol : No es una contradicción: la independencia que busca Álzaga es la de los ricos peninsulares, para perpetuar su dominio en Buenos Aires. français : Ce n’est pas une contradiction : l’indépendance que recherche Álzaga est celle des riches péninsulaires, pour perpétuer leur domination à Buenos Aires. ↑ Pigna, p. 221 . espagnol : Los dirigentes de esta 'asonada', como se la llamó y como pasó a la historia, entre ellos el propio Álzaga, fueron detenidos y enviados a la zona de lo que hoy es Carmen de Patagones. Poco después fueron rescatados por Elío y llevados a Montevideo. français : Les dirigeants de cette asonada , comme on l’appela et comme elle passa à l’histoire, et parmi eux Álzaga lui-même, furent détenus et envoyés à Carmen de Patagones. Peu après, ils furent délivrés par Elío et emmenés à Montevideo. ↑ Belgrano, p. 65 . espagnol : Entonces aspiré a inspirar la idea á Liniers de que no debía entregar el mando, por no ser autoridad legítima la que lo despojaba. français : Je m’appliquais alors à insuffler à Liniers l’idée qu’il ne devait pas se dessaisir du commandement, attendu que l'autorité qui l’en dépouillait n’en était pas une légitime. ↑ Belgrano, p. 65 . espagnol : los ánimos de los militares estaban adheridos á esta opinión. français : L'état d'esprit des militaires était proche de cette opinion. ↑ Pigna, p. 224 . espagnol : En la Banda Oriental, Elío disolvió la Junta de Montevideo y aceptó la autoridad del nuevo virrey, que volvió a armar a las milicias españolas y decretó una amnistía que dejó en libertad a los que habían conspirado contra Liniers. français : Dans la bande Orientale, Elío décida de dissoudre la Junte de Montevideo et accepta l’autorité du nouveau vice-roi, qui réarma les milices espagnoles et décréta une amnistie qui remit en liberté ceux qui avaient conspiré contre Liniers. ↑ Scenna, p. 24 . espagnol : Permitió [Cisneros] que Martín de Álzaga regresara a Buenos Aires con una suave prisión domiciliaria, más teórica que real français : (Cisneros) permit à Martín de Álzaga de retourner à Buenos Aires avec une douce peine de résidence surveillée, plus théorique que réelle. ↑ Abad de Santillán, p. 398 . espagnol : Después de algunos hechos de violencia, el presidente García Pizarro renunció al cargo el 25 de mayo de 1809 y el mando fue asumido por la Audiencia, que nombró comandante general de armas al teniente coronel Juan Antonio Álvarez de Arenales français : Après quelques faits violents, le président García Pizarro démissionna le 25 mai 1809, et le commandement fut assumé par l’Audiencia, laquelle nomma commandant général des armes le lieutenant-colonel Juan Antonio Álvarez de Arenales. ↑ Abad de Santillán, p. 398 . espagnol : Un movimiento insurreccional [...] se produjo el 16 de julio, bajo la dirección de Pedro Domingo Murillo y de Juan Pedro Idaburu. Los rebeldes impusieron la renuncia del gobernador y del obispo y constituyeron una junta con carácter de cuerpo consultativo. français : Un mouvement insurrectionnel [...] se produisit le 16 juillet, sous la direction de Pedro Domingo Murillo et de Juan Pedro Idaburu. Les rebelles contraignirent le gouverneur et l’évêque à démissionner, et constituèrent une junte à caractère de corps consultatif. ↑ Abad de Santillán, p. 398 . espagnol : El mariscal Vicente Nieto fue designado por Liniers para pacificar a Chuquisaca. cuando llegó a la villa rebelde con 900 o 1000 hombres, la halló tranquila y dispuesta a someterse. la junta revolucionaria quedó disuelta y se constituyó una nueva audiencia. français : Le maréchal Vicente Nieto fut désigné par Liniers pour pacifier Chuquisaca . lorsqu’il arriva à la cité rebelle avec 900 ou 1 000 hommes, il la trouva tranquille et disposée à se soumettre . la junte révolutionnaire resta dissoute et une nouvelle Audiencia fut constituée. ↑ Abad de Santillán, p. 398 . espagnol : En total la columna punitiva sumaba 5000 hombres, frente a los cuales los paceños sólo podían disponer de ochocientos fusiles y once piezas de artillería français : La colonne punitive comptait au total 5 000 hommes, face auxquels les Pacègnes disposaient de seulement 800 fusils et de onze pièces d’artillerie. ↑ Mitre, p. 286 . espagnol : Los que sobrevivieron a la derrota fueron condenados a muerte por el inhumano Goyeneche, quien sin sujetarse a ninguna forma de juicio hizo ahorcar a nueve de ellos, mandando clavar de firme sus miembros ensangrentados en las columnas militarias, que en aquel país sirven de guía al caminante. français : Ceux qui survécurent à la défaite furent condamnés à mort par l’inhumain Goyeneche, qui, ne voulant accorder aucune forme de jugement, fit pendre neuf d'entre eux, et ordonna d'attacher leurs corps ensanglantés aux colonnes militaires, lesquelles en ce pays servent de points de repère aux voyageurs. ↑ Mitre, p. 287-288 . espagnol : Esta aprobación de las matanzas de La Paz contribuyó a hacer más odioso el nombre de Cisneros entre los americanos, [...] que castigaba con el destierro y el suplicio en una parte, el mismo hecho que había alentado y premiado en Montevideo, sólo porque unos eran americanos y otros eran españoles. français : Cette approbation des tueries de La Paz contribua à rendre plus odieux le nom de Cisneros chez les Américains, [...] (Cisneros en effet) châtiait par l’exil et le supplice d’une part, tandis que d’autre part le même acte était encouragé et récompensé à Montevideo, cela seulement parce que les uns étaient Américains et les autres Espagnols. ↑ ( es ) Pacho O'Donnell , « El Silogismo de Charcas » , Editorial Sudamericana (consulté le 27 janvier 2010 ) ↑ Pigna, p. 227 . espagnol : Ante la posibilidad de que estos sucesos se repitieran, [...] el virrey decidió crear un Juzgado de Vigilancia Política [...]. français : Devant la possibilité de ce que de tels événements se répétassent, [...] le vice-roi décida de créer une Cour de Surveillance politique [...]. ↑ Scenna, p. 26 . espagnol : En esa lista, dada por el mismo Romero a la posteridad, figuran Saavedra, Paso, Chiclana, Vieytes, Balcarce, Castelli, Larrea, Guido, Viamonte, Moreno, el presbítero Sáenz, el canónigo Belgrano y otros que no identifica. français : Dans cette liste, donnée par Romero lui-même à la postérité, figurent Saavedra, Paso, Chiclana, Vieytes, Balcarce, Castelli, Juan Larrea , Guido, Viamonte, Moreno, le prêtre Sáenz, le chanoine Belgrano et d’autres qu’il n’identifie pas. ↑ Saavedra, p. 59 . espagnol : No es tiempo, dejen ustedes que las brevas maduren y entonces las comeremos. ↑ a et b Cornelio Saavedra, Memoria autógrafa , Buenos Aires, Editorial del Nuevo Extremo, 2009 , 59 p. ( ISBN 978-987-609-171-8 ) : « espagnol : A la verdad, quién era en aquel tiempo el que no juzgase que Napoleón triunfaría y realizaría sus planes con la España? Esto era lo que yo esperaba muy en breve, la oportunidad o tiempo que creía conveniente para dar el grito de libertad en estas partes. Esta era la breva que decía era útil esperar que madurase. » français : En vérité, quel était en ce temps-là celui qui ne considérait pas que Napoléon triompherait et réaliserait ses projets pour l’Espagne ? C’est ce à quoi moi-même je m’attendais à très brève échéance, l’occasion ou le moment que je croyais propice à donner le cri de la liberté dans ces régions. Voilà la figue dont je disais qu’il était utile d’attendre qu’elle mûrît. ↑ ( es ) « Semana de Mayo » , Ministerio de Educación de la Nación, Subsecretaría de Coordinación Administrativa, 2001 (consulté le 5 février 2010 ) ↑ Galasso, ' El pueblo... ', p. 43 . espagnol : ...es necesario enarbolar alto las banderas, puesto que un doble peligro acecha: la imposición del poder francés y la restauración del absolutismo español. français : ...il est nécessaire d’arborer haut les drapeaux, vu qu’un péril double guette : l’imposition du pouvoir français et la restauration de l’absolutisme espagnol. ↑ a et b Pigna, p. 228 . espagnol : En un principio, el virrey trató de ocultar las novedades incautándose de todos los periódicos que traía el barco. Pero, según cuenta Mario Belgrano, uno de ellos llegó a manos de Belgrano y Castelli, que se encargaron de difundir la noticia. français : Au début, le vice-roi essaya d’occulter les nouvelles en confisquant tous les journaux que transportait le navire. Mais, ainsi que le relate Mario Belgrano, un de ceux-ci vint entre les mains de Belgrano et de Castelli, qui se chargèrent de diffuser la nouvelle. ↑ Saavedra, p. 60 . espagnol : ...Entonces me pusieron en las manos la proclama de aquel día. Luego que la leí, les dije: 'Señores, ahora digo que no sólo es tiempo, sino que no se debe perder una sola hora'. français : ...Alors ils me remirent en mains la proclamation de ce jour-là. Après l’avoir lue, je leur dis : « Messieurs, je dis maintenant que non seulement il est temps, mais qu’il n’y a pas une seule heure à perdre ». ↑ Luna, ...Juan José Castelli , p. 70 . espagnol : Castelli y Saavedra, los jefes más notorios de esos días, desecharon el plan de Martín Rodríguez para derrocar a Cisneros por la fuerza. français : Castelli et Saavedra, les chefs les plus notables de ces journées, repoussèrent le projet de Martín Rodríguez visant à renverser Cisneros par la force. ↑ (Anonyme) López, p. 31 espagnol : Con esto todo se ha puesto en alboroto, la gente se concentra en los cuarteles, las calles están solas, pero la plaza está llena, y todas las tiendas y bandolas emparejadas, porque como tú sabes, son casi todas de godos. français : Avec cela, tout est pris de frénésie, les gens se concentrent dans les casernes, les rues sont désertées, mais la Plaza est remplie, et tous les magasins et toutes les échoppes sont fermés, parce que, comme tu le sais, ils sont presque tous des goths (Espagnols péninsulaires, NdT). ↑ (Anonyme) López, p. 31 espagnol : Tú sabes que no tiene empacho ni vergüenza para nada. pero tiene muchísimo talento, y es un patriota a macho: ¡figúrate que sostuvo que debíamos ahorcar al sordo en media plaza por los asesinatos de La Paz! français : Tu sais bien, toi, qu’il n’a ni pudeur, ni scrupule en rien . mais il a un très grand talent, et c’est un vaillant patriote : figure-toi qu’il a soutenu que nous devions pendre le sourd au milieu de la Plaza pour les assassinats de La Paz ! ↑ (Anonymous) López, p. 39 espagnol : En las pulperías se notan muchas reuniones, y se arman pleitos a cada momento entre criollos y maturrangos, de los que resaltan bastante heridos a cuchillo porque a nadie se le deja sacar fusil o sable de los cuarteles. français : On remarque de nombreuses réunions dans les épiceries, et des disputes surgissent à tout moment entre criollos et péninsulaires, d’où sortent pas mal de blessés au couteau, puisqu’on ne laisse personne prendre des fusils ou des sabres dans les casernes. ↑ Abad de Santillán, p. 404 . espagnol : No menciona la sustitución de la Junta de Sevilla por el Consejo de Regencia, aunque estaba ya en su conocimiento. français : Il ne mentionne pas la substitution du Conseil de Régence à la Junte de Séville, alors que cela était déjà en sa connaissance. ↑ (Anonyme) López, p. 31 . espagnol : Dice que en sus manos está segura la patria, y que se va a poner de acuerdo con Abascal, con Sanz y con Nieto para formar un gobierno que represente aquí a Fernando VII. ¡Qué badulaque! français : Il dit qu’entre ses mains la patrie est en sûreté, et qu’il va se mettre d’accord avec Abascal, Sanz et Nieto pour former un gouvernement qui représente ici Ferdinand VII. Quelle chiffe ! ↑ Felipe Pigna, Los mitos de la historia argentina , Argentina , Grupo editorial Norma, 2007 , 229 p. ( ISBN 987-545-149-5 ) , « La Revolución de Mayo » ↑ (Anonyme) López, p. 31 . espagnol : Al momento se fueron a ver al Alcalde Lezica y le exigieron un Cabildo Abierto, amenazándole de que si no se cita al vecindario acudirán todos a la Plaza Mayor con las tropas y con el pueblo para deponer al virrey, y nombrar un gobierno de patriotas. français : Aussitôt ils s’en furent voir le maire Lezica et exigèrent de lui un cabildo ouvert, menaçant, au cas où les citoyens n’étaient pas convoqués, de se rendre tous à la Plaza Mayor avec les troupes et avec le peuple pour déposer le vice-roi et nommer un gouvernement de patriotes. ↑ (Saavedra) López, p. 44 . espagnol : La cosa es tan seria, señor alcalde, que yo mismo estoy ya sindicado de traidor porque contengo a los paisanos, aconsejándoles moderación hasta que ustedes llamen al pueblo por los resortes legítimos. Si ustedes no me ayudan, y si para el lunes 21 no se convoca al pueblo, no me queda más remedio que ponerme a su cabeza, y ¡qué sé yo lo que vendrá! Ustedes serán los responsables de lo que suceda. français : La chose est si sérieuse, monsieur le Maire, que même moi je suis taxé de trahison parce que je contiens les concitoyens, leur conseillant la modération jusqu’à ce que vous convoquiez le peuple par les voies légales. Si vous ne m’aidez point, et si lundi 21 le peuple n’a pas été convoqué, je n’aurai d’autre ressource que de me mettre à sa tête, et je ne sais ce qui alors adviendrait ! Vous seriez responsable de ce qui se passerait. ↑ (Arzac) López, p. 32 . espagnol : Que quiso, o que no quiso, Lezica vio que la cosa iba muy seria. y rogó que le dieran tiempo para conferenciar con el virrey y para reducirlo a prestar su consentimiento al Cabildo Abierto. haciendo presente a nuestros amigos que de otro modo el caso sería ya de una rebelión manifiesta y que eso lo debíamos dejar para el último extremo. français : Qu’il le voulût ou non, Lezica vit que les choses devenaient très sérieuses, et demanda qu'on lui accordât quelque temps pour se concerter avec le vice-roi et le conduire à donner son consentement au cabildo ouvert . il représenta à mes amis que sans cela il s’agirait d’un cas de rébellion manifeste, ce à quoi nous ne devions avoir recours qu’en toute dernière extrémité. ↑ (Belgrano) López, p. 44–45 . espagnol : Y dígale usted de nuestra parte que si el lunes no hay Cabildo Abierto, obraremos de nuestra cuenta. sin consideración a nadie, porque esto no admite vacilaciones ni términos medios: el pueblo quiere ser soberano y libre. français : Et dites-lui de notre part que s'il n’y a pas de cabildo ouvert d’ici lundi, nous agirons par nous-mêmes . sans égard à personne, car ceci n’admet pas de tergiversations ni de moyens termes : le peuple veut être souverain et libre. ↑ Galasso, p. 49 . espagnol : Leiva, por su parte, se convierte en amigo de los revolucionarios [...] mientras también aparece como amigo y consejero ante el virrey. français : Leiva, pour sa part, se convertit en ami des révolutionnaires [...] tandis qu’en même temps, il apparaît aussi comme ami et conseiller du vice-roi. ↑ (Arzac) López, p. 45 . espagnol : Se convino que Terrada con J. R. Balcarce, Bustos y Díaz Vélez, tomasen el mando de los granaderos que daban guardia en el Fuerte. que se apoderasen de todas las llaves de las entradas, mientras los demás subían a los salones del virrey. français : Il fut convenu que Terrada, avec J. R. Balcarce, Bustos et Díaz Vélez prissent le commandement des grenadiers tenant la garde du fort, et qu’ils s’emparassent de toutes les clefs des entrées, pendant que les autres monteraient aux salons du vice-roi. ↑ Saavedra, p. 61-62 . espagnol : Señor, son muy diversas las épocas del 1º de enero de 1809 y la de mayo de 1810, en que nos hallamos. En aquella existía la España, aunque ya invadida por Napoleón. en ésta, toda ella, todas sus provincias y plazas están subyugadas por aquel conquistador, excepto solo Cádiz y la isla de León, como nos aseguran las gacetas que acaban de venir y V.E. en su proclama de ayer. ¿Y qué, señor? ¿Cádiz y la isla de León son España? Este territorio inmenso, sus millones de habitantes, han de reconocer soberanía en los comerciantes de Cádiz y en los pescadores de la isla de León? ¿Los derechos de la Corona de Castilla a que se incorporaron las Américas, han recaído en Cádiz y la isla de León, que son una parte de una de las provincias de Andalucía? No señor, no queremos seguir la suerte de la España, ni ser dominados por los franceses, hemos resuelto reasumir nuestros derechos y conservarnos por nosotros mismos. El que a V.E. dio autoridad para mandarnos ya no existe. de consiguiente usted tampoco la tiene ya, así que no cuente con las fuerzas de mi mando para sostenerse en ella. français : Sire, ce sont des époques fort différentes que celle du 1 er janvier 1809 et celle de mai 1810, dans laquelle nous nous trouvons présentement . à la première, l’Espagne existait encore, quoique déjà envahie par Napoléon . à la seconde, l’Espagne entière, toutes ses provinces et places, ont été subjuguées par ce conquérant, à la seule exception de Cadix et de l’île de Léon, ainsi que nous l’assurent les journaux qui viennent d’arriver, et Son Excellence elle-même dans sa proclamation d’hier. Et quoi, sire ? Cadix et l’île de Léon sont l’Espagne ? Les immenses territoires d’ici, ses millions d’habitants, sont tenus de reconnaître la souveraineté des négociants de Cadix et des pêcheurs de l’île de Léon ? Les droits de la couronne de Castille, sur laquelle vinrent à se greffer les Amériques, sont échues désormais à Cadix et à l’île de Léon, qui ne sont qu’une partie d’une des provinces d’Andalousie ? Non sire, nous ne voulons pas suivre la destinée de l’Espagne, ni être dominés par les Français, et avons résolu de réassumer nos droits et de nous soutenir par nous-mêmes. Tout cela même qui avait conféré à Son Excellence l’autorité pour nous gouverner, n’existe plus . par voie de conséquence, vous non plus ne la détenez plus . ainsi, ne comptez pas sur les forces que je commande pour vous maintenir en elle. ↑ Martín Rodrígez, autobiographie, cité par de Titto, p. 331 . espagnol : Resultó el nombramiento en el doctor Castelli y yo, y para asegurarnos mejor, pedimos que el comandante de granaderos de infantería Terrada, fuese con nosotros. pues su batallón estaba acuartelado en el fuerte, y bajo los balcones del mismo Cisneros, y como en él había muchos oficiales españoles, temíamos que, al momento de la intimación, se asomase Cisneros a un balcón, llamase a los granaderos y nos hiciese amarrar. français : Il fut convenu de missionner le docteur Castelli et moi-même, et pour mieux nous assurer, nous priâmes le commandant des grenadiers d’infanterie Terrada de nous accompagner . son bataillon en effet était caserné dans le fort, sous les balcons de Cisneros lui-même, et comme beaucoup d’officiers espagnols se trouvaient dans ce bataillon, nous craignions qu’au moment où nous serions face-à-face avec Cisneros, celui-ci ne se penchât au balcon pour appeler les grenadiers et nous mettre en détention. ↑ Luna, ...Juan José Castelli , p. 70 . espagnol : Rodríguez, que está exaltado, reclama una urgente contestación al pedido de Cabildo Abierto. français : Rodriguez, en état d’exaltation, réclame une réponse urgente à la demande de cabildo ouvert. ↑ Luna, ...Juan José Castelli , p. 71 espagnol : Ofuscado e impotente, Cisneros sólo puede decir 'Señores, cuanto siento los males que van a venir sobre este pueblo de resultas de este paso. pero puesto que el pueblo no me quiere y el ejército me abandona, hagan ustedes lo que quieran' français : Courroucé et impuissant, Cisneros ne put que dire « Messieurs, combien je pressens les maux qui vont s’abattre sur ce peuple par l’effet de cette démarche . mais vu que le peuple ne m'aime pas et que l’armée m’abandonne, faites donc ce que vous voulez ». ↑ a , b et c Buena Ventura Arzac, « Buenos Aires, domingo 20 de mayo de 1810 a la una de la noche » , Carlos Casavalle Editor, 1810 (date originale), 1896 (consulté le 27 janvier 2010 ) ↑ Juan Andrés Pueyrredón, « San Isidro, 21 de mayo de 1810 » , Carlos Casavalle Editor, 1810 (consulté le 27 janvier 2010 ) ↑ (Anonyme) López, p. 36 . espagnol : Saavedra se había enojado mucho y anduvo muy inquieto toda la noche del viernes, repitiendo que era preciso contener al populacho y a los desaforados que lo animaban a tales extremos. pero que el oficial le repetía también: 'No se engañe, coronel, la cosa no se puede atajar. y estoy cierto que si usted se empeña en contenerlos, a usted mismo lo han de hacer a un lado. Reflexione bien lo que va a hacer.' français : Saavedra s’était fort fâché et resta très inquiet toute la soirée du vendredi, répétant qu’il fallait contenir la populace et les extrémistes qui l'incitaient à de telles extrémités . mais l’officier, d’un autre côté, lui répétait : « Ne vous leurrez pas, mon colonel, on ne pourra pas stopper cette chose, et je suis sûr que si vous vous entêtez à les contenir, ils vous pousseront de côté vous aussi. Réfléchissez bien à ce que vous allez faire ». ↑ Pigna, p. 232 . espagnol : El clima se fue caldeando y tuvo que intervenir [...] Cornelio Saavedra, que logró calmarlos garantizándoles el apoyo militar a sus reclamos. français : Les esprits s’échauffaient et Cornelio Saavedra dut intervenir (…), qui parvint à les calmer en leur garantissant l’appui militaire à leurs exigences. ↑ Pigna, p. 233 . espagnol : Parece que don Agustín imprimió unas cuantas tarjetas de más y las repartió entre sus compañeros, que reemplazaron a varios realistas, que no pudieron ingresar. français : Il semble que M. Agustín imprima une quantité de cartons d’invitation en surplus et les distribua entre ses compagnons, qui prirent la place de plusieurs royalistes, qui ne purent pas entrer. ↑ Luna, ...Juan José Castelli , p. 75 . espagnol : La misma noche del día 21, Castelli, Martín Rodríguez, Domingo French y Antonio Berutti recorrieron los cuarteles, arengando a las tropas, que a la mañana siguiente, se apostaron en los puntos estratégicos de la Plaza para controlar el acceso al Cabildo. français : Ce même soir du 21, Castelli, Martín Rodríguez, French et Antonio Beruti parcoururent les casernes, haranguant les troupes, lesquelles se postèrent le lendemain aux endroits stratégiques de la Place pour contrôler l’accès au Cabildo. ↑ a et b « Actas capitulares desde el 21 hasta el 25 de Mayo de 1810, en Buenos Aires » , Buenos Aires cabildo, 23 mai 1810 (publication originale) (consulté le 2 janvier 2010 ) ↑ Saavedra, p. 62 . espagnol : Concurrieron todas las corporaciones eclesiásticas y civiles. un crecido número de vecinos y un inmenso pueblo, don Pascual Ruiz Huidobro y todos los comandantes y jefes de los cuerpos de la guarnición. Las tropas estaban fijas en sus respectivos cuarteles con el objeto de acudir donde la necesidad lo demandase. français : Toutes les corporations ecclésiastiques et civiles y assistèrent . un nombre croissant d’habitants et une immense foule, don Pascual Ruiz Huidobro et l’ensemble des commandants et chefs des corps de la garnison. Les troupes se tenaient prêts dans leurs casernes respectives avec la consigne d’accourir là où la nécessité le requerrait. ↑ (Rezabal) López, p. 51-53 . espagnol : Usted comprenderá bien los temores que me asaltan desde que, por el suceso del 1° del año pasado, quedé sindicado y perseguido por el partido de Liniers, que a las claras es el que se ha declarado ahora contra el señor virrey y contra nosotros los europeos. français : Vous comprendrez bien les craintes qui m’assaillent depuis que, à la suite de l’événement du premier de l’an passé, j’ai été mis en accusation et persécuté par le parti de Liniers, qui est manifestement celui qui s’est déclaré à présent contre monseigneur le vice-roi et contre nous Européens. ↑ (Rezabal) López, p. 51-53 . espagnol : Los facciosos y alborotadores del día estaban resueltos a no permitir el Cabildo Abierto en la forma en que se ha citado, limitándolo a la parte sana y principal del pueblo, sino que exigían que se admitiese en él a la tropa y a los hijos de familia que andan todos rebelados contra sus padres, siguiendo el funesto ejemplo que se les dio el año seis contra el Excmo. señor Sobremonte de donde viene toda la corrupción y desquicio en que hoy nos hallamos envueltos. français : Les factieux et les fauteurs de troubles du jour étaient résolus à ne pas permettre au cabildo ouvert de se dérouler dans la forme où il a été convoqué, c'est-à-dire limité à la partie saine et principale du peuple, et exigeaient au contraire que fussent admis la troupe et les fils de famille qui se sont tous rebellés contre leurs parents, suivant en cela le funeste exemple qui leur fut donné en l’an 1806 contre l’excellentissime Sobremonte, exemple dont nous vient toute la corruption et le dérèglement dont nous nous trouvons aujourd’hui entourés. ↑ Luna, Independencia... , p. 32 . espagnol : Aunque la idea de que, cesada la autoridad legítima, el pueblo podía recomponerla por su voluntad era relativamente común en la doctrina escolástica española, en la Ilustración y en la filosofía racionalista, hacer de este principio un elemento activo, operativo, era revolucionario. français : Bien que l’idée que le peuple, lorsqu’a cessé d’exister l’autorité légitime, pouvait reconstituer celle-ci par sa volonté, fût relativement commune dans la doctrine scolastique espagnole, dans la pensée des Lumières et dans la philosophie rationaliste, faire de ce principe un élément actif, opératoire, était révolutionnaire. ↑ Luna, Independencia... , p. 34 . espagnol : En el curso del debate se habían definido tres corrientes: la españolista, la revolucionaria, y una intermedia o moderada, capitaneada por el cura de Monserrat. français : Au cours du débat s’étaient formés trois courants : l’espagnoliste, le révolutionnaire, et un intermédiaire ou moderé, avec à sa tête le curé de Monserrat. ↑ Pigna, p. 234. espagnol : No solamente no hay por qué hacer novedad con el virrey, sino que aún cuando no quedase parte alguna de la España que no estuviese sojuzgada, los españoles que se encontrasen en la América deben tomar y reasumir el mando de ellas y que éste sólo podría venir a manos de los hijos del país cuando ya no hubiese un español en él. Aunque hubiese quedado un solo vocal de la Junta Central de Sevilla y arribase a nuestras playas, lo deberíamos recibir como al Soberano. ↑ Luna, Independencia... , p. 32 . espagnol : Dos ideas fundamentales lucen en el discurso de Castelli: caducidad del gobierno legítimo [...] y reversión o retroversión de la soberanía en el pueblo de Buenos Aires. français : Deux idées fondamentales sous-tendent le discours de Castelli : la caducité du gouvernement légitime [...] et la réversion ou la rétroversion de souveraineté au peuple de Buenos Aires. ↑ Pigna, p. 236. espagnol : Nadie ha podido reputar por delincuente a la nación entera, ni a los individuos que han abierto sus opiniones políticas. Si el derecho de conquista pertenece, por origen, al país conquistador, justo sería que la España comenzase por darle la razón al reverendo obispo abandonando la resistencia que hace a los franceses y sometiéndose, por los mismos principios con que se pretende que los americanos se sometan a las aldeas de Pontevedra. La razón y la regla tienen que ser iguales para todos. Aquí no hay conquistados ni conquistadores, aquí no hay sino españoles. Los españoles de España han perdido su tierra. Los españoles de América tratan de salvar la suya. Los de España que se entiendan allá como puedan y que no se preocupen, los americanos sabemos lo que queremos y adónde vamos. Por lo tanto propongo que se vote: que se subrogue otra autoridad a la del virrey que dependerá de la metrópoli si ésta se salva de los franceses, que será independiente si España queda subyugada. ↑ Abad de Santillán, p. 408 . espagnol : ...la fórmula decisiva, pues, fue esta y primó en buena parte de los concurrentes a la reunión: Melchor Fernández, [...] Juan León Ferragut, [...] Joaquín Grigera. français : ...la formule décisive fut donc celle-là, et c’est elle qui l’emporta chez bon nombre de participants à la réunion : Melchor Fernández, [...] Juan León Ferragut, [...] Joaquín Grigera. ↑ Luna, Independencia... , p. 32 . espagnol : Era una hábil chicana: aceptarla implicaba perder la enorme ventaja de la oportunidad y postergar el cambio a un tiempo indefinido que podría estar encuadrado por circunstancias muy diferentes. français : C’était une habile chicane : l’accepter impliquait de perdre l’énorme avantage de l’occasion présente, et repousserait le changement à une date indéterminée, où pourraient prévaloir des circonstances très différentes. ↑ Pigna, p. 237 . espagnol : Juan José Paso: 'Dice muy bien el señor Fiscal, que debe ser consultada la voluntad general de los demás pueblos del Virreinato. pero piénsese bien que en el actual estado de peligros a que por su situación local se ve envuelta esta capital, ni es prudente ni conviene el retardo que importa el plan que propone. Buenos Aires necesita con mucha urgencia sea cubierto de los peligros que la amenazan, por el poder de la Francia y el triste estado de la Península. Para ello, una de las primeras medidas debe ser la inmediata formación de la junta provisoria de gobierno a nombre del señor don Fernando VII. y que ella proceda sin demora a invitar a los demás pueblos del Virreinato a que concurran por sus representantes a la formación del gobierno permanente' français : Juan José Paso : « C’est à bon escient que M. le Procureur a relevé que devait être consultée la volonté générale des autres peuples de la Vice-royauté . mais que l’on s’avise bien que dans l’état actuel de périls où se trouve la capitale de par sa situation locale, le retard qu’implique le plan qu’il propose n’est ni prudent ni approprié. Buenos Aires a besoin, de grande urgence, d’être gardée des dangers qui la menacent par la puissance de la France et le triste état de la Péninsule. Pour cela, une des premières mesures à prendre doit être la formation immédiate de la junte provisoire de gouvernement au nom de Don Ferdinand VII, pour qu’ensuite celle-ci se propose sans délai d’inviter les autres peuples de la Vice-royauté à participer, à travers leurs représentants, à la formation du gouvernement permanent. » ↑ Luna, Breve... , p. 62 . espagnol : Buenos Aires obtuvo el derecho de introducir este cambio substancial en la estructura de poder virreinal, bajo la condición de convocar después a las otras jurisdicciones y pedirles su opinión. français : Buenos Aires obtint le droit d’introduire ce changement substantiel dans la structure de pouvoir de la vice-royauté, sous la condition de convoquer par après les autres juridictions et de leur demander leur opinion. ↑ López, p. 92 . espagnol : Passo (sic) procuró rebatirlo, invocando el caso de urgencia, con la teoría jurídica del 'negotiorum gestor'. Buenos Aires, dijo, que es la hermana mayor de esas provincias y vecindarios, cuyos derechos se invoca, se encuentra de improviso con que todo el gobierno de la monarquía se ha derrumbado en derredor suyo. No hay rey, no hay sucesor, no hay nación española. français : Passo tenta de le réfuter, en invoquant le cas d’urgence, selon la théorie juridique du negotiorum gestio . Buenos Aires, dit-il, que est la sœur aînée de ces provinces et contrées, les droits desquelles sont ici invoqués, se trouve soudainement confrontée à ce qu’autour d’elle le gouvernement de la monarchie s’est effondré. Il n’y a pas de roi, pas de successeur, pas de nation espagnole. ↑ Luna, Breve... , p. 62 . espagnol : Oportunamente, la persona beneficiada se enterará, pero en principio se actúa como buen padre de familia o hermano mayor. français : La personne bénéficiaire en sera avisée en temps opportun, mais en principe l’on agit en bon père de famille ou en frère aîné. ↑ Abad de Santillán, p. 408 . espagnol : Se adhirieron a su criterio 19 de los presentes, entre ellos Manuel Alberti, Azcuénaga, Antonio José de Escalada, Cosme Argerich, Juan Pedro de Aguirre. français : Se rangèrent à son argumentation 19 des personnes présentes, parmi lesquelles Manuel Alberti, Azcuénaga, Antonio José de Escalada, Cosme Argerich, Juan Pedro de Aguirre. ↑ Abad de Santillán, p. 409 . espagnol : La fórmula comprende la de Castelli, e incluye a los que dieron el voto con el agregado favorable al síndico. français : La proposition comprend celle de Castelli, et eut l’adhésion de ceux qui donnèrent leur voix à l’annexe favorable au Cabildo. ↑ Belgrano, espagnol : Allí presidió el orden. una porción de hombres estaban preparados para la señal de un pañuelo blanco, atacar á los que quisieran violentarnos [...] pero nada fué preciso, porque todo caminó con la mayor circunspección y decoro. français : L’ordre y régnait : un groupe d’hommes se tenait prêt, au signal d’un foulard blanc, à attaquer ceux qui eussent voulu nous violenter (...) mais rien de cela ne fut nécessaire, puisque tout se déroula avec les plus grands égards et dans la plus grande dignité. ↑ Galasso, El Pueblo... , p. 59-60 . ↑ Galasso, ' El pueblo... ', p. 61-62 . ↑ Pigna, p. 238 . espagnol : Hecha la regulación con el más prolijo examen resulta de ella que el Excmo. Señor Virrey debe cesar en el mando y recae éste provisoriamente en el Excmo. Cabildo [...] hasta la erección de una Junta que ha de formar el mismo Excmo. Cabildo, en la manera que estime conveniente. français : Des vérifications, effectuées avec la plus grande minutie, il résulte que l’excellentissime seigneur Vice-roi doit renoncer au commandement, celui-ci échéant à titre provisoire à l’excellentissime Cabildo (…) jusqu’à l’installation d’une junte qu’aura à former ce même excellentissime Cabildo, de telle manière qui lui paraîtra convenable. ↑ Abad de Santillán, p. 410 . espagnol : 'Se hace saber al público, por medio del presente bando, para su gobierno e inteligencia, y que desechen cualesquiera deseos que hayan podido infundirle las últimas infaustas noticias recibidas de la península. bien entendido que este exmo. Cabildo procederá inmediatamente a la elección de la Junta que haya de encargarse del mando superior hasta que se congregue a los diputados que se convocarán de las provincias' français : « Par le présent arrêté, il est porté à la connaissance du public, pour sa gouverne et sa bonne compréhension, et pour qu’il repousse tous désirs qu’aient pu lui inspirer les funestes nouvelles parvenues de la péninsule, que l’excellentissime Cabildo procédera incessamment à l’élection de la junte destinée à assumer le commandement supérieur jusqu'à ce que se soient réunis les députés qui auront été convoqués des provinces. ↑ Abad de Santillán, p. 410 . espagnol : El 24 determinó el Cabildo que continúe en el mando el excelentisimo señor virrey Baltasar Hidalgo de Cisneros, asociado a los señores Juan Nepomuceno de Solá, Juan José Castelli, Cornelio Saavedra y José Santos de Inchaurregui. français : Le 24, le Cabildo disposa que resterait à la tête du pays l’excellentissime seigneur vice-roi Baltasar Hidalgo de Cisneros, associé à messieurs Juan Nepomuceno de Solá, Juan José Castelli, Cornelio Saavedra et José Santos de Inchaurregui. ↑ López, p. 64 . espagnol : Lo único que te puedo decir es que hoy ha tenido lugar la comedia de la instalación del nuevo Gobierno encabezado por el virrey. français : La seule chose que je puis te dire est qu’aujourd’hui a eu lieu la comédie de l’installation du nouveau gouvernement dirigé par le vice-roi. ↑ (Moreno) López, p. 60 . espagnol : Yo le juro a usted que si esto no se ataja, no quiero saber de nada, ni he de salir ya de mi casa para nada. No cuenten conmigo. français : Je le jure devant vous, si cela ne s'arrête pas, je ne veux plus en entendre parler, et il n’y a plus lieu désormais que je sorte de ma maison pour rien. Ne comptez plus sur moi. ↑ (Tagle) López, p. 60 . espagnol : Miren ustedes. Castelli debe aceptar. Fíjense ustedes en que si don Cornelio ha hecho lo que se sospecha, habrá sido por debilidad o por inadvertencia, y que no se le debe dejar solo. Nuestra única garantía, pues, es de que lo acompañe Juan José mientras nos desenvolvemos y obra el pueblo. Castelli impedirá toda medida peligrosa: asistirá al conciliábulo, le mostrará a don Cornelio el abismo a que nos llevan, le hará oír la voz del patriotismo y cómo es que quieren abusar de su rectitud y de su ánimo moderado, para perdernos. y don Cornelio es hombre que desde que se aperciba de todo esto, ha de volver sobre sus pasos y se ha de poner todo entero con nosotros: yo tendré confianza en él, desde que éste -designando a Castelli-, esté a su lado y entre a la Junta del virrey. français : Écoutez-moi bien . Castelli doit accepter. Soyez bien conscients que si don Cornelio a fait ce qu’on soupçonne, c’est sans doute par faiblesse ou par naïveté, et il ne faut pas alors le laisser seul. Notre seule garantie est donc que Juan José (Castelli) l’accompagne pendant que nous faisons notre œuvre et que le peuple agit. Castelli empêchera toute mesure dangereuse : il assistera aux pourparlers, il fera voir à don Cornelio l’abîme vers lequel il nous entraîne, il lui fera entendre la voix du patriotisme, et lui fera toucher du doigt comment on veut abuser de sa droiture et de son esprit modéré, pour nous perdre . et don Cornelio, dès qu’il se sera aperçu de tout cela, est homme à revenir sur ses pas et se ranger complètement de notre côté : j’aurai confiance en lui, tant que lui ― désignant alors Castelli ― se tient à ses côtés et entre dans la Junte du vice-roi. ↑ Pigna, p. 238 . espagnol : Si nosotros nos comprometemos a sostener esa combinación que mantiene en el gobierno a Cisneros, en muy pocas horas tendríamos que abrir fuego contra nuestro pueblo, nuestros mismos soldados nos abandonarían. todos sin excepción reclaman la separación de Cisneros. français : Si nous nous engageons à soutenir cette combinaison qui maintient Cisneros au gouvernement, nous devrons d’ici peu d’heures ouvrir le feu contre notre peuple, et nos soldats nous abandonneraient . tous sans exception réclament le départ de Cisneros. ↑ (Arzac) López, p. 66 . espagnol : don Cornelio y Castelli le dijeron a Cisneros, que por mejor voluntad que tuvieran para acompañarlo, les era imposible responder del orden público: que el pueblo estaba armado, concentrado en los cuarteles, resuelto a derrocar al gobierno y hacer una revolución si el virrey no renunciaba en aquella misma noche: que su influjo era nulo para evitar esto. y que ni el uno podría contener a sus amigos, ni el otro contener a su propio regimiento, que estaba ya sublevado y decidido a seguir a sus oficiales. français : Don Cornelio et Castelli dirent à Cisneros que, quelque bonne volonté qu’ils aient de l’accompagner, il leur était impossible de répondre de l’ordre public . que le peuple était armé, concentré dans les casernes, résolu de renverser la gouvernement et de faire une révolution si le vice-roi ne démissionnait pas le soir même . que leur influence était nulle pour éviter cela, et que ni l’un ne pourrait contenir ses amis, ni l’autre contenir son propre régiment, qui s’était d’ores et déjà soulevé et était décidé à suivre ses officiers. ↑ (Arzac) López, p. 68 . espagnol : Hemos mandado llamar a Moreno, pero nos ha contestado con Boizo que después de lo que ha pasado, no saldrá de su casa para nada. Peña y Castelli se han reído, y cuentan con que ha de ayudarnos cuando vea que la cosa se hará a su gusto. français : Nous avons mandé Moreno, mais il nous a répondu par Bozio qu'après ce qui s’était passé, il ne sortirait plus de sa maison pour quoi que soit. Peña et Castelli en ont ri, et comptaient bien qu’il nous aiderait dès qu’il aurait vu que la chose tournait selon ses vœux. ↑ ( es ) « 18 de Mayo – Día de la Escarapela Argentina » , Mercedes (Corrientes) , Mi Mercedes, 17 mai 2008 (consulté le 5 février 2010 ) ↑ Luna, Independencia... , p. 37 . espagnol : Se sabía que el Cabildo rechazaría la dimisión del virrey, y así fue a primera hora. français : L’on savait que le Cabildo déclinerait la démission du vice-roi, et c’est ce qui se produisit aux premières heures. ↑ (Arzac) López, p. 67 . espagnol : Dicen que no admiten la renuncia: que nosotros no somos pueblo, y que no tenemos derecho de influir en la menor innovación de lo que está resuelto y hecho. que teniendo la Junta el mando de las armas, está estrechada a sujetar con ella a los descontentos, y a tomar contra nosotros providencias prontas y vigorosas. y que de lo contrario, el ayuntamiento hace responsables a los Miembros de la Junta de las consecuencias que puedan venir por cualquier variación de lo ya resuelto. ¿Qué tal? Esto se llama ser mentecatos. français : Ils disent qu’ils n’admettent pas la démission : que nous ne sommes pas le peuple, et que nous n’avons pas le droit d’apporter la moindre innovation à ce qui a été décidé et appliqué . que la Junte, détenant le commandement des armes, est contrainte de soumettre à l’aide de celles-ci les mécontents et de prendre à notre encontre des mesures promptes et vigoureuses . et que, à défaut, le cabildo rendrait responsables les membres de la Junte des conséquences qui résulteraient de tout écart par rapport aux décisions déjà prises. Qu’en penser ? Cela s’appelle être des benêts. ↑ (Argerich) López, p. 71 . espagnol : En el momento se adelantaron Beruti, Chiclana, French y el doctor Grela. Pancho Planes iba también a entrar, pero Leiva le puso la mano y le dijo: -No amigo mío, usted es muy loco para este negocio. con estos caballeros hay lo bastante pues son hombres de representación, y lo mejor es que no haya tantos con quien hablar. français : À ce moment, Beruti, Chiclana, French et le docteur Grela s’avancèrent. Pancho Planes allait entrer lui aussi, mais Leiva posa la main sur lui et lui dit : non, mon ami, tu es bien fou pour te mettre dans cette affaire . c’est bien assez avec ces messieurs-là, car ce sont hommes de représentation, et c’est mieux qu’il n’y en ait point tant avec qui parler. ↑ (Argerich) López, p. 71 . espagnol : En esto, el doctor Planes se había introducido furtivamente en la sala, y con todo atrevimiento, levantó la voz français : Là-dessus, le docteur Planes s’était faufilé au-dedans de la salle, et en toute audace éleva la voix. ↑ (Argerich) López, p. 71 . espagnol : El Cabildo objetó que aquello era variar todo el orden de la monarquía sin consultar a los demás pueblos del virreinato. pero French y Chiclana contestaron que no, porque en esa misma representación se decía que se convocará un congreso nombrado por todos esos pueblos con libertad. français : Le Cabildo objecta que cela reviendrait à changer tout l’ordre de la monarchie sans consulter les autres peuples de la vice-royauté . mais French et Chiclana répondirent que non, étant donné que dans cette représentation elle-même, il avait été dit qu’un congrès, nommé librement par tous les autres peuples, serait convoqué. ↑ (Beruti) López, p. 76 . espagnol : ...el pueblo ha reasumido la autoridad que había trasmitido, y es su voluntad que la Junta de Gobierno se componga de los sujetos que él quiere nombrar... français : … le peuple a repris possession de l’autorité qu’il avait déléguée, et c’est sa volonté que la Junte se compose des personnes qu’il lui plaira de nommer... ↑ a et b Crow, p. 457 ↑ Luna, Independencia... , p. 37 . espagnol : ...los nombres rubricados de French y de Beruti, cada uno agregando 'Por mí y por seiscientos más'. ↑ (Beruti) López, p. 78 . espagnol : El pueblo en cuyo nombre hablamos está armado en los cuarteles y una gran parte del vecindario espera en otras partes la voz de alarma para venir aquí. Quieren ustedes verlo, toquen la campana, y si es que no tienen el badajo, nosotros tocaremos generala, y verán ustedes la cara de ese pueblo, cuya presencia echan de menos. ¡Sí o no! pronto, señores: decidirlo ahora mismo porque no estamos dispuestos a sufrir demoras y engaños, pero si volvemos con las armas en la mano, no respondemos de nada. français : Le peuple, au nom duquel nous parlons, se tient armé dans les casernes et une grande partie des habitants de la ville attend dans d’autres lieux le cri d’alarme pour venir ici. Si vous voulez le voir, sonnez la cloche, et s’il se trouve que vous n’en avez pas le battant, c’est nous qui sonnerons l’alerte générale, et vous verrez alors le visage de ce peuple, dont la présence vous manque. Oui ou non ! vite, messieurs : décidez-le sur-le-champ, car nous ne sommes pas disposés à supporter retards et tromperies, mais si nous revenons les armes à la main, nous ne répondons de rien. ↑ (Leiva et la Junte) López, p. 79 . espagnol : -La segunda que el Cabildo quede con la autoridad necesaria para vigilar la conducta de los miembros de la Junta./-¡No, señor, no queremos, negado!/-Pero, señores, el Cabildo no procederá en eso sino con justa causa./El pueblo gritaba ¡bueno! y ¡negado!, sin que fuera posible averiguar si aceptaba o no./-La tercera que no se impongan nuevas contribuciones./-De acuerdo./-Y que la Junta llene las vacantes por elección en su seno./-De acuerdo. français : -La deuxième, que le Cabildo garde l’autorité nécessaire pour surveiller la conduite des membres de la Junte./-Non, monsieur, nous ne voulons pas, refusé !/-Mais, messieurs, le Cabildo n’y aura point recours, si ce n’est avec une juste cause./-Le peuple criait « bon ! » et « refusé ! », sans qu’il fût possible de vérifier s’il acceptait ou non./-La troisième, que ne soient pas levés de nouveaux impôts./-D’accord./-Et que la Junte pourvoie aux postes vacants par un vote en son sein./-D’accord. ↑ Archivo General de Indias. Sevilla. E. 122 C.C.L.26, 1810. Carta del Virrey de Buenos Aires donde cuenta a Su Majestad con varios documentos que acompaña, de los sucesos ocurridos en la Capital, en el mes de mayo de aquel año. Buenos Aires, 23 de junio de 1810. ↑ Félix Luna, La Independencia... , p. 47-48 . ↑ Santillán, p. 417-433 . ↑ ( es ) Félix Luna, Grandes protagonistas de la Historia Argentina - Mariano Moreno , Buenos Aires , Planeta, août 2004 , 108 p. ( ISBN 950-49-1248-6 ) , « El Enemigo - La contrarevolución » ↑ Santillán, p. 424-426 . ↑ Santillán, p. 516 . ↑ Luna, ' La independencia... ', p. 108-116 . ↑ Luna, ' La independencia... ', p. 77-86 . ↑ Luna, ' La independencia... ', p. 116-126 . ↑ Luna, Breve... , p. 65-66 . espagnol : Desde luego fue un cambio lento, que se fue afirmando a través de medidas de gobierno y del pensamiento de algunos dirigentes, pero un cambio que apuntaba a la formación de una sociedad republicana y democrática. français : Bien sûr, ce fut un changement lent, qui allait s’affirmant au travers de mesures gouvernementales et de la pensée de quelques dirigeants, mais un changement qui allait en direction de la formation d'une société républicaine et démocratique. ↑ Sarmiento, p. 79 . ↑ Luna, Breve... , p. 66-67 . espagnol : Su gran defecto, sin embargo, se vinculaba a la grandeza del territorio: el virreinato se componía de elementos muy heterogéneos, cuyos climas, producciones, pueblos, mentalidades e intereses eran distintos entre sí, y en algunos casos contradictorios. Como el virreinato duró solamente treinta años, no hubo tiempo para que sus elementos fraguasen convirtiéndolo en una nación con conciencia de sí misma. français : Cependant, son grand défaut était lié à la grandeur du territoire : la vice-royauté se composait d’éléments très hétérogènes, dont les climats, les productions, les peuples, les mentalités et les intérêts étaient différents entre eux, voire, dans quelques cas, contradictoires. Comme la vice-royauté ne dura que 30 ans, il n’y eut pas de temps pour que ses éléments pussent fusionner en une nation dotée de conscience d’elle-même. ↑ Shumway, p. 3-4 . ↑ Dómina, pp. 84 et 85. ↑ Harari hombrecitos asustados , par Fabián Harari ( Grupo de Investigación de la Revolución de Mayo , CEICS). ↑ Archer, p. 3-5 ↑ Gelman, p. 32 . espagnol : ...muchos buscan el objetivo de justificar acciones en las que cumplieron algún rol o se inclinan partidariamente por algunos personajes o grupos de acuerdo con sus afinidades políticas. français : ...beaucoup poursuivent l’objectif de justifier les actions dans lesquelles ils avaient eu quelque rôle à jouer, ou expriment avec partialité leur inclination pour tel ou tel personnage ou groupe, selon leurs affinités politiques. ↑ Gelman, p. 53-54 . espagnol : Estas memorias fueron escritas con un fin claro: son un alegato para Europa a favor de la Revolución, y personifican este proceso en la figura del secretario de la Primera Junta de Mayo français : Ces mémoires furent écrites dans un but clair : elles sont un plaidoyer pour la Révolution à l’intention de l’Europe, et personnifient ce processus dans la figure du secrétaire de la Première Junte de Mai. ↑ Saavedra, p. 105-106 . espagnol : He concluido esta breve memoria que dejo a mis hijos para que sepan la historia de su padre [...], si después de mi fallecimiento la calumnia, la detracción y la maledicencia volviesen a acometerlo [...] a ellos es que con especialidad incumbe estar en centinela ante mi sepulcro, para que la calumnia no llegue a perturbar el reposo de mis cenizas français : J’ai conclu ces brèves mémoires que je laisse à mes fils pour qu’ils sachent l’histoire de leur père (...), si après ma mort la calomnie, la détraction et la médisance l’attaquent à nouveau (...) c’est à eux en particulier qu’il incombe de se poster en sentinelle devant ma tombe, de sorte que la calomnie ne vienne pas perturber le repos de mes cendres. ↑ Poli Gonzalvo, p. 19-20 . ↑ Poli Gonzalvo, p. 22 . ↑ Gelman, p. 191 . espagnol : ...los temas que estudiaron estos intelectuales presentan una fuerte continuidad con los que ocuparon a sus predecesores... français : ...les thèmes étudiés par ces intellectuels présentent une forte continuïté avec ceux qui avaient occupé leurs prédécesseurs... ↑ Gelman, p. 16 . espagnol : La 'Nación', la 'República', se habían de constituir necesariamente hacia 1810. Aunque las fuerzas que llevaran a ese resultado podían variar, [...] no se discutía ese carácter necesario de la revolución. français : La Nation , la République , devaient être instaurées nécessairement vers 1810. Quoique les forces qui conduisirent à ce résultat aient pu varier, (...) le caractère nécessaire de la révolution ne se discutait pas. ↑ Gelman, p. 17 . espagnol : en casi todos los casos se acuerda en que se llegó a donde se tenía que llegar necesariamente . français : Dans presque tous les cas, l’on s’accordait à dire que l’on arriva là où il fallait que l’on arrivât nécessairement . ↑ Gelman, p. 191 . espagnol : Desde diferentes miradas, varios de los autores de este período llevan a un primer plano la participación de los sectores populares en la revolución. français : Selon des angles de vue différents, plusieurs auteurs de cette période mettent à l’avant - plan la participation des secteurs populaires à la révolution. ↑ Gelman, p. 256 . espagnol : ...la consolidación en la década de 1930 de la 'tradición liberal' que luego será llamada 'historia oficial'. Muestras de ello son la elevación de Ricardo Levene por parte del estado al sitial de gran historiador nacional y el encargo que aquel hizo a la Junta de Historia y Numismática, pronto convertida en Academia Nacional de la Historia, de elaborar una historia argentina 'definitiva'. français : ...la consolidation dans la décennie 1930 de la « tradition libérale », qui par la suite sera appelée « histoire officielle ». En sont la manifestation l’élévation par l’État de Ricardo Levene au statut de grand historien national, et la mission que celui-ci confia au Comité d’histoire et de numismatique, promptement convertie en Académie nationale d’histoire, d’élaborer une histoire argentine « définitive ». ↑ Gelman, p. 257 . espagnol : ...matizando la idea de un enfrentamiento entre criollos y españoles en la revolución... français : ...nuançant l’idée d’un affrontement entre criollos et Espagnols lors de la révolution... ↑ Gelman, p. 257 . espagnol : El posicionamiento revisionista no centró su atención inicial en el período de la independencia, sino que, en los años 1930, se dedicó sobre todo a exaltar la figura de Juan Manuel de Rosas... français : À ses débuts, la position révisionniste ne centrait pas son attention sur la période de l’indépendance, mais s’appliquait avant tout, dans les années 1930, à exalter la figure de Juan Manuel de Rosas... ↑ Galasso, p. 86-87 . espagnol : Desde el principio no hay un solo 'Mayo' con perfil indiscutido e inequívoco, sino muy diversos 'Mayos' que pronto entrarán en colisión. El Mayo revolucionario de los 'chisperos' y Moreno, [...] el Mayo timorato y conservador de Saavedra [...] y finalmente el Mayo librecambista, antiespañol y probritánico [...]. français : Dès le début, il n’y a pas un « Mai » unique, au profil indiscuté et univoque, mais des « Mai » très divers, qui allaient tôt entrer en collision. Le Mai révolutionnaire des « agitateurs » ( chisperos ) et de Moreno (...), le Mai timoré et conservateur de Saavedra (...), et finalement le Mai libre-échangiste, anti-espagnol et pro-britannique (...). ↑ Galasso, p. 87 . espagnol : ...acentuando la óptica sobre uno de los sectores intervinientes, Mitre pudo fabricar su Mayo liberal, elitista, pro-inglés, realizado por la gente decente con paraguas, cuyo programa era La Representación de los Hacendados y su objetivo incorporarse a Europa. français : (…) en focalisant sur une des factions intervenantes, Mitre réussit à fabriquer son Mai libéral, élitiste et pro-anglais, réalisé par des gens comme-il-faut portant parapluie, dont le programme était La Representación de los Hacendados et l’objectif de s’incorporer à l’Europe. ↑ Galasso, p. 87 . espagnol : ...el revisionismo nacionalista de derecha aceptó el Mayo rupturista de España pero lo signó con un perfil conservador al colocar a Saavedra como principal figura opuesta al presunto iluminismo exótico de Moreno. français : (...) le révisionnisme nationaliste de droite accepta le Mai de rupture avec l’Espagne, mais le marqua d’un profil conservateur en plaçant Saavedra comme principale figure opposée au prétendu illuminisme exotique de Moreno. ↑ Galasso, p. 87 . espagnol : ...nos quedamos con el Mayo de Moreno y los 'chisperos', con la revolución auténtica y profundamente democrática, reivindicadora del esclavo y del indio, defensora por sobre todo de los derechos del pueblo... français : (…) demeure pour nous le Mai de Moreno et des agitateurs ( chisperos ), avec la révolution authentique et profondément démocratique, revendicative pour l’esclave et l’indien, défenderesse par-dessus tout des droits du peuple... ↑ ( es ) Félix Luna, Grandes protagonistas de la historia argentina: Mariano Moreno , Buenos Aires, Planeta, 2004 ( ISBN 950-49-1248-6 ) , « Consecuencias de la asonada » , p. 25 : « espagnol : El joven abogado sigue fiel a su posición, y sabe que el sector juvenil y republicano del partido patriota lo apoya. Promueve la constitución de una Junta de gobierno autónoma que, enarbolando la máscara de sumisión a Fernando VII, respete la voluntad popular. » français : Le jeune avocat (savoir : Mariano Moreno) reste fidèle à sa position, et sait que le secteur jeune et républicain du parti patriotique le soutient. Il favorise la constitution d’une junte de gouvernement autonome qui, tout en revêtant le masque de soumission à Ferdinand VII, respecte la volonté populaire. ↑ ( es ) Felipe Pigna, Los mitos de la historia argentina , Argentina, Grupo Editorial Norma, 2007 ( ISBN 987-545-149-5 ) , « La Revolución de Mayo » , p. 243 : « espagnol : La llamada 'Máscara de Fernando' era, contrariamente a lo que muchos creen, un acto de clara independencia. Por aquellos días nadie en su sano juicio podía suponer que Napoleón sería derrotado ni que Fernando volvería al trono español y recuperaría sus colonias americanas. Por lo tanto, prometer fidelidad a un rey fantasma—y no a un Consejo de Regencia existente—era toda una declaración de principios que abría el camino hacia una voluntad independentista que no podía explicitarse por las presiones de Gran Bretaña. » français : Le dénommé Masque de Ferdinand était, contrairement à ce que beaucoup croient, un acte de claire indépendance. En ces jours-là, personne ne pouvait raisonnablement présumer que Napoléon serait battu, ni que Ferdinand remonterait sur le trône et récupérerait ses colonies américaines. Dès lors, promettre fidélité à un roi fantôme — et non à un Conseil de Régence existant — constituait toute une déclaration de principes qui préparait la voie à une volonté indépendantiste, qui ne pouvait pas être exprimée ouvertement à cause des pressions de la Grande-Bretagne. ↑ Tulio Halperín Donghi, Historia contemporánea de América Latina , Buenos Aires, Alianza, 1999 ( ISBN 950-40-0019-3 ) , p. 96 : « espagnol : ¿Hasta qué punto era sincera esta imagen que la revolución presentaba de sí misma? Exigir una respuesta clara significa acaso no situarse en la perspectiva de 1810. Sin duda había razones para que un ideario independentista maduro prefiriese ocultarse a exibirse: junto al vigor de la tradición de lealismo monárquico entre las masas populares (...) pesaba la coyuntura internacional que obligaba a contar con la benevolencia inglesa. » français : Jusqu’à quel point cette image que la révolution présentait d’elle-même était-elle sincère ? Exiger ici une réponse claire signifie peut-être ne pas se replacer dans la perspective de 1810. Sans aucun doute, il y avait des raisons pour qu'une pensée indépendantiste mûrie préférât s’occulter elle-même plutôt que de s’exhiber : outre la vigueur de la tradition de loyauté à la monarchie chez les masses populaires (...) pesait également la situation internationale, qui obligeait à tenir compte de la bienveillance britannique. ↑ Kaufmann, p. 49 ↑ a et b Kaufmann, p. 59 . ↑ ( es ) Norberto Galasso , « El pueblo quiere saber de qué se trató » , 19 mai 2005 (consulté le 27 janvier 2010 ) ↑ Cf. entretien avec l'historien Norberto Galasso par Juan Manuel Fonrouge, intitulé El deber de reescribir la historia , novembre 2009, dans l'émission 2010 : espagnol : Hoy, inclusive los profesores de la línea de Halperín Donghi -como L.A. Romero y José Carlos Chiaramonte- admiten que no comparten la versión de la historia mitrista sobre Mayo. français : Aujourd’hui, même les professeurs de la ligne Halperín Donghi ― comme L.A. Romero et José Carlos Chiaramonte ― admettent qu’ils ne partagent pas la version mitriste (des événements) de Mai. ↑ Juan Bautista Alberdi , Mitre al desnudo , Buenos Aires, Coyoacán, 1961, p. 28 . ↑ Galasso, p. 23 . espagnol : La opresión no era de un país extranjero sobre un grupo racial y culturalmente distinto (cuestión nacional) sino de un sector social sobre otro dentro de una misma comunidad hispanoamericana. français : Ce n’était pas l’oppression d’un pays étranger contre un groupe racialement et culturellement distinct (une question nationale), mais d’un secteur social contre un autre à l’intérieur de la même communauté hispano-américaine. ↑ Galasso, p. 10-11 . espagnol : Pero resulta que este dirigente [ Larea ] de una revolución antiespañola es... ¡español! Y a su lado está Domingo Matheu... ¡también español! Y más allá, Manuel Belgrano y Miguel de Azcuénaga que han nutrido gran parte de su juventud y sus conocimientos en España. français : Mais il se trouve que ce dirigeant [ Larrea ] d’une révolution anti-espagnole est... un Espagnol ! Et Domingo Matheu se tient à ses côtés... Espagnol lui aussi ! Et ensuite, Manuel Belgrano et Miguel de Azcuénaga, qui ont passé une grande partie de leur jeunesse en Espagne et y ont acquis la plupart de leurs connaissances. ↑ Galasso, p. 12 . espagnol : Al regresar [ San Martín ] al Río de la Plata, de donde había partido a los siete años, era un hombre de 34 años, con 27 de experiencias vitales españolas, desde el lenguaje, las costumbres, la primera novia, el bautismo de fuego y el riesgo de muerte en cada batalla [...]. El San Martín que regresó en 1812 debía ser un español hecho y derecho, y no venía al Río de la Plata precisamente a luchar contra la nación donde había transcurrido la mayor parte de su vida. français : Lorsqu’il (San Martín) revint dans le Río de la Plata, qu’il avait quitté à l’âge de sept ans, il était un homme de 34 ans, dont 27 années d’expériences de vie espagnoles, depuis le langage, les coutumes, la première fiancée, jusqu’au baptême du feu et le risque de mort dans chaque bataille (...). Le San Martín qui rentra en 1812 devait être un Espagnol à part entière, et n’était pas venu dans le Río de la Plata pour combattre le pays précisément dans lequel il avait passé la majeure partie de sa vie. ↑ Galasso, p. 11 . espagnol : Curioso antihispanismo éste [...] que enfrenta a los ejércitos enemigos (que San Martín llama siempre 'realistas', 'chapetones' o 'godos', y no 'españoles') enarbolando bandera española... français : Curieux antihispanisme que celui-là (...) qui affronte les armées ennemies (que San Martín appelle toujours royalistes , balourds ou goths , mais jamais Espagnols ) en arborant le drapeau espagnol... ↑ Galasso, p. 18 . espagnol : ...el pueblo encuentra al príncipe Fernando que se ha manifestado en contra de sus propios padres, y lo idealiza convirtiéndolo en jefe de la gran regeneración española. français : ...le peuple découvre le prince Ferdinand, qui s’est manifesté contre ses propres parents, et l’idéalise, en le convertissant en chef du grand relèvement espagnol. ↑ Galasso, p. 17 . espagnol : La lucha por la democracia, el gobierno del pueblo y los cambios económicos y sociales nace de la postración del pueblo español y de la presión que ejercen, paradójicamente, las ideas que los revolucionarios franceses han expandido por Europa a partir de 1789. français : La lutte pour la démocratie, le gouvernement du peuple et les changements économiques et sociaux naît de la prostration du peuple espagnol et de la pression qu’exercent, paradoxalement, les idées que les révolutionnaires français ont propagées à travers l’Europe depuis 1789. ↑ Norberto Galasso & Felipe Pigna. Interview par Juan Manuel Fonrouge. El deber de reescribir la historia. 2010 . Buenos Aires. novembre 2009. « Dès lors que la révolution démocratique espagnole est défaite en 1814 et que revient l’absolutisme, repoussant la constitution démocratique de 1812, la rupture devient nécessaire. Si l’on veut éviter de retomber sous l’absolutisme, l’indépendance devient urgente, attendu que l’Espagne se propose d’envoyer deux flottes de guerre pour reconquérir « ses » colonies. » ↑ Loi sur les jours fériés généraux et sur le glissement des jours non ouvrables. ( es ) ↑ a et b Silvia Sigal, « Mayo, la disputa por el sentido », Ñ , Clarín, n o 343,‎ 2010 , p. 11 ↑ « Jubany » , Marambio Base , 2006 (consulté le 1 er mai 2011 ) ↑ « 25 centavos » , Banque centrale de l’Argentine (consulté le 1 er mai 2011 ) ↑ « 5 centavos » , Banque centrale de l’Argentine (consulté le 1 er mai 2011 ) ↑ ( es ) Felipe Pigna, Los mitos de la historia argentina , Argentina, Grupo Editorial Norma, 2007 ( ISBN 987-545-149-5 ) , « La Revolución de Mayo » , p. 218 : « espagnol : A lo sumo, el sistema fomenta debates tan trascendentes como la existencia o inexistencia de paraguas en aquellos días de 1810, o sesudos contrapuntos meteorológicos basados en la contradicción marcada por la canción 'El sol del 25 viene asomando' y las ilustraciones del Billiken , el Simulcop y el Manual del Alumno , que muestran una plaza indudablemente lluviosa. A esto se pretende reducir, conciente o inconcientemente, el proceso que marcaría a fuego nuestro futuro como Nación. » français : Au mieux, le système stimule des débats aussi importants que l’existence ou inexistence de parapluies en ces journées de 1810, ou de pointues controverses météorologiques basées sur la contradiction entre la chanson El sol del 25 viene asomando ( le Soleil du 25 commence à poindre ) et les dessins de Billiken, de Simulcop et du Manuel de l’élève, qui montrent une place indubitablement pluvieuse. C’est à cela que l’on entend réduire, consciemment ou inconsciemment, le processus qui allait marquer au feu notre futur en tant que nation. ↑ Daniel Balmaceda, Historias de corceles y de acero , Buenos Aires, Sudamericana, 2010 , 121–124 p. ( ISBN 978-950-07-3180-5 ) ↑ La Revolución de Mayo (Mario Gallo, 1909) ( es ) ↑ ( es ) Nelda Pilia de Assunção, Aurora Ravina et Mónica Larrañaga, Mayo de 1810 : entre la historia y la ficción discursivas , Buenos Aires, Editorial Biblos, 1999 ( ISBN 9-507-86212-9 ) , p. 113–122 ↑ ( en ) Héctor Pavón, « El espejo lejano del primer centenario » , Ñ , Clarín, n o 343,‎ 2010 , p. 29 Bibliographie [ modifier | modifier le code ] Cette bibliographie recense trop d'ouvrages (août 2012) . Les ouvrages doivent être « de référence » dans le domaine du sujet de l'article dans lequel ils apparaissent . Il est souhaitable — si cela présente un intérêt — de les citer comme source et de les enlever de la section « bibliographie » . ( es ) Diego Abad de Santillán, Historia Argentina , Buenos Aires, TEA (Tipográfica Editora Argentina), 1965 ( en ) Christon Archer, The Wars of Independence in Espagnol America , Wilmington, Scholarly Resources Inc., 2000 ( ISBN 0-8420-2469-7 ) ( es ) Manuel Belgrano, Felipe Pigna , Manuel Belgrano: Autobiografía y escritos económicos , Buenos Aires, Planeta, 2009 ( ISBN 978-950-043189-7 ) ( en ) Orestes Brownson, The American Republic: Constitution, Tendencies, & Destiny , Rockville, Arc Manor, 2007 ( ISBN 978-1-60450-021-9 ) ( en ) John Crow, The Epic of Latin America , Berkeley and Los Angeles, California, University of California Press, 1946 ( ISBN 0-520-077237 ) ( es ) Esteban Dómina, Historia mínima de Córdoba , Córdoba, Ediciones del Boulevard, 2003 ( ISBN 978-987-556-023-9 ) ( en ) Gregory Fremont-Barnes, The Napoleonic wars: the Peninsular War 1807–1814 , Grande-Bretagne, Osprey Publishing Limited, 2002 ( ISBN 1-84176-370-5 ) ( es ) Norberto Galasso, La Revolución de Mayo (El pueblo quiere saber de qué se trató) , Buenos Aires, Ediciones del pensamiento nacional, 2005 ( ISBN 950-581-798-3 ) ( es ) Jorge Gelman, Raúl Fradkin, Doscientos años pensando la Revolución de Mayo , Buenos Aires, Sudamericana, 2010 ( ISBN 978-950-07-3179-9 ) ( en ) Eli Heckscher, The Continental System: An economic interpretation , New York, Old Chesea Station, 2006 ( ISBN 1-60206-026-6 ) ( en ) William Kaufmann, British policy and the independence of Latin America, 1804–1828 , New York, Yale Historical Publications, 1951 ( es ) Vicente Fidel López, La gran semana de 1810 , Buenos Aires, Librería del colegio (sic), 1966 ( es ) Félix Luna, Breve historia de los Argentinos , Buenos Aires, Planeta / Espejo de la Argentina, 1994 ( ISBN 950-742-415-6 ) ( es ) Grandes protagonistas de la Historia Argentina: Juan José Castelli , Buenos Aires, Grupo Editorial Planeta, 2001 ( ISBN 950-49-0656-7 ) ( es ) Grandes protagonistas de la Historia Argentina: Manuel Belgrano , Buenos Aires, Grupo Editorial Planeta, 2004 ( ISBN 950-49-1247-8 ) ( es ) Grandes protagonistas de la Historia Argentina: Mariano Moreno , Buenos Aires, La Nación, 2004 ( ISBN 950-49-1248-6 ) ( es ) Grandes protagonistas de la Historia Argentina: Santiago de Liniers , Buenos Aires, Grupo Editorial Planeta, 1999 ( ISBN 950-49-0357-6 ) ( es ) La independencia argentina y americana , Buenos Aires, Planeta, 2003 ( ISBN 950-49-1110-2 ) ( en ) Paul Mantoux, The Industrial Revolution in the eighteenth century , Abingdon, Oxfordshire, Routledge, 2006 ( ISBN 0-415-37839-7 ) ( es ) Bartolomé Mitre, Historia de Belgrano y de la Independencia Argentina , Buenos Aires, Instituto Nacional Belgraniano, 2008 ( ISBN 978-987-506-142-2 ) ( en ) Bernard Moses, The Intellectual Background of the Revolution in South America 1810–1824 , New York, Order of the trustees, 1926 ( ISBN 978-1-40671-575-0 ) ( es ) Felipe Pigna, Los mitos de la historia argentina , Argentina, Grupo Editorial Norma, 2007 ( ISBN 987-545-149-5 ) ( es ) Alejandro Poli Gonzalvo, Mayo, la revolución inconclusa , Buenos Aires , Emecé Editores S.A., 2008 ( ISBN 978-950-04-3030-2 ) ( es ) Cornelio Saavedra, Memoria autógrafa , Buenos Aires, Editorial del Nuevo Extremo, 2009 ( ISBN 978-987-609-171-8 ) Domingo Faustino Sarmiento, Facundo , Paris ( ISBN 0-520-08159-5 ) ( es ) Miguel Ángel Scenna, Mariano Moreno , Buenos Aires, H. Garetto Editor, 2009 ( ISBN 978-987-1494-05-7 ) ( en ) Nicolas Shumway, The Invention of Argentina , Berkeley and Los Angeles, California, University of California Press, 1991 ( ISBN 0-520-08284-2 ) ( es ) Ricardo de Titto, Hombres de Mayo , Buenos Aires, Grupo Editorial Norma, 2010 ( ISBN 978-987-545-584-9 ) Portail de l’Argentine Portail des années 1810 Ce document provient de « https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Révolution_de_Mai&oldid=143067786 ». Catégories : Histoire de l'Argentine Histoire de l'Uruguay Histoire du Paraguay Histoire de la Bolivie Vice-roi du Río de la Plata 1810 Révolution au XIXe siècle Histoire de l'Argentine au XIXe siècle Catégories cachées : Article contenant un appel à traduction en espagnol Ouvrages à trier Portail:Argentine/Articles liés Portail:Amérique/Articles liés Portail:Amérique du Sud/Articles liés Portail:Années 1810/Articles liés Portail:XIXe siècle/Articles liés Portail:Époque contemporaine/Articles liés Portail:Histoire/Articles liés Article de qualité en anglais Article de qualité en espagnol Menu de navigation Outils personnels Non connecté Discussion Contributions Créer un compte Se connecter Espaces de noms Article Discussion Variantes Affichages Lire Modifier Modifier le code Afficher l’historique Plus Rechercher Navigation Accueil Portails thématiques Article au hasard Contact Contribuer Débuter sur Wikipédia Aide Communauté Modifications récentes Faire un don Outils Pages liées Suivi des pages liées Importer un fichier Pages spéciales Lien permanent Informations sur la page Élément Wikidata Citer cette page Imprimer / exporter Créer un livre Télécharger comme PDF Version imprimable Dans d’autres projets Wikimédia Commons Dans d’autres langues Aragonés العربية Беларуская Български Català Deutsch English Esperanto Español Galego עברית Italiano 日本語 ქართული Lietuvių Norsk nynorsk Norsk Occitan Polski Português Русский Simple English Slovenčina Svenska Українська 中文 Modifier les liens La dernière modification de cette page a été faite le 30 novembre 2017 à 11:37. Droit d'auteur : les textes sont disponibles sous licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions . d’autres conditions peuvent s’appliquer. Voyez les conditions d’utilisation pour plus de détails, ainsi que les crédits graphiques . En cas de réutilisation des textes de cette page, voyez comment citer les auteurs et mentionner la licence . Wikipedia® est une marque déposée de la Wikimedia Foundation, Inc. , organisation de bienfaisance régie par le paragraphe 501(c)(3) du code fiscal des États-Unis. Politique de confidentialité À propos de Wikipédia Avertissements Développeurs Déclaration sur les témoins (cookies) Version mobile



http://manpages.debian.net/stretch/manpages-fr-dev/index.html
  Manpages of manpages-fr-dev in Debian stretch — Debian Manpages MANPAGES Skip Quicknav Index About Manpages FAQ Service Information / stretch / manpages-fr-dev / Contents Manpages of manpages-fr-dev in Debian stretch CIRCLEQ_ENTRY(3) ( français ) CIRCLEQ_HEAD(3) ( français ) CIRCLEQ_INIT(3) ( français ) CIRCLEQ_INSERT_AFTER(3) ( français ) CIRCLEQ_INSERT_BEFORE(3) ( français ) CIRCLEQ_INSERT_HEAD(3) ... in Debian stretch CIRCLEQ_ENTRY(3) ( français ) CIRCLEQ_HEAD(3) ( français ) CIRCLEQ_INIT(3) ( français ) CIRCLEQ_INSERT_AFTER(3) ( français ) CIRCLEQ_INSERT_BEFORE(3) ( français ) CIRCLEQ_INSERT_HEAD(3) ( français ) CIRCLEQ_INSERT_TAIL(3) ( français ) CIRCLEQ_REMOVE(3) ( français ) CMSG_ALIGN(3) ( français ) CMSG_FIRSTHDR(3) ( français ) CMSG_NXTHDR(3) ( français ) CMSG_SPACE(3) ( français ) CPU_ALLOC(3) ( français ) CPU_ALLOC_SIZE(3) ( français ) CPU_AND(3) ( français ) CPU_AND_S(3 CACHE

Manpages of manpages-fr-dev in Debian stretch — Debian Manpages MANPAGES Skip Quicknav Index About Manpages FAQ Service Information / stretch / manpages-fr-dev / Contents Manpages of manpages-fr-dev in Debian stretch CIRCLEQ_ENTRY(3) ( français ) CIRCLEQ_HEAD(3) ( français ) CIRCLEQ_INIT(3) ( français ) CIRCLEQ_INSERT_AFTER(3) ( français ) CIRCLEQ_INSERT_BEFORE(3) ( français ) CIRCLEQ_INSERT_HEAD(3) ( français ) CIRCLEQ_INSERT_TAIL(3) ( français ) CIRCLEQ_REMOVE(3) ( français ) CMSG_ALIGN(3) ( français ) CMSG_FIRSTHDR(3) ( français ) CMSG_NXTHDR(3) ( français ) CMSG_SPACE(3) ( français ) CPU_ALLOC(3) ( français ) CPU_ALLOC_SIZE(3) ( français ) CPU_AND(3) ( français ) CPU_AND_S(3) ( français ) CPU_CLR(3) ( français ) CPU_CLR_S(3) ( français ) CPU_COUNT(3) ( français ) CPU_COUNT_S(3) ( français ) CPU_EQUAL(3) ( français ) CPU_EQUAL_S(3) ( français ) CPU_FREE(3) ( français ) CPU_ISSET(3) ( français ) CPU_ISSET_S(3) ( français ) CPU_OR(3) ( français ) CPU_OR_S(3) ( français ) CPU_SET(3) ( français ) CPU_SET_S(3) ( français ) CPU_XOR(3) ( français ) CPU_XOR_S(3) ( français ) CPU_ZERO(3) ( français ) CPU_ZERO_S(3) ( français ) DES_FAILED(3) ( français ) FD_CLR(3) ( français ) FD_ISSET(3) ( français ) FD_SET(3) ( français ) FD_ZERO(3) ( français ) HUGE_VAL(3) ( français ) HUGE_VALF(3) ( français ) HUGE_VALL(3) ( français ) INFINITY(3) ( français ) LIST_ENTRY(3) ( français ) LIST_HEAD(3) ( français ) LIST_INIT(3) ( français ) LIST_INSERT_AFTER(3) ( français ) LIST_INSERT_HEAD(3) ( français ) LIST_REMOVE(3) ( français ) MB_CUR_MAX(3) ( français ) MB_LEN_MAX(3) ( français ) NAN(3) ( français ) TAILQ_ENTRY(3) ( français ) TAILQ_HEAD(3) ( français ) TAILQ_INIT(3) ( français ) TAILQ_INSERT_AFTER(3) ( français ) TAILQ_INSERT_HEAD(3) ( français ) TAILQ_INSERT_TAIL(3) ( français ) TAILQ_REMOVE(3) ( français ) _Exit(2) ( français ) __after_morecore_hook(3) ( français ) __clone2(2) ( français ) __fbufsize(3) ( français ) __flbf(3) ( français ) __fpending(3) ( français ) __fpurge(3) ( français ) __freadable(3) ( français ) __freading(3) ( français ) __free_hook(3) ( français ) __fsetlocking(3) ( français ) __fwritable(3) ( français ) __fwriting(3) ( français ) __malloc_hook(3) ( français ) __malloc_initialize_hook(3) ( français ) __memalign_hook(3) ( français ) __realloc_hook(3) ( français ) __setfpucw(3) ( français ) _exit(2) ( français ) _flushlbf(3) ( français ) _llseek(2) ( français ) _newselect(2) ( français ) _syscall(2) ( français ) _sysctl(2) ( français ) a64l(3) ( français ) abort(3) ( français ) abs(3) ( français ) accept(2) ( français ) accept4(2) ( français ) access(2) ( français ) acct(2) ( français ) acos(3) ( français ) acosf(3) ( français ) acosh(3) ( français ) acoshf(3) ( français ) acoshl(3) ( français ) acosl(3) ( français ) add_key(2) ( français ) addmntent(3) ( français ) addseverity(3) ( français ) adjtime(3) ( français ) adjtimex(2) ( français ) afs_syscall(2) ( français ) aio_cancel(3) ( français ) aio_error(3) ( français ) aio_fsync(3) ( français ) aio_init(3) ( français ) aio_read(3) ( français ) aio_return(3) ( français ) aio_suspend(3) ( français ) aio_write(3) ( français ) alarm(2) ( français ) aligned_alloc(3) ( français ) alloc_hugepages(2) ( français ) alloca(3) ( français ) alphasort(3) ( français ) arch_prctl(2) ( français ) argz(3) ( français ) argz_add(3) ( français ) argz_add_sep(3) ( français ) argz_append(3) ( français ) argz_count(3) ( français ) argz_create(3) ( français ) argz_create_sep(3) ( français ) argz_delete(3) ( français ) argz_extract(3) ( français ) argz_insert(3) ( français ) argz_next(3) ( français ) argz_replace(3) ( français ) argz_stringify(3) ( français ) arm_fadvise(2) ( français ) arm_fadvise64_64(2) ( français ) arm_sync_file_range(2) ( français ) asctime(3) ( français ) asctime_r(3) ( français ) asin(3) ( français ) asinf(3) ( français ) asinh(3) ( français ) asinhf(3) ( français ) asinhl(3) ( français ) asinl(3) ( français ) asprintf(3) ( français ) assert(3) ( français ) assert_perror(3) ( français ) atan(3) ( français ) atan2(3) ( français ) atan2f(3) ( français ) atan2l(3) ( français ) atanf(3) ( français ) atanh(3) ( français ) atanhf(3) ( français ) atanhl(3) ( français ) atanl(3) ( français ) atexit(3) ( français ) atof(3) ( français ) atoi(3) ( français ) atol(3) ( français ) atoll(3) ( français ) atoq(3) ( français ) auth_destroy(3) ( français ) authnone_create(3) ( français ) authunix_create(3) ( français ) authunix_create_default(3) ( français ) backtrace(3) ( français ) backtrace_symbols(3) ( français ) backtrace_symbols_fd(3) ( français ) basename(3) ( français ) bcmp(3) ( français ) bcopy(3) ( français ) bdflush(2) ( français ) be16toh(3) ( français ) be32toh(3) ( français ) be64toh(3) ( français ) bind(2) ( français ) bindresvport(3) ( français ) break(2) ( français ) brk(2) ( français ) bsd_signal(3) ( français ) bsearch(3) ( français ) bstring(3) ( français ) btowc(3) ( français ) btree(3) ( français ) byteorder(3) ( français ) bzero(3) ( français ) cabs(3) ( français ) cabsf(3) ( français ) cabsl(3) ( français ) cacheflush(2) ( français ) cacos(3) ( français ) cacosf(3) ( français ) cacosh(3) ( français ) cacoshf(3) ( français ) cacoshl(3) ( français ) cacosl(3) ( français ) calloc(3) ( français ) callrpc(3) ( français ) canonicalize_file_name(3) ( français ) capget(2) ( français ) capset(2) ( français ) carg(3) ( français ) cargf(3) ( français ) cargl(3) ( français ) casin(3) ( français ) casinf(3) ( français ) casinh(3) ( français ) casinhf(3) ( français ) casinhl(3) ( français ) casinl(3) ( français ) catan(3) ( français ) catanf(3) ( français ) catanh(3) ( français ) catanhf(3) ( français ) catanhl(3) ( français ) catanl(3) ( français ) catclose(3) ( français ) catgets(3) ( français ) catopen(3) ( français ) cbc_crypt(3) ( français ) cbrt(3) ( français ) cbrtf(3) ( français ) cbrtl(3) ( français ) ccos(3) ( français ) ccosf(3) ( français ) ccosh(3) ( français ) ccoshf(3) ( français ) ccoshl(3) ( français ) ccosl(3) ( français ) ceil(3) ( français ) ceilf(3) ( français ) ceill(3) ( français ) cerf(3) ( français ) cerfc(3) ( français ) cerfcf(3) ( français ) cerfcl(3) ( français ) cerff(3) ( français ) cerfl(3) ( français ) cexp(3) ( français ) cexp2(3) ( français ) cexp2f(3) ( français ) cexp2l(3) ( français ) cexpf(3) ( français ) cexpl(3) ( français ) cfgetispeed(3) ( français ) cfgetospeed(3) ( français ) cfmakeraw(3) ( français ) cfree(3) ( français ) cfsetispeed(3) ( français ) cfsetospeed(3) ( français ) cfsetspeed(3) ( français ) chdir(2) ( français ) chmod(2) ( français ) chown(2) ( français ) chown32(2) ( français ) chroot(2) ( français ) cimag(3) ( français ) cimagf(3) ( français ) cimagl(3) ( français ) clearenv(3) ( français ) clearerr(3) ( français ) clearerr_unlocked(3) ( français ) clnt_broadcast(3) ( français ) clnt_call(3) ( français ) clnt_control(3) ( français ) clnt_create(3) ( français ) clnt_destroy(3) ( français ) clnt_freeres(3) ( français ) clnt_geterr(3) ( français ) clnt_pcreateerror(3) ( français ) clnt_perrno(3) ( français ) clnt_perror(3) ( français ) clnt_spcreateerror(3) ( français ) clnt_sperrno(3) ( français ) clnt_sperror(3) ( français ) clntraw_create(3) ( français ) clnttcp_create(3) ( français ) clntudp_bufcreate(3) ( français ) clntudp_create(3) ( français ) clock(3) ( français ) clock_getcpuclockid(3) ( français ) clock_getres(2) ( français ) clock_getres(3) ( français ) clock_gettime(2) ( français ) clock_gettime(3) ( français ) clock_nanosleep(2) ( français ) clock_settime(2) ( français ) clock_settime(3) ( français ) clog(3) ( français ) clog10(3) ( français ) clog10f(3) ( français ) clog10l(3) ( français ) clog2(3) ( français ) clog2f(3) ( français ) clog2l(3) ( français ) clogf(3) ( français ) clogl(3) ( français ) clone(2) ( français ) clone2(2) ( français ) close(2) ( français ) closedir(3) ( français ) closelog(3) ( français ) cmsg(3) ( français ) confstr(3) ( français ) conj(3) ( français ) conjf(3) ( français ) conjl(3) ( français ) connect(2) ( français ) copysign(3) ( français ) copysignf(3) ( français ) copysignl(3) ( français ) cos(3) ( français ) cosf(3) ( français ) cosh(3) ( français ) coshf(3) ( français ) coshl(3) ( français ) cosl(3) ( français ) cpow(3) ( français ) cpowf(3) ( français ) cpowl(3) ( français ) cproj(3) ( français ) cprojf(3) ( français ) cprojl(3) ( français ) creal(3) ( français ) crealf(3) ( français ) creall(3) ( français ) creat(2) ( français ) create_module(2) ( français ) crypt(3) ( français ) crypt_r(3) ( français ) csin(3) ( français ) csinf(3) ( français ) csinh(3) ( français ) csinhf(3) ( français ) csinhl(3) ( français ) csinl(3) ( français ) csqrt(3) ( français ) csqrtf(3) ( français ) csqrtl(3) ( français ) ctan(3) ( français ) ctanf(3) ( français ) ctanh(3) ( français ) ctanhf(3) ( français ) ctanhl(3) ( français ) ctanl(3) ( français ) ctermid(3) ( français ) ctime(3) ( français ) ctime_r(3) ( français ) cuserid(3) ( français ) daemon(3) ( français ) daylight(3) ( français ) db(3) ( français ) dbopen(3) ( français ) delete_module(2) ( français ) des_crypt(3) ( français ) des_setparity(3) ( français ) difftime(3) ( français ) dirfd(3) ( français ) dirname(3) ( français ) div(3) ( français ) dl_iterate_phdr(3) ( français ) dladdr(3) ( français ) dlclose(3) ( français ) dlerror(3) ( français ) dlopen(3) ( français ) dlsym(3) ( français ) dlvsym(3) ( français ) dn_comp(3) ( français ) dn_expand(3) ( français ) dprintf(3) ( français ) drand48(3) ( français ) drand48_r(3) ( français ) drem(3) ( français ) dremf(3) ( français ) dreml(3) ( français ) dup(2) ( français ) dup2(2) ( français ) dup3(2) ( français ) duplocale(3) ( français ) dysize(3) ( français ) eaccess(3) ( français ) ecb_crypt(3) ( français ) ecvt(3) ( français ) ecvt_r(3) ( français ) edata(3) ( français ) encrypt(3) ( français ) encrypt_r(3) ( français ) end(3) ( français ) endaliasent(3) ( français ) endfsent(3) ( français ) endgrent(3) ( français ) endhostent(3) ( français ) endian(3) ( français ) endmntent(3) ( français ) endnetent(3) ( français ) endnetgrent(3) ( français ) endprotoent(3) ( français ) endpwent(3) ( français ) endrpcent(3) ( français ) endservent(3) ( français ) endspent(3) ( français ) endttyent(3) ( français ) endusershell(3) ( français ) endutent(3) ( français ) endutxent(3) ( français ) envz(3) ( français ) envz_add(3) ( français ) envz_entry(3) ( français ) envz_get(3) ( français ) envz_merge(3) ( français ) envz_remove(3) ( français ) envz_strip(3) ( français ) epoll_create(2) ( français ) epoll_create1(2) ( français ) epoll_ctl(2) ( français ) epoll_pwait(2) ( français ) epoll_wait(2) ( français ) erand48(3) ( français ) erand48_r(3) ( français ) erf(3) ( français ) erfc(3) ( français ) erfcf(3) ( français ) erfcl(3) ( français ) erff(3) ( français ) erfl(3) ( français ) err(3) ( français ) errno(3) ( français ) error(3) ( français ) error_at_line(3) ( français ) error_message_count(3) ( français ) error_one_per_line(3) ( français ) error_print_progname(3) ( français ) errx(3) ( français ) etext(3) ( français ) ether_aton(3) ( français ) ether_aton_r(3) ( français ) ether_hostton(3) ( français ) ether_line(3) ( français ) ether_ntoa(3) ( français ) ether_ntoa_r(3) ( français ) ether_ntohost(3) ( français ) euidaccess(3) ( français ) eventfd(2) ( français ) eventfd2(2) ( français ) eventfd_read(3) ( français ) eventfd_write(3) ( français ) exec(3) ( français ) execl(3) ( français ) execle(3) ( français ) execlp(3) ( français ) execv(3) ( français ) execve(2) ( français ) execvp(3) ( français ) execvpe(3) ( français ) exit(2) ( français ) exit(3) ( français ) exit_group(2) ( français ) exp(3) ( français ) exp10(3) ( français ) exp10f(3) ( français ) exp10l(3) ( français ) exp2(3) ( français ) exp2f(3) ( français ) exp2l(3) ( français ) expf(3) ( français ) expl(3) ( français ) expm1(3) ( français ) expm1f(3) ( français ) expm1l(3) ( français ) fabs(3) ( français ) fabsf(3) ( français ) fabsl(3) ( français ) faccessat(2) ( français ) fadvise64(2) ( français ) fadvise64_64(2) ( français ) fallocate(2) ( français ) fattach(2) ( français ) fchdir(2) ( français ) fchmod(2) ( français ) fchmodat(2) ( français ) fchown(2) ( français ) fchown32(2) ( français ) fchownat(2) ( français ) fclose(3) ( français ) fcloseall(3) ( français ) fcntl(2) ( français ) fcntl64(2) ( français ) fcvt(3) ( français ) fcvt_r(3) ( français ) fdatasync(2) ( français ) fdetach(2) ( français ) fdim(3) ( français ) fdimf(3) ( français ) fdiml(3) ( français ) fdopen(3) ( français ) fdopendir(3) ( français ) feclearexcept(3) ( français ) fedisableexcept(3) ( français ) feenableexcept(3) ( français ) fegetenv(3) ( français ) fegetexcept(3) ( français ) fegetexceptflag(3) ( français ) fegetround(3) ( français ) feholdexcept(3) ( français ) fenv(3) ( français ) feof(3) ( français ) feof_unlocked(3) ( français ) feraiseexcept(3) ( français ) ferror(3) ( français ) ferror_unlocked(3) ( français ) fesetenv(3) ( français ) fesetexceptflag(3) ( français ) fesetround(3) ( français ) fetestexcept(3) ( français ) feupdateenv(3) ( français ) fexecve(3) ( français ) fflush(3) ( français ) fflush_unlocked(3) ( français ) ffs(3) ( français ) ffsl(3) ( français ) ffsll(3) ( français ) fgetc(3) ( français ) fgetc_unlocked(3) ( français ) fgetgrent(3) ( français ) fgetgrent_r(3) ( français ) fgetpos(3) ( français ) fgetpwent(3) ( français ) fgetpwent_r(3) ( français ) fgets(3) ( français ) fgets_unlocked(3) ( français ) fgetspent(3) ( français ) fgetspent_r(3) ( français ) fgetwc(3) ( français ) fgetwc_unlocked(3) ( français ) fgetws(3) ( français ) fgetws_unlocked(3) ( français ) fileno(3) ( français ) fileno_unlocked(3) ( français ) finit_module(2) ( français ) finite(3) ( français ) finitef(3) ( français ) finitel(3) ( français ) flock(2) ( français ) flockfile(3) ( français ) floor(3) ( français ) floorf(3) ( français ) floorl(3) ( français ) fma(3) ( français ) fmaf(3) ( français ) fmal(3) ( français ) fmax(3) ( français ) fmaxf(3) ( français ) fmaxl(3) ( français ) fmemopen(3) ( français ) fmin(3) ( français ) fminf(3) ( français ) fminl(3) ( français ) fmod(3) ( français ) fmodf(3) ( français ) fmodl(3) ( français ) fmtmsg(3) ( français ) fnmatch(3) ( français ) fopen(3) ( français ) fopencookie(3) ( français ) fork(2) ( français ) forkpty(3) ( français ) fpathconf(3) ( français ) fpclassify(3) ( français ) fprintf(3) ( français ) fpurge(3) ( français ) fputc(3) ( français ) fputc_unlocked(3) ( français ) fputs(3) ( français ) fputs_unlocked(3) ( français ) fputwc(3) ( français ) fputwc_unlocked(3) ( français ) fputws(3) ( français ) fputws_unlocked(3) ( français ) fread(3) ( français ) fread_unlocked(3) ( français ) free(3) ( français ) free_hugepages(2) ( français ) freeaddrinfo(3) ( français ) freehostent(3) ( français ) freeifaddrs(3) ( français ) freelocale(3) ( français ) freopen(3) ( français ) frexp(3) ( français ) frexpf(3) ( français ) frexpl(3) ( français ) fscanf(3) ( français ) fseek(3) ( français ) fseeko(3) ( français ) fsetpos(3) ( français ) fstat(2) ( français ) fstat64(2) ( français ) fstatat(2) ( français ) fstatat64(2) ( français ) fstatfs(2) ( français ) fstatfs64(2) ( français ) fstatvfs(2) ( français ) fstatvfs(3) ( français ) fsync(2) ( français ) ftell(3) ( français ) ftello(3) ( français ) ftime(3) ( français ) ftok(3) ( français ) ftruncate(2) ( français ) ftruncate64(2) ( français ) ftrylockfile(3) ( français ) fts(3) ( français ) fts_children(3) ( français ) fts_close(3) ( français ) fts_open(3) ( français ) fts_read(3) ( français ) fts_set(3) ( français ) ftw(3) ( français ) funlockfile(3) ( français ) futex(2) ( français ) futimens(3) ( français ) futimes(3) ( français ) futimesat(2) ( français ) fwide(3) ( français ) fwprintf(3) ( français ) fwrite(3) ( français ) fwrite_unlocked(3) ( français ) gai_cancel(3) ( français ) gai_error(3) ( français ) gai_strerror(3) ( français ) gai_suspend(3) ( français ) gamma(3) ( français ) gammaf(3) ( français ) gammal(3) ( français ) gcvt(3) ( français ) get_current_dir_name(3) ( français ) get_kernel_syms(2) ( français ) get_mempolicy(2) ( français ) get_myaddress(3) ( français ) get_nprocs(3) ( français ) get_nprocs_conf(3) ( français ) get_robust_list(2) ( français ) get_thread_area(2) ( français ) getaddrinfo(3) ( français ) getaddrinfo_a(3) ( français ) getaliasbyname(3) ( français ) getaliasbyname_r(3) ( français ) getaliasent(3) ( français ) getaliasent_r(3) ( français ) getauxval(3) ( français ) getc(3) ( français ) getc_unlocked(3) ( français ) getchar(3) ( français ) getchar_unlocked(3) ( français ) getcontext(2) ( français ) getcontext(3) ( français ) getcpu(2) ( français ) getcwd(2) ( français ) getcwd(3) ( français ) getdate(3) ( français ) getdate_err(3) ( français ) getdate_r(3) ( français ) getdelim(3) ( français ) getdents(2) ( français ) getdents64(2) ( français ) getdirentries(3) ( français ) getdomainname(2) ( français ) getdtablesize(3) ( français ) getegid(2) ( français ) getegid32(2) ( français ) getenv(3) ( français ) geteuid(2) ( français ) geteuid32(2) ( français ) getfsent(3) ( français ) getfsfile(3) ( français ) getfsspec(3) ( français ) getgid(2) ( français ) getgid32(2) ( français ) getgrent(3) ( français ) getgrent_r(3) ( français ) getgrgid(3) ( français ) getgrgid_r(3) ( français ) getgrnam(3) ( français ) getgrnam_r(3) ( français ) getgrouplist(3) ( français ) getgroups(2) ( français ) getgroups32(2) ( français ) gethostbyaddr(3) ( français ) gethostbyaddr_r(3) ( français ) gethostbyname(3) ( français ) gethostbyname2(3) ( français ) gethostbyname2_r(3) ( français ) gethostbyname_r(3) ( français ) gethostent(3) ( français ) gethostent_r(3) ( français ) gethostid(2) ( français ) gethostid(3) ( français ) gethostname(2) ( français ) getifaddrs(3) ( français ) getipnodebyaddr(3) ( français ) getipnodebyname(3) ( français ) getitimer(2) ( français ) getline(3) ( français ) getloadavg(3) ( français ) getlogin(3) ( français ) getlogin_r(3) ( français ) getmntent(3) ( français ) getmntent_r(3) ( français ) getmsg(2) ( français ) getnameinfo(3) ( français ) getnetbyaddr(3) ( français ) getnetbyaddr_r(3) ( français ) getnetbyname(3) ( français ) getnetbyname_r(3) ( français ) getnetent(3) ( français ) getnetent_r(3) ( français ) getnetgrent(3) ( français ) getnetgrent_r(3) ( français ) getopt(3) ( français ) getopt_long(3) ( français ) getopt_long_only(3) ( français ) getpagesize(2) ( français ) getpass(3) ( français ) getpeername(2) ( français ) getpgid(2) ( français ) getpgrp(2) ( français ) getpid(2) ( français ) getpmsg(2) ( français ) getppid(2) ( français ) getpriority(2) ( français ) getprotobyname(3) ( français ) getprotobyname_r(3) ( français ) getprotobynumber(3) ( français ) getprotobynumber_r(3) ( français ) getprotoent(3) ( français ) getprotoent_r(3) ( français ) getpt(3) ( français ) getpw(3) ( français ) getpwent(3) ( français ) getpwent_r(3) ( français ) getpwnam(3) ( français ) getpwnam_r(3) ( français ) getpwuid(3) ( français ) getpwuid_r(3) ( français ) getresgid(2) ( français ) getresgid32(2) ( français ) getresuid(2) ( français ) getresuid32(2) ( français ) getrlimit(2) ( français ) getrpcbyname(3) ( français ) getrpcbyname_r(3) ( français ) getrpcbynumber(3) ( français ) getrpcbynumber_r(3) ( français ) getrpcent(3) ( français ) getrpcent_r(3) ( français ) getrpcport(3) ( français ) getrusage(2) ( français ) gets(3) ( français ) getservbyname(3) ( français ) getservbyname_r(3) ( français ) getservbyport(3) ( français ) getservbyport_r(3) ( français ) getservent(3) ( français ) getservent_r(3) ( français ) getsid(2) ( français ) getsockname(2) ( français ) getsockopt(2) ( français ) getspent(3) ( français ) getspent_r(3) ( français ) getspnam(3) ( français ) getspnam_r(3) ( français ) getsubopt(3) ( français ) gettid(2) ( français ) gettimeofday(2) ( français ) getttyent(3) ( français ) getttynam(3) ( français ) getuid(2) ( français ) getuid32(2) ( français ) getumask(3) ( français ) getunwind(2) ( français ) getusershell(3) ( français ) getutent(3) ( français ) getutent_r(3) ( français ) getutid(3) ( français ) getutid_r(3) ( français ) getutline(3) ( français ) getutline_r(3) ( français ) getutmp(3) ( français ) getutmpx(3) ( français ) getutxent(3) ( français ) getutxid(3) ( français ) getutxline(3) ( français ) getw(3) ( français ) getwc(3) ( français ) getwc_unlocked(3) ( français ) getwchar(3) ( français ) getwchar_unlocked(3) ( français ) getwd(3) ( français ) glob(3) ( français ) globfree(3) ( français ) gmtime(3) ( français ) gmtime_r(3) ( français ) gnu_dev_major(3) ( français ) gnu_dev_makedev(3) ( français ) gnu_dev_minor(3) ( français ) gnu_get_libc_release(3) ( français ) gnu_get_libc_version(3) ( français ) grantpt(3) ( français ) gsignal(3) ( français ) gtty(2) ( français ) h_errno(3) ( français ) hash(3) ( français ) hasmntopt(3) ( français ) hcreate(3) ( français ) hcreate_r(3) ( français ) hdestroy(3) ( français ) hdestroy_r(3) ( français ) herror(3) ( français ) hsearch(3) ( français ) hsearch_r(3) ( français ) hstrerror(3) ( français ) htobe16(3) ( français ) htobe32(3) ( français ) htobe64(3) ( français ) htole16(3) ( français ) htole32(3) ( français ) htole64(3) ( français ) htonl(3) ( français ) htons(3) ( français ) hypot(3) ( français ) hypotf(3) ( français ) hypotl(3) ( français ) iconv(3) ( français ) iconv_close(3) ( français ) iconv_open(3) ( français ) idle(2) ( français ) if_freenameindex(3) ( français ) if_indextoname(3) ( français ) if_nameindex(3) ( français ) if_nametoindex(3) ( français ) ilogb(3) ( français ) ilogbf(3) ( français ) ilogbl(3) ( français ) imaxabs(3) ( français ) imaxdiv(3) ( français ) inb(2) ( français ) inb_p(2) ( français ) index(3) ( français ) inet(3) ( français ) inet_addr(3) ( français ) inet_aton(3) ( français ) inet_lnaof(3) ( français ) inet_makeaddr(3) ( français ) inet_net_ntop(3) ( français ) inet_net_pton(3) ( français ) inet_netof(3) ( français ) inet_network(3) ( français ) inet_ntoa(3) ( français ) inet_ntop(3) ( français ) inet_pton(3) ( français ) init_module(2) ( français ) initgroups(3) ( français ) initstate(3) ( français ) initstate_r(3) ( français ) inl(2) ( français ) inl_p(2) ( français ) innetgr(3) ( français ) inotify_add_watch(2) ( français ) inotify_init(2) ( français ) inotify_init1(2) ( français ) inotify_rm_watch(2) ( français ) insb(2) ( français ) insl(2) ( français ) insque(3) ( français ) insw(2) ( français ) inw(2) ( français ) inw_p(2) ( français ) io_cancel(2) ( français ) io_destroy(2) ( français ) io_getevents(2) ( français ) io_setup(2) ( français ) io_submit(2) ( français ) ioctl(2) ( français ) ioctl_list(2) ( français ) ioperm(2) ( français ) iopl(2) ( français ) ioprio_get(2) ( français ) ioprio_set(2) ( français ) ipc(2) ( français ) iruserok(3) ( français ) iruserok_af(3) ( français ) isalnum(3) ( français ) isalnum_l(3) ( français ) isalpha(3) ( français ) isascii(3) ( français ) isascii_l(3) ( français ) isastream(2) ( français ) isatty(3) ( français ) isblank(3) ( français ) isblank_l(3) ( français ) iscntrl(3) ( français ) iscntrl_l(3) ( français ) isdigit(3) ( français ) isdigit_l(3) ( français ) isfinite(3) ( français ) isgraph(3) ( français ) isgraph_l(3) ( français ) isgreater(3) ( français ) isgreaterequal(3) ( français ) isinf(3) ( français ) isinff(3) ( français ) isinfl(3) ( français ) isless(3) ( français ) islessequal(3) ( français ) islessgreater(3) ( français ) islower(3) ( français ) islower_l(3) ( français ) isnan(3) ( français ) isnanf(3) ( français ) isnanl(3) ( français ) isnormal(3) ( français ) isprint(3) ( français ) isprint_l(3) ( français ) ispunct(3) ( français ) ispunct_l(3) ( français ) isspace(3) ( français ) isspace_l(3) ( français ) isunordered(3) ( français ) isupper(3) ( français ) isupper_l(3) ( français ) iswalnum(3) ( français ) iswalpha(3) ( français ) iswblank(3) ( français ) iswcntrl(3) ( français ) iswctype(3) ( français ) iswdigit(3) ( français ) iswgraph(3) ( français ) iswlower(3) ( français ) iswprint(3) ( français ) iswpunct(3) ( français ) iswspace(3) ( français ) iswupper(3) ( français ) iswxdigit(3) ( français ) isxdigit(3) ( français ) isxdigit_l(3) ( français ) j0(3) ( français ) j0f(3) ( français ) j0l(3) ( français ) j1(3) ( français ) j1f(3) ( français ) j1l(3) ( français ) jn(3) ( français ) jnf(3) ( français ) jnl(3) ( français ) jrand48(3) ( français ) jrand48_r(3) ( français ) kcmp(2) ( français ) kexec_load(2) ( français ) key_decryptsession(3) ( français ) key_encryptsession(3) ( français ) key_gendes(3) ( français ) key_secretkey_is_set(3) ( français ) key_setsecret(3) ( français ) keyctl(2) ( français ) kill(2) ( français ) killpg(2) ( français ) klogctl(3) ( français ) l64a(3) ( français ) labs(3) ( français ) lchown(2) ( français ) lchown32(2) ( français ) lckpwdf(3) ( français ) lcong48(3) ( français ) lcong48_r(3) ( français ) ldexp(3) ( français ) ldexpf(3) ( français ) ldexpl(3) ( français ) ldiv(3) ( français ) le16toh(3) ( français ) le32toh(3) ( français ) le64toh(3) ( français ) lfind(3) ( français ) lgamma(3) ( français ) lgamma_r(3) ( français ) lgammaf(3) ( français ) lgammaf_r(3) ( français ) lgammal(3) ( français ) lgammal_r(3) ( français ) link(2) ( français ) linkat(2) ( français ) lio_listio(3) ( français ) listen(2) ( français ) llabs(3) ( français ) lldiv(3) ( français ) llrint(3) ( français ) llrintf(3) ( français ) llrintl(3) ( français ) llround(3) ( français ) llroundf(3) ( français ) llroundl(3) ( français ) llseek(2) ( français ) localeconv(3) ( français ) localtime(3) ( français ) localtime_r(3) ( français ) lock(2) ( français ) lockf(3) ( français ) log(3) ( français ) log10(3) ( français ) log10f(3) ( français ) log10l(3) ( français ) log1p(3) ( français ) log1pf(3) ( français ) log1pl(3) ( français ) log2(3) ( français ) log2f(3) ( français ) log2l(3) ( français ) logb(3) ( français ) logbf(3) ( français ) logbl(3) ( français ) logf(3) ( français ) login(3) ( français ) login_tty(3) ( français ) logl(3) ( français ) logout(3) ( français ) logwtmp(3) ( français ) longjmp(3) ( français ) lookup_dcookie(2) ( français ) lrand48(3) ( français ) lrand48_r(3) ( français ) lrint(3) ( français ) lrintf(3) ( français ) lrintl(3) ( français ) lround(3) ( français ) lroundf(3) ( français ) lroundl(3) ( français ) lsearch(3) ( français ) lseek(2) ( français ) lseek64(3) ( français ) lstat(2) ( français ) lstat64(2) ( français ) lutimes(3) ( français ) madvise(2) ( français ) madvise1(2) ( français ) major(3) ( français ) makecontext(3) ( français ) makedev(3) ( français ) mallinfo(3) ( français ) malloc(3) ( français ) malloc_get_state(3) ( français ) malloc_hook(3) ( français ) malloc_info(3) ( français ) malloc_set_state(3) ( français ) malloc_stats(3) ( français ) malloc_trim(3) ( français ) malloc_usable_size(3) ( français ) mallopt(3) ( français ) matherr(3) ( français ) mbind(2) ( français ) mblen(3) ( français ) mbrlen(3) ( français ) mbrtowc(3) ( français ) mbsinit(3) ( français ) mbsnrtowcs(3) ( français ) mbsrtowcs(3) ( français ) mbstowcs(3) ( français ) mbtowc(3) ( français ) mcheck(3) ( français ) mcheck_check_all(3) ( français ) mcheck_pedantic(3) ( français ) memalign(3) ( français ) memccpy(3) ( français ) memchr(3) ( français ) memcmp(3) ( français ) memcpy(3) ( français ) memfrob(3) ( français ) memmem(3) ( français ) memmove(3) ( français ) mempcpy(3) ( français ) memrchr(3) ( français ) memset(3) ( français ) migrate_pages(2) ( français ) mincore(2) ( français ) minor(3) ( français ) mkdir(2) ( français ) mkdirat(2) ( français ) mkdtemp(3) ( français ) mkfifo(3) ( français ) mkfifoat(3) ( français ) mknod(2) ( français ) mknodat(2) ( français ) mkostemp(3) ( français ) mkostemps(3) ( français ) mkstemp(3) ( français ) mkstemps(3) ( français ) mktemp(3) ( français ) mktime(3) ( français ) mlock(2) ( français ) mlockall(2) ( français ) mmap(2) ( français ) mmap2(2) ( français ) mmap64(3) ( français ) modf(3) ( français ) modff(3) ( français ) modfl(3) ( français ) modify_ldt(2) ( français ) mount(2) ( français ) move_pages(2) ( français ) mpool(3) ( français ) mprobe(3) ( français ) mprotect(2) ( français ) mpx(2) ( français ) mq_close(3) ( français ) mq_getattr(3) ( français ) mq_getsetattr(2) ( français ) mq_notify(2) ( français ) mq_notify(3) ( français ) mq_open(2) ( français ) mq_open(3) ( français ) mq_receive(3) ( français ) mq_send(3) ( français ) mq_setattr(3) ( français ) mq_timedreceive(2) ( français ) mq_timedreceive(3) ( français ) mq_timedsend(2) ( français ) mq_timedsend(3) ( français ) mq_unlink(2) ( français ) mq_unlink(3) ( français ) mrand48(3) ( français ) mrand48_r(3) ( français ) mremap(2) ( français ) msgctl(2) ( français ) msgget(2) ( français ) msgop(2) ( français ) msgrcv(2) ( français ) msgsnd(2) ( français ) msync(2) ( français ) mtrace(3) ( français ) munlock(2) ( français ) munlockall(2) ( français ) munmap(2) ( français ) muntrace(3) ( français ) name_to_handle_at(2) ( français ) nan(3) ( français ) nanf(3) ( français ) nanl(3) ( français ) nanosleep(2) ( français ) nearbyint(3) ( français ) nearbyintf(3) ( français ) nearbyintl(3) ( français ) netlink(3) ( français ) newlocale(3) ( français ) nextafter(3) ( français ) nextafterf(3) ( français ) nextafterl(3) ( français ) nexttoward(3) ( français ) nexttowardf(3) ( français ) nexttowardl(3) ( français ) nfsservctl(2) ( français ) nftw(3) ( français ) nice(2) ( français ) nl_langinfo(3) ( français ) nrand48(3) ( français ) nrand48_r(3) ( français ) ntohl(3) ( français ) ntohs(3) ( français ) offsetof(3) ( français ) oldfstat(2) ( français ) oldlstat(2) ( français ) oldolduname(2) ( français ) oldstat(2) ( français ) olduname(2) ( français ) on_exit(3) ( français ) open(2) ( français ) open_by_handle_at(2) ( français ) open_memstream(3) ( français ) open_wmemstream(3) ( français ) openat(2) ( français ) opendir(3) ( français ) openlog(3) ( français ) openpty(3) ( français ) optarg(3) ( français ) opterr(3) ( français ) optind(3) ( français ) optopt(3) ( français ) outb(2) ( français ) outb_p(2) ( français ) outl(2) ( français ) outl_p(2) ( français ) outsb(2) ( français ) outsl(2) ( français ) outsw(2) ( français ) outw(2) ( français ) outw_p(2) ( français ) passwd2des(3) ( français ) pathconf(3) ( français ) pause(2) ( français ) pciconfig_iobase(2) ( français ) pciconfig_read(2) ( français ) pciconfig_write(2) ( français ) pclose(3) ( français ) perf_event_open(2) ( français ) perfmonctl(2) ( français ) perror(3) ( français ) personality(2) ( français ) phys(2) ( français ) pipe(2) ( français ) pipe2(2) ( français ) pivot_root(2) ( français ) pmap_getmaps(3) ( français ) pmap_getport(3) ( français ) pmap_rmtcall(3) ( français ) pmap_set(3) ( français ) pmap_unset(3) ( français ) poll(2) ( français ) popen(3) ( français ) posix_fadvise(2) ( français ) posix_fallocate(3) ( français ) posix_memalign(3) ( français ) posix_openpt(3) ( français ) pow(3) ( français ) pow10(3) ( français ) pow10f(3) ( français ) pow10l(3) ( français ) powf(3) ( français ) powl(3) ( français ) ppoll(2) ( français ) prctl(2) ( français ) pread(2) ( français ) pread64(2) ( français ) preadv(2) ( français ) printf(3) ( français ) prlimit(2) ( français ) process_vm_readv(2) ( français ) process_vm_writev(2) ( français ) prof(2) ( français ) profil(3) ( français ) program_invocation_name(3) ( français ) program_invocation_short_name(3) ( français ) pselect(2) ( français ) pselect6(2) ( français ) psiginfo(3) ( français ) psignal(3) ( français ) pthread_attr_destroy(3) ( français ) pthread_attr_getaffinity_np(3) ( français ) pthread_attr_getdetachstate(3) ( français ) pthread_attr_getguardsize(3) ( français ) pthread_attr_getinheritsched(3) ( français ) pthread_attr_getschedparam(3) ( français ) pthread_attr_getschedpolicy(3) ( français ) pthread_attr_getscope(3) ( français ) pthread_attr_getstack(3) ( français ) pthread_attr_getstackaddr(3) ( français ) pthread_attr_getstacksize(3) ( français ) pthread_attr_init(3) ( français ) pthread_attr_setaffinity_np(3) ( français ) pthread_attr_setdetachstate(3) ( français ) pthread_attr_setguardsize(3) ( français ) pthread_attr_setinheritsched(3) ( français ) pthread_attr_setschedparam(3) ( français ) pthread_attr_setschedpolicy(3) ( français ) pthread_attr_setscope(3) ( français ) pthread_attr_setstack(3) ( français ) pthread_attr_setstackaddr(3) ( français ) pthread_attr_setstacksize(3) ( français ) pthread_cancel(3) ( français ) pthread_cleanup_pop(3) ( français ) pthread_cleanup_pop_restore_np(3) ( français ) pthread_cleanup_push(3) ( français ) pthread_cleanup_push_defer_np(3) ( français ) pthread_create(3) ( français ) pthread_detach(3) ( français ) pthread_equal(3) ( français ) pthread_exit(3) ( français ) pthread_getaffinity_np(3) ( français ) pthread_getattr_np(3) ( français ) pthread_getconcurrency(3) ( français ) pthread_getcpuclockid(3) ( français ) pthread_getname_np(3) ( français ) pthread_getschedparam(3) ( français ) pthread_join(3) ( français ) pthread_kill(3) ( français ) pthread_kill_other_threads_np(3) ( français ) pthread_self(3) ( français ) pthread_setaffinity_np(3) ( français ) pthread_setcancelstate(3) ( français ) pthread_setcanceltype(3) ( français ) pthread_setconcurrency(3) ( français ) pthread_setname_np(3) ( français ) pthread_setschedparam(3) ( français ) pthread_setschedprio(3) ( français ) pthread_sigmask(3) ( français ) pthread_sigqueue(3) ( français ) pthread_testcancel(3) ( français ) pthread_timedjoin_np(3) ( français ) pthread_tryjoin_np(3) ( français ) pthread_yield(3) ( français ) ptrace(2) ( français ) ptsname(3) ( français ) ptsname_r(3) ( français ) putc(3) ( français ) putc_unlocked(3) ( français ) putchar(3) ( français ) putchar_unlocked(3) ( français ) putenv(3) ( français ) putgrent(3) ( français ) putmsg(2) ( français ) putpmsg(2) ( français ) putpwent(3) ( français ) puts(3) ( français ) putspent(3) ( français ) pututline(3) ( français ) pututxline(3) ( français ) putw(3) ( français ) putwc(3) ( français ) putwc_unlocked(3) ( français ) putwchar(3) ( français ) putwchar_unlocked(3) ( français ) pvalloc(3) ( français ) pwrite(2) ( français ) pwrite64(2) ( français ) pwritev(2) ( français ) qecvt(3) ( français ) qecvt_r(3) ( français ) qfcvt(3) ( français ) qfcvt_r(3) ( français ) qgcvt(3) ( français ) qsort(3) ( français ) qsort_r(3) ( français ) queue(3) ( français ) quotactl(2) ( français ) raise(3) ( français ) rand(3) ( français ) rand_r(3) ( français ) random(3) ( français ) random_r(3) ( français ) rawmemchr(3) ( français ) rcmd(3) ( français ) rcmd_af(3) ( français ) re_comp(3) ( français ) re_exec(3) ( français ) read(2) ( français ) readahead(2) ( français ) readdir(2) ( français ) readdir(3) ( français ) readdir_r(3) ( français ) readlink(2) ( français ) readlinkat(2) ( français ) readv(2) ( français ) realloc(3) ( français ) realpath(3) ( français ) reboot(2) ( français ) recno(3) ( français ) recv(2) ( français ) recvfrom(2) ( français ) recvmmsg(2) ( français ) recvmsg(2) ( français ) regcomp(3) ( français ) regerror(3) ( français ) regex(3) ( français ) regexec(3) ( français ) regfree(3) ( français ) registerrpc(3) ( français ) remainder(3) ( français ) remainderf(3) ( français ) remainderl(3) ( français ) remap_file_pages(2) ( français ) remove(3) ( français ) remque(3) ( français ) remquo(3) ( français ) remquof(3) ( français ) remquol(3) ( français ) rename(2) ( français ) renameat(2) ( français ) request_key(2) ( français ) res_init(3) ( français ) res_mkquery(3) ( français ) res_query(3) ( français ) res_querydomain(3) ( français ) res_search(3) ( français ) res_send(3) ( français ) resolver(3) ( français ) restart_syscall(2) ( français ) rewind(3) ( français ) rewinddir(3) ( français ) rexec(3) ( français ) rexec_af(3) ( français ) rindex(3) ( français ) rint(3) ( français ) rintf(3) ( français ) rintl(3) ( français ) rmdir(2) ( français ) round(3) ( français ) roundf(3) ( français ) roundl(3) ( français ) rpc(3) ( français ) rpmatch(3) ( français ) rresvport(3) ( français ) rresvport_af(3) ( français ) rt_sigaction(2) ( français ) rt_sigpending(2) ( français ) rt_sigprocmask(2) ( français ) rt_sigqueueinfo(2) ( français ) rt_sigreturn(2) ( français ) rt_sigsuspend(2) ( français ) rt_sigtimedwait(2) ( français ) rt_tgsigqueueinfo(2) ( français ) rtime(3) ( français ) rtnetlink(3) ( français ) ruserok(3) ( français ) ruserok_af(3) ( français ) s390_runtime_instr(2) ( français ) sbrk(2) ( français ) scalb(3) ( français ) scalbf(3) ( français ) scalbl(3) ( français ) scalbln(3) ( français ) scalblnf(3) ( français ) scalblnl(3) ( français ) scalbn(3) ( français ) scalbnf(3) ( français ) scalbnl(3) ( français ) scandir(3) ( français ) scandirat(3) ( français ) scanf(3) ( français ) sched_get_priority_max(2) ( français ) sched_get_priority_min(2) ( français ) sched_getaffinity(2) ( français ) sched_getcpu(3) ( français ) sched_getparam(2) ( français ) sched_getscheduler(2) ( français ) sched_rr_get_interval(2) ( français ) sched_setaffinity(2) ( français ) sched_setparam(2) ( français ) sched_setscheduler(2) ( français ) sched_yield(2) ( français ) secure_getenv(3) ( français ) security(2) ( français ) seed48(3) ( français ) seed48_r(3) ( français ) seekdir(3) ( français ) select(2) ( français ) select_tut(2) ( français ) sem_close(3) ( français ) sem_destroy(3) ( français ) sem_getvalue(3) ( français ) sem_init(3) ( français ) sem_open(3) ( français ) sem_post(3) ( français ) sem_timedwait(3) ( français ) sem_trywait(3) ( français ) sem_unlink(3) ( français ) sem_wait(3) ( français ) semctl(2) ( français ) semget(2) ( français ) semop(2) ( français ) semtimedop(2) ( français ) send(2) ( français ) sendfile(2) ( français ) sendfile64(2) ( français ) sendmmsg(2) ( français ) sendmsg(2) ( français ) sendto(2) ( français ) set_robust_list(2) ( français ) set_thread_area(2) ( français ) set_tid_address(2) ( français ) setaliasent(3) ( français ) setbuf(3) ( français ) setbuffer(3) ( français ) setcontext(2) ( français ) setcontext(3) ( français ) setdomainname(2) ( français ) setegid(2) ( français ) setenv(3) ( français ) seteuid(2) ( français ) setfsent(3) ( français ) setfsgid(2) ( français ) setfsgid32(2) ( français ) setfsuid(2) ( français ) setfsuid32(2) ( français ) setgid(2) ( français ) setgid32(2) ( français ) setgrent(3) ( français ) setgroups(2) ( français ) setgroups32(2) ( français ) sethostent(3) ( français ) sethostid(2) ( français ) sethostid(3) ( français ) sethostname(2) ( français ) setitimer(2) ( français ) setjmp(3) ( français ) setkey(3) ( français ) setkey_r(3) ( français ) setlinebuf(3) ( français ) setlocale(3) ( français ) setlogmask(3) ( français ) setmntent(3) ( français ) setnetent(3) ( français ) setnetgrent(3) ( français ) setns(2) ( français ) setpgid(2) ( français ) setpgrp(2) ( français ) setpriority(2) ( français ) setprotoent(3) ( français ) setpwent(3) ( français ) setregid(2) ( français ) setregid32(2) ( français ) setresgid(2) ( français ) setresgid32(2) ( français ) setresuid(2) ( français ) setresuid32(2) ( français ) setreuid(2) ( français ) setreuid32(2) ( français ) setrlimit(2) ( français ) setrpcent(3) ( français ) setservent(3) ( français ) setsid(2) ( français ) setsockopt(2) ( français ) setspent(3) ( français ) setstate(3) ( français ) setstate_r(3) ( français ) settimeofday(2) ( français ) setttyent(3) ( français ) setuid(2) ( français ) setuid32(2) ( français ) setup(2) ( français ) setusershell(3) ( français ) setutent(3) ( français ) setutxent(3) ( français ) setvbuf(3) ( français ) sgetmask(2) ( français ) sgetspent(3) ( français ) sgetspent_r(3) ( français ) shm_open(3) ( français ) shm_unlink(3) ( français ) shmat(2) ( français ) shmctl(2) ( français ) shmdt(2) ( français ) shmget(2) ( français ) shmop(2) ( français ) shutdown(2) ( français ) sigaction(2) ( français ) sigaddset(3) ( français ) sigaltstack(2) ( français ) sigandset(3) ( français ) sigblock(3) ( français ) sigdelset(3) ( français ) sigemptyset(3) ( français ) sigfillset(3) ( français ) siggetmask(3) ( français ) sighold(3) ( français ) sigignore(3) ( français ) siginterrupt(3) ( français ) sigisemptyset(3) ( français ) sigismember(3) ( français ) siglongjmp(3) ( français ) sigmask(3) ( français ) signal(2) ( français ) signalfd(2) ( français ) signalfd4(2) ( français ) signbit(3) ( français ) signgam(3) ( français ) significand(3) ( français ) significandf(3) ( français ) significandl(3) ( français ) sigorset(3) ( français ) sigpause(3) ( français ) sigpending(2) ( français ) sigprocmask(2) ( français ) sigqueue(2) ( français ) sigqueue(3) ( français ) sigrelse(3) ( français ) sigreturn(2) ( français ) sigset(3) ( français ) sigsetjmp(3) ( français ) sigsetmask(3) ( français ) sigsetops(3) ( français ) sigstack(3) ( français ) sigsuspend(2) ( français ) sigtimedwait(2) ( français ) sigvec(3) ( français ) sigwait(3) ( français ) sigwaitinfo(2) ( français ) sin(3) ( français ) sincos(3) ( français ) sincosf(3) ( français ) sincosl(3) ( français ) sinf(3) ( français ) sinh(3) ( français ) sinhf(3) ( français ) sinhl(3) ( français ) sinl(3) ( français ) sleep(3) ( français ) snprintf(3) ( français ) sockatmark(3) ( français ) socket(2) ( français ) socketcall(2) ( français ) socketpair(2) ( français ) splice(2) ( français ) sprintf(3) ( français ) spu_create(2) ( français ) spu_run(2) ( français ) sqrt(3) ( français ) sqrtf(3) ( français ) sqrtl(3) ( français ) srand(3) ( français ) srand48(3) ( français ) srand48_r(3) ( français ) srandom(3) ( français ) srandom_r(3) ( français ) sscanf(3) ( français ) ssetmask(2) ( français ) ssignal(3) ( français ) stat(2) ( français ) stat64(2) ( français ) statfs(2) ( français ) statfs64(2) ( français ) statvfs(2) ( français ) statvfs(3) ( français ) stdarg(3) ( français ) stderr(3) ( français ) stdin(3) ( français ) stdio(3) ( français ) stdio_ext(3) ( français ) stdout(3) ( français ) stime(2) ( français ) stpcpy(3) ( français ) stpncpy(3) ( français ) strcasecmp(3) ( français ) strcasestr(3) ( français ) strcat(3) ( français ) strchr(3) ( français ) strchrnul(3) ( français ) strcmp(3) ( français ) strcoll(3) ( français ) strcpy(3) ( français ) strcspn(3) ( français ) strdup(3) ( français ) strdupa(3) ( français ) strerror(3) ( français ) strerror_r(3) ( français ) strfmon(3) ( français ) strfry(3) ( français ) strftime(3) ( français ) string(3) ( français ) strlen(3) ( français ) strncasecmp(3) ( français ) strncat(3) ( français ) strncmp(3) ( français ) strncpy(3) ( français ) strndup(3) ( français ) strndupa(3) ( français ) strnlen(3) ( français ) strpbrk(3) ( français ) strptime(3) ( français ) strrchr(3) ( français ) strsep(3) ( français ) strsignal(3) ( français ) strspn(3) ( français ) strstr(3) ( français ) strtod(3) ( français ) strtof(3) ( français ) strtoimax(3) ( français ) strtok(3) ( français ) strtok_r(3) ( français ) strtol(3) ( français ) strtold(3) ( français ) strtoll(3) ( français ) strtoq(3) ( français ) strtoul(3) ( français ) strtoull(3) ( français ) strtoumax(3) ( français ) strtouq(3) ( français ) strverscmp(3) ( français ) strxfrm(3) ( français ) stty(2) ( français ) subpage_prot(2) ( français ) svc_destroy(3) ( français ) svc_freeargs(3) ( français ) svc_getargs(3) ( français ) svc_getcaller(3) ( français ) svc_getreq(3) ( français ) svc_getreqset(3) ( français ) svc_register(3) ( français ) svc_run(3) ( français ) svc_sendreply(3) ( français ) svc_unregister(3) ( français ) svcerr_auth(3) ( français ) svcerr_decode(3) ( français ) svcerr_noproc(3) ( français ) svcerr_noprog(3) ( français ) svcerr_progvers(3) ( français ) svcerr_systemerr(3) ( français ) svcerr_weakauth(3) ( français ) svcfd_create(3) ( français ) svcraw_create(3) ( français ) svctcp_create(3) ( français ) svcudp_bufcreate(3) ( français ) svcudp_create(3) ( français ) swab(3) ( français ) swapcontext(3) ( français ) swapoff(2) ( français ) swapon(2) ( français ) swprintf(3) ( français ) symlink(2) ( français ) symlinkat(2) ( français ) sync(2) ( français ) sync_file_range(2) ( français ) sync_file_range2(2) ( français ) syncfs(2) ( français ) sys_errlist(3) ( français ) sys_nerr(3) ( français ) syscall(2) ( français ) syscalls(2) ( français ) sysconf(3) ( français ) sysctl(2) ( français ) sysfs(2) ( français ) sysinfo(2) ( français ) syslog(2) ( français ) syslog(3) ( français ) system(3) ( français ) sysv_signal(3) ( français ) tan(3) ( français ) tanf(3) ( français ) tanh(3) ( français ) tanhf(3) ( français ) tanhl(3) ( français ) tanl(3) ( français ) tcdrain(3) ( français ) tcflow(3) ( français ) tcflush(3) ( français ) tcgetattr(3) ( français ) tcgetpgrp(3) ( français ) tcgetsid(3) ( français ) tcsendbreak(3) ( français ) tcsetattr(3) ( français ) tcsetpgrp(3) ( français ) tdelete(3) ( français ) tdestroy(3) ( français ) tee(2) ( français ) telldir(3) ( français ) tempnam(3) ( français ) termios(3) ( français ) tfind(3) ( français ) tgamma(3) ( français ) tgammaf(3) ( français ) tgammal(3) ( français ) tgkill(2) ( français ) time(2) ( français ) timegm(3) ( français ) timelocal(3) ( français ) timer_create(2) ( français ) timer_delete(2) ( français ) timer_getoverrun(2) ( français ) timer_gettime(2) ( français ) timer_settime(2) ( français ) timeradd(3) ( français ) timerclear(3) ( français ) timercmp(3) ( français ) timerfd_create(2) ( français ) timerfd_gettime(2) ( français ) timerfd_settime(2) ( français ) timerisset(3) ( français ) timersub(3) ( français ) times(2) ( français ) timezone(3) ( français ) tkill(2) ( français ) tmpfile(3) ( français ) tmpnam(3) ( français ) tmpnam_r(3) ( français ) toascii(3) ( français ) tolower(3) ( français ) tolower_l(3) ( français ) toupper(3) ( français ) toupper_l(3) ( français ) towctrans(3) ( français ) towlower(3) ( français ) towlower_l(3) ( français ) towupper(3) ( français ) towupper_l(3) ( français ) trunc(3) ( français ) truncate(2) ( français ) truncate64(2) ( français ) truncf(3) ( français ) truncl(3) ( français ) tsearch(3) ( français ) ttyname(3) ( français ) ttyname_r(3) ( français ) ttyslot(3) ( français ) tuxcall(2) ( français ) twalk(3) ( français ) tzname(3) ( français ) tzset(3) ( français ) ualarm(3) ( français ) ugetrlimit(2) ( français ) ulckpwdf(3) ( français ) ulimit(3) ( français ) umask(2) ( français ) umount(2) ( français ) umount2(2) ( français ) uname(2) ( français ) undocumented(3) ( français ) ungetc(3) ( français ) ungetwc(3) ( français ) unimplemented(2) ( français ) unlink(2) ( français ) unlinkat(2) ( français ) unlocked_stdio(3) ( français ) unlockpt(3) ( français ) unsetenv(3) ( français ) unshare(2) ( français ) updwtmp(3) ( français ) updwtmpx(3) ( français ) uselib(2) ( français ) uselocale(3) ( français ) usleep(3) ( français ) ustat(2) ( français ) utime(2) ( français ) utimensat(2) ( français ) utimes(2) ( français ) utmpname(3) ( français ) utmpxname(3) ( français ) va_arg(3) ( français ) va_copy(3) ( français ) va_end(3) ( français ) va_start(3) ( français ) valloc(3) ( français ) vasprintf(3) ( français ) vdprintf(3) ( français ) verr(3) ( français ) verrx(3) ( français ) versionsort(3) ( français ) vfork(2) ( français ) vfprintf(3) ( français ) vfscanf(3) ( français ) vfwprintf(3) ( français ) vhangup(2) ( français ) vlimit(3) ( français ) vm86(2) ( français ) vm86old(2) ( français ) vmsplice(2) ( français ) vprintf(3) ( français ) vscanf(3) ( français ) vserver(2) ( français ) vsnprintf(3) ( français ) vsprintf(3) ( français ) vsscanf(3) ( français ) vswprintf(3) ( français ) vsyslog(3) ( français ) vtimes(3) ( français ) vwarn(3) ( français ) vwarnx(3) ( français ) vwprintf(3) ( français ) wait(2) ( français ) wait3(2) ( français ) wait4(2) ( français ) waitid(2) ( français ) waitpid(2) ( français ) warn(3) ( français ) warnx(3) ( français ) wcpcpy(3) ( français ) wcpncpy(3) ( français ) wcrtomb(3) ( français ) wcscasecmp(3) ( français ) wcscat(3) ( français ) wcschr(3) ( français ) wcscmp(3) ( français ) wcscpy(3) ( français ) wcscspn(3) ( français ) wcsdup(3) ( français ) wcslen(3) ( français ) wcsncasecmp(3) ( français ) wcsncat(3) ( français ) wcsncmp(3) ( français ) wcsncpy(3) ( français ) wcsnlen(3) ( français ) wcsnrtombs(3) ( français ) wcspbrk(3) ( français ) wcsrchr(3) ( français ) wcsrtombs(3) ( français ) wcsspn(3) ( français ) wcsstr(3) ( français ) wcstoimax(3) ( français ) wcstok(3) ( français ) wcstombs(3) ( français ) wcstoumax(3) ( français ) wcswidth(3) ( français ) wctob(3) ( français ) wctomb(3) ( français ) wctrans(3) ( français ) wctype(3) ( français ) wcwidth(3) ( français ) wmemchr(3) ( français ) wmemcmp(3) ( français ) wmemcpy(3) ( français ) wmemmove(3) ( français ) wmempcpy(3) ( français ) wmemset(3) ( français ) wordexp(3) ( français ) wordfree(3) ( français ) wprintf(3) ( français ) write(2) ( français ) writev(2) ( français ) xcrypt(3) ( français ) xdecrypt(3) ( français ) xdr(3) ( français ) xdr_accepted_reply(3) ( français ) xdr_array(3) ( français ) xdr_authunix_parms(3) ( français ) xdr_bool(3) ( français ) xdr_bytes(3) ( français ) xdr_callhdr(3) ( français ) xdr_callmsg(3) ( français ) xdr_char(3) ( français ) xdr_destroy(3) ( français ) xdr_double(3) ( français ) xdr_enum(3) ( français ) xdr_float(3) ( français ) xdr_free(3) ( français ) xdr_getpos(3) ( français ) xdr_inline(3) ( français ) xdr_int(3) ( français ) xdr_long(3) ( français ) xdr_opaque(3) ( français ) xdr_opaque_auth(3) ( français ) xdr_pmap(3) ( français ) xdr_pmaplist(3) ( français ) xdr_pointer(3) ( français ) xdr_reference(3) ( français ) xdr_rejected_reply(3) ( français ) xdr_replymsg(3) ( français ) xdr_setpos(3) ( français ) xdr_short(3) ( français ) xdr_string(3) ( français ) xdr_u_char(3) ( français ) xdr_u_int(3) ( français ) xdr_u_long(3) ( français ) xdr_u_short(3) ( français ) xdr_union(3) ( français ) xdr_vector(3) ( français ) xdr_void(3) ( français ) xdr_wrapstring(3) ( français ) xdrmem_create(3) ( français ) xdrrec_create(3) ( français ) xdrrec_endofrecord(3) ( français ) xdrrec_eof(3) ( français ) xdrrec_skiprecord(3) ( français ) xdrstdio_create(3) ( français ) xencrypt(3) ( français ) xprt_register(3) ( français ) xprt_unregister(3) ( français ) y0(3) ( français ) y0f(3) ( français ) y0l(3) ( français ) y1(3) ( français ) y1f(3) ( français ) y1l(3) ( français ) yn(3) ( français ) ynf(3) ( français ) ynl(3) ( français ) Page last updated 2018-01-14T19:50:29Z debiman HEAD, see github.com/Debian/debiman . Found a problem? See the FAQ .



https://fr.wikipedia.org/wiki/13_mars
  13 mars — Wikipédia 13 mars Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Aller à : navigation , rechercher Pour les articles homonymes, voir Treize-Mars . Éphémérides Mars 1 er 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 13 février 13 avril Chronologies thématiques Croisades • Ferroviaires • Sports Disney • Anarchisme • Catholicisme Abréviations / Voir aussi ... français, officiellement dénommé jour de la cochléaire . 12 mars - 13 mars - 14 mars Sommaire 1 ... de l' Académie française . 1682 : l'explorateur français René Robert Cavelier de La Salle prend ... avril 1607 ). 1594 : Montdory , acteur français († 10 novembre 1653 ). 1599 : Jean Berchmans , jésuite ... , cardinal italien († 16 janvier 1747 ). 1674 : Jean-Louis Petit , anatomiste français († 20 avril 1750 ). 1678 : Jean Hector de Fay de La Tour-Maubourg , militaire et industriel français, maréchal de CACHE

13 mars — Wikipédia 13 mars Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Aller à : navigation , rechercher Pour les articles homonymes, voir Treize-Mars . Éphémérides Mars 1 er 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 13 février 13 avril Chronologies thématiques Croisades • Ferroviaires • Sports Disney • Anarchisme • Catholicisme Abréviations / Voir aussi (° 1852 ) = né en 1852 († 1885 ) = mort en 1885 a.s. = calendrier julien n.s. = calendrier grégorien Calendrier Calendrier perpétuel Liste de calendriers modifier Le 13 mars est le 72 e jour de l' année du calendrier grégorien , le 73 e en cas d' année bissextile . Il reste 293 jours avant la fin de l'année. C'était généralement le 23 e jour du mois de ventôse dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la cochléaire . 12 mars - 13 mars - 14 mars Sommaire 1 Événements 1.1 XVI e siècle 1.2 XVII e siècle 1.3 XVIII e siècle 1.4 XIX e siècle 1.5 XX e siècle 1.6 XXI e siècle 2 Arts, culture et religion 3 Sciences et techniques 4 Économie et société 5 Naissances 5.1 X e siècle 5.2 XIV e siècle 5.3 XV e siècle 5.4 XVI e siècle 5.5 XVII e siècle 5.6 XVIII e siècle 5.7 XIX e siècle 5.8 XX e siècle 6 Décès 6.1 X e siècle 6.2 XIII e siècle 6.3 XIV e siècle 6.4 XV e siècle 6.5 XVI e siècle 6.6 XVII e siècle 6.7 XVIII e siècle 6.8 XIX e siècle 6.9 XX e siècle 6.10 XXI e siècle 7 Célébrations 7.1 Saints des Églises chrétiennes 7.1.1 Saints des Églises catholiques [ 4 ] et orthodoxes [ 5 ] 7.1.2 Saints et bienheureux des Églises catholiques [ 4 ] 7.1.3 Saints des Églises orthodoxes [ 5 ] 7.2 Prénoms du jour 8 Traditions et superstitions 8.1 Dictons 8.2 Astrologie 9 Toponymie 10 Notes et références 11 Bibliographie 12 Articles connexes Événements [ modifier | modifier le code ] XVI e siècle [ modifier | modifier le code ] 1552 : les Turcs envahissent la Hongrie . 1569 : bataille de Jarnac . XVII e siècle [ modifier | modifier le code ] 1634 : première séance de l' Académie française . 1682 : l'explorateur français René Robert Cavelier de La Salle prend possession de la Louisiane . XVIII e siècle [ modifier | modifier le code ] 1781 : découverte d' Uranus par William Herschel . XIX e siècle [ modifier | modifier le code ] 1806 : bataille du Cap-Vert . 1814 : bataille de Reims . 1821 : Victor Emmanuel de Piémont abdique et désigne son frère, Charles Félix , comme successeur. 1846 : incident de Ballinglass . 1852 : l' oncle Sam devient le symbole des États-Unis. 1881 : assassinat de l'empereur Alexandre II de Russie . XX e siècle [ modifier | modifier le code ] 1920 : début du soulèvement de la Ruhr par les communistes allemands. 1943 : le torpillage par le sous-marin italien Leonardo da Vinci de la classe Marconi du navire Empress of Canada au large de Freetown , en Afrique du Sud , fait 392 victimes. 1954 : début de la bataille de Điện Biên Phủ . 1963 : adoption du lys blanc comme emblème floral du Québec . 1974 : les pays arabes producteurs de pétrole lèvent l' embargo sur les livraisons de brut aux États-Unis . 1979 : putsch de Maurice Bishop dans l' île de la Grenade . naissance du Système monétaire européen . 1986 : la station Mir accueille ses deux premiers visiteurs : deux cosmonautes soviétiques emménagent dans la station orbitale. 1990 : Ertha Pascal-Trouillot devient présidente par intérim d' Haïti . 1992 : disparition de La Pravda . 2000 : l' Équateur adopte le dollar américain , à la place du sucre . XXI e siècle [ modifier | modifier le code ] 2002 : Robert Mugabe est déclaré vainqueur de l'élection présidentielle du Zimbabwe. 2017 : le Parlement du Royaume-Uni autorise la Première ministre Theresa May à déclencher l’ article 50 du traité sur l'Union européenne , première étape de la procédure du Brexit . Arts, culture et religion [ modifier | modifier le code ] 483 : élection du pape Félix III . 731 : élection du pape Grégoire III . 2013 : élection du pape François , de son vrai nom Jorge Mario Bergoglio. Sciences et techniques [ modifier | modifier le code ] 2013 : inauguration d' ALMA , le plus grand radiotélescope du monde, dans le désert d'Atacama [ 1 ] . Économie et société [ modifier | modifier le code ] 2012 : accident du tunnel de Sierre ( Suisse ) provoquant 28 morts dont 22 enfants. Naissances [ modifier | modifier le code ] X e siècle [ modifier | modifier le code ] 963 : Anna Porphyrogénète , princesse byzantine, fille de Romain II et de Théophano , mariée à Vladimir I er , grand prince de Kiev . XIV e siècle [ modifier | modifier le code ] 1372 : Louis Ier d'Orléans , duc d'Orléans († 23 novembre 1407 ). XV e siècle [ modifier | modifier le code ] 1479 : Lazarus Spengler , poète allemand et auteur de cantiques luthériens († 7 septembre 1534 ). XVI e siècle [ modifier | modifier le code ] 1560 : Guillaume-Louis de Nassau-Dillenbourg , chef de l'armée de la République des Provinces-Unies († 13 juillet 1620 ). 1567 : Jacob van Heemskerk , explorateur maritime hollandais († 25 avril 1607 ). 1594 : Montdory , acteur français († 10 novembre 1653 ). 1599 : Jean Berchmans , jésuite canonisé en 1888 († 13 août 1621 ). XVII e siècle [ modifier | modifier le code ] 1615 : Innocent XII , 242 e pape († 27 septembre 1700 ). 1625 : Gian Domenico Vinaccia , sculpteur, architecte, ingénieur et orfèvre italien († juillet 1695 ). 1632 : John Houblon , homme d'affaires anglais († 10 janvier 1712 ). 1648 : Anne de Bavière , princesse d'Arches († 23 février 1723 ). 1656 : Hachisuka Tsunamichi , daimyo de la période Edo († 15 septembre 1678 ). 1663 : Curzio Origo , cardinal italien († 18 mars 1737 ). Giulio Piazza , cardinal italien († 23 avril 1726 ). 1667 : Carlo Maria Marini , cardinal italien († 16 janvier 1747 ). 1674 : Jean-Louis Petit , anatomiste français († 20 avril 1750 ). 1678 : Jean Hector de Fay de La Tour-Maubourg , militaire et industriel français, maréchal de France († 16 mai 1764 ). 1696 : Louis-François-Armand de Vignerot du Plessis de Richelieu , maréchal de France († 8 août 1788 ). 1700 : Michel Blavet , flûtiste français († 28 octobre 1768 ). XVIII e siècle [ modifier | modifier le code ] 1720 : Charles Bonnet , biologiste et philosophe suisse († 20 mai 1793 ). 1733 : Joseph Priestley , philosophe et théologien britannique († 6 février 1804 ). 1741 : Joseph II d'Autriche , empereur romain germanique († 20 février 1790 ). 1751 : Jean Alexandre Caffin , général de division de la Révolution française († 31 août 1828 ). 1760 : Charles-Albert Demoustier , écrivain français († 2 mars 1801 ). 1763 : Guillaume Brune , maréchal d'Empire français († assassiné 2 août 1815 ). 1781 : Karl Friedrich Schinkel , peintre et architecte prussien († 9 octobre 1841 ). 1797 : Charles de Rémusat , homme politique et philosophe français († 6 juin 1875 ). 1798 : Abigail Fillmore , épouse de Millard Fillmore , treizième président des États-Unis († 30 mars 1853 ). XIX e siècle [ modifier | modifier le code ] 1801 : Joseph Mazilier , danseur et maître de ballet français († 19 mai 1868 ). 1804 : Thomas Allom , peintre, illustrateur et architecte anglais († 21 août 1872 ). 1818 : El Chiclanero (José Redondo Rodríguez), matador espagnol († 28 mars 1853 ). 1820 : Charles Asselineau , homme de lettres, écrivain et critique d’art français († 25 juillet 1874 ). 1825 : Friedrich Albert von Zenker , anatomo-pathologiste allemand († 13 juin 1898 ). 1832 : Olympe Audouard , militante féministe française († 12 janvier 1892 ). 1835 : Léon Cladel , romancier et nouvelliste français († 21 juillet 1892 ). José Ferrer , guitariste espagnol († 7 mars 1916 ). 1840 : Antoine Lumière , peintre, photographe et homme d'affaires français († 15 avril 1911 ). 1845 : Jan Niecisław Baudouin de Courtenay , linguiste polonais († 3 novembre 1929 ). 1855 : Percival Lowell , astronome américain († 13 novembre 1916 ). 1860 : Hugo Wolf , compositeur autrichien († 22 février 1903 ). 1863 : Émile Cère , homme politique français († 30 octobre 1932 ). 1864 : Alexi von Jawlensky , peintre russe († 15 mars 1941 ). 1869 : Bernard de Vesins , militaire, homme de lettres et homme politique français, militant de l' Action française († 6 juillet 1951 ). 1870 : Albert Meyer , homme politique suisse († 22 octobre 1953 ). 1871 : Igor Grabar , peintre, historien d'art et muséologue soviétique († 16 mai 1960 ). 1873 : Amédée Gastoué , chef d'orchestre et compositeur français († 1 er juin 1943 ). 1876 : Alfred Merlin , historien et archéologue français († 16 mars 1965 ). 1874 : Ellery Clark , athlète américain († 17 février 1949 ). Paul Fauconnet , sociologue français († 1938 ). 1875 : Lizzy Ansingh , femme artiste peintre néerlandaise († 14 décembre 1959 ). 1878 : René Blum , chorégraphe français († 30 avril 1943 ). Gaston Mauger , acteur français († 18 octobre 1954 ). 1882 : Jacques Chevalier , philosophe et homme politique français († 19 avril 1962 ). 1884 : Oskar Loerke , homme de lettres allemand († 24 février 1941 ). Hugh Walpole , homme de lettres britannique († 1 er juin 1941 ). 1888 : Paul Morand , homme de lettres français († 23 juillet 1976 ). 1890 : Fritz Busch , chef d'orchestre allemand († 14 septembre 1951 ). Frank Thiess , homme de lettres allemand († 22 décembre 1977 ). 1892 : Joseph Peyré , écrivain français († 26 décembre 1968 ). 1893 : Jean Börlin , danseur et chorégraphe suédois († 6 décembre 1930 ). 1894 : Charles Lavialle , acteur français († 16 octobre 1965 ). 1897 : Marcel Thiry , homme de lettres belge et militant wallon († 5 septembre 1977 ). 1898 : Henry Hathaway , cinéaste américain († 11 février 1985 ). 1900 : Béla Guttmann , footballeur hongrois († 28 août 1981 ). Georges Séféris , poète grec († 20 septembre 1971 ). XX e siècle [ modifier | modifier le code ] 1901 : Paul Fix , acteur et scénariste américain († 14 octobre 1983 ). 1902 : Hans Bellmer , artiste allemand († 23 février 1975 ). 1904 : René Dumont , ingénieur agronome et sociologue français († 18 juin 2001 ). Martial Lapeyre , industriel et collectionneur français († 27 décembre 1984 ). 1907 : Frédéric Delanglade , peintre français († 29 juin 1970 ). Maria Pia de Laredo , femme de lettres portugaise († 6 mai 1995 ). Frank Wilcox , acteur américain († 3 mars 1974 ). 1910 : Sammy Kaye , musicien et chef d’orchestre populaire américain († 2 juin 1987 ). 1911 : Joseph Kowalski , prêtre catholique polonais tué à Auschwitz († 4 juillet 1942 ). L. Ron Hubbard , auteur américain († 24 janvier 1986 ). 1912 : Mohamed Khider , homme politique algérien († 4 janvier 1967 ). 1913 : Georges Lefol , as de l'aviation français au cours de la Seconde Guerre mondiale († 2 mai 1988 ). 1914 : Giovanni Lilliu , archéologue et homme politique italien († 19 février 2012 ). Edward O'Hare , as pilote de la US Navy († 26 novembre 1943 ). 1918 : Michelle Tisseyre , animatrice de télévision, journaliste et traductrice littéraire québécoise. 1921 : Lily Baron , comédienne française. 1923 : France Asselin , actrice française († 16 novembre 1960 ). 1924 : Pierre Arpaillange , magistrat et ministre français († 11 janvier 2017 ). 1925 : Inge Müller , femme de lettres allemande († 1er juin 1966 ). John Tate , mathématicien américain. 1926 : Carlos Roberto Reina , homme politique hondurien († 19 août 2003 ). 1929 : Jane Rhodes , artiste lyrique française († 7 mai 2011 ). Bunny Yeager , mannequin et photographe américaine († 25 mai 2014 ). 1930 : Beverly Baker , joueuse de tennis américaine. Daniel Cauchy , acteur, producteur et scénariste français. Günther Uecker , peintre et sculpteur allemand. 1931 : Marc Dessauvage , architecte belge († 12 décembre 1984 ). 1932 : Guy Sénac , footballeur français. 1933 : Mike Stoller , auteur américain. 1935 : Alberto Ponce , guitariste espagnol. 1936 : Étienne Brunet , linguiste français. 1939 : Claude Piquemal , athlète français spécialiste du 100 et du 200 mètres. Ève Ruggiéri , journaliste française. Neil Sedaka , chanteur américain. 1940 : Jacqueline Sassard , actrice française. 1942 : John Scatman , chanteur américain († 3 décembre 1999 ). 1943 : Gianni Motta , coureur cycliste italien. André Téchiné , cinéaste français. 1945 : Didier Decoin , écrivain français. Christian Noël , escrimeur français. Fyodor Simashev , skieur de fond soviétique († 20 décembre 1997 ). 1946 : Yann Arthus-Bertrand , photographe français. 1949 : Julia Migenes , artiste lyrique américaine. Yuri Skobov , skieur de fond soviétique. 1950 : Charles Krauthammer , journaliste américain. William H. Macy , homme de cinéma américain. 1951 : Irina Alfiorova , actrice russe. Monique Boulestin , femme politique française. Izhar Cohen , chanteur et acteur israélien. Edmond Mulet , diplomate guatémaltèque. Maryvonne de Saint-Pulgent , haut fonctionnaire, administratrice et musicienne française. 1952 : Dave Henderson , joueur professionnel de hockey sur glace franco-canadien. Alain Merchadier , footballeur international français. Wolfgang Rihm , compositeur allemand. 1953 : Deborah Raffin , actrice américaine 1954 : Győző Burcsa , footballeur hongrois. Renaud Donnedieu de Vabres , homme politique français. 1955 : Bruno Conti , footballeur italien. Glenne Headly , actrice américaine. Olga Rukavishnikova , athlète soviétique spécialiste du pentathlon. 1957 : Jean-Yves Lafesse , humoriste français. Artus de Penguern , acteur français († 15 mai 2013 ). 1959 : Pascal Légitimus , humoriste et homme de cinéma français, membre du groupe Les Inconnus . 1960 : Adam Clayton , musicien britannique, bassiste du groupe U2 . Gal Rashé , pianiste russe. Joe Ranft , homme de cinéma américain († 16 août 2005 ). 1961 : Francis Keller , auteur de bandes dessinées et écrivain français. 1963 : Rick Carey , nageur américain. 1964 : Will Clark , joueur de baseball américain. Steve Collins , sauteur à ski canadien. Yevgeniy Misyulya , athlète qui représenta l'URSS puis la Biélorussie dans les épreuves de marche athlétique. 1966 : Tine Scheuer-Larsen , joueuse de tennis danoise. 1967 : Pascal Elbé , acteur français. 1968 : Masami Okui , chanteuse japonaise. 1969 : Susanna Mälkki , violoncelliste et chef d'orchestre finlandaise. 1970 : Alexander Samokoutiaïev , cosmonaute russe. Jean-Paul Vergnes , rameur français. 1971 : Paul Henderson , athlète australien, spécialiste du sprint et du relais 4 × 100 m . Rodica Mateescu , athlète roumaine spécialiste du triple saut. 1972 : Common , rappeur américain. 1973 : Edgar Davids , footballeur néerlandais. David Draiman , chanteur américain. 1974 : Thomas Enqvist , joueur de tennis suédois. 1975 : Charmaine Howell , athlète jamaïquaine spécialiste du 800 m . Mark Clattenburg , arbitre anglais de football sélectionnés pour l' Euro 2016 1976 : Jérémie Covillault , acteur français. 1978 : Akira Fubuki , actrice japonaise. Faustine Merret , véliplanchiste française championne olympique. Martin Villeneuve , cinéaste canadien. 1979 : Johan Santana , joueur de baseball vénézuélien. 1981 : Ryan Jones , joueur de rugby gallois. Grace Kwamboka Momanyi , athlète de fond kényane. 1982 : Jean-Baptiste Gobelet , joueur de rugby français. Nicole Ohlde , basketteuse américaine. Eduardo Saverin , cofondateur du réseau social Facebook . 1983 : Mariano Julio Izco , footballeur argentin. Kaitlin Sandeno , nageuse américaine. Doomams , rappeur français. 1984 : Steve Darcis , joueur de tennis belge. Paoline Salagnac , basketteuse française. 1985 : Víctor García , athlète espagnol, spécialiste du 3 000 mètres steeple . Emile Hirsch , acteur américain. 1987 : Marco Andretti , pilote automobile américain. Andreas Beck , footballeur allemand. Sebastian Forke , coureur cycliste allemand. 1989 : Holger Badstuber , joueur de football allemand. Marko Marin , footballeur international allemand. Pierre Niney , acteur français. 1990 : Anne Zagré , athlète belge, spécialiste du sprint et du saut en longueur. 1991 : François Affolter , footballeur suisse. 1992 : Kaya Scodelario , actrice et mannequin britannique. 1995 : Mikaela Shiffrin , skieuse alpine américaine. Décès [ modifier | modifier le code ] X e siècle [ modifier | modifier le code ] 993 : Odo I er , margrave de la Marche de l'Est saxonne . XIII e siècle [ modifier | modifier le code ] 1202 : Mieszko III le Vieux , duc de Pologne (° v. 1126 ). 1271 : Henri d'Almayne , baron anglais (° 1235 ). XIV e siècle [ modifier | modifier le code ] 1341 : Trojden I er , duc de Czersk (° v. 1285 ). XV e siècle [ modifier | modifier le code ] 1490 : Charles Ier de Savoie , duc de Savoie (° 29 mars 1468 ). XVI e siècle [ modifier | modifier le code ] 1516 : Vladislas IV de Bohême , roi de Bohème et de Hongrie (° 1 er mars 1456 ). 1557 : Louis de Bourbon-Vendôme , prélat français (° 2 janvier 1493 ). 1569 : Louis I er de Bourbon-Condé , prince français (° 7 mai 1530 ). 1573 : Michel de L'Hospital , homme d'État français (° v. 1505). 1596 : Taddeo Landini , architecte et sculpteur italien (° v. 1561 ). XVII e siècle [ modifier | modifier le code ] 1601 : Mordekhaï Maisel , philanthrope et dirigeant de la communauté juive de Prague (° 1528 ). 1604 : Arnaud d'Ossat , diplomate et écrivain français (° 20 juillet 1537 ). 1629 : Basilius Besler , médecin, botaniste et éditeur allemand (° 13 février 1561 ). 1652 : Claude Bouthillier , homme d'État français (° 4 février 1581 ). XVIII e siècle [ modifier | modifier le code ] 1704 : Giovanni Anastasi , peintre italien (° 17 mars 1653 ). 1711 : Nicolas Boileau , poète et critique français (° 1 er novembre 1636 ). 1719 : Johann Friedrich Böttger , chimiste allemand (° 4 février 1682 ). 1723 : Constantin de Renneville , écrivain français (° 9 octobre 1677 ). 1733 : Charlotte Aïssé , épistolière française (° 1693 ). 1753 : Antonio Saverio Gentili , cardinal italien (° 9 février 1681 ). 1762 : Daniele Delfino , prélat italien (° 22 janvier 1686 ). 1773 : Philibert Commerson , explorateur et naturaliste français (° 18 novembre 1727 ). 1796 : Alexandre Deleyre , homme de lettres français (° 10 janvier 1726 ). 1800 : Élisabeth Haudry , personnalité française (° 1727 ). XIX e siècle [ modifier | modifier le code ] 1806 : Gabriel-François Doyen , peintre français (° 20 mai 1726 ) 1808 : Jean-Pierre Firmin Malher , militaire français (° 29 juin 1761 ). 1836 : Céleste Bulkeley , une des amazones de François-Athanase Charette de La Contrie lors de l' insurrection vendéenne en 1793 (° 1759 ). 1836 : Adolf Stieler , cartographe allemand (° 26 février 1775 ). 1845 : Charles-Guillaume Étienne , dramaturge français (° 6 janvier 1777 ). 1854 : Joseph de Villèle , homme politique français (° 14 avril 1773 ). 1856 : Jacques Delisse , botaniste et pharmacologue français (° 13 mai 1773 ). 1870 : Charles de Montalembert , historien et homme politique français (° 15 avril 1810 ). 1871 : Charles Hugo , deuxième fils de Victor Hugo († 4 novembre 1826 ). 1872 : Augustin Cochin , écrivain et homme politique français († 12 décembre 1823 ). 1879 : Adolf Anderssen , joueur d'échecs allemand (° 6 juillet 1818 ). 1881 : Alexandre II , tsar de Russie (° 29 avril 1818 ). Sophie Daguin , danseuse française (° 26 mars 1801 ). 1889 : Benjamin Jaurès , militaire français (° 3 février 1823 ). 1891 : Théodore de Banville , poète français (° 14 mars 1823 ). 1893 : Louis-Nicolas Cabat , peintre français (° 6 décembre 1812 ). 1895 : Louise Otto-Peters , femme de lettres et militante féministe allemande (° 26 mars 1819 ). 1900 : Henri Didon , homme d’Église français, inventeur de la devise des Jeux olympiques « Citius, Altius, Fortius » (Plus vite, plus haut, plus fort) (° 17 mars 1840 ). Catherine Wolfe Bruce , philanthrope américaine (° 22 janvier 1816 ). XX e siècle [ modifier | modifier le code ] 1901 : Benjamin Harrison , 23 e président des États-Unis (° 20 août 1833 ). 1906 : Susan B. Anthony , militante féministe américaine (° 15 février 1820 ). 1912 : Eugène-Étienne Taché , architecte québécois (° 24 octobre 1836 ). 1917 : Charles-Marie de Braconnier , militaire belge (° 28 juin 1849 ). 1918 : César Cui , compositeur russe (° 18 janvier 1835 ). Reginald Pridmore , hockeyeur sur gazon britannique (° 29 avril 1886 ). 1919 : Ivan Boubnov , ingénieur naval de la marine militaire russe (° 18 janvier 1872 ). Émile Dusart , footballeur français (° 3 septembre 1892 ). 1920 : Charles Lapworth , géologue britannique (° 20 septembre 1842 ). 1933 : Robert Innes , astronome sud-africain (° 10 novembre 1861 ). 1938 : Nikolaï Boukharine , homme politique soviétique (° 9 octobre 1888 ). Clarence Darrow , avocat américain (° 18 avril 1857 ). 1945 : Étienne Piquiral , joueur français de rugby à XV, mort en déportation (° 15 juin 1901 ). 1946 : Hassine Bouhageb , médecin, éducateur et promoteur du sport tunisien (° 20 octobre 1872 ). 1951 : Tamiki Hara , romancier et poète japonais (° 15 novembre 1905 ). 1952 : Giovanni Battista Nasalli Rocca di Corneliano , prélat italien (° 27 août 1872 ). 1954 : Jules Gaucher , militaire français (° 13 septembre 1905 ). César Klein , peintre allemand (° 14 septembre 1876 ). 1955 : Victor Delamarre , haltérophile canadien (° 24 septembre 1888 ). 1964 : Robert Arnoux , comédien français (° 23 octobre 1899 ). 1965 : Corrado Gini , statisticien italien (° 23 mai 1884 ). Fan Noli , évêque orthodoxe albanais (° 6 janvier 1882 ). 1967 : Frank Worrell , joueur de cricket barbadien (° 1 er août 1924 ). 1968 : Pierre Dunoyer de Segonzac , militaire et ancien résistant français (° 10 mars 1906 ). 1972 : Henry Houry , homme de cinéma français, (° 2 juillet 1874 ). 1975 : Ivo Andrić , écrivain yougoslave, prix Nobel de littérature en 1961 (° 9 octobre 1892 ). 1983 : Louison Bobet , coureur cycliste français (° 12 mars 1925 ). 1988 : John C. Holmes , acteur américain (° 8 août 1944 ). Xavier Saint-Macary , acteur français (° 7 juin 1948 ). 1990 : Karl Münchinger , chef d'orchestre allemand (° 29 mai 1915 ). Bruno Bettelheim , psychiatre américain (° 28 août 1903 ). 1995 : Paul Kipkoech , athlète kényan (° 6 janvier 1963 ). Juliette Pétrie , actrice québécoise (° 18 février 1900 ). 1996 : Sadok Bahri , boxeur tunisien (° 21 juin 1925 ). Lucio Fulci , réalisateur italien (° 17 juin 1927 ). Krzysztof Kieślowski , cinéaste polonais (° 27 juin 1941 ). 1997 : Ronald Fraser , acteur britannique (° 11 avril 1930 ). 1998 : Bill Reid , sculpteur canadien (° 12 janvier 1920 ). Hans von Ohain , ingénieur aéronautique allemand (° 14 décembre 1911 ). 1999 : Lee Falk , scénariste de bandes dessinées américain (° 28 avril 1911 ). XXI e siècle [ modifier | modifier le code ] 2001 : Jutta Rüdiger , psychologue allemande, responsable de l'organisation de jeunesse féminine du Troisième Reich Bund Deutscher Mädel (BDM) (° 14 juin 1910 ). 2002 : Yvonne Dumont , femme politique française (° 3 septembre 1911 ). Hans-Georg Gadamer , philosophe allemand (° 11 février 1900 ). Jacques Jansen , artiste lyrique français (° 22 novembre 1913 ). 2004 : Franz König , prélat autrichien (° 3 août 1905 ). 2005 : Yoshihisa Taïra , compositeur français (° 3 juin 1937 ). Zouhair Yahyaoui , cyberdissident tunisien (° 8 décembre 1967 ). 2006 : Marie Annaert , doyenne des Belges (° 18 mai 1897 ). Jimmy Johnstone , footballeur écossais (° 30 septembre 1944 ). Maureen Stapleton , actrice américaine (° 21 juin 1925 ). 2007 : Thérèse Cadorette , comédienne canadienne (° 4 mai 1925 ). Bernard Lallement , écrivain et journaliste français (° 1948 ). Jeff Musso , réalisateur français (° 21 octobre 1907 ). Sarbini Sumawinata ,économiste indonésien (° 20 août 1918 ). 2009 : Betsy Blair , actrice américaine (° 11 décembre 1923 ). André Caroff , écrivain français (° 1924 ). William Davidson , homme d'affaires américain (° 5 décembre 1922 ). Andrew Martin , catcheur canadien (° 17 mars 1975 ). James Purdy , écrivain américain (° 17 juillet 1914 ). Claude Stout Brinegar , homme politique américain (° 16 décembre 1926 ). 2010 : Jean Ferrat , chanteur français (° 26 décembre 1930 ). Édouard Kargu , football français (° 16 décembre 1925 ). He Pingping , chinois, l'homme le plus petit du monde (° 13 juillet 1988 ). Jean-Joseph Sanfourche , poète français (° 25 juin 1929 ). 2011 : Rick Martin , joueur de hockey sur glace professionnel canadien (° 26 juillet 1951 ). Augustus Owsley Stanley , chimiste underground , né américain (° 19 janvier 1935 ). 2012 : Michel Duchaussoy , acteur français (° 29 novembre 1938 ). Jock Hobbs , rugbyman néo-zélandais (° 15 février 1960 ). 2013 : Francis Lax , acteur français (° 16 avril 1930 ). 2017 : Patrick Nève , pilote automobile belge (° 13 octobre 1949 ). Célébrations [ modifier | modifier le code ] Journée mondiale contre l'endométriose [ 2 ] . Afrique : Journée africaine du scoutisme , Africa Scout Day (en) . Tunisie : Journée nationale pour la liberté d'Internet décrétée pour rendre hommage au cyberdissident Zouhair Yahyaoui [ 3 ] Bahaïsme : douzième jour du mois de l'Ėlévation (‘Alá’'), consacré au jeûne , dans le Calendrier Badí‘ . Saints des Églises chrétiennes [ modifier | modifier le code ] Saints des Églises catholiques [ 4 ] et orthodoxes [ 5 ] [ modifier | modifier le code ] Ansevin de Camerino (it) († 840 ), 23 e évêque de Camerino . Eldrade († 844 ), abbé de l' abbaye de la Novalaise . Euphrasie de Thébaïde († 412 ), ermite en Thébaïde . Gérald de Mayo († 732 ), 1 er abbé du monastère de Mayo Abbey . Kemo († VI e siècle ), ermite à Trédrez-Locquémeau . Léandre de Séville († 601 ), évêque de Séville . Macédone († 303 ) avec sa femme Patricia et leur fille Modeste, martyrs à Nicomédie . Mactefelde († 303 ), abbesse à l' abbaye du Saint-Mont . Mochoémoc († 655 ), abbé et fondateur de l'abbaye de Liath-Mor. Pient de Poitiers († 564 ), évêque de Poitiers . Ramire de León (es) († 554 ), abbé, et ses douze compagnons, martyrisés par les ariens . Rodrigue († 857 ), prêtre, et Salomon, martyrs de Cordoue . Sabin († 287 ), martyr à Hermopolis . Urpasien († 295 ), martyr à Nicomédie . Saints et bienheureux des Églises catholiques [ 4 ] [ modifier | modifier le code ] Agnel de Pise (it) († 1235 ), compagnon de saint François d'Assise , franciscain à Oxford . Douce de Sousa Brito (pt) († 1992 ), missionnaire de l'Immaculée Conception de la Mère de Dieu à Bahia . Françoise Tréhet († 1794 ), sœur de la charité de Notre-Dame d'Evron, martyre de la Révolution française . Pierre de Cava (it) († 1208 ), abbé de l' abbaye de Cava . Saints des Églises orthodoxes [ 5 ] [ modifier | modifier le code ] Prénoms du jour [ modifier | modifier le code ] Bonne fête aux : Rodrigue et ses variantes : Rod, Roderic , Roderick, Rodric, Rodrick, Rodrigo , Rodrigues , Ruy, et forme féminine Ruya. Et aussi aux : Euphrasie et son dérivé : Cosette (fête locale). Heldrad et ses dérivés : Eldrad , Helder , Helrad , etc. Léandre et son dérivé : Lander, Leand, Leander, Leandra, Leandri, Leandro, Leandru, Léantier , etc. Salomon et ses variantes : Soléiman, Soliman, Solomon . Traditions et superstitions [ modifier | modifier le code ] Dictons [ modifier | modifier le code ] « À la Sainte-Euphrasie, pointe la fraise. » [ 6 ] « Belle Sainte-Euphrasie, met pommes dans l’airie. » (airie est une altération de hoirie signifiant héritage ) [ 7 ] . Astrologie [ modifier | modifier le code ] Signe du zodiaque : 23 e jour du signe astrologique des Poissons (ou 24 e en cas d'année bissextile). Toponymie [ modifier | modifier le code ] Les noms de plusieurs voies, places, sites ou édifices, de pays ou de régions francophones, contiennent cette date, sous diverses graphies : voir Treize-Mars . Notes et références [ modifier | modifier le code ] ↑ Chili : inauguration du plus grand télescope du monde ↑ www.journee-mondiale.com 13 mars. ↑ Journée nationale pour la liberté d'Internet Tunisie 13 mars. ↑ a et b nominis.cef.fr Nominis : Calendrier grégorien des saints et prénoms chrétiens du 13 mars. ↑ a et b www.forum-orthodoxe.com Forum orthodoxe francophone : Saints pour le 13 mars du calendrier ecclésiastique orthodoxe. ↑ Il s'agit de la fraise des bois , Gabrielle Cosson , Dictionnaire des dictons des terroirs de France , Paris, Larousse, 2010 , 380 p. ( ISBN 978-2-03-585301-1 , présentation en ligne ) , p. 143 . ↑ Gabrielle Cosson, Almanach des dictons météorologiques , Éditions Larousse, Paris, 2003 Bibliographie [ modifier | modifier le code ] M gr Paul Guérin , Vie des saints . t. III, du 24 février au 25 mars. Paris, Éd Bloud & Barral, 1876, 7 e éd. , pp. 386 à 409. Articles connexes [ modifier | modifier le code ] Sur les autres projets Wikimedia : 13 mars , sur Wikimedia Commons 13 mars en sport 13 mars dans les chemins de fer le 13 mars et le catholicisme v · m Mois et jours de l’ année du calendrier grégorien Janvier 1 er 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 Février 1 er 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 ( 29 ) Mars 1 er 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 Avril 1 er 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 Mai 1 er 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 Juin 1 er 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 Juillet 1 er 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 Août 1 er 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 Septembre 1 er 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 Octobre 1 er 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 Novembre 1 er 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 Décembre 1 er 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 Dates fictives 0 janvier · 30 février · 0 mars Éphéméride · Calendrier · Temps Portail du temps Ce document provient de « https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=13_mars&oldid=144236923 ». Catégorie : 13 mars Catégories cachées : Page utilisant un sommaire limité Article contenant un appel à traduction en anglais Article contenant un appel à traduction en italien Article contenant un appel à traduction en espagnol Article contenant un appel à traduction en portugais Catégorie Commons avec lien local identique sur Wikidata Portail:Temps/Articles liés Menu de navigation Outils personnels Non connecté Discussion Contributions Créer un compte Se connecter Espaces de noms Article Discussion Variantes Affichages Lire Modifier Modifier le code Afficher l’historique Plus Rechercher Navigation Accueil Portails thématiques Article au hasard Contact Contribuer Débuter sur Wikipédia Aide Communauté Modifications récentes Faire un don Outils Pages liées Suivi des pages liées Importer un fichier Pages spéciales Lien permanent Informations sur la page Élément Wikidata Citer cette page Imprimer / exporter Créer un livre Télécharger comme PDF Version imprimable Dans d’autres projets Wikimédia Commons Dans d’autres langues Аҧсшәа Afrikaans Alemannisch አማርኛ Aragonés العربية مصرى Asturianu Авар Azərbaycanca Башҡортса Boarisch Žemaitėška Bikol Central Беларуская Беларуская (тарашкевіца)‎ Български भोजपुरी বাংলা বিষ্ণুপ্রিয়া মণিপুরী Brezhoneg Bosanski Català Mìng-dĕ̤ng-ngṳ̄ Нохчийн Cebuano کوردی Corsu Čeština Kaszëbsczi Чӑвашла Cymraeg Dansk Deutsch Zazaki ދިވެހިބަސް Ελληνικά Emiliàn e rumagnòl English Esperanto Español Eesti Euskara Estremeñu فارسی Suomi Võro Føroyskt Arpetan Furlan Frysk Gaeilge Gagauz 贛語 Gàidhlig Galego Avañe'ẽ ગુજરાતી Gaelg 客家語/Hak-kâ-ngî עברית हिन्दी Fiji Hindi Hrvatski Hornjoserbsce Kreyòl ayisyen Magyar Հայերեն Interlingua Bahasa Indonesia Interlingue Igbo Ilokano Ido Íslenska Italiano 日本語 La .lojban. Basa Jawa ქართული Taqbaylit Қазақша Kalaallisut ಕನ್ನಡ 한국어 Перем Коми Ripoarisch Kurdî Коми Кыргызча Latina Lëtzebuergesch Лезги Limburgs Lumbaart ລາວ Lietuvių Latviešu मैथिली Basa Banyumasan Malagasy Олык марий Македонски മലയാളം Монгол मराठी Bahasa Melayu မြန်မာဘာသာ Эрзянь Nāhuatl Napulitano Plattdüütsch Nedersaksies नेपाली नेपाल भाषा Nederlands Norsk nynorsk Norsk Nouormand Sesotho sa Leboa Occitan Livvinkarjala ଓଡ଼ିଆ Ирон ਪੰਜਾਬੀ Kapampangan Polski پنجابی پښتو Português Runa Simi Română Русский Русиньскый संस्कृतम् Саха тыла Sicilianu Scots Davvisámegiella Srpskohrvatski / српскохрватски Simple English Slovenčina Slovenščina Shqip Српски / srpski Seeltersk Basa Sunda Svenska Kiswahili Ślůnski தமிழ் తెలుగు Тоҷикӣ ไทย Türkmençe Tagalog Türkçe Татарча/tatarça Українська اردو Oʻzbekcha/ўзбекча Vèneto Tiếng Việt West-Vlams Volapük Walon Winaray Хальмг მარგალური ייִדיש Yorùbá Zeêuws 中文 Bân-lâm-gú 粵語 Modifier les liens La dernière modification de cette page a été faite le 7 janvier 2018 à 01:29. Droit d'auteur : les textes sont disponibles sous licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions . d’autres conditions peuvent s’appliquer. Voyez les conditions d’utilisation pour plus de détails, ainsi que les crédits graphiques . En cas de réutilisation des textes de cette page, voyez comment citer les auteurs et mentionner la licence . Wikipedia® est une marque déposée de la Wikimedia Foundation, Inc. , organisation de bienfaisance régie par le paragraphe 501(c)(3) du code fiscal des États-Unis. Politique de confidentialité À propos de Wikipédia Avertissements Développeurs Déclaration sur les témoins (cookies) Version mobile



https://fr.wikipedia.org/wiki/France
  France — Wikipédia France Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Aller à : navigation , rechercher Vous lisez un « article de qualité ». Cet article concerne le pays aujourd'hui appelé « République française ». Pour d’autres usages du nom « France », voir France (homonymie) . Pour une présentation générale du régime politique de la République française, voir Régime républicain en France . ... unitaire semi-présidentielle ( régime républicain français ) Président de la République Emmanuel ... nationale François de Rugy Langues officielles Français Capitale Paris 48° 52′ N, 2° 19,59′ E ... 1946 Cinquième République ( Constitution actuelle ) 4 octobre 1958 Démographie Gentilé Français ... a pour capitale Paris depuis l’an 508 [réf. nécessaire] et pour langue officielle le français depuis 1539 ... internationale de la francophonie . Traditionnellement utilisé comme langue de la diplomatie , le français est CACHE

France — Wikipédia France Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Aller à : navigation , rechercher Vous lisez un « article de qualité ». Cet article concerne le pays aujourd'hui appelé « République française ». Pour d’autres usages du nom « France », voir France (homonymie) . Pour une présentation générale du régime politique de la République française, voir Régime républicain en France . République française ( fr ) Drapeau de la France . Armoiries officieuses de la France . La République française (en bleu) dans le monde avec l' Union européenne en jaune clair. Devise nationale Liberté, Égalité, Fraternité Hymne national La Marseillaise Fête nationale 14 Juillet : prise de la Bastille (1789) Fête de la Fédération (1790) Administration Forme de l'État République constitutionnelle unitaire semi-présidentielle ( régime républicain français ) Président de la République Emmanuel Macron Premier ministre Édouard Philippe Président du Sénat Gérard Larcher Président de l'Assemblée nationale François de Rugy Langues officielles Français Capitale Paris 48° 52′ N, 2° 19,59′ E Géographie Plus grande ville Paris Superficie totale 672 369 [ N 1 ] km 2 ( classé 41 e ) Superficie en eau 0,26 % Fuseau horaire UTC +1 ( HEC , heure d'hiver) UTC +2 ( HAEC , heure d’été) Territoires d'outre-mer : UTC -3 : Guyane , Saint-Pierre-et-Miquelon UTC -4 : Saint-Martin , Saint-Barthélemy , Guadeloupe , Martinique UTC -8 : Clipperton UTC -10 : Polynésie française UTC -9,5 : Polynésie française UTC -9 : Polynésie française UTC +3 : Mayotte , île Europa UTC +4 : îles Crozet , La Réunion , îles Glorieuses , île Tromelin , Juan de Nova UTC +5 : Saint-Paul-et-Amsterdam , îles Kerguelen UTC +10 , Terre Adelie UTC +11 : Nouvelle-Calédonie UTC +12 : Wallis-et-Futuna . Histoire Baptême de Clovis 25 décembre 496 Traité de Verdun Août 843 Capétiens Mai 987 Ancien Régime 1589 Révolution française 1789 Monarchie constitutionnelle 4 septembre 1791 Première République 22 septembre 1792 Consulat 13 décembre 1799 Premier Empire 18 mai 1804 Première Restauration 6 avril 1814 Cent-Jours 1 er mars 1815 Seconde Restauration 8 juillet 1815 Monarchie de Juillet 9 août 1830 Deuxième République 24 février 1848 Second Empire 2 décembre 1852 Troisième République 4 septembre 1870 Régime de Vichy 10 juillet 1940 Gouvernement provisoire de la République française 3 juin 1944 Quatrième République 27 octobre 1946 Cinquième République ( Constitution actuelle ) 4 octobre 1958 Démographie Gentilé Français Population totale ( 1 er janvier 2017) 67 595 000 [ N 2 ] , [ I 1 ] hab. ( classé 20 e [ 1 ] ) Densité 98,8 [ N 3 ] hab./km 2 Économie PIB nominal ( 2017 ) 2 575, milliards de $ +1,9 % ( 5 e /193 ) PIB (PPA) 2 646,888 milliards de $ +2 % PIB nominal par hab. ( 2015 ) 37675,006 $ -14,93 % [ 2 ] ( 10 e /193) PIB (PPA) par hab. ( 2015 ) 41 180,697 $ +1,68 % [ 2 ] ( 10 e /193) Taux de chômage ( 2016 ) 10,2 % de la pop. active -0,10% [ 3 ] Dette publique brute ( 2014 ) Nominale : 2 037,8 milliards d' € + 4,32 % Relative : 95,56 % du PIB + 3,54 % IDH ( 2015 ) 0,897 (très élevé [ 4 ] . 21 e ) Monnaie Euro et Franc Pacifique [ N 4 ] ( EUR et XPF​ ) Divers Code ISO 3166-1 FRA, FR​ Domaine Internet .fr [ N 5 ] Indicatif téléphonique +33 (métropole) 590 (Guadeloupe, Saint-Martin et Saint-Barthélémy) 594 (Guyane) 596 (Martinique) 262 (La Réunion, Mayotte) 508 (Saint-Pierre-et-Miquelon) 687 (Nouvelle Calédonie) 689 (Polynésie Française) Organisations internationales ONU : 24 octobre 1945 [ 5 ] OTAN : 4 avril 1949 UE : 25 mars 1957 modifier La France ( Écouter ), en forme longue depuis 1875 la République française ( Écouter ), est un État transcontinental souverain , dont le territoire métropolitain est situé en Europe de l'Ouest . Il a des frontières terrestres avec la Belgique , le Luxembourg , l' Allemagne , la Suisse , l' Italie , l' Espagne et les principautés d' Andorre et de Monaco [ N 6 ] , [ 6 ] et dispose d'importantes façades maritimes dans l' Atlantique , la Manche , la mer du Nord et la Méditerranée . Son territoire ultramarin s'étend dans les océans Indien [ 7 ] , Atlantique [ 8 ] et Pacifique [ 9 ] ainsi que sur le continent sud-américain [ 10 ] et a des frontières terrestres avec le Brésil , le Suriname et le Royaume des Pays-Bas . Fruit d'une histoire politique longue et mouvementée, la France est une république constitutionnelle unitaire ayant un régime semi-présidentiel . La devise de la République est depuis 1875 « Liberté, Égalité, Fraternité » et son drapeau est constitué des trois couleurs nationales (bleu, blanc, rouge) disposées en trois bandes verticales d'égale largeur. Son hymne national est La Marseillaise , chant patriotique hérité de la Révolution française . Son principe est : « gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple ». Elle a pour capitale Paris depuis l’an 508 [réf. nécessaire] et pour langue officielle le français depuis 1539 , à la place du latin. Ses actuelles monnaies sont depuis 1999 l' euro et toujours le Franc Pacifique dans ses territoires de l' océan Pacifique . Pays formé pendant l' Antiquité tardive [réf. nécessaire] , vingt ans après la chute de l' Empire romain d'occident , la France tire son nom des Francs , peuple germanique qui a institué les premiers fondements de son État sur les bases de la Gaule romaine . C'est au fil des siècles, par des guerres, des mariages politiques et des unions souveraines, que cet État monarchique et catholique va peu à peu constituer autour de lui une véritable fédération de provinces, qui finira par se cristalliser en une nation unique grâce à une politique d'uniformisation administrative et culturelle, portée à son aboutissement par la Révolution française de 1789 et la fin du régime féodal [ N 7 ] . Du début du XVII e siècle à la première moitié du XX e siècle, elle possède un vaste Empire colonial . À partir des années 1950 , elle est l'un des acteurs de la construction de l'Union européenne . Troisième puissance nucléaire mondiale, l'un des cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies et membre de l' OTAN , la France est également membre du G7 , du G20 , de la zone euro , de l' espace Schengen , de la commission de l'océan Indien , de la communauté du Pacifique et abrite le siège du Conseil de l'Europe , du Parlement européen et de l' UNESCO . De ce fait, elle exerce une influence notable en matière politique , économique , militaire et culturelle en Europe et dans le reste du monde. Seul pays au monde à exercer sa souveraineté sur des territoires répartis sur trois océans et deux continents [ 11 ] , [ N 8 ] , [ N 9 ] , elle joue un important rôle géopolitique au niveau mondial, grâce à un réseau d' ambassades et de consulats étendu, le deuxième au monde derrière celui des États-Unis , et elle dispose de bases militaires sur tous les continents. La France possède la première zone économique exclusive (espace maritime) au monde, à laquelle s'ajoute une extension du plateau continental de 579 000 km 2 en 2015 [ 12 ] , et est le premier pays du monde pour la diversité de ses milieux maritimes et leur biodiversité [réf. nécessaire] . La France est, en 2018, la deuxième économie européenne derrière l' Allemagne et devant le Royaume-Uni , la cinquième économie mondiale par PIB nominal [ 13 ] et, fin 2017, la huitième économie mondiale par PIB à parité de pouvoir d'achat [ 14 ] . Malgré un taux de chômage relativement fort, elle affiche un niveau de vie « très élevé » ( 20 e au classement IDH en 2014) . Elle figure parmi les leaders mondiaux dans les secteurs de l' agroalimentaire , de l' aéronautique , de l' automobile , des produits de luxe , du tourisme et du nucléaire . Au 1 er janvier 2017 , la population de la France est d'environ 67 millions d'habitants, selon les estimations publiées par l' Insee , dont 64 859 599 dans les régions métropolitaines et 2 131 277 dans les régions ultramarines . Par ailleurs 604 400 vivent dans les collectivités d'outre-mer et en Nouvelle-Calédonie . Deuxième pays le plus peuplé de l' Union européenne derrière l' Allemagne , la France est aussi le plus vaste de l' Union européenne et le troisième pays le plus vaste d' Europe [ 15 ] . Sa culture et sa civilisation sont diffusées par les pays francophones à travers le monde, réunis dans l' Organisation internationale de la francophonie . Traditionnellement utilisé comme langue de la diplomatie , le français est la dixième langue maternelle la plus parlée au monde et une des langues ayant la plus grande diffusion internationale. Il est une des six langues officielles et une des deux langues de travail avec l' anglais de l' Organisation des Nations unies , l'une des deux langues officielles du Comité international olympique , et langue officielle ou de travail de plusieurs organisations internationales ou régionales. Le français est également l'une des trois langues de travail de l' Union européenne — avec l' allemand et l'anglais. Sommaire 1 Géographie 1.1 Localisation et frontières 1.2 Géologie, topographie et hydrographie 1.3 Climat 1.4 Paysages et environnement 1.5 Répartition spatiale des hommes et des activités 1.6 Axes de communication et transports 2 Histoire 2.1 Préhistoire, protohistoire et Antiquité 2.2 Naissance, crises et transformations du royaume de France au Moyen Âge 2.3 Renaissance et monarchie ( XVI e au XVIII e siècle) 2.4 Révolutions, Républiques et Empires (1789-1914) 2.5 La France dans les deux guerres mondiales (1914-1945) 2.6 Depuis la Libération 3 Politique et administration 3.1 Organisation des pouvoirs 3.2 Découpage territorial et décentralisation 3.3 France d’outre-mer 3.4 Tendances politiques, partis et élections 3.5 La séparation des pouvoirs 3.6 Le gouvernement 3.6.1 Les ministères 3.6.2 La mission d’un ministère en France 3.7 Finances publiques 3.8 Protection sociale 3.9 Défense 3.9.1 Principaux organismes 3.9.2 Les observatoires et le maintien de la paix 3.10 Appartenance à des organisations internationales 3.11 Politique étrangère et diplomatie 3.12 Symboles républicains 4 Population et société 4.1 Démographie 4.2 Immigration, population étrangère et minorités visibles 4.3 Famille, sexualité et égalité des sexes 4.4 Langues 4.5 Religions 4.6 Éducation 4.7 Santé 4.8 Médias 4.9 Sport 4.10 Engagement associatif, syndical et politique 5 Économie 5.1 Revenus de la population et développement humain 5.2 Emploi 5.3 Principaux secteurs d’activité 5.3.1 Agriculture et agroalimentaire 5.3.2 Tourisme 5.3.3 Commerce et artisanat 5.3.4 Industrie 5.3.5 Industrie de l'armement 5.3.6 Énergie 5.3.7 Industrie de l'aéronautique et de l'espace 5.3.8 Recherche 5.3.9 Finance et assurance 5.4 Place de la France dans l’économie mondiale 6 Culture 6.1 Architecture 6.1.1 Classés au patrimoine mondial 6.1.2 Bâtiments d’intérêt historique 6.2 Arts visuels et plastiques 6.3 Littérature et poésie 6.4 Arts du spectacle 6.4.1 Théâtre 6.4.2 Danse 6.5 Musique 6.6 Cinéma 6.7 Mode 6.8 Gastronomie 6.9 Philosophie et science 6.10 Influence internationale 7 Codes pays 8 Notes et références 8.1 Notes 8.2 Références 9 Annexes 9.1 Bibliographie 9.2 Liens externes Géographie Article détaillé : Géographie de la France . Localisation et frontières Carte physique simplifiée de la France métropolitaine. La partie européenne de la France est appelée France métropolitaine et est située à l’extrémité occidentale de l’Europe. Elle est bordée par la mer du Nord au nord, la Manche au nord-ouest, l’ océan Atlantique à l’ouest et la mer Méditerranée au sud-est. Elle est frontalière de la Belgique et du Luxembourg au nord-est, de l’ Allemagne et de la Suisse à l’est, de l’ Italie et de Monaco au sud-est et de l’ Espagne et d’ Andorre au sud-ouest. Les frontières au sud et à l'est du pays sont établies dans des massifs montagneux, les Pyrénées , les Alpes et le Jura , la frontière à l'est suit le Rhin [ N 10 ] , tandis que la frontière nord-est ne s'appuie sur aucun élément naturel. La France métropolitaine comprend plusieurs îles, notamment la Corse et des îles côtières. Elle est comprise entre les latitudes 42°19'46' N et 51°5'47' N, ainsi que les longitudes 4°46' O et 8°14'42' E. Sa partie continentale s’étend sur environ 1 000 km du nord au sud et d’est en ouest. La France est également composée de nombreux territoires situés en-dehors du continent européen, couramment appelés France d'outre-mer , qui lui permettent d’être présente dans tous les océans du monde sauf l' océan Arctique . Ces territoires ont des statuts variés dans l' administration territoriale de la France et sont situés : en Amérique du Nord : Saint-Pierre-et-Miquelon . en Amérique du Sud : la Guyane . dans les Antilles : la Guadeloupe , la Martinique , Saint-Barthélemy et Saint-Martin . dans l’ océan Pacifique : la Nouvelle-Calédonie , la Polynésie française et Wallis-et-Futuna , ainsi que Clipperton . dans l’ océan Indien : La Réunion et Mayotte , ainsi que les Îles Éparses , l' Archipel des Kerguelen , l' Archipel des Crozet et les Îles Saint-Paul et Nouvelle-Amsterdam qui forment les Terres australes et antarctiques françaises (TAAF) . en Antarctique : la Terre Adélie [ N 11 ] , également incluse dans les TAAF . La France possède des frontières terrestres avec le Brésil et le Suriname en Guyane , ainsi qu’avec les Pays-Bas via la partie française de Saint-Martin. La superficie totale de la France est d'environ 675 000 km 2 , ce qui correspond à près d'un hectare par habitant. La France métropolitaine occupe 551 500 km 2 [ 16 ] , les départements d'outre-mer 92 220 km 2 [ 17 ] et les autres territoires 30 904 km 2 [ 18 ] . Cette superficie ne comprend pas la Terre Adélie , sur laquelle la souveraineté française est contestée. La France est le 42 e plus grand État du monde par sa surface terrestre. C'est aussi le troisième plus grand pays d’ Europe , après la Russie et l’ Ukraine , ou le deuxième si on inclut les départements ultra-marins, et le plus grand de l’ Union européenne . La longueur de son littoral, outre-mer inclus, est de 8 245 km . Géologie, topographie et hydrographie Géologie de la France métropolitaine Articles détaillés : Géologie de la France , Relief de la France et Liste des fleuves de France . Le territoire métropolitain de la France offre une grande variété d’ensembles topographiques et de paysages naturels [ b 1 ] . De vastes parties du territoire européen actuel de la France ont été soulevées lors de plusieurs épisodes tectoniques, notamment la surrection hercynienne à l’ère paléozoïque qui est à l’origine des massifs armoricain , central , morvandeau , vosgien , ardennais et corse [ b 2 ] . Les massifs alpin , pyrénéen et jurassien sont eux beaucoup plus jeunes, et possèdent des formes moins érodées [ b 2 ] — les Alpes culminent à 4 809 mètres d’altitude au Mont Blanc [ 19 ] . Bien que 60 % des communes soient classées comme présentant des risques sismiques , ceux-ci restent modérés [ 20 ] . Ces massifs délimitent plusieurs bassins sédimentaires , notamment le bassin aquitain au sud-ouest et le bassin parisien au nord [ b 2 ] — ce dernier comprend plusieurs régions au sol particulièrement fertile, notamment les plateaux limoneux de la Beauce et de la Brie [ b 3 ] . En outre, diverses voies de passage naturelles, telles que la vallée du Rhône , permettent des communications aisées [ b 4 ] . Les littoraux offrent des paysages assez contrastés . il s’agit tantôt de retombées de massifs montagneux (la Côte d’Azur par exemple), de plateaux se terminant sur des falaises (la Côte d’Albâtre ) ou de larges plaines sableuses (la plaine du Languedoc ) [ b 5 ] . Le réseau hydrographique de la France est principalement organisé autour de quatre grands fleuves, la Loire , la Seine , la Garonne et le Rhône [ b 6 ] , auxquels on peut ajouter la Meuse et le Rhin , moins importants en France mais majeurs à l’échelle européenne. Le bassin versant français des quatre premiers correspond à plus de 62 % du territoire métropolitain [ b 6 ] . Les territoires ultramarins, de par leur dispersion dans différents océans et continents, présentent tous des caractéristiques topographiques spécifiques. Ils partagent toutefois un certain nombre de points communs, notamment des contraintes, des risques ou des potentialités physiques, à commencer par l' insularité (à l'exception de la Guyane ) [ 21 ] . La plupart de ces îles sont d'origines volcaniques , sous la forme d' arcs volcaniques liées à une subduction (la Guadeloupe , la Martinique , Saint-Barthélemy et Saint-Martin dans les Petites Antilles , les îles Matthew et Hunter au sud de l' arc du Vanuatu ou les Îles Loyauté en Nouvelle-Calédonie ), de chapelets d'îles formés initialement autour de points chauds sur la lithosphère océanique (les archipels constitutifs de la Polynésie française ou des TAAF , La Réunion , Mayotte dans l' archipel des Comores , Clipperton ), de plateaux volcaniques issu de panaches mantelliques (le plateau des Kerguelen dont les terres émergées forment l' archipel du même nom et celui de l' archipel Crozet dans les TAAF ) ou de composantes en partie immergées d'un massif montagneux sur la lithosphère continentale ( Saint-Pierre-et-Miquelon est ainsi lié à l'orogenèse des Appalaches ) [ 22 ] . Les âges plus ou moins anciens des épisodes volcaniques qui ont provoqué leur formation expliquent des degrés divers d'érosion des reliefs, de subsidences , de formations de récifs coralliens et de dépôts calcaires. De ce fait, plusieurs de ces îles conservent un reliquat rocheux plus ou moins élevé des anciens volcans (les « îles hautes », avec ou sans bordure corallienne), qu'ils soient inactifs (dans la plupart des îles hautes de Polynésie française comme Tahiti , les îles Matthew et Hunter en Nouvelle-Calédonie , Wallis-et-Futuna , Mayotte , les îles Kerguelen en TAAF ), potentiellement actifs (l' île de la Possession dans l' archipel Crozet et les TAAF ), ou actifs (la Soufrière sur Basse-Terre en Guadeloupe , la Montagne Pelée en Martinique , le Piton de la Fournaise à La Réunion , Mehetia dans l' archipel de la Société en Polynésie française , Saint-Paul-et-Amsterdam dans les TAAF ) [ 22 ] . C'est dans ces îles hautes que se trouvent les points culminants de l'Outre-mer français. Les deux seuls territoires ultramarins à avoir des sommets dépassant les 2 000 m d'altitude sont La Réunion (culminant au Piton des Neiges à 3 070,5 m ) et Tahiti (le mont Orohena atteint 2 241 m ). Les îles les plus anciennes ou touchées par d'autres phénomènes géologiques ont des reliefs beaucoup moins élevés et des sols davantage calcaires, ayant pu devenir des presqu'atolls ( Clipperton , potentiellement Fatu Huku aux Marquises en Polynésie française ), des atolls surélevés ( Grande-Terre , Marie-Galante , La Désirade et les îles de la Petite-Terre en Guadeloupe , Saint-Martin et Saint-Barthélemy , les îles Loyauté mais aussi l' île des Pins en Nouvelle-Calédonie , Alofi à Wallis-et-Futuna , Makatea dans les Tuamotu ou Bora-Bora et Huahine dans l' archipel de la Société en Polynésie française , l' île Tromelin dans les îles Éparses de l'océan Indien et les TAAF ) ou des atolls (nombreux en Polynésie française , également dans les récifs d'Entrecasteaux en Nouvelle-Calédonie , les îles Éparses de l'océan Indien dans les TAAF ) [ 22 ] . Par ailleurs, l' archipel de la Nouvelle-Calédonie présente la particularité parmi les ensembles insulaires de l'Outre-mer français de n'avoir aucun lien avec une activité volcanique, ayant été formé par une série d' obductions du manteau au-dessus d'une partie des terres émergées du microcontinent Zealandia , ce qui explique sa richesse en roches ultramafiques ( péridotites ) et, par l'altération de ces dernières, en nickel . La Grande Terre , qui constitue la plus grande île française, et l'ensemble des îles qui la prolonge au nord-ouest ( Bélep ) et au sud-est (l' île des Pins ) sont entourées d'une barrière de corrail de 1 600 km de long (le deuxième plus grand ensemble corallien au monde après la Grande barrière de corail ) délimitant l'un des plus grands lagons du monde ( 24 000 km 2 ) [ 22 ] . Seuls territoires continentaux de la France d'outre-mer , la Guyane et la Terre-Adélie , sont tous les deux des composantes de cratons d'âges Précambriens où prédominent les roches métamorphiques (respectivement le plateau des Guyanes et celui d' Antarctique oriental ) et, pour leurs littoraux comme pour les sols immergés, de marges continentales . Toutes deux présentent également le point commun d'être recouvertes, pour une grande majorité de leurs territoires, de milieux naturels spécifiques très peu touchés par les activités humaines : la forêt amazonienne pour la première et l' inlandsis de l'Antarctique pour la seconde [ 22 ] . La France dispose de 11 millions de km² d’eaux marines sous sa juridiction, dans trois océans et à 97 % en outre-mer [ 23 ] . Climat Carte des climats de France métropolitaine hors Corse en 2010 . Article détaillé : Climat de la France . La majeure partie des plaines de France métropolitaine hors Corse sont situées dans le domaine océanique désigné par Cfb, Cwb et Cfc dans la classification de Köppen . Une part plus petite du territoire constituée par les plaines ou collines bordant le bassin méditerranéen a un climat méditerranéen désigné par Csa et Csb dans la classification de Köppen. Cependant, le territoire de la France métropolitaine étant relativement étendu, le climat n’y est pas tout à fait uniforme et il est possible de le détailler à un niveau plus fin. On distingue les nuances climatiques suivantes : le climat océanique strict est très marqué à l’ouest. Il s’étend de la Flandre au Pays basque, sur une bande côtière de quelques dizaines de kilomètres (la limite est difficile à définir), plus étroite au nord et au sud, plus large en Bretagne qui est concernée en quasi-totalité par ce climat. le climat du Sud-Ouest est océanique, mais plus chaud car plus au sud, on parle alors plus précisément de climat océanique aquitain [ 24 ] . le climat de la façade nord-ouest est océanique mais plus frais que le climat océanique aquitain . l'intensité des vents d'ouest y est beaucoup plus forte. en s’éloignant du littoral, le climat est toujours à dominante océanique mais il voit ses caractéristiques se modifier quelque peu. Dans le bassin parisien et plus encore dans les bassins intra montagnards, l’amplitude saisonnière devient un peu plus forte, les pluies d’automne et surtout d’hiver sont moins marquées . de ce fait, la majeure partie du territoire connaît un climat qualifié de climat semi-océanique dégradé. Il s'agit d'une zone de transition entre le climat océanique strict et le climat continental , avec une distinction entre : le climat océanique dégradé de plaine au centre-nord, parfois appelé «parisien» car il correspond approximativement au bassin parisien , pour lequel le climat océanique est plus faiblement altéré . le climat semi-continental au nord-est et au centre-est ( Alsace , plaines de Saône ou du moyen- Rhône , plaines dauphinoises, auvergnates ou savoyardes) aux caractéristiques encore plus modifiées par le voisinage des massifs montagneux. du fait de la disposition des masses d’air, particulièrement en été, et des bordures montagneuses qui l’isolent quelque peu du reste du territoire, le pourtour méditerranéen et la basse vallée du Rhône, balayés par le mistral et la tramontane , connaissent un climat méditerranéen . le climat montagnard est aussi présent, principalement en altitude dans les Alpes , les Pyrénées , le Massif central , les Vosges , le Jura et la montagne corse. Le climat de la France métropolitaine est fortement influencé par l’ anticyclone des Açores , mais également par le Gulf stream comme le reste de l’ Europe de l'Ouest [ 25 ] , avec des variantes régionales ou locales assez marquées. La France métropolitaine connaît des événements climatiques aux conséquences importantes : des tempêtes ( celles de décembre 1999 ont abattu 7 % des arbres des forêts françaises [ b 7 ] ), des canicules (la canicule européenne de 2003 fit 15 000 morts [ b 7 ] ), des incendies et des inondations. Une grande partie de la France d’outre-mer est également soumise à des climats tropicaux (avec de fortes disparités) [ b 8 ] , auxquels il faut ajouter le climat équatorial de la Guyane [ 26 ] , le climat subarctique de Saint-Pierre-et-Miquelon [ 27 ] et les climats océanique et polaire [ 28 ] des Terres australes et antarctiques françaises . La température moyenne en France s’est élevée de 0,1 °C en moyenne par décennie au cours du XX e siècle [ b 9 ] . Paysages et environnement La France métropolitaine possède une grande variété de paysages, avec des plaines agricoles ou boisées, des chaînes de montagnes plus ou moins érodées, des littoraux diversifiés et des vallées mêlant ville et nature. La France d’outre-mer possède quant à elle une importante biodiversité , par exemple dans la forêt équatoriale guyanaise ou dans les lagons de Nouvelle-Calédonie [ 29 ] . La France est un des pays les plus boisés d’Europe occidentale, les forêts occupant 28 % de la surface nationale [ b 10 ] . La superficie forestière en métropole est constituée de 65% de feuillus , 22% de conifères et 13 % de peuplement mixte [ 30 ] . Les forêts publiques (domaniales, communales) et privées occupent respectivement 25 % et 75 % de la propriété forestière métropolitaine. Le massif alpin du Mont-Blanc . La pointe du Van , à l’extrémité occidentale de la Bretagne . Le village d’ Usson , Massif central . La plage de Sainte-Anne, en Guadeloupe . Torrent de haute montagne, Haute-Maurienne . Bocage normand. Le glacier de Cook, Iles Kerguelen Falaises d'Étretat, Normandie . Les étangs et forêts de Sologne . Châtenois , Alsace . Baie du Mont-Saint-Michel , Normandie . Pâturages, Creuse . Bora Bora et son climat tropical. Aiguille du Dru , Haute-Savoie . Champ de lavande en Provence . Lac des Perches , Massif des Vosges , Alsace . Champ céréalier dans l' Essonne . Cirque de Gavarnie, Pyrénées . Chaîne des Puys , dans le Massif central . Lac Vert de Fontanalbe, Alpes-Maritimes . Vignoble de la côte de Beaune , Bourgogne . Calanques de Piana , Corse . Forêts primaires des Alpes internes, Savoie . Forêt tropicale amazonienne, Guyane . Vue du lac de Gerardmer dans les Vosges . Cliquez sur une vignette pour l’agrandir. Cette diversité des paysages et des écosystèmes est menacée par la fragmentation écologique des milieux due à un dense réseau routier [ 31 ] , par le développement horizontal de l'urbanisation qu'il favorise, par l’artificialisation des côtes et par la pollution de son eau et de ses sols. Un tiers des eaux de surface sont de mauvaise voire de très mauvaise qualité, principalement à cause des pollutions industrielles [ b 11 ] . les pollutions agricoles liées à l’usage d’engrais et de pesticides ont quant à elles fortement détérioré la qualité des nappes phréatiques dans plusieurs régions, en particulier en Bretagne [ b 12 ] . La littoralisation du peuplement et des activités [ b 13 ] entraîne une extension et une densification du bâti sur les côtes [ b 14 ] , malgré la loi littoral de 1986 et l’intervention du Conservatoire du littoral [ b 15 ] ainsi que le caractère inondable de certains secteurs. Quant aux infrastructures de transport, notamment routières, elles exposent leurs riverains à une pollution atmosphérique, sonore et visuelle importante [ 31 ] . Néanmoins, les pouvoirs publics tentent depuis plusieurs décennies de répondre à ces défis environnementaux. Aux réserves naturelles et aux parcs nationaux se sont ajoutés depuis 1968 les parcs naturels régionaux [ 32 ] , qui mêlent conservation et mise en valeur du patrimoine naturel et culturel [ c 1 ] et couvrent en 2007 13 % du territoire français [ 33 ] . Six agences de l’eau ont été mises en place pour gérer et protéger les ressources en eau du pays [ b 11 ] . Grâce à une politique de limitation de l’usage des produits pétroliers et à l’importance de l’énergie nucléaire, les émissions françaises de CO 2 par tête sont inférieures à celles de la plupart de ses voisins européens, et a fortiori de celles des États-Unis [ 34 ] . Cependant, selon une étude du ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer publiée en 2010, « sur plusieurs points, le bilan environnemental demeure préoccupant, voire se détériore » [ 35 ] . Avec une empreinte écologique par habitant de 5,1 hectares globaux (Hag) et une biocapacité par habitant de trois Hag en 2012, la France est en déficit écologique [ 36 ] . Répartition spatiale des hommes et des activités Article détaillé : Aire urbaine (France) . Carte synthétique de la répartition de la population en France métropolitaine en 2010. Sont indiquées les densités de population par département, les 18 aires urbaines de plus de 400 000 habitants, la ligne Le Havre-Marseille et les limites approximatives de la « diagonale du vide ». + de 5 000 hab/km 2 de 300 à 1 000 hab/km 2 de 150 à 250 hab/km 2 de 100 à 150 hab/km 2 de 70 à 100 hab/km 2 de 40 à 70 hab/km 2 - de 40 hab/km 2 Densité de population par km 2 dans la partie européenne de la France en 2009. La France métropolitaine est marquée par des déséquilibres spatiaux multiples. D’une part, elle possède l’originalité d’avoir une capitale six fois plus peuplée que la deuxième aire urbaine du pays [ N 12 ] , regroupant un quart des étudiants [ I 2 ] et la quasi-totalité des sièges de grandes entreprises du pays [ 37 ] . D’autre part, la ligne Le Havre – Marseille est souvent considérée comme la limite entre un ouest longtemps resté agricole et qui bénéficie actuellement d’un important essor démographique et économique [ n 1 ] , et un est à l’industrie et à l’urbanisation anciennes, aujourd'hui en déclin. Enfin, des Ardennes au nord-est aux Landes au sud-ouest se dessine une « diagonale des faibles densités », caractérisée par un peuplement faible comparé au reste du pays et une économie souvent en difficulté [ 38 ] . Après un long exode rural au XIX e siècle et jusque dans la deuxième moitié du XX e siècle [ n 2 ] , le solde migratoire des campagnes françaises est redevenu positif dans les années 1990 [ n 1 ] . L’essentiel de la croissance urbaine se fait dans les zones périurbaines , de plus en plus éloignées de l’agglomération-centre [ n 2 ] . Le tableau ci-dessous liste les principales villes du pays en 2014, classées par défaut en fonction de la population de leur aire urbaine (plus de 500 000 habitants). Ville Aire urbaine [ 39 ] Pôle urbain [ 39 ] Commune [ 40 ] Paris 12 475 808 10 659 489 2 220 445 Lyon 2 265 375 1 620 331 506 616 Marseille et Aix-en-Provence 1 743 990 1 578 484 858 120 142 149 Toulouse 1 312 303 935 440 466 297 Bordeaux 1 196 122 889 543 246 586 Lille 1 182 127 1 037 939 233 897 Nice 1 006 289 944 022 343 895 Nantes 934 165 622 693 298 029 Strasbourg 776 465 458 243 276 170 Rennes 710 481 326 863 213 454 Grenoble 687 291 510 368 160 779 Rouen 663 070 467 585 110 618 Toulon 616 763 565 951 165 584 Montpellier 589 610 421 647 275 318 Douai et Lens 539 870 504 796 40 736 31 398 Avignon 524 490 453 296 92 209 Saint-Étienne 515 398 372 308 172 761 Axes de communication et transports Article détaillé : Transport en France . En raison de sa situation de carrefour, la France est un pays de passage [ b 16 ] . Elle est en effet le passage obligé pour les hommes et les marchandises circulant par voie terrestre entre la péninsule Ibérique et le reste de l’ Europe ainsi que, depuis l’ouverture en 1994 [ 41 ] du tunnel sous la Manche , entre le Royaume-Uni et le continent [ b 16 ] . Héritages de l’histoire, les réseaux de transports français sont très centralisés autour de Paris [ b 17 ] . cette centralisation est particulièrement forte dans les transports ferroviaires et aériens, même si elle commence à diminuer [ 42 ] . Un TGV Duplex sur la LGV Méditerranée . Le principal moyen de transport utilisé en France est la route, qui représentait, en 2014, 83 % des trafics voyageurs et 85 % des trafics marchandises [ N 13 ] , [ 43 ] . La France compte près d' 1,1 million de kilomètres de routes en 2014, dont la quasi-totalité est revêtue [ 44 ] . Depuis la Libération , la France s’est dotée d’un réseau autoroutier étendu , qui totalise 11 560 km en 2014 [ 44 ] . Depuis quelques décennies, les politiques publiques s’attachent à réduire les accidents mortels sur la route , dont les principales causes identifiées sont la vitesse et l’ alcool [ j 1 ] , et cherchent à promouvoir d’autres moyens de transport moins polluants que la voiture [ i 1 ] . Le réseau ferré national , quant à lui, date pour l’essentiel du milieu et de la fin du XIX e siècle . en 2009, il compte 29 473 km de lignes , dont plus de la moitié sont électrifiées [ 45 ] . L’essentiel du trafic est géré par l’entreprise publique SNCF , sur des lignes appartenant au gestionnaire d’infrastructure SNCF Réseau , un des trois EPIC composant la société depuis le 1 er janvier 2015. Depuis les années 1980, le trafic voyageurs augmente en France grâce à la prise en charge par les régions du trafic régional et local et surtout grâce à la naissance et à l’extension continue du réseau de lignes à grande vitesse parcouru par le TGV [ 46 ] . En revanche le trafic fret est en constante diminution. Par ailleurs, les principales villes du pays sont dotées d’un réseau ferroviaire urbain, de type métro ( Paris , Lyon , Lille , Marseille , Toulouse et Rennes ), tramway ( Nantes , Strasbourg , Bordeaux , Grenoble , Montpellier et Nice notamment) ou RER ( Paris ) . le métro de Paris , né en 1900, forme l’un des réseaux les plus anciens et denses au monde [ 47 ] . Quant au transport aérien, il est particulièrement centralisé : les deux aéroports parisiens — Roissy-Charles-de-Gaulle et Orly — ont accueilli 95,4 millions de passagers en 2015, quand le premier aéroport de province, Nice-Côte d’Azur , en accueillait 12 millions [ 48 ] . Les aéroports de province sont en effet concurrencés par le TGV pour le trafic national, tandis que les aéroports parisiens accueillent la quasi-totalité du trafic long-courrier [ b 18 ] . La France est également le siège de l'une des premières compagnies aériennes mondiales en nombre de passagers transportés ( Air France-KLM [ 49 ] ) et du premier constructeur aéronautique civil ( Airbus [ b 19 ] , [ N 14 ] ) d’Europe, deuxième du monde. D’autres modes de transport sont utilisés en France, mais ils sont plus marginaux. Le trafic fluvial assure une part négligeable du trafic voyageurs et très secondaire du trafic marchandises, en raison principalement de l’inadaptation d’une grande partie du réseau au trafic moderne [ 50 ] . Le trafic maritime est important : Calais est le deuxième port mondial pour le trafic de passagers. En ce qui concerne le fret, les ports de Dunkerque , du Havre , de Nantes–Saint-Nazaire et de Bordeaux font pâle figure face à leurs rivaux de la mer du Nord comme ceux de Rotterdam , d' Anvers et de Hambourg et sont désormais largement devancés par ceux d' Amsterdam et de Brême - Bremerhaven [ 51 ] . le port de Marseille , au premier rang français par son trafic, et un des premiers terminaux d'Europe pour les croisières, est le deuxième port de la Méditerranée , derrière Algésiras ( Espagne ) [ 51 ] . Quant à la bicyclette , elle connaît aujourd’hui une nouvelle jeunesse, notamment en réponse à la préoccupation environnementale des Français, grâce au développement des réseaux urbains de pistes cyclables et à la mise en place de vélos en libre-service dans plusieurs villes du pays [ i 2 ] . Histoire Articles détaillés : Histoire de France , Chronologie de la France et Formation territoriale de la France . Évolution du territoire de la France métropolitaine , de 985 à 1947. La France métropolitaine actuelle occupe la plus grande partie de l'ancienne Gaule celtique , conquise par Jules César au I er siècle av. J.-C. , mais elle tire son nom des Francs , un peuple germanique qui s’y installa à partir du V e siècle. La France est un État à l’unification ancienne, et fut l’un des premiers pays de l’époque moderne à tenter une expérience démocratique . Préhistoire, protohistoire et Antiquité Un des chevaux de Lascaux , Dordogne , environ 18.000 av.J.-C. Articles détaillés : Préhistoire de la France , Chronologie de la France à la Préhistoire (jusqu’à -1800) , Gaule et Gaule romaine . La présence humaine sur le territoire de la France actuelle remonte au Paléolithique inférieur . les traces les plus anciennes de vie humaine datent d’il y a environ 1 800 000 ans [ e 1 ] . L’homme est alors confronté à un climat rude et variable, marqué par plusieurs ères glaciaires qui modifient son cadre de vie [ e 1 ] . La France compte un nombre important de grottes ornées du Paléolithique supérieur , dont l’une des plus célèbres est celle de Lascaux [ e 1 ] ( Dordogne , -18 000 environ [ 52 ] ). Vers −10 000, à la fin de la dernière ère glaciaire , le climat s’adoucit [ e 1 ] . À partir de −7 000 environ, l’Europe occidentale entre dans le Néolithique et ses habitants se sédentarisent, même si l’évolution est différente selon les régions [ e 2 ] . Après un fort développement démographique et agricole aux IV e et III e millénaires, la métallurgie fait son apparition à la fin du III e millénaire, d’abord avec le travail de l’ or , du cuivre et du bronze , puis avec celui du fer au VIII e siècle [ e 3 ] . En -600, des Grecs originaires de la ville de Phocée fondent la ville de Marseille , au bord de la Méditerranée [ e 4 ] . à la même époque, quelques peuples celtes pénètrent dans le territoire de la France actuelle, mais cette occupation ne se généralise à la totalité de ce territoire qu’entre les V e et III e siècles av. J.-C. [ e 5 ] . La notion de Gaule , Γαλατία en grec [ 53 ] , apparaît alors . elle correspond aux territoires de peuplement celte compris entre le Rhin , les Pyrénées , l’ Atlantique et la Méditerranée [ e 6 ] . Les Hébreux l'appellent Tzarphat . La Gaule est alors un pays prospère, dont la partie méridionale est de plus en plus soumise aux influences grecques et romaines [ e 7 ] . La Maison Carrée est un temple de la ville gallo-romaine de Nemausus (aujourd'hui Nîmes ) et est l'un des vestiges les mieux conservés de l' Empire romain . À partir de -125, le sud de la Gaule est peu à peu conquis par la République romaine , qui y fonde les villes d’ Aix-en-Provence , Toulouse et Narbonne [ e 8 ] . En -58, Jules César se lance à la conquête du reste de la Gaule , et vainc en -52 une révolte menée par le chef gaulois Vercingétorix [ e 9 ] . Les territoires nouvellement conquis sont répartis par Auguste en neuf provinces , dont les principales sont la Narbonnaise au sud, l’ Aquitaine au sud-ouest, la Lyonnaise au centre et à l'ouest et la Belgique au nord [ e 10 ] . De nombreuses villes sont fondées durant la période gallo-romaine, dont Lyon en -43, appelée à être la capitale de la Gaule romaine [ e 11 ] . celles-ci sont conçues à l’image des villes romaines, avec un forum , un théâtre , un cirque , un amphithéâtre et des thermes [ e 12 ] . Le panthéon romain se superpose aux cultes gaulois sans les faire disparaître, les divinités se confondant peu à peu dans un même syncrétisme [ e 13 ] . Au III e siècle, la Gaule romaine connaît une crise grave, le limes , frontière fortifiée protégeant l’Empire des incursions germaniques, étant franchi à plusieurs reprises par les Barbares [ e 14 ] . Le pouvoir romain, pendant ce temps, semble chancelant : un Empire des Gaules est proclamé en 260 et échappe à la tutelle romaine jusqu’en 274 [ e 15 ] . Néanmoins, la situation s’améliore dans la première moitié du IV e siècle, qui est une période de renouveau et de prospérité pour la Gaule [ e 16 ] . En 312, l’empereur Constantin I er se convertit au christianisme . les chrétiens, persécutés jusque-là, se multiplient [ e 17 ] . Toutefois les invasions barbares reprennent à partir de la seconde moitié du IV e siècle [ e 18 ] . le 31 décembre 406, les Vandales , Suèves et Alains franchissent le Rhin et traversent la Gaule jusqu’en Espagne [ e 19 ] . Au milieu du V e siècle, les Alamans et les Francs , deux peuples païens, s’installent au nord-est de la France actuelle et exercent une forte pression sur les généraux romains qui subsistent dans le nord-est de la Gaule [ e 20 ] . Naissance, crises et transformations du royaume de France au Moyen Âge Articles détaillés : Royaumes francs , Mérovingiens , Carolingiens , Capétiens , Royaume de France , Capétiens directs , Maison capétienne de Valois et Liste des monarques de France . Expansion des Francs de 481 à 843/870 Le baptême de Clovis , représenté dans la Sainte-Chapelle à Paris (anonyme). La conversion au christianisme du chef franc Clovis , baptisé à Reims le 24 décembre 496 par l'évêque Saint Rémi , fait de lui l’allié de l’Église et lui permet de conquérir l’essentiel de la Gaule au tournant des V e et VI e siècles [ e 21 ] . La fusion des héritages gallo-romains, des apports germaniques et du christianisme est longue et difficile, les Francs constituant originellement une société guerrière aux lois très éloignées du droit romain et des principes chrétiens [ e 22 ] . Tandis que la faiblesse démographique que connaît le Royaume des Francs entraîne un déclin des villes, le christianisme s’installe par la fondation d’églises rurales et surtout de très nombreux monastères [ e 23 ] . Si le pouvoir de Clovis semblait originellement solide, la dynastie mérovingienne doit bientôt faire face à de graves difficultés [ e 24 ] . elle disparaît en 751 lorsque Pépin le Bref est sacré roi des Francs, fondant ainsi la dynastie carolingienne [ e 25 ] . Pépin le Bref et son fils Charlemagne agrandissent considérablement le royaume des Francs, qui s’étend à la fin du VIII e siècle sur plus d’un million de kilomètres carrés [ e 26 ] . L’immense empire carolingien est contrôlé par une administration centralisée basée à Aix-la-Chapelle , des comtes représentant Charlemagne dans tout l’empire et surveillés par les missi dominici [ e 27 ] . Charlemagne, couronné en 800 empereur d’Occident , relance les arts libéraux dans l’éducation et le Palais d’Aix-la-Chapelle accueille une activité intellectuelle et artistique de haut niveau [ e 28 ] . Néanmoins, après la mort de l’empereur, les comtes et les vassaux de celui-ci parviennent peu à peu à rendre leur fonction héréditaire, et les petits-fils de Charlemagne se partagent l’Empire au traité de Verdun ( 843 ) . Jeanne d'Arc conduit l'armée française à plusieurs victoires importantes pendant la Guerre de Cent Ans et ouvre la voie vers la victoire finale. Charles obtient la Francie occidentale , qui correspond approximativement aux deux tiers occidentaux de la France actuelle et dont les frontières varieront peu jusqu’à la fin du Moyen Âge [ e 29 ] . Le nouveau royaume doit toutefois affronter trois vagues d’invasions différentes aux IX e et X e siècles, menées par les musulmans , les Vikings et les Hongrois [ e 30 ] . À la même époque, les pouvoirs des anciens comtes continuent d’augmenter tandis que le pouvoir royal diminue [ e 31 ] . une société féodale se met en place, caractérisée par sa division en trois ordres : le clergé , la noblesse et le Tiers état [ e 32 ] . En 987 , Hugues Capet est élu roi par ses pairs, c'est-à-dire les nobles du royaume [ N 15 ] . la monarchie redevient héréditaire [ e 33 ] et les Capétiens règneront sur la France pendant plus de huit siècles. Néanmoins, les premiers rois capétiens ne contrôlent directement qu’une portion très faible du territoire français, appelée le domaine royal , et certains de leurs vassaux sont beaucoup plus puissants qu’eux [ e 34 ] . Au XII e siècle, le pouvoir royal commence à s’affirmer contre les princes du royaume, mais doit faire face à partir des années 1150 à la naissance d’un « empire Plantagenêt » regroupant dans un même ensemble l’ Angleterre et le tiers ouest de la France [ e 35 ] . Le royaume capétien atteint sa première apogée au XIII e siècle, la monarchie reprenant le pouvoir qu’elle avait perdu [ e 36 ] tandis que l’art et la culture française s’affirment en Europe [ e 37 ] . Philippe Auguste ( 1180 - 1223 ) parvient à conquérir l’essentiel des possessions françaises des Plantagenêt, mettant temporairement fin à la menace anglaise et agrandissant considérablement le domaine royal par la même occasion [ e 38 ] . Louis IX ( 1226 - 1270 ) se comporte en arbitre de la chrétienté et participe aux septième et huitième croisades , ce qui l’amènera à être très vite canonisé par l’Église catholique [ e 39 ] . Le XIV e et la première moitié du XV e siècle voient la France plonger dans une crise grave, dont les expressions sont multiples [ e 40 ] . La guerre de Cent Ans , menée contre l’Angleterre et née d’un problème de succession à la tête du Royaume de France, ravage le pays [ e 41 ] . Toutefois la crise des XIV e et XV e siècles n’est pas seulement politique ou militaire : elle est aussi démographique — la peste noire tue à partir de 1347 au moins un tiers de la population du royaume [ N 16 ] —, sociale — les insurrections paysannes et urbaines se multiplient —, économique et religieuse [ e 42 ] . Néanmoins, si la monarchie est également touchée par cette crise, elle en sort renforcée : le pouvoir central, qui s’est déplacé dans la vallée de la Loire , se dote de nouvelles institutions et met en place une armée et un impôt permanents [ e 43 ] . Renaissance et monarchie ( XVI e au XVIII e siècle) Articles détaillés : Société d'Ancien Régime , Renaissance , Guerres de religion (France) , Maison capétienne de Bourbon , Premier empire colonial français , Histoire de France au XVIIe siècle et Lumières (philosophie) . Le massacre de la Saint-Barthélemy (1572) a été le point culminant des guerres de religion auxquelles l' édit de Nantes a mis un terme (1598). Territoire du Premier empire colonial français en Amerique appelé la Nouvelle-France . (1534-1763) Louis XIV , le « roi soleil » était le monarque absolu de la France et en a fait la première puissance européenne. À partir de 1494 , les souverains français mènent de multiples guerres en Italie puis contre l’empereur Charles Quint [ 54 ] . Néanmoins, les règnes de François I er ( 1515 - 1547 ) et de son fils Henri II ( 1547 - 1559 ) sont surtout marqués par un renforcement du pouvoir royal, qui tend à devenir absolu [ 55 ] , et par une Renaissance littéraire et artistique fortement influencée par l’Italie [ 56 ] . En 1539 , l’ ordonnance de Villers-Cotterêts fait du français la langue administrative et judiciaire du Royaume [ e 44 ] . Toutefois, l’unité de la France autour de la personne du roi est bousculée dans la deuxième moitié du XVI e siècle par le problème religieux : entre 1562 et 1598 , huit guerres de religion se succèdent entre catholiques et calvinistes [ e 45 ] . Cette crise religieuse se double d’une crise économique et surtout politique [ 57 ] . En 1598 , le roi Henri IV ( 1589 - 1610 ) met fin aux guerres de religion par l’ édit de Nantes qui donne une liberté de culte partielle aux protestants [ e 46 ] . Louis XIII ( 1610 - 1643 ) et ses ministres Richelieu et Mazarin doivent faire face à l’opposition de nobles soucieux de reprendre leurs anciens pouvoirs [ e 47 ] . À la même époque, la France mène plusieurs guerres victorieuses (dont la Guerre de Trente Ans ) et commence à former un premier empire colonial , principalement en Nouvelle-France , aux Antilles et sur la route des Indes [ e 48 ] . Louis XIV affirme plus que jamais le caractère absolu de son pouvoir [ N 17 ] : le « Roi-soleil » se considère comme le « lieutenant de Dieu sur Terre [ e 49 ] » et fait construire le château de Versailles , symbole de son pouvoir [ e 50 ] . Il s’entoure d’artistes et de savants et travaille à l’unité religieuse de son royaume [ e 51 ] en reprenant la persécution des protestants et en révoquant l’édit de Nantes par l' édit de Fontainebleau (1685) . Malgré la situation financière critique de la monarchie, Louis XIV mène plusieurs guerres face à une Europe coalisée contre lui [ e 52 ] tandis que le marquis de Vauban fait construire un réseau de villes fortifiées aux frontières du Royaume [ e 53 ] . Si ces guerres aboutissent dans un premier temps à des victoires françaises, plusieurs défaites militaires et des famines ternissent la fin de son règne [ e 54 ] . Louis XV (1715-1774), arrière-petit-fils et successeur de Louis XIV mène lui aussi plusieurs guerres, aux résultats contrastés [ e 55 ] . En 1763 , par le traité de Paris qui met fin à la guerre de Sept Ans , la France abandonne ses possessions en Amérique du Nord , mais acquiert dans la même décennie la Lorraine et la Corse [ e 56 ] . Pendant ce temps, la France connaît une forte vitalité démographique et économique. La croissance de la production agricole s’accompagne d’une proto-industrialisation , notamment dans le secteur textile, ainsi que d'un essor dans les domaines intellectuel et culturel [ e 57 ] . Toutefois, Louis XVI , qui accède au trône en 1774, se révèle incapable de trouver une solution au surendettement de la monarchie et doit convoquer les états généraux en 1789 [ e 58 ] . Révolutions, Républiques et Empires (1789-1914) Articles détaillés : Révolution française , Consulat (histoire de France) , Premier Empire , Restauration (histoire de France) , Monarchie de Juillet , Deuxième République , Second Empire , Troisième République et Second empire colonial français . La prise de la Bastille , le 14 juillet 1789 , est l'un des premiers faits marquants de la Révolution française . La partie européenne du territoire de la Première République Française découpé en départements . Les délégués envoyés aux États généraux qui s’ouvrent le 5 mai 1789 outrepassent rapidement les pouvoirs qui leur sont attribués et s’érigent en une Assemblée nationale constituante [ e 59 ] . Le Roi ne peut alors empêcher l’assemblée constituante de décider l’abolition des privilèges dans la nuit du 4 août puis d’adopter le 26 août la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen [ e 60 ] . La devise Liberté , Égalité , Fraternité apparaît dans le débat public, en particulier en 1790 dans un discours de Maximilien Robespierre sur l'organisation de la garde nationale [ 58 ] . Après un essai de monarchie constitutionnelle , la République naît le 22 septembre 1792 , et Louis XVI , condamné pour trahison, est guillotiné par jugement de la Convention nationale le 21 janvier 1793 [ e 61 ] . La France révolutionnaire connaît alors plusieurs années de guerres et d’ exécutions jusqu’à l’instauration du Directoire en 1795 [ e 62 ] . C'est le 27 pluviôse An II (15 février 1794), que le drapeau tricolore est instauré par la Convention Nationale, par décret indiquant que « le pavillon et le drapeau national seront formés des trois couleurs nationales disposées en trois bandes égales de manière que le bleu soit attaché à la garde du pavillon, le blanc au milieu et le rouge flottant » [ 59 ] . Napoléon , empereur des Français , et sa Grande Armée a construit un vaste empire à travers l'Europe. Il a aidé à répandre les idéaux révolutionnaires français et ses réformes juridiques ont eu une influence majeure dans le monde entier. Le 9 novembre 1799 , le général Napoléon Bonaparte renverse le Directoire par un coup d’État et lui substitue le Consulat . cinq ans plus tard, il est couronné Empereur des Français [ e 63 ] . Napoléon I er crée ou réforme de nombreuses institutions [ N 18 ] , et ses multiples victoires militaires mettent la moitié de la population européenne sous son contrôle au début des années 1810 [ e 64 ] . Le déclin sera néanmoins rapide : après une éphémère abdication puis un bref retour au pouvoir , l’Empereur est définitivement vaincu à Waterloo le 18 juin 1815 [ e 65 ] . La France entame alors une seconde expérience de monarchie constitutionnelle , pendant laquelle les rois Louis XVIII (1814-1824) et surtout Charles X (1824-1830) remettent en question une partie des acquis de la Révolution [ e 66 ] . Quelques semaines après avoir conquis Alger , Charles X est renversé en 1830 par les Trois Glorieuses , un mouvement révolutionnaire qui amène sur le trône Louis-Philippe [ e 67 ] . Si ce dernier est alors considéré comme réformateur, la contestation monte bientôt, malgré l’essor économique que connaît la France à cette époque [ e 68 ] . En février 1848 , une nouvelle révolution éclate, dont les objectifs ne sont plus seulement politiques mais aussi sociaux [ e 69 ] . L’éphémère Seconde République qui est alors mise en place instaure le suffrage universel masculin et abolit l’esclavage dans les colonies ainsi que la peine de mort pour raison politique [ e 70 ] . Toutefois, elle est renversée par son président Louis-Napoléon Bonaparte qui est couronné empereur en 1852 [ e 71 ] . Territoire du Second empire colonial français (1815 à 1958, début des indépendances ). Si les premières années du Second Empire sont celles d’un régime autoritaire, Napoléon III entame un tournant libéral en 1860, qui n’empêche pas une montée des oppositions politiques, tandis que le développement industriel et ferroviaire s’accélère [ e 72 ] . La défaite de la France face à une Allemagne en cours d’unification , en 1870 et 1871 , est un double tournant dans l’histoire du pays : l’empereur capitule le 2 septembre 1870 et la République est proclamée le 4 , tandis que la Prusse annexe l’ Alsace-Lorraine [ e 73 ] . La défaite française suscite en outre l'épisode dramatique de la Commune de Paris , écrasée en mai 1871 par les troupes gouvernementales. Malgré sa naissance chaotique, la Troisième République est le plus long des régimes politiques qu’a connu la France depuis 1789 [ e 74 ] . Les républicains mettent peu à peu en place leur projet politique : l’école est rendue gratuite, laïque et obligatoire en 1881-1882, les libertés de presse et de réunion sont accordées en 1881 , le divorce et les syndicats sont autorisés en 1884, et les Églises sont séparées de l’État en 1905 [ e 75 ] . À la même époque, la France se dote d’un vaste Empire colonial , qui sera le deuxième au monde après celui du Royaume-Uni en 1914 [ e 76 ] : aux possessions en Inde et à l' Algérie viennent s'ajouter au fil des années l' Indochine , les protectorats de Tunisie et du Maroc , l' Afrique équatoriale et occidentale et Madagascar . Si plusieurs crises politiques se succèdent — crise boulangiste , scandale des décorations , scandale de Panama , affaire Dreyfus —, la menace principale pour la République vient désormais de l’extérieur, où la guerre apparaît de plus en plus imminente [ e 77 ] . La France dans les deux guerres mondiales (1914-1945) Articles détaillés : Troisième République , Première Guerre mondiale , Entre-deux-guerres , Seconde Guerre mondiale , Régime de Vichy et Gouvernement provisoire de la République française . Les poilus français ont subi le plus grand nombre de victimes parmi les Alliés dans la Première Guerre mondiale Par le jeu des alliances, la France entre en guerre au début du mois d’ août 1914 contre l’ Allemagne , aux côtés du Royaume-Uni et de l’ Empire russe [ e 78 ] . La Première Guerre mondiale , qui fait 1,4 million de victimes françaises et entraîne de nombreuses destructions dans le nord-est du pays, se conclut le 11 novembre 1918 en faveur de la Triple-Entente [ e 79 ] . Outre le retour de l’ Alsace-Lorraine , la France recevra une partie des réparations allemandes prévues par le traité de Versailles tout en obtenant des garanties de sécurité. Néanmoins, celles-ci ne suffisent pas à éviter en 1940 une nouvelle invasion par l'Allemagne à la suite de la reconstruction de l'armée allemande et de la remilitarisation de la rive gauche du Rhin . Georges Clemenceau célèbre dans l'histoire de France, notamment pour être le premier flic de France mais aussi pour son rôle dans la première guerre mondiale, il était ministre de la guerre. Sa force morale est impressionnante, il a une volonté de gagner incroyable, il dit : 'Tant que la victoire n'est pas acquise, je ferai la guerre jusqu'au dernier quart d'heure. Une fois l’Allemagne vaincue, il est surnommé : Père la victoire. Durant la Seconde Guerre mondiale, le territoire continental ou la France métropolitaine était divisé entre une « zone occupée » au nord et une « zone libre » au sud, auxquelles s’ajoutaient d’autres zones de taille plus restreinte au statut spécial. Après quelques années de reconstruction laborieuse, marquée par un effort d'immigration et de productivité pour pallier la pénurie de main-d'œuvre dans les mines, l'acier ou l'automobile , la France peine à retrouver sa vigueur économique d’avant-guerre [ e 80 ] avant de vivre une forte croissance à partir de 1924 . Elle sera touchée bien après la plupart des autres puissances par la crise des années 1930 [ 60 ] . Toutefois, si cette crise est tardive, elle est durable et profonde. Aux difficultés économiques s’ajoute une crise politique, malgré l’espoir suscité par l’arrivée au pouvoir en 1936 du Front populaire [ 61 ] . Finalement, lorsque la France déclare le 3 septembre 1939 la guerre à l’ Allemagne nazie , elle sort tout juste de la plus grave crise qu’ait connue la Troisième République [ e 81 ] . Après huit mois sans combats (la « Drôle de guerre »), la Wehrmacht envahit le 10 mai 1940 le nord-est de la France et le maréchal Philippe Pétain demande l’armistice le 22 juin [ e 82 ] . Ce dernier obtient les pleins pouvoirs le 10 juillet, signant ainsi la fin de la Troisième République et la naissance du Régime de Vichy . Celui-ci mène une politique conservatrice, traditionaliste et antisémite et collabore avec le Troisième Reich . Toutefois, la résistance s'organise à l’intérieur et à l’extérieur du pays [ e 83 ] . Le débarquement allié du 6 juin 1944 en Normandie sonne la fin de l'occupation nazie et le début de la Libération de l’Europe [ e 84 ] . Au total, ce conflit aura tué moins de militaires que le précédent [ N 19 ] mais les victimes civiles sont nombreuses – au moins 330 000 victimes civiles dont 75 000 Juifs installés sur le territoire français qui ont été tués lors de la Shoah [ 62 ] , [ N 20 ] – et les blessures psychologiques et politiques dues à la débâcle de 1940, à la collaboration puis aux règlements de compte lors de l'épuration sont longues à cicatriser [ e 84 ] . Depuis la Libération Articles détaillés : Quatrième République , Cinquième République , Histoire de France sous la Cinquième République , Guerre d'Indochine et Guerre d'Algérie . Carte animée de la croissance et du déclin de l' Empire colonial français . Une période de renouveau commence alors pour la France [ e 85 ] . Si le général de Gaulle , chef de la France libre , ne peut empêcher l’adoption d’une constitution proche de celle de la Troisième République , l’après-guerre voit la création de la Sécurité sociale et le droit de vote accordé aux femmes [ e 86 ] . La France de la Quatrième République choisit le camp occidental dans la guerre froide qui s’ouvre à cette époque, entame avec difficultés (guerres d'Indochine puis d'Algérie ) la décolonisation de l’Asie et de l’Afrique et participe aux débuts de la construction européenne [ e 87 ] . Le pays entame dans le même temps une période de modernisation et de forte croissance économique que l’économiste Jean Fourastié appellera « Trente Glorieuses [ e 88 ] , [ 63 ] ». Charles de Gaulle a pris une part active à de nombreux événements majeurs du XXe siècle : héros de la Première Guerre mondiale , chef des Français libres pendant la Seconde Guerre mondiale , président de la République, il a facilité la décolonisation, a maintenu la France parmi les puissances majeures et a surmonté la révolte de mai 1968 . Le 1 er juin 1958, lors d’une grave crise politique liée à la guerre d’Algérie , le général de Gaulle est investi président du Conseil par l’Assemblée nationale avec pour mission de donner à la République une nouvelle constitution : la Cinquième République donne au président des pouvoirs plus larges face au Parlement [ e 89 ] . Charles De Gaulle poursuit et achève la décolonisation de l’Afrique et affirme l’indépendance de la France face aux États-Unis [ e 90 ] . À cette fin, il dote la France du nucléaire civil et militaire. Mais la crise étudiante et sociale de mai 1968 met en avant l’archaïsme d’une société dont les dirigeants semblent déconnectés des aspirations de la jeunesse. Cependant, de Gaulle réussit à retourner la situation en provoquant la dissolution de l'Assemblée nationale le 30 mai 1968 après laquelle les Français lui donnent une large majorité présidentielle [ 64 ] . Le général de Gaulle démissionne en 1969 à la suite de l'échec du référendum sur la réforme du Sénat et de la régionalisation [ 65 ] . Toutefois le gaullisme se maintient au pouvoir cinq ans de plus, sous la figure du président de la République Georges Pompidou [ e 91 ] . En 1974 s’ouvre l’ère post-gaulliste, avec l’arrivée d’une personnalité issue du centre-droit, Valéry Giscard d’Estaing , au poste de président [ e 92 ] . Alors que la France entre peu à peu dans la crise des années 1970, les premières années de son mandat sont marquées par plusieurs lois actant les mutations de la société française, comme la loi Veil , qui légalise l’ interruption volontaire de grossesse (IVG), ou l’abaissement de 21 à 18 ans de l’âge de la majorité civile [ e 93 ] . Un autre tournant a lieu en 1981, lorsqu’un président socialiste, François Mitterrand , est élu [ e 94 ] . Face à la situation économique qui s’aggrave, celui-ci tente dans un premier temps une politique de relance [ e 95 ] , tout en adoptant des mesures symboliquement fortes comme l’ abolition de la peine de mort [ 66 ] . Si François Mitterrand est réélu en 1988, la France connaît entre 1986 et 1988 puis entre 1993 et 1995 deux périodes de « cohabitation », situation jusque-là inédite où le président n’appartient pas au même parti que son gouvernement et qui offre une lecture nouvelle des institutions [ e 96 ] . Cette situation se reproduit entre 1997 et 2002 , mais de façon inversée, alors qu’un président de droite, Jacques Chirac , est élu en 1995, et que des élections législatives de 1997 amènent le socialiste Lionel Jospin à la tête du gouvernement [ e 97 ] . La France met l' euro en circulation le 1 er janvier 1999 et met fin à l'usage du franc français le 1 er février 2002. En 2002, la France abandonne sa monnaie nationale pour adopter la monnaie unique européenne [ 67 ] . L’ élection présidentielle de 2002 est marquée par l’élimination de Lionel Jospin dès le premier tour au profit de Jean-Marie Le Pen , candidat de l’extrême droite [ 68 ] . Une grande partie des électeurs se reportent alors sur Jacques Chirac qui est réélu [ 68 ] . Les gouvernements Raffarin puis Villepin se soulignent par l’opposition de la France à la guerre d'Irak [ 69 ] . En 2005, une majorité de citoyens vote « non » lors du référendum sur la ratification du traité établissant une constitution pour l’Europe [ 70 ] . Si Nicolas Sarkozy , président à partir de 2007, dirigeait le parti de son prédécesseur au moment de son élection et était membre de son gouvernement, la politique qu’il mène se veut de « rupture [ 71 ] ». Le gouvernement « d’ouverture » que François Fillon forme avec des personnalités issues non seulement de la droite, mais aussi du centre et de la gauche [ 71 ] , doit cependant faire face à la crise économique venue en 2008-2009 des États-Unis [ 72 ] . En 2012, le socialiste François Hollande est élu président, après être devenu candidat de son parti à l'issue des premières primaires ouvertes de l'histoire de la République. Avec une majorité socialiste dans les deux chambres du Parlement pour la première fois sous la V e République, il conduit une politique marquée par une hausse de la fiscalité puis par un virage social-libéral et par l' ouverture du mariage civil aux couples de même sexe . L'élection présidentielle de 2017 suit la tenue de primaires ouvertes dans les deux camps politiques pourvoyeurs jusque-là des présidents de la V e République, mais voit l'élimination de leurs candidats dès le premier tour. Démissionnaire du Parti socialiste pour fonder son propre mouvement, Emmanuel Macron , ancien secrétaire général adjoint du cabinet du président Hollande puis ministre de l'Économie, remporte les deux tiers des suffrages du second tour face à l'extrême-droite. Élu à 39 ans , il est le plus jeune président français de l'histoire [ 73 ] et le second plus jeune chef d'État français depuis la désignation en 1799 de Napoléon Bonaparte comme Premier Consul (à 30 ans ). Depuis 1945, la France a été touchée par plusieurs vagues d'attentats terroristes , en particulier par le terrorisme islamiste depuis 1995, qui mène la même année à la création du plan Vigipirate , actualisé en 2000, en 2002, en 2003 et en 2006, puis, après une vague d'attentats particulièrement meurtriers en 2015-2016, à l'institution d'un état d'urgence . Politique et administration Article détaillé : Régime républicain en France . La France est une démocratie libérale , dont le gouvernement a la forme d’une République . Les fondements de l’organisation politique et administrative actuelle de la France ont été fixés en 1958 par la Constitution de la Cinquième République . Selon l’ article premier de la Constitution, « la France est une République indivisible, laïque , démocratique et sociale » . Depuis 2003, ce même article affirme en outre que « son organisation est décentralisée » . Organisation des pouvoirs Article détaillé : Cinquième République (France) . Organigramme des institutions de la Cinquième République. L’organisation des pouvoirs en France est définie par la Constitution de 1958 , amendée à plusieurs reprises [ k 1 ] . le rôle de chaque institution est cependant défini tant par la pratique observée depuis 1958 que par le texte de la Constitution [ k 1 ] . La France possède un régime politique original par le large pouvoir dont disposent à la fois le Parlement et le président de la République, ce qui a amené les constitutionnalistes à parler de « régime parlementaire présidentialisé » , de « régime semi-présidentiel » ou encore de « régime parlementaire bireprésentatif [ N 21 ] » . Le pouvoir législatif appartient au Parlement, formé de deux chambres, l’ Assemblée nationale et le Sénat [ k 2 ] . L’Assemblée nationale, chambre basse du Parlement, est formée de 577 députés [ 74 ] , élus pour cinq ans au suffrage universel direct au scrutin uninominal majoritaire à deux tours dans des circonscriptions découpées au sein des départements [ k 3 ] . Le Sénat, la chambre haute, est formé de 348 sénateurs [ 75 ] élus pour six ans par 150 000 grands électeurs (principalement des élus locaux) [ 76 ] et est de ce fait considérée comme moins représentative que l’Assemblée nationale [ k 4 ] . L’Assemblée nationale est plus puissante que le Sénat en cas de désaccord prolongé sur l’adoption d’une loi avec ce dernier [ k 5 ] . Le pouvoir exécutif appartient en premier lieu au président de la République [ k 6 ] , élu pour cinq ans [ 77 ] au suffrage universel direct au scrutin uninominal majoritaire à deux tours [ k 7 ] . Le président de la République est le chef de l’État et le chef des armées, il promulgue les lois et peut dissoudre l’Assemblée nationale [ k 8 ] . Il nomme le Premier ministre , et, sur proposition de celui-ci, les membres du gouvernement [ k 9 ] . Le gouvernement peut être renversé par une motion de censure adoptée par l’Assemblée nationale [ k 5 ] . Lorsque la majorité parlementaire et le président n’appartiennent pas au même parti politique, on parle alors de cohabitation [ k 2 ] . Le pouvoir judiciaire , quant à lui, est séparé des deux autres, bien que le président de la République dispose d’un droit de grâce [ 78 ] . Il est lui-même subdivisé entre un ordre administratif , dont la plus haute juridiction est le Conseil d’État , et un ordre judiciaire , dont la plus haute juridiction est la cour de cassation [ k 10 ] . Le droit français, de tradition romano-civiliste [ 79 ] , stipule que tout accusé, avant d’être condamné, est présumé innocent , et qu’une affaire peut être rejugée en appel sur demande d’une des parties [ N 22 ] , [ 80 ] . La conformité des lois à la Constitution, la régularité des scrutins et, plus largement, le respect des institutions sont contrôlés par le Conseil constitutionnel [ k 11 ] . Découpage territorial et décentralisation Articles détaillés : Administration territoriale de la France et Décentralisation en France . Carte des 18 régions françaises, à compter du 1 er janvier 2016 . L'on distingue d'un côté la France métropolitaine et les régions d'outre-mer qui sont administrées dans le cadre des règles générales et d'un autre côté, la Nouvelle-Calédonie , les collectivités d'outre-mer et les territoires d'outre-mer qui disposent de statuts différents. La France métropolitaine et les régions d'outre-mer sont divisées en de multiples collectivités territoriales réparties sur trois niveaux : la commune , le département et la région . Ces collectivités territoriales sont en même temps des circonscriptions administratives dans lesquelles l’État intervient au travers de ses services déconcentrés . Les communes, au nombre de 36 681 en métropole au 1 er janvier 2014 [ 81 ] , correspondent généralement au territoire d’une ville ou d’un village . elles sont dirigées par un conseil municipal [ k 12 ] , qui élit un maire , à la fois agent de la collectivité territoriale et représentant de l’État dans la commune [ k 13 ] . Depuis les années 1990, la coopération entre les communes a été renforcée par l’émergence d’ établissements publics de coopération intercommunale , dont le rôle s’accroît [ k 14 ] . Les départements, créés pendant la Révolution française [ k 15 ] , sont aujourd’hui au nombre de 101. Ils sont dirigés par un conseil départemental dont les membres sont élus au sein des cantons [ k 16 ] et l’État y est représenté par un préfet [ k 17 ] . Quant aux 18 régions françaises, dont l’existence est plus récente [ k 17 ] , elles sont dirigées par un conseil régional [ k 18 ] et l’État y est représenté par un préfet de région [ k 12 ] . À ces collectivités territoriales s’ajoutent d’autres divisions territoriales , tels que le canton , l’ arrondissement ou plus récemment le pays mais elles ne possèdent pas de dirigeants élus [ N 23 ] . Comparée à ses voisins européens, la France a longtemps été marquée par une forte centralisation politique , les collectivités territoriales disposant de pouvoirs relativement faibles [ k 15 ] . Néanmoins, cette situation a beaucoup évolué depuis le début des années 1980, d’abord en 1982 et 1983 avec les lois Defferre (appelées a posteriori l'acte I de la décentralisation), puis entre 2002 et 2004 sous le gouvernement Raffarin (acte II) [ 82 ] . En 2010, les compétences des collectivités territoriales sont nombreuses, et concernent notamment les établissements scolaires, les transports, le développement économique et l’action sociale [ 83 ] . Néanmoins, la superposition de multiples échelons et la limite souvent floue entre les compétences des différentes collectivités territoriales est la source de débats sur l’avenir de la décentralisation sur lequel le gouvernement Fillon s’est penché entre 2008 et 2010 [ 84 ] . Le gouvernement Valls poursuit ce processus en proposant un nouveau découpage en 18 régions, effectif à partir du 1 er janvier 2016 et des élections régionales de décembre 2015 (acte III de la décentralisation). France d’outre-mer Article détaillé : France d'outre-mer . France métropolitaine et d’outre-mer (bleu) Les territoires français situés hors d’Europe, qui correspondent à d’anciennes colonies restées françaises, sont quant à eux soumis à des régimes administratifs et juridiques très différents les uns des autres [ 85 ] . Ces territoires, dont la situation économique est globalement moins bonne que celle de la métropole, bénéficient de nombreuses aides de l’État [ 86 ] . La Guadeloupe , la Guyane , la Martinique , La Réunion et depuis 2011 Mayotte [ N 24 ] sont des régions d’outre-mer . Ces 5 territoires se distinguent du reste de la France d'outre-mer par leur statut en tout point similaire à celui des régions métropolitaines, bien que les lois françaises puissent prévoir des dispositions spécifiques les concernant [ 87 ] . Ces régions ultramarines, font partie des régions ultrapériphériques de l’Union européenne , et sont soumis à la législation européenne [ 88 ] qui s'y applique de plein droit. En revanche, les autres territoires français d’outre-mer, à l’exception des collectivités de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin , ne font pas partie de l’Union européenne , bien que leurs habitants disposent de la citoyenneté européenne [ 89 ] . Il s’agit tout d’abord des cinq collectivités d’outre-mer , aux statuts très variés, la Polynésie française , Saint-Barthélemy , Saint-Martin , Saint-Pierre-et-Miquelon et Wallis-et-Futuna [ 90 ] . Bien que l’État y conserve certaines prérogatives exclusives, elles sont soumises en grande partie à une législation spécifique et bénéficient de la spécialité législative [ 85 ] . La Nouvelle-Calédonie , de son côté, est une collectivité territoriale sui generis , à l’autonomie très poussée, et où un référendum sur l’indépendance doit être organisé entre 2014 et 2018 [ 91 ] . Enfin, les Terres australes et antarctiques françaises et l’ île de Clipperton , qui n’accueillent aucun habitant permanent, sont gérées directement par l’État ou son représentant [ 91 ] , [ 92 ] . Tendances politiques, partis et élections Articles détaillés : Vie politique en France depuis 1958 et Liste des partis et mouvements politiques français . Diagramme représentant le pourcentage des suffrages exprimés obtenu par chaque courant politique au premier tour de chaque élection présidentielle de 1965 à 2017 [ N 25 ] , [ 93 ] . Extrême-gauche Communistes et gauche radicale Socialistes et divers gauche Écologistes Centristes Droite Extrême-droite Divers Le système politique français, et notamment le suffrage uninominal majoritaire qui prévaut lors des élections présidentielles et législatives , tend à une bipolarisation ou à une tripolarisation de la vie politique [ n 3 ] . Par conséquent, on observe depuis les débuts de la Cinquième République une tendance au regroupement des partis avec de fréquents retours en arrière [ k 19 ] . Cependant, l’audience des principaux partis tend à diminuer au profit des petites formations [ N 26 ] . Le paysage politique français connaît trois évolutions majeures depuis les années 1980 : la chute de l’audience du Parti communiste français [ n 4 ] , la baisse progressive de l’électorat centriste et la hausse du vote pour des partis d'extrême droite [ n 3 ] . Par ailleurs, l’ abstention concerne un nombre de plus en plus élevé d’électeurs [ 94 ] . Depuis les années 1990, les deux principaux partis français sont Les Républicains (LR) — Rassemblement pour la République (RPR) avant 2002, puis Union pour un mouvement populaire (UMP) de 2002 à 2015 — et le Parti socialiste (PS) [ 95 ] . Le mouvement Les Républicains est un parti de droite et de centre-droit [ 96 ] , membre du Parti populaire européen . Le Parti socialiste est un parti de gauche et de centre-gauche [ 96 ] , membre du Parti socialiste européen . En 2012, le président de la République, le Premier ministre, la plupart des ministres, des députés, des sénateurs et des présidents de conseils régionaux ou généraux en sont membres. De nombreux autres partis participent à la vie politique de la France : les plus importants sont le Front national (FN, extrême-droite nationaliste [ 97 ] , populiste [ 98 ] , [ 99 ] , souverainiste et anti-immigration [ 100 ] ), l' Union des démocrates et indépendants (UDI, centre et centre-droit), le Mouvement démocrate (MoDem, centre), le Parti radical de gauche (centre-gauche), Europe Écologie Les Verts (écologistes) [ N 27 ] , [ n 5 ] , le Parti communiste français (PCF, gauche communiste) et La France insoumise (gauche radicale et écosocialiste). Les élections, présidentielle puis législatives, de 2017 ont toutefois abouti à une recomposition de l'offre politique française, marquée par une élimination dès le premier tour des candidats des deux partis ayant occupé la présidence de la République auparavant, et l'élection d'un jeune candidat entré en politique active sous la présidence de François Hollande sans être membre actif du PS, Emmanuel Macron . Le mouvement créé par ce dernier sur une ligne centriste, europhile et sociale-libérale, et réunissant des personnalités du centre-gauche, du centre, du centre-droit et de la société civile, La République en marche ! (LaREM ou REM), obtient ensuite la majorité à l'Assemblée nationale. Cette formation reste toutefois encore peu représentée au Sénat et dans les assemblées des collectivités locales. La séparation des pouvoirs Les régimes démocratiques sont organisés selon le principe de la séparation des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire afin d’éviter leur concentration entre les mains d’une seule personne. Certaines Constitutions privilégient la stricte séparation des pouvoirs, d’autres leur permettent, tout en étant distincts, de disposer de moyens de contrôle les uns à l’égard des autres. La République française est dirigée par quatre pouvoirs distinctifs. L'actuel président de la République est Emmanuel Macron (gauche) . Élu le 7 mai 2017 , il a pris ses fonctions le 14 mai 2017 . Il a nommé l'actuel Premier ministre Édouard Philippe (droite) le 17 mai 2017 . Pouvoir exécutif La Constitution de 1958 distingue deux catégories de gouvernants : le président de la République et le gouvernement. Ils exécutent les lois et le budget de l'État après consultation et approbation des députés et des sénateurs, le cas échéant des Français par référendum. Le président veille au respect de la Constitution. Il assure le fonctionnement régulier des pouvoirs publics . il a le devoir de garantir l'indépendance nationale, l'intégrité du territoire et le respect des traités. Il est le chef des armées. Élu au suffrage universel direct, il exerce un mandat à durée limitée de cinq ans (renouvelable indéfiniment). Il nomme le Premier ministre et, sur proposition de celui-ci, les ministres du gouvernement, lequel peut être renversé par l'Assemblée nationale après le vote d'une motion de censure ou la réponse négative à une question de confiance. Quant au Premier ministre, il dirige l'action du gouvernement, qui détermine et conduit la politique de la Nation et assure l'exécution des lois, et il est responsable de la défense nationale . il dispose de l'administration et de la force armée. Le Conseil des ministres, qui se réunit en principe une fois par semaine sous la présidence du président de la République, est le seul organe collectif où sont prises les décisions du gouvernement [ 101 ] . Pouvoir législatif Gérard Larcher (gauche) est le président du Sénat depuis le 1 er octobre 2014, et François De Rugy (droite) est le président de l' Assemblée nationale depuis le 27 juin 2017. Les Français inscrits sur les listes électorales sont consultés pour voter en cas de référendum ou d' élections européennes , présidentielle , législatives , sénatoriales , régionales , départementales , et municipales . Le pouvoir législatif est chargé de la rédaction et de l’adoption des lois mais également du contrôle de l’exécutif. En France, le pouvoir législatif est exercé par le Parlement, composé de deux chambres : l’Assemblée nationale et le Sénat. L’Assemblée nationale se situe au cœur de la démocratie française comme le montrent les textes qui régissent le fonctionnement de la V e République. Représenter le peuple français, légiférer et contrôler l’action du gouvernement : tel est le triptyque qui guide l’action des 577 députés représentant les Français de métropole, d'outre-mer ou de l'étranger. Chaque année, ce sont ainsi en moyenne une centaine de lois qui sont adoptées, plus de 1 400 heures de débats qui ont lieu dans l’hémicycle, plus de 33 000 questions qui sont posées au gouvernement par écrit ou par oral, plus de 450 rapports qui sont adoptés par les commissions sur les sujets les plus divers. Avec la dernière révision de la loi constitutionnelle du 23 juillet 2008, qui s’est traduite par une réforme profonde du Règlement de l’Assemblée, les pouvoirs de l’Assemblée sont sensiblement renforcés. Le Sénat constitue, avec l'Assemblée nationale, le Parlement, qui vote la loi. Le contrôle du gouvernement est la deuxième grande mission du Sénat. Ce contrôle s'exerce par des questions, des débats ou des investigations menées par les sénateurs. Pouvoir judiciaire Articles connexes : Tribunal administratif (France) et Cour de cassation (France) . Conseil d'État : salle du tribunal des conflits . Les tribunaux administratifs regroupent ce qui est rendu comme jugement au vu du droit administratif . Les personnes en conflit peuvent ainsi saisir les tribunaux administratifs par requête écrite. Tout citoyen contre l’État français, personne morale ou physique a le droit et la possibilité de contester une décision prise pour excès de pouvoir ou pour obtenir des dédommagements à la suite d'une faute de l'État ou de ses services ou établissements publics. Les tribunaux administratifs sont régis par le code de justice administrative. Ce code regroupe les dispositions du droit français relatives aux juridictions administratives telles que le Conseil d’État, les Cours administratives et le tribunal des conflits notamment. D’autres codes en relation sont aussi consultés, le code de l’organisation judiciaire, le code de procédure civile, le code des juridictions financières et le code général des collectivités territoriales. Le code de justice administrative est consultable sur le site officiel des textes du gouvernement français : légifrance [ 102 ] . Constitution La Constitution de la V e République française . La Constitution définit également l’organisation des pouvoirs publics locaux. Elle distingue les compétences respectives de l’État central et des institutions locales [ 103 ] . Selon l' article premier de la Constitution : « La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. Son organisation est décentralisée. La loi favorise l'égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives, ainsi qu'aux responsabilités professionnelles et sociales. » [ 104 ] . Le gouvernement Les ministères Articles connexes : Conseil d'État (France) et Gouvernement Édouard Philippe (2) . Les ministères Les ministres Les portraits Ministre d'État, ministre de l'Intérieur Gérard Collomb Ministre d'État, ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot Garde des Sceaux, ministre de la Justice Nicole Belloubet Ministre de l'Europe et des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian Ministre des Armées Florence Parly Ministre de la Cohésion des territoires Jacques Mézard Ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn Ministre de l'Économie et des Finances Bruno Le Maire Ministre de la Culture Françoise Nyssen Ministre du Travail Muriel Pénicaud Ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer Ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation Stéphane Travert Ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin Ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation Frédérique Vidal Ministre des Outre-mer Annick Girardin Ministre des Sports Laura Flessel La mission d’un ministère en France Un ministère est une organisation publique de la nation chargé d’exécuter les missions dans les fonctions et domaines attribués par le Président de la République. La France compte en moyenne une quinzaine de ministères selon l’organisation établie par l’exécutif. C’est le Président de la République qui nomme les ministres du gouvernement sur proposition du Premier ministre qu’il a lui-même nommé. Le ministre est membre du gouvernement, il est assisté par un cabinet et son chef, il a autorité sur les administrations de l’État. La nomination des ministres désignés est ratifiée par décret publié au Journal Officiel. Seul le Président de la République a le pouvoir de destituer un ministre ou tout le gouvernement, au travers d'un remaniement ministériel partiel ou complet. Finances publiques En France, les prélèvements obligatoires représentaient 44,4 % du PIB en 2006 [ a 1 ] , le sixième taux le plus élevé parmi les pays membres de l’ OCDE [ a 1 ] , et ce taux a tendance à augmenter [ a 2 ] . Les cotisations sociales représentent près de 38 % du total, dix points de plus que la moyenne des pays de l’OCDE [ a 3 ] . à l’inverse, la France est le pays développé où les impôts sur le revenu et sur les sociétés représentent la part la plus faible du total des prélèvements obligatoires [ a 4 ] . Malgré le taux élevé des prélèvements obligatoires, les dépenses publiques les dépassent nettement, totalisant 53,9 % du PIB en 2006 [ a 5 ] . Dès lors, le déficit public est élevé, atteignant 2,7 % du PIB en 2007 [ I 3 ] et même 7,9 % en 2009 du fait de la conjoncture économique [ 105 ] . La dette publique de la France , quant à elle, atteignait 1 457,4 milliards d’euros fin 2009, soit 75,8 % du PIB [ I 4 ] et 2 031,5 milliards d’euros au troisième trimestre 2014, soit 95,3 % du PIB [ 106 ] , contre 20,7 % en 1980 [ a 6 ] . La France est néanmoins tenue de respecter les critères du Pacte de stabilité et de croissance de la zone euro , qui limite le déficit budgétaire à 3 % du PIB et la dette publique à 60 % du PIB [ a 7 ] , ainsi que les critères du Pacte budgétaire européen de 2012 qui limite le déficit structurel à 0,5 % du PIB pour l'objectif budgétaire à moyen terme. Répartition des prélèvements obligatoires et des bénéficiaires institutionnels en 2007 (sources [ 107 ] et précisions [ N 28 ] ). Protection sociale Articles détaillés : Protection sociale en France et Sécurité sociale en France . Cet article ou cette section est à actualiser (Dernière mise à jour : juillet 2012) (janvier 2016) . Des passages de cet article sont obsolètes ou annoncent des événements désormais passés. Améliorez-le ou discutez des points à vérifier . Vous pouvez également préciser les sections à actualiser en utilisant {{section à actualiser}} . Depuis sa création en 1945 [ a 8 ] , la Sécurité sociale est au cœur du système de protection sociale français, bien que l’État, les collectivités territoriales et les mutuelles aient également un rôle important [ a 9 ] . Le maintien des régimes de protection sociale dont disposaient certaines professions avant 1945 explique la grande complexité du système [ a 10 ] , qui ne compte pas moins de 120 régimes de base et 1 200 régimes complémentaires [ a 11 ] . Le régime général de la Sécurité sociale, qui compte de loin le plus grand nombre d’affiliés [ a 10 ] , est divisé en quatre branches correspondant aux quatre risques majeurs, la maladie, les accidents du travail et maladies professionnelles, les risques liés à la vieillesse et la famille [ a 10 ] . Si cette protection sociale ne concernait dans un premier temps que les personnes actives, elle s’est peu à peu étendue à toute la population active comme inactive dans beaucoup de domaines, par exemple lors de la création de la couverture maladie universelle (CMU) en 1999 [ a 8 ] . En outre, à la fin des années 1990, six millions de personnes dépendaient des minima sociaux [ d 1 ] . Les prestations sociales sont principalement financées par les cotisations sociales versées par les actifs (65,5 % du total en 2005 [ a 12 ] ), mais aussi — et de plus en plus — par l’État et les collectivités territoriales [ a 12 ] . En 2005, les dépenses de protection sociale — au sens le plus large du terme [ N 29 ] — représentaient près de 30 % du PIB et plus de 45 % du revenu disponible ajusté des ménages [ a 13 ] . Malgré les efforts menés par les gouvernements successifs pour maîtriser les dépenses sociales [ a 14 ] , celles-ci augmentent rapidement [ a 15 ] , du fait notamment de l’augmentation des dépenses de santé des ménages [ a 16 ] et du vieillissement de la population [ a 17 ] — le rapport actifs sur inactifs de plus de 60 ans , qui était de 3 en 1970, devrait atteindre 2,07 en 2010 et 1,36 en 2050 en métropole, selon l’ Insee [ a 18 ] . Enfin le fort taux de chômage , persistant, contribue à l’augmentation du déséquilibre car les chômeurs ne cotisent pas. Les dépenses sociales expliquent à elles seules la quasi-totalité de la progression des dépenses publiques (en pourcentage du PIB) depuis 1960 [ a 19 ] , et la Sécurité sociale affiche en 2015 un déficit de 14,7 milliards d’euros [ 108 ] . Défense Principaux organismes Articles détaillés : Forces armées françaises , Force de dissuasion nucléaire française , Organisation du traité de l'Atlantique nord et Liste des sous-marins français . Forces françaises engagées à Gao dans le cadre de l'Opération Serval en 2013. Sous-marin nucléaire lanceur d'engins français, le Téméraire . Principaux organismes Logo Forces SGA EMA Armée de terre Marine nationale DGA Armée de l'air Gendarmerie nationale Sites officiels [ 109 ] [ 110 ] [ 111 ] [ 112 ] [ 113 ] [ 114 ] [ 115 ] L' Hexagone Balard , siège du ministère de la Défense. La France a le cinquième budget de la Défense au monde, selon les données du SIPRI . Elle est la troisième puissance nucléaire militaire mondiale, l'un des cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies et, à ce titre, juridiquement reconnue comme un des cinq « États dotés d'armes nucléaires » (EDAN) par le traité sur la non-prolifération des armes nucléaires [ 116 ] . Elle est l'un des membres de l' OTAN où elle dispose du Commandement allié Transformation (ACT), qui est un des deux postes de commandement militaires. L’Armée française est l’une des cinq plus dotées financièrement dans le monde et assure avec l' Armée britannique l'essentiel des opérations militaires européennes [ 117 ] . La France lui consacre 2,2 % de son PIB en 2013 (soit un budget de 45,32 milliards d’euros). Les forces militaires sont divisées en quatre armées principales : l’ Armée de terre , la Marine nationale , l’ Armée de l’air et la Gendarmerie nationale [ 118 ] . Depuis 1996 , l’Armée est devenue professionnelle et le service militaire obligatoire a été remplacé par une Journée défense et citoyenneté mixte [ 119 ] . D’une capacité d’environ 350 000 hommes [ 118 ] , elle est déployée à travers le monde, dans le cadre d'opérations extérieures au Sahel ( Mali et Tchad notamment), en République centrafricaine , au Liban et en Irak [ 120 ] , mais aussi dans le cadre de forces pré-positionnées en vertu de traités internationaux à Djibouti , au Sénégal [ N 30 ] , en Côte d'Ivoire , au Gabon et aux Émirats arabes unis [ 121 ] , sans oublier les troupes positionnées dans la France d’outre-mer [ 122 ] . Elle mobilise en outre plus de 1 000 hommes dans le cadre du plan Vigipirate [ 123 ] . Les observatoires et le maintien de la paix Article détaillé : Direction générale des relations internationales et de la stratégie du ministère de la Défense . L'appréciation et l'anticipation des enjeux nationaux et internationaux de défense concernent le monde et donc la France [pas clair] . La nation renforce les observations en ayant mis en place des moyens stratégiques militaires et civils. Ainsi complète les renseignements des services français, [style à revoir] la DGRIS [ 124 ] qui coordonne et met en œuvre une réflexion permanente à caractère prospectif. Elle engage et soutient, auprès d'instituts de recherche privés et publics, la mise en place d'observatoires dans des domaines géostratégiques et géopolitiques intéressant la défense. Ces observatoires permettent de suivre l'évolution du domaine d'étude concerné dans la durée sans engager pour autant ni sa responsabilité ni de prise de position officielle voire officieuse [style à revoir] . Ce sont des travaux d'observations qui sont tout autant utiles pour l'étude de l'environnement, des climats et de leurs évolutions que pour les services de renseignements de la défense. Le but est aussi de ne froisser aucun État souverain mais bien faire comprendre que si la république est menacée et que cela est vérifiable elle estime être en droit de mettre en garde et de se tenir prête à répliquer et ceci après consultations auprès des organismes attachés à l' ONU , l' OTAN , le cas échéant, après réunion extraordinaire au Conseil de sécurité des Nations unies en cas d'attaques et de frappes nécessaires et en conformité avec la Charte des Nations unies . Appartenance à des organisations internationales Article détaillé : Relations entre la France et l'Union européenne . La France, État membre de l' Union européenne . Schéma des pouvoirs exécutif et législatifs français depuis le traité de Lisbonne La France est un des membres fondateurs de l’ Union européenne , de l’ espace Schengen et de la zone euro . Elle est également un des cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies . Enfin, elle est membre de multiples organisations internationales, comme l’ Organisation du traité de l'Atlantique nord (OTAN), l’ Organisation mondiale du commerce (OMC), l’ Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), le G8 , le G20 ou l’ Organisation internationale de la francophonie . Depuis 1945 , quelle que soit la majorité au pouvoir, l’Europe est un axe majeur de la politique étrangère française. Deux des sept Pères de l’Europe , Jean Monnet et Robert Schuman , sont français [ 125 ] , [ 126 ] . l’un des objectifs était alors d’éviter une nouvelle guerre mondiale en facilitant la réconciliation franco-allemande [ 127 ] . Néanmoins, le positionnement de la France et des Français vis-à-vis de l’Europe a souvent été ambigu : du rejet par l’Assemblée nationale du traité créant la Communauté européenne de défense en 1954 [ 128 ] à celui par référendum du traité établissant une constitution pour l’Europe en 2005 [ 70 ] , les coups d’arrêt français à la construction européenne ont été nombreux. Depuis le traité de Maastricht en 1992, les domaines dans lesquels l’Union européenne a compétence exclusive sont de plus en plus nombreux [ k 20 ] . Une grande partie du droit applicable en France est en 2010 d’origine européenne [ k 21 ] , d’autant plus qu'actuellement le droit européen prime sur le droit national [ k 22 ] , [ d 2 ] . La France, cinquième puissance, pèse encore davantage sur la scène mondiale grâce à l’Union européenne [ d 3 ] . L’ unification du marché européen et l’instauration d’une monnaie unique en 1999 ont entraîné de profondes mutations de l’économie française [ d 4 ] , dont le caractère bénéfique fait débat [ d 5 ] , [ 129 ] . Même si a France est le premier bénéficiaire de la Politique agricole commune [ 130 ] , elle fait partie des pays contributeurs nets au budget de l'Union européenne [ 131 ] . Politique étrangère et diplomatie Articles détaillés : Politique étrangère de la France et Politique étrangère de la France depuis 1945 . Depuis la présidence du général de Gaulle (1958-1969) , la politique étrangère de la France est caractérisée par une volonté d’indépendance, notamment vis-à-vis des États-Unis [ 132 ] , ce qui s’est traduit par la mise au point par la France d’ armes nucléaires et par le retrait de la France du commandement intégré de l’ OTAN de 1966 à 2009 [ 132 ] . La France est vue des années 1960 au début des années 2000 comme un allié du monde arabo-musulman , critique vis-à-vis de la politique de l’État d’ Israël [ 133 ] . Le réseau des représentations diplomatiques de la France est le troisième du monde [ 134 ] , avec actuellement 156 ambassades et 97 postes consulaires répartis sur les cinq continents [ 134 ] . La France aide les pays en voie de développement , notamment d’Afrique [ N 31 ] , [ 135 ] . L’ aide publique au développement représente 0,36 % du revenu national brut français en 2014 , un taux en baisse, et inférieur à ceux du Royaume-Uni ou de l' Allemagne [ 136 ] . Symboles républicains Article détaillé : Emblèmes de la France . Le logotype du gouvernement français, adopté en 1999. Emblème officiel mais non inscrit dans la constitution actuelle. Selon la constitution de la Cinquième République, la France possède plusieurs emblèmes, datant pour l’essentiel de la Révolution française. Le drapeau de la France est constitué de trois bandes verticales d’égale largeur, de couleurs bleu, blanc et rouge [ 137 ] . L'hymne national est la Marseillaise [ 137 ] , un chant composé par Rouget de Lisle à Strasbourg pendant la Révolution française et parfois critiqué depuis pour la violence de son texte [ 138 ] . Enfin, la République française a pour devise les trois mots « Liberté, Égalité, Fraternité [ 137 ] ». En outre, plusieurs symboles officieux existent pour représenter la France. En particulier, le buste de Marianne , une femme portant le bonnet phrygien , orne les mairies, et son visage est représenté sur les timbres-poste et les faces françaises des centimes d’euro [ N 32 ] , [ 139 ] . Depuis 1999, le gouvernement français s’est doté d’un logotype rappelant le drapeau et la devise du pays, ainsi que la figure de Marianne . Ce logo figure en entête de tous les documents publiés par l'administration française. Population et société Article détaillé : Français (peuple) . Démographie Évolution de la population de la France métropolitaine depuis 1801, comparée aux populations allemande et britannique (base 100 = 1800 ou 1801) [ 140 ] . Articles détaillés : Démographie de la France et Histoire démographique de la France . D'après l’ Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), 66 991 000 personnes vivent en France au 1 er janvier 2017 (hors COM et Nouvelle-Calédonie ), dont 64 860 000 en métropole et 2 131 000 dans les départements d’outre-mer [ 141 ] . Si on inclut également les 604 000 habitants des collectivités d’outre-mer ( Polynésie française , Saint-Pierre-et-Miquelon , Wallis-et-Futuna , Saint-Martin et Saint-Barthélemy ) et de Nouvelle-Calédonie , la population de l’ensemble des territoires français atteint environ 67,6 millions d'habitants, soit environ 0,9 % de la population mondiale [ 142 ] . Un recensement national général était organisé à intervalles réguliers depuis 1801, mais depuis janvier 2004, le recensement est réalisé tous les ans dans les communes de 10 000 habitants ou plus, hors collectivités d’outre-mer, et tous les cinq ans ailleurs [ I 5 ] . Après avoir été relativement faible au XIX e et au début du XX e siècle — la France a connu une transition démographique rapide et peu marquée [ i 3 ] —, la croissance démographique de la France est devenue l’une des plus fortes d’Europe, combinant un taux de natalité supérieur à la moyenne européenne ( 800 000 naissances en 2015 contre 600 000 décès ) et un solde migratoire positif (environ 47 000 individus en 2015) : la population de la France s’est accrue de 0,4 % en 2015 [ I 6 ] . En 2015, le taux de fécondité en France est d'environ 1,96 enfant par femme [ 143 ] . En 2014, 29,2 % des nouveau-nés (hors Mayotte, COM et Nouvelle-Calédonie) avaient au moins un parent né à l'étranger et 25,7 % au moins un parent né hors de l' Union européenne [ 144 ] . D'après les projections de la population d'Eurostat, la France devrait compter 72,7 millions d'habitants en 2040, 75,6 millions en 2060, et 78,8 millions en 2080 (en excluant les territoires d'outre mer et la Nouvelle Calédonie). En 2060 cela fera de la France le pays le plus peuplé de l' Union européenne [ 145 ] . En outre, la structure de la pyramide des âges évolue depuis le début du XXI e siècle. La part de la population la plus âgée augmente, en raison à la fois de la progression de l’espérance de vie (la France jouit d’une des plus grandes espérances de vie au monde [ N 33 ] ) et de l’arrivée au troisième âge de la génération du baby boom — phénomène communément appelé le papy boom . La proportion des plus de 60 ans dans la population française est ainsi passée de 17 % à 25 % entre 1980 et 2016, et devrait approcher le tiers en 2050 selon l' Insee [ 146 ] . Immigration, population étrangère et minorités visibles Article détaillé : Immigration en France . Selon la démographe Michèle Tribalat , 14 millions de personnes (soit un quart de la population française) en 1999 avaient au moins un parent ou un grand-parent immigré [ i 4 ] . Gérard Noiriel estimait en 2002 cette proportion à environ un tiers si l'on remonte jusqu'aux arrière-grands parents [ 147 ] . En 2015 , selon Pascal Blanchard , entre 12 et 14 millions de Français, soit entre 18 et 22 % de la population totale, ont au moins un de leurs grands-parents né dans un territoire non européen [ 148 ] . En 2010 , la France accueille, selon la définition internationale des Nations unies (« personne née dans un autre pays que celui où elle réside »), 7,2 millions d’ immigrés , soit 11,1 % de la population, dont 5,1 millions (7,8 %) nés hors de l' Union européenne . Elle se classe au sixième rang mondial, derrière les États-Unis (42,8 millions), la Russie (12,3), l' Allemagne (9,8), l' Arabie saoudite (7,3), le Canada (7,2) mais elle devance en revanche le Royaume-Uni (7,0), l' Espagne (6,4) et l' Italie (4,8) [ 149 ] , [ 150 ] . La France est également l'un des pays de l'Union européenne qui compte proportionnellement le plus de personnes issues de l'immigration ( 1 re et 2 e générations) parmi les personnes âgées de 25 à 54 ans avec 13,1 % d'immigrés et 13,5 % d'enfants d'au moins un immigré, soit un total de 26,6 %, devant notamment le Royaume-Uni (24,4 %), les Pays-Bas (23,5 %), la Belgique (22,9 %), l'Allemagne (21,9 %) et l'Espagne (20,2 %) [ 151 ] . Selon la définition française, plus restrictive (nés étrangers hors du territoire), la France métropolitaine comptait en 2008, 5,3 millions d’immigrés, soit 1 100 000 de plus qu’en 1999 et 8,3 % de la population totale. 40 % d’entre eux avaient la nationalité française, qu’ils ont pu acquérir par naturalisation ou par mariage. Les immigrés sont principalement originaires de l' Union européenne (34 %), du Maghreb (30 %), d'Asie (14 %, dont le tiers de la Turquie ) et d' Afrique subsaharienne (11 %) [ 152 ] , [ 153 ] . Les enfants d’immigrés, descendants directs d’un ou de deux immigrés, représentaient, en 2008, 6,5 millions de personnes, soit 11 % de la population. Trois millions d’entre eux avaient leurs deux parents immigrés. Au total, immigrés et enfants d'immigrés (seconde génération) sont au nombre de 11,8 millions en 2008, soit 19 % de la population (dont un peu plus de 5 millions d'origine européenne et 4 millions d'origine maghrébine ) [ 154 ] , [ 153 ] , [ I 7 ] . Les immigrés perçoivent des revenus inférieurs d’un tiers en moyenne à ceux des non-immigrés [ i 5 ] . ils sont deux fois plus nombreux à ne pas être diplômés [ i 5 ] et trois fois plus nombreux à vivre sous le seuil de pauvreté [ i 5 ] . Toutefois, à situation sociale égale, leur formation scolaire et leurs revenus sont proches de ceux des Français nés en France [ i 6 ] . Les populations d’origine immigrée, et celles qui appartiennent à des minorités visibles , sont parfois victimes de discriminations en France [ i 7 ] . Pour des raisons indéterminées et sujettes à débats, une partie de cette population se tourne vers le fondamentalisme religieux [ i 8 ] . Pourtant, on assiste à une certaine convergence des modes de vie des populations immigrées et des Français de longue date [ i 9 ] . Famille, sexualité et égalité des sexes La France est en 2009 le troisième pays le plus fécond d’Europe après l’ Islande et l’ Irlande [ 155 ] , avec une descendance finale des femmes nées en 1959 de 2,12 enfants et un indicateur conjoncturel de fécondité de 1,99 enfant par femme (1,98 en France métropolitaine) [ I 8 ] . Les mutations qu’a connues la famille en France entre les années 1960 et les années 2000 sont aussi nombreuses que profondes. Les naissances sont dans la majeure partie planifiées, en raison de la légalisation de la contraception (en 1967 ) et de l' interruption volontaire de grossesse (en 1975 ). Plus de 200 000 avortements sont pratiqués chaque année en France [ I 9 ] . Une partie grandissante des couples préfère au mariage l’ union libre , le concubinage , ou le Pacte civil de solidarité (PACS) , un contrat d’union plus souple que le mariage [ i 10 ] . Quant aux divorces , leur nombre a été multiplié par 3,2 entre le début des années 1970 et la fin des années 2000 [ i 11 ] . Les diverses formes d’ altersexualité sont, dans l’ensemble, acceptées en France, même si la loi précède souvent les mentalités dans la tolérance vis-à-vis des minorités sexuelles [ N 34 ] , [ i 12 ] . Le mariage et l'adoption d'enfants par des personnes de même sexe sont légaux en France depuis le 18 mai 2013 [ 156 ] . La place des femmes dans la société française a beaucoup évolué au cours du XX e siècle, celles-ci ayant été favorisées à la fin du siècle par de nombreuses lois contre les discriminations établies [ i 13 ] . Toutefois, pour un emploi à temps plein, les femmes touchaient encore en 2008 un salaire en moyenne 19 % inférieur à celui des hommes, et la discrimination salariale pure serait de 6 à 7 % selon le ministère de l'Emploi [ N 35 ] , [ i 14 ] . Quant aux fonctions de décision, les femmes y accèdent peu : elles ne dirigent que 8 % des entreprises de plus de 200 salariés [ i 15 ] , et ne représentent que 18,5 % des députés élus en 2007 et 13,1 % des conseillers généraux élus en 2008 [ i 15 ] . Langues Articles détaillés : Français et Langues régionales ou minoritaires de France . Le français est la langue très majoritairement parlée en France, et est officiellement « la langue de la République » depuis la loi constitutionnelle de 1992 . La France est le deuxième pays francophone le plus peuplé du monde, après la République démocratique du Congo [ 157 ] , mais le premier en termes de locuteurs. La France mène une politique linguistique active en faveur du français [ 158 ] . Celle-ci peut être visible entre autres au sein de l' Organisation internationale de la francophonie dont la France fait partie de même qu'au sein de l' Assemblée parlementaire de la francophonie dont la France fait aussi partie. Les villes du Havre , Lyon , Strasbourg , Bordeaux , Lille , Marseille , Nantes , Paris , Saint-Denis de La Réunion , Tours , les villes associées d' Angoulême , Nice et Poitiers , les membres associés que sont la communauté d'agglomération Évry Centre Essonne et Bordeaux Métropole de même que l'association des communes et collectivités d'outre-mer sont membres de l' Association internationale des maires francophones . Selon un rapport du linguiste Bernard Cerquiglini 1999, soixante-quinze langues autres que le français sont parlées en France, en comptant les langues régionales , les langues issues de l’immigration et les dialectes parlés dans l' outre-mer [ 159 ] . Religions Article détaillé : Religion en France . La montée de l' irréligion en France suit un chemin inverse du déclin du catholicisme [ 160 ] . Depuis la loi du 9 décembre 1905 , les Églises sont strictement séparées en droit de l’État en France. « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte […] [ 161 ] » . Pour des raisons historiques, l' Alsace-Moselle fait exception car elle n'était pas française en 1905 et a conservé son droit local après la réunification . le culte catholique , deux cultes protestants et le culte israélite y sont reconnus [ 162 ] . La religion catholique est également toujours reconnue dans certains départements et territoires d'outre-mer . La notion de laïcité et la réglementation qui en découle sont l’objet de débats comme, en 2003-2004, au sujet de la loi française sur les signes religieux dans les écoles publiques [ 163 ] . La France est un pays de tradition catholique ancienne, et bien que le poids de l’ Église ait paru diminuer, 51 % [ 164 ] à 64 % [ 165 ] des personnes interrogées se déclaraient catholiques lors de sondages publiés en 2007, tandis qu'une part importante de la population se dit agnostique, athée ou sans religion. De plus, d’autres religions sont présentes dans des proportions moins importantes, notamment le judaïsme depuis l’Antiquité, différentes branches du protestantisme depuis la Réforme et l’ islam depuis l’arrivée en France d’immigrés du Maghreb et du Moyen-Orient au XX e siècle. Diverses églises chrétiennes ( Église néo-apostolique , Église apostolique arménienne , gallicanisme , Mormons , Témoins de Jéhovah , mennonites …) et d'autres religions ( hindouisme , bouddhisme , bahaïsme , alévisme …) sont également présentes sur le territoire national, parfois depuis plusieurs siècles ( Mennonites d'Alsace ). Par principe, l’État s’interdit les recensements à caractère religieux ou philosophique . les estimations du poids de chaque confession, de l' athéisme et de l' agnosticisme restent imprécises et difficiles à réaliser. Toutefois, plusieurs instituts réalisent régulièrement des sondages pour estimer l' appartenance religieuse des Français . Au-delà de ces valeurs, la perte d’influence des religions est un aspect majeur de l’évolution de la société française aux XIX e et XX e siècles, bien qu'elle s'évalue très différemment d'une région à l'autre. Près de 80 % des hommes et 70 % des femmes qui se disent d’origine catholique n’assistent jamais à un service religieux [ i 16 ] . Même chez les catholiques les plus fervents, l’obéissance stricte aux préceptes de l’Église diminue : 31 % des pratiquants assidus ayant eu des enfants entre 1995 et 2004 les ont eus hors mariage [ i 17 ] . En 2006 un peu plus du quart de la population dit « croire en un dieu » alors que plus de 60 % se déclarent athées ou agnostiques [ 166 ] . Éducation Article détaillé : Système éducatif français . Organisation de l’enseignement supérieur français. Organisation de l’enseignement secondaire français. En France, l’instruction est obligatoire de six à seize ans, et l’école publique est laïque et gratuite [ i 18 ] , [ 167 ] . Si la formation et la rémunération des enseignants, ainsi que le choix des programmes, sont du ressort de l’État, la gestion des établissements scolaires primaires et secondaires est du ressort des collectivités territoriales [ N 36 ] , [ 168 ] . L’enseignement primaire se déroule en deux phases. L’ école maternelle , qui accueille les très jeunes enfants, se donne pour but leur éveil, leur socialisation et la mise en place des outils fondamentaux que sont le langage et le nombre [ 169 ] . Puis, vers l’âge de six ans, les enfants sont accueillis par l’ école élémentaire , dont les premiers objectifs sont l’apprentissage de la lecture, de l’écriture et du calcul, et l’éducation civique [ 170 ] . L’ enseignement secondaire se déroule lui aussi en deux cycles. Le premier est dispensé au collège et aboutit au diplôme national du brevet [ 171 ] . Le deuxième est dispensé au lycée et aboutit à des examens finaux et nationaux : le baccalauréat ( professionnel , technologique ou général ) et le certificat d’aptitude professionnelle ( CAPA dans l’ enseignement agricole ) [ 172 ] . L’ enseignement supérieur français présente la particularité de faire cohabiter les universités et le système des grandes écoles , où l’on entre généralement par concours à l’issue des classes préparatoires [ 173 ] . Les enseignements supérieurs pour le brevet de technicien supérieur et les classes préparatoires aux grandes écoles sont dispensés dans des lycées [ 173 ] ou dans des établissements privés. Les Grandes écoles sont souvent considérées comme à la fois plus performantes et plus élitistes que les universités. Par ailleurs, près de 17 % des élèves de l’enseignement primaire et secondaire sont scolarisés dans des établissements privés [ 174 ] , la plupart sous contrat d’association avec l’État et souvent confessionnels. La France a connu depuis la Libération un élargissement considérable de la scolarisation. En 1936, moins de 3 % d’une classe d’âge obtenait le baccalauréat . ce pourcentage est passé à 30 % en 1985 et 60 % en 1995 [ i 18 ] . Néanmoins, cette démocratisation de l’enseignement ne supprime pas les inégalités sociales : 25 % des enfants d’ouvriers nés entre 1974 et 1978 sont diplômés de l’enseignement supérieur, contre 77 % des enfants de cadres [ i 19 ] . Ces inégalités sont encore plus fortes dans les grandes écoles : seuls 2,9 % des étudiants admis à l’ École nationale d’administration en 2008 avaient un parent ouvrier [ i 20 ] . Selon le programme PISA de comparaison des systèmes éducatifs nationaux, les résultats du système éducatif français sont décevants par rapport aux autres États membres de l’ OCDE [ 175 ] , en particulier par l'accroissement des inégalités depuis l'enquête PISA de 2003. Malgré les plans de prévention, l’ illettrisme touche 3,1 millions de personnes, soit 9 % de la population âgée de 18 à 65 ans ayant été scolarisée en France [ 176 ] . Santé Article détaillé : Système de santé français . L'hôpital de la Pitié-Salpêtrière , un hôpital d'enseignement à Paris, l'un des plus grands hôpitaux d'Europe [ 177 ] Le système de santé français est en grande partie financé par la branche maladie de la sécurité sociale . Le nombre de médecins pour 1 000 habitants était de 3,22 en 2008, un des taux les plus élevés au monde [ 178 ] . Les Françaises et les Français bénéficient également d’une des espérances de vie les plus longues du monde [ i 21 ] , même si le taux de mortalité prématurée (avant 65 ans) est élevé [ i 22 ] . Les dépenses de santé par habitant étaient de 4 719 $ par an en 2008 [ 179 ] , ce qui place la France au-dessus de ses grands voisins européens, mais en dessous de la Suisse , de la Norvège , du Danemark , du Luxembourg , et des États-Unis . De 1950 à 2006, la dépense consacrée aux soins et aux biens médicaux est passée de 2,5 à 8,8 % du PIB [ i 23 ] . Néanmoins, la santé des habitants de la France n’est pas optimale dans tous les domaines. Malgré la chute de la consommation de vin depuis les années 1960 [ i 23 ] , les Français demeurent les seconds consommateurs d’ alcool d’Europe occidentale, après les Irlandais [ i 22 ] . 29 % des 18-75 ans fumaient quotidiennement en 2005, malgré les intenses campagnes de lutte contre le tabagisme [ i 24 ] . Quant aux drogues illicites, la plus consommée est le cannabis : 39 % des hommes de 18 à 25 ans en auraient consommé en 2005, selon l'Observatoire français des drogues et toxicomanies [ i 24 ] . De plus, la France est un des pays d’Europe qui connaît le plus de troubles dépressifs [ i 25 ] . La France est le plus gros consommateur d’ antidépresseurs en Europe [ i 25 ] , et l’un des pays européens où le taux de suicide est le plus élevé [ i 22 ] . Médias Audiences TF1 (bleu foncé), France 2 (rouge), France 3 (bleu clair) et M6 (jaune) Articles détaillés : Presse en France , Radio en France , Télévision en France et Internet en France . En France, c’est la loi du 29 juillet 1881 qui a institué et en même temps encadré la liberté de la presse [ k 23 ] . Si les presses régionale, hebdomadaire et thématique se vendent bien en France [ N 37 ] , [ 180 ] , la presse quotidienne nationale d’information généraliste est peu diffusée hors de la capitale. Dès lors, les cinq principaux titres de cette catégorie ( Le Figaro , Le Monde , Aujourd’hui en France , Libération et La Croix ) ne vendent réunis que moins d’un million d’exemplaires chaque jour [ 181 ] , quand le quotidien japonais Yomiuri shinbun en vend à lui seul plus de 14 millions [ 182 ] . Depuis 1981 et la légalisation des « radios libres [ 183 ] », les stations de radio publiques gérées par Radio France sont concurrencées par des stations privées, souvent propriétés de grands groupes de médias [ 184 ] . Dès lors, parmi les quatre premières stations de radio en audience cumulée en novembre-décembre 2009 ( RTL , NRJ , France Inter et Europe 1 [ 185 ] ), seule la troisième est publique. De même, depuis l’apparition de la première chaîne de télévision privée ( Canal+ ) en 1984 , plusieurs centaines de chaînes de télévision privées ont vu le jour, diffusées par le canal hertzien , par câble , par satellite ou plus récemment par la télévision numérique terrestre (TNT) . Les trois principales chaînes sont TF1 , France 2 et M6 [ 186 ] , seule France 2 appartient au groupe public France Télévisions . Quant à l’accès au réseau internet , il ne s’est vraiment démocratisé qu’au début des années 2000 [ 187 ] . En décembre 2009, 65 % des Français de 11 ans et plus étaient internautes [ 188 ] . Entre 2002 et 2009, la France est passée de la 11 e à la 43 e place du classement de la liberté de la presse dans le monde de Reporters sans frontières [ 189 ] . Sport La joueuse de tennis Amélie Mauresmo était en 2004 puis en 2006 la numéro un mondiale selon le classement WTA . Article détaillé : Sport en France . Le sport en France est caractérisé par une tradition sportive ancienne et une grande variété de disciplines pratiquées à haut niveau. La France a un rôle prépondérant dans l’organisation du sport moderne [ N 38 ] et son palmarès, depuis la fin du XX e siècle, en fait l’une des meilleures nations au monde dans de nombreux sports. Pour l'année 2012, la France est quatrième du classement mondial établi par Havas Sports & Entertainment (et deuxième nation européenne derrière la Russie) [ N 39 ] qui comptabilise plus de 1 600 événements sportifs [ 190 ] , [ 191 ] . Le football est le sport le plus populaire, avec plus de 2,3 millions de licenciés (dont 97 % d’hommes) [ 192 ] , une popularité accrue par la double victoire de la France lors de la coupe du monde en 1998 puis du championnat d’Europe en 2000 . Le tennis (deuxième sport en termes de licenciés), l’ équitation , le judo , le basket-ball , le handball , le rugby et le golf sont également très pratiqués, sans oublier la pétanque , essentiellement dans le sud du pays [ 193 ] . Près de sept millions de Français pratiquent le ski chaque hiver, le plus souvent en dehors de toute organisation sportive [ 194 ] . Quant à l’ escrime et au cyclisme , il s’agit des disciplines dans lesquelles la France est la plus titrée (respectivement 44 et 41 titres olympiques après les Jeux de Vancouver en 2010 [ 195 ] ). Le tournoi de tennis international de Roland Garros à la porte d'Auteuil à Paris et le Tour de France cycliste sont des événements annuels importants, tout comme peuvent l'être des événements ponctuels tels que l' Euro de football de 2016. Engagement associatif, syndical et politique Manifestation contre le CPE à Paris en 2006. Articles détaillés : Liste des partis et mouvements politiques français , Syndicat de salariés français , Organisation patronale française et Association loi de 1901 . Si les taux de participation aux élections diminuent, la participation protestataire, en revanche, se développe [ i 26 ] . En 2008, 42 % des Français ont participé à une manifestation , contre 25 % en 1981 [ i 26 ] . En comparaison des autres pays développés, la France est souvent vue comme un pays où les manifestations et les grèves sont fréquentes [ 196 ] , [ 197 ] . Mais cette participation ponctuelle à des événements contestataires ne se traduit pas, tant s’en faut, par un engagement important dans les partis politiques [ k 24 ] . Quant au taux de syndicalisation (8 %), il est le plus faible des pays riches, même s’il est plus important dans le secteur public [ i 27 ] . En revanche, les Français sont très impliqués dans le milieu associatif : 14 millions de bénévoles sont membres de plus d’un million d’associations [ i 27 ] , qui bénéficient du statut accordé par la loi du 1 er juillet 1901 [ 198 ] , [ k 25 ] . Économie Articles détaillés : Économie de la France et Histoire économique de la France . L'économie de la France est une économie sociale de marché fondée sur la propriété privée. Il y a une intervention étatique relativement forte depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale , bien que celle-ci soit remise en cause depuis les années 1980 [ c 2 ] . L’ économie française est principalement une économie de services [ 199 ] , [ j 2 ] . Sur l’étude publiée par l’ Insee , la valeur du patrimoine national était évaluée à 12 513 milliards d'euros en 2007 [ 200 ] . En 2010, le seul patrimoine des Français atteignait à la fin de l'année dernière un chiffre proche de 11 000 milliards d'euros, soit plus de huit fois le montant de leurs revenus . leur taux d'épargne atteint le niveau exceptionnel d’environ 16 % de leurs revenus [ 201 ] . Revenus de la population et développement humain Article connexe : Pauvreté en France . Les revenus des Français et leur pouvoir d’achat ont augmenté durant l'ensemble du XX e siècle et des années 2000 [ j 3 ] , mais de façon inégale, ce qui accroît les inégalités économiques entre ménages [ d 6 ] . En moyenne, les salariés à temps plein du secteur privé ont touché, en 2007, 29 279 euros bruts, soit 1 997 euros nets par mois, contre 31 266 euros bruts, soit 2 182 euros nets par mois pour les agents de la fonction publique [ j 4 ] . Les revenus du patrimoine ne représentent que 9 % du revenu primaire brut des ménages, mais cette part est très variable selon les ménages [ j 5 ] . En 2007, 7,2 % des Français disposaient d'un revenu inférieur à 50 % du revenu médian ( seuil de pauvreté défini par la France) [ N 40 ] , bien que la moitié d’entre eux aient alors un emploi [ j 6 ] , souvent à temps partiel et sur la base du salaire minimum interprofessionnel de croissance (SMIC). Le SMIC concerne 3,4 millions de personnes en juillet 2008 [ j 7 ] et équivaut à 9,40 euros bruts par heure en 2012 [ I 10 ] ). De 200 à 300 000 personnes sont sans domicile fixe en 2009, principalement à Paris et dans les grandes villes [ j 8 ] . En 2013, l’ indice de développement humain (IDH) de la France était de 0,884, ce qui place la France au 20 e rang au classement mondial de l'IDH . Néanmoins, la même année, la France n’était qu’au douzième rang des pays de l’ Union européenne pour le PIB par habitant en dollars américains aux taux de change courants, alors qu’elle occupait le septième rang en 1987, un recul qui s’explique principalement par une croissance faible du PIB français [ j 9 ] . Emploi Évolution du taux de chômage en France (au sens du Bureau international du travail) entre 1975 et 2014 Articles détaillés : Marché du travail en France et Chômage en France . Si la France a connu durant les Trente Glorieuses une situation proche du plein emploi — au cours des seules années 1960, l’économie française a créé 1,6 million d’emplois [ i 28 ] —, elle fait face depuis la fin des années 1970 à une situation de chômage élevé, malgré des fluctuations qui ont fait espérer le retour du plein emploi [ i 28 ] . Le taux de chômage en France s'est stabilisé à 9,9 % de la population active métropolitaine française et à 10,2 % de toute la population active française (y compris les DROM ) au terme du premier trimestre 2016. Il s'agit de 2,845 millions de personnes en recherche d'emploi en métropole [ 202 ] . Le chômage touche particulièrement les jeunes, les moins diplômés et les étrangers. Les chômeurs de longue durée représentent un tiers de l’ensemble des chômeurs et sont ceux pour qui la réinsertion est souvent la plus difficile [ d 7 ] . La situation de l’emploi en France est également marquée par des mutations profondes et structurelles en termes de statut et de secteur d’activité. Le salariat est devenu la principale forme d’emploi en France, représentant 89,5 % des emplois en 2008 [ I 11 ] . 5,7 millions de personnes, soit un actif sur cinq, travaillaient fin 2007 dans la fonction publique [ 203 ] . Surtout, l’emploi se tertiarise : l’agriculture ne représente plus depuis la fin des années 1970 que moins de 2 % des emplois [ i 28 ] , et la part de l’industrie a été divisée par deux entre 1978 et 2007, de 28 à 14 % des emplois [ i 28 ] , faisant de la France une économie post-industrielle [ 204 ] . Selon Eurostat , le taux de chômage français s'est établi en octobre 2014 à 10,5 % [ 205 ] et donc au-dessus du taux moyen de l'Union européenne (10,0 %). Principaux secteurs d’activité Une récolte de maïs à Épône , près de Paris. Malgré le maintien à un haut niveau de l’agriculture et de l'industrie, l’ économie française est aujourd’hui principalement une économie de services. Le secteur tertiaire s’autonomise peu à peu et devient le principal moteur de la croissance économique du pays [ 199 ] . Agriculture et agroalimentaire Article détaillé : Agriculture en France . La France a connu, comme d'autres pays industrialisés, des phénomènes d’ exode rural et de chute de l'emploi agricole [ b 20 ] . ce dernier reste proportionnellement plus important que dans les autres pays d’Europe occidentale : l’agriculture employait 3 % des actifs en 2006, contre 2,5 % en Allemagne et 1,3 % au Royaume-Uni [ b 21 ] . L’agriculture française a été considérablement modernisée et mécanisée dans la seconde moitié du XX e siècle [ b 22 ] , notamment au moyen de la politique agricole commune [ b 20 ] . Le champagne , largement considéré comme un produit de luxe , originaire du vignoble de Champagne , dans le nord-est de la France. La France compte 520 000 exploitations agricoles [ b 21 ] de 51 hectares en moyenne en 2006 [ b 20 ] , ce qui en fait la première puissance européenne de ce secteur [ b 23 ] . La spécialisation régionale de la France par type de production s’accentue [ b 20 ] , et les appellations d'origine de certains produits agricoles transformés ou pas sont préservées grâce au système AOC , prenant en considération un terroir [ b 24 ] , un savoir-faire populaire et historique [ I 12 ] . La France est le premier pays producteur de vin au monde, malgré la concurrence récente des vins des « nouveaux mondes [ b 25 ] » . elle figure également parmi les premiers producteurs mondiaux de céréales , de sucre , de produits laitiers et de viande bovine [ b 25 ] . Plus de 80 % des produits exportés ont été transformés par une des premières filières agroalimentaires au monde [ b 26 ] . Néanmoins, dans les années 2000, l’agriculture française fait face à des difficultés liées à la surproduction , à la pollution qu’elle entraîne et à une forte inégalité des revenus entre les agriculteurs [ b 22 ] . De même, la pêche apparaît comme un secteur en crise [ b 27 ] . Tourisme Article détaillé : Tourisme en France . La Joconde est le plus célèbre des tableaux [ 206 ] , en exposition permanente au musée du Louvre , le musée le plus visité du monde [ 207 ] . Grâce à la richesse de ses paysages naturels et de son patrimoine culturel, la France est le pays le plus visité au monde par les touristes étrangers avec près de 82 millions de visites en 2007 [ 208 ] , mais le troisième pays au monde pour les recettes liées au tourisme international [ N 41 ] , [ 208 ] . Le Mont Saint-Michel est l'un des monuments les plus visités et reconnaissables en France. Il est l'un des 39 sites du patrimoine mondial de l'UNESCO en France . Le secteur du tourisme représentait en 2005 près de 900 000 emplois directs, et au moins autant d’emplois indirects [ b 13 ] . Plus de 1,3 milliard de nuitées ont été effectuées par des touristes en France en 2007 [ 208 ] , dont une partie dans les 3,178 millions de résidences secondaires du pays [ I 13 ] . Les motifs de ce tourisme sont variés : il s’agit tout à la fois d’un tourisme culturel (notamment à Paris ) [ b 14 ] , balnéaire (notamment sur la Côte d’Azur [ b 14 ] ), naturel [ b 14 ] , d’affaires (Paris est la première destination mondiale pour ce type de tourisme [ b 14 ] ), de loisirs ( Disneyland Paris est de loin le parc d’attractions le plus fréquenté d’Europe [ 209 ] ) et de sports d’hiver (dans les Alpes du Nord notamment [ c 3 ] ). Les sites touristiques payants les plus fréquentés sont dans leur majorité situés en Île-de-France (Disneyland Paris, Musée du Louvre , Tour Eiffel , Château de Versailles …) [ 210 ] . quelques sites de région attirent tout autant de nombreux touristes, comme les châteaux de la Loire , le mont Saint-Michel , Rocamadour , le Château du Haut-Kœnigsbourg , le musée Unterlinden de Colmar , le Centre Pompidou-Metz ou le parc du Futuroscope [ 210 ] . Commerce et artisanat Depuis les années 1970, le secteur du commerce a été bouleversé par l’irruption de la grande distribution , qui représente les deux tiers des dépenses alimentaires des Français en 2008 [ j 10 ] . Par conséquent, de nombreux petits commerces ont disparu, même si l’on assiste en 2009 à une timide reprise, notamment dans les centres-villes [ j 11 ] . La puissance de quelques grandes entreprises de la grande distribution — Carrefour par exemple est le deuxième groupe mondial du secteur [ 211 ] — leur permet d’imposer, dans une certaine mesure, des prix bas aux producteurs [ j 10 ] . Malgré la concurrence des entreprises industrielles, l’ artisanat de son côté est parvenu à conserver une place importante dans l’économie française [ j 10 ] . Industrie Article détaillé : Industrie en France . La France est la quatrième puissance industrielle mondiale. Malgré la tertiarisation de l’économie française, les entreprises industrielles représentaient 12,6 % du PIB et 96,5 % des exportations françaises en 2014 [ 212 ] . Son industrie est caractérisée par des évolutions contrastées : à côté d’industries modernes et dynamiques, qui font de la France un des leaders mondiaux dans de nombreux domaines ( automobile , aéronautique , aérospatiale , agro-alimentaire , électronique , nucléaire civil , pharmacie , cosmétique , luxe …) [ b 28 ] , de nombreuses industries traditionnelles ( mines , textile , bois , chaussure , construction navale , sidérurgie …) voient leurs effectifs et leurs chiffres d’affaires chuter [ b 29 ] , obligeant des régions entières ( Nord-Pas-de-Calais et Lorraine notamment) à une douloureuse reconversion [ b 30 ] . À la décentralisation industrielle des années 1960, qui a permis le développement de nombreuses villes de l’ouest et du sud du pays [ b 31 ] , a succédé une période de croissance faible de la production industrielle [ b 32 ] , qui s’explique parfois par des délocalisations vers des pays à la main d’œuvre peu onéreuse [ b 32 ] . Mais si la production se fait de plus en plus souvent à l’étranger, les entreprises françaises restent prédominantes dans de nombreux domaines [ b 33 ] . Certaines occupent la première place du marché mondial dans leur domaine (par exemple Areva dans la construction de centrales nucléaires [ 213 ] , Danone dans les produits laitiers [ b 26 ] , L’Oréal dans les cosmétiques [ 214 ] ou Michelin dans les pneumatiques [ 215 ] ). Industrie de l'armement Articles détaillés : Complexe militaro-industriel français et DCNS . L'industrie de l'armement française représente 165 000 emplois en 2013 [ 216 ] . Elle couvre un large spectre avec notamment la construction navale ( DCNS ), l'aviation militaire ( Dassault Aviation , Airbus , Safran ) et les systèmes d'armement ( MBDA , Thales ), la fabrication de véhicules blindés ( Nexter , Renault Truck Defense ). L'ensemble du complexe militaro-industriel est coordonné par la Direction générale de l'Armement (DGA). La France est en outre un acteur mondial majeur dans le secteur de la défense : les exportations d'armement de la France en atteint 16 milliards d'euros en 2015 [ 217 ] , et plus de 20 milliards d'euro en 2016 (notamment grâce à la vente de Rafale en Inde et de sous-marin en Australie ). Porte-avions Charles De Gaulle Les BPC de Classe Mistral Dassault Rafale Eurocopter EC665 Tigre Le NHIndustries NH90 Système anti-aérien SAMP/T avec missile Aster (missile) 30 L' Exocet (missile) Char Leclerc Véhicule blindé de combat d'infanterie en 2009 SPRAT -Système de pose rapide de travures Le Camion équipé d'un système d'artillerie Énergie Articles détaillés : Énergie en France et Électricité en France . Une photographie de la Centrale nucléaire de Chooz , construite et exploitée par EDF . Après la disparition complète de la production française de charbon en 2005 [ b 29 ] , le pétrole , le gaz et surtout l’ électricité sont les principales énergies consommées en France [ b 29 ] . Si la France ne produit plus de pétrole brut que de façon marginale [ 218 ] , les treize raffineries implantées sur le territoire permettent de satisfaire plus de 90 % de la demande nationale [ b 29 ] . Le groupe français Total , qui possède des concessions dans le monde entier, est la sixième entreprise mondiale et la cinquième du secteur [ 211 ] . La part du gaz dans la consommation énergétique française a fortement augmenté depuis les années 1970 [ b 29 ] , mais il s’agit à 97 % de gaz importé, notamment de Russie , d’ Algérie et de la mer du Nord [ b 29 ] . En revanche, la France produit plus d’ électricité qu’elle n’en consomme [ I 14 ] , notamment grâce à 59 réacteurs nucléaires [ 219 ] (le second parc mondial après le parc américain) [ 220 ] qui produisaient en 2013 près de 74 % de l’électricité du pays [ I 14 ] , mais dont le bilan environnemental est l’objet de débats [ 221 ] . Quant aux énergies renouvelables , leur part dans la production électrique française augmente et s’établit en 2013 à près de 17 % [ I 14 ] , en grande partie grâce à l’ hydroélectrique . Industrie de l'aéronautique et de l'espace Articles détaillés : Secteur aéronautique et spatial et Airbus . La France est une puissance aéronautique Parmi les pays précurseurs de l’aéronautique, la France développe ses entreprises aériennes pendant la Première Guerre mondiale [ 222 ] , puis après-guerre avec une politique industrielle volontariste. L’État, depuis les nationalisations de 1936 et de 1946, est propriétaire des principales firmes de l'aéronautique, d'abord regroupée en sociétés ( SNCASE , SNCASO , etc.) puis en deux entités principales : Sud-Aviation (qui crée le Concorde en 1969) et Nord-Aviation , qui fusionneront en 1970 pour former Aérospatiale . Cette entreprise crée la même année, avec les entreprises allemandes MBB et VFW-Fokker , le GIE Airbus [ 223 ] , devenue EADS en 2000. Le Airbus A320 le best-seller d'Airbus (13 066 commandes) Airbus A400M Le Aérospatiale HH-65 Dolphin des garde-côtes américains Une nation avec un programme spatial autonome dans un cadre européen Articles détaillés : Histoire du vol spatial et Programme spatial français . La fusée Diamant. Outre l'aviation civile, le général de Gaulle fait de l'espace une priorité nationale pour préserver l'indépendance de la France [ 224 ] . La plus importante agence spatiale en Europe, le CNES est créé en 1961, et permet à la France de devenir en 1965 la sixième nation, après l' Union soviétique ( Spoutnik 1 , 1957), les États-Unis ( Explorer 1 , 1958), le Royaume-Uni ( Ariel 1 , 1962), le Canada ( Alouette 1 , 1962) et l' Italie ( San Marco 1 , 1964), à envoyer un satellite dans l'espace . la fusée Diamant A1 envoie le satellite Astérix A1 depuis la base d' Hammaguir ( Algérie ). En 1973, la France propose aux pays européens un lanceur commun, Ariane [ 224 ] , exploité par l' Agence spatiale européenne depuis 1975. Maquette d’ Ariane 5 au Bourget . Article détaillé : Galileo (système de positionnement) . Enfin, la France participe au projet Galileo est le système européen de positionnement par satellite visant à concurrencer le système américain GPS nécessaire pour des raisons stratégiques et politiques face à l'hégémonie américaine [ 225 ] . Recherche Articles détaillés : Recherche scientifique en France et Centre national de la recherche scientifique . La France consacre une part moyennement élevée de son PIB à la recherche et développement [ h 1 ] (2,02 % en 2009 [ 226 ] ), mais ces dépenses sont davantage financées par le secteur public [ h 1 ] (41 % en 2008 [ 227 ] ) et consacrées à la recherche fondamentale [ h 2 ] que dans les autres pays de l’Union européenne et a fortiori de l’OCDE. Si la recherche française est à l’origine de nombreuses découvertes et a été récompensée à de multiples reprises (voir infra ), le nombre de brevets déposés par des entreprises françaises est relativement faible [ h 3 ] , d’autant que les relations entre les entreprises privées et la recherche publique sont souvent jugées médiocres [ h 2 ] . De nombreux chercheurs travaillent dans des établissements publics [ h 1 ] , comme le CNRS (généraliste), le CEA (nucléaire) ou l' INRIA (informatique et mathématiques appliquées). Issu du CEA, le LETI basé à Grenoble se positionne comme l'un des principaux laboratoires en microélectronique et nanotechnologies dans le monde [ 228 ] . Il jouxte le complexe Minatec , principal centre de recherche en Europe sur les nanotechnologies . La France accueille par ailleurs sur son territoire de grands instruments de recherche internationaux comme l' European Synchrotron Radiation Facility ou l' Institut Laue-Langevin et demeure un acteur majeur du CERN . Depuis 2002, la plupart de ces centres de recherche sont organisés en réseaux avec des universités et des entreprises, pour former des pôles de compétitivité (71 en 2007 [ 229 ] ). Finance et assurance Le quartier de Paris-La Défense , est le premier quartier d'affaires européen par l'étendue de son parc de bureaux [ 230 ] . Le secteur bancaire français a longtemps été caractérisé par sa faible concentration, par la ferme réglementation qui l’encadrait et par la part importante du secteur public, mais cette situation a changé au cours des années 1990 [ h 4 ] et 2000 . Les banques françaises BNP Paribas , Société générale et Crédit agricole se placent respectivement aux quatrième, neuvième et dixième places mondiales du secteur en 2009 [ 231 ] . Le secteur des assurances occupe également une place importante dans l’économie française, Axa étant la première compagnie d’assurance européenne [ 232 ] . La bourse de Paris , filiale d’ Euronext depuis 2000 , est le marché officiel des actions en France. L’indice CAC 40 , qui regroupe les cours de 40 actions parmi les plus échangées, représentait une capitalisation totale de plus de 1 000 milliards d’euros fin 2009 [ 233 ] . La Défense, premier quartier d'affaires européen Le quartier de La Défense est un quartier d'affaire de Paris où sont regroupées les grandes compagnies internationales françaises et étrangères. Il couvre cinquante ans d’architecture et il fait toujours l'objet de projet d'innovation. La Défense attire beaucoup les touristes de sorte que la Maire de Paris l'a classée « Zone touristique » depuis janvier 2009 car plus de 8 millions de visiteurs la fréquentent chaque année [ 234 ] . Toutes sortes de touristes s'y rendent, les touristes d’affaire ou d’agrément. Les visiteurs peuvent passer une journée entière de découverte et de loisirs grâce aux espaces piétonniers, ce qui prolonge l’axe depuis la pyramide du Louvre jusqu'au parvis. Place de la France dans l’économie mondiale En 2009, la France est la cinquième puissance économique mondiale par le PIB nominal [ 235 ] ou la huitième à parité de pouvoir d’achat [ 236 ] . La France est en 2010 le quatrième pays au monde par le nombre d’entreprises figurant parmi les 500 premières entreprises mondiales [ 237 ] . L’économie française est fortement extravertie [ a 20 ] , notamment vis-à-vis de ses partenaires européens (65 % des exportations françaises [ 238 ] ). Cette situation est en partie liée à l’épuisement ou à l’insuffisance des ressources minières et énergétiques du pays, qui l’obligent à importer [ d 8 ] , et à la taille relativement réduite de ce pays. Mais elle s’explique également par l’importance des exportations. Selon une étude du cabinet d’audit KPMG publiée en 2006, « la France offre globalement des coûts d’implantation plus faibles que ses grands voisins européens, non seulement sur l’énergie, les transports et l’immobilier, mais aussi sur la main d’œuvre [ a 21 ] » . Avec une part de marché mondiale d’environ 8 %, la France est le second exportateur de produits agroalimentaires produits sur place, notamment grâce aux exportations d’alcools [ a 22 ] . Néanmoins, le commerce extérieur de la France connaît d’importantes difficultés. Depuis 2004 , la France connaît un déficit de sa balance commerciale , de plus en plus creusé [ a 23 ] (- 75,4 milliards de dollars en 2009 [ 236 ] ), une situation qui s’explique en partie par le niveau élevé de l’euro face au dollar [ a 23 ] . Entre 1990 et 2006, la part de marché mondiale de la France dans les exportations de marchandises est passée de 6,3 à 4,1 % [ a 24 ] . la France n’est plus en 2009 que le cinquième importateur et le sixième exportateur mondial [ 236 ] . Selon Eurostat, cette dégradation du commerce extérieur français serait en partie due à une augmentation des coûts salariaux horaires [ a 25 ] . Le 13 janvier 2012 , l'agence de notation Standard & Poor's (S&P) annonce la dégradation de la note de la France , qui disposait du AAA, la meilleure note, à AA+, avec perspective négative [ 239 ] . Moody's a abaissé la note de la France d'un cran de Aaa à Aa1 le 19 novembre 2012 [ 240 ] avec une perspective négative. Le 8 novembre 2013 , S&P a encore une fois abaissé d'un cran la note de la France, la passant de AA+ à AA [ 241 ] . Le 12 octobre 2014 , S&P a confirmé la notation 'AA' de la France, mais a dégradé de 'stable' à 'négative' la perspective du pays [ 242 ] . Le 12 décembre 2014 , l'agence de notation Fitch a dégradé la France pour le deuxième temps à AA [ 243 ] en l’assortissant d’une perspective stable. Fin 2016, la France est classée cinquième puissance économique mondiale en termes de PIB nominal, quatrième puissance industrielle et neuvième en ce qui concerne de PIB par parité de pouvoir d'achat. Culture Article connexe : Culture française . Le chef-d'œuvre d' Eugène Delacroix La Liberté guidant le peuple , qui illustre dans le style de la peinture romantique l'épisode historique des Trois Glorieuses , est devenu un symbole de la République française associant sa culture à l'un des tenants de sa devise : « Liberté, Égalité, Fraternité ». La France est un centre de développement culturel occidental depuis des siècles. De nombreux artistes français figurent parmi les plus renommés de leur temps, et la France est reconnue dans le monde entier pour sa riche tradition culturelle. Les régimes politiques successifs ont toujours favorisé la création artistique et la création du Ministère de la Culture en 1959, aidé à préserver le patrimoine culturel du pays et de le rendre accessible au public. Le ministère de la Culture a été très actif depuis sa création, l'octroi de subventions aux artistes, la promotion de la culture française dans le monde, en soutenant des festivals et des événements culturels, la protection des monuments historiques . Le gouvernement a également réussi à maintenir une exception culturelle pour défendre le cinéma français. La France reçoit le plus grand nombre de touristes par an, en grande partie grâce aux nombreux établissements culturels et bâtiments historiques implantés sur tout le territoire. Elle compte 1200 musées accueillant plus de 50 millions de personnes chaque année [ 244 ] . Les sites culturels les plus importants sont gérés par le gouvernement, par exemple par l'intermédiaire du Centre des monuments nationaux , qui est responsable d'environ 85 monuments historiques nationaux. Les 43.180 bâtiments protégés au titre des monuments historiques comprennent principalement des résidences (nombreux castels ou châteaux en français) et des édifices religieux (cathédrales, basiliques, églises, etc.), mais aussi les lois, les monuments et les jardins. L' UNESCO a inscrit 41 sites en France sur la liste du patrimoine mondial [ 245 ] . Architecture Article connexe : Liste des monuments historiques protégés en 1840 . Sainte Chapelle de Saint Louis représente l'impact français sur l'architecture religieuse. Le Château de Versailles , chef-d’œuvre de l’architecture classique ou baroque [ 246 ] du XVII e siècle. La France possède un patrimoine architectural riche, témoin d’une longue histoire et de la rencontre de différents traits civilisationnels. Classés au patrimoine mondial Sur les 1001 biens culturels [ N 42 ] classés au patrimoine mondial par l’ UNESCO en décembre 2014, 39 sont français, ce qui fait de la France, avec l'Allemagne, le quatrième pays du monde en nombre de sites culturels classés au patrimoine mondial [ N 43 ] , [ 247 ] . L’ Opéra Garnier est l'exemple type du Style Second Empire en architecture. Le monument le plus visité au monde [ 248 ] la Tour Eiffel est une icône de Paris et la France. Le patrimoine architectural français classé au patrimoine mondial comporte à la fois des édifices d’architecture religieuse (l’ abbaye de Fontenay par exemple), civile (les châteaux de la Loire ), industrielle (la saline royale d’Arc-et-Senans ), militaire (les villes fortifiées par Vauban ) et urbaine (la place Stanislas de Nancy , le centre historique de Strasbourg ). Il comporte des exemples d’architecture de toutes les époques, de l’architecture romaine (le pont du Gard ) à l’architecture d’après-guerre (le centre-ville du Havre ), en passant par des chefs-d’œuvre de l’architecture romane (l’ abbaye de Saint-Savin-sur-Gartempe ), gothique (la cathédrale de Chartres ) et classique (le canal du Midi ). Bâtiments d’intérêt historique En France, depuis 1840, les bâtiments d’intérêt historique, architectural, patrimonial ou culturel peuvent être inscrits ou classés au titre des monuments historiques par l’État, de même que certains biens mobiliers ( cloches ), ce qui leur assure une protection juridique, ainsi que des aides à la restauration et à l'entretien. À la date du 31 décembre 2008 , il y a en France 43 180 monuments historiques inscrits ou classés [ 249 ] . La France a compté des architectes qui ont façonné le patrimoine architectural français et européen à toutes les époques de son histoire, avec des figures telles que Pierre de Montreuil au Moyen Âge, Lescot , Delorme et Androuet du Cerceau à la Renaissance, Mansart , Le Vau , Hardouin-Mansart , Gabriel et Claude-Nicolas Ledoux aux époques classique et néoclassique, Viollet-le-Duc , Garnier et Eiffel au XIX e siècle et Auguste Perret , Le Corbusier , Jean Nouvel , à l'époque moderne. Arts visuels et plastiques Articles détaillés : Peinture française et Sculpture française . Légèreté, romantisme et joie de vivre sont perçus, dans le monde, comme une part essentielle de la culture française . Le collin-maillard , Fragonard . Si des productions artistiques sont attestées dans l’espace correspondant à la France actuelle dès la Préhistoire [ m 1 ] , on ne peut parler d’« art français » avant le début du II e millénaire de notre ère, à l’époque où un État et une nation commencent à se former [ f 1 ] . À partir de cette époque, les Beaux-Arts français vont être en grande partie similaires à ceux du reste de l’Europe occidentale, voyant se succéder un art roman aux XI e et XII e siècles et un art gothique du XII e au XV e siècles [ m 2 ] . la célébration de la puissance de la monarchie française [ f 2 ] , d’un « espace privilégié » (A. Chastel) [ f 3 ] et la représentation du sacré [ f 4 ] font partie des thèmes privilégiés d’un art principalement commandé par le pouvoir politique ou religieux. Le Penseur de Auguste Rodin , 1882 . La Renaissance et le développement du classicisme au XVII e siècle puis du néoclassicisme au XVIII e siècle sont l’expression à la fois d’une recherche de l’ordre et de l’apparat et d’influences antiques et italiennes [ m 3 ] . c’est également à l’époque moderne qu’émergent des figures individuelles d’artistes, telles les peintres Fouquet , Poussin , La Tour , le Lorrain , Watteau , Boucher , Chardin , Fragonard , Greuze , David , Gros et Ingres , ou les sculpteurs Goujon , Girardon , Coysevox , Puget et Houdon [ m 4 ] . Aux XIX e et XX e siècles, la France joue un rôle majeur dans les grands courants et révolutions artistiques occidentaux : le romantisme ( Delacroix et Géricault ), le réalisme ( Courbet ), l’impressionnisme ( Monet , Renoir , Manet , Degas ) et le néo-impressionnisme ( Seurat , Van Gogh , Cézanne , Gauguin ), le fauvisme ( Matisse , Derain , Vlaminck ), le cubisme ( Braque , Picasso , Léger ) ou encore le surréalisme ( Duchamp ) comptent des artistes français parmi leurs principaux représentants [ m 4 ] , [ m 5 ] . Auguste Rodin , de son côté, révolutionne la sculpture à la fin du XIX e siècle [ m 6 ] . Littérature et poésie Article détaillé : Littérature française . Parmi de nombreuses grandes figures de la litterature francaise , Michel de Montaigne (gauche) a un impact direct dans la culture partout dans le monde, ses essais sont considérés comme certains des textes les plus influents de l'histoire [ 250 ] , [ 251 ] . Victor Hugo (droite) est l'un des écrivans les plus importants, et est parfois considéré comme le plus grand écrivain français de tous les temps [ 252 ] . Les lettres françaises comptent de nombreuses figures qui à toutes les époques ont contribué à la réputation culturelle du pays [ m 7 ] . Il serait vain de tenter d’en faire la liste, mais il est possible de citer, concernant le Moyen Âge les poètes Chrétien de Troyes et Villon [ m 4 ] . au XVI e siècle, le romancier Rabelais , l’essayiste Montaigne et les poètes Du Bellay et Ronsard marquent la Renaissance [ m 4 ] . Au XVII e siècle, les dramaturges Corneille , Racine et Molière , le poète Boileau , le fabuliste La Fontaine et l’inclassable Pascal s’attachent à maintenir ou rétablir l’ordre par la raison [ m 4 ] . au XVIII e siècle, les auteurs des Lumières Voltaire , Diderot et Rousseau , les romanciers Prévost , Laclos et Sade et les dramaturges Marivaux et Beaumarchais fustigent la société de leur époque tout en abordant des sujets jusque-là prohibés [ m 4 ] . Au XIX e siècle, le roman connaît un apogée avec Stendhal , Balzac , Hugo , Dumas , Flaubert et Zola , mais les autres genres ne sont pas en reste, comme le montrent le mémorialiste Chateaubriand et les poètes Lamartine , Musset , Baudelaire , Vigny , Rimbaud et Mallarmé [ m 4 ] . Au XX e siècle, le manque de recul rend plus difficile la perception de figures majeures . on peut néanmoins citer les poètes Apollinaire , Éluard , Aragon , Char et Prévert , les romanciers Proust , Gide , Céline , Sartre , Yourcenar , Vian , Camus , Duras , Sagan , Gracq et Sarraute , et les dramaturges Giraudoux , Cocteau et Ionesco [ m 4 ] . Au XXI e siècle, des noms émergent, dont ceux de J.M.G. Le Clézio , Patrick Modiano , Virginie Despentes , Michel Houellebecq , Erik Orsenna , Eric-Emmanuel Schmitt , Pascal Quignard , Pierre Michon , Christine Angot , Christian Morel de Sarcus ou Eliette Abecassis . À ce jour, la France est le pays qui possède le plus de prix Nobel de littérature , avec quinze lauréats en 2017. Arts du spectacle Article détaillé : Spectacle vivant#Cadre réglementaire en France . Depuis une loi de 1999, la catégorie administrative de « spectacle vivant » a été inventée pour regrouper tous les spectacles publics se définissant par « la présence physique d'au moins un artiste du spectacle percevant une rémunération lors de la représentation en public d'une œuvre de l'esprit », c'est-à-dire les arts académiques du théâtre , de la danse , de la musique orchestrale et de l' opéra , avec des arts populaires comme le cirque , les arts de la rue , les arts de la marionnette , le théâtre musical , le spectacle de rue et la musique instrumentale. Molière est l'auteur le plus joué dans la Comédie-Française et un referent de la litterature universelle [ 253 ] . . Théâtre Article détaillé : Histoire du théâtre . Le théâtre est une tradition ancienne enracinée dans la culture française : en Gaule nourrie par l'ancienne culture gréco - romaine puis à travers les populaires drames liturgiques du Moyen Âge la floraison de la Renaissance , la Commedia dell'arte , Étienne Jodelle , Jacques Grevin , Jean-Antoine de Baïf et le triomphe du Classicisme qui s'est finalement imposé au théâtre: Pierre Corneille , Molière , Jean Racine , marquent le XVIIe siècle comme le Grand Siècle . Suivront le Théâtre néo-classique et des Lumières , sous la direction de Marivaux , Beaumarchais , Regnard . Au XIXe siècle , le romantisme d' Hugo , Musset , Vigny , le Réalisme et Naturalisme de Émile Zola et le Grand Guignol . le Symbolisme de Jean Moréas , Maeterlinck , etc. Au début du XXe siècle , l'un des dramaturges les plus marquants a été Alfred Jarry (principalement Ubu Roi ). Le théâtre d' Avant-garde fut profondément marqué par le Dadaïsme et le Surréalisme , la technique surréaliste s'accordant particulièrement bien au théâtre, notamment chez Antonin Artaud et Guillaume Apollinaire . Le Théâtre de l' Absurde a refusé les explications simples et abandonné des personnages trop traditionnels: son auteur le plus connu est Eugène Ionesco . D'autres expériences de Théâtre impliquaient la décentralisation , le théâtre régional, le «théâtre populaire» (destiné à amener la classe ouvrière au théâtre). Le Festival d'Avignon a été créé en 1947 par Jean Vilar , qui a également joué un rôle important dans la création du Théâtre national populaire . Après mai 1968 , une grande partie de la création théâtrale provint des MJC instaurées par André Malraux un peu partout en France. Les principales figures théâtrales contemporaines sont Ariane Mnouchkine , Bernard-Marie Koltès Jean-Luc Lagarce , Christian Siméon ou Florian Zeller , entre un grand nombre de créateurs. Danse Articles détaillés : Histoire de la danse et Danse historique . La systématisation du Ballet , est un des principaux apports français à la danse. ( Wilfride Piollet dans Le Lac des cygnes , Ballet de l'Opéra de Paris , 1977.) La danse est une discipline assez riche et variée. Parmi les danses pratiquées en France, on compte des danses de spectacle (le ballet , le cancan , la contemporaine ...), de société ( traditionnelle , la quadrille ...) et de compétition ( sportives , acrobatiques ). La pratique de la danse en France est régulée par la Fédération française de danse . La France excelle principalement dans cet art avec le développement du ballet de cour . Les premiers ballets sont organisés par Balthazar de Beaujoyeulx à la demande de Catherine de Médicis à XVIème siècle , le ballet des Polonais et le ballet comique de la reine . À la fin du XVIIème siècle , le ballet a conquis ses lettres de noblesses en tant qu'art à part entière à la cour du roi Louis XIV . Le roi crée l' Académie royale de danse en 1661 . C'est la naissance d'une compagnie connue aujourd'hui comme le Ballet de l'Opéra national de Paris . Pierre Beauchamp , danseur et chorégraphe à la cour, codifie les cinq positions classiques et met au point un système de notation de la danse , Le ballet est inséré dans un opéra, des représentations d' opéra-ballet , de tragédies lyriques de Lully et de Rameau , et des comédies-ballets de Molière . Le XVIII e siècle connaît une profonde évolution avec le travail de Jean-Georges Noverre et ses Lettres sur la danse vers le ballet d'action (ou ballet-pantomime). À cette époque, les femmes, encombrées qu'elles étaient par les paniers , corsets , perruques et autres talons hauts, ne jouaient qu'un rôle secondaire (alors qu'il est prédominant de nos jours). Le tout premier ballet d'action du répertoire sera le Don Juan de Gluck , écrit selon les indications de Noverre. Cette œuvre majeure est l'ancêtre direct des grands ballets du XIX e siècle et du XX e siècle . [style à revoir] Musique Dalida , une des chanteuse françaises les plus connues au monde. Article détaillé : Musique française . Serge Gainsbourg , l'un des musiciens populaires les plus influents du monde [ 254 ] . Divisée au Moyen Âge entre un art religieux inspiré du chant grégorien et le chant profane des troubadours et trouvères [ 255 ] , la musique française atteint un certain apogée à partir de l’époque classique, avec des compositeurs comme Lully et Charpentier au XVII e siècle, Rameau au XVIII e siècle, Berlioz , Gounod et Bizet au XIX e siècle, ou Maurice Ravel , Gabriel Fauré , Debussy au XX e siècle — beaucoup de ces artistes composent des opéras [ 255 ] . La période contemporaine est représentée par Olivier Messiaen , Henri Dutilleux , Francis Poulenc , Gilbert Amy et plus récemment Thierry Escaich À partir du début du XX e siècle, la musique dite « populaire » prend son essor [ 256 ] , mêlant des genres propres à la France (la chanson française ) à des genres importés ( rock et rap en particulier), et permettant à des vedettes comme Claude François , Johnny Hallyday , Sheila , Michel Sardou ou Jean-Jacques Goldman d'atteindre le succès. Ces chanteurs, classés en ordre chronologique de naissance, sont les cinq meilleurs vendeurs de disques en France entre 1955 et 2009, selon « Les Ventes par Artiste de 1955 à fin 2009 » , sur infodisc.fr (consulté le 1 er juin ) . Cinéma Article détaillé : Cinéma français . Une Palme d'Or du Festival de Cannes , festival du film le plus prestigieux et publié dans le monde [ 257 ] , [ 258 ] , [ 259 ] . Le cinéma, inventé en 1895 à Lyon par les frères Lumière , reste une activité importante en France malgré la concurrence hollywoodienne : la France est en 2005 le sixième producteur mondial [ N 44 ] et le premier producteur européen de longs-métrages [ 260 ] . Le cinéma français, principalement tourné depuis les années 1980 vers la comédie et le cinéma d’auteur, a produit dans les années 2000 quelques films au succès mondial, comme Le Fabuleux destin d’Amélie Poulain [ N 45 ] ou La Marche de l’empereur [ N 46 ] , [ 261 ] . Le Festival international du film , organisé chaque année à Cannes , est l’événement culturel le plus médiatisé au monde [ 262 ] . Attachée à l’idée d’une « exception culturelle », la France protège sa culture, notamment par le biais de quotas de films français à la télévision et d’œuvres musicales françaises à la radio [ 263 ] . Léon Gaumont et Charles Pathé sont des personnes très importante pour le cinéma français si bien que les entreprises cinématographiques Pathé et Gaumont sont les cinémas numéro 1 en France encore aujourd'hui Mode Article détaillé : Histoire de la mode en France . Défilés de mode Christian Lacroix et Chanel . La mode est une industrie importante en France depuis le XVIIe siècle , et c'est encore aujourd'hui un vecteur majeur de la culture française à l'étranger. Actuellement, Paris est considérée comme la capitale mondiale de la mode (quoique Londres , Milan et New York revendiquent aussi le titre) et accueille les sièges de maisons de mode de premier plan. C'est durant le règne de Louis XIV [ 264 ] , quand les industries de biens de luxe en France ont été mises sous le contrôle du roi, que la France a acquis une place prépondérante dans la mode. La cour royale française s'est alors progressivement érigée en arbitre du goût et du style en Europe. Dans les années 1860-1960 les grandes maisons de couturiers telles que Chanel , Dior et Givenchy ont insufflé une dynamique nouvelle. L'expression ' haute couture ' est originaire de Paris et date des années 1860 . C'est un nom protégé par la loi, qui garantit certaines normes de qualité. Dans les années 1960 , la 'haute couture', considérée comme trop élististe, subit les critiques de la culture de la jeunesse . En 1966, le couturier Yves Saint Laurent rompt avec les normes établies par le lancement d'un 'prêt à porter', inaugurant l'expansion de la mode française dans la fabrication de masse. Dans les années 1970 et 1980, Sonia Rykiel , Thierry Mugler , Claude Montana , Jean-Paul Gaultier et Christian Lacroix établissent de nouvelles tendances, en mettant l'accent sur le marketing et la fabrication. Dans les années 1990 se constitue un conglomérat de nombreuses maisons de couture françaises sous l'égide de géants luxe comme LVMH , Kering , L'Oréal , etc. Actuellement, l'industrie de la parfumerie française est leader mondial dans son secteur. Gastronomie Article détaillé : Cuisine française . Une tranche de roquefort , l’un des fromages français les plus réputés. La cuisine française jouit d'une tres grande renommée, notamment grâce à ses productions agricoles de qualité : nombreux vins ( champagne , vins de Bordeaux , de Bourgogne ou d' Alsace etc.) et fromages ( roquefort , camembert etc.) [ 265 ] , [ 266 ] , et grâce à la haute gastronomie qu’elle pratique depuis le XVIII e siècle [ g 1 ] . La culture française est également identifiée à la gastronomie. La cuisine française est extrêmement variée. Elle est essentiellement constituée de spécialités régionales [ g 2 ] , comme la choucroute alsacienne, la quiche lorraine , les rillettes du Mans , le bœuf bourguignon , le foie gras périgourdin, le cassoulet languedocien, la tapenade provençale ou les quenelles lyonnaises. On peut tracer de véritables frontières culinaires, entre un nord utilisant le beurre et l’ échalote et un sud leur préférant l’ huile et l’ ail [ g 3 ] , [ l 1 ] , et entre des régions à la cuisine terrienne (le Périgord par exemple) et d’autres à la cuisine résolument tournée vers la mer (la Provence ) [ g 4 ] . Néanmoins, ces différences ont tendance à s'estomper aujourd’hui, en raison de la jonction des modes de vie et de l’essor discuté d’une nourriture industrielle (la malbouffe ) ainsi que d'une mode de la cuisine mondialisée [ g 5 ] . En plus de sa forte tradition viticole, la France est également un important producteur de bière . Les trois principales régions brassicoles françaises sont l' Alsace (60 % de la production nationale), le Nord-Pas-de-Calais et la Lorraine . Le « repas gastronomique des Français » a été inscrit le 16 novembre 2010 à la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité de l' UNESCO [ 267 ] . Il se compose généralement d'une entrée, d'un plat garni et d'un dessert (parfois complété par du fromage, servi avant). Le soir, l'entrée est souvent remplacée par un potage ou une soupe (d'où le nom de souper ). Le repas dominical est plus élaboré: deux entrées (une froide, une chaude), rôti de bœuf ou volaille (le plus couramment), salade, plateau de fromages et dessert. Les heures de repas vont de midi (Nord et Est), à 13h00 (la moyenne) 13h30 dans Sud. Le soir de 18h30 (Flandres) à 19h30 (moyenne) et 20h30 (Sud). Philosophie et science Articles détaillés : Philosophie française et Liste d'inventions françaises . René Descartes , fondateur de la philosophie moderne . La France est depuis le Moyen Âge un foyer de connaissances et de découvertes majeur. L’ université de Paris , créée en 1200 , a été dès son origine et jusqu’à l’époque contemporaine l’une des plus importantes d’ Occident [ 268 ] . Au XVII e siècle , René Descartes définit une méthode pour l’acquisition d’un savoir scientifique, tandis que Blaise Pascal resta célèbre pour son travail sur les probabilités et la mécanique des fluides . Le XVIII e siècle fut marqué par les travaux du biologiste Buffon et du chimiste Lavoisier , qui découvrit le rôle de l' oxygène dans la combustion , tandis que Diderot et D’Alembert publiaient l’ Encyclopédie . Au XIX e siècle , Augustin Fresnel fut le fondateur de l’ optique moderne, Sadi Carnot posa les bases de la thermodynamique , et Louis Pasteur fut un pionnier de la microbiologie . Au XX e siècle , on peut citer le mathématicien et physicien Henri Poincaré , les physiciens Henri Becquerel , Pierre et Marie Curie (elle-même d'origine polonaise), restés célèbres pour leurs travaux sur la radioactivité , le physicien Paul Langevin ou encore le virologue Luc Montagnier , codécouvreur du virus du sida . Au 1 er septembre 2010, 56 Françaises et Français se sont vu décerner un prix Nobel [ N 47 ] , [ 269 ] et onze ont obtenu la médaille Fields [ 270 ] . Influence internationale Carte du monde francophone. langue maternelle langue administrative langue de culture minorités francophones Articles détaillés : Politique linguistique de la France , Francophonie et Culture française . Depuis le Moyen Âge, la France possède un rôle décisif dans l’histoire artistique, culturelle, intellectuelle et politique de nombreux pays [ l 2 ] . En particulier, beaucoup de ses anciennes colonies utilisent encore aujourd'hui sa langue , son droit , ses institutions politiques ou encore son système fiscal [ l 2 ] . La politique culturelle est depuis le milieu du XX e siècle un aspect majeur de la politique étrangère de la France [ 271 ] . L’influence culturelle mondiale de la France passe notamment par le français , langue de l’élite européenne et de la diplomatie jusqu’au début du XX e siècle [ l 3 ] . La France est le deuxième pays francophone du monde, après la République démocratique du Congo [ 157 ] . Le français, parlé par quelque 220 millions de locuteurs dans le monde [ N 48 ] , [ l 3 ] , est une des deux langues de travail de l’ Organisation des Nations unies et de ses agences, une des trois principales langues de travail de la Commission européenne et de l’ Union africaine . La France est un membre fondateur de l’ Organisation internationale de la francophonie , qui regroupe 75 pays en 2011 et promeut la langue française, ainsi que les valeurs démocratiques et les droits de l’homme [ 272 ] . La présence culturelle de la France à l’étranger est entretenue non seulement par ses représentations diplomatiques, mais aussi par le réseau étendu de l’ Alliance française [ 273 ] et par les plus de 400 établissements scolaires français à l’étranger [ 274 ] . De plus, la France est à l’origine de la création de médias à vocation internationale, tels que la radio RFI ou les chaînes de télévision TV5 Monde (commune à plusieurs pays) et France 24 [ 275 ] . Codes pays La France a pour codes : LF, selon la liste des préfixes des codes OACI des aéroports . F, selon la Liste des codes internationaux des plaques minéralogiques . F, pour l' Immatriculation des aéronefs . F, selon la liste des préfixes UIT FR, selon la norme ISO 3166-1 (liste des codes pays), code alpha-2 . FRA, selon la norme ISO 3166-1 (liste des codes pays), code alpha-3 . FRA, selon la liste des codes pays du CIO . .fr, selon la liste des Internet TLD ( Top level domain ) . FR, selon la liste des codes pays utilisés par l'OTAN , code alpha-2 . FRA, selon la liste des codes pays utilisés par l'OTAN , code alpha-3. Notes et références Notes ↑ 551 806 km 2 pour la France métropolitaine , 89 491 km 2 pour les DOM-ROM et 31 072 km 2 pour les autres territoires d'outre-mer ( COM , Nouvelle-Calédonie , TAAF et Clipperton ). La Terre-Adélie ( 432 000 km 2 ) est exclue de ce décompte. ↑ Au 1 er janvier 2017 , 66 991 000 personnes vivent en métropole et dans les départements d’outre-mer (y compris Mayotte ) [1] . Si on inclut également les 604 364 habitants des collectivités d’outre-mer ( Polynésie française , Saint-Pierre-et-Miquelon , Wallis-et-Futuna , Saint-Martin et Saint-Barthélemy ) et de Nouvelle-Calédonie , la population de l’ensemble des territoires français atteint environ 67,6 millions . ↑ Cette valeur concerne toute la France : métropolitaine et départements d'outre-mer. La densité de population en France métropolitaine est de 115,8 habitants/km 2 . ↑ Franc Pacifique dans les collectivités du Pacifique : 1 000 XPF = 8,38 EUR exactement, soit 1 EUR ≈ 119,3317 XPF environ (source officielle IEOM). ↑ .gp , .mq , .gf , .re , .pm , .yt , .tf , .wf , .pf et .nc pour les départements, régions et collectivités d’outre-mer, ainsi que .eu (partagé avec les autres pays de l’Union européenne). ↑ Régions de France métropolitaine , appelé selon le droit international Territoire européen de la France . ↑ Se reporter à l'article Histoire de France . ↑ France-sur-Mer, un empire oublié de Philippe Folliot et Xavier Louy. ↑ La France est présente sur les continents européen et sud-américain ( Guyane ) ainsi que dans les océans Atlantique ( Guadeloupe , Martinique , Saint-Martin , Saint-Barthélemy , Saint-Pierre-et-Miquelon ), Indien ( Réunion , Mayotte , TAAF ) et Pacifique ( Nouvelle-Calédonie , Polynésie française , Wallis-et-Futuna , Clipperton ). ↑ . Une partie de la frontière de la France avec l’Allemagne correspond néanmoins au cours du Rhin . ↑ . La souveraineté de la France sur ce territoire, contestée par l’ Australie , est en outre limitée par les clauses du traité sur l’Antarctique . ↑ L’aire urbaine parisienne comptait en 2010 12 223 100 habitants , contre 2 165 785 pour l’aire urbaine lyonnaise . À titre de comparaison, Rome est la troisième aire urbaine d’ Italie et compte 1,75 fois moins d’habitants que la première Milan . Berlin possède une population comparable à celles de Francfort , Munich , Stuttgart et Hambourg . Barcelone est proche de Madrid en termes d’aire urbaine. ↑ Ces valeurs concernent l’année 2014, et correspondent à la part du transport routier dans le total des transports de voyageurs et marchandises cette année-là, respectivement en voyageurs-km et en tonnes-km. ↑ Airbus est issu de la coopération de la France avec ses voisins allemand, espagnol et britannique. ↑ Depuis la fin du IX e siècle, les rois sont élus par les grands du royaume et ne sont plus systématiquement carolingiens. ↑ Cette valeur est issue des chroniques du contemporain Jean Froissart . Mais, selon des travaux récents portant sur quelques provinces du royaume, la population de ces provinces aurait été divisée par deux, voire par trois entre 1315 et 1450, la peste étant le principal facteur de cette chute démographique. ↑ Derrière cet absolutisme apparent, le pouvoir de Louis XIV reste néanmoins limité par les multiples franchises, privilèges et libertés qu’ont obtenus au cours des siècles précédents de nombreuses entités politiques régionales ou locales. ↑ Napoléon I er est notamment à l’origine de la création de la Banque de France , des lycées , des chambres de commerce , des cours d’appel , de la Légion d’honneur ou encore des préfectures . C’est également sous son règne que sera adopté le code civil français . ↑ 238 000 militaires français auraient été tués au cours de la Seconde Guerre mondiale, selon Histoire : Le monde de 1939 à nos jours (manuel scolaire de terminale), Nathan, 1998. ↑ Jacob Robinson donne le nombre de 83 000 Juifs exterminés en France ou à partir du territoire français (Jacob Robinson, Encyclopaedia Judaica , cité par Léon Poliakov , Histoire de l’antisémitisme , t. 2, Seuil, 1993 , p. 527 ). ↑ L’expression de « régime semi-présidentiel » est due à Maurice Duverger , celle de « régime parlementaire bireprésentatif » à Marie-Anne Cohendet . ↑ Néanmoins, ce droit d’appel n’existe pas dans certains cas où le litige ou les réquisitions du plaignant sont considérées comme de faible importance. Le pourvoi en cassation reste cependant toujours possible. Voir à ce sujet l’article Organisation juridictionnelle (France) . ↑ Il faut également ajouter à cette liste le cas de certaines entités au statut particulier. La Collectivité territoriale de Corse possède un statut à part, distinct de celui des régions. Quant aux trois plus grandes communes du pays ( Paris , Marseille et Lyon ), elles sont divisées en arrondissements municipaux , au sein desquels un conseil d’arrondissement est élu, mais ce conseil d’arrondissement ne possède que des pouvoirs limités et généralement subordonnés à l’accord du conseil municipal. ↑ En 2009, les habitants de Mayotte se sont prononcés par référendum pour la départementalisation de leur collectivité , dont le statut était déjà proche de celui des départements. ↑ En 1965 et 1974, le parti communiste n’avait pas présenté de candidat aux présidentielles. Par ailleurs, Édouard Balladur , dissident du RPR investi par l’ UDF lors de l’ élection présidentielle de 1995 , est comptabilisé dans les voix du centre. ↑ Entre 1974 et 2002, au premier tour de chaque élection présidentielle, la part des suffrages exprimés obtenue par les trois premiers candidats cumulés n’a cessé de diminuer, de presque 91 % en 1974 à un peu moins de 53 % en 2002. Néanmoins, cette évolution a été contredite par l’élection présidentielle de 2007 : les trois premiers candidats ont obtenu plus de 75 % des suffrages exprimés, un résultat qui s’explique en partie par la crainte des électeurs de ne pas voir, comme en 2002, le candidat d’un des deux principaux partis se qualifier pour le second tour. ↑ Depuis 2009, les Verts sont associés à d’autres partis écologistes dans l’alliance électorale Europe Écologie . ↑ Le diagramme de gauche représente les principaux impôts en pourcentage des recettes fiscales de l’État en 2007. Le diagramme de droite représente la part du PIB français revenant aux administrations publiques et de sécurité sociale après prélèvements obligatoires et transferts. IR = Impôt sur le revenu des personnes physiques . CSG = Contribution sociale généralisée . IS = Impôt sur les sociétés . TVA = Taxe sur la valeur ajoutée . TIPP = Taxe intérieure sur les produits pétroliers . ↑ C’est-à-dire en incluant les prestations sociales stricto sensu , les prestations des services sociaux (l’accès gratuit ou à tarif réduit à l’hospitalisation publique, aux transports en commun pour les RMIstes, les personnes âgées et les jeunes enfants, etc) et les prestations fiscales (notamment l’application du quotient familial dans le calcul de l’impôt sur le revenu), mais sans prendre en compte les dépenses des mutuelles de santé. ↑ Un retrait prochain des forces françaises du Sénégal est annoncé. ↑ En 2008, 41 des aides et 49 % du personnel à l’étranger de l’ Agence française de développement concernaient l’Afrique subsaharienne. Parmi les sept principaux États bénéficiaires des fonds de l’AFD (Afrique du Sud, Chine, Sénégal, Maroc, Indonésie, Égypte et Tunisie), cinq sont africains et trois sont d’anciennes colonies françaises. ↑ La France possède de nombreux autres symboles officieux, notamment le coq gaulois , l’hexagone, les majuscules associées « RF » ou encore la figure de Jeanne d’Arc . ↑ Le CIA World Factbook l’estime à 82 ans en 2015, ce qui place la France au huitième rang mondial ( source ). ↑ Selon une enquête de SOS Homophobie , en 2004, deux tiers des homosexuels ont fait l’objet de remarques désagréables. ↑ Cette différence salariale pure correspond à des comparaisons à secteur d’activité, expérience, qualification, diplôme, situation familiale et passé dans le monde du travail équivalents. ↑ Les communes gèrent des écoles maternelles et élémentaires, les départements gèrent les collèges et les régions les lycées. ↑ Selon l’OJD, le quotidien régional Ouest-France est vendu à plus de 762 000 exemplaires chaque jour, le magazine hebdomadaire TV Mag à plus de 6 millions d’exemplaires et le quotidien sportif L’Équipe à plus de 303 000 exemplaires (en ne comptant que son édition générale). ↑ C’est à Paris que s’est réuni le premier congrès olympique en 1894 , sous la direction du Français Pierre de Coubertin , qui décida le rétablissement des Jeux olympiques . ↑ « The Great Nations of Sport ». ↑ et 13,2 % à 60 % du revenu médian (seuil de pauvreté défini par l’Union européenne). ↑ La faible importance des recettes touristiques par rapport au nombre de touristes en France s’explique par la durée des séjours, souvent courte : en effet, il s’agit très majoritairement de touristes européens (qui viennent souvent pour un week-end), ou, lorsqu’il s’agit de touristes extra-européens, ceux-ci visitent souvent plusieurs pays européens dans le même voyage. ↑ En incluant les sites dits mixtes, à l’intérêt à la fois naturel et culturel. ↑ Derrière l’ Italie (54), la Chine (47) et l’ Espagne (44) et ensemble avec l' Allemagne (39). ↑ En nombre de films produits, derrière l’ Inde , le Nigeria , les États-Unis , le Japon et la République populaire de Chine . ↑ La comédie romantique Le Fabuleux destin d’Amélie Poulain , réalisé par Jean-Pierre Jeunet et sorti en 2001 , a engrangé 23 115 858 entrées à l’étranger au 31 décembre 2009. ↑ Le documentaire La Marche de l'empereur , réalisé par Luc Jacquet et sorti en 2005 , a engrangé 19 962 345 entrées à l’étranger au 31 décembre 2009. ↑ Dont une l’a reçu deux fois ( Marie Curie ). Ce chiffre inclut l’unique lauréat français du prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel , couramment appelé prix Nobel d’économie. ↑ Ces valeurs ne concernent que les personnes parlant effectivement le français (et non celles vivant dans un pays francophone sans parler cette langue) et sont des estimations de l’ Organisation internationale de la francophonie . Références Lahsen Abdelmalki , Daniel Dufourt et René Sandretto , L’Économie française : Éléments fondamentaux , Paris, Séfi, coll. « Les Classiques Économie-Gestion », 2008 , 352 p. ( ISBN 978-2-895-09111-0 , OCLC 494148084 ) ↑ a et b p. 131 . ↑ p. 133 . ↑ p. 140 . ↑ p. 138 . ↑ p. 135 . ↑ p. 212 . ↑ p. 214 . ↑ a et b p. 180 . ↑ p. 179 . ↑ a , b et c p. 182 . ↑ p. 181 . ↑ a et b p. 188 . ↑ p. 184 . ↑ p. 189 . ↑ p. 190 . ↑ p. 194-195 . ↑ p. 193-194 . ↑ Insee, « Projections de population active pour la France métropolitaine 2006-2050 », Synthèses de résultats , juillet 2006, cité p. 194 . ↑ p. 187 . ↑ p. 28 . ↑ p. 33. ↑ p. 269 . ↑ a et b p. 291 . ↑ p. 295 . ↑ p. 296 . Vincent Adoumié ( dir. ), Christian Daudel , Didier Doix , Jean-Michel Escarras et Catherine Jean , Géographie de la France , Paris, Hachette supérieur, coll. « HU Géographie », 2007 , 288 p. ( ISBN 978-2-011-45772-1 ) ↑ p. 19 et 38-39. ↑ a , b et c p. 39 . ↑ p. 178 . ↑ p. 194 . ↑ p. 41-42 . ↑ a et b p. 35-36 . ↑ a et b p. 29-30 . ↑ p. 227 . ↑ p. 32-33 . ↑ p. 33 . ↑ a et b p. 37 . ↑ p. 128 . ↑ a et b p. 161 . ↑ a , b , c , d et e p. 162-163 . ↑ p. 43 . ↑ a et b p. 155 . ↑ p. 153-154 . ↑ p. 158 . ↑ p. 141-142 . ↑ a , b , c et d p. 120 . ↑ a et b p. 121 . ↑ a et b p. 118 . ↑ p. 119 . ↑ p. 122 . ↑ a et b p. 125-126 . ↑ a et b p. 123 . ↑ p. 129 . ↑ p. 136-141 . ↑ a , b , c , d , e et f p. 140 . ↑ p. 186 . ↑ p. 142 . ↑ a et b p. 143 . ↑ p. 139-140 . Annie Badower et Augusta Cadars , La France, industries-services , Paris, Dalloz , coll. « Sirey », 1994 , 5 e éd. , 272 p. ( ISBN 978-2-247-01703-4 et 2-247-01703-7 ) ↑ p. 250 . ↑ p. 19-30 . ↑ p. 252 . Pierre Bauchet , Comprendre l’économie française , Paris, Economica , 1999 , 126 p. ( ISBN 978-2-717-83796-4 et 2-717-83796-5 ) ↑ p. 22 . ↑ p. 81 . ↑ p. 84 . ↑ p. 82-83 et 86-87. ↑ p. 84-85 . ↑ p. 14-16 . ↑ p. 21 . ↑ p. 7 . Jean Carpentier ( dir. ), François Lebrun ( dir. ), Alain Tranoy , Élisabeth Carpentier et Jean-Marie Mayeur ( préf. Jacques Le Goff), Histoire de France , Paris, Points Seuil , coll. « Histoire », 2000 ( 1 re éd. 1987), 514 p. , poche ( ISBN 978-2-020-10879-9 et 2-020-10879-8 ) ↑ a , b , c et d p. 17 . ↑ p. 18 . ↑ p. 20-24 . ↑ p. 25 . ↑ p. 29 . ↑ p. 28 . ↑ p. 34-41 . ↑ p. 41-42 . ↑ p. 44-45 . ↑ p. 53-55 . ↑ p. 53-54 . ↑ p. 66-67 . ↑ p. 70-72 . ↑ p. 76-77 . ↑ p. 77 . ↑ p. 79-82 . ↑ p. 81 . ↑ p. 84 . ↑ p. 84-88 . ↑ p. 88-89 . ↑ p. 89-90 . ↑ p. 92-93 . ↑ p. 92-94 . ↑ p. 91 . ↑ p. 98 . ↑ p. 99-100 . ↑ p. 100-101 . ↑ p. 100-104 . ↑ p. 105-106 . ↑ p. 110 . ↑ p. 111 . ↑ p. 120-121 . ↑ p. 112 . ↑ p. 115 . ↑ p. 116-118 . ↑ p. 131 . ↑ p. 139-142 . ↑ p. 134 . ↑ p. 135 . ↑ p. 145 . ↑ p. 147-149 . ↑ p. 150-152 . ↑ p. 153-154 . ↑ p. 175 . ↑ p. 184-186 . ↑ p. 187-188 . ↑ p. 193-198 . ↑ p. 201-202 et 231. ↑ p. 206-208 . ↑ p. 214-215 . ↑ p. 209-214 . ↑ p. 207-209 et 212-213. ↑ p. 211 . ↑ p. 212-213 . ↑ p. 232-233 . ↑ p. 233 . ↑ p. 219-225 . ↑ p. 234-237 . ↑ p. 238-242 . ↑ p. 242-243 . ↑ p. 243-246 . ↑ p. 245-248 . ↑ p. 250-257 . ↑ p. 255-258 . ↑ p. 259 . ↑ p. 267-269 . ↑ p. 269-270 . ↑ p. 270-274 . ↑ p. 278 . ↑ p. 279 . ↑ p. 282 . ↑ p. 282-285 . ↑ p. 286-290 . ↑ p. 290-294 . ↑ p. 294-298 . ↑ p. 319 . ↑ p. 295-299 . ↑ p. 322-323 . ↑ p. 325 . ↑ p. 325-329 . ↑ p. 333 . ↑ p. 335-336 . ↑ p. 336-342 . ↑ a et b p. 344-345 . ↑ p. 345 . ↑ p. 345-347 . ↑ p. 346-351 . ↑ p. 378-380 . ↑ p. 351-357 . ↑ p. 358-363 . ↑ p. 363-368 . ↑ p. 368-369 . ↑ p. 369-370 . ↑ p. 372 . ↑ p. 373 . ↑ p. 373-375 . ↑ p. 375 . André Chastel , Introduction à l’histoire de l’art français , Paris, Flammarion, coll. « Champs arts », 1993 , 226 p. ( ISBN 978-2-081-21746-1 ) ↑ p. 26 . ↑ p. 88-95 . ↑ p. 19-28 . ↑ p. 96-100 . Raymond Dumay ( préf. Jean-Claude Pirotte), De la gastronomie française , Paris, La Table Ronde, coll. « La petite Vermillon », 2009 , 211 p. ( ISBN 978-2-710-33137-7 ) ↑ p. 53 et 62. ↑ p. 160-161 . ↑ p. 119 . ↑ p. 111 . ↑ p. 163-167 . Thomas Guillaume , L’économie française à l’aube du XXI e siècle , Paris, Économica, 2000 , 528 p. ( ISBN 978-2-717-84132-9 et 2-717-84132-6 ) ↑ a , b et c p. 408 . ↑ a et b p. 411 . ↑ p. 409 . ↑ p. 452-455 . Louis Maurin ( préf. Denis Clerc), Déchiffrer la société française , Paris, La Découverte , 2009 , 368 p. ( ISBN 978-2-707-15413-2 , LCCN 2009503665 ) ↑ p. 266 . ↑ p. 265 . ↑ p. 17-18 . ↑ p. 84 . ↑ a , b et c p. 81 . ↑ p. 80-83 . ↑ p. 88-89 . ↑ p. 87 . ↑ p. 83 . ↑ p. 48-50 . ↑ p. 50 . ↑ p. 288-289 . ↑ p. 57 . ↑ Lara Muller , « Les écarts de salaires entre hommes et femmes. Des disparités persistantes », Premières informations , ministère de l’Emploi, n o 44.5,‎ octobre 2008 , cité p. 63-64 . ↑ a et b p. 66 . ↑ p. 323 . ↑ p. 324 . ↑ a et b p. 116 . ↑ p. 123 . ↑ p. 125 . ↑ p. 274 . ↑ a , b et c p. 276 . ↑ a et b p. 275 . ↑ a et b Observatoire français des drogues et toxicomanies, Drogues, chiffres clés , 2007 , cité p. 280-281 . ↑ a et b p. 277 . ↑ a et b p. 333 . ↑ a et b p. 335 . ↑ a , b , c et d p. 144 . Gérard Mermet , Francoscopie 2010 , Paris, Larousse , coll. « Essais et documents », 2009 , 13 e éd. , 544 p. , poche ( ISBN 978-2-035-84538-2 ) ↑ p. 58-62 . ↑ p. 290 . ↑ p. 339-340 . ↑ p. 321 . ↑ p. 342 . ↑ p. 344 . ↑ p. 326 . ↑ p. 346 . ↑ OCDE, cité p. 341 . ↑ a , b et c p. 291-292 . ↑ p. 291-293 . Pierre Pactet , Les institutions françaises , Paris, Presses universitaires de France , coll. « Que sais-je ? », 1998 , 8 e éd. ( 1 re éd. 1976), 128 p. ( ISBN 978-2-130-45632-2 et 2-130-45632-4 ) ↑ a et b p. 13 . ↑ a et b p. 21 . ↑ p. 22 . ↑ p. 22-23 . ↑ a et b p. 23 . ↑ p. 14 . ↑ p. 15 . ↑ p. 16-19 . ↑ p. 19-20 . ↑ p. 100-103 . ↑ p. 26-27 . ↑ a et b p. 88 . ↑ p. 90 . ↑ p. 91-93 . ↑ a et b p. 84 . ↑ p. 85 . ↑ a et b p. 86 . ↑ p. 87 . ↑ p. 79-80 . ↑ p. 50-53 . ↑ p. 54 . ↑ p. 57 . ↑ p. 72 . ↑ p. 78-79 . ↑ p. 76 . Jean-Robert Pitte , La France , Paris, Armand Colin , coll. « Cursus », 2009 , 3 e éd. , 224 p. ( ISBN 978-2-200-35189-2 ) ↑ p. 58 . ↑ a et b p. 191-192 . ↑ a et b p. 194-195 . Collectif , France , Clermont-Ferrand, Michelin , coll. « Le Guide Vert », 2003 , 528 p. ( ISBN 978-2-061-00706-8 et 2-061-00706-6 ) ↑ p. 80 . ↑ p. 81-83 . ↑ p. 84-88 . ↑ a , b , c , d , e , f , g et h Les noms cités dans l’article sont tous cités dans les pages 85 à 95. ↑ p. 89-90 . ↑ p. 90 . ↑ p. 92 . Collectif , L’état de la France, Édition 2009-2010 , Paris, La Découverte , 2009 , 448 p. ( ISBN 978-2-707-15796-6 ) ↑ a et b p. 310 . ↑ a et b p. 309 . ↑ a et b p. 215-216 . ↑ p. 217 . ↑ Les partis indiqués ici sont ceux dont l’analyse est détaillée dans les pages 217 à 224. Site de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) ↑ Insee , « Évolution de la population jusqu'en 2016 » , ISPF , « Population de la Polynésie française depuis 2012 » , ISEE , « Structure de la population et évolutions » . ↑ Effectifs de l’enseignement supérieur . ↑ Finances publiques . ↑ La dette publique s’établit à 1 457,4 milliards d’euros . ↑ Le recensement de la population en bref . ↑ Bilan démographique 2015, Évolution de la situation démographique, France entière , consulté le 13 avril 2016. ↑ Enquêtes annuelles de recensement 2004 et 2005, Près de 5 millions d’immigrés à la mi-2004 . ↑ Naissances et fécondité en France . ↑ Interruptions volontaires de grossesse . ↑ Salaire minimum interprofessionnel de croissance (SMIC) . ↑ Statut et type de contrat selon l’âge . ↑ officiel de l'INAO, : Les signes officiels d'identification de la qualité et de l'origine AOP - AOC , consulté le 13 janvier 2017. ↑ Répartition des logements selon leur catégorie et le type de logement . ↑ a , b et c Insee , « Production brute et consommation d'électricité en 2013 » , sur www.insee.fr , n/a (consulté le 17 janvier 2015 ) . Autres ↑ Sources multiples : voir Liste des pays par population . ↑ a et b Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte . aucun texte n’a été fourni pour les références nommées WEO Avril 2016 (FMI) ↑ ( en ) « Report for France and Gross domestic product » , sur imf.org , avril 2016 . ↑ [PDF] 'Annexe statistique du Rapport sur le développement humain 2016. L'IDH et ses composantes', page 198 , sur le site undp.org. ↑ Site de l’ONU . ↑ définition dans le dictionnaire , Paris, SEJER, coll. « Dictionnaire illustré Le Robert 2016 et son dictionnaire internet », 2015 ( ISBN 978-2-32100-645-9 ) , FRANCE, p. 774 . ↑ La Réunion , Mayotte et les Terres australes et antarctiques françaises . ↑ Saint-Pierre-et-Miquelon , Saint-Martin (Antilles françaises) , Saint-Barthélemy (Antilles françaises) , Guadeloupe et Martinique . ↑ Nouvelle-Calédonie , Wallis-et-Futuna , Polynésie française et l' île de Clipperton . ↑ Guyane , et a ainsi des frontières communes avec divers autres pays. ↑ « Pourquoi la France doit enfin se doter d'une politique maritime » (consulté le 28 juillet 2014 ) . ↑ « La France possède le plus grand domaine sous-maritime au monde » , sur Inter Invest , 8 mars 2017 (consulté le 16 avril 2017 ) . ↑ ( en ) « Money CNN » , CNN. ,‎ 0000 u ( ISSN 0182-5852 ) . ↑ Jean-Pierre Robin , « La France, 9e puissance économique mondiale, selon le FMI », Le Figaro ,‎ 12 avril 2016 ( ISSN 0182-5852 , lire en ligne ) . ↑ [PDF] Rapport sur le développement humain 2010 , sur le site des Nations unies. ↑ Terres et eaux intérieures (rivières et lacs). Source : [PDF] Demographic Yearbook 2013 , table 3, p. 7 , Organisation des Nations Unies ( [PDF] note sur la signification des données ). ↑ Guadeloupe : 1 702 km 2 , Martinique : 1 128 km 2 , Guyane : 86 504 km 2 , La Réunion : 2 512 km 2 , Mayotte : 374 km 2 (source : site Web du Ministère des Outre-mers , consulté le 10 juin 2015). ↑ Saint-Martin : 53 km 2 , Saint-Barthélemy : 25 km 2 , Saint-Pierre-et-Miquelon : 242 km 2 , Nouvelle-Calédonie : 18 575 km 2 , Polynésie française : 4 200 km 2 , Clipperton : 2 km 2 (source : site Web du Ministère des Outre-mers , consulté le 10 juin 2015), Wallis-et-Futuna : 142 km 2 (source : Wallis-et-Futuna a perdu près du cinquième de sa population en dix ans , Insee Première n o 1511, août 2014), TAAF hors Terre-Adélie : 7 665 km 2 , soit 8 km 2 pour l'île Saint-Paul, 58 km 2 pour l'île d'Amsterdam, 340 km 2 pour l'archipel de Crozet, 7 215 km 2 pour l'archipel des Kerguelen, 30 km 2 pour l'île Europa, moins de 1 km 2 pour l'île Bassas-da-India, 5 km 2 pour l'île Juan de Nova, 7 km 2 pour les îles Glorieuses, 1 km 2 pour l'île Tromelin (source : site Web des Terres australes et antarctiques françaises ). ↑ « L’altitude du Mont Blanc reste stable » , sur Le Figaro.fr , 5 novembre 2009 (consulté le 2 avril 2010 ) . ↑ « Zonage sismique de la France » , sur planseisme.fr , 2011 (consulté le 4 septembre 2011 ) . ↑ « Des données géographiques et historiques communes » , sur La Documentation française (consulté le 3 décembre 2015 ) ↑ a , b , c , d et e [PDF] Pol Guennoc, Pierre Nehlig et Walter Roest, « Diversité géodynamique de l'outre-mer français », Géosciences , 2011, p. 8-21 . ↑ La Polynésie : La mer, source de vie et d’énergie mercredi 22 juin 2011 . ↑ Bulletin du Centre d’études et de recherche scientifiques, Volume 11, aperçu en ligne . ↑ « Vos questions sur le climat » ( Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ? ) , sur cnrs.fr , 2 avril 2010 . ↑ « Géographie » , sur tourisme-guyane.com (consulté le 2 avril 2010 ) . ↑ « Questions courantes » , sur st-pierre-et-miquelon.com (consulté le 2 avril 2010 ) . ↑ « Terres australes et antarctiques françaises » ( Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ? ) , sur tlfq.ulaval.ca (consulté le 2 avril 2010 ) . ↑ Institut français de l’environnement , L’environnement en France , Paris, La Découverte , 1998 ( ISBN 978-2-7071-2894-2 et 2-7071-2894-5 , LCCN 99172330 ) , p. 110 . ↑ La composition des peuplements sur inventaire-forestier.ign.fr consulté le 16 février 2014. ↑ a et b Institut français de l’environnement , L’environnement en France , Paris, La Découverte , 1998 ( ISBN 978-2-7071-2894-2 et 2-7071-2894-5 , LCCN 99172330 ) , p. 365-367 . ↑ [PDF] « Les parcs naturels régionaux : 40 ans d’histoire… » , sur parcs-naturels-regionaux.tm.fr (consulté le 5 avril 2010 ) . ↑ [PDF] Parcs naturels régionaux de France, « Données de base Parcs naturels régionaux » , mis à jour le 28 août 2007 (consulté le 5 avril 2010 ) . ↑ ( en ) United Nations Statistics Division, « Carbon dioxide emissions (CO2), metric tons of CO2 per capita (CDIAC) » , sur mdgs.un.org (consulté le 5 avril 2010 ) . ↑ L’environnement en France, édition 2010 , coll. « Références Commissariat général au développement durable », juin 2010 par le service de l’observation et des statistiques . ↑ Empreinte écologique et biocapacité par habitant en France depuis 1961 . ↑ Daniel Noin , L’espace français , Paris, Armand Colin , coll. « Cursus », 1995 ( ISBN 978-2-200-21638-2 et 2-200-21638-6 ) , p. 126 . ↑ « Les dynamiques de l’espace français (4) » , sur ac-dijon.fr (consulté le 31 mars 2010 ) . ↑ a et b [2] Résultats du recensement de la population de 2014. ↑ [3] Taile des communes les plus peuplées en 2014. ↑ « Inauguration du tunnel sous la Manche » , sur linternaute.com (consulté le 25 mai 2010 ) . ↑ Daniel Noin, op. cit. , p. 90-91 . ↑ [PDF] Ministère de l'environnement, de l'énergie et de la mer, « Chiffres clés du transport Édition 2016 » , 2016 (consulté le 13 avril 2016 ) , p. 12 et 18. ↑ a et b [PDF] « Chiffres clés des transports Édition 2016 » , sur developpement-durable.gouv.fr , 2016 (consulté le 13 avril 2016 ) , p. 5. ↑ « Un réseau étendu » , sur rff.fr , 2009 (consulté le 24 janvier 2010 ) . ↑ Clive Lamming , Larousse des trains et du chemin de fer , Paris, Larousse , 2005 [ détail des éditions ] , p. 72-81 . ↑ Jean Tricoire, Un siècle de métro en 14 lignes , Paris, La Vie du Rail , 2004 [ détail des éditions ] , p. 17 et 28 . ↑ Union des aéroports français, « Résultats d'activité des aéroports français 2015 » , sur www.aeroport.fr (consulté le 10 avril 2016 ) . ↑ ( en ) Association internationale du transport aérien, « Scheduled Passenger, Kilometres Flown » , sur iata.org , 2012 (consulté le 10 novembre 2013 ) . ↑ [PDF] « Les comptes des transports en 2008 » ( Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ? ) , sur equipement.gouv.fr , 2008 (consulté le 24 février 2010 ) , p. 93. ↑ a et b ( en ) « Top 20 European ports » , 2015 (consulté le 13 avril 2016 ) . ↑ « Datation des figures de Lascaux » , sur lascaux.culture.fr (consulté le 12 janvier 2010 ) . ↑ « Le Monde, ou La description générale de ses quatre parties » , sur gallica.fr (consulté le 2 juin 2015 ) . ↑ Bartolomé Bennassar et Jean Jacquart , Le 16 e siècle , Paris, Armand Colin , coll. « U », 2002 , 4 e éd. ( ISBN 978-2-200-25275-5 ) , p. 240-244 . ↑ Bartolomé Bennassar et Jean Jacquart, op. cit. , p. 179-184 . ↑ Bartolomé Bennassar et Jean Jacquart, op. cit. , p. 83-85 . ↑ Bartolomé Bennassar et Jean Jacquart, op. cit. , p. 296-305 . ↑ Le Discours sur l'organisation des gardes nationales est paru à Paris, chez Buisson, libraire, rue Hautefeuille, n o 20 (1790, in-8° de 78 p.), et dans les numéros 656, 657 et 660 du Point du Jour, ou Résultat de ce qui s’est passé la veille à l’Assemblée Nationale de Barère , avant d'être réédité en province, notamment à Besançon chez Simard (in-8° de 61 p.). Voir Ernest Hamel , Histoire de Robespierre d'après des papiers de famille, les sources originales et des documents entièrement inédits , Paris, A. Lacroix, Verboeckhoven et Cie, 1865, tome I : « la Constituante », p. 429 , note 1. ↑ « Faire connaître, comprendre et respecter les valeurs et symboles de la République et organiser les modalités d’évaluation de leur connaissance » [PDF] , sur La Documentation française . ↑ Pierre Milza , De Versailles à Berlin. 1919-1945 , Paris, Armand Colin , coll. « U », 2003 , 7 e éd. ( ISBN 978-2-200-01683-8 et 2-200-01683-2 ) , p. 167 . ↑ Pierre Milza, op. cit. , p. 168-176 . ↑ Raul Hilberg , La destruction des Juifs d’Europe , vol. III, Gallimard, coll. « Folio », 2006 , p. 2273 . ↑ Jean Fourastié , Les Trente Glorieuses : Ou la révolution invisible de 1946 à 1975 , Paris, Fayard, 1979 , 300 p. . ↑ Voir élections législatives françaises de 1968 . ↑ Voir Référendum sur la réforme du Sénat et la régionalisation . ↑ « L’abolition de la peine de mort en France » , sur LaDocumentationFrançaise.fr , 2002 (consulté le 11 janvier 2010 ) . ↑ « L’euro, monnaie unique européenne » , sur Gralon.net , 2007 (consulté le 11 janvier 2010 ) . ↑ a et b Jean-Luc Parodi, « Sur quelques énigmes des élections françaises du printemps 2002 » , Revue française de science politique (consulté le 11 janvier 2010 ) . ↑ « Dominique de Villepin, Premier ministre français » , sur DroitPublic.net (consulté le 11 janvier 2010 ) . ↑ a et b Dominique Reynié, « 29 mai 2005, un paysage dynamité » , sur constitution-europeenne.info (consulté le 11 janvier 2010 ) . ↑ a et b ( en ) Patrice de Beer, « Nicolas Sarkozy, rupture and ouverture » , sur opendemocracy.net , 31 juillet 2007 (consulté le 11 janvier 2010 ) . ↑ Collection de textes sur la crise économique de 2008-2009 . ↑ Devant Louis-Napoléon Bonaparte élu à 40 ans en 1848 ↑ « Le député » , sur assemblee-nationale.fr (consulté le 3 décembre 2011 ) . ↑ « Vos sénateurs » , sur senat.fr (consulté le 3 décembre 2011 ) . ↑ « Mode d’élection des sénateurs » , sur senat.fr (consulté le 27 février 2010 ) . ↑ « Les institutions » , sur elysee.fr (consulté le 27 février 2010 ) . ↑ « Article 17 de la constitution du 4 octobre 1958 » , sur Légifrance (consulté le 18 septembre 2010 ) . ↑ « Systèmes de droit civil et systèmes mixtes avec tradition civiliste » , sur juriglobe.ca (consulté le 7 septembre 2010 ) . ↑ « Article 542 du Code de procédure civile » , sur Légifrance (consulté le 27 février 2010 ) . ↑ http://www.insee.fr/fr/methodes/nomenclatures/cog/telechargement.asp . ↑ « La décentralisation : Acte II » , sur vie-publique.fr , 17 février 2005 (consulté le 28 février 2010 ) . ↑ « Comprendre les collectivités territoriales » , sur cyber-base.org (consulté le 28 février 2010 ) . ↑ Catherine Gouëset, « Chronologie de la réforme des collectivités territoriales » , sur lexpress.fr , 3 février 2010 (consulté le 28 février 2010 ) . ↑ a et b « Existe-t-il différents types de collectivités en outre-mer ? » , sur vie-publique.fr (consulté le 28 février 2010 ) . ↑ AP, « Outre-mer : 200 à 250 millions d’euros d’aides de l’État » , sur nouvelobs.com , 5 mars 2009 (consulté le 28 février 2010 ) . ↑ « Qu’est-ce qu’un département d’outre-mer et une région d’outre-mer ? » , sur vie-publique.fr (consulté le 28 février 2010 ) . ↑ « La Politique régionale et les régions ultrapériphériques » ( Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ? ) , sur ec.europa.eu (consulté le 28 février 2010 ) . ↑ « Les relations de l’UE avec les territoires d’outre-mer (PTOM) » ( Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ? ) , sur ec.europa.eu (consulté le 28 février 2010 ) . ↑ « Quels sont les statuts des collectivités d’outre-mer ? » , sur vie-publique.fr (consulté le 28 février 2010 ) . ↑ a et b « Qu’en est-il de la Nouvelle-Calédonie et des TAFF ? » , sur vie-publique.fr (consulté le 28 février 2010 ) . ↑ Secrétariat d’État à l’outre-mer, « Clipperton » , sur senat.fr , 2009 (consulté le 28 février 2010 ) . ↑ « Les élections présidentielles sous la V e République, temps forts de la vie politique française » , sur laDocumentationFrançaise.fr (consulté le 1 er mars 2010 ) . ↑ Bruno Cautrès, « L’abstention » , sur scienceshumaines.com (consulté le 2 mars 2010 ) . ↑ Gérard Grunberg et Florence Haegel , La France vers le bipartisme ? : La présidentialisation du PS et de l’UMP , Paris, Presses de Sciences-Po, coll. « Nouveaux débats », 2007 ( ISBN 978-2-7246-1010-9 , LCCN 2007444041 ) . ↑ a et b « Partis politiques » , sur lepolitique.com (consulté le 2 mars 2010 ) . ↑ ( en ) Wolfram Nordsieck, « Parties and Elections in Europe » (consulté le 23 novembre 2015 ) . ↑ « Depuis 2011, le FN est devenu «protectionniste au sens large» » , sur Libération.fr , 21 avril 2014 (consulté le 1 er décembre 2015 ) . ↑ ( en ) « French far-right leader seeks to reintroduce death penalty after Charlie Hebdo attack » , sur Washingtonpost.com (consulté le 31 mars 2015 ) . ↑ « Immigration | Stopper l'immigration, renforcer l'identité française | Front National » , sur Frontnational.fr (consulté le 1 er janvier 2015 ) . ↑ « Pouvoir exécutif » , sur Encyclopédie Larousse , 2016 (consulté le 8 janvier 2016 ) . ↑ Légifrance, site officiel des textes en vigueur, http://www.legifrance.gouv.fr/affichSarde.do?reprise=true&page=1&idSarde=SARDOBJT000007105132&ordre=null&nature=null&g=ls . ↑ Le pouvoir défini par la Constitution . ↑ [La constitution de la V e République française http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000571356&dateTexte=vig ]. ↑ « Le déficit public de la France s’élève à 7,9 % du PIB en 2009 » , sur lemonde.fr , 20 janvier 2010 (consulté le 5 mars 2010 ) . ↑ Eurostat: La dette publique en baisse à 92,1% du PIB dans la zone euro 22 janvier 2015, consulté le 17 mars 2015. ↑ * [PDF] « Projet de loi de finances pour 2009, Rapport sur les prélèvements obligatoires et leur évolution, Annexe 3 : Liste des impôts et taxes constitutifs des prélèvements obligatoires en 2007 » , sur performance-publique.gouv.fr (consulté le 22 février 2010 ) . ↑ http://www.lemonde.fr/sante/article/2014/09/29/la-securite-sociale-aggrave-son-deficit-en-2015_4496363_1651302.html} . ↑ Ministère de la Défense, SGA . ↑ Ministère de la Défense, EMA . ↑ Ministère de la Défense, Armée de Terre . ↑ Ministère de la Défense, Marine Nationale . ↑ Ministère de la Défense, DGA . ↑ Ministère de la Défense, Armée de l'Air . ↑ Ministère de la Défense, Gendarmerie Nationale . ↑ Les Cahiers français, « La Conférence d’examen du Traité de non-prolifération des armes nucléaires (24 avril–19 mai 2000, New York) » , sur ladocumentationfrancaise.fr (consulté le 3 mars 2010 ) . ↑ [PDF] Organisation du traité de l’Atlantique nord, « Compendium Otan-Russie sur les données économiques et financières concernant la défense » , sur nato.int , 8 décembre 2005 (consulté le 3 mars 2010 ) , p. 7. ↑ a et b ministère de la Défense, « Personnel militaire » , sur defense.gouv.fr , 2006 (consulté le 3 mars 2010 ) . ↑ ministère de la Défense, « Journée d’appel de préparation à la défense (JAPD) » , sur defense.gouv.fr (consulté le 3 mars 2010 ) . ↑ [PDF] « Carte des forces françaises déployées en opérations extérieures » , sur defense.gouv.fr , 16 juillet 2015 (consulté le 4 août 2015 ) . ↑ « Forces pré-positionnées » , sur defense.gouv.fr (consulté le 4 août 2015 ) . ↑ « Forces de souveraineté » , sur defense.gouv.fr (consulté le 3 mars 2010 ) . ↑ « Vigipirate » , sur defense.gouv.fr (consulté le 3 mars 2010 ) . ↑ DGRIS[la Direction Générale des Relations Internationales et de la Stratégie [4] la Direction Générale des Relations Internationales et de la Stratégie. ↑ Paul F. Smets ( dir. ) et Mathieu Ryckewaert ( dir. ), Les Pères de l’Europe : cinquante ans après, perspectives sur l’engagement européen , Bruxelles, Émile Bruylant, coll. « Bibliothèque de la Fondation Paul-Henri Spaak », 2001 ( ISBN 978-2-8027-1443-9 , LCCN 2004624707 ) . ↑ Gérard Bossuat , Les fondateurs de l’Europe Unie , Paris, Belin, coll. « Belin sup », 2001 , 286 p. ( ISBN 978-2-7011-2962-4 ) . ↑ « Du traité de Rome au projet de traité constitutionnel européen : les apports des traités » , sur ladocumentationfrancaise.fr (consulté le 10 mars 2010 ) . ↑ Philippe Buton, « La CED, L’Affaire Dreyfus de la Quatrième République ? » , sur cairn.info , Vingtième siècle : Revue d'histoire , avril 2004 (consulté le 10 mars 2010 ) , p. 43-59. ↑ ( en ) « Europe’s single market under threat », The Economist , rubrique « Charlemagne », 12 novembre 2009 . ↑ « La Politique agricole commune, PAC » , sur touteleurope.fr (consulté le 10 mars 2010 ) . ↑ Comment la France participe-t-elle au financement de l'Union Européenne , sur le site vie-publique.fr. ↑ a et b Isabelle Lasserre, « Quand Mitterrand, déjà, négociait le retour dans l’Otan » , sur lefigaro.fr , 10 mars 2009 (consulté le 10 mars 2010 ) . ↑ Freddy Eytan , La France, Israël et les Arabes : le double jeu ? , Paris, Picollec, 2004 , 560 p. ( ISBN 978-2-86477-211-8 ) . ↑ a et b ministère des Affaires étrangères, « Ambassades et consulats » , sur diplomatie.gouv.fr (consulté le 28 février 2010 ) . ↑ Agence française de développement , « L’AFD annonce une nouvelle croissance de ses activités en 2008 et place l’année 2009 sous le signe d’une relance verte et solidaire » (consulté le 10 mars 2010 ) . ↑ [PDF] OCDE, « Synthèse de l'aide publique au développement en avril 2015 » , sur oecd.org (consulté le 24 décembre 2015 ) . ↑ a , b et c « Article 2 de la constitution » , sur Wikisource (consulté le 27 février 2010 ) . ↑ Faut-il changer la Marseillaise ? , Archives de l' INA , journal télévisé France 3 (19/20) du 13 juillet 1990, sur ina.fr . Consulté le 27 février 2010]. ↑ « Marianne » , sur elysee.fr (consulté le 27 février 2010 ) . ↑ France : Jacques Dupaquier, Histoire de la population française , Paris, PUF, 1988, et « Évolution de la population de la France métropolitaine » , sur insee.fr (consulté le 31 janvier 2010 ) Allemagne : destatis.de Royaume-Uni : Office for National Statistics ↑ https://www.insee.fr/fr/statistiques/2554860 . ↑ ( en ) « Population & sociétés : Tous les pays du monde (2015) » [PDF] , sur INED (consulté le 13 avril 2016 ) . ↑ Insee - Fécondité totale, fécondité selon le groupe d'âges de la mère et âge moyen des mères à l'accouchement jusqu'en 2015 , consulté le 13 avril 2016. ↑ « Les parents nés en France comprennent les parents nés dans les collectivités d'outre-mer (COM) », Insee - Naissances selon le pays de naissance des parents 2014 , consulté le 13 avril 2016. ↑ [5] , consulté le 21 février 2017. ↑ Tableaux de l'économie française 2016 - Population par âge ( p. 26-27 ), consulté le 13 avril 2016. ↑ Gérard Noiriel , Atlas de l'immigration en France (2002) , éd. Autrement, 2002, p. 11 . ↑ L'État a produit un apartheid inconscient , Le Télégramme, 14 mars 2015. ↑ Les immigrés constituent 11 % de la population française , TF1, Alexandra Guillet, le 24 novembre 2010, source : Ined. ↑ Ici selon la définition des Nations unies : « personne née dans autre pays que celui où elle réside », « La proportion d’immigrés est plus élevée que celle publiée par l’Insee, qui contrairement aux Nations unies ne compte pas dans les immigrés les Français nés à l’étranger. En ne comptant que les personnes nées étrangères à l’étranger, la proportion n’est que de 8 % en France », Note de l'Ined , Populations et société, n o 472. ↑ Migrants in Europe, A statistical portrait of the first and second generation , Eurostat, décembre 2011, p. 122 . ↑ Populations étrangère et immigrée en 2008 , Insee, octobre 2011. ↑ a et b Enquêtes annuelles de recensement 2004 et 2005, Près de 5 millions d’immigré à la mi-2004 , Insee Première n o 1098, Catherine Borrel, 2006. ↑ Être né en France d’un parent immigré , Insee Première , n o 1287, mars 2010, Catherine Borrel et Bertrand Lhommeau, Insee. ↑ « Taux de fécondité en Europe » , Eurostat (consulté le 26 janvier 2010 ) . ↑ LOI n o 2013-404 du 17 mai 2013 ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe , sur le site legifrance.gouv.fr du 17 mai 2013. ↑ a et b « Le français, enjeu du XXI e siècle » , sur le site de l' Organisation internationale de la francophonie , 20 mars 2009 [PDF] . ↑ « La politique linguistique du français » , sur tlfq.ulaval.ca (consulté le 12 septembre 2010 ) . ↑ Bernard Cerquiglini, « Les langues de la France — Rapport au ministre de l’Éducation nationale, de la Recherche et de la Technologie, et à la ministre de la Culture et de la Communication » , sur culture.gouv.fr , avril 1999 (consulté le 12 septembre 2010 ) . ↑ Pierre Bréchon, « Les attitudes religieuses en France : quelles recompositions en cours ? », Archives de sciences sociales des religions , n o 109,‎ 2000, 11-30 ( lire en ligne ) . ↑ « Loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation des Églises et de l’État » , sur legifrance.gouv.fr (consulté le 23 février 2010 ) . ↑ Institut du Droit Local Alsacien-Mosellan . ↑ Loi n o 2004-228 du 15 mars 2004 encadrant, en application du principe de laïcité, le port de signes ou de tenues manifestant une appartenance religieuse dans les écoles, collèges et lycées publics . ↑ Sondage CSA 2006 publié en janvier 2007 dans Le Monde des religions . ↑ Sondage IFOP 2007 pour La Vie , n o 3209 du 1 er mars 2007. ↑ ( en ) Voir : TABLE 1 - BELIEF IN GOD OR SUPREME BEING , sur le site prnewswire.com paru dans le Financial time du 20 décembre 2006. ↑ « Le coût d'une scolarité » . ↑ « Les collectivités territoriales » , sur education.gouv.fr (consulté le 22 février 2010 ) . ↑ « L’école maternelle » , sur education.gouv.fr (consulté le 22 février 2010 ) . ↑ « L’école élémentaire » , sur education.gouv.fr (consulté le 22 février 2010 ) . ↑ « Le collège » , sur education.gouv.fr (consulté le 22 février 2010 ) . ↑ « Le lycée » , sur education.gouv.fr (consulté le 22 février 2010 ) . ↑ a et b « L’enseignement supérieur » , sur education.gouv.fr (consulté le 22 février 2010 ) . ↑ « Les établissements d’enseignement privés » , sur education.gouv.fr (consulté le 22 février 2010 ) . ↑ « Résultats de la France à l'enquête PISA 2012 scolaires », Le Monde du 07/12/2013, Olivier Rollot. ↑ Agence nationale de lutte contre l’illettrisme, des chiffres pour éclairer les décisions . ↑ How to conduct European clinical trials from the Paris Region ? Clinical Trials. Paris. February 2003. ↑ Nombre de médecins pour 1000 habitants par ordre alphabétique des pays . ↑ Dépenses de santé par habitant par ordre alphabétique de pays . ↑ Presse quotidienne régionale et départementale , Presse magazine , Presse quotidienne nationale, Sport , OJD. Consulté le 24 février 2010. ↑ « Bureau Presse Payante Grand Public, Presse quotidienne nationale » , sur ojd.com (consulté le 24 février 2010 ) . ↑ ( en ) World Association of Newspapers, « World’s 100 Largest Newspapers » , sur wan-press.org (consulté le 24 février 2010 ) . ↑ « La régulation : les radios locales privées (RLP) » , sur SchooP.fr (consulté le 24 février 2010 ) . ↑ « La FM aujourd’hui » , sur SchooP.fr (consulté le 24 février 2010 ) . ↑ [PDF] Médiamétrie, « ENQUÊTE MEDIAMÉTRIE 126 000 RADIO, L’audience de la Radio en novembre-décembre 2009 » , sur mediametrie.fr , janvier 2010 (consulté le 24 février 2010 ) , p. 2. ↑ [PDF] Médiamétrie, « L’Audience de la TV en janvier 2010 » , sur mediametrie.fr (consulté le 24 février 2010 ) , p. 2. ↑ René Trégouët, « Connexion des foyers français à Internet » , sur senat.fr (consulté le 24 février 2010 ) . ↑ Médiamétrie, « Repère, les chiffres clés d’internet » , sur mediametrie.fr (consulté le 24 février 2010 ) . ↑ « Classement mondial 2009 » , sur rsf.org (consulté le 20 septembre 2010 ) . ↑ « La France se rapproche » , sur lequipe.fr , L'Équipe , 23 mars 2013 (consulté le 23 mars 2013 ) . ↑ ( en ) « Havas Sports & Entertainment unveils the 8th edition of the Great Nations of Sport ranking » , sur havas-se.com , Havas Sports & Entertainment , 28 janvier 2013 (consulté le 23 mars 2013 ) . ↑ « n o 1 : le football » , sur linternaute.com , septembre 2008 (consulté le 24 février 2010 ) . ↑ Il s’agit des neuf sports comptant le plus de licenciés en France, selon « Les 20 sports qui comptent le plus de licenciés » , sur linternaute.com , septembre 2008 (consulté le 24 février 2010 ) . ↑ « n o 19 : le ski » , sur linternaute.com , septembre 2008 (consulté le 24 février 2010 ) . ↑ ( en ) « Olympic Sports » , sur sports-reference.com (consulté le 20 septembre 2010 ) . ↑ ( en ) Time, « Why the French Love to Strike » , sur time.com , 16 avril 2009 , cité par Anthony Bellanger, « Pourquoi les Français font-ils toujours grève ? » , sur courrierinternational.com , 24 avril 2009 (consulté le 2 mars 2010 ) . ↑ Jean-Benoît Nadeau et Julie Barlow , Pas si fous, ces Français ! , Paris, Points Seuil, 2006 , 2 e éd. , poche ( ISBN 978-2-7578-0152-9 ) , cité par Annet Sauty de Chalon, « Pas si fous ces Français ! » , sur canalacademie.com , 27 septembre 2006 (consulté le 2 mars 2010 ) . ↑ Loi du 1 er juillet 1901 (Loi relative au contrat d’association) . ↑ a et b Centre d’analyse stratégique, « Sortie de crise : vers l’émergence de nouveaux modèles de croissance ? » , sur lesechos.fr , octobre 2009 (consulté le 9 avril 2010 ) , p. 45. ↑ Entre 1978 et 2007, la valeur des actifs détenus par les ménages, les entreprises et l'État a été multipliée par deux, en termes réels. . ↑ En 2010, les Français ont plus que jamais épargné: leurs économies de l'année représentaient 16 % de leurs revenus. . ↑ « Le taux de chômage reste supérieur à 10 % en France », Le Monde.fr ,‎ 19 mai 2016 ( ISSN 1950-6244 , lire en ligne ) . ↑ [PDF] Cour des Comptes, « Les effectifs de l'État — 1980-2008 » , 9 décembre 2009 (consulté le 20 septembre 2010 ) . ↑ Daniel Cohen , Trois leçons sur la société post-industrielle , Paris, Seuil, 2006 . ↑ Eurostat communiqués de presse, 28 novembre 2014 . ↑ John Lichfield, The Moving of the Mona Lisa , The Independent, 2 April 2005 (Retrieved 9 March 2012). ↑ Global Attraction Attendance Report, 2012 . ↑ a , b et c [PDF] « Chiffres-clés du tourisme » , sur dgcis.gouv.fr , 2008 (consulté le 5 avril 2010 ) . ↑ « Top des parcs d’attraction en France : Le Puy du Fou ravit la 2 e place en 2013 » , sur www.parc-attraction-loisirs.fr (consulté le 18 juin 2014 ) . ↑ a et b [PDF] « Sites touristiques en France » , sur dgcis.gouv.fr , 2009 (consulté le 5 avril 5010 ) . ↑ a et b ( en ) « Global 500 » , sur money.cnn.com , 2009 (consulté le 4 avril 2010 ) . ↑ Gouvernement , « L'industrie en France » , sur France Gouvernement (consulté le 14 octobre 2016 ) . ↑ Areva s'allie avec des Chinois pour sauver le programme nucléaire britannique . ↑ Bettencourt a cédé l'île d'Arros pour 60 millions de dollars . ↑ « Michelin : de la balle de caoutchouc au roi du pneumatique » , sur lefigaro.fr , 19 juin 2007 (consulté le 4 avril 2010 ) . ↑ Ministère des Affaires étrangères et du Développement international , « Industries et technologies de défense » , sur France Diplomatie : : Ministère des Affaires étrangères et du Développement international (consulté le 13 octobre 2016 ) . ↑ « Rapport au Parlement 2016 sur les exportations d'armement de la France » , sur www.defense.gouv.fr (consulté le 13 octobre 2016 ) . ↑ DGEMP-DIREM, BEPH, « Les repères sur l’exploration et la production de pétrole et de gaz en France » , sur developpement-durable.gouv.fr , novembre 2007 (consulté le 4 avril 2010 ) . ↑ [PDF] « Chiffres clés de l’énergie » , sur developpement-durable.gouv.fr , 2009 (consulté le 4 avril 2010 ) , p. 5. ↑ Autorité de sûreté nucléaire, « La sûreté nucléaire et la radioprotection en France en 2008 » , sur asn.fr (consulté le 4 avril 2010 ) . ↑ Voir par exemple le site du réseau Sortir du nucléaire . ↑ L'avion militaire en 14-18 . ↑ Airbus : du village gaulois à l'axe franco-allemand . ↑ a et b La France à la conquête de l'espace . ↑ L'Europe fait concurrence aux Américains . ↑ ( en ) Eurostat, « Gross domestic expenditure on R&D (GERD) » , sur epp.eurostat.ec.europe.eu (consulté le 23 mai 2010 ) . ↑ ( en ) Eurostat, « Gross domestic expenditure on R&D (GERD) by source of funds » , sur epp.eurostat.ec.europe.eu (consulté le 23 mai 2010 ) . ↑ ( en ) « Engineer's Guide to Imaging Valley » , sur eetimes.com , 4 août 2017 (consulté le 22 août 2017 ) ↑ « 71 pôles de compétitivité » , sur competitivite.gouv.fr (consulté le 23 mai 2010 ) . ↑ CCIP, Paris-La Défense, moteur d'attractivité internationale pour l'Île-de-France , p. 12 . ↑ ( en ) « Banks : Commercial and Savings » , sur money.cnn.com , 2010 (consulté le 23 mai 2010 ) . ↑ [PDF] Association Internationale des Sociétés d’Assurance Mutuelle, « Les assureurs mutuels restent forts » , sur aisam.org (consulté le 23 mai 2010 ) . ↑ ( en ) [PDF] NYSE-Euronext, « CAC 40 » , sur euronext.com (consulté le 23 mai 2010 ) . ↑ « Paris-La Défense,premier quartier d'affaires européen » , sur tourisme92.com , 2015 (consulté le 27 janvier 2016 ) ]. ↑ ( en ) Fonds monétaire international, « World Economic Outlook Database » , sur imf.org , avril 2010 (consulté le 12 septembre 2010 ) . ↑ a , b et c « The World Factbook, France » , sur cia.gov (consulté le 12 septembre 2010 ) . ↑ ( en ) « Global 500 » , sur money.cnn.com , 2010 (consulté le 4 avril 2010 ) . ↑ Émilie Lévêque, « Commerce extérieur : les raisons de la débâcle » , sur lexpansion.com , 6 février 2009 (consulté le 1 er avril 2010 ) . ↑ La perte du triple A était une question de temps . ↑ Moody's dégrade la note de la France de Aaa à Aa1 . ↑ L'agence S&P abaisse d'un cran la note de la France . ↑ Standard & Poor's dégrade la perspective de la France . ↑ Fitch baisse la note de la France à “AA” . ↑ Ministère de la Culture et de la Communication, 'Cultura statistics', Key figures . ↑ ( en ) « Official properties inscribed on the UNESCO World Heritage List in France » , Whc.unesco.org (consulté le 9 juillet 2015 ) . ↑ « Baroque et classique : une civilisation » , sur www.persee.fr , Éditions Persée, 2005-2017 (consulté le 28 avril 2017 ) : « La monumentalité classique : Versailles , l'Orangerie et le Château, par Mansart, [...] ceux qui considèrent Versailles comme un chef-d'œuvre baroque. » ↑ Comité du patrimoine mondial de l’UNESCO, « Liste du patrimoine mondial » , sur whc.unesco.org (consulté le 17 décembre 2014 ) . ↑ ( fr ) Tour Eiffel et souvenirs de Paris . ↑ [PDF] statistiques du ministère de la Culture , sur le site culture.gouv.fr. ↑ FT.com 'Small Talk: José Saramago' . 'Everything I’ve read has influenced me in some way. Having said that, Kafka, Borges, Gogol, Montaigne, Cervantes are constant companions.'. ↑ His anecdotes are 'casual' only in appearance. Montaigne writes: 'Neither my anecdotes nor my quotations are always employed simply as examples, for authority, or for ornament...They often carry, off the subject under discussion, the seed of a richer and more daring matter, and they resonate obliquely with a more delicate tone,' Michel de Montaigne, Essais , Pléiade, Paris (ed. A. Thibaudet) 1937, Bk. 1, ch.40, p. 252 (tr. Charles Rosen). ↑ ( en ) « Victor Hugo est le plus grand écrivain français » [PDF] (consulté le 29 septembre 2013 ) . ↑ ( fr ) Auteurs et répertoires – Official site of the Comédie Française. ↑ ( en ) 2003年4月21日 (月), « The 100 Greatest Artists – No. 62 » , Hmv.co.jp (consulté le 25 janvier 2011 ) . ↑ a et b « La musique française » , sur memo.fr (consulté le 1 er juin 2010 ) . ↑ « La musique française: artistes connus, histoires et paroles de chansons » , sur musique-franco.com (consulté le 1 er juin 2010 ) . ↑ ( en ) Manohla Dargis , « Cannes International Film Festival » , sur The New York Times . ↑ ( en ) Dennis Lim , « They'll Always Have Cannes » , The New York Times ,‎ 15 mai 2012 ( lire en ligne ) . ↑ ( en ) Matt Woolsey , « In Pictures: Chic Cannes Hideaways » , Forbes ,‎ 14 mai 2008 ( lire en ligne ) . ↑ UNESCO, « Cinéma : Production de films de longs métrages » , sur stats.uis.unesco.org (consulté le 1 er juin 2010 ) . ↑ [PDF] « Le cinéma français à l’étranger : Résultats de l’année 2009 et de la décennie » , sur unifrance.org (consulté le 1 er juin 2010 ) , p. 10. ↑ ( fr ) Macha Séry, « L’événement culturel le plus médiatisé au monde » , Le Monde , 2007 (consulté le 1 er juin 2010 ) . ↑ Serge Regourd , L’exception culturelle , Paris, PUF, 2004 . ↑ Kelly, 181. DeJean, chapters 2–4. ↑ ( en ) « Top 10 Most Tasty Cuisines in the World » , sur trifter.com (consulté le 14 juin 2010 ) . ↑ ( en ) Dave Emery, « Top 10 Most Tasty Cuisines in the World » , sur hotelclub.com (consulté le 14 juin 2010 ) . ↑ La Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité s’enrichit de 46 nouveaux éléments . ↑ André Thuilier , Histoire de l’université de Paris et de la Sorbonne , Paris, Nouvelle librairie de France, 1994 . ↑ ( en ) The Nobel Foundation, « All Nobel Prizes » , sur nobelprize.org (consulté le 13 juin 2010 ) . ↑ ( en ) International Mathematical Union, « List of Fields Medallists » , sur mathunion.org (consulté le 1 er septembre 2010 ) . ↑ Frédéric Gimello-Mesplomb, « L’État et la politique culturelle, cours à l’université de Metz » , sur fgimello.free.fr (consulté le 12 juin 2010 ) . ↑ Organisation internationale de la francophonie, « Qui sommes-nous ? » , sur francophonie.org (consulté le 12 juin 2010 ) . ↑ « Les Alliances françaises dans le monde » , sur fondation-alliancefr.org (consulté le 12 juin 2010 ) . ↑ « Missions, actions, moyens » , sur aefe.fr (consulté le 12 juin 2010 ) . ↑ « TV5, France 24, RFI : quel avenir pour l’audiovisuel francophone à l’étranger ? » , sur francaisdumonde.com (consulté le 12 juin 2010 ) . Annexes Sur les autres projets Wikimedia : France , sur Wikimedia Commons France , sur le Wiktionnaire France , sur Wikiquote France , sur Wikinews France , sur Wikivoyage Bibliographie Voir l’article : Bibliographie sur la France . Liens externes Notices d'autorité : Fichier d’autorité international virtuel • Bibliothèque nationale de France ( données ) • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • Bibliothèque nationale de la Diète • Bibliothèque nationale d’Israël • WorldCat Bases de données géographiques : GeoNames • OpenStreetMap • Thesaurus of Geographic Names Site officiel du tourisme français Le tourisme sur le portail de la Direction chargée du tourisme au ministère de l'Artisanat, du Commerce et du Tourisme Site de l'Institut national de la statistique et des études économiques PIB par habitant ($ US courants) , sur le site donnees.banquemondiale.org Site de l'Agence de développement touristique de la France Base de données mise en forme du FMI v · m Pays d' Europe et organisations européennes Les dates correspondent aux dates de fondation des organisations Conseil de l'Europe 5 mai 1949 47 États membres : Albanie · Allemagne · Andorre · Arménie · Autriche · Azerbaïdjan · Belgique · Bosnie-Herzégovine · Bulgarie · Chypre · Croatie · Danemark · Espagne · Estonie · Finlande · France · Géorgie · Grèce · Hongrie · Irlande · Islande · Italie · Lettonie · Liechtenstein · Lituanie · Luxembourg · Macédoine · Malte · Moldavie · Monaco · Monténégro · Norvège · Pays-Bas · Pologne · Portugal · Roumanie · Royaume-Uni · Russie · Saint-Marin · Serbie · Slovaquie · Slovénie · Suède · Suisse · République tchèque · Turquie · Ukraine Union européenne 25 mars 1957 28 États membres : Allemagne · Autriche · Belgique · Bulgarie · Chypre · Croatie · Danemark · Espagne · Estonie · Finlande · France · Grèce · Hongrie · Irlande · Italie · Lettonie · Lituanie · Luxembourg · Malte · Pays-Bas · Pologne · Portugal · Roumanie · Royaume-Uni · Slovaquie · Slovénie · Suède · République tchèque 5 États dont les candidatures sont reconnues : Albanie · Macédoine · Monténégro · Serbie · Turquie Espace Schengen 26 mars 1995 22 États de l'Union européenne : Allemagne · Autriche · Belgique · Danemark · Espagne · Estonie · Finlande · France · Grèce · Hongrie · Italie · Lettonie · Lituanie · Luxembourg · Malte · Pays-Bas · Pologne · Portugal · Slovaquie · Slovénie · Suède · République tchèque 4 autres États membres : Islande · Liechtenstein · Norvège · Suisse 3 autres États membres de facto : Monaco · Saint-Marin · Vatican Zone euro 1 er janvier 1999 19 États de l'Union européenne : Allemagne · Autriche · Belgique · Chypre · Espagne · Estonie · Finlande · France · Grèce · Irlande · Italie · Lettonie · Lituanie · Luxembourg · Malte · Pays-Bas · Portugal · Slovaquie · Slovénie 4 autres États ayant adopté l'euro : Andorre · Monaco · Saint-Marin · Vatican 2 autres États sans accord formel : Kosovo · Monténégro Conseil nordique — 13 février 1953 5 États membres : Danemark · Finlande · Islande · Norvège · Suède 3 territoires autonomes : Åland · îles Féroé · Groenland 3 États observateurs : Estonie · Lettonie · Lituanie AELE — 3 mai 1960 4 États membres : Islande · Liechtenstein · Norvège · Suisse Groupe de Visegrád — 15 février 1991 4 États membres : Pologne · République tchèque · Slovaquie · Hongrie CEMB — 6 mars 1992 11 États membres : Allemagne · Danemark · Estonie · Finlande · Islande · Lettonie · Lituanie · Norvège · Pologne · Russie · Suède · UE ALECE — 21 décembre 1992 7 États membres : Albanie · Bosnie-Herzégovine · Kosovo · Macédoine · Moldavie · Monténégro · Serbie GUAM — 7 juin 2001 4 États membres : Géorgie · Ukraine · Azerbaïdjan · Moldavie CCD/CDC — 2 décembre 2005 9 États membres : Estonie · Géorgie · Lettonie · Lituanie · Macédoine · Moldavie · Roumanie · Slovénie · Ukraine Partenariat oriental — 7 mai 2009 6 États ayant un accord d'association avec l' UE : Arménie · Azerbaïdjan · Géorgie · Moldavie · Ukraine · Biélorussie Union économique eurasiatique 1 er janvier 2015 5 États membres : Arménie · Biélorussie · Kazakhstan · Kirghizistan · Russie 1 État observateur : Moldavie Med 7 — 9 septembre 2016 7 États membres : France · Italie · Espagne · Portugal · Grèce · Chypre · Malte Dépendances et territoires à souveraineté spéciale Akrotiri et Dhekelia ( bases militaires souveraines britanniques ) · Åland ( État libre associé à la Finlande ) · Îles Féroé ( pays constitutif du royaume du Danemark ) · Gibraltar ( territoire britannique d'outre-mer ) · Guernesey ( dépendance de la Couronne ) · Groenland ( pays constitutif du royaume du Danemark ) · Île Jan Mayen (territoire sous souveraineté norvégienne ) · Île de Man ( dépendance de la Couronne ) · Jersey ( dépendance de la Couronne ) · Svalbard (territoire sous souveraineté norvégienne ) États européens non reconnus par la communauté internationale Abkhazie · Chypre du Nord · Donetsk · Haut-Karabagh · Kosovo · Lougansk · Ossétie-du-Sud-Alanie · Sébastopol · Transnistrie Autres organisations partiellement européennes CEI ( 8 décembre 1991 ) · OCDE ( 30 septembre 1961 ) · OSCE ( 1 er janvier 1995 ) · OTAN ( 4 avril 1949 ) · OTSC ( 7 octobre 2002 ) · UEEA ( 1 er janvier 2015 ) · UpM ( 13 juillet 2008 ) v · m Conseil de l’Europe Institutions Secrétaire général Comité des ministres Assemblée parlementaire Congrès des pouvoirs locaux et régionaux Conférence des OING Cour européenne des droits de l’homme Commissaire aux droits de l’homme Commission européenne pour l'efficacité de la justice Membres Fondateurs Belgique Danemark France Irlande Italie Luxembourg Norvège Pays-Bas Royaume-Uni Suède Autres Albanie Allemagne Andorre Arménie Autriche Azerbaïdjan Bosnie-Herzégovine Bulgarie Chypre Croatie Espagne Estonie Finlande Géorgie Grèce Hongrie Islande Lettonie Liechtenstein Lituanie Macédoine Malte Moldavie Monaco Monténégro Pologne Portugal République tchèque Roumanie Russie Saint-Marin Serbie Slovaquie Slovénie Suisse Turquie Ukraine Pays candidats Biélorussie Kazakhstan Kosovo Observateurs Canada États-Unis Israël Japon Jordanie Kazakhstan Kirghizistan Maroc Mexique Palestine Vatican v · m Régions et territoires de France Régions Auvergne-Rhône-Alpes · Bourgogne-Franche-Comté · Bretagne · Centre-Val de Loire · Corse CTU · Grand Est · Guadeloupe · Guyane CTU · Hauts-de-France · Île-de-France · La Réunion · Martinique CTU · Mayotte CTU · Normandie · Nouvelle-Aquitaine · Occitanie · Pays de la Loire · Provence-Alpes-Côte d'Azur Collectivités d’outre-mer Polynésie française · Saint-Barthélemy · Saint-Martin · Saint-Pierre-et-Miquelon · Wallis-et-Futuna Territoire d'outre-mer Terres australes et antarctiques françaises Statut spécifique Nouvelle-Calédonie · Île Clipperton (possession sous l'autorité directe du gouvernement français) v · m Histoire de France Antiquité Gaule Gaule romaine Francs Moyen Âge Mérovingiens Carolingiens Empire carolingien Francie occidentale Royaume de France Capétiens Valois (directs) Époque moderne Valois-Orléans Valois-Orléans-Angoulême Bourbons Époque contemporaine Révolution française Première République ( Convention nationale · Directoire · Consulat ) Premier Empire ( Cent-Jours ) Restauration ( Première Restauration · Seconde Restauration ) Trois Glorieuses Monarchie de Juillet Révolution de 1848 Deuxième République Second Empire Troisième République Régime de Vichy Gouvernement provisoire Quatrième République Cinquième République Histoire thématique Histoire économique Histoire militaire Formation territoriale de la France Chronologie Liste d’articles en rapport v · m Groupe des huit (G8) Allemagne · Canada · États-Unis · France · Italie · Japon · Royaume-Uni · Russie (suspendu) v · m Groupe des vingt (G20) Afrique du Sud Allemagne Arabie saoudite Argentine Australie Brésil Canada Chine Corée du Sud États-Unis France Inde Indonésie Italie Japon Mexique Royaume-Uni Russie Turquie Union européenne v · m Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) États membres Allemagne · Australie · Autriche · Belgique · Canada · Chili · Corée du Sud · Danemark · Espagne · Estonie · États-Unis · Finlande · France · Grèce · Hongrie · Irlande · Islande · Israël · Italie · Japon · Luxembourg · Mexique · Norvège · Nouvelle-Zélande · Pays-Bas · Pologne · Portugal · Royaume-Uni · Slovaquie · Slovénie · Suède · Suisse · République tchèque · Turquie v · m Organisation mondiale du commerce (OMC) Membres Afrique du Sud Albanie Allemagne Angola Antigua-et-Barbuda Arabie saoudite Argentine Arménie Australie Autriche Bahreïn Bangladesh Barbade Belgique Belize Bénin Birmanie Bolivie Botswana Brésil Brunei Bulgarie Burkina Faso Burundi Cambodge Cameroun Canada République centrafricaine Chili Chine Chypre Colombie Congo-Brazzaville Congo-Kinshasa Corée du Sud Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba Danemark Djibouti République dominicaine Dominique Égypte Émirats arabes unis Équateur Espagne Estonie États-Unis Fidji Finlande France Gabon Gambie Géorgie Ghana Grèce Grenade Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guyana Haïti Honduras Hong Kong Hongrie Maurice Salomon Inde Indonésie Irlande Islande Israël Italie Jamaïque Japon Jordanie Kenya Koweït Laos Lettonie Lesotho Liechtenstein Lituanie Luxembourg Macao Macédoine Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Malte Maroc Mauritanie Mexique Moldavie Mongolie Mozambique Namibie Népal Nicaragua Niger Nigeria Norvège Nouvelle-Zélande Oman Ouganda Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pays-Bas Pérou Philippines Pologne Portugal Qatar Roumanie Royaume-Uni Rwanda Saint-Christophe-et-Niévès Sainte-Lucie Saint-Vincent-et-les-Grenadines Salvador Sénégal Seychelles Sierra Leone Singapour Slovaquie Slovénie Sri Lanka Suède Suisse Suriname Swaziland Tanzanie Taïwan Tchad République tchèque Thaïlande Togo Trinité-et-Tobago Tunisie Turquie Union européenne Uruguay Venezuela Viêt Nam Zambie Zimbabwe Accords Général sur les tarifs douaniers et le commerce (1947) Agriculture (1994) Application des mesures sanitaires et phytosanitaires (1995) Obstacles techniques au commerce Investissements Commerce des services Propriété intellectuelle Marchés publics Déclaration de Doha Technologies de l'information (1996) Paquet de Bali v · m Conseil de sécurité des Nations unies Fonctionnement Composition · Présidence · Résolutions ( liste ) Membres permanents ( droit de veto ) Chine · États-Unis · France · Royaume-Uni · Russie Au Conseil jusqu’au 31 décembre 2017 Égypte · Japon · Sénégal · Ukraine · Uruguay Au Conseil jusqu’au 31 décembre 2018 Éthiopie · Bolivie · Kazakhstan · Italie · Suède Organes subsidiaire du Conseil de sécurité Comité créé par la résolution 1267 (1999) · Commission de contrôle, de vérification et d’inspection des Nations unies · Mécanisme pour les Tribunaux pénaux internationaux · Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie · Tribunal pénal international pour le Rwanda · Tribunal spécial pour la Sierra Leone v · m Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN) Histoire Élargissement de l'OTAN Traité de l'Atlantique nord Sommets de l'OTAN NATO Operations (en) Structure Conseil de l'Atlantique nord Grand Quartier général des puissances alliées en Europe Commandement allié Transformation Assemblée parlementaire de l'OTAN Allied Joint Force Command Naples Personnalité Secrétaire général de l'OTAN Président du comité militaire de l'OTAN Relations multilatérales Foreign relations of NATO (en) Atlantic Treaty Association (en) Conseil de partenariat euro-atlantique Conseil OTAN-Russie Partenariat pour la paix Dialogue méditerranéen Initiative de coopération d'Istanbul Forces armées Albanie Allemagne Belgique Bulgarie Canada Croatie Danemark Espagne Estonie États-Unis France Grèce Hongrie Islande Italie Lettonie Lituanie Luxembourg Monténégro Norvège Pays-Bas Pologne Portugal République tchèque Roumanie Royaume-Uni Slovaquie Slovénie Turquie Unités militaires Actives Force de réaction de l'OTAN FIAS Heavy Airlift Wing Polygone de Guerre Électronique POMLT Standing NATO Maritime Group 1 Standing NATO Maritime Group 2 Baltic Air Policing Baltic Naval Squadron Icelandic Air Policing Swisscoy Retirées IFOR SFOR Northern Army Group Code OTAN Système OTAN de défense aérienne et antimissile intégrée Système de défense antimissile de l'OTAN v · m Organisation internationale de la francophonie (OIF) Membres Membres de plein droit Albanie Andorre Arménie Belgique Bénin Bulgarie Burkina Faso Burundi Cambodge Cameroun Canada Cap-Vert République centrafricaine Comores République démocratique du Congo République du Congo Côte d’Ivoire Djibouti Dominique Égypte France Gabon Grèce Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Haïti Laos Liban Luxembourg Macédoine Madagascar Mali Mauritanie Maurice Maroc Moldavie Monaco Nouveau-Brunswick Niger Québec Roumanie Rwanda Sainte-Lucie Sao Tomé-et-Principe Sénégal Seychelles Suisse Tchad Togo Tunisie Vanuatu Viêt Nam Wallonie-Bruxelles Associés Chypre Ghana Nouvelle-Calédonie Qatar Observateurs Argentine Autriche Bosnie-Herzégovine Corée du Sud Costa Rica Croatie Émirats arabes unis Estonie Géorgie Hongrie Kosovo Lettonie Lituanie Mexique Monténégro Mozambique Ontario Pologne Serbie Slovaquie Slovénie République dominicaine République tchèque Thaïlande Ukraine Uruguay Opérateurs Agence universitaire de la francophonie TV5 Monde Université Senghor d'Alexandrie Association internationale des maires francophones Relations permanentes Nations unies Union africaine Union européenne Secrétaires généraux Boutros Boutros-Ghali (1997-2002) Abdou Diouf (2003-2014) Michaëlle Jean (depuis 2015) Assemblée parlementaire de la francophonie Sommet de la francophonie v · m Union latine États membres Andorre Angola Bolivie Brésil Cap-Vert Chili Colombie Costa Rica Côte d'Ivoire Cuba République dominicaine Équateur Espagne France Guatemala Guinée-Bissau Haïti Honduras Italie Moldavie Monaco Mozambique Nicaragua Panama Paraguay Pérou Philippines Portugal Roumanie Saint-Marin Salvador Sao Tomé-et-Principe Timor oriental Uruguay Venezuela États observateurs Argentine Ordre souverain de Malte Mexique Vatican Portail de la France Portail de l’Union européenne Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 29 octobre 2010 ( comparer avec la version actuelle ) . Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu . La version du 29 octobre 2010 de cet article a été reconnue comme « article de qualité », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration. Ce document provient de « https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=France&oldid=144271214 ». Catégorie : France Catégories cachées : Page avec des erreurs de référence Article contenant un lien mort Page en semi-protection longue Page au nom protégé Page incorrectement traitée par le Module:Unité Article à référence nécessaire Article à mettre à jour Catégorie Commons avec lien local différent sur Wikidata Article de Wikipédia avec notice d'autorité Page pointant vers des bases géographiques Page utilisant P1566 Page utilisant P402 Page utilisant P1667 Article contenant un appel à traduction en anglais Portail:France/Articles liés Portail:Europe/Articles liés Portail:Union européenne/Articles liés Article de qualité en scots Article de qualité en roumain Bon article en espéranto Bon article en islandais Article de qualité en mannois Bon article en finnois Article de qualité en arménien Article de qualité en cebuano Article de qualité dans une autre langue Article de qualité en serbo-croate Bon article en lituanien Bon article en nahuatl Article de qualité en afrikaans Article de qualité Page avec des cartes Menu de navigation Outils personnels Non connecté Discussion Contributions Créer un compte Se connecter Espaces de noms Article Discussion Variantes Affichages Lire Voir le texte source Afficher l’historique Plus Rechercher Navigation Accueil Portails thématiques Article au hasard Contact Contribuer Débuter sur Wikipédia Aide Communauté Modifications récentes Faire un don Outils Pages liées Suivi des pages liées Importer un fichier Pages spéciales Lien permanent Informations sur la page Élément Wikidata Citer cette page Imprimer / exporter Créer un livre Télécharger comme PDF Version imprimable Dans d’autres projets Wikimédia Commons Wikinews Wikiquote Wikivoyage Dans d’autres langues Аҧсшәа Acèh Адыгабзэ Afrikaans Akan Alemannisch አማርኛ Aragonés Ænglisc العربية ܐܪܡܝܐ مصرى অসমীয়া Asturianu Авар Aymar aru Azərbaycanca تۆرکجه Башҡортса Boarisch Žemaitėška Bikol Central Беларуская Беларуская (тарашкевіца)‎ Български भोजपुरी Bislama Bahasa Banjar Bamanankan বাংলা བོད་ཡིག বিষ্ণুপ্রিয়া মণিপুরী Brezhoneg Bosanski ᨅᨔ ᨕᨘᨁᨗ Буряад Català Chavacano de Zamboanga Mìng-dĕ̤ng-ngṳ̄ Нохчийн Cebuano Chamoru ᏣᎳᎩ Tsetsêhestâhese کوردی Corsu Qırımtatarca Čeština Kaszëbsczi Словѣньскъ / ⰔⰎⰑⰂⰡⰐⰠⰔⰍⰟ Чӑвашла Cymraeg Dansk Deutsch Zazaki Dolnoserbski डोटेली ދިވެހިބަސް ཇོང་ཁ Eʋegbe Ελληνικά Emiliàn e rumagnòl English Esperanto Español Eesti Euskara Estremeñu فارسی Fulfulde Suomi Võro Føroyskt Arpetan Nordfriisk Furlan Frysk Gaeilge Gagauz 贛語 Gàidhlig Galego Avañe'ẽ गोंयची कोंकणी / Gõychi Konknni 𐌲𐌿𐍄𐌹𐍃𐌺 ગુજરાતી Gaelg Hausa 客家語/Hak-kâ-ngî Hawaiʻi עברית हिन्दी Fiji Hindi Hrvatski Hornjoserbsce Kreyòl ayisyen Magyar Հայերեն Interlingua Bahasa Indonesia Interlingue Igbo Ilokano Ido Íslenska Italiano 日本語 Patois La .lojban. Basa Jawa ქართული Qaraqalpaqsha Taqbaylit Адыгэбзэ Kabɩyɛ Kongo Gĩkũyũ Қазақша Kalaallisut ភាសាខ្មែរ ಕನ್ನಡ 한국어 Перем Коми Къарачай-малкъар Ripoarisch Kurdî Коми Kernowek Кыргызча Latina Ladino Lëtzebuergesch Лезги Luganda Limburgs Ligure Lumbaart Lingála ລາວ لۊری شومالی Lietuvių Latgaļu Latviešu मैथिली Мокшень Malagasy Олык марий Māori Baso Minangkabau Македонски മലയാളം Монгол Молдовеняскэ मराठी Bahasa Melayu Malti Mirandés မြန်မာဘာသာ Эрзянь مازِرونی Dorerin Naoero Nāhuatl Napulitano Plattdüütsch Nedersaksies नेपाली नेपाल भाषा Nederlands Norsk nynorsk Norsk Novial Nouormand Sesotho sa Leboa Diné bizaad Chi-Chewa Occitan Livvinkarjala Oromoo ଓଡ଼ିଆ Ирон ਪੰਜਾਬੀ Pangasinan Kapampangan Papiamentu Picard Deitsch Pälzisch पालि Norfuk / Pitkern Polski Piemontèis پنجابی Ποντιακά پښتو Português Runa Simi Rumantsch Romani Kirundi Română Armãneashti Tarandíne Русский Русиньскый Kinyarwanda संस्कृतम् Саха тыла Sardu Sicilianu Scots سنڌي Davvisámegiella Sängö Srpskohrvatski / српскохрватски සිංහල Simple English Slovenčina Slovenščina Gagana Samoa ChiShona Soomaaliga Shqip Српски / srpski Sranantongo SiSwati Sesotho Seeltersk Basa Sunda Svenska Kiswahili Ślůnski தமிழ் తెలుగు Tetun Тоҷикӣ ไทย ትግርኛ Türkmençe Tagalog Setswana Tok Pisin Türkçe Xitsonga Татарча/tatarça ChiTumbuka Twi Reo tahiti Тыва дыл Удмурт ئۇيغۇرچە / Uyghurche Українська اردو Oʻzbekcha/ўзбекча Vèneto Vepsän kel’ Tiếng Việt West-Vlams Volapük Walon Winaray Wolof 吴语 Хальмг მარგალური ייִדיש Yorùbá Vahcuengh Zeêuws 中文 文言 Bân-lâm-gú 粵語 IsiZulu Modifier les liens La dernière modification de cette page a été faite le 8 janvier 2018 à 06:09. Droit d'auteur : les textes sont disponibles sous licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions . d’autres conditions peuvent s’appliquer. Voyez les conditions d’utilisation pour plus de détails, ainsi que les crédits graphiques . En cas de réutilisation des textes de cette page, voyez comment citer les auteurs et mentionner la licence . Wikipedia® est une marque déposée de la Wikimedia Foundation, Inc. , organisation de bienfaisance régie par le paragraphe 501(c)(3) du code fiscal des États-Unis. Politique de confidentialité À propos de Wikipédia Avertissements Développeurs Déclaration sur les témoins (cookies) Version mobile



https://fr.wiktionary.org/wiki/Cat%C3%A9gorie%3AOrigines_%C3%A9tymologiques_des_mots_en_fran%C3%A7ais
  Catégorie:Origines étymologiques des mots en français — Wiktionnaire Aide Catégorie:Origines étymologiques des mots en français Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire. Aller à : navigation , rechercher Index · début · fin a · b · c · d · e · f · g · h · i · j · k · l · m · n · o · p · q · r · s · t · u · v · w · x · y · z Cette catégorie ... Catégorie:Origines étymologiques des mots en français — Wiktionnaire Aide Catégorie:Origines étymologiques des mots en français Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le ... français. Note [ modifier ] L’ étymologie n’étant pas une science exacte , il se pourrait que ce ... français Conventions du Wiktionnaire sur l’étymologie. Sous-catégories Cette catégorie comprend 397 ... français ‎ – 892 P • 9 C ► Anglicismes en français ‎ – 1850 P • 2 C ► Calques en français ‎ – 21 C CACHE

Catégorie:Origines étymologiques des mots en français — Wiktionnaire Aide Catégorie:Origines étymologiques des mots en français Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire. Aller à : navigation , rechercher Index · début · fin a · b · c · d · e · f · g · h · i · j · k · l · m · n · o · p · q · r · s · t · u · v · w · x · y · z Cette catégorie liste les catégories relatives aux différentes origines étymologiques des mots (et locutions) en français. Note [ modifier ] L’ étymologie n’étant pas une science exacte , il se pourrait que ce référencement retranscrive plusieurs hypothèses étymologiques. Merci de bien vérifier dans la section Étymologie des articles concernés. Voir aussi [ modifier ] → voir Catégorie:Mots issus d’un mot en français Conventions du Wiktionnaire sur l’étymologie. Sous-catégories Cette catégorie comprend 397 sous-catégories, dont les 200 ci-dessous. (page précédente) ( page suivante ) ► Abréviations en français ‎ – 892 P • 9 C ► Anglicismes en français ‎ – 1850 P • 2 C ► Calques en français ‎ – 21 C ► Dénominaux en français ‎ – 829 P ► Déverbaux en français ‎ – 208 P • 1 C ► Diminutifs en français ‎ – 9 P ► Emprunts en français ‎ – 2 C ► Énallages en français ‎ – 9 P • 1 C ► Éponymes en français ‎ – 324 P ► Francisation en français ‎ – 31 P ► Mécoupures en français ‎ – 2 C ► Métaphores en français ‎ – 9656 P • 2 C ► Métonymies en français ‎ – 979 P • 4 C ► Mots-valises en français ‎ – 540 P • 1 C ► Origines étymologiques des noms propres en français ‎ – 44 C ► Mots en français formés par le redoublement d’une syllabe ‎ – 385 P ► Univerbations en français ‎ – 16 P ► Usages critiqués en français ‎ – 12 P * ► Mots en français issus d’une onomatopée ‎ – 157 P A ► Mots en français issus d’un mot en abénaquis de l’Ouest ‎ – 4 P ► Mots en français issus d’un mot en abouré ‎ – 1 P ► Mots en français issus d’un mot en afrikaans ‎ – 28 P ► Mots en français issus d’un mot en aghoul ‎ – 1 P ► Mots en français issus d’un mot en aïnou (Chine) ‎ – 2 P ► Mots en français issus d’un mot en aïnou (Japon) ‎ – 7 P ► Mots en français issus d’un mot en ajië ‎ – 1 P ► Mots en français issus d’un mot en akan ‎ – 3 P ► Mots en français issus d’un mot en akkadien ‎ – 7 P ► Mots en français issus d’un mot en albanais ‎ – 21 P ► Mots en français issus d’un mot en alémanique ‎ – 11 P • 1 C ► Mots en français issus d’un mot en alémanique alsacien ‎ – 11 P ► Mots en français issus d’un mot en aléoute ‎ – 2 P ► Mots en français issus d’un mot en langues algonquiennes ‎ – 12 P ► Mots en français issus d’un mot en algonquin ‎ – 5 P ► Mots en français issus d’un mot en allemand ‎ – 755 P • 4 C ► Mots en français issus d’un mot en bas allemand ‎ – 4 P • 1 C ► Mots en français issus d’un mot en moyen bas allemand ‎ – 5 P ► Mots en français issus d’un mot en moyen haut-allemand ‎ – 15 P ► Mots en français issus d’un mot en vieux haut allemand ‎ – 47 P ► Mots en français issus d’un mot en amazighe standard marocain ‎ – 1 C ► Mots en français issus d’un mot en amharique ‎ – 4 P ► Mots en français issus d’un mot en anglais ‎ – 4912 P • 5 C ► Mots en français issus d’un mot en moyen anglais ‎ – 20 P ► Mots en français issus d’un mot en anglo-normand ‎ – 5 P ► Mots en français issus d’un mot en anglo-saxon ‎ – 39 P ► Antonomases en français ‎ – 84 P • 11 C ► Mots en français issus d’un mot en apalachee ‎ – 1 P ► Mots en français issus d’un mot en aquitain ‎ – 1 P ► Mots en français issus d’un mot en arabe ‎ – 1228 P • 5 C ► Mots en français issus d’un mot en arabe algérien ‎ – 7 P ► Mots en français issus d’un mot en arabe andalou ‎ – 5 P ► Mots en français issus d’un mot en arabe égyptien ‎ – 3 P ► Mots en français issus d’un mot en arabe marocain ‎ – 7 P ► Mots en français issus d’un mot en arabe sicilien ‎ – 1 P ► Mots en français issus d’un mot en arabe tunisien ‎ – 5 P ► Mots en français issus d’un mot en aragonais ‎ – 1 P ► Mots en français issus d’un mot en araméen ‎ – 6 P ► Mots en français issus d’un mot en arawak ‎ – 5 P ► Mots en français issus d’un mot d’argot polytechnicien ‎ – 7 P ► Mots en français issus d’un mot en arménien ‎ – 7 P • 1 C ► Mots en français issus d’un mot en assiniboine ‎ – 1 P ► Mots en français issus d’un mot en asturien ‎ – 1 P ► Mots en français issus d’un mot en atikamekw ‎ – 4 P ► Mots en français issus d’un mot en langues austronésiennes ‎ – 1 P ► Mots en français issus d’un mot en avestique ‎ – 6 P ► Mots en français issus d’un mot en aymara ‎ – 5 P ► Mots en français issus d’un mot en azéri ‎ – 2 P B ► Mots en français issus d’un mot en bambara ‎ – 15 P ► Mots en français issus d’un mot en baoulé ‎ – 2 P ► Mots en français issus d’un mot en bariba ‎ – 2 P ► Mots en français issus d’un mot en bas latin ‎ – 341 P ► Mots en français issus d’un mot en basque ‎ – 223 P • 2 C ► Mots en français issus d’un mot en béarnais ‎ – vide ► Mots en français issus d’un mot en beli ‎ – 1 P ► Mots en français issus d’un mot en bengali ‎ – 10 P • 1 C ► Mots en français issus d’un mot en langues berbères ‎ – 5 P ► Mots en français issus d’un mot en biélorusse ‎ – 4 P ► Mots en français issus d’un mot en birman ‎ – 2 P ► Mots en français issus d’un mot en bosniaque ‎ – 1 P ► Mots en français issus d’un mot en breton ‎ – 268 P • 3 C ► Mots en français issus d’un mot en bulgare ‎ – 10 P • 2 C C ► Mots en français issus d’un mot en caló ‎ – 2 P ► Mots en français issus d’un mot en cantonais ‎ – 10 P • 1 C ► Mots en français issus d’un mot en catalan ‎ – 295 P • 3 C ► Mots en français issus d’un mot en langues celtiques ‎ – 6 P ► Mots en français issus d’un mot en chamorro ‎ – 1 P ► Mots en français issus d’un mot en champenois ‎ – 1 P ► Mots en français issus d’un mot en cherokee ‎ – 1 P ► Mots en français issus d’un mot en chinois ‎ – 118 P • 2 C ► Mots en français issus d’un mot en chinois archaïque ‎ – 3 P ► Mots en français issus d’un mot en chinois classique ‎ – 31 P ► Mots en français issus d’un mot en chipewyan ‎ – 1 P ► Mots en français issus d’un mot en chippewa ‎ – 4 P ► Mots en français issus d’un mot en chleuh ‎ – 1 P ► Mots en français issus d’un mot en choctaw ‎ – 1 P ► Mots en français issus d’un mot en cingalais ‎ – 4 P ► Mots en français issus d’un mot en copte ‎ – 1 P ► Mots en français issus d’un mot en coréen ‎ – 40 P • 3 C ► Mots en français issus d’un mot en ancien coréen ‎ – 1 P ► Mots en français issus d’un mot en cornique ‎ – 2 P ► Mots en français issus d’un mot en corse ‎ – 16 P ► Mots en français issus d’un mot en creek ‎ – 2 P ► Mots en français issus d’un mot en créole de Guadeloupe et de Martinique ‎ – 6 P ► Mots en français issus d’un mot en créole martiniquais ‎ – 1 P ► Mots en français issus d’un mot en créole mauricien ‎ – 1 P ► Mots en français issus d’un mot en créole réunionnais ‎ – 14 P ► Mots en français issus d’un mot en cri ‎ – 5 P ► Mots en français issus d’un mot en croate ‎ – 9 P D ► Mots en français issus d’un mot en dakota ‎ – 1 P ► Mots en français issus d’un mot en danois ‎ – 20 P • 2 C ► Mots en français issus d’un mot en dari ‎ – 1 P ► Mots en français issus d’un mot en démé ‎ – 2 P ► Mots en français issus d’un mot en dharug ‎ – vide ► Mots en français issus d’un mot en divehi ‎ – 3 P ► Mots en français issus d’un mot en douala ‎ – 2 P E ► Mots en français issus d’un mot en égyptien ancien ‎ – 10 P ► Mots en français issus d’un mot en esclave du Nord ‎ – 1 P ► Mots en français issus d’un mot en esclave du Sud ‎ – 1 P ► Mots en français issus d’un mot en espagnol ‎ – 1024 P • 5 C ► Mots en français issus d’un mot en vieil espagnol ‎ – 3 P ► Mots en français issus d’un mot en espéranto ‎ – 1 P ► Mots en français issus d’un mot en estonien ‎ – vide ► Mots en français issus d’un mot en étrusque ‎ – 1 P ► Mots en français issus d’un mot en europanto ‎ – vide ► Mots en français issus d’un mot en éwé ‎ – 3 P F ► Mots en français issus d’un mot en féroïen ‎ – 2 P ► Mots en français issus d’un mot en filipino ‎ – 1 P ► Mots en français issus d’un mot en finnois ‎ – 8 P ► Mots en français issus d’un mot en flamand occidental ‎ – 6 P ► Mots en français issus d’un mot en flanc-de-chien ‎ – 2 P ► Mots en français issus d’un mot en fon ‎ – 6 P ► Mots en français issus d’un mot en fore ‎ – 1 P ► Mots en français issus d’un mot en ancien français ‎ – 2429 P ► Mots en français issus d’un mot en moyen français ‎ – 309 P ► Mots en français issus d’un mot en franc-comtois ‎ – 1 P ► Mots en français issus d’un mot en francique ‎ – vide ► Mots en français issus d’un mot en francique rhénan ‎ – 1 P ► Mots en français issus d’un mot en francique ripuaire ‎ – 1 P ► Mots en français issus d’un mot en francoprovençal ‎ – 37 P ► Mots en français issus d’un mot en frison ‎ – 1 P G ► Mots en français issus d’un mot en gaélique écossais ‎ – 7 P ► Mots en français issus d’un mot en gaélique irlandais ‎ – 12 P • 1 C ► Mots en français issus d’un mot en galicien ‎ – 14 P • 1 C ► Mots en français issus d’un mot en gallo ‎ – 9 P ► Mots en français issus d’un mot en gallois ‎ – 9 P ► Mots en français issus d’un mot en vieux gallois ‎ – 3 P ► Mots en français issus d’un mot en gaulois ‎ – 210 P ► Mots en français issus d’un mot en géorgien ‎ – 3 P • 1 C ► Mots en français issus d’un mot en proto-germanique ‎ – 8 P ► Mots en français issus d’un mot en langues germaniques ‎ – 81 P ► Mots en français issus d’un mot en langues germaniques septentrionales ‎ – 1 P ► Mots en français issus d’un mot en gilbertin ‎ – 1 P ► Mots en français issus d’un mot en gotique ‎ – 19 P ► Mots en français issus d’un mot en grec ‎ – 106 P • 3 C ► Mots en français issus d’un mot en grec ancien ‎ – 7281 P • 2 C ► Mots en français issus d’un mot en grec byzantin ‎ – 13 P ► Mots en français issus d’un mot en griko ‎ – 1 P ► Mots en français issus d’un mot en guarani ‎ – 20 P ► Mots en français issus d’un mot en guèze ‎ – 1 P ► Mots en français issus d’un mot en gujarati ‎ – 5 P H ► Mots en français issus d’un mot en haïtien ‎ – 3 P ► Mots en français issus d’un mot en hakka ‎ – 2 P ► Mots en français issus d’un mot en halkomelem ‎ – 1 P ► Mots en français issus d’un mot en hanis ‎ – 1 P ► Mots en français issus d’un mot en haoussa ‎ – 2 P ► Mots en français issus d’un mot en hassanya ‎ – 2 P ► Mots en français issus d’un mot en hawaïen ‎ – 6 P • 1 C ► Mots en français issus d’un mot en hébreu ‎ – 216 P • 1 C ► Mots en français issus d’un mot en hébreu ancien ‎ – 37 P ► Mots en français issus d’un mot en hindi ‎ – 92 P • 1 C ► Mots en français issus d’un mot en hongrois ‎ – 26 P • 1 C ► Mots en français issus d’un mot en hopi ‎ – 1 P ► Mots en français issus d’un mot en huron ‎ – 2 P I ► Mots en français issus d’un mot en ibère ‎ – 1 P ► Mots en français issus d’un mot en igbo ‎ – 3 P ► Mots en français issus d’un mot en indo-européen commun ‎ – 17 P ► Mots en français issus d’un mot en indonésien ‎ – 18 P ► Mots en français issus d’un mot en inuktitut ‎ – 17 P ► Mots en français issus d’un mot en iowa-oto ‎ – vide ► Mots en français issus d’un mot en vieil irlandais ‎ – 4 P ► Mots en français issus d’un mot en langues iroquoiennes ‎ – 1 P ► Mots en français issus d’un mot en islandais ‎ – 13 P ► Mots en français issus d’un mot en italien ‎ – 1409 P • 5 C J ► Mots en français issus d’un mot en japonais ‎ – 478 P • 4 C ► Mots en français issus d’un mot en jargon chinook ‎ – 1 P ► Mots en français issus d’un mot en javanais ‎ – 4 P K ► Mots en français issus d’un mot en kabiyè ‎ – 4 P ► Mots en français issus d’un mot en kabyle ‎ – 4 P • 1 C ► Mots en français issus d’un mot en kalaallisut ‎ – 6 P ► Mots en français issus d’un mot en kali’na ‎ – 10 P ► Mots en français issus d’un mot en kalispel ‎ – 2 P ► Mots en français issus d’un mot en kalmouk ‎ – 1 P ► Mots en français issus d’un mot en kannara ‎ – 1 P • 1 C ► Mots en français issus d’un mot en kanouri ‎ – 1 P ► Mots en français issus d’un mot en kansa ‎ – 1 P ► Mots en français issus d’un mot en kassem ‎ – 3 P ► Mots en français issus d’un mot en kazakh ‎ – 7 P ► Mots en français issus d’un mot en ket ‎ – 1 P ► Mots en français issus d’un mot en khmer ‎ – 4 P ► Mots en français issus d’un mot en langues khoïsanes ‎ – 1 P (page précédente) ( page suivante ) Récupérée de « https://fr.wiktionary.org/w/index.php?title=Catégorie:Origines_étymologiques_des_mots_en_français&oldid=24061790 » Catégories : Origines étymologiques des mots français Menu de navigation Outils personnels Non connecté Discussion Contributions Créer un compte Se connecter Espaces de noms Catégorie Discussion Variantes Affichages Lire Modifier Afficher l’historique Plus Rechercher Navigation Page d’accueil Recherche avancée Portails thématiques Page au hasard Page au hasard par langue Poser une question Contribuer Journal des contributeurs La Wikidémie Communauté Discuter sur IRC Modifications récentes Faire un don Aide Aide Modèles Conventions Créer un article Télécharger Imprimer / exporter Créer un livre Télécharger comme PDF Version imprimable Outils Pages liées Suivi des pages liées Importer un fichier Pages spéciales Lien permanent Information sur la page Élément Wikidata Dans d’autres langues Dansk Deutsch English Español Galego Plattdüütsch Norsk Português Русский Walon Modifier les liens La dernière modification de cette page a été faite le 21 juillet 2017 à 05:30. Les textes sont disponibles sous licence Creative Commons attribution partage à l’identique . d’autres termes peuvent s’appliquer. Voyez les termes d’utilisation pour plus de détails. Pour les illustrations, cliquez sur chaque image ou consultez les crédits graphiques . Politique de confidentialité À propos du Wiktionnaire Licence Développeurs Déclaration sur les témoins (cookies) Version mobile



https://fr.wikipedia.org/wiki/Rite_fran%C3%A7ais
  Rite français — Wikipédia Rite français Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Aller à : navigation , rechercher Vous lisez un « bon article ». Le Rite français , ou Rite français moderne , ou encore Rite moderne est un rite maçonnique constitué par le Grand Orient de France en 1783-1786 sous le nom de « Rit [ N 1 ] en 7 grades suivant le Régime du Grand Orient de France » . Descendant en ... Rite français — Wikipédia Rite français Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Aller à : navigation , rechercher Vous lisez un « bon article ». Le Rite français , ou Rite français moderne ... ] en particulier, notamment en France , le Rite français est au XXI e siècle toujours pratiqué sous ... . Tablier de vénérable au Rite français moderne (régulateur 1801). Tablier de maître du XIX e siècle ... français 2 Système du rite 3 Fondamentaux du rite 4 Formes du rite 4.1 Rite français moderne 4.2 Rite CACHE

Rite français — Wikipédia Rite français Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Aller à : navigation , rechercher Vous lisez un « bon article ». Le Rite français , ou Rite français moderne , ou encore Rite moderne est un rite maçonnique constitué par le Grand Orient de France en 1783-1786 sous le nom de « Rit [ N 1 ] en 7 grades suivant le Régime du Grand Orient de France » . Descendant en droite ligne des usages premiers de la maçonnerie, il véhicule les plus anciennes traditions rituelles de la maçonnerie spéculative. Publié en 1801 sous le titre de Régulateur du Maçon , il est considéré depuis cette date comme le rite officiel du Grand Orient de France. Intimement lié à la naissance de la franc-maçonnerie spéculative [ N 2 ] en général et de la maçonnerie continentale [ N 3 ] en particulier, notamment en France , le Rite français est au XXI e siècle toujours pratiqué sous différentes formes par plusieurs obédiences maçonniques françaises , européennes et latino-américaines . Tablier de vénérable au Rite français moderne (régulateur 1801). Tablier de maître du XIX e siècle. Sommaire 1 Histoire 1.1 Codification 1.2 Au XIX e siècle 1.2.1 Évolution idéologique 1.2.2 Transformation des Ordres de Sagesse 1.3 Au XX e siècle 1.3.1 Réforme 1.3.2 Renouveau des ordres du Rite français 2 Système du rite 3 Fondamentaux du rite 4 Formes du rite 4.1 Rite français moderne 4.2 Rite français (Groussier) 4.3 Rite français traditionnel 4.4 Rite français de tradition 4.5 Rite français philosophique 5 Diffusion du rite 5.1 Diffusion au sein du GODF 5.2 En France, hors du GODF 5.3 Hors de France 6 Notes et références 6.1 Notes 6.2 Références 7 Annexes 7.1 Bibliographie 7.2 Articles connexes 7.3 Liens externes Histoire [ modifier | modifier le code ] Au tout début du XVIII e siècle, les francs-maçons britanniques présents en France y importent le « rite des Moderns » qui est ensuite traduit en français [ 1 ] . Le contexte et les raisons qui conduisent quelques décennies plus tard à proposer une version officielle de ce rite , sous le nom de « Rite français » , sont liées à la création du Grand Orient de France en 1773 . Celui-ci se saisit de l'importante question des rituels et il faut une douzaine d'années pour « fixer » les grades symboliques, selon la triple nécessité de conserver sa tradition, de clarifier et moderniser ses règles administratives, et d'unifier ses usages [ LM 1 ] . Codification [ modifier | modifier le code ] Alexandre Louis Roëttiers de Montaleau. Afin de donner à la franc-maçonnerie une dimension nationale, le Grand Orient de France (GODF) organise l'uniformisation des rites « modernes » en France [ 2 ] . En 1783 , la chambre des grades, créée en janvier 1782 sous l'impulsion notamment d' Alexandre Roëttiers de Montaleau , reprend en intégralité ce chantier débuté dix ans plus tôt. Après un examen méthodique et des débats d'une grande richesse, elle fixe le modèle pour les trois premiers grades (loge bleue) qui sont définitivement validés lors de la 149 e assemblée plénière du Grand Orient, les 15 et 19 juillet et le 12 août 1785 [ LM 2 ] . Les textes adoptés restent fidèles aux plus anciens textes maçonniques connus et aux rituels en français des années 1740-1750 [ BM 1 ] . Le travail de la chambre des grades s'étant concentré sur leur mise en forme [ LM 3 ] , l'introduction du rituel présente ainsi cette codification : « Le Grand Orient de France s'est enfin occupé de la rédaction d'un protocole d'initiation [...] Il a cru devoir ramener la Maçonnerie à ses usages anciens, que quelques novateurs ont essayé d’altérer, et rétablir ces premières et importantes initiations dans leur antique et respectable pureté [ 3 ] » . La chambre des grades crée également le « Grand Chapitre général de France » en février 1784 [ N 4 ] qui agrège et codifie les « Ordres de Sagesse » [ 4 ] , [ N 5 ] selon les mêmes principes. L’intégration du Grand Chapitre général et des Ordres de Sagesse au sein du Grand Orient est actée le 17 février 1786 [ 5 ] , constituant ainsi un système cohérent en trois grades « bleus » : « apprenti » , « compagnon » et « maître » . Les deux premiers sont fondés sur l'approche symbolique, le grade de maître constituant la charnière avec des grades philosophiques organisés en ordres. En 1801 , un imprimeur peu scrupuleux diffuse le rite sous les titres Le Régulateur du Maçon et Le Régulateur des Chevaliers Maçons , fac-similés des cahiers officiels du G.O.D.F, qui étaient uniquement délivrés aux loges de l'obédience qui en faisaient la demande par écrit, contre rémunération. Le Régulateur du Maçon est considéré depuis cette date comme le rite officiel du Grand Orient de France [ BM 2 ] . Consubstantiel à celui-ci, il va accompagner son évolution, marquée par l'histoire politique, sociale et religieuse du pays. C'est à cette époque qu'il prend le nom de « Rite français » , la nécessité venant de le différencier par un vocabulaire spécifique d'autres rites, notamment avec l'arrivée en 1804 du Rite écossais ancien et accepté [ BM 2 ] . Au XIX e siècle [ modifier | modifier le code ] Évolution idéologique [ modifier | modifier le code ] Au sortir de la Révolution française , le Régulateur du Maçon mis au point par le Grand Orient de France sert de base et de référence aux loges du Premier Empire . Cette première moitié du XIX e siècle voit Nicolas Charles des Étangs , « héros de la Bastille » [ N 6 ] , introduire des variations aux influences déistes et parfois orientalisantes . Ces rituels diffusés en 1825 et réédités jusqu'en 1848 ont influencé beaucoup de loges. Même s'ils conservent la structure traditionnelle du Rite français, ils rajoutent un caractère déiste qui aspire à atteindre une religion universelle, où le comportement éthique et la réflexion priment sur la croyance [ LM 4 ] . Il en est de même des rituels et des ouvrages de Jean-Marie Ragon [ N 7 ] , qui se place dans la recherche d'une religion naturelle, universelle et morale. La formule Liberté, Égalité, Fraternité commence alors à être utilisée dans les travaux des loges [ LM 5 ] . Louis Amiable. En 1858 s'impose le Rite français dit « Murat » , qui revient aux fondements des Constitutions d'Anderson , sans pour autant transformer durablement le rite, car le texte est peu différent de celui du Régulateur du Maçon [ N 8 ] . Cette réforme du rite vise surtout, en pleine période « autoritaire » du Second Empire , à instaurer un encadrement idéologique strict, pour essayer de contrôler une institution dont le pouvoir impérial se méfie, mais qu'il croit pouvoir surveiller et utiliser comme relais d'influence [ LM 5 ] , [ N 9 ] . Avec la « Querelle du Grand Architecte de l'Univers » et la rupture de 1877, le Grand Orient de France prend le tournant de la « liberté absolue de conscience » . Celle-ci sera concrétisée en 1879 , lorsque sont évincées du Rite français les formules à connotations religieuses, dont principalement les devoirs envers Dieu . La référence au Grand Architecte de l'Univers reste tolérée dans les travaux des loges qui le souhaitent, mais disparaît des rituels de référence. La commission dirigée par Louis Amiable , avocat et conseiller de l'ordre, établit définitivement en 1886 la forme adogmatique du rite, en lui donnant une teinte positiviste . Cette commission, au motif que le symbolisme doit être « sobre, clair et absolument neutre » , tourne le dos à certains traits importants du Rite français. Tout en conférant un contenu moral et laïque nouveau, elle s'appuie sur la résolution de 1877 et accompagne ce mouvement en supprimant du rite tout ce qui relève de la corporalité ou de la manifestation émotionnelle, au profit d'une doctrine rationaliste [ LM 6 ] , [ BM 3 ] . Après cette date, il prend le nom de Rite français dit « Amiable » . Transformation des Ordres de Sagesse [ modifier | modifier le code ] Article détaillé : Ordres de Sagesse . Avers d'un bijou du 4 e Ordre du Rite français moderne (Régulateur 1801). À la fin du XVIII e siècle, les Ordres de Sagesse nés de la codification de 1783-1786 se placent dans la continuité du grade de « maître » et sont pratiqués par les loges du Grand Orient. Le Rite écossais ancien et accepté (REAA) et son échelle de « hauts grades » en 33 degrés , introduit des Amériques au début du XIX e siècle (1804), est intégré au Grand Orient de France [ N 10 ] et va progressivement supplanter le Rite français dans ce domaine, au point d'entraîner la mise en sommeil des Ordres de Sagesse 1862 sous leur forme originelle [ 6 ] . Cette transformation se fait sans heurt et sans révolte, les grades écossais ayant intégré dans leur régime les quatre ordres du Rite français [ BM 4 ] . Le V e Ordre du Rite français n'avait quant à lui jamais véritablement trouvé son rôle, d'autant que l'attirance des 32 e et 33 e du Rite écossais, « grades blancs » perçus comme « ultimes » , était devenue particulièrement forte lorsqu'ils furent conférés, à partir de 1805 , à des dignitaires impériaux. Les chapitres du Rite français avaient alors sollicité le cumul des rites afin de pouvoir utiliser également les hauts grades du R.E.A.A. Dès lors les chapitres ne pratiquèrent plus les trois premiers ordres correspondant aux 9 e , 14 e et 15 e de l’échelle du R.E.A.A. Ils débutaient le parcours au IV e ordre, correspondant au 18 e degré du R.E.A.A et le poursuivaient avec les 30 e ( Chevalier Kadosh [ N 11 ] , 32 e et 33 e [ N 12 ] comme grades ultimes de ce « nouveau » régime, qui restait malgré tout en sept degrés [ LM 7 ] , [ BM 4 ] . En 1858 le « Rituel Murat » prend acte de cette situation installée depuis vingt ou trente ans, en plaçant dans les rituels et à la suite des trois premiers grades les « nouveaux » hauts grades [ LM 7 ] , [ BM 4 ] , finalisant la transformation des Ordres de Sagesse du Rite français, sans présenter la chose comme un changement de rite, mais comme l'accession à un complément [ LM 8 ] . Au XX e siècle [ modifier | modifier le code ] Réforme [ modifier | modifier le code ] Arthur Groussier . Le Rite français connaît quelques rectifications en 1907 et en 1922 . En 1907, sous l'influence du D r Antoine Blatin [ N 13 ] , le rituel voit une accentuation de sa teinte positiviste [ BM 5 ] . Dans le même temps, les élections et l'installation du collège des officiers, les consécrations de temples et les créations de loges, les cérémonies d'adoption ou de reconnaissance, les tenues blanches ou encore les pompes funèbres se voient dotées sur son initiative de leurs rituels respectifs. En 1922 une nouvelle version du Rite français, réalisée sous la présidence [ N 14 ] du frère (et Général) Gérard prolonge et aggrave cette tendance. Cette version voit disparaître quasiment toute évocation du symbolisme maçonnique classique. La volonté de faire un cérémonial rationaliste transparaît fortement, les dernières formules traditionnelles et les reliquats de théâtralité disparaissent du rite [ BM 6 ] , [ LM 9 ] . La version « Amiable » se vide ainsi de sa substance maçonnique, aboutissant à des tenues sans décors et quasiment sans rituel [ 8 ] . Le Rite français reste ensuite inchangé jusqu'en 1938 . À l'instigation du grand maître du Grand Orient de France, Arthur Groussier , une nouvelle réforme du rite voit le jour. Groussier est le maître d’œuvre d'un changement de cap : il s'agit d'une volonté de régénération du Rite français, après une quantité de rajouts et de suppressions qui l'avaient rendu à peu près illisible, au mouvement de simplification engagé depuis les années 1880 , succède une attention renouvelée à l'égard des sources maçonniques anciennes [ BM 7 ] . En 1925 le conseil de l'ordre décide une refonte des rituels. Le frère Armand Bédarride présente en septembre 1931 , un rapport qui débute par un constat sévère : « les rituels sont défectueux et insuffisamment initiatiques » et propose : « un retour aux pures traditions dans un langage de notre temps » [ LM 10 ] . Ses rapports de 1932 et 1933 sur les grades de compagnon et de maître invitent également à restituer au Rite français son caractère symbolique et initiatique [ LM 11 ] . Arthur Groussier suit de près ces réflexions et prend en compte la majorité des remarques exprimées. Sous sa présidence, au terme d'une gestation qui a duré sept années, le conseil de l'ordre adopte en avril 1938 les nouveaux rituels des trois premiers grades du Rite français [ LM 12 ] . Cette réforme marque un retour du symbolisme dans le rituel de référence du Grand Orient de France . À cause de la guerre, en 1939, peu de loges ont le temps de s'habituer à cet outil qui, après le Régulateur du Maçon , constitue la deuxième étape décisive de l'histoire du Rite français [ LM 13 ] . Après une réédition en 1946, la version définitive du Rite français dit « Groussier » est achevée avec plusieurs retouches [ N 15 ] en 1955 , sous l'autorité de Paul Chevallier. Cette version est toujours largement diffusée dans les loges du Grand Orient de France [ BM 6 ] et elle est connue sous le nom de « Rite français - Groussier » [ N 16 ] . Renouveau des ordres du Rite français [ modifier | modifier le code ] Revers d'un bijou du 4 e ordre du Rite français moderne (Régulateur 1801). Dans les années 1960 - 1970 , plusieurs maçons — dont René Guilly [ 9 ] — en quête de la lettre originelle du rite, opèrent une nouvelle tentative afin de réanimer le caractère initiatique et symbolique de celui-ci, guidés par la volonté de pratiquer ses rituels sans aucun « ajout » ultérieur, sans modifications ni influences externes. Les ordres du Rite français moderne originel, qui ne sont plus pratiqués dans leur entièreté en France depuis 1862 [ N 17 ] , sont réactivés pour la première fois le 30 novembre 1963 . René Guilly et douze autres maçons créèrent le chapitre « Jean-Théophile Desaguliers » à Neuilly sur Seine , à l'occasion de la transmission des ordres par le chapitre hollandais « De Roos » [ BM 8 ] , [ N 18 ] . René Guilly sera également à l'origine de la création d'un chapitre de Rite français traditionnel qui existe encore en 2016 au sein de la Loge nationale française [ 10 ] . En 1970 , Roger d'Almeras, qui succède à René Guilly à la tête du chapitre « Jean-Théophile Desaguliers » , constitue le chapitre inter-obédientiel « La Chaine d'Union » [ LM 14 ] , qui installera en 1977 à Lille , dans la perspective de transmettre les quatre ordres du Rite français, le « Grand Chapitre magistral du Grand Globe français » . En 1979 ce dernier, sous l'impulsion de plusieurs maçons revêtus des quatre ordres du Rite français (dont Jean Abeille, Raymond Bouscarle, René Calaman et René Bianco [ 11 ] ), constitue le « Grand Chapitre de Provence » , qui installe le 22 octobre 1986 à Cabriès en Provence — concomitamment à sa propre dissolution — le chapitre « Lou Calen » [ 12 ] . Dans la perspective d'une réintégration au GODF, le chapitre « Lou Calen » et les dix chapitres qui suivent sa création signent une demande d'intégration au « Grand Collège des Rites » , s'engageant à ne regrouper à l'avenir que des loges du G.O.D.F, et participent le 25 mars 1995 à Lyon à la fondation du « Grand Chapitre général de Rite français » , au sein du « Grand Collège des Rites du Grand Orient de France » [ LM 15 ] , débutant ainsi le renouveau du Rite français en trois grades et quatre ordres au sein du G.O.D.F. La refondation d'une juridiction indépendante par le G.O.D.F est actée le 17 mai 1999 et le 3 septembre 1999 l'assemblée plénière du G.O.D.F donne délégation au Grand Chapitre général pour administrer et gérer de manière autonome les chapitres du Rite français, il prend le nom de « Grand Chapitre général du G.O.D.F - Rite français » . Alors qu'elle n'avait pas cours aux XVIII e et XIX e siècles, celui-ci ne faisant pas partie du « phylum » de la transmission du Rite français à l'origine, la pratique d'un cinquième ordre est officiellement constituée le 24 septembre 1999 [ 13 ] , [ LM 16 ] . D'autres chapitres souhaitant rester indépendants de toute obédience réactivent le 15 janvier 1994 à Cagnes-sur-Mer le « Grand Chapitre général de France » selon l'appellation datant de 1784 [ 13 ] . Les recherches d'autres maçons, notamment Roger Girard et Edmond Mazet, appartenant à la Grande Loge nationale française , les ont conduits au Brésil où le 17 août 1989 le « Suprême Conseil du Rite moderne pour le Brésil » leur a accordé une patente [ N 19 ] , afin d'établir le « Grand Chapitre Français » (GCF) [ 16 ] . Système du rite [ modifier | modifier le code ] Le système du Rite français est un régime en trois grades et quatre ordres : en « loge bleue » : 1 er grade : apprenti, 2 e grade : compagnon, 3 e grade : maître . en « chapitre » : I er ordre : Élu secret, II e ordre : Grand élu écossais, III e ordre : Chevalier d'Orient, IV e ordre : Chevalier de l'Aigle, Parfait Maçon libre sous le nom de Rose-Croix [ N 20 ] . Il existe un V e ordre, prévu dès l'origine du rite. Non compris dans l’échelle des sept grades du rite français, le caractère non-graduel, administratif et conservatoire de cet ordre est précisé dans les premiers statuts et règlements généraux du Grand Chapitre général (1784). Cet ordre propose, dès l'origine, l'étude de tous les grades physiques et métaphysiques de tous les rituels maçonniques en vigueur. Cet ensemble représente la totalité de la tradition maçonnique française de 1784, soit au total 81 grades [ BM 9 ] . Fondamentaux du rite [ modifier | modifier le code ] Tableau d'apprenti selon le Régulateur de 1801 Héritier des plus vieilles traditions des « Rites modernes » , le Rite français, malgré les réformes successives qui l'ont parfois éloigné puis parfois restitué dans sa tradition, a gardé encore au XXI e siècle et dans ses différentes variantes les caractéristiques fondamentales qui le rattachent aux plus vieilles traditions de la maçonnerie spéculative . Le tableau ou le tapis de loge , la disposition des chandeliers autour de celui-ci, la position des colonnes « J » et « B » et celles des surveillants [ BM 10 ] , les batteries en « deux coups brefs et un plus long » , le port de l'épée, l'entame du pied droit, toutes choses que la Grande Loge des anciens changea par la suite. Le plus emblématique de ces fondamentaux reste encore aujourd'hui le tableau (ou tapis) de loge [ LM 17 ] . Le tableau ou tapis de loge est le symbole et « l'outil » le plus caractéristique du rite des modernes et du Rite français. Son usage est attesté dans les plus vieux procès-verbaux des loges maçonniques d' Angleterre entre 1738 et 1787 ou encore dans le texte des « trois coups distincts » ( « Three Distinct Knocks » ) de 1760 où l'on peut lire : « le plan est dessiné sur le plancher de l'est à l'ouest, le Maître se tient à l'est avec l'équerre au col [...] ce tableau est généralement fait de craie et de charbon... » [ BM 11 ] . Si l'usage le plus ancien consiste à dessiner le tableau de loge et à l'effacer ensuite, la pratique en est arrivée rapidement à faire des « tableaux permanents » . On trouve en Angleterre en 1736 , la plus ancienne mention d'une toile peinte représentant « les diverses formes d'une loge de maçon » [ BM 12 ] . Il sert de modèle et de source qui se décline sur toutes sortes de supports. Fonctionnant comme un « aide-mémoire » [ N 21 ] , il permet également d'effectuer un travail didactique, notamment avec les nouveaux arrivants, et engage plus particulièrement dans la tradition française à un travail de réflexion intellectuelle qui prend diverses formes selon les lieux et les époques et que l'on qualifie souvent de « symbolisme » [ LM 17 ] . Chaque grade est doté de son tableau de loge qui résume au travers des symboles tracés ou peints, l'essentiel de l'enseignement contenu dans celui-ci [ 17 ] . La composition visuelle décrite dans le Régulateur du maçon [ 18 ] présente pour le 1 er grade (apprenti) par exemple : une perspective orientée partant d'un seuil délimité par les deux colonnes, « J » au nord et « B » au sud [ N 22 ] , précédées de marches et passant par un « pavé mosaïque » amenant le regard vers le fronton du Temple. Dans cet espace ainsi délimité sont disposés, avec une rigoureuse logique spatiale, des pierres, des outils, un niveau et une perpendiculaire au nord et au sud, une équerre et un compas à l'est et à l'ouest, trois fenêtres, une planche à tracer, le tout inclus dans une composition avec le soleil et la lune, qui est parfois représentée au milieu d'étoiles [ LM 17 ] . Cette composition rectangulaire est parfois bordée d'une « houppe dentelée » [ N 23 ] , [ 19 ] . Formes du rite [ modifier | modifier le code ] De nos jours, le Rite français se présente sous différentes formes. Rite français moderne [ modifier | modifier le code ] Tablier de maître brodé du XIX e siècle. Le « Rite français moderne » est en fait le plus fidèle à celui de la Grande Loge de Londres , rite fondateur de la franc-maçonnerie spéculative. Il en perpétue notamment les aspects fondamentaux [ BM 13 ] . Ce rite en sept grades a été constitué et mis au point par la chambre des grades du Grand Orient de France (1783), puis reconnu définitivement en 1785-1786 comme rite de fondation de l'obédience. C'est le rite du Régulateur du Maçon de 1801, version imprimée de la codification établie de 1783 à 1786 [ BM 14 ] . Il est la forme première du rite du GODF jusqu'en 1862 , date à laquelle il se transforme officiellement, supplanté par le système de hauts grades du Rite écossais ancien et accepté (REAA) d'une part et par la « réforme Murat » d'autre part [ LM 7 ] . Après plus d'une centaine d'années pendant lesquelles il n'est plus pratiqué sous sa forme originelle, il est réactivé en 1979 au sein du GODF avec la création de la loge « Esclarmonde » à Cabriès en Provence , dans la périphérie d' Aix-en-Provence [ 20 ] . La même année, des francs-maçons de la GLNF , refusant de laisser ce rite historique au seul monopole du GODF, créent les premières loges travaillant au Rite français moderne dans leur obédience : « Les Anciens Devoirs » et « St.-Jean Chrisostome » à Neuilly [ 21 ] . Rite français (Groussier) [ modifier | modifier le code ] Le « Rite français (Groussier) » est souvent considéré comme le rite maçonnique le plus « laïc ». Il est le rite de référence et administratif de toutes les loges du Grand Orient de France . Celles pratiquant un autre rite, ou une version spécifique du Rite français, bénéficient d'une double patente [ BM 15 ] . Rite français traditionnel [ modifier | modifier le code ] Le Rite français traditionnel qui porte à l'origine le nom de « Rite français moderne rétabli » est une variante de la famille des rites français. Ce « nouveau » rituel traditionnel, mis en usage dans les années 1960 , s'inspire en particulier [ BM 16 ] : du Régulateur du Maçon de 1801 . des travaux de René Guilly et de la loge « Du Devoir et de la Raison » , du GODF. Il cherche à dégager le Rite français originel, dit des « Modernes » , des modifications qu'il a connu au cours des XIX e et XX e siècles, en particulier au sein du Grand Orient de France. Son caractère composite fait qu'il en existe de nombreuses versions suivant les obédiences, voire les loges [ BM 16 ] . Rite français de tradition [ modifier | modifier le code ] Le « Rite français de tradition » (parfois désigné comme « Rite franco-belge » ) est une variante de la famille des rites français [ 22 ] . Héritier des rituels « français » publiés par le GODF en 1786 , il est passé à Louvain dans les Flandres sous l' Empire (loge « La Constance » , composée alors en majorité d'officiers français et de Belges francophones [ N 24 ] ), ce qui lui a valu parfois le surnom de « Rite franco-belge » . Par la suite, ce rite est revenu de Belgique en France, transmis par la loge régulière « La Constance » (Orient de Louvain ) [ 9 ] à la loge « La Parfaite Union » en Cévennes (Orient du Vigan ) qui, à son tour, l'a transmis à plusieurs autres loges françaises. Le rite français de tradition se caractérise notamment par la prééminence de la « Beauté » dans la trilogie « Sagesse, Force, Beauté » et par la sobriété de ses décors. Rite français philosophique [ modifier | modifier le code ] Le « Rite français philosophique » est le dernier rite français né au sein du Grand Orient de France. Son élaboration a débuté dans les années 1969 - 1970 au sein de la loge « Tolérance » à l'Orient de Paris et a duré 33 ans, jusqu'à son adoption par le conseil de l'ordre du Grand Orient de France en janvier 2002 . Il reprend les symboles véhiculés par la maçonnerie libérale et adogmatique mais les présente sous un autre éclairage, leur donnant un relief différent [ 23 ] . Diffusion du rite [ modifier | modifier le code ] Tablier du 4 e Ordre du Rite français moderne (régulateur 1801). Diffusion au sein du GODF [ modifier | modifier le code ] Le Rite français reste le rite majoritaire du Grand Orient de France. Ce sont environ 900 loges [ N 25 ] , [ LM 18 ] qui le pratiquent sous ses diverses formes (pour la plupart le « Rite français (Groussier) » ). Les autres rites se répartissent avec plus ou moins d'importance au sein de 300 loges environ. En France, hors du GODF [ modifier | modifier le code ] En France, le Rite français est pratiqué au sein de nombreuses autres obédiences maçonniques où on le trouve de façon plus ou moins importante sous ses diverses dénominations et rituels. En 1973 , le GODF remet la patente du Rite français à la « Grande Loge féminine de France » . Cette obédience féminine développe ensuite une version du Rite français en plusieurs styles. En 1999 , il lui remet la patente des Ordres de Sagesse et en 2001 est créé le « Grand Chapitre général féminin de France » [ LM 16 ] . Cette même année des sœurs et des frères du Droit humain avec l'aide de frères du GODF créent la première obédience mixte travaillant au Rite français, la Grande Loge mixte universelle , et reçoivent officiellement la patente au Rite français [ 24 ] le 10 octobre 1975. Le 11 octobre 2000, le GODF leur remet la patente des Ordres de Sagesse afin de constituer le « Grand Chapitre général mixte ». En 1989 une patente des Ordres de Sagesse du Rite français est accordée à des frères de la « Grande Loge nationale française » (G.L.N.F.) par le « Suprême Conseil du Rite moderne pour le Brésil » leur permettant ainsi l'établissement du « Grand Chapitre Français » (GCF). En 2001 le GODF remet la patente des Ordres de Sagesse à la « Grande Loge mixte de France » , qui constitue en février 2002 le « Grand Chapitre général mixte » de cette obédience [ LM 16 ] . Le 18 mai 2013 à Boulogne-sur-Mer le « Sublime Conseil féminin du Rite moderne pour la France » , créé la même année par des membres dissidents du « Grand Chapitre général féminin de France » , reçoit une patente des Ordres de Sagesse du « Sublime Conseil du Grand Chapitre général mixte de Belgique » (UMURM) [ 25 ] . Le 21 mai 2015 le Grand Chapitre général du GODF - Rite français et le Grand Chapitre français - Suprême conseil du Rite moderne pour la France de la GLNF signent un traité d'amitié [ 26 ] . Hors de France [ modifier | modifier le code ] Hors de France, le Rite français est diffusé essentiellement en Europe de l'Ouest et en Amérique du Sud et de façon minoritaire dans d'autres régions du monde, comme l' Amérique du Nord . Diverses juridictions, qui ne se reconnaissent pas entre elles, délivrent dans le monde des patentes des ordres capitulaires. Les principales sont le GODF, créateur et fondateur du Rite français [ 27 ] , le « Suprême conseil du Rite moderne » (Brésil), fondé en 1842 et qui affirme en avoir maintenu la pratique sans interruption [ 28 ] , et l' « Union maçonnique universelle du Rite moderne » (UMURM), fondée par ce dernier en 2011 [ 29 ] . Le 18 juin 2004 le « Grand Chapitre général du GODF » confirme la patente des Ordres de Sagesse du Rite français qu'il avait remis en 1804 au « Grand Orient du Portugal » , en précisant qu'elle ne peut pas être transmise à des tiers [ 30 ] . Et il signe en avril 2011 la charte de Lisbonne , cosignée par seize grands chapitres généraux de par le monde auxquels il a remis des patentes, fixant les principes de reconnaissances entre eux ainsi que ceux des inter-visites [ 31 ] . Le 12 juin 2011 , lors du congrès de Barcelone , le « Suprême Conseil du Rite moderne du Brésil » , le « Suprême Conseil du Rite moderne de l' Espagne » et le « Grand Chapitre général du Grand Orient de Colombie » signent la « Déclaration de Barcelone » [ 32 ] et créent « l'Union maçonnique universelle du rite moderne (UMURM) » , qui accorde une patente au « Sublime Conseil du Rite moderne pour la France » [ 33 ] , mais la lui révoque le premier octobre 2012 . Elle accorde aussi des patentes au « Grand Chapitre général d'Espagne » et au chapitre bruxellois « Le Prince de Ligne » . À partir de ce dernier, et avec deux autres chapitres, le 21 janvier 2011 est créé le « Suprême Conseil mixte du Rite moderne français pour la Belgique » , lequel affilie ensuite un chapitre suisse [ 34 ] . En 2014 , la « Grande Loge mixte des Andes équatoriales » créée en 2011 et appartenant à l' « Union maçonnique universelle du rite moderne » (UMURM) donne une patente du Rite moderne à une nouvelle obédience libérale mixte : la « Grande Loge du Rite moderne en Amérique du Nord et dans les Caraïbes » [ 35 ] . Notes et références [ modifier | modifier le code ] Notes [ modifier | modifier le code ] ↑ « Le mot rit s'est maintenu assez longtemps dans l'usage religieux quand on parle de l'ensemble de la liturgie d'une confession (rit catholique, rit grec, etc) » (Dictionnaire historique de la langue française, sous la direction d' Alain Rey , Le Robert , tome 3, 2006, p. 3261 ) d'où le fait de cet emploi en 1783/1786. ↑ On appelle « spéculative » la franc-maçonnerie « savante » qui est apparue au début du XVIII e siècle, par opposition aux pratiques précédentes, jusqu'au début du XVII e siècle, dénommées « opératives » parce qu'elles étaient réservées aux personnes qui exerçaient effectivement le métier de maçon. ↑ Dans les publications de langue française, il est fréquent d'opposer la franc-maçonnerie « continentale » , principalement développée sur le continent européen sous l’Égide du Grand Orient de France, à la franc-maçonnerie dite « anglo-saxonne » , terme qui désigne les pratiques maçonniques majoritaires aux États-Unis et dans le Commonwealth, sous l’Égide de la Grande Loge unie d'Angleterre et de la conférence des Grandes Loges des États-Unis. ↑ En rassemblant sept chapitres parisiens de Rose-Croix souchés sur des loges du Grand Orient. ↑ Nom contemporain des Ordres supérieurs. ↑ Détenteur du prestigieux diplôme et de la médaille de « Vainqueur de la Bastille » conférés en 1790 aux acteurs de la prise de l'édifice. ↑ Initié en 1804 au GODF, il a appartenu à l'Ordre du Temple et au Rite de Misraïm , il fonde la loge « Trinosophes » où Des Étangs sera vénérable. ↑ Les différences principales sont les nombreuses références à Dieu qui ponctuent ce rituel revu par Murat. Maurice Bouchard et Philippe Michel 2014 , p. 170-174. ↑ Le maillage territorial du GODF reste alors incomparable. Il n'existe à cette époque aucun parti ou groupe d'influence qui puisse s'en targuer, hormis l’Église. ↑ Avant qu'un nombre conséquent de frères ne s'en sépare de nouveau pour fonder le Suprême Conseil de France . ↑ Le grade de « Kadosch » avait été écarté du Rite français à la veille de Révolution française , car jugé « faux, fanatique et détestable » à partir de 1766 [ 7 ] ↑ Le 31 e n’était pas pratiqué, il était communiqué oralement lors du passage au 32 e grade. ↑ Longtemps conseiller de l'Ordre et assurant un temps l’intérim de Grand Maître. ↑ La grande maîtrise est supprimée en 1871 et sera rétablie en 1945. ↑ Notamment l'apport du rappel, à l'ouverture des travaux, des principes capitaux du Grand Orient de France. ↑ Marius Lepage , alors rapporteur de la question C sur la « formation et l'éducation initiatique des maçons » , dit du travail de Groussier en 1952 : « Pour le 1 er grade, les ateliers devraient commencer par reprendre le rituel proposé par notre très illustre frère Groussier avant 1940. Ce serait déjà un premier pas vers une honnête restitution de rituel vraiment valable. Mais, en ce qui concerne les 2 e et 3 e grades, tout est à faire » . Maurice Bouchard et Philippe Michel 2014 , p. 183. ↑ Le 4 e ordre identique au 18 e du REAA continue d'être pratiqué. ↑ Au sujet de l'histoire des « Hauts grades » aux Pays-Bas voir : Pierre Mollier , « Entretien avec Jan Snoek sur une controverse entre Grand Chapitre et Suprême Conseil aux Pays-Bas, les difficiles relations entre systèmes de hauts grades maçonniques », Renaissance traditionnelle ,‎ janvier 2001 et Jean van Win , « Rite Français: Du Chapitre néerlandais de Rite Moderne Français De Roos ou de la vraie histoire de la fausse filiation hollandaise » , sur montaleau.over-blog.com (consulté le 7 août 2014 ) . ↑ Au sujet de l'invalidité des patentes brésiliennes voir les travaux des historiens Roger Dachez et Pierre Mollier sur le sujet [ 14 ] , dont les conclusions ont été contestées par l'organisme brésilien et par l'UMURM [ 15 ] . ↑ Au Grand Chapitre Général du GODF, cet ordre se nomme : « Souverain Prince Rose-Croix , Parfait Maçon libre, Grand commandeur du Temple » . ↑ Les usages des premières loges proscrivent la consignation par écrit. ↑ En général elles sont surmontées de grenades. ↑ Un cordon houppé à chaque bout, dont les nœuds espacés régulièrement au nombre de douze sont dénommés « lacs d’amour » . ↑ Collectif, « La Constance » , Célébration du cent septante cinquième anniversaire de la respectable loge . « La Constance » à l'orient de Louvain et commémoration du deux centième anniversaire de sa fondation à l'orient de Paris — historique augmenté de recherches sur la franc-maçonnerie à Louvain et sur les loges « La Constance » , Louvain, 1983. ↑ Ludovic Marcos écrit que 80 % des loges du GODF travaillent au Rite Français Références [ modifier | modifier le code ] Ouvrage de Ludovic Marcos, 2012 ↑ Ludovic Marcos 2012 , p. 64. ↑ Ludovic Marcos 2012 , p. 68. ↑ Ludovic Marcos 2012 , p. 69. ↑ Ludovic Marcos 2012 , p. 86-87. ↑ a et b Ludovic Marcos 2012 , p. 88. ↑ Ludovic Marcos 2012 , p. 100-102. ↑ a , b et c Ludovic Marcos 2012 , p. 94. ↑ Ludovic Marcos 2012 , p. 95. ↑ Ludovic Marcos 2012 , p. 108-115. ↑ Ludovic Marcos 2012 , p. 119. ↑ Ludovic Marcos 2012 , p. 120. ↑ Ludovic Marcos 2012 , p. 121. ↑ Ludovic Marcos 2012 , p. 123. ↑ Ludovic Marcos 2012 , p. 152. ↑ Ludovic Marcos 2012 , p. 153. ↑ a , b et c Ludovic Marcos 2012 , p. 155. ↑ a , b et c Ludovic Marcos 2012 , p. 35-37. ↑ Ludovic Marcos 2012 , p. 159. Ouvrage d’Alain Bauer et Gérard Meyer, 2012 ↑ Alain Bauer et Gerard Meyer 2012 , p. 83. ↑ a et b Alain Bauer et Gerard Meyer 2012 , p. 75. ↑ Alain Bauer et Gerard Meyer 2012 , p. 76. ↑ a , b et c Alain Bauer et Gerard Meyer 2012 , p. 116-117. ↑ Alain Bauer et Gerard Meyer 2012 , p. 79. ↑ a et b Alain Bauer et Gerard Meyer 2012 , p. 81. ↑ Alain Bauer et Gerard Meyer 2012 , p. 82. ↑ Alain Bauer et Gérard Meyer 2012 , p. 118. ↑ Alain Bauer et Gerard Meyer 2012 , p. 113. ↑ Alain Bauer et Gérard Meyer 2012 , p. 20-21. ↑ Alain Bauer et Gérard Meyer 2012 , p. 29. ↑ Alain Bauer et Gérard Meyer 2012 , p. 32. ↑ Alain Bauer et Gérard Meyer 2012 , p. 1. ↑ Alain Bauer et Gerard Meyer 2012 , p. 114. ↑ Alain Bauer et Gerard Meyer 2012 , p. 114. ↑ a et b Bauer et Meyer 2012 , p. 85. Autres références ↑ Yves Hivert Messeca . ↑ Pierre Mollier 2004 . ↑ Joseph Castelli 2006 , p. 11. ↑ Pierre Mollier 1996 , p. 1-2. ↑ Pierre Mollier 1996 , p. 73-102 ↑ Cécile Révauger et Ludovic Marcos 2015 , p. 63. ↑ ( en ) « Histoire du grade de Chevalier Kadosch » , sur www.freemasons-freemasonry.com . ↑ Maurice Bouchard et Philippe Michel 2014 , p. 181. ↑ a et b Hervé Vigier [présenté par] 2002 . ↑ « Rite Français Traditionnel » , sur logenationalefrancaise.fr (consulté le 7 juin 2015 ) sur Archive.org . ↑ H.Viguier et al. 2014 , p. 180. ↑ Cécile Révauger et Ludovic Marcos 2015 , p. 77 ↑ a et b Jean-Yves Tournié 2013 , p. 140-141. ↑ Gérard Contremoulin, « Rite Français : vous avez dit 'patente' ? » . ↑ ( es ) « Contestando a R. Dachez sobre los Grados Capitulares el GODF y la UMURM (Informe Completo) » , sur https://unionmasonicauniversalritomoderno.blogspot.ch (consulté le 16 octobre 2017 ) ↑ « Voir sous Historique: Bref historique du réveil du Rite Français » , sur www.grandchapitrefrancais.com (consulté le 9 juin 2015 ) . ↑ Daniel Ligou 1987-1998 , p. 1184. ↑ Joseph Castelli 2006 , p. 15. ↑ Jean van Win , « La houppe dentelée, cordelière à floches, décor ou symboles? », Les Cahiers de Villard de Honnecourt , Paris,‎ 2008 . ↑ H.Viguier et al. 2014 , p. 183. ↑ Philippe Thomas, La sagesse du Rite français , Paris, Ed. du Grand Chapitre Français, 2009 ↑ Jean van Win , « Rite Moderne belge, Rite Moderne français: je t'aime, moi non plus », Joaben , Paris,‎ 2009 . ↑ « Le Rite français philosophique », La chaîne d'Union, Revue d'études maçonniques, philosophiques et symboliques , Paris, Grand Orient de France, vol. 55,‎ janvier 2011 . ↑ « Historique de la GLMU » , sur http://www.glmu.fr (consulté le 21 janvier 2015 ) . ↑ François Koch, « Grand rififi dans les Hauts Grades Féminins » , sur blogs.lexpress.fr . ↑ Revauger et Marcos 2015 , p. 321-322. ↑ Jean-Pierre Catala, « Être maçon c'est d'abord être citoyen » , sur lemauricien.com . ↑ ( en ) Joaquim Villalta, « A brief History of the Modern Rite in Brazil » , sur http://unionmasonicauniversalritomoderno.blogspot.ch . ↑ ( en+es ) José Maria Bonachi Batalla, « The UMURM and the Modern Rite, an uncontestable Reality » , sur http://unionmasonicauniversalritomoderno.blogspot.ch . ↑ « Confirmation de la patente de 1804 donnée au Portugal par le GODF » . ↑ « Charte de Lisbonne » [PDF] , sur www.grancapitulo.org.mialias.net , avril 2011 (consulté le 1 er septembre 2016 ) . ↑ ( es+fr+pt+en ) « Carta de Barcelona del Rito moderno » . ↑ « Patente du « Sublime Conseil du Rite Moderne pour la France » , sur archive.is . ↑ « Communication du Suprême Conseil du Rite Moderne Français pour la Belgique » , sur archive.is . ↑ ( en ) « The Modern Rite in North America & the Caribbean » , sur https://archive.is . Annexes [ modifier | modifier le code ] Article détaillé : Bibliographie sur la franc-maçonnerie#Rite français . Bibliographie [ modifier | modifier le code ] : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article. Cécile Révauger et Ludovic Marcos ( préf. Daniel Keller ), Les Ordres de Sagesse du Rite français , Paris, Dervy , 2015 ( ISBN 9791024201153 ) . Hervé Vigier, Jean van Win, Jean Pierre Duhal et Hervé Bodez, Le Rit Primordial de France dit Rite Français ou Moderne , Paris, Ed. Téletès, 2014 ( ISBN 9782906031968 ) . Maurice Bouchard et Philippe Michel, Le Rit Français d'origine 1785, dit Rit Primordial de France , Paris, Dervy, 2014 ( ISBN 1024200485 ) . Jean-Yves Tournié, Les origines de la Franc-maçonnerie. Sources et histoire du Rite Français Moderne du XVIII e siècle à nos jours , Paris, Dangles, 2013 ( ISBN 2703310129 ) . Hervé Vigier ( préf. Jean van Win ), Le Rite Français. La lettre et l'esprit de la synthèse des grades symboliques Apprenti, Compagnon, Maître Maçon , Paris, Ed. Téletès, 2013 ( ISBN 9782906031807 ) . Alain Bauer et Gérard Meyer, Le Rite français , Paris, PUF, coll. « Que sais-je? », 2012 ( ISBN 9782130581970 ) . Ludovic Marcos , Histoire illustrée du Rite Français , Paris, Dervy, 2012 ( ISBN 9782844549440 ) . Joseph Castelli, Rite français 1801. Le Régulateur du Maçon. Les trois premiers grades et les quatre ordres supérieurs. À Hérédom, l'an de la G.'. L.'. 5801 d'après le manuscrit de 5783 , Éditions Maçonniques, 2006 ( ISBN 9782352130444 ) . Pierre Mollier , Le Régulateur du Maçon (1785-1801), la fixation des grades symboliques du Rite Français : histoire et documents , Paris, Éditions A l’Orient, 2004 ( ISBN 2912591244 ) . Hervé Vigier, [présenté par] (en collaboration avec Jean van Win et d'autres auteurs), La renaissance du Rite Français traditionnel , Paris, Ed. Télètes, 2002 ( ISBN 9782906031555 ) . Yves Hivert-Messeca , Le Rite français : Encyclopédie de la Franc-maçonnerie , La Pochothèque, 2002 ( ISBN 9782253130321 ) . Daniel Ligou, Dictionnaire de la franc-maçonnerie , PUF, 1987 ( réimpr. 1998) ( ISBN 2130486398 ) Pierre Mollier, « III. La réunion du Grand Chapitre Général de France au Grand Orient de France », Renaissance traditionnelle ,‎ juillet-octobre 1998 , p. 73-102 . Articles connexes [ modifier | modifier le code ] Franc-maçonnerie en France Grand Orient de France Rite maçonnique Rite écossais ancien et accepté Liens externes [ modifier | modifier le code ] Grand Orient de France ( es ) Union Maçonnique Universelle du Rite Moderne v · m Rites maçonniques Rite primitif Anciens devoirs · Rite du Mot de maçon (1637) Rite du XVIII e siècle Rite d'York · Rite de l'Arche royale · Stricte observance templière (1751) · Rite suédois (1759) · Ordre du royal secret (1762) · Rite des élus Coëns (1767) · Rites des Philalèthes (1773) · Rite Swedenborg (1773) · Rite d'adoption (1774) · Rite écossais rectifié (1782) · Rite français (1786) · Ordres de Sagesse (1786) Rite du XIX e siècle Rite écossais ancien et accepté (1801) · Rite de Schroeder (1811) · Sainte Arche royale (1813) · Maçonnerie cryptique (1818) · Rite émulation (1823) · Rite standard d'Écosse · Rites maçonniques égyptiens Rite du XX e siècle Rite opératif de Salomon (1974) · Rite écossais primitif (1985) Ordres honorifiques complémentaires Chevaliers templiers · Ordre royal d’Écosse · Croix rouge de Constantine Portail de la franc-maçonnerie Portail de la France Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 25 juillet 2014 ( comparer avec la version actuelle ) . Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu . La version du 25 juillet 2014 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration. Ce document provient de « https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Rite_français&oldid=144735495 ». Catégories : Rite maçonnique Franc-maçonnerie française Catégories cachées : Modèle Note avec un paramètre texte mis en paramètre non nommé (paramètre positionnel 1) Portail:Franc-maçonnerie/Articles liés Portail:France/Articles liés Portail:Europe/Articles liés Bon article Menu de navigation Outils personnels Non connecté Discussion Contributions Créer un compte Se connecter Espaces de noms Article Discussion Variantes Affichages Lire Modifier Modifier le code Afficher l’historique Plus Rechercher Navigation Accueil Portails thématiques Article au hasard Contact Contribuer Débuter sur Wikipédia Aide Communauté Modifications récentes Faire un don Outils Pages liées Suivi des pages liées Importer un fichier Pages spéciales Lien permanent Informations sur la page Élément Wikidata Citer cette page Imprimer / exporter Créer un livre Télécharger comme PDF Version imprimable Dans d’autres langues Català English Español Nederlands Polski Português Русский Modifier les liens La dernière modification de cette page a été faite le 22 janvier 2018 à 16:36. Droit d'auteur : les textes sont disponibles sous licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions . d’autres conditions peuvent s’appliquer. Voyez les conditions d’utilisation pour plus de détails, ainsi que les crédits graphiques . En cas de réutilisation des textes de cette page, voyez comment citer les auteurs et mentionner la licence . Wikipedia® est une marque déposée de la Wikimedia Foundation, Inc. , organisation de bienfaisance régie par le paragraphe 501(c)(3) du code fiscal des États-Unis. Politique de confidentialité À propos de Wikipédia Avertissements Développeurs Déclaration sur les témoins (cookies) Version mobile



https://fr.wikipedia.org/wiki/Napol%C3%A9on_Ier
  Napoléon Ier — Wikipédia Napoléon I er Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Aller à : navigation , rechercher « Napoléon » redirige ici. Pour les autres significations, voir Napoléon (homonymie) et Bonaparte . Napoléon I er Napoléon dans son cabinet de travail , Jacques-Louis David , 1812. Titre Empereur des Français 18 mai 1804 – 6 avril 1814 ( 9 ans, 10 mois et 19 jours ) Couronnement ... , 1812. Titre Empereur des Français 18 mai 1804 – 6 avril 1814 ( 9 ans, 10 mois et 19 jours ... Directoire Successeur Lui-même (empereur des Français) Biographie Dynastie Maison Bonaparte Nom de naissance ... -Hélène , est le premier empereur des Français , du 18 mai 1804 au 6 avril 1814 et du 20 mars 1815 au 22 ... durablement l'État et la société. Il porte le territoire français à son extension maximale avec 134 ... départements français. Il est aussi président de la République italienne de 1802 à 1805, puis roi d’ Italie CACHE

Napoléon Ier — Wikipédia Napoléon I er Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Aller à : navigation , rechercher « Napoléon » redirige ici. Pour les autres significations, voir Napoléon (homonymie) et Bonaparte . Napoléon I er Napoléon dans son cabinet de travail , Jacques-Louis David , 1812. Titre Empereur des Français 18 mai 1804 – 6 avril 1814 ( 9 ans, 10 mois et 19 jours ) Couronnement 2 décembre 1804 , en la cathédrale Notre-Dame de Paris Prédécesseur Lui-même ( Premier consul de la République ) Successeur Louis XVIII (roi de France) 20 mars – 22 juin 1815 ( 3 mois et 2 jours ) Prédécesseur Louis XVIII (roi de France) Successeur Napoléon II (prétendant) Louis XVIII (roi de France) Roi d'Italie 17 mars 1805 – 11 avril 1814 ( 9 ans et 25 jours ) Prédécesseur Lui-même (président de la République italienne) Successeur Victor-Emmanuel II (roi d'Italie en 1861) Protecteur de la Confédération du Rhin 12 juillet 1806 – 19 octobre 1813 ( 7 ans, 3 mois et 7 jours ) Prédécesseur François II (empereur romain germanique) Successeur Confédération germanique Médiateur de la Confédération suisse 19 février 1803 – 19 octobre 1813 ( 10 ans et 8 mois ) Prédécesseur République helvétique Successeur Confédération des XXII cantons Président de la République italienne Napoléon Bonaparte 26 janvier 1802 – 17 mars 1805 ( 3 ans, 1 mois et 19 jours ) Vice-président Francesco Melzi d'Eril Prédécesseur République cisalpine Successeur Lui-même (roi d'Italie) Premier consul de la République Napoléon Bonaparte 10 novembre 1799 – 18 mai 1804 ( 4 ans, 5 mois et 8 jours ) Prédécesseur Directoire Successeur Lui-même (empereur des Français) Biographie Dynastie Maison Bonaparte Nom de naissance Napoleone Bonaparte (sur l'acte de baptême) Date de naissance 15 août 1769 Lieu de naissance Ajaccio ( France ) Date de décès 5 mai 1821 (à 51 ans) Lieu de décès Île Sainte-Hélène ( Royaume-Uni ) Père Charles Bonaparte Mère Maria Letizia Ramolino Conjoint Joséphine de Beauharnais (1796-1809) Marie-Louise d'Autriche (1810-1821) Enfants Napoléon Bonaparte , prince impérial , roi de Rome Héritier Prince Napoléon , prince impérial Religion Catholicisme romain Monarques de France · Monarques d'Italie modifier Napoléon I er , né le 15 août 1769 à Ajaccio , et mort le 5 mai 1821 sur l' île Sainte-Hélène , est le premier empereur des Français , du 18 mai 1804 au 6 avril 1814 et du 20 mars 1815 au 22 juin 1815 . Second enfant de Charles Bonaparte et Letitia Ramolino , Napoléon Bonaparte est un militaire, général dans les armées de la Première République française, née de la Révolution , commandant en chef de l'armée d'Italie puis de l'armée d'Orient. Parvenu au pouvoir en 1799, par le coup d'État du 18 Brumaire , il est Premier consul jusqu'au 2 août 1802 , puis consul à vie jusqu'au 18 mai 1804 , date à laquelle il est proclamé empereur par un sénatus-consulte suivi d'un plébiscite . Il est sacré empereur, en la cathédrale Notre-Dame de Paris , le 2 décembre 1804 , par le pape Pie VII . En tant que général en chef et chef d'État, Napoléon tente de briser les coalitions montées et financées par le royaume de Grande-Bretagne et qui rassemblent, depuis 1792, les monarchies européennes contre la France et son régime né de la Révolution. Il conduit pour cela les armées françaises d' Italie au Nil et d' Autriche à la Prusse et à la Pologne : ses nombreuses et brillantes victoires ( Arcole , Rivoli , Pyramides , Marengo , Austerlitz , Iéna , Friedland ), dans des campagnes militaires rapides, disloquent les quatre premières coalitions. Les paix successives, qui mettent un terme à chacune de ces coalitions, renforcent la France et donnent à son chef, Napoléon, un degré de puissance jusqu'alors rarement égalé en Europe, lors de la paix de Tilsit (1807). Il réorganise et réforme durablement l'État et la société. Il porte le territoire français à son extension maximale avec 134 départements en 1812, transformant Rome , Hambourg , Barcelone ou Amsterdam en chefs-lieux de départements français. Il est aussi président de la République italienne de 1802 à 1805, puis roi d’ Italie de 1805 à 1814, mais également médiateur de la Confédération suisse de 1803 à 1813 et protecteur de la Confédération du Rhin de 1806 à 1813. Ses victoires lui permettent d'annexer à la France de vastes territoires et de gouverner la majeure partie de l’ Europe continentale en plaçant les membres de sa famille sur les trônes de plusieurs royaumes : Joseph sur celui de Naples puis d' Espagne , Louis sur celui de Hollande , Jérôme sur celui de Westphalie et son beau-frère Joachim Murat à Naples. Il crée également un duché de Varsovie , sans oser restaurer formellement l'indépendance polonaise, et soumet temporairement à son influence des puissances vaincues telles que le royaume de Prusse et l' empire d'Autriche . Objet, dès son vivant, d' une légende dorée comme d' une légende noire , il doit sa très grande notoriété à son habileté militaire, récompensée par de nombreuses victoires, et à sa trajectoire politique étonnante [ a ] , mais aussi à son régime despotique et très centralisé ainsi qu'à son ambition qui se traduit par des guerres d'agression très meurtrières ( au Portugal, en Espagne et en Russie ) avec des centaines de milliers de morts et blessés, militaires et civils pour l'ensemble de l'Europe. Il tente également de renforcer le régime colonial français d' Ancien Régime en outre-mer, en particulier avec le rétablissement de l'esclavage en 1802, ce qui provoque la guerre de Saint-Domingue (1802-1803) et la perte définitive de cette colonie, tandis que les Britanniques s'assurent le contrôle de toutes les autres colonies entre 1803 et 1810. Cet ennemi britannique toujours invaincu s'obstinant à financer des coalitions de plus en plus générales, les Alliés finissent par remporter des succès décisifs en Espagne ( bataille de Vitoria ) et en Allemagne ( bataille de Leipzig ) en 1813. L’intransigeance de Napoléon devant ces sanglants revers lui fait perdre le soutien de pans entiers de la nation française [ 1 ] , tandis que ses anciens alliés ou vassaux se retournent contre lui. Amené à abdiquer en 1814 après la prise de Paris , capitale de l'Empire français, et à se retirer à l' île d'Elbe , il tente de reprendre le pouvoir en France, lors de l'épisode des Cent-Jours en 1815. Capable de reconquérir son Empire sans coup férir, il amène pourtant la France dans une impasse devant sa mise au ban de l'Europe, avec la lourde défaite de Waterloo qui met fin à l'Empire napoléonien et assure la restauration de la dynastie des Bourbons . Sa mort en exil , à Sainte-Hélène, sous la garde des Anglais, fait l'objet de nombreuses controverses. Une tradition romantique fait de Napoléon l'archétype du grand homme appelé à bouleverser le monde. C'est ainsi que le comte de Las Cases , auteur du Mémorial de Sainte-Hélène , tente de présenter Napoléon au Parlement britannique dans une pétition rédigée en 1818 [ 2 ] . Élie Faure , dans son ouvrage Napoléon , qui a inspiré Abel Gance , le compare à un « prophète des temps modernes ». D'autres auteurs, tel Victor Hugo , font du vaincu de Sainte-Hélène le « Prométhée moderne ». L'ombre de « Napoléon le Grand » plane sur de nombreux ouvrages de Balzac , Stendhal , Musset , mais aussi de Dostoïevski , de Tolstoï et de bien d'autres encore. Par ailleurs, un courant politique français émerge au XIX e siècle, le bonapartisme , se revendiquant de l'action et du mode de gouvernement de Napoléon. Sommaire 1 Biographie 1.1 Jeunesse 1.1.1 Naissance 1.1.2 Enfance et formation militaire 1.1.2.1 École militaire de Brienne (1779-1784) 1.1.2.2 École militaire de Paris (1784-1785) 1.1.2.3 Affectation au régiment d'artillerie de la Fère 1.1.3 Premières armes 1.1.4 Paris et le 13 vendémiaire 1.1.5 La campagne d’Italie 1.1.6 Campagne d’Égypte 1.1.7 Retour à Paris, situation de la France 1.2 Consulat 1.2.1 Coup d’État 1.2.2 La Constitution 1.2.3 Du Consul à l’Empereur 1.3 Empire 1.3.1 Symboles impériaux 1.3.2 Napoléon et l’Église 1.3.3 Napoléon et l’économie 1.3.4 L’Empire victorieux 1.3.5 Campagnes de la péninsule Ibérique et d’Autriche 1.3.5.1 Guerre d'Espagne 1.3.5.2 Guerre contre l'Autriche 1.3.6 Napoléon, souverain du « Grand Empire » 1.3.7 Campagnes de Russie et d’Allemagne 1.3.8 Campagne de France et première abdication 1.3.9 Les Cent-Jours 1.3.9.1 La route Napoléon et le « Vol de l’Aigle » 1.3.9.2 Retour au pouvoir et défaite finale 1.4 Exil à Sainte-Hélène et mort 1.4.1 Retour de ses cendres en France (1840) 1.5 État de santé de Napoléon 1.6 Cause de sa mort 2 Héritage napoléonien 2.1 Rétablissement de l'esclavage 3 Réalisations de Napoléon Bonaparte 3.1 Sous le Consulat 3.2 Sous l’Empire 3.3 Œuvre législative 3.4 En architecture et urbanisme 3.4.1 À Paris 3.4.2 En dehors de l'Île-de-France 4 Regards des contemporains 4.1 Surnoms 5 Vie privée 5.1 Influences historiques 5.2 Napoléon et la spiritualité 5.2.1 Napoléon et le catholicisme 5.2.2 Napoléon et l'islam pendant la campagne d'Égypte 5.2.3 Regard personnel de Napoléon sur l'islam 5.2.4 Napoléon et la franc-maçonnerie 5.3 Sa bibliothèque portative 5.4 Correspondance 5.5 Famille 5.5.1 Ascendance 5.5.2 Parents 5.5.3 Frères et sœurs 5.5.4 Neveux et nièces 5.5.5 Oncle 5.6 Mariages et enfants 5.7 Ordre de succession au trône impérial en juillet 1815 6 Conservation des archives personnelles de Bonaparte et sa famille 7 Notes et références 7.1 Notes 7.2 Références 8 Annexes 8.1 Bibliographie 8.1.1 Mémoires de Napoléon 8.1.2 Éditions de la correspondance 8.1.3 Écrits de jeunesse 8.1.4 Sur Gutenberg.org 8.1.5 Témoignages 8.1.6 Ouvrages de fiction (les éditions indiquées sont modernes) 8.1.7 Études historiques classiques 8.1.8 Ouvrages modernes 8.1.9 Iconographie 8.2 Filmographie sélective 8.3 Jeux vidéo 8.4 Musées 8.5 Articles connexes 8.5.1 Politique 8.5.1.1 Régimes et évènements 8.5.1.2 Autres 8.5.2 Armée 8.5.2.1 Campagnes 8.5.2.2 Autres 8.5.3 Vie privée 8.5.4 Arts et culture 8.5.4.1 Tableaux 8.5.4.2 Patrimoine 8.5.4.3 Autres 8.5.5 Divers 8.6 Liens externes Biographie Jeunesse Naissance Le blason de la famille Bonaparte (avant Napoléon I er ). Portrait de Charles Bonaparte, père de Napoléon. Napoléon Bonaparte naît à Ajaccio , dans la maison familiale (transformée aujourd'hui en musée [ 3 ] ), le 15 août 1769 , un an après le traité de Versailles par lequel Gênes cède la Corse à la France [ b ] . Ondoyé à domicile, il a pour nom de baptême Napoleone Bonaparte , et n'est baptisé à la cathédrale Notre-Dame-de-l'Assomption d'Ajaccio que le 21 juillet 1771 . Issu d’une famille faisant partie de la noblesse de robe italo-corse dont la présence sur l'île est attestée depuis le XVI e siècle [ 4 ] ( maison Bonaparte d’origine toscane [ 5 ] ), il est le quatrième enfant (second des enfants survivants) de Charles Bonaparte , avocat au Conseil supérieur de l'île, et de Maria Letizia Ramolino . Son prénom, Napoleone (ou Nabulione selon la graphie corse [ 6 ] ), lui est donné en mémoire d'un oncle mort à Corte en 1767 [ 7 ] . Enfance et formation militaire Le 8 juin 1777 , Charles Bonaparte est élu député de la noblesse de Corse. En cette qualité, il fait partie de la députation que l’Assemblée générale des états de la Corse envoie à Versailles auprès du roi Louis XVI . Le 15 décembre 1778 , il part pour Versailles où Louis XVI le reçoit en audience une seconde fois [ 8 ] , la première rencontre avec le roi datant de 1776. À cette occasion, le comte de Marbeuf , gouverneur de l'île, fait obtenir, auprès du ministre de la guerre le prince de Montbarrey , une bourse pour faire entrer le deuxième fils de Charles à l'école militaire, l'aîné Joseph étant destiné à suivre une carrière ecclésiastique [ 9 ] . Le 1 er janvier 1779 , Charles Bonaparte fait entrer provisoirement ses deux fils Joseph et Napoléon au collège d’ Autun . Napoléon y reste trois mois, le temps pour son père de faire les démarches permettant de le faire admettre à l'école militaire. Pour obtenir une bourse du roi, il faut fournir les preuves de sa noblesse et de quatre degrés d'ancienneté [ 10 ] . Le dossier fut examiné par le juge d'armes Antoine-Marie d'Hozier de Serigny [ 11 ] . École militaire de Brienne (1779-1784) Charles Bonaparte ayant fourni les preuves de noblesse de la famille, Napoléon est agréé par le ministère de la Guerre pour entrer au collège militaire de Tiron , mais, à la suite de défections, il est finalement admis à l’ école royale militaire de Brienne-le-Château (aujourd’hui dans l' Aube ) [ 11 ] . Napoléon y entre le 15 mai 1779 en classe de septième [ 12 ] . C’est l’un des douze collèges de France qui accueillent les enfants de la petite noblesse. Il va y rester cinq ans. Bonaparte n’aurait pas été très apprécié de ses camarades, notamment à cause de son admiration pour Pascal Paoli [ 13 ] . Selon Jacques Godechot, les témoignages sur le séjour de Brienne sont contradictoires et sujets à caution [ 14 ] . Il montre déjà une propension à l’art du commandement, en organisant des jeux militaires dont il prend la tête. Une bataille de boules de neige, qu'il aurait dirigée un hiver, fait partie de sa légende [ 15 ] . Son frère Joseph, ayant abandonné son projet d'entrer au séminaire, étudie le droit, Lucien entre au séminaire d’Aix-en-Provence et ses sœurs sont éduquées par M me Campan . Son père lui rend visite le 21 juin 1784 [ 16 ] . Le 22 septembre de la même année, le sous-inspecteur des écoles Marie-Antoine-Sérapion Reynaud des Monts fait passer aux élèves cadets de Brienne l'examen d'entrée à l' École militaire de Paris , où après un an d'études ils pourront être affectés à un régiment d'artillerie, du génie ou de la marine [ 17 ] . Napoléon est jugé apte à y entrer ainsi que quatre de ses condisciples. École militaire de Paris (1784-1785) Il quitte l' école de Brienne le 17 octobre et arrive cinq jours plus tard à Paris où il intègre la compagnie des cadets gentilshommes [ 18 ] . Le 24 février 1785 , Charles Bonaparte meurt d'un cancer de l'estomac . le rôle de chef de la famille échoit alors à l'aîné Joseph, mais Napoléon le juge d'un caractère trop faible pour diriger la famille [ 19 ] . En septembre , il passe l'examen de sortie de l'école . l'inspecteur des Écoles, Agathon Guinement , chevalier de Keralio, le juge apte à être affecté à un régiment de la marine, mais la mère de Napoléon refuse et il est finalement intégré à un régiment d'artillerie [ 20 ] interrogé par le mathématicien Pierre-Simon de Laplace . Affectation au régiment d'artillerie de la Fère Article détaillé : Séjour de Napoléon Bonaparte à Auxonne . Il est reçu sous-lieutenant ( 42 e sur 58), à l’examen de l’artillerie. Il reçoit son ordre d'affectation au régiment d'artillerie de la Fère alors en garnison à Valence [ 20 ] , [ 21 ] , qu'il rejoint le 3 novembre 1785 . L'été suivant, il obtient un congé de six mois à partir du 1 er septembre 1786 . Le 15 septembre 1786 , sept ans et neuf mois après son départ, il repose les pieds sur l’île de Corse à l’occasion de son congé de semestre. Il ne rejoindra son régiment que treize mois plus tard, soit le 30 septembre 1787 . Dès novembre 1787 , il demande un nouveau congé de six mois, qu'il obtient. Il ne réintégrera son régiment que le 15 juin 1788 . Le 1 er juin 1788 , il s’embarque pour rejoindre son régiment de La Fère en garnison à Auxonne et apprendre son métier d’artilleur. Dans ses loisirs, il travaille assidûment. Ses nombreuses lectures, qu’il accompagne de Notes [ 22 ] témoignent du sens dans lequel il a dirigé ses études et des sujets qui l’ont particulièrement attiré. Le 9 septembre 1789 , il quitte Auxonne pour un nouveau congé de six mois. Il ne réintègre son régiment que le 11 février 1791 . Le 1 er septembre 1791 , il demande un nouveau congé de trois mois pour ne jamais revenir à son régiment [ 23 ] . Premières armes Article détaillé : Guerres de la Révolution française . Lorsque la Révolution éclate en 1789, le lieutenant Bonaparte a dix-neuf ans. Il est présent depuis le 15 juin 1788 au régiment de La Fère, alors à l'école royale d'artillerie à Auxonne dirigée par le maréchal de camp-baron, Jean-Pierre du Teil . Ce dernier lui confie la répression de la première émeute de la faim qui éclate dans la ville le 19 juillet 1789 . En 1791, le lieutenant Bonaparte répond à l'ouverture de l'armée russe aux émigrés français ordonnée par la tsarine Catherine II . Son offre est rejetée car la tsarine, qui se méfie des républicains, est également rebutée par le caractère prétentieux du lieutenant qui demande son intégration dans son armée avec le grade de major [ 24 ] . Napoléon retourne à plusieurs reprises en Corse, où les luttes de clans avaient repris, les paolistes soutenant la monarchie à l’anglaise, et les Bonaparte la Révolution. Napoléon se fait élire, dans des circonstances tendues entre clans, lieutenant-colonel du 2 e bataillon de volontaires de la Corse à Ajaccio le 1 er avril 1792 [ 25 ] . Les troubles qui suivent cette élection amènent les autorités de l'île à éloigner Bonaparte en lui confiant une mission sur le continent au moment où la France déclare la guerre au roi de Bohême et de Hongrie . Présent ponctuellement à Paris, le jeune officier est spectateur de l’ invasion des Tuileries par le peuple le 20 juin 1792 et aurait manifesté alors son mépris pour l'impuissance de Louis XVI . Ce dernier signe, quelques jours plus tard, son brevet de capitaine . ce sera l'un de ses derniers actes publics. La guerre prend de l'ampleur à l'automne 1792 avec la constitution d'une coalition des monarchies européennes contre la toute nouvelle République française, coalition à laquelle participe le royaume de Sardaigne . C'est à ce poste de commandant en second du bataillon Quenza - Bonaparte que ce dernier fait ses premières armes en février 1793 , participant à la tête de l'artillerie à l'expédition de La Maddalena . Malgré l'efficacité et la détermination de Napoléon, l'opération commandée par Colonna Cesari , un proche de Paoli , est un échec cuisant. Cet événement et l’ exécution du roi en janvier 1793 attisent la division avec les paolistes , provoquant une révolte des indépendantistes. Les désaccords entre Paoli et Bonaparte s'accentuent à la suite d'une lettre de Lucien Bonaparte à la Convention pour dénoncer Paoli. La famille de Napoléon, dont la maison a été mise à sac et incendiée le 24 mai 1793 [ 20 ] , est contrainte de se réfugier dans une autre résidence, leur petite ferme de Milleli, puis, quelque temps plus tard, le 10 juin 1793 , de quitter l'île précipitamment à destination de la France continentale. Débarqués à Toulon , les Bonaparte s'installent dans la région de Marseille. Napoléon Bonaparte est affecté à l'armée chargée de mater l' insurrection fédéraliste du Midi. Il s'active à approvisionner l'artillerie en matériel durant l'été 1793 . C'est à cette période qu'il rédige le Souper de Beaucaire , pamphlet politique pro-jacobin et anti-fédéraliste. Fin août 1793 , alors que Marseille vient d'être reprise par les Républicains jacobins et que la famille Bonaparte s'y installe, Toulon , tenue par les fédéralistes et les royalistes, se livre aux troupes britanniques et espagnoles. Article détaillé : Siège de Toulon (1793) . Bonaparte pendant le siège de Toulon . Bonaparte est capitaine d’artillerie lorsqu'il se présente au général Carteaux chargé de diriger le siège de la ville. Celui-ci ne l'écoute pas et ne suit pas ses conseils [ 20 ] . Bonaparte obtient, à la demande des commissaires Augustin Robespierre et son compatriote Salicetti , le commandement de l'artillerie, avec le grade de chef de bataillon . Bonaparte s'oppose aussi à Louis Fréron , qui, par sa mauvaise gestion des affaires militaires, contribue au lancement de sa carrière. Il rencontre lors de ce siège de jeunes officiers comme Marmont ou Victor et le sergent Junot [ 20 ] qui accompagneront la suite de sa carrière. Le 23 novembre , il parvient, avec ses hommes, à capturer le général anglais Charles O'Hara [ 20 ] . Après l'échec d'un assaut contre Toulon, Napoléon soumet un plan d'attaque au général Dugommier , qui a pris le commandement du siège. L'application de ce plan permet la reprise de la ville aux troupes royalistes et britanniques le 18 décembre , après la prise du Petit Gibraltar [ 20 ] . Ses ordres contribuent à forcer la flotte britannique à quitter la rade de Toulon et à priver ainsi les insurgés d'un soutien précieux. Il est fait général de brigade le 22 décembre , après avoir refusé au commissaire Augustin Robespierre , son protecteur, le commandement de l'armée de Paris [ 20 ] . Après cette victoire, il est affecté à l' armée d'Italie , concentrée dans la région de Nice . Ses amitiés avec les jacobins lui valent d’être brièvement arrêté après la chute de Robespierre le 9 thermidor an II ( 27 juillet 1794 ), à Antibes , au fort Carré [ 20 ] . Paris et le 13 vendémiaire Article détaillé : Insurrection royaliste du 13 vendémiaire an IV . Les canons de Bonaparte tirant à mitraille sur les insurgés, Felician Myrbach . Une fois Bonaparte libéré, François Aubry , membre du comité militaire, lui propose en 1795 un commandement en Vendée mais il refuse et lui dit même « on vieillit vite sur le champ de bataille et j'en arrive » [ 20 ] . Aubry le met alors en congé, mais sans solde. Par la suite, il erre à Paris sans commandement effectif . sans argent, il va souvent dîner chez Bourrienne ou chez M me Panoria Comnène , épouse Permon, une connaissance de Corse, avec Junot , les deux étant devenus inséparables depuis le siège de Toulon [ 20 ] . Le 13 vendémiaire an IV ( 5 octobre 1795 ), Barras lui demande de réprimer l’ insurrection royaliste contre la Convention nationale [ 20 ] . À cette occasion, Bonaparte a sous ses ordres un jeune officier, Joachim Murat , son futur beau-frère. Ce dernier joue un rôle déterminant, en transférant à temps les canons indispensables depuis les Sablons jusqu'aux abords des Tuileries. La canonnade de Saint-Roch — où les boulets ont été remplacés par de la mitraille plus « efficace » — disperse les forces royalistes, faisant trois cents morts [ 26 ] . Quelques jours plus tard, Bonaparte est promu général de division , puis nommé commandant de l’ armée de l'Intérieur , succédant à Barras qui devient l’un des cinq membres du Directoire . Il s'installe alors à Paris, à l’hôtel de la XVII e division, rue des Capucines [ 20 ] et épouse, le 9 mars 1796 [ 20 ] , Joséphine de Beauharnais , amie et ancienne maîtresse de Barras. La campagne d’Italie Article détaillé : Campagne d'Italie (1796-1797) . Bonaparte au pont d'Arcole , par Antoine-Jean Gros ( ca. 1801), musée du Louvre , Paris. Napoléon Bonaparte à la bataille de Rivoli , par Philippoteaux . Ce mariage lui permet d’obtenir, le 2 mars 1796 , sa promotion de général en chef de la petite armée d'Italie , appelée en principe à ouvrir un simple front de diversion [ 20 ] . Officier d’ artillerie de formation, il innove à cette époque dans l’utilisation de l’artillerie ( canon de Gribeauval ) comme force mobile d’appui des attaques d’infanterie. Il sait motiver ses hommes et fait, sur le terrain qu'il avait reconnu en 1793-94, une campagne d’exception qui reste étudiée dans toutes les écoles de guerre. En un peu plus d’un an, il bat cinq armées autrichiennes, fréquemment à un contre deux, et décide seul du sort de la guerre, les armées françaises du Rhin étant battues par les Autrichiens qui doivent affaiblir leurs troupes sur ce front pour envoyer des renforts en Italie. Il bat séparément quatre généraux piémontais et autrichiens (dont Colli , von Beaulieu et Argenteau à Millesimo , Montenotte ), après s'être emparé du massif de l'Authion avec Masséna , là où les généraux Gaspard Jean-Baptiste Brunet et Jean-Mathieu-Philibert Sérurier avaient échoué, à la baisse de Turini-Camp d'argent , et signe l’ armistice de Cherasco avec le premier royaume. Dans une deuxième phase, il bat une nouvelle armée autrichienne envoyée en renfort et commandée par Sebottendorf à Lodi et Beaulieu à Borghetto , ce qui lui assure la conquête de Milan . Dans une troisième phase organisée autour du siège de Mantoue , il bat deux nouvelles armées autrichiennes commandées par Quasdanovich et Wurmser dans sept batailles, dont Castiglione , Roveredo . Enfin, les renforts commandés par Alvinczy sont à nouveau battus au pont d’ Arcole et à Rivoli . Tout en organisant l’Italie en républiques sœurs sur le modèle de la République française , il marche sur l’Autriche et signe seul les préliminaires de paix de Leoben . La rue de Paris qu'il habitait s'appelait rue Chantereine. Elle fut rebaptisée rue de la Victoire , nom qu'elle a conservé à ce jour. Campagne d’Égypte Articles détaillés : Campagne d'Égypte et Deuxième Coalition . Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa , Antoine-Jean Gros (1804). Bonaparte devant le Sphinx , exécuté par Jean-Léon Gérôme en 1867-68. À son retour d’Italie, en décembre 1797 , Bonaparte est accueilli comme un héros par le Directoire qui organise une cérémonie officielle pour célébrer la paix de Campo-Formio . Sa popularité auprès des Français est de plus en plus importante et le 25 décembre 1797 , il est élu membre de l' Institut dans la section des arts mécaniques de la classe des sciences physiques et mathématiques. En février 1798 , le Directoire soumet à Bonaparte le projet d'une invasion de l'Angleterre. Celui-ci inspecte alors les côtes françaises de Boulogne, Calais et Dunkerque , en vue de la réalisation du projet. Le 23 février 1798 , le gouvernement abandonne le projet d'invasion de l'Angleterre sur les conseils de Bonaparte, qui, lui-même influencé par Talleyrand , persuade alors le Directoire de porter la guerre en Égypte , où il pourra couper la route des Indes à la Grande-Bretagne. Le 24 février 1798 , le rapport est présenté à Barras. Le 5 mars , inquiet de la popularité de Bonaparte, le Directoire le charge de mener l'expédition en Égypte, avec l'arrière-pensée de s'en débarrasser. De même, l'assemblée électorale des Landes l'ayant choisi pour député en avril 1798 , son élection est invalidée le 22 floréal an VI ( 11 mai 1798 ), avec celle de cent cinq autres députés, pour l'essentiel jacobins [ 27 ] . En avril 1798 est créée l’ armée d’Orient , placée sous les ordres de Bonaparte. Le général Bonaparte organise son état-major et choisit, comme en Italie, huit officiers comme aides de camp : Duroc , Beauharnais , Jullien [ 28 ] , le polonais Sulkowski , Croizier , Lavalette , Guibert et Merlin . Les généraux Kléber , Desaix , Murat , Lannes , Davout , Menou , Caffarelli , Jullien , Andréossy et Dumas l'accompagnent, ainsi que des scientifiques qui formeront l’ Institut d'Égypte . Le 19 mai 1798 , Bonaparte quitte Toulon avec le gros de la flotte française et parvient à échapper à la poursuite de la flotte britannique de Nelson . Les Français s’emparent d'abord de Malte , les 10 et 11 juin 1798 , pour assurer les communications ultérieures entre la France et l’Égypte. Le 19 juin 1798 , après avoir laissé une garnison de 3 000 hommes sur place, la flotte met le cap sur Alexandrie qu’elle atteint le 1 er juillet 1798 . Après une courte résistance, la ville est prise le lendemain [ 29 ] [réf. insuffisante] . Bonaparte laisse trois mille hommes à Alexandrie et se dirige vers l’est, en longeant le delta du Nil jusqu’au fleuve qu’il remonte ensuite vers Le Caire . Le premier véritable combat de la campagne d'Égypte a lieu à Chebreiss le 13 juillet 1798 où les cavaliers mamelouks sont défaits, grâce à l’artillerie de l’ armée d’Orient . Le 21 juillet , à la bataille des Pyramides de Gizeh , Bonaparte bat à nouveau l’armée des mamelouks. Le 24 juillet , Bonaparte et son armée entrent en vainqueurs au Caire. Les 1 er et 2 août , la flotte française est presque entièrement détruite à Aboukir par la flotte de l'amiral Nelson. Désormais, les Britanniques sont maîtres de la Méditerranée et Bonaparte est prisonnier de sa conquête. À la suite de cette défaite, les Turcs déclarent la guerre à la France le 9 septembre , car l'Égypte fait partie de l' Empire ottoman , comme la majorité du Proche-Orient . Napoléon et ses généraux en Égypte , Jean-Léon Gérôme . Pendant qu’il décide de faire de l'Égypte un véritable État capable de vivre en autarcie, Bonaparte envoie le général Desaix poursuivre Mourad Bey jusqu’en Haute-Égypte , complétant ainsi la soumission du pays. Poussés par les Britanniques et les Turcs, les mamelouks survivants influencent la population du Caire qui se révolte le 21 octobre contre les Français. Cette révolte est impitoyablement réprimée par les troupes françaises. Le calme revient et Bonaparte rétablit la situation en décrétant finalement une amnistie générale, non sans avoir fait couper bon nombre de têtes, exhibées à la foule terrorisée, et canonner la grande mosquée Al-Azhar . En février 1799 , Bonaparte se déplace en Syrie pour affronter les troupes ottomanes que le sultan a envoyées pour attaquer les Français en Égypte. Le 10 février 1799 , Bonaparte quitte Le Caire avec son armée et bat les Turcs aux combats d’ El-Arich et de Gaza . Le 7 mars 1799 , la ville de Jaffa est prise et pillée par les Français. Napoléon ordonne l'exécution de quelque deux mille cinq cents prisonniers turcs qui sont fusillés ou égorgés faute de munitions [ 30 ] . Par ce massacre, il espère impressionner ses adversaires. C’est à ce moment-là que la peste apparaît dans les rangs français. Napoléon est favorable à l'euthanasie des soldats agonisants à l'aide de fortes doses d'opium (utilisé pour calmer la douleur), mais son médecin, le baron Desgenettes , s'y oppose énergiquement. Le 19 mars 1799 , Bonaparte met le siège devant Saint-Jean d’Acre . Le 13 avril 1799 , les cavaliers de Junot mettent en déroute les cavaliers ottomans à la bataille de Nazareth et le 16 avril 1799 , Bonaparte et Kléber écrasent l’armée turque de secours envoyée par le sultan pour libérer le siège de Saint-Jean d’Acre à la bataille du Mont-Thabor . Bien que victorieuse à cette bataille, le 16 avril 1799 , l’expédition en Syrie est ensuite décimée par la peste puis arrêtée à Acre. De retour à Acre, Bonaparte essaie, en vain, du 24 avril au 10 mai 1799 , de prendre la ville. Le 17 mai , il décide d’abandonner le siège et retourne en Égypte. Le 14 juin , il arrive au Caire et, dans un retournement de situation, bat les Turcs le 25 juillet à la bataille terrestre d'Aboukir . La situation du Directoire lui paraissant favorable à un coup de force, Bonaparte, qui n’a plus qu’une armée de terre affaiblie, ayant perdu sa marine, abandonne le commandement de l’ armée d’Égypte à Jean-Baptiste Kléber . Retour à Paris, situation de la France Il rentre discrètement en France le 23 août 1799 à bord de la frégate La Muiron , abandonnant au général Kléber une armée diminuée et malade. Il débarque à Saint-Raphaël le 9 octobre après avoir échappé aux escadres britanniques pendant les 47 jours de la traversée. Sur le chemin qui le mène à Paris , il est acclamé par la population. Jean-Baptiste Kléber se révèle un excellent administrateur et parvient, le 20 mars 1800 , à vaincre les Turcs à la bataille d'Héliopolis . Cette victoire permet à la France de conserver l’ Égypte , mais Kléber meurt assassiné , le 14 juin au Caire, le jour même de la victoire de Bonaparte en Italie à la bataille de Marengo . Le successeur de Kléber, le général Menou , capitule le 31 août 1801 devant les forces turco-britanniques après avoir perdu 13 500 hommes , principalement victimes des épidémies au cours des négociations de paix. Les soldats français restants sont rapatriés sur les vaisseaux britanniques vers la France . Consulat Buste de Bonaparte Premier consul. Article détaillé : Consulat (histoire de France) . Coup d’État Article détaillé : Coup d'État du 18 brumaire . Arrivé dans la capitale, le général s’entretient avec Talleyrand , homme politique d’expérience et fin connaisseur des forces en jeu. Le schéma du coup d'État du 18 brumaire ( 9 novembre 1799 ) prévoit les opérations suivantes : Bonaparte aura le commandement en chef de l’armée pour le maintien de l’ordre dans Paris et dans les assemblées . On envisage de déplacer les assemblées au château de Saint-Cloud sous le prétexte d’un péril jacobin . En effet, depuis 1789, les assemblées se trouvent toujours sous la menace de la population parisienne. L'essentiel des événements se déroule le 19 brumaire à Saint-Cloud. Les révisionnistes avaient envisagé une démission collective des cinq directeurs , mais les assemblées ont du retard car cette idée ne fait pas l’unanimité . Bonaparte s’impatiente et décide d’intervenir. Il tient un discours maladroit devant le Conseil des Cinq-Cents , discours hué par les députés qui l’accusent de vouloir instaurer la dictature . Bonaparte est alors contraint de quitter l’assemblée. Mais il prend rapidement la situation en main avec l’aide de son frère Lucien qui préside les Cinq-Cents. Lucien évite que Napoléon soit mis en cause par les députés qui veulent voter pour mettre hors-la-loi Bonaparte. Lucien retarde le vote et va chercher Murat , qui vient avec la troupe et met de l’ordre dans les assemblées, disant que certains députés voulaient poignarder Bonaparte pour justifier une intervention de l’armée. Les représentations des députés sortant par les fenêtres et voulant poignarder Napoléon sont très répandues. Bonaparte est de fait l’homme fort de la situation, qui fait basculer un coup d’État parlementaire en un coup d’État militaire. Mais Bonaparte reste attaché aux formes juridiques et, dans la soirée du 19 brumaire , les députés restent à Saint-Cloud pour voter la décision de nommer deux commissions pour préparer une nouvelle constitution. On constate alors une volonté d’appuyer le régime sur le vote des représentants du peuple. Bonaparte, Premier consul , par Jean-Auguste-Dominique Ingres . Le 20 brumaire, les trois consuls sont désignés : Bonaparte, Sieyès et Ducos . C’est le début du Consulat . « La Révolution est fixée aux principes qui l'ont commencée : elle est finie. [ 31 ] » — Bonaparte, 20 brumaire an VIII Roger Ducos est tout acquis à Bonaparte, alors que Sieyès lui n’entend pas se résigner à abandonner le pouvoir à Bonaparte seul. Il entend bien jouer un rôle dans le gouvernement du Consulat. Pour contrecarrer son encombrant collègue, Bonaparte, multipliant les provocations, maintient aux portefeuilles ministériels les ennemis de Sieyès en offrant les Relations extérieures à Talleyrand et celui de la Police à Fouché . Le travail de rédaction de la Constitution est confié officiellement à deux commissions législatives formées de députés des Cinq-Cents et des Anciens . Mais c’est Sieyès qui va proposer un projet. À l’examen, le projet s’avérera trop complexe, voire irréaliste. En effet, il prévoit l’instauration d’un régime démocratique fondé sur un pouvoir législatif fort représenté par trois chambres. L’exécutif sera, quant à lui, réduit à une magistrature à vie purement honorifique et à deux consuls aux fonctions limitées. Bonaparte profite des faiblesses de ce plan pour imposer son propre projet et se débarrasser de son encombrant rival. Du 4 au 13 décembre 1799 , il réunit ainsi les deux commissions dans son bureau pour élaborer le texte de la nouvelle constitution. La Constitution de l’ an VIII est adoptée en comité restreint le 13 décembre 1799 . Elle s’inspire en partie du projet de Sieyès , mais intègre les idées politiques de Napoléon Bonaparte, notamment concernant le pouvoir exécutif. Sieyès, lui-même, est chargé de désigner les trois consuls de la République : Bonaparte comme Premier consul, puis Cambacérès et Lebrun , comme respectivement 2 e et 3 e consuls de la République. Sieyès, quant à lui, est « relégué » au poste de président du Sénat. La Constitution La Constitution de l’an VIII entre en vigueur le 25 décembre 1799 . Bonaparte établit la Constitution sous des apparences démocratiques, mais organise un pouvoir autocratique , toutes les évolutions du régime ne feront qu’accentuer le caractère autocratique du pouvoir. Le pouvoir législatif est divisé en trois assemblées ( tricamérisme ) : le Tribunat discute les lois sans les voter . le Corps législatif (ou « Corps des muets ») adopte ou rejette les lois . le Sénat conservateur est chargé de vérifier que la loi est conforme à la constitution. La préparation de la loi appartient à l'exécutif, par le biais du Conseil d’État , chargé de rédiger les textes législatifs. Le pouvoir fonctionne de manière autoritaire, les procédés de démocratie semi-directe (quelque peu fictive) sont soigneusement organisés et contrôlés. Le consul corrige lui-même les résultats s’ils ne sont pas satisfaisants. Le Consulat est une forme de despotisme éclairé, qui n'est pas étranger à l'expérience de Pascal Paoli en Corse [réf. nécessaire] , dont le jeune Bonaparte avait été un admirateur fervent. Du Consul à l’Empereur Bonaparte franchissant le Grand-Saint-Bernard par Jacques-Louis David (musée du château de Malmaison ). En 1800, Bonaparte attaque et vainc l’ archiduché d'Autriche une nouvelle fois. Battus à Marengo par Napoléon et à Hohenlinden par Moreau , les Autrichiens doivent signer le traité de Lunéville le 9 février 1801 , ce qui amène les Britanniques à signer la paix d'Amiens le 25 mars 1802 ( 4 germinal an X , contresignée deux jours plus tard). Si son pouvoir était fragile au lendemain de Brumaire, la victoire de Marengo et ses suites consolident fortement la situation de Bonaparte. Le 24 décembre 1800 , une « machine infernale » (bombe) l’attend rue Saint-Nicaise . Le cocher du Premier consul passe au grand galop. La bombe explose trop tard et seules les vitres du véhicule sont soufflées. Sur place, en revanche, c'est le carnage. On dénombre 22 morts et une centaine de blessés. Fouché , alors ministre de la Police, réussit à prouver que l’attentat est l’œuvre des royalistes, alors que Bonaparte est persuadé d'avoir affaire aux jacobins. En 1802, Bonaparte met en branle son grand dessein pour l'Amérique. Il s'agit pour lui, profitant de la paix d'Amiens qui permet la libre circulation de la flotte française dans l'Atlantique, de développer la Louisiane , cet immense territoire qui s'étend sur la rive droite du Mississippi et qui revient de droit à la France depuis la signature secrète du traité de San Ildefonso en 1800. Pour cela il lui faut une base d'opérations sûre. La colonie de Saint-Domingue est tout indiquée. De cette tête de pont de la France dans le Nouveau Monde, il pourra reprendre pied en douceur à La Nouvelle-Orléans sans brusquer le jeune État américain qui verrait son expansion vers l'Ouest définitivement circonscrite au Mississippi . Mais à Saint-Domingue, Toussaint Louverture est un obstacle à ce plan. Le général noir est gouverneur général de la colonie au nom de la France depuis 1797 et il est suspecté de connivences avec les États-Unis avec lesquels, au mépris du principe de l'Exclusif , il commerce ouvertement depuis que la prospérité est revenue. D'ailleurs, l'année précédente il a fait voter par les grands planteurs, ses alliés objectifs, une constitution autonomiste qui le proclame gouverneur général à vie et a eu l'outrecuidance de l'envoyer en France pour simple ratification, une fois le fait accompli. Cet acte de rébellion ouverte d'un chef de guerre réputé invincible et fermement accroché à son île tombe à pic pour justifier l'importance des forces commises à l'expédition qui se prépare. Et la raison d'État , froide et impérieuse, justifie également le rétablissement de l'esclavage dans les colonies du Nouveau Monde, étant argué que la grande Louisiane française devra se développer rapidement pour prendre de vitesse Anglais et Américains, ce qu'elle ne saurait faire sans la main-d'œuvre servile qui a si bien fait ses preuves à Saint-Domingue. Voilà pourquoi deux flottes font voile vers les Antilles , Leclerc , propre beau-frère de Bonaparte, vers Saint-Domingue avec 20 000 hommes et Richepanse vers la Guadeloupe avec 3 400 hommes . Ces chefs sont munis d'instructions secrètes fort explicites rédigées de la main même de Bonaparte. Ils doivent prendre le contrôle militaire des deux colonies et désarmer les officiers indigènes avant de rétablir l'esclavage. Des proclamations sont prêtes, en français et en créole , qui visent à rassurer les populations indigènes de l'attachement personnel de Bonaparte à la liberté. Cette pléthore de précautions démontre que ce dernier avait compris que le succès ou l'échec dépendrait du secret et les faits lui donnèrent raison. Après une résistance acharnée de trois mois, le vieux Toussaint Louverture , trahi par ses officiers généraux habilement entrepris par Leclerc, dépose les armes. Capturé et déporté en France, il y mourra quelques mois plus tard, au fort de Joux près de Pontarlier. Leclerc peut passer à la deuxième phase du plan et désarmer les officiers de couleur mais Richepance à la Guadeloupe a rétabli l'esclavage sans attendre et la nouvelle de cette trahison de la parole du Premier consul fait basculer Saint-Domingue dans l'insurrection. Le corps expéditionnaire, affaibli par une épidémie de fièvre jaune , recule partout. Leclerc obtient bien près de 20 000 hommes de renfort mais la maladie fauche un tiers des Européens qui touchent ces rivages. Le général en chef succombe lui-même le 2 novembre 1802 . Dos à la mer, les débris de son armée seront bientôt contraints à la reddition par les soldats du général Dessalines qui proclamera l'indépendance de l'ancienne colonie sous son ancien nom indien d'Haïti. Le temps de l'Amérique française est déjà passé. En ce début 1803, la paix avec l'Angleterre vacille et l'océan Atlantique est redevenu une mer hostile. Déclarant forfait, le 30 avril , Bonaparte solde la Louisiane aux États-Unis pour quatre-vingt millions de francs. Le prisonnier de Sainte-Hélène tentera de s'exonérer de ce monstrueux gâchis en prétendant, anachroniquement et fallacieusement [ 32 ] , avoir été contraint à l'usage de la force par les actes séditieux de celui qui s'adressait à lui comme « le premier des Noirs au premier des Blancs ». Pièce de 5 francs , l’ an XI (1802-1803), Paris. Après que Bonaparte eut étendu son influence sur la Suisse (qui retourne à une organisation décentralisée, après la tentative unitaire de la brève République helvétique (1798-1803) et sur l’ Allemagne , une dispute à propos de Malte sert de prétexte aux Britanniques pour déclarer une nouvelle fois la guerre à la France en 1803, et pour soutenir l’opposition royaliste à Bonaparte. Des agents royalistes, dont Jean-Charles Pichegru , sont débarqués clandestinement en France et se mettent en rapport avec Georges Cadoudal et Jean-Victor Moreau . Le complot est rapidement éventé et ses membres arrêtés. Pichegru meurt étranglé dans sa cellule . les autres sont jugés et condamnés. Cadoudal est exécuté, Moreau banni. Mais le complot fait aussi une victime collatérale : le duc d’Enghien , prince Bourbon. Le Premier consul le fait enlever en territoire étranger, juger sommairement par une commission militaire et exécuter, à la suite de déclarations recueillies auprès de Cadoudal après son arrestation. L’exécution qui se déroule à Vincennes ne suscite pas d’autres protestations que celles du Royaume-Uni , de la Russie et de l’ Autriche . Napoléon se couronne Empereur le 2 décembre 1804 . À proprement parler, l'Empire naît à la demande du Sénat . Steven Englund se rallie à l'opinion selon laquelle il s'agissait, initialement, de « protéger » la République. Le Consulat abattu, l’ ordre se serait effondré avec lui. L'Empire, lui, était une institution scellant la pérennité des valeurs républicaines. Napoléon Bonaparte pouvait mourir : l'hérédité du titre était censée protéger le pays des bouleversements et de la perte des acquis révolutionnaires. C’est ainsi que les monnaies impériales portèrent la mention « Napoléon Empereur - République française » jusqu'en 1808. En outre, une observatrice avisée de la mise en place du Consulat et de l’Empire, la Comtesse de Rémusat , explique comment des « hommes fatigués des troubles révolutionnaires » aient vu en Bonaparte celui qui les « sauverait des dangers d’une anarchie tumultueuse » et leur apporterait « le repos sous la domination d’un maître habile, que d’ailleurs la fortune semblait déterminée à seconder » [ 33 ] . Empire Article détaillé : Premier Empire . Symboles impériaux Le sacre impérial, événement unique dans l’ histoire de France , représenté sur le tableau de Jacques-Louis David , Le Sacre de Napoléon , est lourdement chargé en symboles. Le passage de la République à l’Empire nécessite la création d’ armoiries impériales , ainsi que la création d’objets symboliques destinés à établir une tradition auparavant inexistante. Napoléon, qui se veut rassembleur, décide d’associer aux symboles de son règne les images qui ont pu représenter auparavant la France , ainsi que les pouvoirs forts européens. Le 2 décembre 1804 : Le Sacre de Napoléon , dû à David (1807) . cette scène, reconstituée par David à partir de ses croquis, montre le moment où Napoléon prend des mains de Pie VII la couronne impériale pour en coiffer sa femme l’ impératrice Joséphine . L’aigle est choisie en référence aux aigles romaines, portées par les légions , mais elle est également le symbole de Charlemagne , l’aigle éployée. La couleur rouge du manteau impérial est une référence directe à la pourpre de l’ imperium romain. Napoléon se pose ainsi en héritier de l’ Empire romain et de Charlemagne. Les abeilles sont censées rappeler les Mérovingiens (des broches les représentant ayant été retrouvées dans des tombeaux de cette époque), et leur disposition sur les armoiries et le manteau impérial doit rappeler les fleurs de lys des Capétiens. La main de justice, utilisée par les Capétiens lors des sacres royaux, doit faire apparaître que l'Empereur est l’héritier de leur pouvoir. Napoléon veut montrer qu’il est le fondateur de la « quatrième dynastie », celle des Bonaparte , après les Mérovingiens , les Carolingiens , et les Capétiens . D’autres symboles utilisés pendant le sacre sont chargés de valeurs morales. Ainsi Napoléon tient-il un moment le globe de Charlemagne . il porte la couronne de ce même empereur (ces deux éléments ayant été forgés de toutes pièces avant le sacre). Son épée et son sceptre sont dits « de Charlemagne » : ils ont été en réalité utilisés depuis plusieurs siècles par les Valois puis les Bourbons lors de leurs sacres. Napoléon et l’Église Article détaillé : Sacre de Napoléon I er . Napoléon se fait couronner roi d’ Italie le 26 mai 1805 à Milan , ici il est peint posant la main posée sur la couronne italienne, par Andrea Appiani . La signature du Concordat par le Premier consul en 1801 reconnaît le catholicisme comme la religion « de la majorité des Français », et non plus comme religion d’État. Les prêtres reçoivent désormais un traitement de la part de l’État. Afin de montrer sa puissance, Napoléon ne va pas se faire sacrer à Rome , comme autrefois Charlemagne et les empereurs germaniques (jusqu'au XV e siècle) . c'est le pape Pie VII que l’on fera venir à Paris. Napoléon l’accueille en forêt de Fontainebleau , à cheval et en habit de chasse, voulant faire croire au caractère fortuit de la rencontre. Le rapprochement entre Napoléon et l’Église est le fruit d’un calcul politique de la part de l'Empereur. Au-delà de la valeur morale qu’a pu avoir un sacre religieux aux yeux des catholiques, de la valeur symbolique d’un couronnement pontifical rappelant le sacre des empereurs germaniques, Napoléon se place à l’égal, voire au-dessus des rois européens comme successeur de Charlemagne et des empereurs de la Rome antique. La présence du pape au sacre donne une dimension morale et légitime supplémentaire à l’Empire. Celui-ci n’est plus simplement le fruit d’une révolution, c’est un couronnement divin comme celui des autres souverains européens mais qu’aucun d’eux ne peut égaler. Napoléon se place au même niveau que le souverain du Saint-Empire romain germanique avant de le dépasser pour devenir l'unique empereur en Europe. François II l'avait d'ailleurs bien compris puisqu'après la proclamation de l'Empire français, il décrète que l'Autriche, alors archiduché, devient aussi un empire. La présence du pape est donc davantage un message aux pays européens qu’une profession de foi catholique de la part de Napoléon. Napoléon, d’ailleurs peu sensible au sort du pape, le retient plus tard prisonnier à Fontainebleau . Dans l’idée d’affirmer la puissance de la France dans le domaine spirituel, il envisagea même de transférer la résidence du pape de Rome à Paris , avant d’abandonner cette idée. À la fin de sa vie, Napoléon recevra l'extrême-onction des mains de l'abbé Jean-François de Kermagnan . Napoléon et l’économie 20 francs or Napoléon à la tête laurée, Empire français, 1813, Bordeaux. Napoléon met en place de nombreuses réformes dans le domaine sociétal et économique. Il est à l'origine de la construction de la Bourse de Paris et de ses principales réglementations . Il institue en particulier le Code civil , appelé aussi « Code Napoléon », promulgué le 21 mars 1804 ( 30 ventôse an XII ), qui reprend une partie des articles de la Coutume de Paris et du droit écrit du Sud de la France, en protégeant le droit des obligations et des contrats . Il pousse aussi au développement des usines de coton , installées dans les biens nationaux , alors que les guerres ont suscité un besoin de textiles pour habiller les armées. C'est l'industrie qu'il souhaite encourager le plus. Proche de Gabriel-Julien Ouvrard , un prestigieux négociant et munitionnaire, qui exploite à Nantes des licences d'importation, ses projets industriels subissent cependant les conséquences du blocus continental , décret napoléonien qui prétend interdire le continent européen à tout navire ayant touché un port anglais. Alors que le Portugal , pays neutre, permet de se procurer du coton brésilien, via des négociants français [ 34 ] l' émigration au Brésil de la famille royale portugaise , en 1807, pour fuir l'armée française de 30 000 hommes commandée par Jean-Andoche Junot qui fait marche sur le Portugal , a déclenché des mesures de rétorsion contre la France, privée du coton brésilien. Napoléon soutient également les industries d'art. Il recrée en 1804 le Garde-Meuble , institution en charge de l'ameublement des palais impériaux, et, par son entremise, il fait travailler menuisiers et ébénistes parisiens. Il se montre particulièrement attentif à eux lors des crises de 1807 et de 1810-1811 [ 35 ] . L’Empire victorieux Articles détaillés : Troisième Coalition et Quatrième Coalition . Première distribution des décorations de la Légion d'honneur dans l'église des Invalides , le 14 juillet 1804 , par Jean-Baptiste Debret . Le 2 décembre 1805 : La bataille d'Austerlitz , par François Gérard . En 1804, l’heure n’est donc pas encore aux vastes conquêtes, et, persuadé depuis longtemps que le seul moyen d’obtenir une paix définitive est de neutraliser le Royaume-Uni , Napoléon met au point, avec l’ amiral Latouche-Tréville (qui mourra avant d’avoir pu l’exécuter), un plan visant à l’invasion du Royaume-Uni. Cette ambition sombre définitivement à la bataille de Trafalgar , où la flotte franco-espagnole commandée par l’amiral de Villeneuve est détruite par celle de l’amiral Nelson . Le Royaume-Uni y gagne la domination des mers pour le siècle à venir. En 1805, la Troisième Coalition se forme en Europe contre Napoléon. L’Empereur qui, à Boulogne , supervisait les préparatifs en vue de l’invasion du Royaume-Uni, doit faire face à une guerre soudaine, et à l’autre bout de l’Europe. Il mène une offensive immédiate, acheminant la Grande Armée en Autriche à marche forcée, et s’assure une brillante victoire contre l’Autriche et la Russie à la bataille d’Austerlitz , dite « bataille des Trois-Empereurs ». En 1806, la Prusse provoque un nouveau conflit. La campagne que mène Napoléon (« l’Esprit en marche », selon Hegel ) est impressionnante de rapidité : il balaie l’armée prussienne à la bataille d'Iéna (doublée de la victoire de Davout à Auerstaedt où, avec 30 000 hommes , le Maréchal Davout bat les 63 500 Prussiens qui l'assaillent). L’année suivante, Napoléon traverse la Pologne , remporte une victoire sur les Russes à Friedland et finit par signer, à Tilsit , au milieu du Niémen , au cours d'une entrevue dont la mise en scène est conçue pour frapper les esprits, un traité avec le tsar Alexandre I er , qui divise l’ Europe entre les deux puissances. Pourtant formé dans les écoles et par les maîtres de l’ Ancien Régime , officier de l’armée royale, Napoléon brise les anciennes conceptions militaires. Il ne s’agit plus pour lui de livrer une guerre de siège à l’aide de 30 000 à 50 000 hommes , mais de rechercher la bataille décisive, engageant plus de 100 000 hommes s’il le faut. Son objectif n'est pas de rester maître du champ de bataille, mais d’ anéantir l’ennemi. En 1808, Napoléon crée la noblesse d’Empire : bientôt ses maréchaux et généraux arboreront des titres de comte d’Empire, prince de Neuchâtel , duc d’Auerstaedt , duc de Montebello , duc de Dantzig , duc d’Elchingen , roi de Naples . Du 27 septembre au 14 octobre 1808 , Napoléon donne rendez-vous à Alexandre I er à Erfurt , pour un nouveau traité , afin qu’ils s’unissent contre l’ empire d'Autriche qui menace de redéclarer la guerre à la France . Le tsar refuse en préférant que ce traité soit établi dans le but de renouveler l’alliance qui s’était forgée entre eux l’année précédente à Tilsit . cela permet en fait à Napoléon de s’assurer encore plus longtemps de la fidélité d’Alexandre. Mais c'est un échec car l'empereur s'aperçoit bientôt de la trahison de Talleyrand , qui avait approché le tsar en lui conseillant de résister à Napoléon, même s'il était séduit. Articles détaillés : Traité de Tilsit et Congrès d'Erfurt . Campagnes de la péninsule Ibérique et d’Autriche Articles détaillés : Cinquième Coalition et Guerre d'indépendance espagnole . Guerre d'Espagne Le Tres de mayo , par Goya . En réponse à l’attitude britannique vis-à-vis des navires de commerce français, Napoléon tente d’imposer le blocus continental , qui vise à asphyxier l’industrie et le commerce britanniques, par le décret de Berlin du 21 novembre 1806 . Le Portugal , vieil allié des Britanniques depuis le traité de Methuen (1703), est resté neutre depuis la rupture de la paix d'Amiens . Au travers de pressions diplomatiques, d'alliance resserrée avec l'Espagne voisine, et de concentration de troupes sur les Pyrénées durant l' été 1807 , Napoléon menace le Portugal d'invasion s'il n'applique pas le blocus continental. Devant le silence portugais, les armées françaises envahissent le Portugal ( novembre 1807 ), commandées par le général Junot et s'installent également en Espagne, en allié, pour assurer un appui à cette opération selon le traité de Fontainebleau . La cour et le gouvernement portugais se réfugient à Rio de Janeiro avec le soutien de la flotte britannique et le Brésil devient le siège du royaume jusqu'en 1821. À partir de l'automne 1807 , des tensions augmentent à la tête du royaume d'Espagne : le roi Charles IV menace son fils et héritier Ferdinand , qui est opposé à la mainmise du chef du gouvernement, Manuel Godoy , sur le couple royal et sur la politique de l'Espagne. Napoléon considère alors l'Espagne, alliée décevante dans la guerre contre la Grande-Bretagne, comme mûre pour un changement dynastique. Cette perspective panique la monarchie espagnole et Godoy. En mars 1808 , le soulèvement d'Aranjuez place Ferdinand sur le trône, à la suite de l'abdication forcée de son père. Napoléon se positionne alors en arbitre de la famille des Bourbons d'Espagne, et profite de leur querelle pour leur imposer à Bayonne leur abdication complète. Napoléon place sur le trône espagnol son frère Joseph , remplacé à Naples par Joachim Murat , époux de Caroline Bonaparte . La population espagnole se soulève : la guerre d'Espagne commence et va durer six ans. L'armée britannique commandée par le futur duc de Wellington débarque au Portugal et les Français connaissent des revers sérieux ( capitulation de Baylen en Espagne, bataille de Vimeiro au Portugal) durant l'été 1808. Avec l’aide des patriotes espagnols, les Anglo-Portugais poussent peu à peu l’armée française hors de la péninsule Ibérique . Napoléon a reconnu par la suite qu'il avait commis une grave erreur en lançant la campagne d'Espagne : « Cette malheureuse guerre m'a perdu . toutes les circonstances de mes désastres se rattachent à ce nœud fatal. Elle a compliqué mes embarras, divisé mes forces, détruit ma moralité en Europe » [ 36 ] . De même, concernant Joseph, incapable d'être chef d’État et de maintenir l'ordre : « C'était l'homme le plus incapable et précisément l'opposé de ce qu'il fallait » [ 37 ] . Guerre contre l'Autriche Alors que les meilleures troupes de l’armée française sont engagées en Espagne, l’ empire d'Autriche attaque une nouvelle fois la France en Allemagne et en Italie. Le maréchal Lannes , compagnon et ami de Napoléon, périt à la bataille d'Essling qui apparaît comme le premier grand revers de Napoléon, puisque ses troupes doivent abandonner le champ de bataille pour se réfugier sur l'île de Lobau, sur le Danube, pour se reposer et se renforcer [ c ] . L'armée autrichienne est finalement vaincue lors de la bataille de Wagram en juillet 1809 . Cette année 1809 a augmenté le sentiment de vulnérabilité du régime impérial : Napoléon a d'abord été blessé — légèrement au pied — à la bataille de Ratisbonne , en avril 1809 , rappelant sa vulnérabilité comme commandant en chef lors d'une bataille, puis a échappé à une tentative d'assassinat par Frédéric Staps lors d'une revue des troupes à Schönbrunn , le 12 octobre 1809 , à l'époque de la conclusion de la paix avec l'empire d'Autriche. La vulnérabilité du souverain français renforce le principe d'assurer un héritier direct à l'Empire. Le divorce de Joséphine est alors inéluctable, d'autant que Napoléon sait que la stérilité du couple n'est pas de son fait, depuis la naissance du petit Léon , fruit d'une liaison en 1806, et de la grossesse toute récente de Marie Walewska , autre liaison initiée lors de la campagne de Pologne en 1807, venue à Vienne lors des négociations de paix (l'enfant, Alexandre Walewski , naît en mai 1810 ). Napoléon, souverain du « Grand Empire » Mariage de Napoléon et Marie-Louise (cérémonie religieuse du 2 avril 1810 tenue dans le Salon carré du Louvre), par Georges Rouget . Quelques mois après la paix de Schönbrunn , le 2 avril 1810 , Napoléon épouse l’ archiduchesse Marie-Louise d’Autriche , fille aînée de son dernier ennemi. Le 20 mars 1811 , elle lui donne un fils et cet enfant est baptisé « Napoléon François Charles Joseph » et on lui donne le titre de roi de Rome . Articles détaillés : Marie-Louise d'Autriche et Napoléon II . Au début de l'année 1812, le « Grand Empire » compte 134 départements , de Hambourg à Rome et Barcelone , ainsi que les Provinces illyriennes et une population de 70 millions d’habitants (dont 30 seulement sont de la France de 1793), et compte plusieurs états vassaux (le royaume d'Italie , le royaume de Naples , le royaume d'Espagne , la Confédération du Rhin avec le duché de Varsovie , la Confédération suisse , la principauté de Lucques et Piombino , la principauté d'Erfurt , la ville libre de Dantzig et enfin Corfou , île de république des Sept-Îles encore sous contrôle français). L’Empire est alors à l' apogée de son extension territoriale, bien que ses colonies outre-mer soient tombées sous le contrôle des Britanniques. L'Empire à son apogée en 1812 (en bleu foncé : la France . en bleu clair : les territoires vassaux de la France). Article détaillé : Liste des départements français de 1811 . Campagnes de Russie et d’Allemagne Article détaillé : Sixième Coalition . Alexandre I er , poussé par la noblesse russe acquise aux Britanniques, refuse de coopérer avec Napoléon pour porter le coup final au Royaume-Uni . Napoléon, croyant la guerre inévitable, envahit la Russie en 1812. La Grande Armée, grossie de contingents italiens , allemands et autrichiens , devient gigantesque : ce sont 600 000 hommes qui franchissent le Niémen . Les Russes, dirigés par Koutouzov , appliquent la stratégie de la « terre brûlée », reculant sans cesse devant les troupes françaises. La bataille de la Moskowa , le 12 septembre , est indécise. Bien que les Russes abandonnent le terrain, les pertes sont presque équivalentes dans les deux camps. Dès le lendemain de l’entrée des troupes françaises dans Moscou , les Russes incendient la ville. Napoléon, espérant une démarche de la part d’Alexandre, s'attarde à Moscou. Lorsqu'il donne le signal de la retraite, l'hiver est dangereusement proche. La Grande Armée entame une course désespérée vers l’Allemagne à travers les régions dévastées qu’elle a parcouru à l’aller. Le froid, la neige et les cosaques provoquent d'effroyables pertes. Des 600 000 hommes qui entrèrent en campagne, seuls quelques dizaines de milliers franchissent la Bérézina . La Grande Armée est détruite. Article détaillé : Campagne de Russie (1812) . Encouragés par ce dramatique échec, les rois reprennent les armes contre la France . Malgré deux victoires remportées en Allemagne ( Bautzen et Lutzen ), une partie de ses alliés allemands trahit Napoléon sur le champ de bataille même de la bataille de Leipzig , aussi appelée « bataille des Nations », qui voit s’opposer 180 000 Français à 300 000 alliés ( russes , autrichiens , prussiens , suédois ). La défaite subie ce jour-là est décisive. Le maréchal Poniatowski , prince polonais et neveu de Stanislas II , dernier roi de Pologne , y perd la vie en tentant de traverser l’ Elster avec ses hommes. On dénombre 100 000 morts et blessés. Article détaillé : Campagne d'Allemagne (1813) . Campagne de France et première abdication Articles détaillés : Campagne de France (1814) et Première abdication de Napoléon I er (1814) . Première abdication, 12 avril 1814 , conservée aux Archives nationales . En 1814 se forme une alliance entre le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande , l' Empire russe , le royaume de Prusse et l’ empire d'Autriche . Malgré une série de victoires (batailles de Champaubert , Montmirail , etc.) remportées par Napoléon à la tête d’une armée de jeunes recrues inexpérimentées (les « Marie-Louise »), Paris tombe le 31 mars et les maréchaux forcent l'Empereur à abdiquer . L’intention de Napoléon était de le faire en faveur de son fils ( Napoléon II ), mais les puissances alliées exigent une abdication inconditionnelle, qu'il signe le 6 avril 1814 . Napoléon, qui pense que les alliés vont le séparer de l’impératrice Marie-Louise d'Autriche et de son fils le roi de Rome , prend, dans la nuit du 12 au 13 avril , une dose du « poison de Condorcet » qui doit lui permettre de se suicider . On a longtemps cru qu'il s'agissait d’ opium dans un peu d’eau, le docteur Hillemand pensant qu'il s'agit d'une absorption accidentelle trop grande d'opium destinée à calmer les douleurs abdominales [ 38 ] mais il semblerait que ce ne soit pas le cas [ 39 ] . Les troubles et la nature du malaise de Napoléon ne correspondent pas à une intoxication par l'opium. S'il choisit cette façon de mourir, c'est qu'il pense que son corps sera par la suite exposé aux Français : il veut que sa garde reconnaisse le visage calme qu’elle lui a toujours connu au milieu des batailles. Toujours est-il qu'il fait appeler Armand de Caulaincourt pour lui dicter ses dernières volontés [ 40 ] . En plein malaise, l’Empereur se plaint du lent effet de la substance qu’il a avalée. Il déclare à Caulaincourt : « Qu’on a de peine à mourir, qu’on est malheureux d’avoir une constitution qui repousse la fin d’une vie qu’il me tarde tant de voir finir ! » [ 41 ] . Les nausées de Napoléon sont de plus en plus violentes, il se met à vomir. À la venue du docteur Alexandre-Urbain Yvan , Napoléon lui demande une dose de poison supplémentaire mais le docteur refuse, en disant qu’il n’est pas un assassin et qu’il ne fera jamais une chose allant à l'encontre de sa conscience. Le docteur a lui-même une crise de nerfs, s'enfuit à cheval, et personne ne le revoit plus. L’agonie de l’Empereur se poursuit, Caulaincourt sort de la pièce pour demander au valet de chambre et au service intérieur de garder le silence. Napoléon rappelle Caulaincourt en lui disant qu’il préfère mourir plutôt que de signer le traité. Les effets du poison se dissipent et l’Empereur peut reprendre ses activités normales [ d ] . Il est, par la suite, déchu par le Sénat le 3 avril et exilé à l’ île d’Elbe , selon le traité de Fontainebleau signé le 11 avril , conservant le titre d’Empereur [ e ] mais ne régnant que sur cette petite île. Son convoi de Fontainebleau jusqu'à la Méditerranée avant son embarquement pour l'île d'Elbe passe par des villages provençaux royalistes qui le conspuent, il risque d'être lynché à Orgon , ce qui l'oblige à se déguiser [ 42 ] . Représentation caricaturale de Napoléon sur l'île d'Elbe. Vue de la maison de Napoléon (Palazzina dei Mulini) à Portoferraio , sur l' île d'Elbe . Les Cent-Jours Article détaillé : Cent-Jours . En France, Louis XVIII écarte « Napoléon II » et prend le pouvoir. Napoléon s’inquiète du sort de sa femme et surtout de son fils qui est aux mains des Autrichiens. Le gouvernement royaliste refuse bientôt de lui verser la pension promise et des rumeurs circulent quant à sa déportation vers une petite île de l’ océan Atlantique sud. Napoléon décide donc de retourner sur le continent pour reprendre le pouvoir. La route Napoléon et le « Vol de l’Aigle » 1 er mars 1815 : débarqués à Golfe-Juan , Napoléon et sa petite troupe gagnent Cannes où ils arrivent tard et d’où ils repartent tôt. 2 mars : voulant éviter la voie du Rhône qu’il sait hostile, Napoléon fait prendre alors la route de Grasse pour gagner, par les Alpes , la vallée de la Durance . Au-delà de Grasse, la colonne s’engage dans de mauvais chemins muletiers et s’arrête à Saint-Vallier , Escragnolles , et Séranon . 3 mars : après une nuit de repos, la troupe gagne Castellane . dans l’après-midi, elle atteint Barrême . 4 mars : Napoléon trouve à Digne la route carrossable et fait étape le soir au château de Malijai, attendant avec impatience des nouvelles de Sisteron dont la citadelle, commandant le passage étroit de la Durance , peut lui barrer la route. 5 mars : Sisteron n’est pas gardée et Napoléon y déjeune, puis quitte la localité dans une atmosphère de sympathie naissante. Le soir, il arrive à Gap et y reçoit un accueil enthousiaste. 6 mars : il couche à Corps . 7 mars : il gagne La Mure , puis trouve en face de lui, à Laffrey , des troupes envoyées de Grenoble . C’est ici que se situe l’épisode fameux que commémore aujourd’hui un monument dans la « prairie de la Rencontre ». Le soir même, Napoléon fait son entrée à Grenoble aux cris de « Vive l’Empereur ». Les armées envoyées pour l’arrêter l’accueillent en héros partout sur la route qui porte aujourd'hui son nom. Le maréchal Ney , qui avait juré à Louis XVIII de lui ramener Bonaparte dans une cage de fer, s’incline devant son ancien souverain, ce qui lui vaudra d’être le seul maréchal exécuté pour trahison lors de la Seconde Restauration. Napoléon arrive sans coup férir à Paris. Cette montée à Paris est connue comme le « Vol de l’Aigle », inspiré des paroles de Napoléon : « L’ Aigle volera de clocher en clocher jusqu’aux tours de Notre-Dame ». En 1932, la route Napoléon sera inaugurée entre Golfe-Juan et Grenoble. Des aigles volants jalonnent ce parcours. Retour au pouvoir et défaite finale Texte partiel de la « deuxième abdication », 22 juin 1815 , exposé lors de la Journée du patrimoine 2013 au palais de l'Élysée . HMS Northumberland . La fuite de Louis XVIII et le retour de Napoléon aux Tuileries le 20 mars 1815 marquent le début de la période dite des Cent-Jours . Napoléon fait établir l’ Acte additionnel aux Constitutions de l'Empire (rédigé le 22 avril 1815 , approuvée le 1 er juin ). Une Chambre des représentants est élue. Sur le plan international, Napoléon affirme ses volontés pacifiques, mais les alliés n’acceptent pas ce retour et reprennent les armes contre la France. L’armée napoléonienne est finalement défaite à la bataille de Waterloo le 18 juin 1815 . La jonction des armées prussiennes et britanniques, que ne peut empêcher le maréchal Grouchy , a raison des troupes impériales. Il rentre à l' Élysée le 21 juin . Le 22, il abdique, déclarant par écrit : « Je m’offre en sacrifice à la haine des ennemis de la France », et « je proclame mon fils, sous le nom de Napoléon II , empereur des Français » [ 43 ] . Devant le rapprochement de Paris des armées de la Septième Coalition , il quitte le palais le 25 pour le château de Malmaison puis le 29 prend la route incognito en calèche isolée (habillé en bourgeois) pour Rochefort , puis Fouras , où l'attendent deux frégates La Saale et La Méduse , souhaitant rejoindre les États-Unis . Le 8 juillet , il embarque pour l' île d'Aix et monte à bord de La Saale . François Ponée [ f ] , commandant de La Méduse , offrit à l'empereur de combattre le HMS Bellerophon , pendant que La Saale commandé par Pierre Philibert (en) passerait [ 44 ] , [ 45 ] . Mais Philibert refusa de jouer ce rôle qui lui était réservé [ g ] . Joseph Fouché , président du gouvernement provisoire, alerte les Britanniques sur les risques de fuite de Napoléon. Plusieurs corvettes anglaises escortant le vaisseau le Bellerophon sont dépêchées dans le pertuis d'Antioche , contraignant Napoléon à négocier. Demandant l'asile au « plus constant de ses ennemis », l'Angleterre, il est d'abord pris en charge par le Bellerophon , puis transféré le 7 août 1815 sur le Northumberland qui le déposera à Sainte-Hélène. On ne lui donne pas l'occasion de poser le pied en Angleterre , les ministres britanniques voulant absolument éviter que Napoléon puisse demander le droit d'asile en invoquant l’ Habeas corpus . Le retour de Napoléon et sa défaite finale rendent encore plus précaire la situation internationale de la France. Celle-ci est traitée plus durement par les alliés en 1815 que lors des traités de Vienne. Napoléon laisse en effet une France exsangue. Démographiquement, elle a perdu environ 1 700 000 hommes depuis 1792, dont la majorité pendant les guerres napoléoniennes . Elle est économiquement ruinée. Ses ports et ses arsenaux le sont également. Le pays a perdu toutes les colonies qui lui restaient de l’Ancien Régime. Son influence internationale, mise en place depuis Richelieu et Louis XIV , est réduite à néant. Le territoire national est ramené à une étendue moindre que sous Louis XVI . La Sarre et les villes de Marienbourg, Philippeville et Landau, acquises sous Louis XIV , sont cédées aux coalisés. De plus ce territoire est occupé, et le pays doit payer une lourde indemnité de guerre pour l’entretien des troupes étrangères établies sur son sol. Exil à Sainte-Hélène et mort Napoléon à Sainte-Hélène. Articles détaillés : Exil de Napoléon à Sainte-Hélène , Mort de Napoléon et Vallée du Tombeau . Testament de Napoléon I er , conservé aux Archives nationales . Napoléon est déporté et emprisonné par les Britanniques sur l’ île Sainte-Hélène , commandée d'abord par l' amiral Cockburn puis par Sir Hudson Lowe . L'Empereur est accompagné d'une petite troupe de fidèles, parmi lesquels le grand maréchal du palais Bertrand , le comte de Las Cases , le général Montholon , et le général Gourgaud. Il se consacre à l’écriture de ses mémoires qu'il dicte à Las Cases. Il essaye aussi d’apprendre l’ anglais . il reçoit plusieurs visiteurs de passage à Sainte-Hélène, qui est alors une escale importante pour tout navire contournant l' Afrique . Une fois installé à Longwood , il évite de sortir car Lowe a donné l’ordre que l’empereur doit être partout sous garde. Napoléon tombe progressivement malade et s’affaiblit. Dès janvier 1819, son état est critique mais plus ou moins bien diagnostiqué et soigné par les médecins présents sur l'île [ 46 ] . Dans la seconde moitié du mois d’ avril 1821 , il écrit lui-même ses dernières volontés et plusieurs codicilles , une quarantaine de pages au total. Napoléon meurt un samedi , le 5 mai 1821 , « à 17 heures et 49 minutes », rendant ainsi « le plus puissant souffle de vie qui eut jamais agité l'argile humaine » (Chateaubriand). Ses derniers mots sont : « France, armée, Joséphine », ou, selon les mémoires de Sainte-Hélène : « tête… armée… Mon Dieu ! ». Nerval, dans son poème À la mort de l’Exilé , note : « Les dernières paroles de Napoléon mourant furent : « Mon Dieu et la nation française… française… mon fils… tête armée ». On ne sait ce que signifiaient ces mots. », et une version courante affirme qu’il aurait dit en fait : « tête d’armée », ce qui est bien moins énigmatique. Hudson Lowe , gouverneur anglais de l’ île Sainte-Hélène et geôlier de Napoléon, déclara devant son lit de mort : « Messieurs, c’était le plus grand ennemi de l’ Angleterre , c’était aussi le mien. Mais je lui pardonne tout. À la mort d’un si grand homme, on ne doit éprouver que tristesse et profond regret. » Les causes de sa mort ont immédiatement fait l'objet d'une controverse : les médecins anglais ont officiellement conclu à une mort des suites d'un cancer de l'estomac, mais François Antommarchi , médecin corse arrivé sur place en 1819, refusa de souscrire à ces conclusions après son autopsie détaillée — laquelle avait été commandée à l'avance par L'Empereur — qui montra, entre autres, une rate, un foie et une vésicule biliaire très dégradés, un estomac plein d'ulcères et un ulcère perforé miraculeusement obturé par le foie [ 47 ] . La mort de Napoléon résulte donc de la combinaison d'une hépatite chronique ancienne, d'un ulcère de l'estomac lié au stress évoluant jusqu'à la perforation, d'une dégénérescence de cet ulcère en carcinome et, cause immédiate, l'aggravation du tout par une médication aberrante ( antimoine et mercure , le coup de grâce ayant été porté par le médecin anglais Arnott qui inflige au malade une dose extravagante de 10 grains de calomel alors que la dose normale est de un à deux grains, ce qui provoque une sévère hémorragie stomacale qui sera fatale [ 46 ] . Une vive discussion oppose alors les différents médecins et les officiels, dont résulte une sorte de compromis politique présentant « le squirre cancéreux au pylore » comme la cause de la mort, ce qui permet d'imputer la mort de Napoléon à une prédisposition familiale, donc à une mort des plus naturelles, puisque son père et sa sœur Élisa sont morts de cette même maladie [ 46 ] . Peut-être en raison des différences d'opinions qui se manifestent dans les récits ultérieurs des uns et des autres, la cause de la mort de Napoléon a fait l'objet de diverses théories conspirationnistes . Une hypothèse fréquemment avancée est celle d'un empoisonnement délibéré de Napoléon au trioxyde d' arsenic mais, pour pouvoir être maintenue aujourd’hui, cette théorie fait clairement appel à des interprétations scientifiquement et historiquement hasardeuses [ 46 ] . En outre Michel Pastoureau a pu démontrer que de l'arsenic était présent en quantité dans les papiers peints et tentures teintes en vert qu'affectionnait l'Empereur et utilisées à Longwood [ 48 ] . Sa mort, en 1821, ne met pas fin à sa légende. En effet, des historiens ont montré l'existence d'une rumeur, persistante jusqu'au début de la Troisième République, selon laquelle l’Empereur ne serait pas mort [ 49 ] . Signe de l'attachement du monde rural au mythe d'un Napoléon Sauveur, d'incessantes rumeurs parcourent en effet les campagnes françaises depuis la fin de la Restauration jusqu'à 1870, accréditant le bruit que l'Empereur, toujours en vie, serait sur le point de revenir au pouvoir pour préserver les acquis égalitaires de la Révolution française [ 50 ] , [ 51 ] . Retour de ses cendres en France (1840) Tombeau de Napoléon aux Invalides . Article détaillé : Le retour des cendres de Napoléon . Napoléon demanda à être enterré sur les bords de la Seine , mais lorsqu’il mourut en 1821 il fut inhumé à Sainte-Hélène . Dix-neuf ans après la mort de Napoléon, le roi Louis-Philippe I er put obtenir du Royaume-Uni la restitution des cendres de Napoléon. L’exhumation du corps eut lieu le 15 octobre 1840 et Napoléon quitta définitivement l'île de Sainte-Hélène le dimanche 18 octobre 1840 [ 52 ] . Son corps fut rapatrié triomphalement à Paris, au milieu d'une foule innombrable [ 53 ] , et enterré aux Invalides , dans « un grand sarcophage […] de porphyre rouge — en fait du quartzite aventuriné de Finlande , proche du porphyre — posé sur un socle de granit vert des Vosges » [ 54 ] , [ h ] . Le socle en marbre noir provient de la carrière de marbre de Sainte-Luce . Le transport de ce bloc de 5,5 mètres de long, 1,20 mètre de large et 0,65 mètre d'épaisseur, ne se fit pas sans peine [ 55 ] . Médaille gravée en 1840 par Caqué pour le retour des cendres de l'Empereur, bronze 52 mm . Revers de la médaille. Après 1854, l’ empereur Napoléon III négocia avec le gouvernement britannique l’achat de Longwood House et de la vallée du Tombeau (Sainte-Hélène), qui devinrent propriétés françaises en 1858 et sont gérées depuis par le ministère des Affaires étrangères . État de santé de Napoléon Si la mort de Napoléon a mis en avant les problèmes de santé dont il souffrait durant son exil à Sainte-Hélène, toute sa vie cependant fut marquée par des désordres pathologiques plus ou moins graves. Lors de son autopsie on mesura sa taille qui était de 5 pieds , 2 pouces , 4 lignes , ce qui correspond à 1,687 m [ 56 ] . De constitution robuste et endurante, il pouvait monter plusieurs heures à cheval sans éprouver de fatigue [ 57 ] . Le général Bonaparte apparaît dans sa jeunesse maigre et élancé, les années venant il s'empâte devenant presque obèse à l'époque de son exil. En 1785, il souffre de fièvre alors qu'il se trouve à Auxonne comme lieutenant [ 58 ] . À partir de 1786, il est atteint de paludisme et souffre de fièvre par crises intermittentes jusqu'en 1796 [ 58 ] , [ 59 ] . En 1793, il contracte la gale lors du siège de Toulon dont il garde des séquelles durant toute sa vie, l'obligeant à prendre des bains pour calmer des démangeaisons [ 60 ] . Talleyrand et la comédienne Mademoiselle George ont été témoins de crises qui furent assimilées à l' épilepsie [ 61 ] . Il souffre principalement de problèmes abdominaux dont une douleur chronique au côté droit, et hépatiques, ainsi que de dysurie dont l'aggravation est constatée lors de la campagne de Russie [ 62 ] . Napoléon ne portait pas la main dans son gilet pour soulager une douleur à l'estomac [ 60 ] . Ce geste rencontré dans les portraits officiels, était une posture inspirée de l'attitude oratoire du philosophe Eschine , et que l'on retrouve dans d'autres portraits du XVIII e siècle [ 63 ] . C'était ainsi une posture régulièrement adoptée par les officiers dans leurs portraits officiels pour ne pas avoir les bras ballants, comme le recommande Les Règles de la bienséance et de la civilité chrétienne , livre écrit en 1702 par Jean-Baptiste de La Salle [ 64 ] . Cause de sa mort Napoléon sur son lit de mort , par Horace Vernet (? 1826). Article détaillé : Mort de Napoléon . La cause officielle du décès de Napoléon était un cancer de l’estomac. L’Empereur montrait un certain embonpoint au moment de sa mort ( 75,5 kg pour 1,69 m ). En 1955, le journal de Louis Marchand , le valet de Napoléon, fut publié. Il décrit les derniers mois de Napoléon jusqu’à sa mort et Sten Forshufvud conclut à sa lecture que l'Empereur fut victime d’un empoisonnement à long terme à l’arsenic, qui l’aurait suffisamment affaibli pour que les traitements médicaux de l’époque puissent l’achever [ 65 ] . Pascal Kintz, de l’institut légal de Strasbourg , fit en 2001 une étude du niveau d’arsenic trouvé dans les cheveux de Napoléon après sa mort, de 7 à 38 fois le niveau normal, mais il ne conclut pas que cela soit le résultat d'un empoisonnement [ 66 ] . les analyses du magazine Science & vie montrent que des concentrations similaires d’arsenic peuvent être trouvées dans des échantillons prélevés en 1805, 1814 et 1821. Des études françaises ont montré que Napoléon plongeait quotidiennement ses cheveux dans des bains d’arsenic car la croyance populaire voulait que l’arsenic prolonge la vie et l’éclat de la chevelure, ce qui expliquerait le taux anormalement élevé d’arsenic retrouvé dans ses cheveux. Une analyse des mèches de cheveux de sources variées permet de reconstituer un histogramme détaillé du contenu d'arsenic dans le corps de Napoléon. La concentration est le plus souvent basse puis de temps en temps une concentration très forte apparaît, indiquant qu'une dose forte d'arsenic aurait été absorbée. Toutefois les cheveux étudiés ayant été prélevés sans le bulbe, il est impossible d'affirmer avec certitude que ce soient les vrais cheveux de Napoléon [ 67 ] . En revanche, la thèse d'empoisonnement est rendue difficilement soutenable à la suite d'une étude clinico-pathologique le 12 janvier 2007 menée par des chercheurs suisses, américains et canadiens de l'université de Bâle et publiée dans la revue Nature Clinical Practice Gastroenterology and Hepatology , selon laquelle l'Empereur aurait été emporté par un cancer gastrique avancé avec envahissement des ganglions lymphatiques [ 68 ] . Leurs travaux, se fondant sur les rapports des médecins présents à Sainte-Hélène, indiquent que son cancer serait survenu sur fond d'inflammation chronique de l'estomac causé par un micro-organisme, et non pas sur fond de prédisposition familiale. Toujours selon les descriptions contemporaines, la paroi de l'estomac présentait une lésion d'environ dix centimètres. Ce nombre paraît cependant fort exagéré car le rapport d'autopsie d'Antommarchi (la version officielle, et non celle truquée de son ouvrage) parle d'un ulcère ayant formé un trou de diamètre d'environ 3 lignes , soit 7 centimètres environ. Les rapports anglais, eux, parlent d'un trou suffisant pour y passer le petit doigt (il s'agissait du doigt du docteur Rutledge) [ 69 ] . Héritage napoléonien Le contenu de cet article ou de cette section est peut-être sujet à caution et doit absolument être sourcé . (février 2012) . Si vous connaissez le sujet dont traite l'article, merci de le reprendre à partir de sources pertinentes en utilisant notamment les notes de fin de page . Vous pouvez également laisser un mot d'explication en page de discussion ( modifier l'article ). Buste de Napoléon I er . Article détaillé : Légende napoléonienne . Peu de personnages ont laissé une trace aussi importante que Napoléon Bonaparte dans l'historiographie et la pensée politique françaises. Cette empreinte semble due pour une grande part au Mémorial de Sainte-Hélène , essai publié par Las Cases en 1823 deux ans après la mort de l'empereur, qui connut un grand succès éditorial. Pour Jean Tulard , le Mémorial devint le bréviaire du bonapartisme [ 70 ] . En 2014, quelque 80 000 titres ont été consacrés à l'Empereur, ouvrages laudateurs à quelques exceptions près même si actuellement il est abordé avec plus de recul critique [ 71 ] . Au milieu de l'année 1799, l’état de la France est catastrophique. Le gouvernement français est secoué par des problèmes internes, les impôts n’arrivent pas dans les caisses de l’État, le brigandage s’est développé, les routes sont défoncées, les régions récemment conquises et les États satellites de la République française sont menacés du fait de l'offensive générale des armées de la Deuxième Coalition en Suisse, Italie, Allemagne du Sud et Hollande, le commerce est au plus mal, l’industrie (notamment celle de la soie à Lyon ) ruinée, le chômage fait une percée, le prix du pain est trop élevé pour les ouvriers, les hôpitaux ne marchent pas… C’est le moment que Bonaparte, qui est à l’époque encore un général révolutionnaire, choisit pour abandonner son armée en Égypte et monter à Paris, fomenter un coup d’État, le 10 novembre 1799 . Entouré d’une auréole de prestige (il vient de sortir vainqueur de la campagne d’Italie et la campagne d’Égypte est, pour le moment, encore une réussite), il ne trouve que peu de résistance et l’opinion publique ne le désavoue pas. Mais les républicains sont inquiets : Napoléon incarne-t-il l'avènement définitif des valeurs de la Révolution, ou promet-il, au contraire, la destruction de la pensée révolutionnaire ? On peut considérer aujourd'hui que Napoléon solidifiera à plus d'un titre l’héritage de la Révolution . s'il en finit avec la République et arrête le mouvement révolutionnaire, il restera fidèle aux principes de la Révolution qu'il cherchera à exporter à l'échelle européenne voire mondiale. Le Consulat , en somme, objective ce mouvement. Le Consul Napoléon Bonaparte, grâce à une série de mesures, permet à la Révolution de s’installer dans le temps. Bonaparte va d'abord s'employer à créer des institutions neuves, lesquelles perdureront jusqu'à nos jours. La nouvelle constitution qu’il fait rédiger renforce le pouvoir exécutif au détriment du pouvoir législatif , crée une administration centralisée, organisée en directions et ministères (dont le nouveau ministère de l’Intérieur, confié à Fouché ) spécialisés et uniformisés. Il garde les divisions administratives créées lors de la Révolution. Ces institutions solides permettent un renforcement de l’autorité de l’État, font revivre le pays et éloignent un peu plus le risque de retour à l’ Ancien Régime . Les caisses de l’État sont renflouées. Napoléon décide également de pacifier certaines zones conflictuelles en développant une politique de la ville novatrice. Ainsi, Pontivy fut agrandie et la ville de La Roche-sur-Yon est créée en 1804. La préfecture de la Vendée reste la seule ville entièrement de création napoléonienne. Ensuite, Napoléon Bonaparte s’inscrit dans la lignée de la Révolution. Après le coup d’État, les institutions changent, mais la majorité des personnes qui vont occuper des postes étaient déjà en place lors du Directoire : dans les assemblées créées par la Constitution de l' an X , la plupart des sénateurs , tribuns ou membres du Conseil d’État avaient déjà des postes à responsabilité sous le régime précédent, les préfets sont choisis dans les assemblées révolutionnaires… Cela permet à Bonaparte de mieux contrôler l’opposition. Les réformes qu’il met en place sont la suite logique de celles déjà entreprises sous la Révolution. Les réformes financières et commerciales qui lui sont attribuées ont, pour une partie d’entre elles, été imaginées par les membres du Directoire. Ceux-ci avaient déjà tenté le blocus continental que Napoléon mettra en œuvre contre le Royaume-Uni en 1806. Même certaines techniques de guerre utilisées par Napoléon et dont il est considéré comme l’inventeur avaient déjà été mises en application sous la Révolution. La rédaction d’un Code civil français elle-même avait déjà été entreprise sous la Révolution. De plus, il stabilise le paysage politique en pacifiant le pays et garantit ainsi l’inscription dans la durée de son gouvernement. La paix signée avec les royalistes vendéens , dès décembre 1799 , marque un grand pas en avant dans l’apaisement du pays, aucun gouvernement auparavant n’avait réussi à l’obtenir. La signature du Concordat en 1801 permet à Napoléon de s’assurer le soutien de beaucoup de catholiques qui étaient hésitants jusqu’alors, et les royalistes en perdent autant, l’une des raisons fondamentales de l’appui de la population à ce mouvement étant le caractère anti-catholique de la Révolution. Ce Concordat , qui n’instaure pas le catholicisme comme religion dominante et qui aurait pu être vu comme une volonté de retour à l’ Ancien Régime , permet à Bonaparte d’obtenir une nouvelle légitimité et d’asseoir un peu plus son autorité. Le Concordat maintient la vente des biens nationaux. Grâce à ces deux traités, Bonaparte neutralise l’opposition royaliste et semble s’inscrire dans l’héritage révolutionnaire. Finalement, le Code civil français est un ouvrage révolutionnaire. Commencé en 1800 et publié finalement en 1804, il remplace tout le droit antérieur, et conserve la méritocratie , l’impôt égalitaire, la conscription , la liberté d’entreprise et de concurrence ainsi que de travail, consacre la disparition de l’ aristocratie féodale, et en principe l’égalité devant la Loi. En conservant et en inscrivant dans le Code tous ces acquis de la Révolution, Bonaparte leur permit de traverser les régimes et rassura une grande partie de la population. Mais Napoléon a aussi supprimé bon nombre d’acquis révolutionnaires. Tout d’abord, les cultes révolutionnaires sont abolis. Les libertés d’expression , de réunion, de circulation et de presse sont supprimées au profit d’un État autoritaire et d’une surveillance accrue de la population, orchestrée par Fouché . L’égalité proclamée dans le Code civil n’est pas respectée : la femme dépend de son mari . les patrons ont un très grand pouvoir sur les ouvriers, le livret ouvrier les réduisant à être des quasi- serfs . l’ esclavage est rétabli dans les colonies . les fonctionnaires sont privilégiés en matière de Justice… Ensuite, l’instauration des préfets , qui sont l’équivalent des intendants , la création du conseil d’État , équivalent du conseil du roi , d’une nouvelle noblesse basée sur la notabilité, les faux plébiscites organisés (des votes sont inventés, il n’y a pas de secret de vote, on ratifie un fait déjà accompli…) font redouter le pire aux jacobins . Le spectre du retour à la monarchie les hante. Finalement, en devenant tour à tour Premier consul, consul à vie puis empereur , il en finit avec la République. La faveur publique lui permet de rédiger la Constitution de l’ an VIII , qui lui donne la réalité des pouvoirs et surtout ne fait pas mention de la souveraineté nationale . Cette constitution divise le pouvoir législatif , qui à partir de ce moment, perdra toute influence. C’est au cours de l’ an X que s’est opérée la transformation du régime encore républicain en un despotisme auquel ne manquait qu’une couronne. Le poste de Premier consul à vie sonne le glas de la République. Ces changements de régime permettent surtout à Napoléon d’être de moins en moins dépendant de ses succès ou échecs et lui donnent une autre dimension vis-à-vis des autres dirigeants européens. Napoléon a donc aussi supprimé bon nombre d’acquis révolutionnaires. Napoléon arrête le mouvement révolutionnaire mais non la Révolution. En obtenant la confiance des bourgeois (grâce à la vente des biens nationaux, à la paix maritime et continentale, à la création d’une noblesse méritocratique…), grâce au prestige de grandes victoires ( Marengo , 1800), à la bonne résolution des crises telle celle de 1802 (disette et chômage), Napoléon obtient le soutien populaire et s’affranchit peu à peu du processus révolutionnaire, qui ne lui est plus nécessaire. Au fil des années, alors que sa popularité ne va cesser de croître, il va monter en puissance et s’éloigner de la République. En 1804, après divers complots visant son assassinat et la reprise des hostilités avec le Royaume-Uni, il est perçu comme le seul rempart face aux ennemis de la Révolution, et la question de l’hérédité devient un sujet de préoccupations. Il en profite pour se faire sacrer Empereur (ou plutôt, se sacrer). Ce qui pourrait être vu comme l’aboutissement du projet d’un tyran ne l’est pas. En effet, lors du sacre, Napoléon déclare être dans la continuité de la Révolution, et est soutenu par les révolutionnaires eux-mêmes, malgré la fin du processus révolutionnaire. Les guerres impériales ont perpétué la Révolution. Dans tous les pays conquis, Napoléon I er impose le Code civil et par conséquent toutes les notions révolutionnaires qui en font partie. Il est considéré dans un premier temps comme le libérateur de l’Europe. Mais à partir de la Quatrième Coalition , qui commence en 1806, le but de ces guerres ne sera plus la propagation des idées révolutionnaires. Malgré la défaite napoléonienne de 1815, les idées de liberté et d’égalité resteront fermement implantées dans les pays qui avaient été conquis, et de nombreux bouleversements au fil du XIX e siècle en découleront. Grâce à la modernisation des institutions françaises et européennes, à la pacification du pays, à ses victoires militaires et la conquête de la majeure partie de l’Europe, Napoléon a permis l’expansion et la perpétuation de la Révolution. Ainsi, malgré les nombreux changements de régime lors du XIX e siècle, le Code civil français restera en vigueur dans l’Europe entière, et les nombreux principes révolutionnaires qu’il contient. Napoléon est donc plus le continuateur que l’assassin de la révolution, malgré l’impasse qu’il fit sur la République. En supprimant les cultes et autres acquis révolutionnaires qui mettaient en danger l’œuvre de la révolution elle-même, il permit aux autres de traverser les époques. Rétablissement de l'esclavage La première abolition de l'esclavage , dans les colonies le 4 février 1794 et ses conséquences économiques et politiques amènent le Premier consul à se saisir de la question. Dès leurs entrées en fonction, les trois Consuls assurent aux anciens esclaves que la liberté qui leur a été accordée par la Convention sera respectée. C'est le cas jusqu’en 1802, avec la signature de la paix d'Amiens le 25 mars 1802 , quand le Royaume-Uni doit rendre à la France les colonies occupées. Parmi celles-ci se trouvent notamment Sainte-Lucie et la Martinique qui n’ont pas bénéficié de l'application de la loi d'abolition de l’esclavage. Face à cet imbroglio entre colonies avec et colonies sans esclavage, le pouvoir consulaire décide du statu quo : les colonies où il n’y a plus d'esclavage resteront libres, en revanche celles jusque là occupées par l'Angleterre conserveront les lois antérieures à l'abolition, c'est-à-dire le Code noir . Une commission composée de Cambacérès et des trois conseillers d'État Dupuy , Régnaud de St-Jean d’Angély et Bruix travaille sur un projet qui allait dans le sens désiré par Bonaparte. Mais il apparaît difficile de faire cohabiter deux principes opposés dans le même projet de loi. Il est alors décidé de ne mentionner que le cas des territoires récupérés à l'occasion du traité d'Amiens, et de ne rien mentionner pour les colonies où l'esclavage était déjà aboli. Dans le maintien de l'esclavage en Martinique, le Premier consul est poussé notamment par ses ministres (tels Decrès et Talleyrand) et l'Intendant général aux colonies Guillemin de Vaivre, originaire de Saint-Domingue, mais aussi par son épouse Joséphine , Martiniquaise dont la famille et plusieurs amis avaient de nombreux intérêts en Martinique. « L’esclavage ainsi que la traite des Noirs et leur importation dans les colonies restituées par le traité d'Amiens auront lieu conformément aux lois et règlements antérieurs à 1789 » . Article détaillé : Loi du 20 mai 1802 . Loi du 30 floréal an X rétablissant l'esclavage en territoire français. Début juin , il fait arrêter et déporter Toussaint Louverture , qui s'était distingué pendant la révolte des esclaves de Saint-Domingue onze ans plus tôt et qui, convaincu par l'abolition de l'esclavage de 1794, avait gardé la colonie à la France. L'Antillais devait mourir de froid un an plus tard au fort de Joux , dans le Doubs , département réputé pour la rigueur de ses hivers. Avec l' expédition de Saint-Domingue , une deuxième phase de la guerre de Saint-Domingue débute, elle provoque bien des massacres de part et d'autre. Ce sont les Noirs et les Mulâtres de Saint-Domingue qui sortent victorieux de ces terribles combats et créent, en janvier 1804 , la première République noire indépendante Haïti . Article détaillé : Expédition de Saint-Domingue . À la fin de 1801 en Guadeloupe , le Capitaine général Lacrosse inquiète en particulier la population noire jusqu'alors libre. Finalement, les troupes noires se révoltent, évincent Lacrosse et s'opposent ensuite à l'armée commandée par le général Richepance venue rétablir Lacrosse. Ces événements finissent en mai 1802 par la résistance de Louis Delgrès , vivement réprimée et qui se termine par le suicide collectif des insurgés au Matouba . Lacrosse et son successeur Ernouf réintroduisent progressivement l'esclavage sous la forme d'un travail forcé, puis de l'esclavage lui-même par le biais d'un arrêté de police rural du 22 avril 1803 qui fait référence à certains articles du Code noir , et enfin avec l'adoption du décret du Premier consul, daté du 16 juillet 1802 , qui énonce que « La Colonie de la Guadeloupe et Dépendances sera régie, à l’instar de La Martinique, de Ste-Lucie, de Tabago, et des Colonies orientales, par les mêmes loix qui y étoient en vigueur en 1789 ». De 1802 à 1803, la Guadeloupe est passée d'un régime qui reconnaissait la présence de généraux et officiers noirs et mulâtres dans l'armée française à un régime qui n'accordait la citoyenneté qu'aux seuls Blancs. Lors des Cent-Jours en 1815, Napoléon décrète l'abolition de la « Traite des Noirs », afin de complaire en particulier à l'opinion publique britannique largement traversée par le courant abolitionniste . Son retour de l'île d’Elbe a en effet mobilisé l'ensemble des états européens contre lui, et Napoléon tente de perturber la coalition en acceptant des résolutions prises par les puissances européennes durant le congrès de Vienne . Sa décision est confirmée par le traité de Paris le 20 novembre 1815 . Néanmoins, à la Restauration , cette abolition fut ignorée et seulement reconsidérée sous la pression des Britanniques à partir de 1817 pour aboutir en 1831. Réalisations de Napoléon Bonaparte Sous le Consulat Le Consulat est essentiellement une période de pacification et de stabilisation de la France, après la décennie révolutionnaire. De nombreuses institutions sont fondées, qui vont ensuite survivre longtemps à leur créateur . elles reprennent certains acquis de la Révolution et existent encore au début du XXI e siècle en France. Ainsi dès le 13 décembre 1799 ( 22 frimaire an VIII ), la Constitution de l' an VIII rédigée par Daunou sur la base des principes énoncés par Sieyès et Bonaparte, crée en son article 52 le Conseil d’État . Cet organe est au départ chargé de rédiger les lois pour décharger les ministères et doit conseiller le gouvernement sur la législation à entreprendre. Dans cette Constitution, Napoléon Bonaparte crée également le Sénat , s'inspirant du Sénat romain , il est chargé de veiller au respect de la Constitution et ses membres sont nommés par le Premier consul, puis par l'Empereur. En 1800, le Premier consul Bonaparte crée deux institutions importantes, existant toujours : d'une part, le 13 février ( 24 pluviôse an VIII ), il instaure la Banque de France . d'autre part, le 17 février ( loi du 28 pluviôse an VIII ), Bonaparte crée les préfectures avec à leur tête un corps préfectoral nommé par le Premier consul puis par l'Empereur et représentant de l'État. Toutes ces institutions permettent de réorganiser l'administration en France, qui ne fonctionnait plus depuis le début de la Révolution en 1789 [réf. nécessaire] . Cette réorganisation permet de ramener l'ordre et de relancer l'économie. Mais l'ordre intérieur sera totalement ramené le 15 juillet 1801 , quand Napoléon Bonaparte signe avec le pape Pie VII le Concordat réconciliant la France avec l'Église, tout en maintenant la liberté de cultes établie par la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 . Bonaparte souhaite réorganiser la société française dans de nombreux domaines : Éducation : il lance une grande réforme qui aboutit le 1 er mai 1802 ( 11 floréal an X ) à la création des lycées et de l' École militaire Saint-Cyr . Économie : le 24 décembre 1802 , il instaure les vingt-deux chambres de commerce et institue une nouvelle monnaie, le franc germinal le 7 avril 1803 ( 17 germinal an XI ). Justice et droit : Bonaparte métamorphose le système judiciaire français, il instaure les cours d'appel et le Tribunal de cassation devient la Cour de cassation . Il réorganise les études de droit avec la création des écoles de droit et un diplôme accessible à tous, la capacité en droit le 13 mars 1804 ( 22 ventôse an XIII ). Enfin, le 21 mars 1804 ( 30 ventôse an XII ), Napoléon Bonaparte promulgue le Code civil français qui définit de nouveaux droits et obligations pour les Français. Par la loi du 19 mai 1802 , Napoléon Bonaparte instaure également la Légion d'honneur [ 72 ] , décernée aux personnes militaires et civiles que l’État souhaite récompenser par cette distinction, au titre de services rendus. Sous l’Empire En 1806, l’empereur Napoléon I er commande l’ arc de triomphe de l’Étoile . Le 18 mars ( 21 germinal an IX ), le premier conseil de prud’hommes est créé à Lyon . Le 10 mai , l’ Université est recréée, après son abolition par la Révolution, sous une forme qui conduit aux actuelles universités . En 1807, Napoléon confie à Alexandre-Théodore Brongniart la construction de la future Bourse de Paris . Le 9 février , il ressuscite la fonction de Grand Sanhédrin (ce qui facilite l’assimilation des juifs dans l’Empire). Napoléon a poursuivi l’œuvre de tolérance à l’égard des juifs amorcée par la Révolution. Le 16 septembre , Napoléon crée la Cour des comptes . 1808 : le 17 mars , Napoléon crée par décret le baccalauréat . 1810 : le 12 février , le Code pénal est promulgué. Œuvre législative Bonaparte opère dès les débuts du Consulat de nombreuses réformes dans l’éducation, la justice, la finance et le système administratif. Son ensemble de lois civiles, rédigé par Portalis , Maleville , Bigot de Préameneu et Tronchet et connu sous le nom de Code Napoléon de 1804, a encore une forte influence dans de nombreux pays de nos jours. Il est assez largement influencé par les projets de Code civil qu'avait présentés Cambacérès pendant la Révolution, alors qu'il n'était pas encore second consul. Bonaparte a présidé beaucoup des séances d'élaboration du Code civil. Il le considérait avec fierté comme son œuvre majeure : « Ma gloire n'est pas d'avoir gagné quarante batailles… Ce que rien n'effacera, ce qui vivra éternellement, c'est mon Code civil, ce sont les procès verbaux du Conseil d’État. » [réf. nécessaire] [ 73 ] . Le Code civil français est toutefois très largement inspiré d’un éventail de lois et coutumes diverses déjà existantes sous l’ Ancien Régime qu’il unifia. Son œuvre administrative se prolongea jusqu’en 1814. Entre autres réformes, il commencera le travail de cadastrer le territoire français. En architecture et urbanisme À Paris L' arc de triomphe de l'Étoile . Napoléon fit ériger à Paris de nombreux monuments dont plusieurs à la gloire de la Grande Armée et de ses victoires. Il a fait construire après la victoire à la bataille d'Austerlitz deux arcs de triomphe après avoir déclaré à ses soldats : « Vous ne rentrerez dans vos foyers que sous des arcs de triomphe ». Le premier à être ordonné est l' arc de triomphe de l'Étoile en 1806 pour en faire le point de départ d'une avenue triomphale traversant le Louvre et la place de la Bastille , il ne sera achevé qu'en 1836 [ 74 ] . Le deuxième est l' arc de triomphe du Carrousel , construit de 1806 à 1808 et situé sur la place du Carrousel , à l'ouest du Louvre [ 75 ] . La bataille d'Austerlitz est aussi commémorée par la colonne Vendôme , anciennement appelée colonne d'Austerlitz puis colonne de la Grande Armée , construite entre 1805 et 1810. Elle est surmontée d'une statue de Napoléon [ 76 ] . L' église de la Madeleine . L' église de la Madeleine devait être elle aussi un temple à la gloire de la Grande Armée, comme prévu en 1805. En 1812, après la campagne de Russie, Napoléon changea d'avis pour revenir au projet d'une église. Elle fut finie en 1842 [ 77 ] . Napoléon fit aussi construire de 1807 à 1825 le palais Brongniart de style corinthien pour accueillir la Bourse de Paris [ 78 ] . Il fit aussi construire le palais d'Orsay de 1808 à 1840, où s'installe le Conseil d'État [ 79 ] . Napoléon fit aménager la capitale. Il fit percer les rues de Rivoli , de Castiglione et des Pyramides ainsi que numéroter les immeubles de Paris . Il ordonna la liaison entre le Louvre et le palais des Tuileries et la finition de la cour carrée du Louvre (construction de l’aile ouest et sud) qui devient un musée. Il offrit au palais Bourbon une nouvelle façade, érigée entre 1806 et 1810. Il fit construire trois ponts (le pont des Arts (1801-1803) [ 80 ] , d’Austerlitz (1802-1806) et d’Iéna (1808-1814)) et plusieurs dizaines de fontaines comme l’ éléphant de la Bastille . Il fit embellir le jardin du Luxembourg et créer le jardin des Plantes , le canal de l’Ourcq , de Saint-Martin et de Saint-Denis . Enfin, Il fit aménager le cimetière du Père-Lachaise [ 81 ] . En dehors de l'Île-de-France Le pont de pierre , à Bordeaux . La place Napoléon , à La Roche-sur-Yon . La fondation de Napoléon (l'actuelle ville de La Roche-sur-Yon ). La transformation de la place Bellecour à Lyon . La colonne de la Grande Armée près de Boulogne-sur-Mer . Le pont de pierre à Bordeaux . La construction de la place de la Paix (Milan) à Milan . La construction du Fort Napoléon à La Seyne-sur-Mer . Le canal de Nantes à Brest et de Mons-Condé . Regards des contemporains D'après Jean-Antoine Chaptal , « Napoléon se servait lui-même des journaux pour faire la guerre à ses ennemis, surtout aux Anglais. Il rédigeait personnellement toutes les notes qu’on insérait dans Le Moniteur , en réponse aux diatribes ou aux assertions qu’on publiait dans les gazettes anglaises. Lorsqu’il avait publié une note, il croyait avoir convaincu. On se rappelle que la plupart des notes n’étaient ni des modèles de décence, ni des exemples de bonne littérature . mais nulle part il n’a mieux imprimé le cachet de son caractère et de son genre de talent. » Surnoms Nabulio : surnom donné quand il était enfant par sa mère Letizia Ramolino . La paille-au-nez : surnom donné par les camarades de Napoléon à l' école de Brienne . En effet, avec son accent corse, Napoléon prononçait son prénom Napoillioné . Le général Vendémiaire : surnom donné par d'autres généraux de la République en signe de mépris pour ce fait d'armes de répression intérieure de civils royalistes, après l'intervention de Bonaparte lors de l' insurrection royaliste du 13 vendémiaire an IV . Le petit caporal : surnom donné par les soldats au soir de la bataille de Lodi , en 1796. Le grade de caporal utilisé comme surnom lui a été attribué selon un usage militaire d'affection pour saluer un comportement de bravoure [ 82 ] . Boney : sobriquet donné par les caricaturistes britanniques, diminutif de « Bonaparte ». Par référence au mot anglais « bone » (os), il peut ainsi être traduit par « l'osseux ». Ce surnom visait la maigre silhouette du général Bonaparte dans les premières années de sa carrière militaire jusqu'au Consulat. Ce surnom jouait sur le contraste avec le ventru John Bull , symbole de l'Anglais et de son opulence face à une France perçue comme ruinée et affamée durant la Révolution . Le petit tondu : surnom donné par les soldats à partir du Consulat et du début de l'Empire après que Bonaparte eut fait couper ses cheveux (au retour de l’expédition d’Égypte, en 1799) et eut fait appliquer un nouveau règlement pour la coupe de cheveux des militaires (abandon des cheveux longs et des perruques au profit de la « coupe à la Titus » [ i ] ) . Buonaparte : reprise du nom corse orthographié ainsi dans les premières années de la vie de Napoléon Bonaparte, par ses adversaires royalistes français et par les Britanniques qui ne reconnaissaient pas sa dignité impériale acquise après la rupture de la paix d'Amiens (1803) et refusant ainsi de n'utiliser que son prénom, signe de sa titulature . L'usurpateur : surnom provenant des milieux royalistes, à partir de l'établissement de l'Empire et de la prétention de Napoléon Bonaparte d'accaparer le pouvoir souverain. Le terme est surtout utilisé quand le rétablissement des Bourbons est réaliste, puis effectif, en 1814 puis en 1815 lors des Cent-Jours . Le tyran , l'Ogre : surnoms couramment donnés par ses adversaires et ses caricaturistes, en particulier à la fin de l'Empire quand l'effort militaire de la conscription pèse de plus en plus fortement sur la population . Le Père la Violette : la violette est la fleur de l'amour caché. Après sa première abdication, on croyait qu'il reviendrait à l'époque où fleurissent les violettes, chose qui se réalisa . la violette devint un signe de ralliement des bonapartistes après la Seconde Restauration . Jean de l'Epée : sobriquet donné par les soldats de la Grande Armée, en particulier au sein de la Garde impériale au moment du retour de l'île d'Elbe [ 83 ] . Nicolas : surnom utilisé particulièrement par les royalistes du Midi de la France, où le Diable est parfois dénommé ainsi [ 84 ] . Des caricatures de l'époque désignent ainsi Napoléon par cet autre prénom, avec l'effet renforcé par leur même lettre initiale « N » . Lou Castagnié (« Le Châtaigner »), surnom donné dans le Midi de la France et qui fait référence aux origines corses de Napoléon, les châtaignes en étant une spécialité fameuse [ 85 ] . Vie privée Influences historiques Durant sa jeunesse, Bonaparte se montre admiratif envers certains hommes d’État, notamment Pasquale Paoli , indépendantiste corse, et Mirabeau , révolutionnaire modéré. Il a aussi beaucoup admiré Rousseau , disant même : « Oh ! Rousseau ! Pourquoi faut-il que tu n'aies vécu que soixante ans ! Dans l'intérêt de la vérité, tu aurais dû être immortel ! ». Il a par la suite renié ces idées, les idées de Rousseau s'avérant peu conformes au système consulaire puis impérial. Pendant la Révolution, il a l'espoir de pouvoir dépasser ses conditions de vie modeste grâce au nouveau régime mis en place et se montre donc favorable à cette évolution. Il écrit même sur une banderole tendue sur sa maison natale : « Vive la Nation ! Vive Paoli ! Vive Mirabeau ! » [ 86 ] . Il est aussi reconnaissant envers les frères Robespierre, Augustin et Maximilien , auxquels il doit en partie sa montée en grade rapide. Il envoie par la suite une pension à leur sœur. Il a écrit à Tilly : « J'ai été un peu affecté de la catastrophe de Robespierre que j'aimais et que je croyais pur, mais fût-il mon frère, je l'eusse moi-même poignardé s'il aspirait à la tyrannie » [ 87 ] . Bonaparte témoigne de plus d'une admiration pour de grands conquérants et des empereurs. Il se fait représenter coiffé d'une couronne de lauriers et vêtu d'une toge, pour se montrer tel que Jules César et qu' Auguste par exemple. Il est également fasciné par Frédéric II . Napoléon et la spiritualité Napoléon et le catholicisme Napoléon est né dans une famille catholique et est baptisé le 21 juillet 1771 [ 88 ] . Sa position envers le catholicisme semble parfois plus tenir du calcul politique que d'un choix personnel [ 89 ] , mais il déclare avoir un réel attachement pour sa religion natale : « Il est sûr qu'au désordre auquel je succédais, que sur les ruines où je me trouvais placé, je pouvais choisir entre le catholicisme et le protestantisme . et il est vrai de dire encore que les dispositions du moment poussaient toutes à celui-ci . mais, outre que je tenais réellement à ma religion natale, j'avais les plus hauts motifs pour me décider. En proclamant le protestantisme, qu'eussé-je obtenu ? J'aurais créé en France deux grands partis à peu près égaux, lorsque je voulais qu'il n'y en eût plus du tout . j'aurais ramené la fureur des querelles de religion, lorsque les lumières du siècle et ma volonté avaient pour but de les faire disparaître tout à fait. Ces deux partis en se déchirant eussent annihilé la France, et l'eussent rendue l'esclave de l'Europe, lorsque j'avais l'ambition de l'en rendre la maîtresse. Avec le catholicisme j'arrivais bien plus sûrement à tous mes grands résultats : dans l'intérieur, chez nous, le grand nombre absorbait le petit, et je me promettais de traiter celui-ci avec une telle égalité, qu'il n'y aurait bientôt plus lieu à connaître la différence. Au dehors, le catholicisme me conservait le pape : et avec mon influence et nos forces en Italie, je ne désespérais pas tôt ou tard, par un moyen ou par un autre, de finir par avoir à moi la direction de ce pape . et dès lors quelle influence ! Quel levier d'opinion sur le reste du monde ! [ 90 ] . » À la fin de sa vie, Napoléon recevra d'ailleurs l'extrême-onction des mains de l'abbé Vignali. Napoléon et l'islam pendant la campagne d'Égypte L’intérêt de Napoléon pour l’islam semble être dicté par le contexte. La campagne d’Égypte a été préparée sur le même mode que celle d’ Italie , c’est-à-dire en espérant provoquer un ralliement des populations locales à la cause française. Dans l’objectif de ce ralliement, tout est fait pour que les Égyptiens en majorité musulmans se sentent valorisés. Napoléon déclare d’ailleurs à ses soldats à bord du navire l’Orient le 22 juin 1798 que [ j ] : « Les peuples avec lesquels nous allons vivre sont mahométans […]. Ne les contredisez pas . agissez avec eux comme nous avons agi avec les Juifs, avec les Italiens . ayez des égards pour leurs muftis et leurs imams, comme vous en avez eu pour les rabbins et les évêques ». Cette stratégie est bien visible dans les proclamations destinées à la population comme celle du 2 juillet 1798 à Alexandrie [ k ] : « Peuples de l’Égypte, on vous dira que je viens détruire votre religion . ne le croyez pas ! Répondez que je viens vous restituer vos droits, punir les usurpateurs et que je respecte plus que les Mamelucks, Dieu son Prophète et l’Alcoran ». Pour le général Dupuy qui accompagnait Napoléon durant la campagne d'Égypte cet intérêt pour l'islam est simulé pour des raisons politiques : « Nous trompons les Égyptiens par notre simili attachement à leur religion, à laquelle Bonaparte et nous ne croyons pas plus qu'à celle de Pie le défunt » [ 91 ] . Regard personnel de Napoléon sur l'islam Napoléon est fasciné avant tout par l' Orient . En ce qui concerne la perspective de se convertir à l'islam, il déclare [ 92 ] qu'« après tout, ce n'est pas impossible que les circonstances m'eussent amené à embrasser l'islamisme. […] Mais ce n'eut été qu'à bonne enseigne . il m'eut fallut pour cela au moins jusqu'à l'Euphrate. Le changement de religion peut se comprendre peut-être par l'immensité de ses résultats politiques ». D'une manière plus générale, Napoléon ne semble pas vouloir se convertir lorsqu'il s'exprime sur le Concordat [ 93 ] « je tenais réellement à ma religion natale ». Napoléon met en avant la proximité des religions chrétienne et musulmane lorsqu'il dépeint [ 94 ] le prophète : « Mahomet […] qui marche si près sur les traces du christianisme, et s'en éloigne si peu » et relève les différences existant à Sainte-Hélène [ 95 ] : « analysant de la manière la plus ingénieuse les deux religions de l’Orient et de l’Occident, il disait que la nôtre était toute spirituelle, et celle de Mahomet toute sensuelle . que les châtiments dominaient chez nous : c’était l’enfer et ses supplices éternels, tandis que ce n’était que récompenses chez les musulmans : les houris aux yeux bleus, les bocages riants, les fleuves de lait . et de là il concluait, en opposant les deux religions, que l’on pourrait dire que l’une était une menace, elle se présentait comme la religion de la crainte . que l’autre, au contraire, était une promesse, et devenait la religion des attraits ». L'ambivalence de Napoléon vis-à-vis de l'islam est due à la nécessité d'un double langage durant la campagne d’Égypte : d'une part les discours admiratifs de l'islam [ 96 ] ou favorable à ses intérêts [ 97 ] tenus aux autorités religieuses et d'autre part les confessions personnelles qui n'interviennent souvent que bien plus tard et donnent un point de vue que les années rendent distant. Pour Henry Laurens , si l'intérêt de Napoléon envers l'islam a été inspiré par des préoccupations politiques, il a néanmoins été « réellement fasciné par l'islam et par l'Orient [et] son admiration pour l'islam se porte essentiellement sur ce créateur de sociétés qu'est le prophète Mahomet » [ 98 ] . Napoléon et la franc-maçonnerie Parmi l'entourage militaire et intellectuel proche de Napoléon beaucoup sont francs-maçons (le général Kléber qui fonde la loge « Isis » au Caire, Dominique Vivant Denon , membre de l'Ordre sacré des Sophisiens et de la loge « La Parfaite Réunion », Gaspard Monge membre notamment de la loge militaire « L'Union parfaite »). Aussi une rumeur affirme que Bonaparte a pu être initié à la franc-maçonnerie lors de la campagne d'Égypte dans la loge « Isis », comme le suggère notamment le manuscrit Le miroir de la Vérité dédié à tous les maçons [ 99 ] , le fait qu'il soit louveteau (c'est-à-dire fils du franc-maçon Charles Bonaparte ) et qu'il ne conteste pas de se faire par la suite appeler « frère » par différents membres des 1 200 loges maçonniques qui se développent pendant le Premier Empire [ 100 ] , néanmoins les critiques envers les francs-maçons qu'il tient lors de son exil à Sainte-Hélène semblent prouver le contraire [ 101 ] . Sa bibliothèque portative Napoléon emportait toujours avec lui une bibliothèque de voyage composée de livres de littérature, d'histoire, et d'autres relatifs aux pays qu'il devait parcourir. Or plusieurs des livres qui l'intéressaient étaient d'un trop grand format. En 1808, il conçoit le projet (jamais exécuté) d'une bibliothèque portative d'un millier de volumes, en format in-12 et avec une couverture pas trop épaisse : « Cette bibliothèque serait composée d'à peu près quarante volumes de religion, quarante des épiques, quarante de théâtre, soixante de poésie, cent de romans, soixante d'histoire. Le surplus, pour arriver à mille, serait rempli par des mémoires historiques de tous les temps. Les ouvrages de religion seraient l' ancien et le nouveau testament , quelques épîtres et autres ouvrages les plus importants des pères de l'église . le koran , de la mythologie . Les épiques seraient Homère , Lucain , le Tasse , Télémaque , la Henriade , etc. L'histoire : mettre quelques-uns des bons ouvrages de chronologie, les principaux originaux anciens . ce qui peut faire connaître en détail l'histoire de France. On peut mettre comme histoire, les Discours de Machiavel sur Tite-Live , l'Esprit des Lois , la Grandeur des Romains . ce qu'il est convenable de garder de l'histoire de Voltaire [ 102 ] . » Correspondance Napoléon Bonaparte a entretenu une abondante correspondance , en partie à usage privé, mais surtout une importante correspondance officielle. De son vivant, quelques-unes de ces lettres ont été publiées, soit isolément, soit en recueils, mais souvent dans un but d’exaltation ou au contraire de polémique. Dans les années 1850 , l’ empereur Napoléon III fait publier la correspondance de son oncle. Si cette nouvelle publication a aussi un but de propagande, elle sera plus sérieuse que ce qui avait été fait jusque-là. Toutefois, certaines lettres n’ont pas été retrouvées, d’autres ont été volontairement omises, et le texte a parfois été expurgé sous divers prétextes. Lorsque paraît en 1869 le dernier volume de la correspondance de Napoléon I er , l'officier Louis Rossel démontre que les livres de stratégie attribués à ce dernier par la commission chargée de publier la correspondance, ne sont pas et ne peuvent pas être de lui. Dans les années suivantes, de nouvelles lettres ont été publiées, souvent sous la forme de recueils spécifiques (lettres de Napoléon à un même correspondant). D’autres réapparaissaient ponctuellement. La Fondation Napoléon a entrepris depuis 2002 une vaste entreprise de publication scientifique de l’ensemble de la correspondance de l’empereur. Elle a lancé pour cela un appel afin de récupérer les documents qui pourraient se trouver dans différents dépôts d’archives ou bibliothèques, et surtout chez des particuliers. Pour les références des éditions, voir plus bas. Famille Ascendance 16. Giuseppe Maria Buonaparte (1663-1703) 8. Sebastiano Nicolo Buonaparte (1683-1720) 17. Maria Colonna di Bozzi (1663-1704) 4. Giuseppe Maria Bonaparte (1713-1763) 18. Carlo Tusoli di Bocognano 9. Maria Anna Tusoli di Bocognano (1690-1760) 19. Isabella ? 2. Carlo Maria Bonaparte (1746-1785) 10. Giuseppe Maria Paravicini 5. Maria Saveria Paravicini (1715-1780) 22. Angelo Agostino Salineri (1653-1724) 11. Maria Angela Salineri 23. Franchetta Merezano 1. Napoléon I er (1769-1821) 24. Giovanni Girolamo Ramolino (1645-1699) 12. Giovanni Agostino Ramolino (1697-1777) 25. Maria Laetizia Boggiana 6. Giovanni Gerolamo Ramolino (1723-1755) 26. Andrea Peri (1669-1739) 13. Angela Maria Peri 27. Maria Madalena Colonna d'Istria 3. Maria Letizia Ramolino (1750-1836) 28. Giovan Antonio Pietrasanta (1671-1704) 14. Giuseppe Maria Pietrasanta (vers 1703-1773) 29. Paola Brigida Sorba 7. Angela Maria Pietrasanta (1726-1793) 15. Maria Giuseppa Malherba (vers 1710- ?) Parents Charles Bonaparte Maria Letizia Ramolino Frères et sœurs Joseph Bonaparte Lucien Bonaparte Elisa Bonaparte Louis Bonaparte Pauline Bonaparte Caroline Bonaparte Jérôme Bonaparte Neveux et nièces La liste ci-dessous donne les noms des 26 enfants légitimes des frères et sœurs de Napoléon, par ordre de naissance. D'autres enfants, ceux morts en très bas âge ou issus de relations hors mariage, ne sont pas indiqués [ l ] . Filistine Charlotte Bonaparte (1795-1865), fille aînée de Lucien . Dermid Leclerc (1798-1804), fils unique de Pauline . Christine-Egypta Bonaparte (1798-1847), fille cadette de Lucien . Achille Charles Louis Napoléon Murat (1801-1847), fils aîné de Caroline . Zénaïde Bonaparte (1801-1854), fille aînée de Joseph . Maria Letizia Joséphine Murat (1802-1859), fille de Caroline . Napoléon Louis Charles Bonaparte (1802-1807), fils aîné de Louis . Charlotte Bonaparte (1802-1839), fille cadette de Joseph . Lucien Charles Joseph Napoléon Murat (1803-1878), fils de Caroline . Charles-Lucien Carlo Jules Laurent Bonaparte (1803-1857), fils de Lucien ( zoologiste ) . Napoléon Louis Bonaparte (1804-1831), fils cadet de Louis . Lætitia Bonaparte (1804-1871), fille de Lucien . Louise Julie Caroline Murat (1805-1889), fille de Caroline . Élisa Napoléone Baciocchi (1806-1869), fille aînée d’Élisa . Jeanne Bonaparte (1807-1829), fille de Lucien . Louis-Napoléon Bonaparte (1808-1873), fils de Louis, empereur des Français (1852-1870) . Paul Bonaparte (1809-1827), fils de Lucien . Louis-Lucien Bonaparte (1813-1891), fils de Lucien . Jérôme-Frédéric-Félix-Napoléon (1814-1834), fils d’Élisa . Jérôme Napoléon Charles Bonaparte (1814-1847), fils aîné de Jérôme . Pierre-Napoléon Bonaparte (1815-1881), fils de Lucien . Antoine Bonaparte (1816-1877), fils de Lucien . Marie-Alexandrine Bonaparte (1818-1874), fille de Lucien . Mathilde-Létizia Wilhelmine Bonaparte (1820-1904), fille de Jérôme . Napoléon Joseph Charles Paul Bonaparte (1822-1891), fils de Jérôme . Constance Bonaparte (1823-1876), fille de Lucien. Deux neveux moururent du vivant de Napoléon (Dermid Leclerc et Napoléon Charles Bonaparte , ce dernier ayant été considéré comme héritier présomptif de la couronne impériale entre 1804 et 1807 selon la constitution ), et deux naquirent après son décès. Oncle Joseph Fesch , cardinal, évêque de Lyon et primat des Gaules. Il est en fait frère utérin de la mère de Napoléon, Maria Letizia Ramolino . La mère de celle-ci, Angèle-Marie Pietra-Santa, veuve de Jean-Jérôme Ramolino, se remaria avec François Fesch, officier suisse au service de la république de Gênes . Mariages et enfants Divorce de Napoléon et Joséphine , estampe de Bosselman gravée par Charles Chasselat . Caricature anglaise de Rowlandson, 1810, Napoléon et sa nouvelle épouse. Napoléon s’est marié deux fois : une première fois le 9 mars 1796 avec Joséphine de Beauharnais , qui est ensuite couronnée impératrice . ce mariage restant sans enfants, il se conclut par un divorce, prononcé par un sénatus-consulte le 16 décembre 1809 . une seconde fois, le 2 avril 1810 [ m ] avec l’archiduchesse Marie-Louise d’Autriche , qui lui donne un fils onze mois plus tard : Napoléon François Joseph Charles Bonaparte ( 20 mars 1811 - 22 juillet 1832 ), roi de Rome, duc de Reichstadt, connu également sous le nom de Napoléon II , bien qu’il n’ait jamais régné qu’en théorie et ce pendant quinze jours, entre la deuxième abdication de Napoléon et la Seconde Restauration [ n ] . Napoléon s'était fiancé le 21 avril 1795 à Désirée Clary (1777-1860), sœur de Julie Clary elle-même mariée en 1794 avec Joseph Bonaparte . Mais Napoléon rencontre Joséphine de Beauharnais à Paris , le 15 octobre 1795 , par le biais de son ami Paul Barras , et le fait renoncer au projet de mariage avec Désirée, non sans mauvaise conscience comme en témoigne sa correspondance avec Désirée. Napoléon a également eu au moins deux enfants naturels, qui tous les deux ont eu des descendants : Charles, comte Léon (1806-1881), fils de Éléonore Denuelle de La Plaigne (1787-1868). Alexandre, comte Walewski (1810-1868), fils de la comtesse Walewska (1789-1817). Et selon des sources plus ou moins contestées : Napoléon Louis Charles Bonaparte (1802-1807), fils aîné de Louis Bonaparte . Jules Barthélemy-Saint-Hilaire (1805-1895) dont la mère reste inconnue. Émilie Louise Marie Françoise Joséphine Pellapra (1806-1871), fille de Françoise-Marie Leroy, épouse Louis Marie Joseph de Brigode , et postérité . Eugen Alexander Megerle von Mühlfeld (de) (1810-1868), fils de l'autrichienne Victoria Kraus (de) . Auguste Alfred le Pelletier de Bouhélier (1816-1868) [ 104 ] , employé, d'où deux enfants : Edmond (1846-1913), journaliste, député de la Seine, maire-adjoint de Bougival , dont postérité : l'écrivain Saint-Georges de Bouhélier et Isabelle , qui devient l'épouse de René Viviani . Laure (née en 1852), qui épouse Alphonse Humbert (1844-1922), député de la Seine, et postérité. Marie Charlotte Hélène Napoléone de Montholon, fille de la comtesse Albine de Montholon (née à Sainte-Hélène le 26 janvier 1818 , morte à Aix en Provence le 16 janvier 1907 ) [ 105 ] . Ordre de succession au trône impérial en juillet 1815 Avec Napoléon II , il y eut 25 napoléonides de la deuxième génération, dont 17 vivants aux Cent-Jours . Après la chute de l'Empire, dans cette génération, il y avait quatre héritiers mâles, par ordre de succession : Napoléon II (qui avait déjà brièvement hérité du trône impérial en 1815) . Napoléon-Louis Bonaparte . Louis-Napoléon Bonaparte ( Napoléon III ) . Jérôme Napoléon Charles Bonaparte . Pour l'ordre de succession des prétendants ultérieurs au trône impérial, voir : Prétendants bonapartistes au trône impérial de France . Conservation des archives personnelles de Bonaparte et sa famille Les papiers personnels de la famille Bonaparte dont de la correspondance de Napoléon I er sont conservés aux Archives nationales sous la cote 400AP (Fonds Napoléon) [ 106 ] et 176AP (Fonds Bonaparte) [ 107 ] . Notes et références Notes ↑ Issu de la petite noblesse corse, il est d'abord un fougueux républicain et jacobin, puis le chef de l’un des États les plus puissants de l'époque, et, marié à une archiduchesse d'Autriche, fondateur d'une dynastie impériale. ↑ Plusieurs auteurs ( Mme de Staël , Chateaubriand ), s'appuyant sur la brochure d’Eckhard Question d'état civil et historique : Napoléon Bonaparte est-il né français ? , affirment que Napoléon est né le 5 février 1768 afin de dresser un portrait du « fatal étranger ». Cette soi-disant falsification de sa date de naissance s'explique par le fait que Napoléon a utilisé en de multiples occasions « les papiers de son frère Joseph (né en 1768) lorsqu'il avait besoin de se vieillir en vue d'obtenir quelque avantage de l'administration, ou lors de son mariage avec Joséphine ». Source : Thierry Lentz , 100 questions sur Napoléon , Éditions La Boétie, 2013 , p. 2 . ↑ La bataille d'Eylau, en février 1807 , avait pu apparaître victorieuse pour l'armée française, malgré les pertes importantes, par le simple fait de l'occupation du champ de bataille à la fin de ce combat. ↑ On ne sait pas exactement comment Bonaparte a survécu à la dose de poison qu’il avait ingérée, et deux hypothèses existent : soit son estomac s'est révulsé, ce qui expliquerait les vomissements, soit le poison avait perdu de sa force. ↑ La Grande-Bretagne n'étant pas signataire du traité de Fontainebleau, elle n'a pas reconnu ce titre d'Empereur à Napoléon, cause du conflit futur à Saint-Hélène entre celui-ci et son gardien Hudson Lowe, qui le considère seulement comme général. ↑ François Ponée (1775-1863) est ensuite cassé de son grade et remplacé comme commandant de La Méduse par Hugues Duroy de Chaumareys , célèbre par le naufrage et le radeau immortalisés par Théodore Géricault . ↑ Pierre Philibert (1774-1824) reçoit ensuite de Louis XVIII la rosette de la Légion d'honneur puis est nommé capitaine de vaisseau de 1 re classe. ↑ La carrière de Carélie dont la pierre avait été extraite, au prix de grandes difficultés, appartenait au tsar Nicolas I er . il en coûta environ 200 000 francs , payés par la France (L. Léouzon Le Duc, Études sur la Russie , p. 12 , cité par : Octave Aubry, Sainte-Hélène , Paris, Flammarion, coll. « L’histoire », 1973, p. 461 , n o 3). Contrairement à ce qu’on lit un peu partout, cette roche très dure et quasiment inaltérable n’est pas du marbre, encore moins du porphyre, mais un grès métamorphisé. ↑ Le terme « coupe à la Titus » désigne une coupe masculine ou féminine aux cheveux courts. C'est l'acteur Talma qui popularisa cette coupe en jouant dans des pièces portant sur des sujets de l'époque antique romaine. Titus désigne soit l'un des fils de Lucius Junius Brutus , sujet d'une pièce de Voltaire jouée par Talma en 1787, soit l'empereur de la dynastie des Flaviens selon la mode antiquisante de l'époque (il existe également une coupe de cheveux dite « à la Caracalla »). ↑ Proclamation à l'armée d'Orient : quartier général à bord de L’Orient , le 4 messidor an VI . ↑ Proclamation au quartier général, Alexandrie, le 14 messidor an VI . ↑ Les enfants de Lucien, nés de son deuxième mariage, ont été reconnus princes français en 1815 par Napoléon lors de sa réconciliation avec leur père et apparaissent donc dans la liste, bien qu'ils n'entrent pas dans la succession. En revanche, le fils de Jérôme né de son mariage américain, dissous pour illégalité (minorité du marié, absence d'autorisation du parent tuteur), n'apparaît pas. ↑ Un premier mariage a lieu par procuration en l' église des Augustins , le 11 mars 1810 . le mariage civil se tient le 1 er avril au château de Saint-Cloud , puis la cérémonie religieuse dans le Salon carré du Louvre transformé en chapelle, le 2 avril 1810 [ 103 ] . ↑ Son surnom L’Aiglon lui vient de poèmes de Victor Hugo écrits en 1852. Références ↑ T. Lentz, Nouvelle histoire du Premier Empire - L'effondrement du système napoléonien (1810-1814) , Fayard, 2004, t. 2 , p. 361-363 , « Lutter contre le découragement ». ↑ Voir notamment « Albert Benhamou, « Qui était Napoléon ? » » , sur www.lautresaintehelene.com (consulté le 4 juillet 2016 ) . ↑ « Maison Bonaparte. Musée National » , sur www.musee-maisonbonaparte.fr (consulté le 4 juillet 2016 ) . ↑ Jean Tulard, Napoléon ou le mythe du sauveur , p. 40 . Depuis 1616, les Bonaparte sont membres du conseil des Anciens d'Ajaccio . ils sont aussi avocats et fréquemment alliés aux anciennes familles seigneuriales insulaires . voir aussi Valynselee, Le sang des Bonaparte , 1954. ↑ « Étude sur l'ADN de Napoléon et ses sources ancestrales » , sur www.lautresaintehelene.com (consulté le 4 juillet 2016 ) . ↑ Chuquet, La Jeunesse de Napoléon , t. 1 , p. 66 . En fait, la vraie graphie corse est « Napulione », car dans la phonétique de cette langue, on doit prononcer « b » la consonne p, quand elle est précédée d'une voyelle. ↑ Orthographié sur l'acte de décès Lapulion . Cf. J. Godechot dans J. Mistler, Napoléon 1. Naissance d'un empire , p. 29 . ↑ Joseph Valynseele , Le Sang des Bonaparte , préface de Raoul de Warren , 1954, p. 23 et 25 . ↑ J. Tulard, L. Garros, Itinéraire de Napoléon , p. 13 . ↑ André Castelot, Bonaparte , p. 30 . ↑ a et b J. Tulard, L. Garros, Itinéraire… , p. 15 . ↑ J. Tulard, L. Garros, Itinéraire… , p. 16 . ↑ Mémoires de Bourrienne , tome premier, p. 33 . ↑ Jean Mistler ( dir. ), Napoléon , t. I : Naissance d'un empire , 1969 , p. 35 . ↑ Longtemps attribué à Bourrienne, en fait, selon J. Tulard et L. Garros, Ibid. , p. 17 , cet épisode provient d'une brochure anglaise traduite sous le titre de Quelques notions sur les premières années de Bonaparte , parue en l' an VI et reprise dans les Mémoires de Bourrienne sur Napoléon (1829), tome premier, p. 25 . ↑ J. Tulard, L. Garros, Itinéraire… , p. 18 . ↑ A. Castelot, Bonaparte , p. 47 . ↑ J. Tulard, L. Garros, Itinéraire… , p. 21 . ↑ Jean Massin, Almanach du Premier Empire , p. 3 . ↑ a , b , c , d , e , f , g , h , i , j , k , l , m , n et o Octave Aubry , Napoléon , Flammarion, 1961. ↑ J. Tulard, Napoléon ou le mythe du sauveur , p. 41 . ↑ F. Masson et Guido Biagi, Napoléon, Manuscrits inédits 1786-1791 . ↑ Henri Guillemin, « Le faux départ » dans les archives de la Radio télévision suisse en ligne, 13 janvier 1968 .. ↑ Roberto Barrazutti, dans Guerre et Histoire n o 14, p. 112 . ↑ Arthur Chuquet (1853-1925), La Jeunesse de Napoléon ( 2 e éd. rev. et augm.) Arthur Chuquet (1898-1899), t. II , p. 248-249 . En ligne sur Gallica : tome 2 . ↑ « Napoleonic Society, 13 vendémiaire » , sur www.napoleonicsociety.com (consulté le 4 juillet 2016 ) . ↑ Michel Massie, « Sieyès et Roger Ducos se sont-ils partagé devant Bonaparte le trésor du Directoire ? », Annales historiques de la Révolution française , n o 257,‎ juillet-septembre 1984, p. 404-417 . ↑ Laurent Jullien, Campagne d'Égypte de Bonaparte - L'affaire Alqam, ou l’assassinat de Thomas Prosper Jullien, aide de camp de Bonaparte en Égypte , Éditions Universitaires Européennes, novembre 2016. ↑ Frans Sammut , Bonaparte à Malte , 1997/2008. ↑ Cf. dossier de presse de l'exposition « Bonaparte et l'Égypte » à l'Institut du monde arabe. ↑ F. Bluche, Manuel d'histoire politique de la France contemporaine , PUF, 2008, p. 90 . ↑ Charles-Tristan Montholon, Récits de la captivité de l'empereur Napoléon à Sainte-Hélène , vol. 1, p. 260 . ↑ Paul de Rémusat, Mémoires de madame de Rémusat : 1802-1808 , BookSurge Publishing, 2001 , 422 p. ( ISBN 978-0543857422 , lire en ligne ) , p. 375 . ↑ « Les dirigeants de la Banque de France sous le Consulat et l'Empire » , sur www.cambaceres.fr (consulté le 4 juillet 2016 ) . ↑ Aleth Tisseau des Escotais, « Finances et arts pendant la Révolution et le Premier Empire. L'exemple du Garde-Meuble », Livraisons de l'histoire de l'architecture ,‎ 2013 , p. 123-137 ( lire en ligne ) . ↑ André Castelot, Napoléon , 276 p. . ↑ André Castelot, Napoléon , Librairie académique Perrin, 170 p. . ↑ Paul Hillemand, « Napoléon a-t-il tenté de se suicider à Fontainebleau ? », Revue de l'Institut Napoléon , n o 119,‎ 1971 , p. 70-78 . ↑ Jean Tulard , Napoléon - Les Grands Moments d'un destin , chap. 44 . ↑ Philippe Valode, Le Livre noir de l'histoire de France , Acropole, 2009 , p. 200 . ↑ Caulaincourt, Mémoires , t. III , Plon, 1933, p. 357-366 . ↑ Thierry Lentz , Nouvelle histoire du Premier Empire : Les Cent-Jours, 1815 , Fayard, 2002 , p. 160 . ↑ Buchez, Roux, Histoire parlementaire de la Révolution française , Paris, Paulin, 1838 ( lire en ligne ) , p. 228 . ↑ « Sainte-Hêlène, journal inédit de 1815 à 1818 par Gaspard Gourgaud » , sur archive.org (consulté le 19 novembre 2016 ) . ↑ « La Route de Sainte-Hélène - Les derniers jours de Napoléon en France sur wikisource » , sur fr.wikisource.org (consulté le 19 novembre 2016 ) . ↑ a , b , c et d Jacques Macé, « L’empoisonnement de Napoléon », dans Dictionnaire Napoléon / dirigé par Jean Tulard , volume 1, p. 720-724 , Éditions Fayard, Paris, 1999, mis en ligne sur le site www.napoleon.org, consulté le 23 juin 2017 [1] . ↑ Rapport d'autopsie du corps de Napoléon, 6 mai 1821 , d'après le docteur François Antommarchi , Mémoires, ou Les derniers moments de Napoléon , tome 2 , Éditions Barrois l'aîné, Paris, 1825, p. 160 [2] . ↑ « Fiche de lecture : « Vert, histoire d'une couleur » de Michel Pastoureau » , sur energie-developpement.blogspot.fr (consulté le 4 juillet 2016 ) . ↑ Bernard Ménager, Les Napoléon du peuple , Paris, Aubier, collection « historique », 1988. ↑ Alain Corbin, Le village des cannibales , Paris, Aubier, 1990. ↑ François Ploux, De bouche à oreille, naissance et propagation des rumeurs dans la France du XIX e siècle , Collection historique, Paris, Aubier, 2003. ↑ Voir notamment « Le témoignage d'un Anglais résidant à Longwood » , sur lautresaintehelene.com (consulté le 4 juillet 2016 ) . ↑ Patrick Tudoret, La gloire et la cendre. L'ultime victoire de l'Empereur , Paris, La table ronde, 2008. ↑ Hors-série « les Invalides » du magazine L'estampille/l'objet d'art , n o 21 janvier 2006, p. 51 par François Lagrange, chef de la division de la recherche historique et de l'action pédagogique de l'Armée. ↑ R. Reymond, Énigmes, curiosités, singularités , 1987, p. 158 . ↑ Louis Chardigny , L'Homme Napoléon , p. 9 . ↑ Louis Chardigny, L'Homme Napoléon , p. 12 . ↑ a et b « Docteur Maurice Boigey Les Maux de Napoléon. » , sur www.napoleonprisonnier.com (consulté le 4 juillet 2016 ) . ↑ Thierry Lentz, Jacques Macé, La Mort de Napoléon , p. 48 . ↑ a et b Thierry Lentz, Jacques Macé, La Mort de Napoléon , p. 51 . ↑ Thierry Lentz, Jacques Macé, La Mort de Napoléon , p. 50 . ↑ Louis Chardigny, L'Homme Napoléon , p. 14 . ↑ Uwe Fleckner, La rhétorique de la main cachée. De l'Antiquité au « Napoléon, Premier consul » de Jean-Auguste-Dominique Ingres , p. 27-35 , in Revue de l'art n o 130, 1 er octobre 2000 . ↑ Jean Tulard , Jeanne d'Arc Napoléon, le paradoxe du biographe , Le Rocher, 1997 , p. 87 . ↑ Sten Forshufvud , Napoléon a-t-il été empoisonné ? , Plon, Paris, 1961. ↑ Thierry Lentz, D r Jean-François Lemaire, D r Paul Fornès, D r Pascal Kintz, Autour de l'empoisonnement de Napoléon , p. 72 et 88 . ↑ Thierry Lentz, D r Jean-François Lemaire, D r Paul Fornès, D r Pascal Kintz, Autour de l'empoisonnement de Napoléon , p. 64 . ↑ A. Lugli, I. Zlobec, G. Singer et al. , « Napoleon Bonaparte's gastric cancer: a clinicopathologic approach to staging, pathogenesis, and etiology », Nat Clin Pract Gastroenterol Hepatol , vol. 4,‎ 2007 ( lire en ligne ) . ↑ Albert Benhamou, L'Autre Sainte-Hélène : la captivité, la maladie, la mort, et les médecins autour de Napoléon , 2010, voir chapitre Shortt pour l'étude critique comparative des différents rapports d'autopsie, tant officiels qu'officieux. ↑ Frédéric Bluche, Le bonapartisme , collection Que sais-je ?, éd. Presses universitaires de France, 1981, p. 48 . ↑ Delphine Peras, « Napoléon, un empire d'éditions » , sur L'Express , 24 mai 2014 . ↑ « La Légion d'honneur au fil du temps » , sur www.crdp-reims.fr (consulté le 4 juillet 2016 ) , crdp-reims.fr. ↑ André Castelot, Bonaparte , 568 p. . ↑ Michel Gallet , Les Architectes parisiens du XVIII e siècle : Dictionnaire biographique et critique , Paris, Mengès, 1995 , 494 p. ( ISBN 2-8562-0370-1 ) , p. 110-116 . ↑ « Arc de Triomphe du Carrousel – Paris » , sur www.napoleon.org (consulté le 4 juillet 2016 ) . ↑ « Colonne Vendôme – Paris » , sur www.napoleon.org (consulté le 4 juillet 2016 ) . ↑ « Église de la Madeleine – Paris » , sur www.napoleon.org (consulté le 4 juillet 2016 ) . ↑ « Palais Brongniart – Bourse de Paris » , sur www.napoleon.org (consulté le 4 juillet 2016 ) . ↑ « Conseil d'État » ( Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ? ) , sur www.conseil-etat.fr . ↑ « Le pont des Arts » , sur www.napoleon.org (consulté le 4 juillet 2016 ) . ↑ « Cimetière du Père Lachaise – Paris » , sur www.napoleon.org (consulté le 4 juillet 2016 ) . ↑ Cf. note de bas de page, dans Norvins, 1827, Histoire de Napoléon. Cf. Histoire de Napoléon ( 21 e éd.), p. 55 disponible sur Gallica . ↑ Cf. Anonyme, 1815, Une année de la vie de l’empereur Napoléon , Paris, p. 109 , cf. Une année de la vie de l'empereur Napoléon, p. 109 disponible sur Gallica . ↑ Amédée Pichot, 1873, Napoléon à l'île d'Elbe : chronique des événements de 1814 et 1815… disponible sur Gallica , E. Dentu, Paris, p. 33 . Cet auteur rappelle que les Anglais désignent également le Diable « Old Nick », Nick étant un diminutif de Nicolas dans la langue anglaise. ↑ Chansons Provençales, Victor Gelu , notes sur la chanson Felipo . ↑ André Castelot, Bonaparte , Librairie académique Perrin, p. 85 . ↑ André Castelot, Bonaparte , Librairie académique Perrin, p. 138 . ↑ Cf. « Napoleon Ier (1769-1821), Empereur » , sur www.napoleon.org (consulté le 4 juillet 2016 ) . ↑ Cf. « Les Articles organiques de 1802 : l’égalité entre les religions (Notes) » , sur www.napoleon.org (consulté le 4 juillet 2016 ) . ↑ Las Cases, Mémorial de Sainte-Hélène , t. II p. 180 . ↑ Jacques Bainville , Napoleon I er , p. 94 . ↑ Napoléon nous parle , 1997 ( ISBN 2-7441-1320-4 ) , p. 110 . ↑ Napoléon nous parle , 1997 ( ISBN 2-7441-1320-4 ) , p. 112 . ↑ Le Mémorial de Sainte-Hélène par le comte de Las Cases, t. 2 p. 301 , édition La Pléiade. ↑ Le Mémorial de Sainte-Hélène par le comte de Las Cases, t. 2 p. 333 , édition La Pléiade. ↑ Lettre au Pacha d'Alep du 26 fructidor an VI , Le Caire. ↑ Lettre au chérif de la Mecque du 9 fructidor an VI , Le Caire. ↑ Henry Laurens, « Napoléon et l'Islam » dans Orientales , CNRS, 2007, 2 e partie, p. 157-164 . ↑ Le miroir de la Vérité , archives de la BNF, Tolbiac H11830. ↑ François Collaveri, Napoléon franc-maçon ? , Tallandier, 2003 , 300 p. ( ISBN 2847340726 ) . ↑ Roger Dachez , Histoire de la franc-maçonnerie française , PUF, 2003 , p. 81 . ↑ Artaud de Montor , Machiavel , p. 459 . ↑ « Exposition La pourpre et l'exil , château de Compiègne, 2004-2005 » [PDF] , sur www.musee-chateau-compiegne.fr . ↑ Voir sur la base de roglo – Napoléon I er : il aurait été conçu lors des Cent-Jours . ↑ « Marie Charlotte Hélène Napoléone de Montholon » ( Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ? ) , sur www.geni.com . ↑ « Archives nationales » , sur www.archives-nationales.culture.gouv.fr (consulté le 19 novembre 2016 ) . ↑ « Archives nationales » , sur www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr (consulté le 19 novembre 2016 ) . Annexes Bibliographie Textes de Napoléon I er Mémoires de Napoléon Les Mémoires de Napoléon ont été publiés après un siècle d'oubli. Elles sont présentées par Thierry Lentz . Napoléon Bonaparte, La campagne d'Italie , Tallandier, 2010 . Napoléon Bonaparte, La campagne d'Égypte , Tallandier, 2011 . Napoléon Bonaparte, L'île d'Elbe et les Cent Jours , Tallandier, 2011 . Éditions de la correspondance Napoléon Bonaparte, Correspondance de Napoléon I er , publiée par ordre de l’ Empereur Napoléon III , Paris, Imprimerie impériale, 1858-1869, 32 vol. in-4° . Napoléon Bonaparte (introd. générale de Jacques-Olivier Boudon), Correspondance générale, publiée par la Fondation Napoléon , Paris, Fayard, 2004 -? . Dix volumes sont déjà parus : Thierry Lentz (dir.), Les Apprentissages (1784-1797) , Paris, Fayard, 2004 , 1 464 p. ( ISBN 978-2-213-62138-8 ) . Thierry Lentz (dir.) ( préf. Henry Laurens), La Campagne d’Égypte et l’avènement (1798-1799) , Paris, Fayard, 2005 , 1 270 p. ( ISBN 978-2-213-62139-5 ) . Thierry Lentz (dir.), Les Pacifications (1800-1802) , Paris, Fayard, 2006 , 1 400 p. ( ISBN 978-2-213-62937-7 ) . Thierry Lentz (dir.), Ruptures et fondation (1803-1804) , Paris, Fayard, 2007 , 1 184 p. ( ISBN 978-2-213-63349-7 ) . Thierry Lentz (dir.), Boulogne, Trafalgar, Austerlitz (1805) , Paris, Fayard, 2008 , 1 128 p. ( ISBN 978-2-213-63721-1 ) . Thierry Lentz (dir.), Vers le Grand Empire (1806) , Paris, Fayard, 2009 , 1 480 p. ( ISBN 978-2-213-64385-4 ) . Thierry Lentz (dir.), Tilsit, l'apogée de l'Empire (1807) , Paris, Fayard, 2010 , 1 608 p. ( ISBN 978-2-213-65574-1 ) . Thierry Lentz (dir.), Expansions méridionales et résistances (1808-janvier 1809) , Paris, Fayard, 2011 , 1 770 p. ( ISBN 978-2-213-66623-5 ) . Thierry Lentz (dir.), Wagram (Février 1809-Février 1810) , Paris, Fayard, 2013 , 1 944 p. ( ISBN 978-2-213-67173-4 ) . Thierry Lentz (dir.), La campagne de Russie (1812) , Paris, Fayard, 2012 , 1 530 p. ( ISBN 978-2-213-66862-8 ) . Écrits de jeunesse Dialogue sur l’Amour (1784). Le Masque prophète / ill. Éric Vrignaud. Paris : Mouck, 2008, 32 p. ( ISBN 978-2-917442-05-0 ) . Le comte d'Essex . Le souper de Beaucaire (1793), édité (auteur anonyme) en 1798 et réédité en 1821. La nouvelle Corse . Clisson et Eugénie Paris, Fayard, 2007 ( ISBN 978-2-213-63342-8 ) . Éditions disponibles : Napoléon Bonaparte ( préf. Patrick Rambaud, recueil de six textes), Le masque prophète , Éd. L'Esprit du temps, coll. « Textes essentiels », 2011 , 104 p. ( ISBN 978-2-847951-95-0 ) . Textes en ligne sur http://www.bmlisieux.com/archives/bonapart.htm . Sur Gutenberg.org Napoléon Bonaparte, « Œuvres de Napoléon Bonaparte, Tome… » , sur Projet Gutenberg . Bibliographie sur Napoléon I er Témoignages François Antommarchi , Les Derniers Moments de Napoléon , Éd. Buchet/Chastel, 1975 . Louis-Antoine Fauvelet de Bourrienne , Mémoires de M. de Bourrienne sur Napoléon, le Directoire, le Consulat, l'Empire et la Restauration , Paris, Ladvocat, 1829-1831 ( réimpr. Garnier & Fr., 1899), 10 volumes in-octavo ( lire en ligne ) . Jean-Antoine Chaptal , Mes souvenirs sur Napoléon , Paris, Plon , 1893 ( lire sur Wikisource ) . — Texte établi par Emmanuel Chaptal , arrière-petit-fils de l'auteur. François-René de Chateaubriand , Mémoires d'outre-tombe , livres XXII à XXIX . Las Cases , Montholon , Gourgaud , Bertrand (textes choisis par Jean Tulard ), Napoléon à Sainte-Hélène par les quatre évangélistes , Paris, Éd. Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1981 ( ISBN 978-2-221-50232-7 ) . Emmanuel de Las Cases , André Maurois (avant-propos), Jean Prévost (introduction) et Gérard Walter ( dir. ) (édition contenant toutes les variantes des éditions antérieures et une biographie sommaire de tous les personnages cités), Le Mémorial de Sainte-Hélène , Éd. Gallimard, coll. « La Pléiade », 1956 . Pons de l'Hérault (édition moderne et enrichie des Souvenirs et anecdotes de Pons de l'Hérault), Napoléon, empereur de l'île d'Elbe , Paris, Les éditeurs libres, 2005 . Joseph-Marie Lo Duca , Journal secret de Napoléon Bonaparte , Paris, Rombaldi , coll. « Bibliothèque du temps présent », 1973 , 253 p. à partir de textes d' Antoine de Jomini , l'alter-ego de Napoléon. Charles-Edouard Temblaire , Revue de l'Empire fondée en 1842 , Paris, Paul Dupont et comp., 1843 à 1848 . Louis Constant Wairy dit Constant , Mémoires intimes de Napoléon I er par Constant, son valet de chambre , Société des publications littéraires illustrées . Ouvrages de fiction (les éditions indiquées sont modernes) Par ordre chronologique de parution. Alexandre Dumas , Napoléon , éd. Jean-Claude Lattès . Jean Dutourd , Le Feld-Maréchal von Bonaparte , Paris, 1996 . Patrick Rambaud , La Bataille , Paris, Grasset, 1997 ( ISBN 978-2-246-52721-3 ) . Patrick Rambaud, Il neigeait , Paris, Grasset, 2000 ( ISBN 978-2-246-58421-6 ) . Patrick Rambaud, L’absent , Paris, Grasset, 2003 ( ISBN 978-2-246-63351-8 ) . Stendhal , La Chartreuse de Parme , Paris, Gallimard, coll. « Folio classique », 2003 ( ISBN 978-2-07-041138-2 ) . Léon Tolstoï , Guerre et Paix , Paris, Seuil, 2002 ( ISBN 978-2-02-047696-6 ) . Études historiques classiques Jacques Marquet de Montbreton de Norvins (1769-1854), Histoire de Napoléon , 1827 ( lire en ligne ) . Première grande biographie de Napoléon. Adolphe Thiers , Histoire du Consulat et de l’Empire , Paris, Paulin, 1845 . Réédité par R. Laffont, coll. « Les Grands monuments de l’histoire », Paris, 1972. Jules Michelet , Histoire du XIX e siècle, en 3 tomes , 1875 . Disponible sur le site de « Gallica » , sur gallica.bnf.fr (consulté le 4 juillet 2016 ) dans les « Œuvres complètes de J. Michelet » , sur notices.bnf.fr (consulté le 4 juillet 2016 ) t. 17 , 18 et 19. Ces 3 volumes couvrent la vie de Napoléon de sa naissance jusqu'à la bataille de Waterloo . Arthur Chuquet, La Jeunesse de Napoléon (1897-1899) , Armand Colin, 1898 ( lire en ligne ) . Considérée par Jean Tulard comme une source sérieuse malgré les lacunes de référence. Jacques Bainville , Napoléon , 1931 ( lire en ligne ) . Réédité Godefroy de Bouillon, Paris, 1995 ( ISBN 978-2-84191-000-7 ) et Gallimard, coll. « Tel », Paris, 2005 ( ISBN 978-2-07-071050-8 ) . Biographie mouvementée par un auteur royaliste . André Suarès , Vues sur Napoléon , Paris, Grasset, 1933 . Réimprimé, Allia, Paris, 1988 ( ISBN 978-2-904235-12-2 ) . Louis Madelin , Histoire du Consulat et de l'Empire , Hachette, 1937-1948 . Réédité R. Laffont, 2003 ( ISBN 978-2-221-91331-4 ) . Ouvrages modernes Par ordre alphabétique d'auteur : Éric Anceau , Napoléon , Paris, Librio, 2004 ( ISBN 978-2-290-33730-1 ) . Octave Aubry, Napoléon , 1961 , 391 p. . Antoine Auger, Jacques Garnier, Vincent Rollin et Dimitri Casali ( dir. ) ( préf. Jean Tulard), Napoléon Bonaparte , Paris, Larousse, 2004 , 407 p. ( ISBN 978-2-03-505406-7 ) . Jules Bertaut , Napoléon I er aux Tuileries , Hachette, 1949 . Louis Bertrand (Album réalisé par le Club Gutenberg), Histoire de Napoléon , MAME, 1969 . Jacques-Olivier Boudon , Histoire du Consulat et de l’Empire , Paris, Perrin, coll. « Pour l’histoire », 2000 ( ISBN 978-2-262-01254-0 ) . Christophe Bourachot, Napoléon, La dernière bataille , Omnibus, 2014 , 864 p. . Roger Caratini , Napoléon une Imposture , Éditions Michel Lafon , 1998 . Dimitri Casali ( dir. ), Napoléon Bonaparte , Paris, Larousse , 2004 . André Castelot , I . Bonaparte & II . Napoléon , Librairie Académique Perrin , 1967 & 1968 . Arnaud Chaffanjon , Napoléon et l’Univers Impérial , Éd. Serg, 1969 . Louis Chardigny , Les Maréchaux de Napoléon , Librairie Jules Tallandrier, 1977 . Vincent Cronin , Napoléon , Londres, Harpercollins, 2006 ( ISBN 978-0-00-637521-0 ) . Jean-Claude Damamme , Les Aigles en Hiver, Russie 1812 , Plon, 2009 , 818 p. . Jean Defranceschi, La Jeunesse de Napoléon : les dessous de l’histoire , Paris, Lettrage distribution, coll. « Lettrage » ( n o 6), 2001 , 384 p. ( ISBN 978-2-9516656-0-6 ) . Steven Englund, Napoléon : une vie politique , New York, Scribner, 2004 . Traduction française, éditions de Fallois, Paris, 2004 ( ISBN 978-2-87706-502-3 ) . Patrick Facon, Renée Grimaud et François Pernot, L’Homme d’État absolu , Évreux, Atlas, coll. « La glorieuse épopée de Napoléon », 2004 , 128 p. ( ISBN 978-2-7312-2920-2 ) . Paul Gaffarel , Campagnes du Premier Empire , Hachette, 1891 . Max Gallo (4 volumes : Le Chant du départ [1769-1799] , Le Soleil d’Austerlitz [1799-1805] , L’Empereur des rois [1806-1812] et L’Immortel de Sainte-Hélène [1812-1821] , 408, 345, 418 et 424 p. ), Napoléon , Éditions Robert Laffont , 1997 ( ISBN 978-2-221-08357-4 ) . Max Gallo (hors commerce), L’album de l’Empereur , Éditions Robert Laffont, 1997 , 63 p. . Max Gallo (Les grandes biographies de Max Gallo), Napoléon , Éditions Robert Laffont, mai 2012 , 1472 p. ( ISBN 2-221-08790-9 ) . Louis Garros et Jean Tulard ( 2 e éd. rev. et corr.), Itinéraire de Napoléon au jour le jour (1769-1821) , Paris, Volumen, coll. « Bibliothèque napoléonienne », 2002 ( ISBN 978-2-84734-016-7 ) . Paul Ganière ( D r ), Sainte-Hélène , Librairie académique Perrin , 1964 . Henri Gaubert , Le Sacre de Napoléon , Flammarion, 1964 . Henri Gaubert, Conspirateurs au temps de Napoléon , Flammarion, 1962 . A. Gautier, « Un drogman à Sainte-Hélène, le baron de Stürmer (1787-1863) », Le Bulletin, Association des anciens élèves , Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO),‎ octobre 2003 , p. 39-48 . Patrice Gueniffey, Bonaparte : 1769-1802 , Paris, Gallimard, coll. « NRF biographies », 2013 , 860 p. ( ISBN 978-2-07-076914-8 ) . Henri Guillemin , Napoléon, légende et vérité , Bats (Landes) , Utovie, 1986 ( ISBN 2-86819-737-X ) . Lionel Jospin , Le mal napoléonien , Seuil, 2014 ( ISBN 2-02116-317-2 ) . Henry Lachouque , Napoléon, 20 Ans de Campagnes , Arthaud, 1969 . Didier Le Gall , préf. de Jean-Paul Bertaud , Napoléon et le Mémorial de Sainte-Hélène : analyse d’un discours , Kimé, Paris, 2003 ( ISBN 2-84174-318-7 ) . Thierry Lentz (en collaboration), préf. par Jean Tulard , Autour de l’empoisonnement de Napoléon , Éd. Nouveau Monde, Paris, 2002 ( ISBN 2-84736-001-8 ) . Thierry Lentz, Napoléon , Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », Paris, 2003 ( ISBN 2-13-053766-9 ) . Thierry Lentz, Le Sacre de Napoléon , Éd. Nouveau Monde, 2004 ( ISBN 2-84736-036-0 ) . Thierry Lentz et Pierre Branda , Napoléon, l’esclavage et les colonies , Fayard, Paris, 2006 ( ISBN 2-21362-987-0 ) . Jacques Macé , Dictionnaire historique de Sainte-Hélène : chronologique, biographique et thématique , Tallandier, coll. « Bibliothèque napoléonienne », Paris, 2004. 488 p. ( ISBN 2-84734-120-X ) . Gilbert Martineau , La Vie quotidienne à Sainte-Hélène au temps de Napoléon , Hachette, 1966 . Gilbert Martineau , Napoléon se rend aux Anglais , Hachette, 1969 . André Maurois , Napoléon , Hachette, 1964. Jean Mistler , Napoléon , coll. « Marabout Université », Hachette, 1968. Jean Morvan , Le Soldat Impérial (1800-1814) , Plon-Nourrit, 1904. Pierre Norma , Napoléon , Maxi-Livres, Paris, 2002 ( ISBN 2-7434-5337-0 ) . Gilbert Prouteau , La Nuit de l’île d'Aix , Éd. du Club France Loisirs, Paris, avec l’autorisation des éditions Albin Michel, 1985 ( ISBN 2-7242-2807-3 ) . Patrick Ravignant , Ce que Napoléon a vraiment dit , Stock, 1969. Georges Rétif de la Bretonne , Anglais, rendez-nous Napoléon. , Éd. Jérôme Martineau, 1969. Cécil Saint-Laurent , Quand Napoléon occupait l’Europe (1796-1814) , 1968, Les Presses de la Cité. Jean Savant , Napoléon , Éd. Henry Veyrier, 1975. Jean Thiry , L’Aube du Consulat , 1948, Éd. Berger-Levrault. Jean Thiry, La Campagne de France de 1814 , 1946, Éd. Berger-Levrault. Jean Thiry, Le Sénat de Napoléon , 1949, Éd. Berger-Levrault. Jean Thiry, La Première Abdication de Napoléon I er , 1948, Éditions Berger-Levrault . Jean Tulard , Napoléon ou le Mythe du Sauveur , Fayard, Paris, 1987 ( ISBN 2-213-01813-8 ) - [ détail de l’édition ] . Jean Tulard (dir.), Dictionnaire Napoléon , Fayard, Paris, 1999 ( ISBN 2-213-60485-1 ) . Jean Tulard, Napoléon, les grands moments d'un destin , Fayard, 2006 ( ISBN 9-782213-630861 ) . ( pt ) Cláudio Veiga , Um Brasileiro Soldado de Napoléon , Editora Árica, 1979. Louis de Villefosse et Janine Bouissounouse , L’Opposition à Napoléon , Flammarion, 1969. Maximilien Vox , Napoléon , Seuil, coll. « Le temps qui court », Paris, 1959, 184 p. Ben Weider , Napoléon : Liberté – Égalité – Fraternité , Éditions Trois-Pistoles, 1997, 351 p. René h. Willems , Odyssée d’un Carabinier à Cheval 1806-1815 , 1969, Éd. Pierre de Meyere, Bruxelles. Iconographie L'Aigle et le Papillon. Symboles des pouvoirs sous Napoléon , Paris, Les Arts Décoratifs, 2008 ( ISBN 978-2-916914-01-5 ) . Filmographie sélective Article détaillé : Napoléon I er au cinéma . Filmographie sur Napoléon I er Parmi les très nombreux films et téléfilms consacrés au personnage ou le faisant figurer, avec l’acteur qui l’y incarne : 1912 : Napoléon de Louis Feuillade ( France ) 1927 : Napoléon d’ Abel Gance avec Albert Dieudonné (France) 1929 : Sainte-Hélène ( Napoleon auf St. Helena ) de Lupu-Pick avec Werner Krauss (France) 1934 : Napoléon Bonaparte d’ Abel Gance avec Albert Dieudonné (nouvelle version, sonore, d’après celle de 1927) (France) 1935 : Campo di maggio de Giovacchino Forzano avec Corrado Racca ( Italie ) 1941 : Napoleón de Luis César Amadori ( Argentine ) 1955 : Napoléon de Sacha Guitry avec Daniel Gélin et Raymond Pellegrin (France) 1960 : Austerlitz d’ Abel Gance avec Pierre Mondy (France) 1970 : Waterloo de Serge Bondartchouk avec Rod Steiger (R.U., Russie) 1971 : Bonaparte et la Révolution d’ Abel Gance avec Albert Dieudonné (nouvelle version d’après celle de 1927 et 1934) (TV . France) 1985 : Adieu Bonaparte de Youssef Chahine avec Patrice Chéreau (France, Égypte ) 1989 : Napóleon d' András Sólyom avec Péter Rudolf (TV . Hongrie) 1990 : Napoléon et l'Europe de José Fonseca e Costa , Eberhard Itzenplitz , Pierre Lary , Janusz Majewski , Krzysztof Zanussi avec Jean-François Stévenin (TV . Pologne, Belgique, Canada, France) 1999 : Pan Tadeusz d' Andrzej Wajda avec Henryk Baranowski ( Pologne ) 2002 : Napoléon d’ Yves Simoneau avec Christian Clavier (TV . France, Allemagne, Canada, États-Unis, Royaume-Uni) 2003 : Monsieur N. d’ Antoine de Caunes avec Philippe Torreton (France, R.U.) 2006 : Napoléon (et moi) de Paolo Virzì avec Daniel Auteuil (France, Espagne , Italie) 2006 : La bataille finale de Napoléon de Doug Shultz avec Philippe Nevo ( États-Unis , Canada ) 2006 : Napoleon and Betsy de Benjamin Ross avec Scarlett Johansson (États-Unis) 2006 : Austerlitz, la victoire en marchant documentaire-fiction de Jean-François Delassus (France). Jeux vidéo Fields of glory , Microprose, 1993. Napoléon 1813 , Empire Interactive, 1999. Waterloo: Napoleon's Last Battle , Breakaway Games, 2001. Imperial Glory , Eidos Interactive, 2005. C ossacks II : Napoleonic Wars , GSC Game World, 2006. C ossacks II : Battle For Europe , GSC Game World, 2006. Crown of Glory , Western Civilization Software, 2006. Europa Universalis III : Napoleon's Ambition , Paradox Interactive, 2007. Napoleon in Italy , Hussar Games, 2007. Les Campagnes de Napoléon , AGEOD, 2007. Commander: Napoleon at War , Slitherine Software, 2008. Napoleon: Total War , The Creative Assembly, 2010. Assassin's Creed Unity , Ubisoft, 2014. Musées Article détaillé : Musée Napoléon . Musée des Invalides , musée militaire abritant en annexe, au cœur de la chapelle Saint-Louis , la sépulture de Napoléon I er et celles de deux de ses frères (Jérôme et Joseph) ainsi que de son fils, l' Aiglon , et de certains généraux d'Empire tels que Duroc , Bertrand et Lasalle . Château de Fontainebleau , ancien lieu de résidence de la cour impériale et haut lieu de décision politique de l'Empire ( concordat de Fontainebleau (1813) , premier acte d'abdication etc.) . s'y trouve la salle du trône et la bibliothèque de travail de l'empereur. Musée Napoléon , sur l’ île d'Aix ( Charente-Maritime ). Château de Malmaison , ancienne demeure de Joséphine de Beauharnais , devenu un musée. Château de Bois-Préau , annexe de celui de Malmaison, il est consacré à la captivité et à la mort de Napoléon à Sainte-Hélène ainsi qu'au retour des cendres et à la légende napoléonienne. Musée Napoléon, du château de la Pommerie à Cendrieux ( Dordogne ), est un musée privé appartenant à un descendant de Jérôme et rassemblant des souvenirs de la famille impériale. Musée du château de Compiègne permet, en visite libre, de visiter les grands appartements restaurés, généralement, premier empire. Musée Naval et Napoléonien d'Antibes , aménagé dans l’ancienne casemate de la batterie côtière du Graillon qui surplombe l’un des accès de la plage de Golfe-Juan où Napoléon, quittant l’île d’Elbe, débarquait le 1 er mars 1815 . Palazzina dei Mulini , sur l' île d'Elbe , érigé en musée, fut la résidence officielle de Napoléon et de sa sœur Pauline. Au même titre que sa résidence de campagne, la villa San Martino, située à 5 km de Portoferraio et devenue elle aussi un musée. Musée et parc Noisot , du grognard Claude Noisot ( 1757 - 1861 ) à Fixin près de Dijon en Bourgogne . Articles connexes Politique Régimes et évènements Chronologie de la Révolution française et du Premier Empire . Révolution française . Chronologie de la France sous le premier Empire . Histoire économique de la France de 1789 à 1815 . Coup d'État du 18 Brumaire . Consulat (histoire de France) . Gouvernement du Consulat . Premier Empire . Sacre de Napoléon I er . Constitution de l’ an XII . Étendue de l'Empire français en 1810 . Ministres de Napoléon I er . Traité de Fontainebleau (1814) . Principauté de l'île d'Elbe . Cent-Jours . Acte additionnel . Gouvernement des Cent-Jours . Traité de Paris (1815) . Autres Chronologie napoléonienne . Chronologie de l'esclavage . Chronologie de la France pendant les Cent-Jours . Napoléon I er et les décorations . Napoléon et l'Église catholique . Napoléon et les Juifs . Réalisations sous l'ère napoléonienne . Armée Campagnes Article détaillé : Guerres napoléoniennes . Siège de Toulon . Vendémiaire . 1 re campagne d’Italie . Campagne d'Égypte . 2 e campagne d’Italie . 1 re campagne d'Allemagne . Campagne de Prusse et de Pologne . Guerre d’Espagne . Dos de mayo . Tres de mayo . Campagne d’Allemagne et d’Autriche . Campagne de Russie . 2 e campagne d’Allemagne . Campagne de France (1814) . Campagne de Belgique (1815) . Autres Séjour de Napoléon Bonaparte à Auxonne . Armée napoléonienne . Grande Armée . Armée française pendant les Cent-Jours . Événements militaires des Cent-Jours . Liste des chevaux de Napoléon . Liste des généraux de la Révolution et du Premier Empire . Liste des marins d'Empire . Maréchal d'Empire . Mariage de 6 000 soldats de l'Empire . Vie privée Famille Bonaparte . Joséphine de Beauharnais . Divorce de Napoléon I er et Joséphine de Beauharnais . Marie-Louise d'Autriche . Liste des maîtresses de Napoléon I er . Exil de Napoléon I er à Sainte-Hélène . Mort de Napoléon I er . Retour des cendres . Arts et culture Tableaux Article détaillé : Iconographie de Napoléon I er . Bonaparte franchissant le Grand-Saint-Bernard . Napoléon I er sur le trône impérial . Le Sacre de Napoléon . Napoléon dans son cabinet de travail . Patrimoine Arc de triomphe de l'Étoile . Liste des batailles gravées sur l'arc de triomphe de l'Étoile . Noms gravés sous l'arc de triomphe de l'Étoile . Circuit Napoléon autour de Paris . Musée napoléonien . La Roche-sur-Yon . Route Napoléon . Autres Chapeau de Napoléon . Légende napoléonienne . Le Mémorial de Sainte-Hélène . Masque mortuaire de Napoléon I er . Napoléon (pièce de monnaie) . Napoléon I er au cinéma . Saint-Napoléon . Faïences et émaux de Longwy de 1798 à 1977 . Divers Fondation Napoléon . Institut Napoléon . Ouverture Napoléon . Problème de Napoléon . Théorème de Napoléon . Le Feld-Maréchal von Bonaparte (roman uchronique de Jean Dutourd Liens externes Sur les autres projets Wikimedia : Napoléon I er , sur Wikimedia Commons Napoléon Bonaparte , sur Wikisource Napoléon Bonaparte , sur Wikiquote « Site de la Fondation Napoléon » , sur www.napoleon.org (consulté le 4 juillet 2016 ) . Napoléon 1 er magazine (existe depuis 2000) sur http://www.napoleon1er.fr/ . « Napoléon Prisonnier » , sur www.napoleonprisonnier.com, site qui retrace la vie de Napoléon de 1814 à 1821. (consulté le 4 juillet 2016 ) . « Chronologie illustrée de la captivité de Napoléon à Sainte-Hélène » , sur www.lautresaintehelene.com (consulté le 4 juillet 2016 ) . « Napoleon & Empire » , sur www.napoleon-empire.net (consulté le 4 juillet 2016 ) . « Le Souvenir napoléonien, société française d’histoire napoléonienne » , sur www.souvenirnapoleonien.org (consulté le 4 juillet 2016 ) . « Brown University Library, Napoleonic Satires » , sur library.brown.edu (consulté le 4 juillet 2016 ) . « Les archives de gestion des travaux aux résidences et palais impériaux sous Napoléon Ier » , sur www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr (consulté le 19 novembre 2016 ) . « Les minutes des lettres de Napoléon Ier, Premier Consul, puis Empereur » , sur www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr (consulté le 19 novembre 2016 ) . Notices d'autorité : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Union List of Artist Names • Bibliothèque nationale de France ( données ) • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • Service bibliothécaire national • Bibliothèque nationale de la Diète • Bibliothèque nationale d’Espagne • Bibliothèque royale des Pays-Bas • Bibliothèque nationale de Pologne • WorldCat Chronologies Précédé par Suivi par Directoire Premier consul de la République 1799-1804 Lui-même (empereur des Français) Lui-même (Premier consul de la République) Louis XVIII (roi de France) Empereur des Français 1804-1814 1815 Louis XVIII (roi de France) Napoléon II (empereur des Français) Fondation de la dynastie Napoléon I er Succession bonapartiste 1804-1821 Napoléon II République cisalpine Président de la République italienne 1802-1805 Lui-même (roi d'Italie) Lui-même (président de la République italienne) Roi d'Italie 1805-1814 Victor-Emmanuel II (roi d'Italie en 1861) République helvétique Médiateur de la Confédération suisse 1803-1813 Confédération des XXII cantons François II du Saint-Empire (empereur romain germanique) Protecteur de la Confédération du Rhin 1806-1813 Confédération germanique Louis XVI Louis XVIII Coprince d'Andorre avec Francesco Antonio de la Dueña y Cisneros 1806-1812 1815 Louis XVIII Napoléon II v · m Famille impériale française Napoléon I er ( Joséphine Bonaparte ) ( Marie-Louise Bonaparte ) Napoléon II Joseph ( Julie Bonaparte ) Princesse Julie · Princesse Zénaïde · Princesse Charlotte Louis ( Hortense Bonaparte ) Enfant(s) Prince Napoléon-Louis Charles · Prince Napoléon-Louis · Napoléon III ( Eugénie de Montijo ) Petit(s)-enfant(s) Prince Louis-Napoléon (' Napoléon IV ' / 'Prince Impérial') Jérôme ( Catherine Bonaparte ) Enfants Prince Jérôme-Napoléon · Princesse Mathilde · Prince Napoléon-Jérôme ('Plon-Plon') ( Clotilde Bonaparte ) Petits-enfants Prince Victor Napoléon (' Napoléon V ') ( Clémentine Bonaparte ) · Prince Louis · Princesse Lætitia Arrière-petits-enfants Princesse Marie-Clotilde · Prince Louis Napoléon (' Napoléon VI ') ( Alix Bonaparte ) Arrière-arrière-petits-enfants Prince Charles · Princesse Catherine · Princesse Laure · Prince Jérôme Arrière-arrière-arrière-petits-enfants Princesse Caroline · Prince Jean-Christophe Napoléon (' Napoléon VII ') Les membres de la famille impériale ayant régné sur la France sont soulignés Les membres de la famille impériale l'ayant intégrée par mariage sont en italiques 'Les surnoms sont entre guillemets' v · m Événements de l’épopée napoléonienne Siège de Toulon Vendémiaire 1 re campagne d’Italie Campagne d’Égypte Coup d'État du 18 Brumaire 2 e campagne d’Italie Le Consulat L’Empire Sacre 1 re campagne d'Allemagne Campagne de Prusse et de Pologne Guerre d’Espagne Campagne d’Allemagne et d’Autriche Campagne de Russie Campagne d’Allemagne Campagne de France Congrès de Vienne Exil à l'île d'Elbe Cent-Jours Waterloo Exil à Sainte-Hélène Mort Légende napoléonienne Portraits v · m Rois des Francs, rois de France, rois des Français et empereurs des Français Mérovingiens Clovis I er (481) · Clotaire I er (511) · Caribert I er (561) · Gontran (561) · Chilpéric I er (561) · Sigebert I er (561) · Clotaire II (584) · Dagobert I er (629) · Sigebert III (639) · Clovis II (639) · Clotaire III (657) · Thierry III (673) · Clovis III (691) · Childebert III (695) · Dagobert III (711) · Chilpéric II (715) · Clotaire IV (717) · Thierry IV (721) · Childéric III (743) Carolingiens , Robertiens et Bosonides Pépin (751) · Carloman I er (768) · Charles I er (768) · Louis I er (814) · Charles II (843) · Louis II (877) · Louis III (879) · Carloman II (879) · Charles le Gros (884) · R Eudes (888) · Charles III (898) · R Robert I er (922) · B Raoul (923) · Louis IV (936) · Lothaire (954) · Louis V (986) Capétiens directs Hugues Capet (987) · Robert II (996) · Henri I er (1031) · Philippe I er (1060) · Louis VI (1108) · Louis VII (1137) · Philippe II (1180) · Louis VIII (1223) · Louis IX (1226) · Philippe III (1270) · Philippe IV (1285) · Louis X (1314) · Jean I er (1316) · Philippe V (1316) · Charles IV (1322) Valois Philippe VI (1328) · Jean II (1350) · Charles V (1364) · Charles VI (1380) · Charles VII (1422) · Louis XI (1461) · Charles VIII (1483) · Louis XII (1498) · François I er (1515) · Henri II (1547) · François II (1559) · Charles IX (1560) · Henri III (1574) Bourbons Henri IV (1589) · Louis XIII (1610) · Louis XIV (1643) · Louis XV (1715) · Louis XVI (1774) Bonaparte Napoléon I er (1804) Bourbons Louis XVIII (1814) · Charles X (1824) Orléans Louis-Philippe I er (1830) Bonaparte Napoléon III (1852) v · m Prétendants bonapartistes au trône impérial français Premier Empire (1804-1815) · Napoléon I er (1815-1821) · Napoléon II (1821-1832) · Joseph Bonaparte (1832-1844) · Louis Bonaparte (1844-1846) · Louis-Napoléon Bonaparte (1846-1852) Second Empire (1852-1870) · Napoléon III (1870-1873) · Louis-Napoléon , prince impérial (1873-1879) · Victor Napoléon (1879-1926) · Louis Napoléon (1926-1997) · Jean-Christophe Napoléon (depuis 1997) Portail République Portail de l’histoire Portail de la Révolution française Portail du Premier Empire Portail de la France au XIX e siècle Portail de la Corse Portail de la monarchie Portail de Sainte-Hélène, Ascension et Tristan da Cunha Portail de l’Armée et de l’histoire militaire françaises Portail de la Grande Armée Ce document provient de « https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Napoléon_Ier&oldid=143995696 ». Catégories : Napoléon Bonaparte Naissance dans la province de Corse Naissance à Ajaccio Naissance en août 1769 Décès au Royaume-Uni Décès en mai 1821 Décès à 51 ans Empereur des Français Personnalité liée à Beaucaire (Gard) Militaire français du XVIIIe siècle Militaire français du XIXe siècle Général de la Révolution française promu en 1793 Épistolier du XVIIIe siècle Épistolier du XIXe siècle Épistolier français République italienne (1802-1805) Mort d'un cancer Chevalier de l'ordre espagnol de la Toison d'Or (XIXe siècle) Chevalier de l'ordre de Saint-André Récipiendaire de l'ordre de l'Aigle blanc Prétendant bonapartiste au trône de France Monarque ayant abdiqué Victime d'une tentative de meurtre Membre de l'Académie des sciences (France) Royaume d'Italie (1805-1814) Médiation politique Personnalité corse Roi d'Italie Personnalité morte en exil Artilleur Chevalier de l'ordre de l'Aigle d'or de Wurtemberg Funérailles nationales Légion d'honneur Ordre napoléonien de la Couronne de fer Ordre de la Réunion Dignitaire de l'ordre des Deux-Siciles Personnalité liée à Cherbourg-en-Cotentin Catégories cachées : Article utilisant le modèle Archive RTS Article contenant un lien mort Page en semi-protection longue Article à référence nécessaire Article contenant un appel à traduction en anglais Tous les articles à prouver Article à prouver depuis février 2012 Article contenant un appel à traduction en allemand Catégorie Commons avec lien local identique sur Wikidata Article de Wikipédia avec notice d'autorité Portail:République/Articles liés Portail:Politique/Articles liés Portail:Histoire/Articles liés Portail:Révolution française/Articles liés Portail:France/Articles liés Portail:Europe/Articles liés Portail:XVIIIe siècle/Articles liés Portail:Époque contemporaine/Articles liés Portail:Premier Empire/Articles liés Portail:France au XIXe siècle/Articles liés Portail:XIXe siècle/Articles liés Portail:Monarchie/Articles liés Portail:Corse/Articles liés Portail:Sainte-Hélène, Ascension et Tristan da Cunha/Articles liés Portail:Territoires britanniques d'outre-mer/Articles liés Portail:Royaume-Uni/Articles liés Portail:Afrique/Articles liés Portail:Armée française/Articles liés Portail:Histoire militaire/Articles liés Portail:Grande Armée/Articles liés Article de qualité en russe Article de qualité en cebuano Bon article en italien Article de qualité en macédonien Article de qualité en asturien Article de qualité en vietnamien Article de qualité en arabe Bon article en chinois classique Article de qualité en croate Bon article en allemand Article de qualité dans une autre langue Bon article en anglais Bon article en norvégien Bon article en espéranto Article de qualité en tchèque Wikipédia:Article biographique Portail:Biographie/Articles liés/Politique Portail:Biographie/Articles liés/Militaire Menu de navigation Outils personnels Non connecté Discussion Contributions Créer un compte Se connecter Espaces de noms Article Discussion Variantes Affichages Lire Voir le texte source Afficher l’historique Plus Rechercher Navigation Accueil Portails thématiques Article au hasard Contact Contribuer Débuter sur Wikipédia Aide Communauté Modifications récentes Faire un don Outils Pages liées Suivi des pages liées Importer un fichier Pages spéciales Lien permanent Informations sur la page Élément Wikidata Citer cette page Imprimer / exporter Créer un livre Télécharger comme PDF Version imprimable Dans d’autres projets Wikimédia Commons Wikiquote Wikisource Dans d’autres langues Аҧсшәа Acèh Afrikaans Alemannisch አማርኛ Aragonés Ænglisc العربية ܐܪܡܝܐ مصرى অসমীয়া Asturianu Azərbaycanca تۆرکجه Башҡортса Boarisch Žemaitėška Bikol Central Беларуская Беларуская (тарашкевіца)‎ Български বাংলা Brezhoneg Bosanski Буряад Català Chavacano de Zamboanga Mìng-dĕ̤ng-ngṳ̄ Нохчийн Cebuano کوردی Corsu Čeština Чӑвашла Cymraeg Dansk Deutsch Zazaki डोटेली Eʋegbe Ελληνικά Emiliàn e rumagnòl English Esperanto Español Eesti Euskara Estremeñu فارسی Suomi Võro Føroyskt Nordfriisk Furlan Frysk Gaeilge 贛語 Gàidhlig Galego ગુજરાતી 客家語/Hak-kâ-ngî עברית हिन्दी Fiji Hindi Hrvatski Kreyòl ayisyen Magyar Հայերեն Interlingua Bahasa Indonesia Ilokano Ido Íslenska Italiano 日本語 Patois La .lojban. Basa Jawa ქართული Qaraqalpaqsha Taqbaylit Адыгэбзэ Kabɩyɛ Gĩkũyũ Қазақша ភាសាខ្មែរ ಕನ್ನಡ 한국어 Ripoarisch Kurdî Кыргызча Latina Lëtzebuergesch Лезги Luganda Limburgs Ligure Lumbaart ລາວ لۊری شومالی Lietuvių Latviešu मैथिली Malagasy Македонски മലയാളം Монгол मराठी Bahasa Melayu Malti Mirandés မြန်မာဘာသာ مازِرونی Dorerin Naoero Napulitano Plattdüütsch Nedersaksies नेपाली Nederlands Norsk nynorsk Norsk Chi-Chewa Occitan Livvinkarjala Oromoo ଓଡ଼ିଆ ਪੰਜਾਬੀ Polski Piemontèis پنجابی پښتو Português Runa Simi Rumantsch Română Русский Русиньскый संस्कृतम् Саха тыла Sardu Sicilianu Scots Srpskohrvatski / српскохрватски Simple English Slovenčina Slovenščina Gagana Samoa Soomaaliga Shqip Српски / srpski Seeltersk Basa Sunda Svenska Kiswahili Ślůnski தமிழ் తెలుగు ไทย Tagalog Türkçe Xitsonga Татарча/tatarça Twi Тыва дыл Удмурт ئۇيغۇرچە / Uyghurche Українська اردو Oʻzbekcha/ўзбекча Vèneto Vepsän kel’ Tiếng Việt West-Vlams Walon Winaray 吴语 მარგალური ייִדיש Yorùbá Zeêuws 中文 文言 Bân-lâm-gú 粵語 Modifier les liens La dernière modification de cette page a été faite le 30 décembre 2017 à 15:52. Droit d'auteur : les textes sont disponibles sous licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions . d’autres conditions peuvent s’appliquer. Voyez les conditions d’utilisation pour plus de détails, ainsi que les crédits graphiques . En cas de réutilisation des textes de cette page, voyez comment citer les auteurs et mentionner la licence . Wikipedia® est une marque déposée de la Wikimedia Foundation, Inc. , organisation de bienfaisance régie par le paragraphe 501(c)(3) du code fiscal des États-Unis. Politique de confidentialité À propos de Wikipédia Avertissements Développeurs Déclaration sur les témoins (cookies) Version mobile



https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_d%27Indochine
  Guerre d'Indochine — Wikipédia Guerre d'Indochine Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Aller à : navigation , rechercher Pour les articles homonymes, voir Guerre d'Indochine (homonymie) . Guerre d’Indochine Une patrouille de légionnaires en zone contrôlée par les Viêt Minh. Le M24 Chaffee a été fourni par les Américains. Informations générales Date 19 décembre 1946 - 21 juillet 1954 7 ans, ... ’ Empire colonial français des pays la composant et à la division en deux États rivaux du territoire ... rapidement, après novembre 1946 , en guerre ouverte entre forces du Việt Minh et Français. Le conflit ... matérielle et logistique des Américains, les Français menèrent lors de cette période une guerre de ... départ des Français du nord du Vietnam (Tonkin) et la division du Viêt Nam en deux, la limite étant le ... -Unis (qui n'ont pas signé les accords). Les Français quittent le sud . c'est le tout début de ce qui va CACHE

Guerre d'Indochine — Wikipédia Guerre d'Indochine Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Aller à : navigation , rechercher Pour les articles homonymes, voir Guerre d'Indochine (homonymie) . Guerre d’Indochine Une patrouille de légionnaires en zone contrôlée par les Viêt Minh. Le M24 Chaffee a été fourni par les Américains. Informations générales Date 19 décembre 1946 - 21 juillet 1954 7 ans, 7 mois et 2 jours Lieu Indochine française Casus belli Bataille de Haiphong, offensive Viet Minh sur Hanoï. Issue Victoire vietminh Accords de Genève Fin de la Fédération indochinoise (1954) et de la présence française en Indochine (1956) Indépendances du Viêt Nam, du Cambodge et du Laos Changements territoriaux Partition du Viêt Nam entre Nord Viêt Nam et Sud Viêt Nam Belligérants Union française France État du Viêt Nam Cambodge Laos Soutenus par : États-Unis [ 1 ] Viêt Minh Pathet Lao [ 2 ] Khmers issarak [ 3 ] Soutenus par : Chine Union des républiques socialistes soviétiques Commandants Raoul Salan Jean de Lattre de Tassigny Marcel Carpentier Marcel Alessandri Jean Étienne Valluy Henri Navarre René Cogny Jean Gilles Nguyễn Văn Hinh Hô Chi Minh Võ Nguyên Giáp Nguyen Binh Phạm Văn Đồng Souphanouvong Forces en présence Union française : 190 000 Auxiliaires locaux : 55 000 État du Viêt Nam : 150 000 [ 4 ] Total : ~400 000 125 000 réguliers, 75 000 régionaux, 250 000 forces populaires / irréguliers [ 5 ] Total : 450 000 Pertes Union française : 75 581 morts, 64 127 blessés, 40 000 prisonniers État du Viêt Nam : 419 000 morts, blessés ou prisonniers [ 6 ] Total : ~ 560 000 morts , blessés ou prisonniers Total : 300 000 morts, 500 000 blessés, 100 000 prisonniers Total : 900 000 morts , blessés ou prisonniers + 150 000 civils tués [ 7 ] Guerre d’Indochine Batailles Opération Masterdom · Bataille de Hanoï · Opération Léa · Bataille de Phu Tong Hoa · Bataille de la RC 4 · Bataille de Vĩnh Yên · Bataille de Mao Khê · Bataille de Nghia Lo · Bataille de Hòa Bình · Opération Lorraine · Bataille de Na San · Bataille de Muong Khoua · Opération Atlante · Opération Camargue · Opération Hirondelle · Opération Brochet · Opération Mouette · Opération Castor · Bataille de Diên Biên Phu · Opération D · Bataille du col de Mang Yang · Extension au Laos Données clés modifier La guerre d’Indochine est un conflit armé qui se déroula de 1946 à 1954 en Indochine française (actuels Vietnam , Laos et Cambodge ). Il aboutit à la dissolution de cette fédération, ainsi qu’à la sortie de l’ Empire colonial français des pays la composant et à la division en deux États rivaux du territoire vietnamien . Ce conflit fit plus de 500 000 victimes [ 8 ] . En août 1945 , le Việt Minh , mouvement indépendantiste vietnamien d'obédience communiste, profitant de la prise de contrôle de l'Indochine par les Japonais , cinq mois auparavant, dans le contexte de la Guerre du Pacifique , prit le pouvoir de la colonie française. Si le Gouvernement provisoire de la République française ne tarda pas à envoyer un Corps expéditionnaire afin de reprendre en main son territoire, la situation se mua rapidement, après novembre 1946 , en guerre ouverte entre forces du Việt Minh et Français. Le conflit peut être divisé en deux phases historiques. La première, entre 1946 et 1949 , voit le Việt Minh appliquer une guérilla meurtrière. La guerre est alors semblable à une simple lutte de décolonisation. Mais l'aspect communiste du Việt Minh , le déclenchement de la Guerre de Corée en 1950 , l'avènement d'une Chine communiste en 1949 qui assura une aide logistique importante au Việt Minh et la confrontation de plus en plus avouée entre les États-Unis et le monde marxiste-léniniste, achevèrent de procurer à la guerre d'Indochine la figure d'un conflit armé ancré dans la Guerre froide . C'est la seconde phase, qui s'étend de 1949 jusqu'à la fin des combats, en 1954 : tout en bénéficiant de l'aide matérielle et logistique des Américains, les Français menèrent lors de cette période une guerre de plus en plus directe et frontale avec leurs ennemis, dont le soutien de la part des Chinois allait leur permettre de mettre sur pied une véritable armée conventionnelle et formée. Malgré l'intervention indirecte américaine, les forces françaises, exténuées par la résistance adverse et plusieurs années de combats de plus en plus impopulaires en métropole, durent renoncer, surtout après la lourde défaite de Dien Bien Phu de mai 1954 . Les Accords de Genève , signés en juillet 1954, consacraient le départ des Français du nord du Vietnam (Tonkin) et la division du Viêt Nam en deux, la limite étant le 17 e parallèle : la République démocratique du Viêt Nam au nord, communiste, le centre et le sud sous administration française, avec des élections prévues en 1956 pour réunifier le pays. En 1955, un coup d'état dans le sud organisé par le président Diem, un fervent catholique qui n'accepte pas une collaboration avec le régime du nord, donc qui ne veut pas entendre parler d'élections réunifiant le pays, crée une République du Viêt Nam soutenue financièrement, puis militairement par les États-Unis (qui n'ont pas signé les accords). Les Français quittent le sud . c'est le tout début de ce qui va devenir la guerre du Vietnam . Considérée comme la Première Guerre d'Indochine , la guerre entre Français et Việt Minh , outre un lourd bilan humain et matériel, aura d'importantes conséquences dans l'avenir du Viêt Nam, du Laos et du Cambodge . Le départ des Français laissera face à face, d’un côté, les Américains et de l’autre, les Nord-vietnamiens soutenus par la Chine et l'URSS. Très tôt allait éclater la Seconde Guerre d'Indochine (soit la Guerre du Viêt Nam ), qui débouchait, en 1975 , sur la victoire complète du Nord-Viêt Nam et du communisme dans cette partie de l'Asie, avec l'absorption par le Nord-Viêt Nam de la République du Viêt Nam. Sommaire 1 Préambule 2 Origines 2.1 Situation historique 2.2 Conséquences de la Seconde Guerre mondiale 2.3 Retour des forces françaises 3 Déroulement de la guerre 3.1 Guérilla 3.2 Tournant de 1949 3.3 Guerre contre le communisme 3.4 Guerre vue de la métropole française 3.5 Sortie de guerre 3.6 Otages du Việt Minh et camps de rééducation 3.7 Opération « Passage to Freedom » (août 1954-mai 1955) 4 Aide américaine 5 Forces françaises en Indochine 5.1 Effectifs 5.2 Pertes 6 Dans la fiction 6.1 Romans 6.2 Films 7 Notes et références 8 Voir aussi 8.1 Sources et bibliographie 8.2 Articles connexes 8.3 Liens externes Préambule [ modifier | modifier le code ] En 1945 , à la fin de la Seconde Guerre mondiale , le conflit avec l’ Empire du Japon aboutit à la désorganisation complète de l’administration coloniale française en Indochine. Le Việt Minh , mouvement nationaliste fondé par le Parti communiste indochinois , en profite pour prendre le contrôle d'une grande partie du territoire vietnamien : Hồ Chí Minh , son chef, proclame le 2 septembre 1945 l’indépendance de la République démocratique du Viêt Nam . Le Corps expéditionnaire français en Extrême-Orient (CEFEO) reprend progressivement le contrôle de l’Indochine : l’État Français repense ensuite le statut de la fédération au sein de la nouvelle Union française . Un conflit larvé se poursuit avec le gouvernement indépendantiste vietnamien, tandis qu’une solution diplomatique est recherchée en vain ( Conférence de Fontainebleau ). Le haut commissaire d’Argenlieu suscite en juin 1946 l’autonomie de la Cochinchine . c’est une entorse aux accords Hô-Sainteny . En novembre 1946 éclate l’affaire d' Haiphong . ce sont des affrontements liés à un contrôle douanier. Le bombardement du port par l'artillerie de l'Armée de Terre française et ses trop nombreuses victimes civiles [ 9 ] rendent la paix impossible. La guerre éclate au grand jour à la fin 1946, quand le Việt Minh tente un coup de force contre les Français puis prend le maquis. Plusieurs années de guérilla opposent alors le Corps expéditionnaire à l’ Armée populaire vietnamienne , force armée du Việt Minh, qui passe progressivement à une guerre de mouvement de plus en plus audacieuse. La France fonde en 1949 l’ État du Viêt Nam , gouvernement central vietnamien proposant une alternative politique à Hồ Chí Minh, et le dote d'une force militaire, l’ Armée nationale vietnamienne , afin de « vietnamiser » le conflit. Le Laos et le Cambodge sont également concernés par le conflit, le Việt Minh soutenant des mouvements indépendantistes moins importants, le Pathet Lao et les Khmers issarak . Les États-Unis apportent à partir de 1949 (victoire communiste en Chine) et surtout 1950 ( guerre de Corée ) un soutien matériel à la France, tandis que la République populaire de Chine aide officieusement le Việt Minh à partir de 1949. La France, affaiblie par l’instabilité politique de la Quatrième République , doit gérer une guerre de plus en plus coûteuse et impopulaire. Des pourparlers de paix sont entamés à Genève en 1954 , alors même que sa défaite lors de la bataille de Diên Biên Phu met la France en situation de faiblesse psychologique. Les accords de Genève mettent fin à l'Indochine française (le Royaume du Cambodge ayant déjà proclamé son indépendance en novembre 1953) et laissent le Viêt Nam divisé en deux États . La fin de cette guerre coïncide sensiblement avec le début de la guerre d'Algérie , qui durera huit ans elle aussi. La guerre d'Indochine est la première d’une série de guerres qui se sont déroulées sur les territoires de l’ancienne Indochine française : elle a été suivie par la guerre du Viêt Nam (elle-même accompagnée de deux conflits annexes, la guerre civile laotienne et la guerre civile cambodgienne ), puis par la guerre sino-vietnamienne . Ces deux derniers conflits sont parfois appelés, respectivement, 2 e et 3 e guerres d’Indochine. Origines [ modifier | modifier le code ] Situation historique [ modifier | modifier le code ] L'Indochine française entre 1900 et 1945. En 1884 , la France réunit la Cochinchine , l' Annam et le Tonkin (qui composent maintenant le Viêt Nam ), ainsi que le Laos et le Cambodge au sein de l' Indochine française . Lors de la Première Guerre mondiale , les « Annamites », nom donné aux Vietnamiens par les métropolitains jusqu’en 1945, aidèrent à l'effort de guerre sur la ligne de front et dans les usines françaises. Dans les années 1920 et au début des années 1930, avec la révolte de Vinh et la mutinerie de Yên Bái (évoquées en 1992 dans le film français Indochine ), les bagnes, comme le bagne de Poulo Condor , ont contribué à développer des nationalismes de tendances très diverses : Les royalistes de la Cour de Huê, comme la famille de Ngo Dinh Diem : son père fonda l’École nationale « Quoc Hoc » de Huê fréquentée par Ngo Dinh Diem et le futur Hô Chi Minh . Le premier d'entre tous est certainement le prince Vinh San (1899-1945) intronisé sous le nom dynastique d'« Empereur Duy Tân » en 1907, détrôné en 1916, exilé à La Réunion par les autorités coloniales et mort mystérieusement le 26 décembre 1945 dans un accident d'avion en Afrique centrale, peu après la déclaration d'indépendance du Viêt Nam du 2 septembre 1945. Les pro-Japonais, qui fondèrent le Parti « Dai Viêt » à la suite de l’intellectuel nationaliste Phan Boi Chau , pionnier du nationalisme vietnamien du XX e siècle, exilé au Japon par l’administration coloniale française. Les Japonais soutenaient le prince Cuong pour devenir empereur du Vietnam à la place de Bao Dai. Les pro-Chinois du Parti nationaliste VNQDĐ (Việt Nam Quốc Dân Đảng) , proches du Kuomintang de Sun Yat-sen et Tchang Kaï-chek , qui lancèrent la révolte ratée de Vinh et la mutinerie de Yên Bái dans les années 1920 et 1930. Les pacifistes de Phan Châu Trinh (grand-père de Nguyên Thi Binh ). Les communistes du Parti communiste indochinois (PCI) fondé en 1930 par Nguyen Ai Quoc (futur Hô Chi Minh ) à Hong-Kong. Au Viêt Nam, le PCI était le plus important des groupes nationalistes. Conséquences de la Seconde Guerre mondiale [ modifier | modifier le code ] Articles détaillés : Invasion japonaise de l'Indochine , Coup de force japonais de 1945 en Indochine et Révolution d'Août . Durant la Seconde Guerre mondiale , l'occupation par l' Empire du Japon montra aux Vietnamiens les faiblesses de leur colonisateur : l'administration française, directement liée au gouvernement de Vichy , collabora avec le Japon impérialiste par de multiples concessions économiques et militaires. En effet, la faiblesse de la situation des forces françaises en place et leur isolement face aux Japonais ne laissaient guère le choix : négocier, se démettre ou se lancer dans un affrontement qui ne laissait aucun doute quant à l'issue. Cela contribua au développement du nationalisme vietnamien, qui luttait à cette époque contre les Japonais aux côtés des Alliés — Hô Chi Minh était alors un agent travaillant avec les États-Unis —, et à la déclaration d'indépendance de septembre 1945 , après la Révolution d'août et la capitulation japonaise . À l'époque de l’Armistice de 1940 et de la création du régime de Vichy, l’Indochine française était administrée par le général Georges Catroux (nommé en août 1939), qui tentait de régler les problèmes avec le Siam et le Japon. Mais ses choix déplurent au nouveau gouvernement — notamment les facilités accordées aux Japonais — et il fut remplacé par l'amiral Jean Decoux . Finalement, étant complètement coupé de la France, avec des forces militaires insuffisantes sur l'ensemble de la péninsule, le nouveau gouverneur général de l'Indochine finit par céder, lui-aussi, de plus en plus aux Japonais. Ainsi, les armées japonaises furent autorisées à circuler librement de la frontière de Chine jusqu’au Siam (renommé Thaïlande en 1939). Le général Catroux rejoint au général de Gaulle sur son chemin de retour en France. En mars 1945, l'administration vichyste, qui était toujours en place, et l'armée française d'Indochine furent attaquées par les Japonais dans une opération appelée le coup de force du 9 mars 1945 . Les postes militaires français à travers toute l'Indochine (Viet Nam, Laos, Cambodge) furent touchés. Les troupes japonaises prirent, par exemple, les citadelles d'Hanoï et de Langson et en massacrèrent les Européens et les troupes annamites malgré les promesses faites en cas de reddition. Certaines unités réussirent à se dégager et à entreprendre une remontée vers la Chine (la colonne Alessandri par exemple) ou à tenir la jungle (des hommes des Jedburghs ou de la Force 136 , parachutés pour monter des maquis anti-japonais et entrainés par les Britanniques en Inde et en Birmanie, certains de ces hommes reprirent plus tard les villes de Vientiane et Savanaketh au Laos). Le gouvernement américain interdit à ses troupes basées en Chine d'intervenir. Seul le général Claire Lee Chennault , dirigeant les fameux Tigres Volants , tentera, contre les ordres reçus, d'aider les troupes en retraite. Les civils français et les « Indochinois » sympathisants furent enfermés dans des camps de détention dirigés par la Kenpeitai (police ou gendarmerie militaire japonaise), torturés pour nombre d'entre eux, affamés et abandonnés. Les Japonais proclamèrent l'indépendance du Viêt Nam le 10 mars 1945 , en maintenant l'autorité de l’empereur Bao Dai et en maintenant Pham Quynh à la tête du gouvernement, puis, en le remplaçant quelques jours plus tard par Tran Trong Kim . Par ailleurs, pendant la Seconde Guerre mondiale, l'état-major allié (américain) en Asie avait décidé en 1942 de séparer l'Indochine en deux zones géographiques de combat, étant entendu que le Nord du 16 e parallèle sera occupé par les Chinois nationalistes de Tchang Kaï-Chek et le Sud du 16 e parallèle par les Britanniques. Cette séparation, approuvée ensuite par l'URSS, fut entérinée par les accords de Potsdam . Retour des forces françaises [ modifier | modifier le code ] Commando du C.L.I. ( Corps léger d'intervention ) en Indochine occupée par les Japonais après la capitulation du Japon . Un parachutiste utilise un FM 24/29 durant une embuscade (mai 1952). Colonne de paras coloniaux dans les hautes herbes (mai 1952). Soldats français utilisant un canon sans recul de 57 mm contre de l'artillerie Việt Minh pendant l' opération Mouette (novembre 1953). Les Bearcat de l' Aéronavale larguent du napalm sur la division 320 du Việt Minh pendant l' opération Mouette (novembre 1953). Combattants du Việt Minh en 1954. Le 24 mars 1945 , le Gouvernement provisoire de la République française déclara vouloir créer une Fédération indochinoise au sein de l' Union française . Il envoya dès le début de 1945 trois émissaires ( Pierre Messmer , Jean Sainteny et Paul Mus ) en Indochine, encore sous le contrôle de l'administration pétainiste. Largués en parachute par les Britanniques de Colombo , seul Paul Mus réussit à s'échapper au Yunnan , les deux autres étant faits prisonniers par les Japonais. Le 2 septembre 1945, le Japon signe officiellement sa capitulation. La conférence de Potsdam avait confié en Indochine le désarmement japonais aux Chinois nationalistes de Tchang Kaï-chek pour la partie Nord et à la Grande-Bretagne pour la partie Sud. La France doit agir vite pour réaffirmer sa présence. Le général de Gaulle , chef du gouvernement provisoire, nomme l'amiral Thierry d'Argenlieu , Haut Commissaire de France et commandant en chef et le général Leclerc , commandant supérieur des troupes, avec pour mission de rétablir la souveraineté française sur l'Indochine libérée, mais, en faisant « du neuf », c'est-à-dire en construisant une Fédération indochinoise autonome au sein de la nouvelle Union française. La Marine est chargée de convoyer en Indochine les forces armées placées sous les ordres de général Leclerc . Le 2 septembre 1945, à Hanoï , sur la place Ba Dinh, en une cérémonie au rituel confucéen avec tous les corps constitués, Hô Chi Minh lut la déclaration d'indépendance, dont le préambule est copié sur la Déclaration d'indépendance des États-Unis d'Amérique et la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen [ 10 ] . L’empereur Bao Dai « choisit » de s'associer en tant que « conseiller spécial » du premier gouvernement de la République démocratique du Viêt Nam , assurant ainsi la continuité du pouvoir vietnamien et la légitimité de ce gouvernement. Ce geste vaudra à Bao Dai d'être exilé à Hong Kong par les autorités françaises, avant que ces mêmes autorités ne le ramènent de cet exil, peu de temps après, pour lui confier, à Saïgon , la création de l' État du Viêt Nam « indépendant »… Les premiers débarquements alliés ont lieu à Saïgon du 5 au 12 septembre 1945, avec la 20 e division indienne du général Douglas David Gracey , complétée d'un détachement français symbolique, sous uniforme britannique, le 5 e RIC, ex Corps Léger d'Intervention . La reconquête française commença vers la fin de l'été 1945, qui fut marqué par une terrible famine dans le nord, qui fit un million de morts [réf. nécessaire] , les Japonais ayant réquisitionné toute la récolte de riz. Traditionnellement, le riz du Sud venait faire la soudure entre deux récoltes au Nord. Les destructions et le pillage des Japonais d'une part, et la pénurie des moyens de transport d'autre part, ne permirent pas de faire venir le riz en provenance du Sud en quantité suffisante. Octobre 1945 : Leclerc et d'Argenlieu sont à Saïgon. Quatre mois plus tard l'autorité française est rétablie au protectorat du Cambodge et dans la colonie de Cochinchine (Sud du Viêt Nam actuel). Pour établir les bases de la Fédération indochinoise voulue par la France, il reste à reprendre le contrôle du Laos , de l' Annam (Viêt Nam central) et surtout du Tonkin (Nord du Viêt Nam), où Hô Chi Minh a proclamé à Hanoï le 2 septembre la République démocratique du Viêt Nam. L'amiral Thierry d'Argenlieu a pesé lui-même chaque mot [réf. nécessaire] de la convention signée le 6 mars 1946, à sa demande, par Jean Sainteny avec Hô Chi Minh, en plein accord avec le général Leclerc ( accords Hô-Sainteny ). Les troupes françaises débarquèrent au port de Haïphong et entrèrent dans Hanoï sous la conduite du général Leclerc sans tirer un seul coup de feu, grâce aux négociations avec Hô Chi Minh qui avait été préconisées par Leclerc, qui alla jusqu’à recommander à la France d'utiliser le mot « indépendance » (Doc Lap). Hô Chi Minh a accepté cet accord pour se débarrasser de l'armée chinoise qui pillait le Tonkin et aurait vraisemblablement fini par éliminer le Việt Minh . [réf. nécessaire] En juillet 1946, Leclerc rentre en France, après avoir posé un diagnostic lucide sur la situation : « J'ai recommandé au gouvernement la reconnaissance de l’État du Viêt Nam, il n'y avait pas d’autre solution. Il ne pouvait être question de reconquérir le Nord par les armes, nous n'en avions pas, et nous n'en aurions jamais les moyens. Rappelez-vous le Sud. Ici l'insuccès est certain... Il faut garder le Viêt Nam dans l'Union française, voilà le but, même s'il faut parler d'indépendance. A Fontainebleau doit être trouvée une solution garantissant à la France au moins le maintien de ses intérêts économiques et culturels... étant entendu que Hô Chi Minh persistera à vouloir se débarrasser de nous... Pour cela, tendez la corde, tirez dessus... mais surtout qu'elle ne casse jamais !... Il nous faut la paix [ 11 ] ! » Après le bombardement du port de Haiphong le 23 novembre 1946 par l'artillerie de l'Armée de Terre française, qui marque un revirement total de la politique menée jusqu'alors par le gouvernement français vis-à-vis de la République démocratique du Viêt Nam, il apparaît clairement qu'Hô Chi Minh ne jouera plus l'option de la Fédération indochinoise. Le 19 décembre 1946 , l'insurrection de Hanoï marque le début de la guerre : le gouvernement de la République démocratique du Viêt Nam déclenche des hostilités dans tout le nord du Viêt Nam, et entre dans la clandestinité. Déroulement de la guerre [ modifier | modifier le code ] Articles connexes : Viet Minh et Armée populaire vietnamienne . Guérilla [ modifier | modifier le code ] Articles détaillés : Bataille de Hanoi et Bataille de Phu Tong Hoa . Colonne de vélos supportant la logistique du Việt Minh en 1954. Le 19 décembre 1946 marque le début de la guerre d'Indochine : après le bombardement du port de Haiphong le 23 novembre 1946 par l'artillerie de l'Armée de Terre française, le Việt Minh , dirigé par Hô Chi Minh, décide de lancer une offensive ayant pour but la libération de la ville de Hanoï . À 20 heures, une explosion dans la centrale électrique de la ville annonce le début de l'insurrection. Des ressortissants français sont massacrés et des maisons pillées. Ho Chi Minh appelle tout le peuple vietnamien à se soulever contre la présence française : « […] Que celui qui a un fusil se serve de son fusil, que celui qui a une épée se serve de son épée… Que chacun combatte le colonialisme . » Hô Chi Minh chercha alors le soutien des États-Unis par un télégramme à Harry S. Truman, mais celui-ci tournait le dos à la politique de décolonisation de Roosevelt. L' Union soviétique ne disposait pas encore de l'arme nucléaire, et la Chine restait sous la férule de Tchang Kaï-chek . L’Indochine française de 1946 s'est néanmoins ainsi très vite retrouvée au sein des prémisses de ce qui allait devenir plus tard la guerre froide , et c’est dans ce cadre que les États-Unis ont été, d'une certaine façon, impliqués très tôt en Indochine. Aguerrie dans la guerre du peuple, l’ armée populaire vietnamienne se fondait sur la mobilité des dispersions d’évitement et concentrations de frappe pour compenser sa faiblesse matérielle. C’était « le combat du tigre et de l’éléphant » annoncé par Hô Chi Minh : le tigre tapi dans la jungle allait harceler l’éléphant figé qui, peu à peu, se viderait de son sang et mourrait d’épuisement. Cette fluidité permettait à la jeune armée populaire l’initiative du refus ou de l’acceptation des combats, de fixer ici et déplacer là les troupes françaises qui n’occupaient que les villes, les axes routiers, les voies d’eau et la ligne du chemin de fer trans-indochinois. Les pertes françaises devenaient de plus en plus grandes dans les attaques de convois de ravitaillement, de postes isolés et d’épuisantes patrouilles à la recherche d’un ennemi qui apparaissait et disparaissait comme des fantômes. Souvent, l’attaque d’un poste avait pour but la sortie d’une colonne de secours à détruire. L’armée populaire vietnamienne était à la base constituée des troupes locales d’autodéfense des hameaux et villages. Ces troupes locales étaient à la fois l’académie militaire et l’école de guerre, dont les membres méritants rejoignaient les troupes régionales qui opéraient dans des districts plus vastes. Une concentration de troupes locales pouvait prêter main-forte à un élément des troupes régionales, qui pouvaient également se disperser en troupes locales. Tournant de 1949 [ modifier | modifier le code ] Articles détaillés : Bataille de la RC 4 , Bataille de Vĩnh Yên , Bataille de Mao Khê , Bataille de Na San et Opération Lorraine . Une patrouille de légionnaires questionne un suspect se cachant dans la jungle. Un médecin franco-vietnamien donne les premiers soins à un blessé Việt Minh à Hung Yen. En 1949 , la France, voulant créer un contrepoids politique à la République démocratique du Viêt Nam proclamée à Hanoï en 1945 et au Việt Minh , crée à Saïgon un État du Viêt Nam « indépendant » sous la direction de l'empereur Bao Dai ramené à cet effet de son exil de Hong Kong , afin de tenter de transformer une guerre de reconquête coloniale en une guerre civile [non neutre] . L’empereur Bao Dai a signé les accords franco-vietnamiens avec son nom civique « Vinh Thuy » n’engageant que lui-même en tant que citoyen, et non avec son nom dynastique « Bao Dai » qui pouvait engager tout le pays dont il était le souverain. Du point de vue strictement juridique, l’État du Viêt Nam « indépendant » n'a jamais existé, sinon pour la circonstance [réf. nécessaire] . Lorsque le Parti communiste chinois de Mao Zedong prend le contrôle de la Chine continentale, le Kuomintang de Tchang Kaï-chek se réfugiant à Taïwan , la Chine devient un allié de la République démocratique du Viêt Nam et du Việt Minh. Les immenses camps américains du sud de la Chine deviennent des centres de détention, d'armement et d'entrainement des troupes du Việt Minh, qui multiplie les divisions alors que les gouvernements français envoient des renforts au compte-goutte. L’arrivée de Mao Zedong à Pékin met fin à l'isolement diplomatique et militaire du Việt Minh et amplifie la menace communiste ressentie par les États-Unis. La France concède théoriquement à l' État du Viêt Nam une souveraineté en matière de diplomatie, et crée une « armée nationale » sous commandement français et agissant comme force supplétive des forces françaises d'Indochine. Le conflit au Viêt Nam s'amplifie. La France accorde leur indépendance aux royaumes du Laos et du Cambodge , de la même façon qu'elle l'a accordée au Viêt Nam . Avec l'expérience acquise au combat, l' armée populaire vietnamienne inflige une série de revers aux troupes françaises dans la haute région de Cao Bang et Lang Son ( bataille de la RC 4 ). Le projet initial de « reconquête coloniale » s'est épuisé dans un interminable enlisement, a entraîné une grande lassitude dans l'armée française d'Indochine et dans le gouvernement français, ainsi qu'une opposition croissante de l'opinion publique française à une guerre dont les enjeux étaient de moins en moins clairs, dès lors que le Viêt Nam, le Laos et le Cambodge étaient, au moins en théorie, devenus indépendants, et que la « reconquête coloniale » n'était donc plus à l'ordre du jour. En octobre 1950, le Việt Minh lance l'offensive dans le nord-est du Vietnam . c'est la terrible défaite française de la Route coloniale No 4 (RC 4) dans les calcaires de Dong Khé, où l'armée française perd 7 000 hommes , tués, disparus et prisonniers, et une énorme quantité de matériel. La Guerre d'Indochine a en fait été perdue en octobre 1950, car le